Projet de recherche. Anne-Laure Dalibard Concours CNRS N 01/05

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de recherche. Anne-Laure Dalibard Concours CNRS N 01/05"

Transcription

1 Projet de recherche Anne-Laure Dalibard Concours CNRS N 01/05 Dans les années à venir, je compte développer trois grands axes de recherche, classés ici par ordre décroissant d importance du temps que je souhaite leur consacrer. Le premier et le deuxième thème sont partiellement liés : il s agit respectivement d étudier des modèles de fluides géophysiques et de rugosité en mécanique des fluides. Le troisième volet de ce programme de recherche est indépendant des autres, et porte sur le comportement en temps long des solutions de lois de conservation scalaires. 1 Étude de fluides géophysiques Le but de cette première thématique de recherche est d étudier mathématiquement le comportement des fluides géophysiques. Cette question se situe dans la continuité des travaux que j ai effectués après la fin de ma thèse, et qui ont donné lieu à la rédaction de trois articles de recherche, dont deux en collaboration avec Laure Saint-Raymond. Les modèles considérés décrivent l évolution des fluides océaniques ou atmosphériques dans un référentiel terrestre en rotation, sur des domaines qui s étendent horizontalement sur plusieurs milliers de kilomètres, et verticalement sur quelques kilomètres. Les forces qui s exercent sur le système sont la force de Coriolis et la force de pesanteur. Ces deux forces se compensent, créant ainsi un équilibre dit «géostrophique», autour duquel apparaissent de petites oscillations. La compréhension de ce mécanisme de compensation et la description des fluctuations autour de l équilibre sont deux enjeux majeurs de la modélisation. Du point de vue mathématique, l évolution du système (océan ou atmosphère) est régie par les équations de la mécanique des fluides, portant sur la densité, la vitesse, l énergie volumique ou la température du fluide. Ce système d équations est ensuite réduit à l aide d équations d état ou d approximations physiques qui dépendent de la situation étudiée (voir [14]). À titre d exemple, une approximation classique consiste à supposer que le fluide est homogène, ou encore que la zone géographique considérée se situe sous des latitudes tempérées, de sorte que l on peut négliger les variations spatiales (dans les coordonnées locales) du vecteur de rotation de la Terre. Objectifs généraux et outils. Le but est, dans un premier temps, de montrer l existence de solutions du système réduit, puis de passer à la limite lorsque le 1

2 petit paramètre ε := U tend vers zéro, où U (resp. L) est une vitesse (resp. 2 Ω L une distance) horizontale caractéristique du mouvement, et Ω est la vitesse de rotation de la Terre. Cette limite correspond donc à des situations où la vitesse de rotation de la Terre est grande devant la vitesse angulaire caractéristique du fluide ; pour l Atlantique occidental, par exemple, on a ε 10 3, et cette approximation est justifiée. Ce type d étude s apparente donc à des problèmes de perturbation singulière ; dès lors, la première étape en vue du passage à la limite consiste à étudier le spectre de l opérateur de pénalisation, et les ondes associées à celui-ci. Le système limite est ensuite obtenu grâce à des méthodes de filtrage, introduites indépendamment par Emmanuel Grenier [16] et Steven Schochet [18]. Enfin, les preuves de convergence nécessitent de construire une solution approchée, dont on montre qu elle est proche de la solution du problème de départ grâce à des estimations d énergie. Cette solution approchée se décompose en général d un terme dit intérieur, qui est solution de l équation filtrée et qui tient compte de la donnée initiale, et de termes de couches limites, qui rétablissent les conditions aux bords éventuellement violées par le terme intérieur. Cette méthode générale a été appliquée avec succès dans plusieurs modèles de fluides géophysiques (homogènes avec un vecteur rotation homogène pour la très grande majorité) ; on pourra par exemple se référer à [4, 14]. Quelques problèmes plus précis. Dans l article [8], puis dans [9] en collaboration avec Laure Saint-Raymond, j ai étudié le forçage par le vent de courants océaniques. Nous avons mené à bien le programme évoqué ci-dessus, mais sous des hypothèses assez fortes : en particulier, le fluide ainsi que le vecteur rotation de la Terre sont tous deux supposés homogènes. Or les océanographes s attendent à ce que plusieurs effets remarquables du forçage par le vent ne soient visibles que dans des modèles tenant compte des variations du vecteur rotation de la Terre. Un premier but à moyen terme sera de généraliser les résultats de [8, 9] au cas du modèle β-plan, pour lequel on prend une approximation affine (et non constante) pour le vecteur rotation de la Terre. Ce type d étude a déjà été réalisé par Isabelle Gallagher et Laure Saint-Raymond dans [13], où les auteurs étudient le modèle β-plan au voisinage des zones équatoriales (sans forçage par le vent). Après cela, une généralisation supplémentaire consistera à considérer des modèles dépendant de la densité. En effet, la stratification des fluides océaniques - c est-à-dire la répartition du fluide en couches d isodensité superposées - joue un rôle primordial dans l équilibre et dans la dynamique, et il serait donc intéressant de disposer d une méthode systématique pour étudier ces phénomènes. Pour cela, les travaux de Raphaël Danchin (voir par exemple [10, 11]) sont un point de départ possible. Enfin, la prise en compte de conditions aux bords réalistes est un autre enjeu important de la modélisation. Dans cette optique, des liens se tisseront naturellement avec mon deuxième axe de recherche, les modèles de rugosité en mécanique des fluides : dans le contexte de l océanographie, l objectif sera d étudier les consé- 2

3 quences sur la dynamique globale des irrégularités des fonds marins ou des côtes. Plus précisement, je compte m intéresser aux effets de la rugosité sur les couches limites. Des études ont déjà été menées par David Gérard-Varet [15] et David Gérard Varet et Didier Bresch [3] pour des profils périodiques de rugosité, et le but sera dans un premier temps de généraliser leurs travaux à un cadre aléatoire et stationnaire. Environnement scientifique. Je participe au groupe de travail «Maths- Océano», mis en place par Laure Saint-Raymond à la rentrée septembre 2007, grâce auquel je suis en contact régulier avec des mathématiciens spécialistes du domaine (Laure Saint-Raymond, Isabelle Gallagher, David Gérard-Varet...) ainsi qu avec des océanographes. Ainsi, lors de la première séance, Bach Lien-Hua (Ifremer) a soulevé plusieurs questions liées au forçage des courants marins par le vent, ce qui a permis de dégager quelques unes des problématiques exposées plus haut. 2 Modèles de rugosité en mécanique des fluides Le but de ce deuxième axe de recherche est de comprendre les effets d une paroi rugueuse sur la dynamique d un fluide au contact de celle-ci. Outre les questions liées à l océanographie, mentionnées dans la première partie, il s agit d étudier par exemple des problèmes de microfluidique. Cette thématique de recherche est en grande partie nouvelle pour moi, mais se rapproche néanmoins des travaux que j ai effectués dans ma thèse, puisque la modélisation des rugosités se traduit souvent mathématiquement par des problèmes d homogénéisation. Motivations physiques. La problématique est d obtenir une description précise des propriétés de glissement d un fluide sur une surface rugueuse. Il semble naturel, et il est de fait communément admis, que la rugosité augmente les effets de friction sur le bord de la paroi, allant jusqu à supprimer toutes les propriétés de glissement au niveau macroscopique. Néanmoins, des expériences et des simulations récentes (voir par exemple [5]) indiquent au contraire que pour certaines surfaces hydrophobes et très rugueuses, soumises à de faibles pressions, les irrégularités de la surface améliorent les propriétés de glissement. Ce phénomène s explique par la formation d une interface composite : des poches d air s immiscent dans les creux des aspérités de la surface, et le fluide glisse sur ce coussin d air au lieu d être au contact direct de la paroi. La minimisation des effets de friction est un enjeu industriel primordial, car l énergie dissipée pour faire passer un fluide visqueux dans des microcanaux est considérable. Toutefois, il semble difficile pour l instant de quantifier ces propriétés de glissement à l aide d une loi empirique, car les résultats expérimentaux, par ailleurs peu nombreux, sont très disparates. D après les physiciens, ces différences quantitatives pourraient s expliquer par des propriétés de mouillage variables d une expérience à l autre, ou par la formation de «nano-bulles» à l interface fluide/paroi. Disposer d études mathématiques approfondies sur le sujet permettrait de trancher entre ces différents points de vue, et de mieux comprendre le phénomène de glissement. 3

4 D autre part, dans l idée d accentuer l effet de ce glissement, on peut utiliser un procédé d électrophorèse pour concentrer l écoulement dans une couche limite près de la surface rugueuse «glissante». Un deuxième objectif sera de décrire mathématiquement ce phénomène de couche limite. Modélisation et outils mathématiques. D un point de vue formel, la rugosité de la surface peut être modélisée d au moins deux façons : soit par le manque de régularité de la fonction représentant la surface, soit par son caractère fortement oscillant. Je compte me concentrer plutôt sur le deuxième aspect, ce qui conduit donc à représenter une surface rugueuse par une équation du type ( z = f x, y, x ε, y ), (x, y, z) R 3, ε où ε est un petit paramètre. Une hypothèse classique consiste à supposer que la fonction f est périodique mais en général, les rugosités sont dûes à des défauts de fabrication de la paroi, par exemple, et il semble donc plus réaliste de supposer que la fonction f est aléatoire. Je serai donc naturellement amenée à étudier des problèmes d homogénéisation stochastique de systèmes fluides. Pour cela, mes travaux antérieurs sur l homogénéisation stochastique d équations de transport (voir [7]), ainsi que sur le forçage aléatoire par le vent de courants océaniques (voir [8]), seront des atouts certains. En passant à la limite lorsque le petit paramètre ε tend vers zéro, on espère trouver une condition aux limites effective, appelée loi de paroi. Ce type d étude a été mené par exemple par David Gérard-Varet dans [17], pour des conditions aux limites de type Dirichlet. Compte tenu des motivations physiques exposées plus haut, mon but est de généraliser ce travail à des conditions aux limites mixtes, afin de prendre en compte les bulles qui se forment dans les cavités de la surface. Un point de départ possible serait de considérer des conditions de type Neumann dans les zones où le fluide est en contact avec une bulle d air, et Dirichlet pour l interface fluide/paroi. Cette étude devrait spontanément conduire à étudier des phénomènes de couches limites, ce qui facilitera sans doute l attaque du deuxième point mentionné plus haut. Environnement scientifique. David Gérard-Varet (CNRS, DMA-UMR 8553, École normale supérieure) m a proposé de participer à un projet ANR-Jeunes chercheurs, sur les modèles de rugosité en mécanique des fluides. La demande de projet sera déposée autour du mois de mars 2008, et si celui-ci est accepté, l équipe comportera des mathématiciens «numériciens» et «théoriciens». 3 Comportement en temps long de solutions de lois de conservation scalaires Cette partie de mon projet de recherche est totalement indépendante des deux premières ; mon intérêt pour ces questions est né de discussions avec Denis Serre. Il 4

5 s agit d étudier le comportement en temps long de solutions entropiques de lois de conservation visqueuses ou hyperboliques. Dans un premier temps, je me concentrerai sur l étude du système u t + div xa(x, u(t, x)) x u = 0, t > 0, x T N (1) u(t = 0) = u 0 L (T N ). (2) Connaître le comportement lorsque t de u(t) est une question directement inspirée de certains de mes travaux de thèse, et j y ai d ailleurs consacré l un de mes articles. J ai démontré, sous certaines hypothèses sur le flux et à condition que la donnée initiale soit comprise entre deux solutions stationnaires de la loi (1), que la famille u(t) converge exponentiellement vite vers une solution stationnaire de (1). Le but ici sera donc de comprendre dans quelle mesure ce résultat peut être généralisé à des classes plus grandes de données initiales. Dans un second temps, je compte m intéresser à un problème similaire, mais sans doute plus difficile en raison de son hyperbolicité. En effet, il s agit de comprendre la nature du comportement en temps long de la solution du système u t + div xa(x, u(t, x)) = 0, t > 0, x Ω (3) u(t = 0) = u 0 L (Ω), (4) où Ω = T N ou R N. À ma connaissance, ce type de comportement asymptotique a été étudié majoritairement dans le cas homogène ; l hypothèse classique sur le flux A est alors une condition de convexité, sous laquelle on démontre qu il y a convergence vers une solution stationnaire de (3) (voir par exemple [12], [19], ainsi que l ouvrage de C. Dafermos [6]). Il est important de souligner que la seule non-linéarité du flux est insuffisante pour obtenir ce résultat, comme le montre un contre-exemple de Debora Amadori et Denis Serre dans [1] : les auteurs construisent, pour un flux A particulier, non linéaire et non convexe, une solution périodique en temps et en espace de (3). Dès lors, la solution de (3) ne peut converger vers un état stationnaire pour toute donnée initiale. La convexité est donc une condition cruciale en dimension un, et il faudra dégager des hypothèses non triviales en dimension supérieure. Objectifs précis et pistes possibles. Dans le cas visqueux, supposer que la donnée initiale est comprise entre deux solutions stationnaires est une hypothèse relativement classique dans un cadre parabolique ; on pourra par exemple se référer à [19], ou encore à [2]. Néanmoins, dans [19], les résultats de convergence sont généralisés à des profils quelconques de donnée initiale, ce qui laisse penser que le même type d étude peut être entrepris ici. Je commencerai par étudier le cas où le flux A est de la forme A(y, v) = φ(y)g(v), où φ est périodique. En effet, de nombreux calculs explicites sont possibles dans ce cas, et en particulier, la forme des états stationnaires est connue. Il semble donc plus accessible d obtenir des conditions nécessaires et suffisantes de convergence dans ce cadre. D un point de vue mathématique, le 5

6 phénomène de convergence est dû à des propriétés de dissipation par diffusion : les parties de la solution u(t) qui se trouvent respectivement au-dessus et en-dessous du profil stationnaire ont tendance à décroître avec le temps. Quant au cas hyperbolique, le type de résultat que je souhaite généraliser dans un premier temps est celui obtenu par D. Amadori et D. Serre dans [1] : ces auteurs considèrent un flux A du type A(y, v) = f(v) V (y), avec V périodique, en dimension 1. Sous une hypothèse de convexité de f, ils montrent que u(t) converge quand t vers une solution stationnaire de (3) ; sous une hypothèse supplémentaire sur V, cet état stationnaire peut être déterminé de façon unique en fonction de u 0. Ce projet nécessite donc de connaître les états stationnaires de la loi (4) ; toutefois, on peut diviser la preuve de [1] en deux étapes. La première s appuie des arguments de systèmes dynamiques, et ne fait pas appel à la forme des solutions stationnaires de (3). On peut donc imaginer que l on puisse généraliser les résultats de cette première partie en dimension supérieure (c est-à-dire pour un flux A(y, v) = f(v) V (y), avec N 2) en admettant l existence de solutions stationnaires. La seconde partie, en revanche, repose sur une étude précise des solutions stationnaires, ainsi que sur la structure des chocs de (3)-(4) en dimension un. Pour cette partie, il faudra donc vraisemblablement mettre en place d autres arguments, ou commencer par étudier les solutions stationnaires de (3). En ce qui concerne ce dernier point, je dispose déjà de résultats partiels : si les solutions stationnaires vérifient des estimations a priori dans L p, avec p suffisamment grand, alors l existence découle d un résultat de compacité, pourvu que le flux soit non linéaire. L argument repose sur l utilisation de lemmes de moyenne pour une formulation cinétique. Le point essentiel est donc d obtenir des bornes a priori sur les solutions stationnaires, mais pour l instant, de telles bornes ne sont connues que dans des cas très particuliers, essentiellement en dimensions un et deux. Références [1] Debora Amadori and Denis Serre, Asymptotic behavior of solutions to conservation laws with periodic forcing, J. Hyperbolic Differ. Equ. 3 (2006), no. 2, [2] Adrien Blanchet, Matteo Bonforte, Jean Dolbeault, Gabriele Grillo, and Juan- Luis Vazquez, Asymptotics of the fast diffusion equation via entropy estimates, Arch. Rat. Mech. Anal., à paraître. [3] Didier Bresch and David Gérard-Varet, Roughness-induced effects on the quasigeostrophic model, Comm. Math. Phys. 253 (2005), no. 1, [4] Jean-Yves Chemin, Benoît Desjardins, Isabelle Gallagher, and Emmanuel Grenier, Mathematical geophysics, Oxford Lecture Series in Mathematics and its Applications, vol. 32, The Clarendon Press Oxford University Press, Oxford, 2006, An introduction to rotating fluids and the Navier-Stokes equations. 6

7 [5] Cécile Cottin-Bizonne, Jean-Louis Barrat, Lydéric Bocquet, and Élisabeth Charlaix, Low-friction flows of liquid at nanopatterned interfaces, Nature materials 2 (2003), [6] Constantine M. Dafermos, Hyperbolic conservation laws in Continuum Physics, Grundlehren Mathematischen Wissenschaften, no. GM 325, Springer-Verlag, Berlin, Heidelberg, New York, [7] Anne-Laure Dalibard, Homogenization of linear transport equations in a stationary ergodic setting, Comm. Partial Differential Equations (2007), accepté. [8], Asymptotic behavior of a rapidly rotating fluid with random stationary surface stress, prépublication, [9] Anne-Laure Dalibard and Laure Saint Raymond, Mathematical study of resonant wind-driven oceanic motions, prépublication, [10] Raphaël Danchin, Local and global well-posedness results for flows of inhomogeneous viscous fluids, Adv. Differential Equations 9 (2004), no. 3-4, [11], The inviscid limit for density-dependent incompressible fluids, Ann. Fac. Sci. Toulouse Math. (6) 15 (2006), no. 4, [12] Bjorn Engquist and Weinan E, Large time behavior and homogenization of solutions of two-dimensional conservation laws, Comm. Pure Appl. Math (1993), no. 46, [13] Isabelle Gallagher and Laure Saint-Raymond, Mathematical study of the betaplane model : equatorial waves and convergence results, Mémoires de la Société Mathématique de France, à paraître. [14], On the influence of the earth s rotation on geophysical flows, Handbook of Mathematical Fluid Dynamics (Susan Friedlander and Denis Serre, eds.), vol. 4, Elsevier, [15] David Gérard-Varet, Highly rotating fluids in rough domains, J. Math. Pures Appl. (9) 82 (2003), no. 11, [16] Emmanuel Grenier, Oscillatory perturbations of the Navier-Stokes equations, J. Math. Pures Appl. (9) 76 (1997), no. 6, [17] David Gérard-Varet, The Navier wall law at a boundary with random roughness, soumis, [18] Steven Schochet, Fast singular limits of hyperbolic PDEs, J. Differential Equations 114 (1994), no. 2, [19] Denis Serre, L 1 -stability of nonlinear waves in scalar conservation laws, Evolutionary equations. Vol. I, Handb. Differ. Equ., North-Holland, Amsterdam, 2004, pp

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions.

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Problèmes mathématiques de la mécanique/mathematical problems in Mechanics Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Cristinel Mardare Laboratoire

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Curriculum Vitae - Francesco Fanelli

Curriculum Vitae - Francesco Fanelli Curriculum Vitae - Francesco Fanelli Centro di Ricerca Matematica Ennio De Giorgi Scuola Normale Superiore Collegio Puteano Bureau: 21 Piazza dei Cavalieri, 3 Téléphone: +39.050.509192 I-56100 Pisa ITALIE

Plus en détail

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D COURS ÉCRIT Modèles prototype D....................... 2 L instabilité roll waves d un écoulement incliné........ 5 3 Instabilité de Kelvin Helmoltz................... 4 Stabilité des écoulements parallèles................

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

CURRICULUM VITAE Anne de Bouard

CURRICULUM VITAE Anne de Bouard CURRICULUM VITAE Anne de Bouard née le 1er mai 1965 à Caen (14) Mariée, 2 enfants Nationalité : Française http://www.cmap.polytechnique.fr/~debouard debouard@cmap.polytechnique.fr CMAP, Ecole Polytechnique

Plus en détail

Finance, Navier-Stokes, et la calibration

Finance, Navier-Stokes, et la calibration Finance, Navier-Stokes, et la calibration non linéarités en finance 1 1 www.crimere.com/blog Avril 2013 Lignes directrices Non-linéarités en Finance 1 Non-linéarités en Finance Les équations de Fokker-Planck

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais IOC-XXV/2 Annexe 5 COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE (de l'unesco) Distribution restreinte PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais Vingt-cinquième session de l'assemblée UNESCO, Paris, 16-25

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Curriculum Vitae Ismaël Bailleul

Curriculum Vitae Ismaël Bailleul Curriculum Vitae Ismaël Bailleul Date de naissance 2 décembre 1979 Nationalité Français Adresse Administrative Institut de Recherche Mathématiques de Rennes 263 Avenue du Général Leclerc, 35042 RENNES

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

C. MOUHOT. v = v+v. + v v. Le noyau de collision varie selon les situations à modéliser (voir [11],[12]). Le modèle le plus classique est de la forme

C. MOUHOT. v = v+v. + v v. Le noyau de collision varie selon les situations à modéliser (voir [11],[12]). Le modèle le plus classique est de la forme RAPPORT D AVANCEMENT DE THÈSE DE PREMIÈRE ANNÉE : ÉTUDE DE PROBLÈMES DE RÉGULARITÉ ET DE SINGULARITÉ POUR LES SOLUTIONS DES ÉQUATIONS DE LA THÉORIE CINÉTIQUE SOUS LA DIRECTION DE CÉDRIC VILLANI C. MOUHOT

Plus en détail

Table des matières. Introduction Générale 5

Table des matières. Introduction Générale 5 Table des matières Introduction Générale 5 1 Généralités et rappels 16 1.1 Rappels... 16 1.1.1 Introduction... 16 1.1.2 Notion de stabilité...... 17 1.1.3 Stabilité globale et stabilité locale... 17 1.1.4

Plus en détail

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES par Jean-Pierre Puel 1. Introduction Pourquoi équations aux dérivées partielles et pourquoi contrôle? Les équations aux dérivées partielles, associées à certaines

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits

Quatrième partie. Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits Quatrième partie Hydrostatique, hydrodynamique des fluides parfaits 105 Chapitre 11 LE THÉORÈME DE BERNOULLI Le principe de conservation de l énergie est très général. Nous allons montrer qu il permet

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique

Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique Instabilités bi- et tridimensionnelles dans une couche limite décollée compressible subsonique M. Merle a,b, U. Ehrenstein b, J-C. Robinet a a. Laboratoire DynFluid - Arts et Métiers ParisTech, 151 Boulevard

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Simulation numérique d un stockage de déchets nucléaires en site géologique profond

Simulation numérique d un stockage de déchets nucléaires en site géologique profond Simulation numérique d un stockage de déchets nucléaires en site géologique profond Page 1 de 12 G. Allaire, M. Briane, R. Brizzi and Y. Capdeboscq CMAP, UMR-CNRS 7641, Ecole Polytechnique 14 juin 2006

Plus en détail

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou alpha-stables Richard Eon sous la direction de Mihai Gradinaru Institut de Recherche Mathématique de Rennes Journées de probabilités 215,

Plus en détail

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

Une fréquence peut-elle être instantanée?

Une fréquence peut-elle être instantanée? Fréquence? Variable? Instantané vs. local? Conclure? Une fréquence peut-elle être instantanée? Patrick Flandrin CNRS & École Normale Supérieure de Lyon, France Produire le temps, IRCAM, Paris, juin 2012

Plus en détail

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique Télécom ParisTech, 09 mai 2012 http://www.mathematiquesappliquees.polytechnique.edu/ accueil/programmes/cycle-polytechnicien/annee-1/

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Techniques de Lyapunov en contrôle quantique pour le couplage dipolaire et polarisabilité

Techniques de Lyapunov en contrôle quantique pour le couplage dipolaire et polarisabilité Techniques de Lyapunov en contrôle quantique pour le couplage dipolaire et polarisabilité Andreea Grigoriu avec Jean-Michel Coron, Cătălin Lefter and Gabriel Turinici CEREMADE-Université Paris Dauphine

Plus en détail

Les mathématiques du XXe siècle

Les mathématiques du XXe siècle Itinéraire de visite Les mathématiques du XXe siècle Tous publics de culture scientifique et technique à partir des classes de 1ères Temps de visite : 1 heure 30 Cet itinéraire de visite dans l exposition

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

2.1 Rapport scientifique concis

2.1 Rapport scientifique concis 2.1 Rapport scientifique concis On se contentera de donner les directions générales dans lesquelles les membres du Lamav ont obtenu des résultats durant les quatre dernières années. Pour plus de détails,

Plus en détail

Résumés des projets de GMM4-2014/2015

Résumés des projets de GMM4-2014/2015 Résumés des projets de GMM4-2014/2015 Option MMS Analyse de données biologiques Hi-C Analyse statistique de données Raman de la peau Identification de modèle en génétique de ppulation Nous étudions la

Plus en détail

Curriculum Vitae. - Situation professionnelle : Maître de Conférences en Mathématiques à l Université de Nantes depuis septembre 2006.

Curriculum Vitae. - Situation professionnelle : Maître de Conférences en Mathématiques à l Université de Nantes depuis septembre 2006. Curriculum Vitae Luc HILLAIRET - État Civil : né le 30 décembre 1973 à Poitiers (86). nationalité française. marié, trois enfants. Adresse professionnelle : Laboratoire de Mathématiques Jean Leray UMR

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire الشعبية الجمهوریة الجزاي ریة الدیمقراطية Ministère de l enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université 8 mai 45 Guelma التعليم العالي

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle Annals of Mathematics, 161 (2005), 1637 1644 Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle By Tien-Cuong Dinh and Nessim Sibony Abstract Let be a complex projective manifold

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA)

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA) Esterina Masiello Institut de Science Financière et d Assurances Université Lyon 1 Premières Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 En résumé... Modèle classique de la théorie de la ruine

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

rencontre du non-lineaire 2002 1

rencontre du non-lineaire 2002 1 rencontre du non-lineaire 2002 1 Intermittence des instabilités petite échelle dans la convection de Rayleigh-Bénard forcée par un écoulement cisaillant V. Vidal, C. Crambes et A. Davaille Laboratoire

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail