SOMMAIRE. Introduction : le mot du président page 02 Préambule : méthode de renouvellement d agrément page 03

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. Introduction : le mot du président page 02 Préambule : méthode de renouvellement d agrément page 03"

Transcription

1

2 SOMMAIRE Introduction : le mot du président page 02 Préambule : méthode de renouvellement d agrément page 03 1ére partie : le contexte d intervention page 07 A. L association page vie associative page le personnel page le partenariat page aspect financier page 13 B. Le public de l association page 15 C. L environnement de l association page 18 2ème partie : la démarche d évaluation page 24 A. Un questionnement par portes d entrée page 25 B. Un travail associé salariés-bénévoles page Synthèse questionnaires page Restitution séminaire salariés-administrateurs page 27 C. Un travail de concertation avec les habitants page Analyse des questionnaires adhérents page Synthèse des échanges réunions publiques page 30 D. Concertation partenaires page 31 E. Les effets induits de la démarche d évaluation page 31 3ème partie : Le bilan du projet page 32 A. Préambule page 33 B. Objectif général page 34 C. L accueil page 35 D. La petite enfance page Objectif 1 : adaptation de l accueil aux besoins des familles page Objectif 2 : Amélioration qualitative des services page Focus sur ce qu en pensent les parents page 38 E. L enfance page Objectif 1 : adaptation de l accueil aux besoins des familles page Objectif 2 : Amélioration qualitative des services page Focus sur ce qu en pensent les parents page 42 F. Adultes-Familles-vie sociale page Objectif 1 : Impulser le travail associé salariés bénévoles page Objectif 2 : conforter le bénévolat page Objectif 3 : accompagner l équipe salariée dans le développement de la transversalité, créer une cohésion dans nos pratiques page Objectif 4 : favoriser la participation des habitants page Objectif 5 : travailler en partenariat page Objectif 6 : accentuer la dimension familiale page 51 4ème partie : Le projet page 52 A. Préambule page 53 B. Carte d identité page 54 C. Evaluation des objectifs généraux page 55 D. Les différents secteurs page petite enfance page enfance page séniors, adultes, familles, vie sociale page 66 E. Objectifs spécifiques par centre social page Centre Social du Neyrard page Centre social de la Gravière page 73 Conclusion : page 77 Annexe : page 78 p.1

3 INTRODUCTION Notre association a connu de nombreux changements positifs durant le contrat de projet précédent. Le recrutement en mars 2007, d une animatrice «adultes vie sociale», a permis à notre Association de retrouver un certain dynamisme, sa présence permanente et son rôle de contact auprès des habitants a favorisé l engagement de nouveaux adhérents au sein du Conseil d Administration. De plus, la mobilisation d un collectif-parents autour du projet de rénovation du centre de loisirs Des RAZES, en vue d accueillir les 8 places supplémentaires pour les 3-6 ans à la fois permis cette réhabilitation et a entrainé certains participants à s investir au sein du conseil d administration ou dans la vie quotidienne de l Association. Puis, salariés, bénévoles et administrateurs, au cours de diverses réunions ont défini de nouvelles valeurs appelées à diriger nos actions actuelles et futures au sein des Centres Sociaux Fidésiens: Tolérance, Ouverture, Responsabilité, Engagement et Solidarité. Ces temps de rencontres ont fait émerger des axes d actions : Solliciter la participation des familles, des bénévoles et d autres associations. créer des espaces d accueil, de rencontres de types café échanges. mettre en commun les fonctionnements des divers établissements d accueil petite enfance pour aboutir à encore plus de cohérence et réfléchir ensemble sur notre projet éducatif vis-à-vis des enfants et parents. Le changement de direction a été l élément moteur dans la renaissance de notre association. En Collaboration avec le Conseil d administration, les actions nécessaires pour redonner une assise stable et durable ont été réalisées et ont créé une dynamique de travail collectif, qui a abouti à l établissement de notre nouveau projet social pour les quatre années à venir. Le travail mené ces deux dernières années a été important et le projet qui en découle est certes ambitieux. Il prendra toute son ampleur avec l aboutissement du projet de construction des nouveaux locaux. Mais, afin que celui ci perdure, il faudra la mobilisation de tous les acteurs autour du suivi du projet : une forte participation des membres du Conseil d Administration à la vie de l association, une collaboration active et en plus grand nombre de bénévoles, une implication dynamique des adhérents, un fort investissement de tous les salariés, un travail en transversalité entre tous, et un soutien sans faille de nos partenaires institutionnels, nous permettant d asseoir nos moyens humains et financiers à la hauteur du développement de notre association. Gérard Desroches, Président p.2

4 Notre Objectif : PREAMBULE : MÉTHODE DE RENOUVELLEMENT D AGRÉMENT L objectif de cette méthode est d une part de redéfinir de façon collective le projet social et d autre part de retenir des axes d action basés sur une analyse croisée du territoire d intervention et de la situation du centre social. De ce fait, nous avons adapté la démarche à la situation de chaque centre social. Pour le Neyrard, nous sommes partis des activités, et pour la Gravière, d un travail avec les habitants. Notre volonté est de profiter du renouvellement pour développer la dynamique collective. Nous avons souhaité mettre en place une démarche s appuyant sur les objectifs suivants : Permettre à chacun d y prendre part, de prendre la parole Demander l avis de chacun tout en étant toujours dans l action Prioriser le travail sous forme de thématique plutôt que sous l angle des activités Partir des acquis et des faiblesses Développer l esprit d équipe et le travail collectif en y associant les adhérents et les bénévoles Associer les partenaires Notre cadre de travail : Nos outils : Un but : Elaboration collective du projet social Une démarche: Mise en synergie de l ensemble des acteurs du centre et travail en transversalité Une pratique : ancrer une pratique d évaluation Une porte d entrée principale: Requestionner les actions des Centres Sociaux Fidésiens et le territoire d implantation Les documents: Le guide cirese, la charte des centres sociaux, les statistiques villes Les outils : questionnaires, réunions, groupes de travail, séminaires, formation La communication : affichage, Notre plan de travail : De septembre à Décembre 2009 : un préalable, travail et formalisation de l organisation de l association De novembre à décembre 2009 : Le questionnement de l association et des activités Questionnaire aux adhérents avec un recto commun sur l association, et un verso sur l activité propre. Questionnaire aux anciens adhérents De décembre 2009 à mars 2010 : Dans le cadre du rapport d activité, travail collectif sur l évaluation quantitative et qualitative De janvier à juin 2010 sur la gravière : Le questionnement du quartier et représentation du centre social Mise en place de comité (ou conseil) d animation mensuel avec l ensemble des habitants du quartier, afin de faire remonter les besoins du quartier Questionnaires habitants sur le marché, sortie d école Mise en place d un groupe partenaires De janvier à juin 2010 : travail d ouverture du Centre Social du Neyrard «aller à la rencontre de...»via Expérimentation d actions Mise en place d évènements Communication p.3

5 De janvier à juin : groupe de travail administrateurs : Communication Vie associative 20 mars 2010 : Formation Salariés /administrateurs «les fondements d un Centre Social» par Isabelle Lachaussée comprendre la vocation et les missions d un centre social comprendre la fonction animation globale et les pratiques qui en découlent connaître la démarche méthodologique d élaboration du projet social Juillet 2010 : séminaire «salariés - bénévoles» A partir de l analyse questionnaire, mise en place groupe de travail - Participation des adhérents - Transversalité - Intergénérationnel - Développement durable Travail par secteur d activité Septembre 2010 à novembre 2010 : formation salariés «à la transversalité du projet social et à démarche d évaluation Objectifs Contenu Enclencher une transversalité de réflexion et d action entre les secteurs Ancrer la démarche d évaluation dans les pratiques professionnelles 1 ère séance : Le projet petite enfance et le projet enfance 2 ème séance : La transversalité entre les secteurs 3 ème séance : comprendre l évaluation 4 ème séance : l évaluation du projet Juin 2010 à janvier 2010 : travail avec les partenaires par secteur d activité Septembre 2010 à février 2010 : groupe de travail «salariés administrateurs» Petite enfance Enfance Octobre 2010 à février 2010 : groupe de travail «salariés, bénévoles, administrateurs» Accueil Adultes - Développement social Octobre 2010 à février 2010 : groupe de travail administrateurs Gouvernance associative Projet associatif 5 Février : journée de travail avec «administrateurs - salariés» 22 février : temps de travail administrateurs-salariés : l évaluation des objectifs généraux Février.- Mars 2010 : Ecriture Mars : rencontres partenaires p.4

6 p.5

7 1 ERE PARTIE : LE CONTEXTE D INTERVENTION Organigramme Centres sociaux Fidésiens ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Conseil d administration Bureau Comité d Animation Comité d Animation Direction Centre social du Neyrard Centre social de la Gravière Les adhérents p.6

8 A. L ASSOCIATION LES CENTRES SOCIAUX FIDÉSIENS 1/ VIE ASSOCIATIVE La période du précédent agrément a été pour l association source d évènements majeurs dans la vie associative : : Recrutement de l animatrice famille-vie sociale : Changement de président : Départ à la retraite du directeur - Entre 2007 et 2010 : Renouvellement complet du conseil d administration Une formalisation du cadre de travail et du fonctionnement de la vie associative : Durant l année 2009, le bureau et la commission vie associative ont réfléchi puis réalisé un document de formalisation de l organisation de l association dans le respect de ses statuts et en conformité avec «l appellation» centre social. Ce document propose donc une organisation détaillée présentant le rôle de chaque instance et acteurs de l association et leurs interactions ; l organisation choisie devant permettre au Conseil d Administration de jouer son rôle de garant du respect de l objet social de l association, de la mise en œuvre des objectifs définis, d une saine gestion et d assurer que les choix dans la politique d animation des centres sociaux seront bien conformes aux besoins et aux réalités locales. Conseil d administration : Le conseil d administration est composé de 22 membres, dont 18 membres collège adhérent 1 membre collège association 3 membres collège institutionnel (voix consultative) La directrice (voix consultative) Il est à noter un renouvellement du Conseil d Administration depuis En effet, 16 administrateurs sur 18 ont de1 à 3 années d ancienneté. Année d ancienneté administrateurs Nombre d administrateurs Plus de 4 1 Commentaires : Le renouvellement du conseil d administration a été accompagné par l animatrice famille-vie sociale qui a mené en lien avec la Fédération des centres sociaux du Rhône un programme de formation individuelle et collective à la fonction centre social et être administrateur en centre social. Ces temps de formation se sont poursuivis en 2009 et Le conseil d administration s est réunit huit fois. Le bureau se réunit au minimum avant chaque conseil d administration afin de le préparer; et plus en cas de nécessité. Des commissions ont été mises en place. p.7

9 Un travail en commissions : 6 commissions ont été mises en place afin de préparer les conseils d administration. Vie associative : Les membres : 5 administrateurs et la directrice Les objectifs : Réfléchir au projet association et retravailler les documents statutaires Le nombre de séances : 6 séances Les réalisations : Formalisation du fonctionnement de l association, révision des statuts, réalisation du règlement intérieur, suivi de la démarche du renouvellement d agrément Communication : Les membres : 2 administrateurs et la directrice Les objectifs : Travailler sur l image de l association- Faciliter une adhésion des acteurs de l association Le nombre de séances: 6 séances Les réalisations : Plaquette habitants, livret accueil adhérent, livret d accueil bénévole, site internet Nouveaux locaux : 3 administrateurs, 2 bénévoles et la directrice Les membres : 5 administrateurs et la directrice Les objectifs : Suivre le projet de construction Deshay-Neyrard - Définir les dossiers d investissements - Négocier avec les financeurs Le nombre de séances : 10 séances Les réalisations : plan abouti, choix de matériaux en cours, projet d investissement en cours. Petite enfance : Les membres : 2 administratrices et les responsables petite enfance Les objectifs : définir, accompagner et évaluer le projet petite enfance de l association Le nombre de séances : 5 séances Les réalisations : redéfinition des moyens matériels, formalisation des objectifs et critères d évaluation Enfance : Les membres : 3 administrateurs et les animateurs Les objectifs : définir, accompagner et évaluer le projet enfance de l association Le nombre de séances : 5 séances Les réalisations : réhabilitation du centre de loisirs, formalisation des objectifs et critères d évaluation Adultes- famille-vie sociale : Les membres : 4 administratrices, 1 bénévole, 2 salariées de l accueil, l animatrice famille vie sociale Les objectifs : créer du lien entre les actions, planifier et évaluer les actions Le nombre de séances : 3 séances Les réalisations: redéfinition des objectifs de chaque action, planification des actions sur l année Ce travail en commissions a permis : De soulager les conseils d administration De créer des liens interpersonnels et des pratiques communes entre administrateurs De déléguer les responsabilités et répartir les champs de compétences De réaliser de nombreux travaux p.8

10 Commentaires : Le travail en commissions reste à consolider tant au niveau de l échéancier de travail que de leur animation. De plus, la possible intégration d adhérents et de bénévoles sur certaines commissions a été discutée d une part afin qu elles soient représentatives de tous les acteurs et d autres part afin qu elles suscitent une prise de responsabilité au sein du Conseil d Administration. Les conseils d animation : Un rôle multiforme au contact du terrain Conformément aux statuts de l association, les conseils d animation ont été relancés sur chaque centre. Le conseil d Animation a comme objet principal d être directement au contact du terrain dans lequel se trouve le centre pour garantir que les choix concernant l animation de celui-ci correspondent à la réalité locale. Il a un pouvoir décisionnel en matière d animation dans la mesure ou ses choix ne sont pas récusés pour des raisons financières ou politiques par le Conseil d Administration. Il a plusieurs fonctions : Recenser les besoins et les demandes des habitants du quartier et être un moyen d échanges d informations et de communication entre le centre et le quartier, les usagers et les habitants. Proposer des projets pour la vie du centre, de nouvelles activités ou des améliorations pour les activités existantes, Mobiliser les ressources locales et coordonner les différentes actions, Assurer la représentativité des différents acteurs de la vie du centre et celle du centre auprès du Conseil d Administration. Commentaires : Le conseil d animation du centre social de la Gravière est une véritable réussite qui a recréé une dynamique sur le quartier, fait émerger de nouvelles actions et développer le travail en partenariat. Le conseil d animation du centre social du Neyrard n est pas opérant, tel que définit ci-dessus. Il s est mis en place sous forme de groupe projets. Le bénévolat : Quelques chiffres : décembre 2009 : 82 Bénévoles décembre 2010 : 104 Bénévoles L intervention des bénévoles au sein de l association correspond à 4007 heures, soit 2.6 équivalents temps plein en face à face public. Ce temps ne compte pas les réunions de préparation, de coordination, de formation et d accompagnement des bénévoles ACTIVITÉS Nombre heures Aide à la vie scolaire Activité adultes séniors Activité petite enfance Activité enfance Animation de quartier Accueil 3 59 Logistique bricolage jeunes volontaires L accueil des bénévoles : Depuis 2009, l animatrice famille-vie sociale est référente des bénévoles. Elle se charge de l accueil des nouveaux bénévoles. Un livret d accueil des bénévoles a été mis en place en septembre Ensuite elle oriente le bénévole vers un salarié ou autre bénévole. Enfin, elle met en place des actions de formation. p.9

11 2/ LE PERSONNEL L association a compté 55 salariés en 2010 (liste du personnel en annexe) ce qui représente 29.2 ETP 1. A 92% le personnel est féminin; la moyenne d âge est de 39 ans pour une ancienneté moyenne de 5 ans. 44% du personnel a un niveau de formation IV. La répartition en nombre de poste par centre et par secteur est la suivante : PLA 2 secteur Nombre de postes CSF 3 Neyrard Gravière ETP Nombre de postes ETP Nombre de postes PILOTAGE Direction Administration LOGISTIQUE Entretien Petite Enfance Enfance ACTIVITE Adultes-Famille-vie sociale Total : ETP Commentaires : Pilotage : On est passé de 3.85 ETP à 4.4 ETP. départ à la retraite de la secrétaire d accueil du Neyrard, qui a gardé un emploi à temps partiel à l association afin de permettre la continuité de l activité jusqu au déménagement dans les nouveaux locaux. Une animatrice d accueil a été embauchée en complément. passage à temps plein de la secrétaire d accueil de la Gravière en janvier Logistique : On est passé de 1.28 ETP à 1.94 ETP. Deux embauches ont été effectuées sur l accueil de loisirs et le Centre Social du Neyrard, deux postes pour lesquels l association faisait appel jusqu alors à des entreprises extérieures. L association a privilégié l embauche de travailleurs handicapés pour ces postes. Activité : Animation collective famille: recrutement de l animatrice famille-vie sociale Petite enfance : une auxiliaire a été embauchée en 2010 et est polyvalente sur les trois structures. Ceci, pour faciliter les remplacements et permettre aux responsables d avoir du temps dégagé pour mener les tâches administratives et travailler ensemble sur le projet petite enfance de l association. Cette embauche a été effectuée en contrat aidé et n a pas d impact financier. Cela a entrainé une baisse significative de l intérim. Enfance : Un animateur a été embauché afin de relayer le directeur d accueil de loisirs en formation, absent deux jours par semaine et de dégager du temps de travail pour mener le diagnostic sur les besoins enfance jeunesse et de développer des projets 1 ETP : Equivalent Temps Plein 2 PLA : Pilotage Logistique Activité 3 CSF : Centre Sociaux Fidésiens p.11

12 Les jalons d une organisation en pôle : En 2007 :L arrivée de l animatrice famille-vie sociale a permis de développer d une part le travail en transversalité et d autre part de poser les fondements d un secteur adultes-famille-vie sociale. En 2010 : la mise en place de deux coordinateurs, un en petite enfance et un en enfance. Ces coordinateurs n ont pas de fonction hiérarchique. Parallèlement, un travail de mise à plat et de formalisation des fiches de poste a été effectué pour l ensemble du personnel. Formation de l équipe : un levier pour qualifier et décloisonner Faciliter une évolution professionnelle : 1 personne : Certificat d Aptitude Professionnelle (CAP) petite enfance 1 personne : DPJEPS 2 personnes : Validation Acquis de l expérience (VAE) éducatrices petite enfance 1 personne : VAE auxiliaire petite enfance Promouvoir une montée en compétence : 1 personne: Perfectionnement comptabilité 4 personnes : Logiciel AIGA 2 personnes : L enfant de 1à 3 ans 1 personne : risque alimentaire Développer une dynamique collective et le travail en équipe : 2 personnes : Management d équipe 7 personnes : Les fondements centres sociaux 7 personnes : travail associé salarié-bénévoles 17 personnes : Analyse de la pratique petite enfance 10 personnes : Formation à la transversalité 10 personnes : Sécurité incendie En 2010, la formation a concerné l ensemble des salariés de l association, contre 8 salariés en Le travail en équipe : En 2008, l animatrice famille-vie sociale a mis en place des réunions de coordination, jalon du travail en équipe et les responsables des Equipements d accueil de Jeunes Enfants ont mis en place des réunions d équipe mensuelle. En octobre 2010, afin de faciliter la mission de chaque salarié, le travail en transversalité, et la communication interne, il a été fixé une organisation du travail de l équipe salariée, comme suit : p.11

13 type de réunion réunion de coordination Réunion EAJE : Point par site Réunion accueil - administratif Réunion structure petite enfance Réunion ASLH Journée de travail séminaire Point Individuel : Entretien annuel plan de travail d équipe Centres Sociaux Fidésiens Objectifs Transmettre l information, Préparer et évaluer les projets transvesraux, Réfléchir au projet associatif, Prendre du recul sur nos pratiques Créer des passerelles entre les trois structures, Réfléchir aux projets de structures, leur fonctionnement... Transmettre l information, Travailler le projet et l organisation spécifique du centre social Faire les points sur les aspects administratifs et comptables, Echanger sur les pratiques, Réfléchir sur les questions d inscriptions, tarifs, remontée d informations Transmettre l information, Echanger sur le projet de la structure, Echanger sur les enfants et relation aux familles, Echanger sur les pratiques... Transmettre l information Echanger sur le projet pédagogique, Echanger sur les pratiques Réaliser les projets activités Effectuer le bilan de l année et programmer l année suivante. Echanger sur le projet et les pratiques professionnelles. Améliorer le fonctionnement interne accompagner et suivre le travail au quotidient faire le point, dialoguer déterminer plan de travail et évaluer plan de travail N-1 Personnes présentes : Personnel pilotage, responsable activité Directrice, Responsable EAJE Personnel pilotage Responsable activité de chaque centre Directrice Comptable Personnel accueil Equipe EAJE Equipe ASLH Tout le personnel Personnel pilotage Les responsables d activités Tout le personnel Périodicité mensuel bi mensuelle Hebdomadaire Trimestrielle mensuelle 3 journées par an 2 journées pour crèche 1 journée par centre social 1 ournée avec tout le personnel hebdomadaire ou mensuel en juin Commentaires : Cette mise en œuvre a permis aux salariés de libérer la parole, de mieux se connaitre et de mieux connaitre les différentes actions, et enfin de créer une relation de confiance et une synergie d équipe. 3/ Le partenariat : (cf. annexe) L association développe depuis de nombreuses années des partenariats avec les acteurs locaux sur le plan opérationnel. Ces partenariat sont soit commun à l ensemble des secteurs, soit spécifiques à tel ou tel service. L association a développé des partenariats institutionnels et a ancré sa pratique de démarche concertée, afin d agir en complémentarité sur le territoire d intervention. p.12

14 4/ ASPECT FINANCIER : Résultat de l exercice Le résultat de l exercice de l année 2010 est excédentaire. Dans le tableau suivant, nous avons repris les éléments des années précédentes pour que nous puissions en voir les progressions. Année Charges , , , , , ,00 Produits , , , , , ,00 Résultats , , , , , ,00 Les ressources - Le financement des Centres Sociaux Fidésiens a évolué ainsi depuis 2007: Origine des ressources Rapport Rapport Rapport % du total /07 09/08 10/ CAF (hors C.E.J. et V.V.V.) , ,00 0, , ,00 0,96 33,45 CAF V.V.V 850,00 0,08 CAF Animatrice , ,00 1, , ,00 1,03 1,23 CAF Sortie Famille 435, ,00 8,97 0,38 Total CAF Mairie Oullins 4 570, ,00 1,00 0,00 0,00 Mairie Ste Foy : (hors Contrat Enfance Jeunesse) , ,00 1, ,00 1, ,00 1,16 18,19 Mairie Ste Foy : poste ACF , , , ,00 1 2,13 Mairie Ste Foy : Investissement ,00 Total Mairie Ste Foy , , , ,00 1,14 20,32 charges supplétives 9 440, , , ,00 1 0,93 Contrat Enfance. Jeunesse , , , , ,30 Adhérents et location , , , ,00 1,12 20,20 Etat (Hors C.U.I.) 1 320, ,00 0,00 Etat contrat C.U.I ,00 3,40 AGEFIPH 6 400,00 0,63 Conseil Général 1 000, , ,00 1,51 0,22 Divers , , , ,00 1,05 7,46 Exercices antérieurs , , ,00 0,92 0,40 Total , , ,00 1, ,00 1,09 On peut noter une augmentation des subventions de la ville, un développement des subventions sur projet, et montant significatif des subventions état, liées à l utilisation de contrat aidé, qui ont permis à l association de dégager des ressources sur le fonctionnement des activités. De plus, l augmentation des participations du public est significative, plus 20% entre 2009 et 2010, impact du développement des actions. p.13

15 Les charges: La masse salariale représente 76% des charges. On note une augmentation des achats, dus à la volonté de l association d assurer un fonctionnement adapté des activités et une baisse des services extérieurs, liés à la renégociation de divers contrat d entretien et de maintenance. Evolution du fonds de roulement Le fond de roulement (capitaux propres diminués des immobilisations) augmente et est satisfaisant avec deux mois d avance de trésorerie. Année Montant (en k ) p.14

16 B/ LE PUBLIC DE L ASSOCIATION : L étude réalisée ci-dessous ne prend pas en compte l ensemble du public fréquentant les Centres Sociaux Fidésiens. En effet, les habitants fréquentant le centre social à l accueil, lors de manifestations ou d actions ponctuelles ne sont pas pris en compte dans les données qui suivent. Notre parti pris a été de mener un comparatif entre les statistiques des adhérents 2007 et statistiques familles adhérentes centres sociaux fidésiens CSF neyrard gravière nombre de familles adhérentes On note une augmentation de 12% du nombre de familles adhérentes entre 2007 et En 2009, les Centres Sociaux ont compté 438 familles adhérentes, dont 291 pour la Gravière et 148 pour le Neyrard. On note ainsi 18% de familles adhérentes en plus entre 2009 et 2010, ce qui est le résultat du dynamisme renforcé de l association. Individus par tranches d âges centre sociaux Fidésiens 2010 CSF Neyrard Gravière nombre en % nombre en % nombre en % individus ans ans ans adultes L importance du nombre d individus de moins de 12 ans est due aux trois structures petite enfance et au centre de loisirs. Provenance : p.15

17 Les familles adhérentes proviennent majoritairement de la Gravière et du centre, les deux quartiers d implantation de l association. On note par ailleurs la présence de familles provenant de l ensemble des quartiers de Sainte- Foy-Lés Lyon et des communes environnantes, ce qui s explique par les activités Petite enfance et Centre de loisirs. La montée en puissance des familles provenant du quartier du centre s explique par la mise en place des nouvelles actions du centre social du Neyrard, qui répondaient à un besoin d actions de proximité. Situation Familiale Situation Socioprofessionnelle 73% des familles sont mariés ou ont une vie maritale. 13% des familles accueillis sont séparées ou divorcées. Ce chiffre est plus important sur la gravière et est à pondérer au vu du nombre significatif de familles recomposées. On compte 9% de veufs, essentiellement sur le Centre Social du Neyrard. p.16

18 Statistiques spécifiques Neyrard hors petite enfance ACTIVITÉS ADULTES Atelier 19/25 ANS 26/45 ANS 45/60 ANS 61 et SEPT SEPT SEPT SEPT 2010 rentrée 2009 rentrée 2010 total atelier nombre de nouveaux rentrée 2010 adhérents anciens et revenus entrée 2010 couture gym peinture MM sophrologie club 4 saisons Cuisine Le tableau «adultes» montre d une part une augmentation importante de nouveaux inscrits entre septembre 2009 et septembre 2010 avec 31 nouvelles personnes. De plus parmi ces 31 personnes, 14 ont moins de 45 ans. En ce qui concerne les activités enfance, on note une forte augmentation du public avec 70 nouveaux adhérents à la rentrée de septembre. Ces résultats sont le fruit de la création de nouvelles actions, conséquence directe de la démarche de renouvellement d agrément. Atelier rentrée 2009 rentrée 2010 ACTIVITÉS ENFANCE total atelier nombre de nouveaux rentrée 2010 adhérents anciens et revenus entrée 2010 enfants différents Aide aux devoirs expression libre baby gym éveil corporel arts plastiques vendredis verts p.17

19 C/ L ENVIRONNEMENT DE L ASSOCIATION : Une configuration en quar tiers : Sainte-Foy-lès-Lyon est la 13 ème commune du Rhône en nombre d habitants. Située au sud ouest de Lyon, elle est limitrophe des communes de Francheville, La Mulatière, Oullins, Saint Genis Laval et Chaponost, qui comptent chacune un centre social. La commune subit un fort trafic lié au déplacement des habitants travaillant à 80% hors commune et au trafic tronçon ouest périphérique. L identité fidésienne est caractérisée par une composition en quartiers, issue à la fois d espaces naturels importants et de l urbanisation successive de la ville. Ces quartiers sont ainsi nettement distincts et communiquent peu. En effet, si les liaisons Sainte-Foy-Lès-Lyon (quelques soient les quartiers) à l agglomération sont bien desservies par 8 lignes de bus et 4 axes de dessertes routières, le maillage inter quartiers, sans transport à la demande, est insuffisant pour permettre une mobilité de qualité. Ces dernières années ont vu se développer les opérations de réhabilitation qui ont amélioré le cadre de vie, notamment sur les quartiers gravière - Beaunant, la plaine et les provinces. Ainsi, la vie de proximité se vit au niveau des quartiers à Sainte Foy Lès Lyon. Or, les grands équipements de la ville sont implantés sur deux secteurs de la ville. L organisation de ces équipements par pôle est structurante mais pose cependant la question de l accessibilité et du sentiment d appartenance à ces équipements par l ensemble de la population. Sur le quartier Deshay - Châtelain se trouvent la mairie, le futur équipement du centre social et du cinéma, la maison du Rhône, la bibliothèque, le gymnase, la piscine, le conservatoire. Sur le quartier Plan du Loup : l hôpital, le collège, deux gymnases et stades, la caserne des pompiers, salle culturelle de l Ellipse Toutefois, les commerces sont répartis sur chaque quartier. On assiste à une fragilisation des commerces de proximité sur la ville, due notamment au changement de consommation au profit des grands centres commerciaux, à leur éclatement, à la fermeture d enseignes... Une situation démographique en progression avec l apparition de fragilités: On compte habitants sur la commune en 2008, avec une augmentation de 4.7% depuis Cette population: Est relativement aisée avec un taux de 70.2% de foyers fiscaux imposés en Présente un niveau de qualification élevé : seul 11% de la population ne dispose d aucun diplôme. Et peu mobile au niveau de l habitat : 66.1% de la population fidésienne de 2007 habitaient déjà la commune en Les données démographiques, sources d enjeux, sont les suivantes : Une population vieillissante : on compte 27.1% de retraités et 27.6% de plus de 60 ans en augmentation de 3% depuis 1999 pour les plus de 75 ans. Ce phénomène est d autant plus important qu on assiste à une baisse de la population de 0-44 ans. Une forte augmentation du nombre de ménages, notamment de personnes seules, familles monoparentales et couples sans enfant et une diminution de leur taille. Ce phénomène de décohabitation accentue la demande de logements. Une hausse significative des familles monoparentales par rapport à la moyenne du grand Lyon (+20.5% du nombre d enfants de 3 à 6 ans contre +7.4% pour le grand lyon ; +26.1% du nombre d enfants de moins de 3 ans contre +2.3% pour le Grand Lyon), ce qui représente 1042 enfants de 0 à 6 ans. p.18

20 De plus 15.9% de l ensemble des familles avec des enfants de moins de 6 ans, dont les ressources sont connues par la CAF 4 est sous le seuil des bas revenus. L évolution du nombre de familles avec des bas revenus est nettement supérieure à celle du Grand Lyon même si le nombre reste proportionnellement moins important sur la ville. Une augmentation des bénéficiaires du RSA 5, et des demandeurs d emplois Une augmentation des demandes d aides sociales auprès des associations caritatives et du CCAS 6 L activité économique : Le tissu économique de la commune est caractérisé par une majorité de petites entreprises artisanales ou du tertiaire. Si la ville a développé une politique de redynamisation de l accueil des entreprises notamment sur le secteur du vallon et de Sainte Barbe, le manque de foncier et les prix rendent difficile l installation de nouvelles entreprises. De plus, si le nombre d emplois est en hausse sur la commune, (5045 en 2007 contre 4407 en 1999), seuls 20% des fidésiens travaillent sr la commune et les premiers employeurs restent l hôpital de Sainte Foy, l entreprise Boiron et la Ville. L habitat : une pénurie de foncier problématique 75% de l habitat de la ville est collectif. 60% des fidésiens sont propriétaires. La ville compte 25% d habitat pavillonnaire. L urbanisation de la ville s est développée au cours des années 1955 à 1980 par la création des quartiers de la gravière, (lieu d implantation d un des deux centres sociaux gérés par l association) ; et celui des provinces, ainsi que l aménagement de l axe Charcot. Aujourd hui, la ville se trouve confrontée à une pénurie de Foncier, alors que la demande de logements sur la commune est grandissante, notamment sur les logements sociaux. En effet, la ville compte, à ce jour, 1151 logements sociaux, soit 11.8% du parc. On note une progression importante depuis 2001 mais encore nettement inférieure au 20% imposé par la loi SRU 7. De plus, le faible parc locatif et l importance de logements de taille moyenne se traduisent par un déficit d installation de jeunes adultes sur la commune. La petite enfance : une offre importante qui ne couvre pas les besoins La ville compte 7 établissements municipaux et 3 associatifs, ce qui représente 188 places de garde et 132 assistantes maternelles ayant 393 places. Ainsi le taux de prise en charge des moins de 3 ans est de 65.35%. Il existe un seul accueil de loisirs 3-6 ans pour l ensemble de la ville, géré par les centres Sociaux fidésiens avec un agrément de 30 places pour 2142 enfants. L enfance -jeunesse : Le territoire en quartiers est maillé par de nombreux équipements scolaires : 14 écoles publiques, 2 privées et un collège. Le RASED 8 est présent sur le quartier de la Gravière et la médecine scolaire sur celui de Châtelain. En lien avec 5 établissements scolaires, le service actions jeunes et les centres sociaux fidésiens sont conventionnés au titre du Contrat Local d Accompagnement à la scolarité. 4 CAF : Caisse d Allocation Familiale 5 RSA : Revenu de solidarité Active 6 CCAS : Centre Communal D Action Sociale 7 Solidarité et Renouvellement Urbain 8 Réseau d Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté p.19

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

COMPTE-RENDU SOMMAIRE DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 AVRIL 2014

COMPTE-RENDU SOMMAIRE DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 AVRIL 2014 1 VILLE DE SAINTE FOY-LÈS-LYON ---------- Secrétariat Général ---------- BI/NC COMPTE-RENDU SOMMAIRE DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 AVRIL 2014 Le conseil municipal, sous la présidence du Maire,

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Présentation MFAM 2013

Présentation MFAM 2013 Présentation MFAM 2013 1 Présentation générale 2 Qui sommes nous? une entreprise de droit privé un organisme mutualiste à but non lucratif implanté en Maine et Loire et en Mayenne siège à Angers / délégation

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE 2 Projet organisation administrative et technique > Sommaire Sommaire PREAMBULE POURQUOI? Les objectifs

Plus en détail

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé Opération de Renouvellement Urbain Quartier du Grand Bellevue Ville de Trélazé Les chiffres de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2014

PROJET PEDAGOGIQUE 2014 PROJET PEDAGOGIQUE 2014 Animation Jeunesse 12-16 ans Ahuillé GENERALITES Ce projet a été élaboré par les animateurs jeunesse et a été rédigé à partir des intentions éducatives des municipalités. L environnement

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration L organisation interne et la gestion des ressources humaines Un outil d aide à la structuration Sommaire 1 L organisation interne de l association 2 1.1. Clarifier les rôles et missions de chacun 2 1.2.

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire

Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire 2014 Résultats de l enquête sur les TAP en Maine et Loire Enquête organisée par l AMF 49 et la ville d Avrillé auprès des du département de Maine et Loire Décembre 2014 1 Résultats de l enquête sur les

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

GRENOBLE BADMINTON horizon 2016

GRENOBLE BADMINTON horizon 2016 GRENOBLE BADMINTON horizon 2016 page 1/22 Le club en 2012 Les objectifs de l olympiade 2008-2012 avaient été formulés selon six axes et ont été, en grande partie, remplis : Accueillir toutes les formes

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

VILLE DE MANDRES LES ROSES

VILLE DE MANDRES LES ROSES Service Enfance Jeunesse 01 45 98 66 08 Service.enfance@ville-mandres-les-roses.fr VILLE DE MANDRES LES ROSES SOMMAIRE Inscriptions page 3 Restauration scolaire page 4 Accueils périscolaires page 5 Accueils

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE

PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE 2013 /2014 Préambule La réforme des rythmes scolaires, mise en œuvre par le Gouvernement, doit permettre une meilleure répartition du temps scolaire passant de 4 à 4,5 jours d

Plus en détail

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement COMPTE RENDU DE L ATELIER DE CONCERTATION: TRANSPORT ET DEPLACEMENTS 15 JUIN 2010 Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement Agenda 21 de la ville de Poussan Zammit Sarah, chargée de mission Tél.

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes 1 Editorial L égalité entre les femmes et les hommes est un droit fondamental. Ce droit est né des luttes qui ont été menées dans notre pays comme dans bien d autres, mais il reste un enjeu majeur tant

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants.

Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Sociale et solidaire, l association qui contribue au développement social et de l emploi pour améliorer les conditions de vie des habitants. Association d habitants et d acteurs du territoire (collectivités,

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse Projet éducatif Ville de Rungis Service scolaire Service enfance/jeunesse Autonomie RESPONSABILISER VIVRE ENSEMBLE Sensibiliser Epanouissement SOLIDARITE Projets Citoyenneté IMPLICATION Devenir adulte

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes.

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes. Annexe III : Intervention professionnelle en service sociale : Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) et intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) - définitions et exemples - Dans le cadre

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

ANALYSE DONNÉES 2012 DES CENTRES SOCIAUX. senacs SYSTÈME D ÉCHANGES NATIONAL. les centres sociaux. Allier

ANALYSE DONNÉES 2012 DES CENTRES SOCIAUX. senacs SYSTÈME D ÉCHANGES NATIONAL. les centres sociaux. Allier Allier ÉDITO 1 CE QU EST UN CENTRE SOCIAL 2 CARTE DE L ALLIER 3 PROJET 4 DYNAMIQUES LOCALES 10 VITALITÉ DÉMOCRATIQUE ET GOUVERNANCE 11 RESSOURCES HUMAINES 12 FINANCES 14 FICHE DÉPARTEMENTALE 15 Édito C

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique

Service-Public Local. Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique Service-Public Local Simplifi ez le quotidien de vos usagers, offrez-leur les services indispensables de l administration électronique La Caisse des Dépôts, au service de l intérêt général et du développement

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE

APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH SUR LE TERRITOIRE DE LA PORTE DE VANVES PARIS 14 EME POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE DEDIEE A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE ETUDE ET PROPOSITIONS SEPTEMBRE 2010 SOUS LA PRESIDENCE DE : Bruno BERTHIER, Président du CCC COMITE DE PILOTAGE : Bernard BELLER, GAM BNP Paribas Bruno BERTRAND,

Plus en détail

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR

Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR Accueils de Loisirs REGLEMENT INTERIEUR portail-animation.ufcv.fr Plaine des Tilles portail-animation.ufcv.fr Ufcv Délégation régionale de Bourgogne 29 rue Jean-Baptiste BAUDIN 21000 Dijon Mis à jour le

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Structures petite enfance MEMENTO

Structures petite enfance MEMENTO Structures petite enfance MEMENTO Préambule : Les documents qui suivent ont été élaborés à partir de documents de la CNAF. Les fiches qui suivent ne sont en rien exhaustives. Elles ont pour but de vous

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008.

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008. TOULOUSE, le 7 février 2008 Aux adhérents de l Association Vélo Assemblée Générale du 9 février 2008 Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre

Plus en détail