REPÈRES NOS ACTIVITÉS NOS RÉSULTATS. 4 Interview du président 6 MAAF au sein de Covéa 8 Interview du directeur général 12 Chiffres clés 13 Nos clients

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPÈRES NOS ACTIVITÉS NOS RÉSULTATS. 4 Interview du président 6 MAAF au sein de Covéa 8 Interview du directeur général 12 Chiffres clés 13 Nos clients"

Transcription

1 PANORAMA 2013

2 REPÈRES 4 Interview du président 6 MAAF au sein de Covéa 8 Interview du directeur général 12 Chiffres clés 13 Nos clients NOS ACTIVITÉS 16 AUTO-MOTO 17 VIE PRIVÉE 18 PROFESSIONNELS 19 SANTÉ 20 PRÉVOYANCE 21 ÉPARGNE NOS RÉSULTATS 24 Gestion financière 26 Résultats nets en 7 étapes 28 Synthèse des résultats 30 Liste des délégués MAAF Assurances

3 PROFIL COLLABORATEURS AU SERVICE DE 3,6 millions DE SOCIÉTAIRES ET CLIENTS Forte de plus de 3,6 millions de sociétaires et clients, MAAF Assurances se positionne comme la référence du marché de l assurance en termes d efficacité et de compétitivité tarifaire. Dans un environnement économique difficile, MAAF reste fidèle à sa signature, la référence qualité prix, attentive à défendre le pouvoir d achat de ses clients, et soucieuse de leur proposer des garanties adaptées au prix le plus juste. Mais parce que les attentes et les besoins de ses clients évoluent sans cesse, MAAF a choisi d aller plus loin en leur proposant d établir une relation de confiance durable. Cette relation repose sur des engagements forts que les collaborateurs MAAF partagent au quotidien : garantir aux clients l accessibilité à tout moment à l enseigne, leur offrir une écoute permanente, leur proposer un accompagnement sans faille dans toutes les étapes de leur vie, rechercher la simplicité dans la relation, tout en veillant à la reconnaissance de leur statut de sociétaire et client. Cette nouvelle relation fondée sur la recherche permanente de la qualité du service, c est le Pacte MAAF. 01

4 02

5 Repères 03

6 Thierry Derez Président-directeur général Quel a été, selon vous, l événement majeur qui a marqué 2013 chez MAAF? Si je dois n en retenir qu un seul, c est sans hésitation la transmission de pouvoir entre Étienne Couturier et Joaquim Pinheiro. Étienne a réussi ce qui est le vœu de tout dirigeant d entreprise ; à savoir développer la société dont il a la charge de telle sorte qu elle soit dans une situation meilleure que celle dans laquelle il l a trouvée en en prenant la direction. Ce sont donc tout naturellement des remerciements à Étienne, et puis c est aussi un témoignage de confiance à l égard de Joaquim, dont je suis intimement convaincu qu il saura continuer le succès de MAAF. Voir la vidéo 04

7 REPÈRES «Covéa n a qu une seule et unique finalité : améliorer toujours et encore sa capacité à proposer des tarifs compétitifs et des services de qualité à ses sociétaires.» Le groupe Covéa a franchi une nouvelle étape en 2013 En 2013, Covéa a fêté ses 10 ans d existence, et pour comprendre ses évolutions, il faut rappeler son principe fondateur : la recherche d efficacité, l amélioration de la performance des enseignes qui composent Covéa. C est donc dans cet esprit qu en 2013, nous avons souhaité optimiser l organisation du Groupe, notamment autour d une nouvelle direction générale assurances Covéa. La finalité reste la même qu il y a 10 ans : améliorer toujours et encore notre capacité à proposer des tarifs compétitifs et des services de qualité à nos sociétaires. C est à cette seule et unique finalité qu est dédiée Covéa. Quel est l impact des nouvelles lois sur le marché des assurances? Les nouveaux textes vont de façon incontestable impacter notre activité. C est par exemple la loi Hamon, c est aussi l accord national interprofessionnel (Ani), qui vont modifier considérablement nos comportements et nos relations avec nos sociétaires, tant dans le domaine de l assurance automobile et habitation que dans le domaine de la santé. Ces dispositions vont entraîner un accroissement de notre charge, notamment sur le plan commercial. Ceci étant, je connais les capacités de MAAF, je connais le dynamisme de son réseau et je n ai aucune inquiétude sur le fait qu en 2014, mais aussi dans les années qui suivront, MAAF saura transformer ce qui est vécu par beaucoup de nos concurrents comme une contrainte en une formidable opportunité de conquête de nouveaux sociétaires. En termes d organisation, le groupe Covéa a-t-il encore des réalisations à mener? L organisation que nous avons mise en place en 2013 vise à nous permettre de franchir les étapes qui nous attendent à très brève échéance. Cela étant, il n y a pas dans l absolu d organisation immuable, parfaite, gravée dans le marbre. Notre organisation actuelle vise à répondre aux deux défis principaux qui nous attendent : le premier, c est évidemment l entrée en vigueur de Solvabilité 2, qui va changer non seulement nos façons de pratiquer notre métier, mais même au-delà, notre façon de penser notre métier. Et puis, le deuxième défi qui nous attend et qui est susceptible de bouleverser notre activité d assureur, c est ce qu on appelle la désintermédiation qui est issue de ce que l on nomme le Big Data. Big Data et désintermédiation sont des phénomènes qui vont prendre de l importance, et qui vont nécessairement appeler à des modifications de notre façon de travailler. Notre organisation est donc mise en place pour répondre à l ensemble de ces défis, même si nous savons qu aucune organisation n est immuable, sauf à pécher par excès d orgueil, en se considérant comme d une pérennité confinant à l éternité. 05

8 MAAF AU SEIN DE COVÉA N 1 (1) EN ASSURANCES DE BIENS ET RESPONSABILITÉ + COLLABORATEURS (hors agents du réseau MMA) DE Covéa, un modèle de solidarité unique Covéa, Société de groupe d assurance mutuelle (Sgam), est un modèle économique original fondé sur le même principe de solidarité et de mutualisation qui fait la force d une mutuelle. Née en 2003, elle regroupe les enseignes MAAF, MMA et GMF. Fin 2011, l institution de prévoyance Apgis s est affiliée à Covéa. En 2013, c est au tour de SMI, mutuelle spécialisée dans l assurance de personnes, de rejoindre Covéa. Ces alliances permettent au groupe Covéa de bénéficier d une nouvelle expertise en matière de prévoyance et de santé collective. L ambition de Covéa est d assurer le développement et la pérennité des enseignes qui la composent tout en préservant leur identité et leurs spécificités. Grâce à son poids sur le marché, à sa surface financière et au partage de compétences, Covéa permet de réaliser des économies d échelle, de peser davantage dans les débats et négociations, de mutualiser les investissements, de partager les bonnes pratiques et d intervenir sur de nouveaux marchés à forte valeur ajoutée. Covéa constitue une formidable opportunité pour renforcer durablement la compétitivité de ses enseignes et être un acteur incontournable sur le marché de l assurance. (1) Source : l Argus de l assurance, au

9 REPÈRES 11 millions de FRANÇAIS sont assurés par une des enseignes de Covéa 15,5 milliards d euros DE CHIFFRE D AFFAIRES Covéa, des synergies au service des sociétaires Réunies et solidaires entre elles au sein de Covéa, les trois enseignes MAAF, MMA et GMF y puisent leur force : un même cœur de métier au service de 11 millions de sociétaires et clients, et une synergie qui s appuie sur des structures transverses. 07

10 Joaquim Pinheiro Directeur général Voir la vidéo Quels sont les principaux faits marquants du marché de l assurance en 2013? Je retiendrais tout d abord la succession d événements climatiques modérés en termes d intensité, mais qui au final ont pesé très lourd financièrement, notamment dans le domaine de l habitation. Pour le marché de l assurance, la facture globale s est élevée à 1,1 milliard d euros, soit l équivalent du coût d une catastrophe naturelle majeure. Pour MAAF, ils ont à eux seuls généré dossiers. Le coût du climatique pour MAAF est de 100 millions d euros, soit une hausse de 50 % par rapport à L année 2013 s est par ailleurs distinguée par une multitude de projets de lois ou réglementations en faveur de la protection de la clientèle, qui vont profondément et durablement modifier les rapports entre assureurs et assurés. Je pense notamment à la loi Hamon et à l accord national interprofessionnel (ANI). Ils sont autant d opportunités, pour MAAF, de se différencier de ses concurrents. 08

11 REPÈRES «MAAF dispose de deux atouts majeurs : la puissance de sa marque, mais surtout l engagement de ses collaborateurs.» Et pour MAAF, que peut-on retenir de l année 2013? Dans un contexte économique difficile, marqué par une croissance atone, un nombre record de faillites d entreprises, la poursuite de la hausse du chômage, MAAF a réussi à tirer son épingle du jeu. La forte mobilisation des équipes commerciales et le succès de l opération MAAF POWER (remise de 5 % sur les contrats automobiles 2013 et non-augmentation de la cotisation 2014) ont contribué, au-delà de nos attentes, à l accroissement de nos portefeuilles automobile et habitation notamment. En automobile, nous avons enregistré plus de contrats nets supplémentaires, et en habitation. Dans le domaine des professionnels et de la santé, 2013 a été plus difficile. Le secteur du bâtiment a particulièrement souffert du contexte économique, ce qui explique la baisse du chiffre d affaires de la branche professionnelle. En épargne, c est une bonne année en termes de collecte, car MAAF a réalisé sa 3 e meilleure performance, avec une collecte proche de 900 millions d euros (+ 18,3 %). MAAF POWER semble avoir été un facteur déterminant dans les résultats de MAAF? Il faut rappeler que l objectif premier de MAAF POWER était de redonner du pouvoir d achat à nos clients, dans une période économique difficile. C est une vraie réponse aux attentes des consommateurs, qu ils soient clients MAAF ou non. Et puis rappelons également qu il y a 10 ans déjà (en 2004), MAAF avait été à l origine d une des premières baisses de tarifs de l assurance automobile, qui a d ailleurs été suivie par l ensemble des acteurs du marché. MAAF POWER a donc été un formidable accélérateur d activité, dont les effets se font aujourd hui encore ressentir. D ailleurs, si MAAF POWER nous a permis de conquérir de nouveaux clients, il nous a également permis d en fidéliser un très grand nombre et fort logiquement notre taux de résiliation est le plus bas enregistré depuis 5 ans. Il a également favorisé le multi-équipement (56,8 %), dont nous savons que c est un facteur déterminant de fidélisation. Cette opération et les enseignements que l on en tire confirment la pertinence de la stratégie menée. J ajouterais également le baromètre de satisfaction clients. Cet outil d écoute nous aide à identifier les axes d amélioration souhaités par nos clients. Ils ont été plus de 1,5 million en 2013 à répondre au questionnaire de satisfaction envoyé suite à un contact avec l enseigne. Qu est-ce qui, selon vous, distingue MAAF des autres acteurs du marché? MAAF dispose selon moi de deux atouts majeurs : les collaborateurs MAAF et la puissance de la marque. La puissance de la marque, qui passe notamment par la notoriété de MAAF. Elle s est construite au travers de la saga MAAF Palace depuis 10 ans maintenant et nous place en tête du souvenir publicitaire dans notre secteur. C est incontestablement une des clés de notre succès. Mais c est avant tout l engagement des 7500 collaborateurs MAAF qui constitue la force de l entreprise. Ils s investissent totalement pour nos sociétaires et ressentent une vraie fierté à «porter le maillot MAAF». D ailleurs, lors de notre dernière enquête interne de satisfaction (juillet 2013), ils étaient 81 % à exprimer leur fierté d appartenance. Et en ce qui me concerne, je suis particulièrement fier d être MAAF, parce que fier de pouvoir compter sur des collaborateurs attachés à leur entreprise et au développement de leurs compétences individuelles et collectives, pour accompagner toujours mieux nos sociétaires. 09

12 COMITÉ DE DIRECTION GOUVERNANCE MAAF Joaquim PINHEIRO Directeur général Jean-François ANDRJANCZYK Direction actuariat et comptes techniques COMITÉ EXÉCUTIF Lionel CALVEZ Direction stratégie financière Dominique CHEVILLON Direction vie et placements Thierry DEREZ Président-directeur général Christian BAUDON Directeur général assurances Covéa Didier BAZZOCCHI Directeur général santé prévoyance Covéa Jean-Michel COURTIAU Direction santé prévoyance Stéphane DUROULE Direction AIS (Assistance indemnisation services) Sophie BEUVADEN Directeur général délégué finances Covéa Antoine ERMENEUX Direction transformation stratégique Covéa Patrice FORGET Directeur général ressources humaines et secrétariat général Covéa Véronique JOLLY Direction relations humaines Bruno LACOSTE-BADIE Direction marketing et communication externe Michel GOUGNARD Directeur général AIS Covéa (Assistance indemnisations services) Françoise ICKOWICZ- TORDJEMANN Direction communication Groupe Covéa Éric LÉCUYER Direction comptabilité, contrôle et pilotage économique Covéa Jacques LUMEAU Direction contrôle économique Laurent PIGELET Direction réseaux Maud PETIT Direction contrôle, solvabilité, comptes et reporting Covéa Joaquim PINHEIRO Directeur général Philippe RENAULT Directeur général technologie et système d information Covéa Philippe RONDEAU Direction technique produits Jean-François VIGNERON Direction système d information 10

13 CONSEIL D ADMINISTRATION MAAF ASSURANCES REPÈRES Thierry DEREZ Président Président-directeur général de Covéa, GMF, MAAF et président de MMA Jean-Claude SEYS Administrateur délégué Vice-président de Covéa, président de l institut Diderot, administrateur MMA Bernard BARBOTTIN Vice-président Président de l Ordre national des pédicures-podologues, vice-président de MAAF Assurances SA Michel CASTAGNÉ Vice-président Négociant en produits de sol, vice-président de la BPO, président du CS de ABP IARD Michel ROUX Vice-président Président de Covéa Ré, vice-président de MAAF Vie Charles ZANONI Secrétaire Chauffagiste retraité, président URSSAF Savoie Jean ALSINA Maître artisan prothésiste dentaire retraité Jean-Michel BANLIER Artisan ébéniste, président de la chambre de métiers 79 et de la chambre régionale Poitou-Charentes Michèle BEYT Directrice adjointe retraitée Hubert COUPRIE Chef d entreprise retraité, gérant de SCI Emmanuel FAY Responsable régional exploitation Immochan Roger FRAUX Salarié MAAF Assurances, chargé de mission Jean-Philippe GAUDUCHON Salarié MAAF Assurances, gestionnaire matériel auto Renée MORAN Conseillère juridique et fiscale retraitée Jean-Pierre PAQUIEN Directeur général CIFOP-CIMI Jean-Jacques VOUHÉ Directeur de société retraité, président du comité d audit, président du conseil de surveillance de Covéa Finance Nicole GAUFICHON Cabinet du président et du conseil d administration COMITÉ D AUDIT Jean-Jacques VOUHÉ Président Directeur de société retraité, président du conseil de surveillance de Covéa Finance Renée MORAN Conseillère juridique et fiscale retraitée Jean-Pierre PAQUIEN Directeur général CIFOP-CIMI Christian CORAZZA Salarié MAAF Assurances, directeur de l agence de Cluses (74) 11

14 CHIFFRES CLÉS MAAF au SALARIÉS 585 POINTS DE VENTE PRÈS DE1 million DE BÉNÉFICIAIRES SANTÉ 3,8 millions DE VÉHICULES ASSURÉS 2,4 millions DE CONTRATS HABITATION 12

15 NOS CLIENTS 3,6 millions DE SOCIÉTAIRES ET CLIENTS Le segment «famille» est le plus fortement représenté ; près de 1,3 million de familles. REPÈRES EN 5 ANS, MAAF A CONQUIS PLUS DE NOUVEAUX SOCIÉTAIRES ET CLIENTS NETS. PARTICULIERS ET PROFESSIONNELS 80 % MAAF ET LES PROS 1 client sur 5 1 euro sur 3 de chiffre d affaires 56,8 % 20 % Créée en 1951 par et pour les artisans, MAAF Assurances est depuis plus de 60 ans le partenaire historique du monde des professionnels. Particuliers Professionnels ÉQUIPEMENT DE NOS CLIENTS Le taux de multi-équipement (1) de nos clients en portefeuille a progressé de 2,5 points en 5 ans pour atteindre 56,8 % fin TAUX DU MULTI-ÉQUIPEMENT (1) Multi-équipement : pourcentage de clients possédant au moins deux contrats dans un même univers ou dans plusieurs univers. (2) Notoriété spontanée : pourcentage de personnes qui citent spontanément la marque. (3) Souvenir publicitaire : pourcentage de personnes qui déclarent spontanément se souvenir de la publicité d une marque. (4) Questionnaire réalisé par BVA, envoyé à 1,5 million de clients par an, suite à un contact avec l enseigne MAAF. (3) et (4) Ces indicateurs sont le résultat d une étude confiée chaque mois à la TNS Sofres. Ce sondage est, à chaque fois, réalisé sur un échantillon d environ individus de 15 ans et plus, représentatif de la population française. CONTACTS CLIENTS À L ENSEIGNE 72 % Au total, ce sont près de 12,5 millions de contacts (agences, téléphone, Internet, visites clientèle). INDICATEURS DE NOTORIÉTÉ 38 % 32 % En 2013, MAAF consolide sa place de N 1 du souvenir publicitaire spontané dans son secteur. NOTE DE SATISFACTION CLIENT 8,2 DES CLIENTS SONT VENUS AU CONTACT DE MAAF EN DE NOTORIÉTÉ SPONTANÉE (2) DE SOUVENIR PUBLICITAIRE (3) (+ 0,2 POINT) Le niveau de satisfaction des clients traduit la qualité perçue au regard de la qualité attendue par le client, sur une échelle de 0 à 10. (4) 13

16 14

17 Nos activités 15

18 Auto-moto MAAF POWER DOPE LES VENTES ZOOM SUR 2013 MAAF progresse de plus de contrats automobiles nets, renouant avec un niveau de développement proche de 2009 et Avec un total de véhicules, le portefeuille MAAF Assurances SA a progressé de (1) contrats nets en 2013 (+ 2,2 %). Son chiffre d affaires (affaires directes) s élevait, fin 2013, à 1 331,6 millions d euros, en baisse de 3,8 % en raison de la remise tarifaire MAAF POWER. Hors remise, le chiffre d affaires est en hausse. Le transfert de la revalorisation des rentes versées aux accidentés du FGAO (2) vers les sociétés d assurances a pesé sur le ratio combiné de l activité auto-moto. Désormais, MAAF Assurances SA prend en charge la revalorisation des rentes en matière corporelle, s agissant des accidents de la circulation survenus à compter du 1 er janvier L impact s élève pour MAAF Assurances SA à 61 millions d euros. À l instar du marché et à l exception du bris de glace, MAAF a enregistré une légère amélioration de la sinistralité de fond (hors événements climatiques). Le coût annuel de ces derniers pour la branche automobile est en revanche en hausse, à 35 millions d euros (versus 23 millions d euros en 2012). CHIFFRE D AFFAIRES (3) 1 331,6 Me ,8 % + 2,2 % Nombre de contrats auto-moto (1) (1) Hors contrats Pro MPA. (2) FGAO : fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages. (3) MAAF Assurances, y compris majorations pour paiement fractionné. LE MARCHÉ DE L AUTOMOBILE ET LA RÉPONSE MAAF Dans un marché en recul, qui enregistre son plus bas niveau depuis 16 ans, MAAF consolide son avance grâce à l opération MAAF POWER. Le marché automobile français a enregistré une nouvelle baisse (- 5,7 %) en 2013, avec 1,79 million de voitures neuves immatriculées, son plus bas niveau depuis 16 ans. Le marché de l occasion, à 5,3 millions d unités (- 1 %), n a pas compensé le recul de celui du neuf. L écart entre le marché de l occasion et celui du neuf se creuse : il s est vendu en 2013 trois voitures d occasion pour une neuve. La vente des deux-roues dégringole, avec un marché du neuf en recul de 13,9 %. En 6 ans, la demande a chuté de 40 %. Dans ce contexte morose, et après deux années difficiles, MAAF Assurances SA réalise une forte progression de son portefeuille automobile. Cette performance s explique en grande partie grâce à l effet MAAF POWER (remise de 5 % sur les contrats 2013, à valoir sur l avis d échéance 2014, mais aussi maintien des tarifs 2014, et pour les nouveaux contrats, baisse des primes), relayé par un dispositif de communication de grande ampleur. Sur le plan de la sécurité routière, le renforcement des contrôles, l évolution des comportements (développement du covoiturage ) et le nouveau recul de la consommation de carburant (- 0,5 % en 2013 après - 1,2 % en 2012) ont contribué à un recul historique de 11 % du nombre de tués sur les routes (3250 contre en 2012). MAAF participe activement à la prévention des accidents de la route, notamment à travers son plan Vigicarotte déployé dans les discothèques, qui, depuis sa création en 2000, a permis de raccompagner en toute sécurité plus de jeunes.

19 Vie privée FORTE DYNAMIQUE DES RÉSEAUX COMMERCIAUX ZOOM SUR 2013 Un niveau de production exceptionnel. Fin 2013, le portefeuille multirisque habitation (MRH) de MAAF Assurances SA s établissait à contrats (+ 3 %). Le chiffre d affaires habitation est en progression de 3 %, à 458,7 millions d euros. Avec une croissance nette de contrats (+ 3 %), MAAF signe sa deuxième meilleure performance de la décennie, après 2009, année record. L année 2013 a été jalonnée de nombreuses intempéries : tempêtes de neige, inondations, qui ont représenté un coût annuel de 56 millions d euros (versus 39 millions d euros en 2012). La vingtaine d épisodes enregistrés tout au long de l année a ainsi généré pour MAAF dossiers MRH, pris en charge par les équipes d Assistance indemnisation services (AIS), qui ont mis tous les moyens à leur disposition pour répondre dans les meilleurs délais aux situations difficiles. En ce qui concerne les cambriolages, ils sont en hausse. Malgré une augmentation globale des fréquences (+ 2,1 %), l équilibre économique de l activité est maintenu % CHIFFRE D AFFAIRES (1) 458,7 Me + 3 % Nombre de contrats multirisque habitation LE MARCHÉ DE L HABITATION ET LA RÉPONSE MAAF Dans un marché de l immobilier qui se contracte, MAAF conquiert des parts de marché. Avec en 2013 un nombre de mises en chantier en baisse de 4,2 %, à , le marché de la construction n atteint pas la moyenne des dix dernières années ( ), tandis que les permis de construire accusent un repli de 12,4 %, à Ce recul s explique à la fois par la faible croissance économique, le manque de confiance des investisseurs et une hausse de la pression fiscale immobilière. Les perspectives 2014 sont moroses, en raison de la persistance d une situation économique dégradée et d un taux de chômage important, dans un contexte de maintien des prix de l immobilier neuf à un niveau élevé. Malgré ce contexte défavorable, MAAF a poursuivi sa progression sur le marché fortement concurrentiel de la multirisque habitation, en s appuyant à la fois sur sa notoriété, son positionnement tarifaire, la qualité de son offre, mais aussi sur sa stratégie de fidélisation volontariste mise en œuvre par les réseaux. Le nouveau devis, lancé en juin sur maaf.fr, a par ailleurs contribué à la forte hausse (+ 35 %) des souscriptions sur Internet. L activité vie privée représentait fin 2013 plus de 20 % du chiffre d affaires total réalisé par MAAF Assurances SA. (1) MAAF Assurances SA, hors chiffre d affaires protection juridique. 17

20 Professionnels UN DÉVELOPPEMENT EN DEMI-TEINTE ZOOM SUR 2013 Le portefeuille Multipro de MAAF Assurances SA se développe dans un contexte de ralentissement de l activité. À l instar du marché, MAAF Assurances SA a enregistré en 2013 un ralentissement de l activité auprès des professionnels. Si le portefeuille des contrats Multipro a progressé de 0,8 % à unités, son chiffre d affaires s est en revanche contracté de 3,3 % et celui de l assurance construction de 5,8 %. Le chiffre d affaires global des risques professionnels est en baisse de 4,8 %. Cette évolution s explique par le marasme économique persistant et l alourdissement de la fiscalité dans le secteur du bâtiment. Au final, les opérations de révisions menées par MAAF ont conduit à un réajustement à la baisse des cotisations d assurance, en raison de la contraction de l activité mais aussi des effectifs des entreprises, et cela, dans un contexte de hausse contenue des tarifs. Sur le plan de la sinistralité, MAAF Assurances SA enregistre une baisse globale des fréquences (- 3,6 %). Cependant, la garantie tempête est en augmentation, de même que les sinistres de forte intensité, qui contribuent à la dégradation de dix points sur un an du ratio sinistres sur cotisations ,8 % CHIFFRE D AFFAIRES (1) 295,6 Me ,8 % Nombre de contrats Multipro (1) (1) MAAF Assurances SA. (2) CAPEB : Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment. (3) CMA : Chambres de métiers et de l artisanat. (4) APCMA : Assemblée permanente des chambres de métiers et de l artisanat. LE MARCHÉ DES PROFESSIONNELS ET LA RÉPONSE MAAF Alors que le nombre de faillites poursuit sa hausse, MAAF a multiplié les opérations de proximité avec ses clients professionnels. En 2013, le nombre de défaillances d entreprises a progressé de 2 %, à unités. Tous les secteurs sont concernés, même si en valeur absolue c est le secteur de la construction qui paie le plus lourd tribut (15 756). Près de défaillances soit 86,3 % sont le fait de micro-entreprises, qui paient la panne de la consommation des ménages. Le rebond de l économie française reste poussif et fragile. Les créations d entreprises, au nombre de , sont en baisse de 2,1 % sur un an. En décembre, une création d entreprise sur deux était une demande d auto-entreprise. MAAF, en sa qualité d assureur historique du monde artisan, a réaffirmé en 2013 son engagement auprès de ses instances représentatives et plus particulièrement des CAPEB (2) et des CMA (3) départementales et régionales. MAAF était présente à la semaine nationale de l artisanat, et s est par ailleurs associée à l APCMA (4) à l occasion du lancement de l opération «Passionnément Artisans», programme d une vingtaine d évènements organisés en 2013 et en 2014 dans différentes villes du territoire. MAAF a par ailleurs collaboré au site femmesdelartisanat.com. Fin 2013, elle était présente à la sixième édition du salon des entrepreneurs de Nantes Grand Ouest. Dans le domaine de la santé collective, MAAF a proposé aux petites entreprises son savoir-faire, avec son offre Les Façonnables, qui couvre désormais plus de entreprises. En 2014, un projet de loi artisanat, commerce et très petites entreprises, portant sur la création d un statut unique d entrepreneur individuel devrait voir le jour. Il vise à simplifier et harmoniser les régimes actuels (auto-entrepreneur et microsocial).

21 Santé BELLE PROGRESSION DU CHIFFRE D AFFAIRES ZOOM SUR 2013 Montée en puissance de la santé collective. Fin 2013, le portefeuille global (individuel et collectif) de MAAF Santé couvrait, hors contrats CMU, bénéficiaires (- 1,1 %). Le chiffre d affaires a progressé de 4,5 %, à 491,1 millions d euros. L année a été marquée par le lancement de la nouvelle offre individuelle VIVAZEN modulable, qui répond à une double promesse : défendre le budget des assurés (avec des bonus fidélité, couple et famille, l accès aux réseaux Partenaires qualité prix ), mais aussi les accompagner au travers de garanties d assistance, d un site d informations et de prévention santé, ou encore de services accessibles sur maaf.fr ou sur smartphones. Plus de assurés ont bénéficié, en 2013, du nouveau contrat VIVAZEN. Sur la santé individuelle, la production a été négative en 2013 ( bénéficiaires), en raison notamment d une concurrence toujours plus agressive sur ce marché très convoité. Quant à la santé collective, elle a progressé de façon significative (+ 11,5 %), grâce au partenariat entre MAAF et Apgis. On enregistre une montée en puissance de l offre santé modulable à destination des TPE (1) - Les Façonnables - lancée en 2012 (plus de entreprises équipées). Le portefeuille global en santé collective s élève à bénéficiaires. Les résultats techniques et les charges d exploitation sont bien orientés et permettent d améliorer très légèrement le ratio combiné à 95,7 %. + 4,5 % CHIFFRE D AFFAIRES 491,1 Me - 1,1 % Nombre de bénéficiaires santé (Hors contrats CMU) (1) TPE : très petites entreprises. (2) Contrats solidaires et responsables : créés par le gouvernement en 2003, ce label permet de distinguer les contrats qui s inscrivent dans le cadre du parcours de soins avec le médecin traitant. LE MARCHÉ DE LA SANTÉ ET LA RÉPONSE MAAF Alors que les équilibres du marché de l assurance santé sont en passe d être modifiés en profondeur, MAAF s organise pour être un acteur santé significatif. L assurance maladie présentait, fin 2013, un déficit de près de 7,7 milliards d euros, et reste la plus déficitaire des quatre branches de la Sécurité sociale (maladie, retraite, famille, accidents du travail). C est dans ce contexte que des dispositions majeures ont été adoptées en 2013, appelant à modifier en profondeur le marché de la santé. Parmi celles-ci, la signature d un accord national interprofessionnel (ANI), créant l obligation, pour les entreprises du secteur privé, de mettre en place une couverture complémentaire santé pour tous leurs salariés d ici au 1 er janvier L enjeu est de taille : 4 millions de salariés supplémentaires couverts par un contrat collectif. Autre évolution, l encadrement des contrats «responsables» (2) des mutuelles, portant sur le niveau de prise en charge des dépassements des honoraires médicaux, en optique et dentaire. Son objectif est d exclure les pratiques contribuant à solvabiliser les soins pratiqués à un tarif excessif. Et pour les mutuelles, un alourdissement de la fiscalité se profile en cas de non-respect. Dans cet environnement en pleine mutation, MAAF s appuie sur Covéa pour préserver son portefeuille en santé individuelle, mais aussi pour prendre des parts de marché dans le domaine de la santé collective. MAAF bénéficie ainsi des retombées du partenariat conclu en 2011 avec l institution de prévoyance Apgis. 19

22 Prévoyance UNE VITALITÉ CONFIRMÉE ZOOM SUR 2013 Une croissance de 7,9 % du chiffre d affaires. Conformément à sa stratégie, MAAF a poursuivi en 2013 son développement en assurances de personnes. Le chiffre d affaires prévoyance est ainsi en hausse significative de 7,9 %, à 132,5 millions d euros. Fin 2013, le portefeuille prévoyance MAAF s établissait à contrats ( ). Si la croissance en nombre de contrats est modeste (+ 1,6 %), en revanche le niveau des garanties souscrites est en hausse, signe d une amélioration de la couverture prévoyance des assurés. En 5 ans, MAAF Assurances SA a ainsi constaté une hausse de 30 % de la cotisation moyenne sur son contrat phare Tranquillité Famille, qui protège des accidents de la vie courante ,9 % CHIFFRE D AFFAIRES 132,5 Me + 1,6 % Nombre de contrats prévoyance (1) CAPEB : Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment. LE MARCHÉ DE LA PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE ET LA RÉPONSE MAAF Alors que le niveau de protection reste faible en France, MAAF entend mieux accompagner ses clients dans ce domaine. Le marché de la Garantie des accidents de la vie est appelé à se développer. En effet, chaque année, les accidents de la vie courante font plus de 4 millions de blessés et sont à l origine de décès. Alors que huit Français sur dix estiment qu il est important d assurer la protection financière de leur famille en cas de coup dur, seul un Français sur deux déclare être couvert par un contrat prévoyance. Chez MAAF, le contrat Tranquillité Famille (TRF), qui protège des accidents de la vie courante, représente plus de sept contrats prévoyance sur dix. Sur le portefeuille TRF, la cotisation moyenne a augmenté de 7 % comparé à fin L outil d aide à la vente Les Solutions MAAF Prévoyance a permis de réaliser des diagnostics personnalisés qualitatifs, mettant en relief les insuffisances des prestations du régime obligatoire. MAAF propose par ailleurs, en partenariat avec la CAPEB (1), une offre prévoyance dédiée aux conjoints d artisans (femmesdelartisanat.com). Dans le domaine de l assurance crédit, la loi Hamon sur la consommation votée en janvier 2014, offre une année de réflexion à l emprunteur, afin de lui permettre de vérifier la qualité de son assurance prêt immobilier. Il aura donc la liberté de changer de contrat durant la première année de souscription, sans que l assureur puisse le lui refuser, à garanties identiques. Objectif : mieux faire jouer la concurrence. 20

LES DÉLÉGUÉS MAAF ASSURANCES AU 1 ER JANVIER 2015

LES DÉLÉGUÉS MAAF ASSURANCES AU 1 ER JANVIER 2015 VIE MUTUALISTE LES DÉLÉGUÉS MAAF ASSURANCES AU 1 ER JANVIER 2015 RÉGION 1 ALSACE (67-68) 31 décembre 2017 BIHR Christian MULHOUSE HIMMELSPACH François MULHOUSE CLAITE Éliane STRASBOURG LANG Gérard STRASBOURG

Plus en détail

REPÈRES ACTIVITÉS RÉSULTATS VIE MUTUALISTE. 1 Mot du président-directeur général 2 Interview du directeur général

REPÈRES ACTIVITÉS RÉSULTATS VIE MUTUALISTE. 1 Mot du président-directeur général 2 Interview du directeur général PANORAMA MAAF 2014 1 Mot du président-directeur général 2 Interview du directeur général REPÈRES 6 MAAF au sein de Covéa 10 Gouvernance 12 Chiffres clés 13 Nos clients RÉSULTATS ACTIVITÉS 16 Auto-moto

Plus en détail

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.»

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» L essentiel 2013 «Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» Comment caractérisez-vous l année 2013 pour Covéa? Commercialement, 2013 a été plutôt satisfaisante

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

PANORAMA GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES

PANORAMA GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES PANORAMA 2010 GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES 02 / MAAF AU SEIN DE COVÉA NOTRE GROUPE 04 / CHIFFRES CLÉS 06 / ADMINISTRATION DU GROUPE 08 / ORGANIGRAMME 10 / AUTO-MOTO NOS ACTIVITÉS 11 / VIE PRIVÉE 12 /

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

Groupe mutuel MAAF Assurances PANORAMA

Groupe mutuel MAAF Assurances PANORAMA Groupe mutuel MAAF Assurances PANORAMA 2009 Au niveau national 5 e assureur automobile* 7 e assureur de biens et de responsabilité* 1 re mutuelle d assurance des professionnels MAAF récolte les fruits

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social Neuilly, le 2 février 2009 Objet : Aménagement régime Retraite - Prévoyance Madame, Monsieur, Votre entreprise va - si ce n'est pas déjà le cas - être confrontée à des aménagements de ses régimes de retraite

Plus en détail

PANORAMA GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES

PANORAMA GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES PANORAMA 2011 GROUPE MUTUEL MAAF ASSURANCES NOTRE GROUPE 02 / MAAF AU SEIN DE COVÉA 04 / ADMINISTRATION DU GROUPE 06 / ORGANIGRAMME 08 / CHIFFRES CLÉS - NOS ACTIVITES 10 / AUTO-MOTO 11 / VIE PRIVÉE 12

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

MAAF. la RÉFÉRence qualité PRIx. PAcTE MAAf. nos ACTIVITÉS. le Pacte MAAF. Efficace et pas chère. Pacte MAAF. PouVoIR D AChAT.

MAAF. la RÉFÉRence qualité PRIx. PAcTE MAAf. nos ACTIVITÉS. le Pacte MAAF. Efficace et pas chère. Pacte MAAF. PouVoIR D AChAT. JuIn 2013 PAnoRAMA REPèRES nos ACTIVITÉS nos RÉSuLTATS 2 Message du Président 4 MAAF au sein de Covéa 6 Gouvernance MAAF 8 Chiffres clés 9 Nos clients 12 AuTo-MoTo 13 VIE PRIVÉE 14 PRoFESSIonnELS 15 SAnTÉ

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

«Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui

«Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui 2014 L essentiel «Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui concernent l'ensemble des acteurs de l'assurance.»

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Pacifica notre métier, protéger votre famille et vos biens privés et professionnels

Pacifica notre métier, protéger votre famille et vos biens privés et professionnels Pacifica notre métier, protéger votre famille et vos biens privés et professionnels Pacifica, filiale assurance dommages de crédit agricole assurances, a pour ambition de contribuer à la différenciation

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Branche maladie PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Bourg en Bresse 65,19% 86,38% 75,79% 170,75 226,25 397,00 Laon 85,39% 86,38% 85,89% 223,66 226,25 449,91 St Quentin 91,73% 86,38% 89,06% 240,27 226,25 466,52

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

La Carac est la première mutuelle d épargne.

La Carac est la première mutuelle d épargne. La Carac est la première mutuelle d épargne. Forte de 88 ans d expérience, elle met son savoir-faire au service des acteurs professionnels de la protection des majeurs. La Carac propose aujourd hui des

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance

Une banque coopérative solide engagée dans sa région. Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance 2012 CAISSE D EPARGNE : UNE BANQUE ENGAGÉE DANS SA RÉGION LA BANQUE. NOUVELLE DÉFINITION. LE MESSAGE DES PRÉSIDENTS Victor Hamon Président du Conseil d Orientation et de Surveillance Jean-Marc Carcelès

Plus en détail

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Bourg en Bresse, Lyon et Saint Etienne Les charges de l année 2005 L Observatoire National de Charges de Copropriété de la CNAB s est assigné trois

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Réunion d information plaques régionales DAEP/DESL. Le 20 Novembre 2012

Réunion d information plaques régionales DAEP/DESL. Le 20 Novembre 2012 Réunion d information plaques régionales DAEP/DESL Le 20 Novembre 2012 Sommaire 1 Point sur l année écoulée 2 Nos ambitions pour demain 3 Pistes de réflexion sur l organisation 2 Bilan 2012 Une dynamique

Plus en détail

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION

AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION AU SERVICE DE SES CLIENTS ET DE SA RÉGION RAPPORT ANNUEL 2013 MESSAGE DES PRÉSIDENTS Jean-Paul Foucault Président du conseil d orientation et de surveillance Didier Patault Président du directoire Le sens

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Allianz en France, nous connaître de A à Z

Allianz en France, nous connaître de A à Z Allianz en France, nous connaître de A à Z 100 % Allianz, 100 % Clients, 100 % Simple. La nouvelle donne qui prévaut dans l assurance est celle d un consommateur en recherche de proximité et de confiance,

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance

Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance Notre mutuelle est différente Un million de personnes nous accordent déjà leur confiance Santé Prévoyance Retraite épargne notre mutuelle pour vous protéger «Je compte assurer ma protection et celle de

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

Avec la. Croix-Rouge française, formez vos jeunes. en service civique. au PSC 1!

Avec la. Croix-Rouge française, formez vos jeunes. en service civique. au PSC 1! Avec la Croix-Rouge française, formez vos jeunes en service civique au PSC 1! Vous accueillez au sein de votre structure des jeunes en service civique pour une mission d intérêt général de 6 à 12 mois?

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau

La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau 17 juin 2013 La Banque de France à horizon 2020 : projet de modernisation du réseau La Banque de France s est fortement mobilisée au service de l économie et de la Nation dans le contexte de la crise financière.

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14.

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Organisme signataire Type TP Organisme AMC Libellé 01011 CPAM BOURG EN BRESSE RO T Néant 01021 CPAM LAON RO T Néant 01022 CPAM ST QT RO T

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse Vendredi 28 mars 2014 Conférence de presse Point sur 2013 et perspectives pour 2014 Le Crédit Agricole Alsace Vosges : une banque régionale de plein exercice en profonde transformation Page 2-28/03/2014

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

LA VALORISATION DES RESSOURCES

LA VALORISATION DES RESSOURCES LA VALORISATION DES RESSOURCES ÉDITO Valoriser les ressources humaines de l entreprise Samsic RH propose une offre de services complète visant à faciliter l accompagnement et la gestion des ressources

Plus en détail

Information trimestrielle au 30 septembre 2010

Information trimestrielle au 30 septembre 2010 CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL NORD DE FRANCE Société coopérative à capital et personnel variables. Siège social : 10, avenue Foch, B.P. 369, 59020 Lille Cedex. 440 676 559 R.C.S. Lille. Information

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS EN IMMOBILIER RESIDENTIEL NEUF «SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE Synthèse avril 2010 PAR TEMPS COUVERT SUR L HEXAGONE. LES DYSFONCTIONNEMENTS

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Actualités. Nos fonds CIES plébiscités. www.regardbtp.com : tous en ligne! L épargne salariale ne connaît pas la crise

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Actualités. Nos fonds CIES plébiscités. www.regardbtp.com : tous en ligne! L épargne salariale ne connaît pas la crise LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE JANVIER 2015 www.regardbtp.com RBTP 0001 - V4-01/2015 - Document non contractuel. ÉDITO PARTICULIERS Découvrez dans cette lettre annuelle, les nouveautés de l épargne salariale

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 29/12/97 MMES et MM les Agents Comptables Origine : - des Caisses Primaires

Plus en détail

Cartographie régionale des risques

Cartographie régionale des risques Direction des Etudes et de l Observatoire Immobilier L investissement en immobilier résidentiel neuf Cartographie régionale des risques Synthèse Juillet 2009 Direction Etudes & Observatoire Immobilier

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX

RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX RÉHABILITATION DES LOGEMENTS SOCIAUX L offre de prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Pour la réussite de tous les projets Une offre globale pour vos opérations de réhabilitation La Caisse

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS Rapport d'acivites 2010.indd 1 08/11/11 12:21 2 NATIXIS RAPPORT D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Caroline ALBANET-SAROCCHI Associée Directeur

Plus en détail

Une ETI* coopérative. 1 er. en Banque, Assurances et Immobilier. * Entreprise de Taille Intermédiaire

Une ETI* coopérative. 1 er. en Banque, Assurances et Immobilier. * Entreprise de Taille Intermédiaire * Entreprise de Taille Intermédiaire Une ETI* coopérative en Banque, Assurances et Immobilier 1 er PARTENAIRE DE L ÉCONOMIE DÉPARTEMENTALE LES CHIFFRES CLÉS 2014 UNE ETI COOPÉRATIVE actrice EN BANQUE,

Plus en détail

100 % PARTENAIRE DE NOTRE RÉGION

100 % PARTENAIRE DE NOTRE RÉGION 100 % PARTENAIRE DE NOTRE RÉGION Message des présidents Philippe Sueur Président du conseil d orientation et de surveillance Didier Patault Président du directoire Depuis bientôt 200 ans, la défense de

Plus en détail

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise

Triadys Retraite 39. La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise É P A R G N E R E T R A I T E E N T R E P R I S E Triadys Retraite 39 La solution de retraite supplémentaire à prestations définies de votre entreprise Votre entreprise a besoin d eux... leur retraite

Plus en détail

Prestataires de services

Prestataires de services Prestataires de services Découvrez les solutions d assurance et d assistance destinées à protéger votre activité professionnelle et à préserver votre vie privée. www.allianz.fr Avec vous de A à Z 2 Allianz,

Plus en détail

Rencontres. Propos d accueil. Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro. Didier LEGRAND Directeur général MutRé

Rencontres. Propos d accueil. Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro. Didier LEGRAND Directeur général MutRé Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Propos d accueil Didier LEGRAND Directeur général MutRé 2013 Biarritz les 7 et 8 novembre MutRé RAPPEL DU PROGRAMME MutRé 2013

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Restaurant traditionnel

Restaurant traditionnel Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE 4ème édition Editions MCBG 2009 ISBN 2-84759-017-X Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 RESULTATS TS 2013 DU GROUPE LA POSTE Chiffre d affaires consolidé de 22 084 millions d euros, en progression

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Vous êtes bien. à la Mutuelle de Poitiers. Un fonctionnement unique qui vous convient. Je regroupe mes contrats et j y gagne!

Vous êtes bien. à la Mutuelle de Poitiers. Un fonctionnement unique qui vous convient. Je regroupe mes contrats et j y gagne! Numéro 24 - Décembre 2013 Vous êtes bien à la Mutuelle de Poitiers Un fonctionnement unique qui vous convient «Chez nous, pas de plateau téléphonique.» 2 Je regroupe mes contrats et j y gagne! Avantages

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail