Trous de ver en gravité classique et semi-classique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trous de ver en gravité classique et semi-classique"

Transcription

1 Master Science de la matière Stage Ecole Normale Supérieure de Lyon Université Claude Bernard Lyon I M2 Physique Trous de ver en gravité classique et semi-classique Résumé : L objet de ce stage est l étude des trous de ver. En particulier, les trous de ver dits traversables en Relativité Générale sont présentés et les propriétés exotiques de la matière les créant discutées. Les problèmes soulevés par le caractère classique de cette matière nous mène à considérer les trous de ver dans le cadre de la gravité semi-classique. Mots clefs : Trous de ver, relativité générale, gravité semi-classique, anomalie conforme. Stage encadré par : Sergey Solodukhin Laboratoire de Mathématiques et Physique Théorique Avenue Monge Parc de Grandmont Tours er août 204

2 Remerciements Je tiens à remercier Sergey Solodukhin qui m a permis d effectuer ce stage au LMPT. Je suis très heureux de pouvoir continuer en thèse sous sa direction! Je remercie également Amaury Mouchet, co-directeur du laboratoire, pour son accueil ainsi que pour son implication dans ma poursuite en thèse. Table des matières Introduction 2 Trous de ver en Relativité Générale 2. Trou de ver de Schwarzschild Trous de ver traversables de Morris-Thorne La métrique Géométrie du trou de ver Calculs dans le référentiel de repos Les équations d Einstein Matière "exotique" et conditions sur l énergie Exemples simples de trous de ver Trous de ver en gravité semi-classique 2 3. Gravité semi-classique Motivations Anomalie conforme Construction de l action effective Equations de champs Variation de l action totale Variation de l action totale Conditions initiales pour un début de solution Conclusion 9 A Notations et conventions 2 B Rappels de Relativité Générale 2

3 Introduction Les trous de ver sont des objets théoriques qui suscitent l intérêt des chercheurs depuis bien longtemps. Dès 935, Einstein et Rosen [] ont postulé l existence de "ponts" connectant deux univers identiques. Le principal problème de ces ponts est qu ils sont très instables et pas franchissables, donc pas très amusants. Les travaux de Morris et Thorne [2] ont relancé l intérêt lié aux trou de ver en considérant des modèles dits traversables. Malheureusement, il a vite été découvert que la matière nécessaire à la création de ce type de trou de ver possédait des propriétés exotiques, violant les conditions sur l énergie. Etant donné l impossibilité d obtenir des trous de ver traversables en relativité générale avec de la matière classique, le cadre de la gravité semi-classique semble tout indiqué pour résoudre ce problème car il est bien connu que certains champs quantiques peuvent violer les conditions sur l énergie (ex. Effet Casimir). Le but de ce stage a été d étudier les trous de ver de manière générale. Dans une première partie, nous étudierons les trous de ver traversables en relativité générale. Nous en présenterons quelques solutions et nous verrons certaines implications étranges sur la matière les soutenant. Nous nous tournerons dans la deuxième partie vers la gravité semi-classique. 2 Trous de ver en Relativité Générale Nous commencerons par discuter la solution bien connue de Schwarzschild puis nous verrons une méthode générale pour construire des trous de ver traversables en Relativité Générale. 2. Trou de ver de Schwarzschild La solution de Schwarzschild [3] des équations d Einstein dans le vide est une solution exacte parmi les plus connues. En coordonnées sphériques elle s écrit, ds 2 = ( r s/r)dt 2 + r s/r dr2 + r 2 (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) () où r s = 2m et le rayon de Schwarzschild (horizon), m étant la masse. () décrit un espace-temps statique à symétrie sphérique et asymptotiquement plat. Sous cette forme, la métrique de Schwarzschild présente quelques pathologies. En effet, elle possède deux singularités, en r = r s et r = 0. La première n est en fait qu une singularité dite de coordonnées que l on peut éviter par le simple changement u 2 = r r s, qui transforme () comme u2 ds 2 = u 2 dt 2 + 4(u 2 + r s )du 2 + (u 2 + r s ) 2 (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) (2) + r s avec u ], + [. Ainsi nous évitons la région r < r s et couvrons deux fois la région r r s. Dans la région proche de u = 0 se trouve le trou de ver connectant les deux régions asymptotiquement plates en u = ±. Par ce changement de coordonnées, nous nous sommes débarrassés de la "singularité" en r = r s de () mais nous oublions le domaine r < r s. Ce dernier est pourtant d une grande importance si l on souhaite étudier le trou de ver de Schwarzschild puisque l espace-temps n y est plus statique. t devient la coordonnée spatiale et r la coordonnée temporelle. Les conséquences pour un voyageur sont dramatiques puisqu une fois passé l horizon des évènements r s, il se rapprochera inéluctablement de la singularité en r = 0, le flow du temps allant dans ce sens. Nous cherchons donc un système de coordonnées adapté au trou de ver, c est-à-dire qui inclue les régions asymptotiquement plates (r = ± ) ainsi que la région proche de r = 0. Kruskal [4] proposa l extension maximale de la métrique de Schwarzschild sous la forme ds 2 = 4r3 s r r e. On pourra trouver en annexe les notations/conventions utilisées rs ( dv 2 + du 2 ) + r 2 (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) (3)

4 avec v 2 u 2 = ( r r s )e r rs et 2uv v 2 + u 2 = tanh t r s (4) Ici, v est la cordonnée temporelle. La figure représente l espace-temps pour la métrique de Kruskal (3). Dans le premier système de coordonnées de Schwarzschild (), seule la région I est couverte. La métrique (2) couvre quant à elle les régions I et II. Le passage aux coordonnées de Kruskal permet finalement d étendre l espace-temps aux régions III et IV qui sont isométriques à II et I, respectivement. D après la métrique (3), pour dθ = 0 = dφ, une géodésique de type lumière (photon) est caractérisée Figure Diagramme de Kruskal. Les coordonnées angulaires ont été supprimées : chaque point du diagramme représente une 2-sphère (de rayon r(v, u)). La singularité en r = 0 est donnée par l équation v = ± + u 2 et représentée par une ligne ondulée. Une surface à r = const est représentée par une ligne bleue pleine et une surface à t = const par une ligne bleue hachurée. Extrait du cours "Black Holes" de Fay Dowker. par v = ±u + const, c est-à-dire des lignes à ±45 par rapport aux axes dans le diagramme de Kruskal (figure ). Le cône de lumière ressemble à celui de l espace de Minkowski car l espace à deux dimensions ds 2 = 4r3 s r r e rs ( dv 2 + du 2 ) est conformément plat. A partir de (4), on voit que r = const équivaut à l hyperbole v 2 u 2 = const. r = r s correspond donc aux droites u = ±v (asymptotes des hyperboles r = const) et r = 0 correspond aux hyperboles v = ± + u 2. De façon similaire, t = const équivaut à u/v = const. Les valeurs limites t = ± correspondent à v = ±u et t = 0 correspond à u = 0 et v = 0 pour r < r s et r > r s, respectivement. A présent, nous avons toutes les cartes en main pour interpréter physiquement l extension maximale de la solution de Schwarzschild. La région II représente l intérieur du trou noir (singularité futur, rien ne peut s en échapper) tandis que sa copie III représente l intérieur du trou blanc (singularité passé, rien ne peut y pénétrer). Les régions miroirs I et IV sont asymptotiquement plates il y aurait donc deux univers. Ces deux univers sont en fait connectés par un trou de ver, également appelé pont d Einstein-Rosen [], en r = 0. La question que l on peut se poser est : peut-on traverser ce pont? Pour y répondre, nous devons analyser la dynamique du trou de ver. 2

5 Trous de ver en gravité classique et semi-classique Commençons par regarder la métrique (3) pour v = 0 et θ = π /2, ds2 = 4rs3 rr 2 e s du + r2 dφ2 r (5) ds2 = dr2 + r2 dφ2 rs /r (6) que l on peut récrire en utilisant (4), Afin de visualiser cet espace (statique) à deux dimensions, nous devons le plonger dans l espace euclidien à trois dimensions dont la métrique en coordonnées cylindriques s écrit ds2e3 = dz 2 + dr2 + r2 dφ2 (7) r dz rs =± dr r rs (8) p z(r) = ± 4rs (r rs ) + const (9) En égalisant (6) et (7) on trouve, que l on intègre facilement, Nous avons représenté cette surface figure 2. Deux espaces (distincts) asymptotiquement plats sont connectés en r = rs par un pont d Einstein-Rosen. Nous aurions également pu représenter le trou de ver de façon à ce qu il relie deux régions distantes (I et IV) au sein d un même univers. Comme nous I IV Figure 2 Plongement dans E3 de l espace défini par la métrique (6). Deux espaces asymptotiquement plats sont connectés en r = rs par un pont d Einstein-Rosen. Les régions I et IV y sont identifiées. Les lignes circulaires correspondent à u = const et les autres à φ = const. venons de le voir, il est relativement facile de se représenter le trou de ver statique. Cependant, ce cas ne concerne que les régions I et IV car les régions II et III sont dynamiques (r y devient la coordonnée temporelle). Que se passe-t-il lorsque l on fait évoluer le temps? Réfléchissons avec les coordonnées de Kruskal. Pour v <, les deux univers sont déconnectés et contiennent chacun une singularité (r = 0). Ces deux singularité se rejoignent à v = pour former un trou de ver (r < rs ). Celui-ci "s élargit" jusqu à atteindre un rayon maximal, r = rs, au temps v = 0. Pour v > 0, la dynamique du trou de ver est essentiellement la même que pour < v < 0 mais en sens inverse. Le pont rétrécit jusqu à v = et les deux univers sont séparés pour v >, contenant à nouveau chacun une singularité. L évolution temporelle du trou de ver est illustré figure 3. Finalement, en sachant que toute particule peut se déplacer uniquement dans le cône de lumière délimité par des lignes à ±45 par rapport aux axes dans le diagramme de Kruskal (figure ), on 3

6 Figure 3 Illustration de l évolution temporelle du trou de ver de Schwarzschild. De gauche à droite : v < avant la formation du pont ; v = formation ; v = 0 le pont atteint sa largeur maximale ; v = séparation ; v > après la séparation du pont. s aperçoit que les régions I et II sont causalement déconnectées des régions III et IV. Rien, pas même un photon, ne peut donc traverser ce pont d Einstein-Rosen de la région I vers la région IV sans être écrasé au milieu du pont lorsque celui-ci se ferme. Cependant, un voyageur téméraire aura la (très brève) satisfaction de pouvoir observer à travers le trou de ver des signaux provenants de l autre univers. Nous venons de montrer que le trou de ver de Schwarzschild n est pas traversable... Mais est-il seulement approchable? Cette question est pertinente car un corps en chute libre vers un trou noir subira des forces de marée gravitationnelles. Si ces forces sont trop importantes, c est-à-dire si nos pieds subissent une accélération beaucoup plus élevée que ne subit notre tête, cela risque d avoir de fâcheuses conséquences pour notre intégrité physique! Pour un observateur en chute libre vers le trou noir, dans son référentiel instantané de repos, F radiale r s r 3, F transverse r s r 3 (0) L observateur sera donc compressé dans les directions transverses (signe ) et étiré dans la direction radiale (signe +). On peut remarquer que ces forces sont finies en r = r s et F radiale (r s ). rs 2 m 2 Les forces de marée au niveau de l horizon sont plus élevées pour des trous noirs de faible masse. Pour un trou noir de 0 M nous serions transformés en spaghettis à quelques centaines de kilomètres de l horizon! A contrario, nous franchirions sans sourciller l horizon d un trou noir de masse > 0 4 M. 2.2 Trous de ver traversables de Morris-Thorne Nous avons vu qu un trou de ver de Schwarzschild n est pas traversable pour plusieurs raisons. En premier lieu, celui-ci est dynamique et s ouvre et se ferme tellement vite que même un photon n aurait pas le temps de traverser. L existence d un horizon empêcherait un voyage dans les deux sens. Enfin, les forces de marée gravitationnelles sont bien trop grandes. Morris et Thorne [2] ont déterminé les propriétés que doit posséder un trou de ver pour qu il soit traversable (par l Homme) : ) La solution doit satisfaire les équations d Einstein! 2) La métrique doit être à symétrie sphérique et statique, par soucis de simplicité. 3) Le trou de ver doit connecter par un pont deux régions asymptotiquement plates. 4) Aucun horizon. 5) Les forces de marée gravitationnelles doivent être supportables pour un voyageur. 6) Le trou de ver doit être traversable en un temps propre fini et faible. 7) Le tenseur énergie-impulsion doit être physique. 8) La solution doit être stable sous de faibles perturbations. 4

7 Nous allons commencer par choisir une métrique sur la base de ) à 4) et qui nous semble raisonnable puis nous regarderons si le tenseur énergie-impulsion associé est physiquement acceptable (ou non!). Nous suivons Morris et Thorne [2] La métrique Nous choisissons pour métrique la forme de départ suivante : ds 2 = e 2ν(l) dt 2 + e 2λ(l) dl 2 + r 2 (l)(dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) () où l ], + [. Regardons d abord ce qu impliquent les propriétés 2 à 4 sur notre métrique. L absence d horizons implique que e 2ν(l) 0. Si l on souhaite que notre géométrie soit asymptotiquement plate, on doit avoir r 2 (l)/l 2 = ainsi que ν(l) = const et lim λ(l) = const. La lim l ± lim l ± l ± largeur de la gorge (pont) est définie comme l unique minimum de r(l), = r(0) = min{r(l)}. La forme de la métrique () n est pas celle qu utilisent habituellement les auteurs. Nous l utiliserons simplement pour calculer les différents tenseurs puis nous nous ramènerons à la métrique de Morris et Thorne suivante, ds 2 = e 2ν(r) dt 2 + b(r)/r dr2 + r 2 (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) (2) pour laquelle r a un minimum en et b(r)/r 0. Pour satisfaire les propriétés 2 à 4, on doit avoir e 2ν(l) 0 (pas d horizons), lim b(r) /r = 0 (géométrie asympotiquement plate) et b( ) = r + (conséquence du fait que r est minimum en ). On appelle ν(r) la fonction de redshift car elle détermine le redshift gravitationnel et b(r) est appelé la fonction de forme car, nous allons le voir, elle détermine la géométrie du trou de ver Géométrie du trou de ver Comme nous l avons vu pour Schwarzschild, la représentation d un trou de ver traversable (à deux dimensions) dans E 3 doit être qualitativement comme la figure 2. Lorsqu on plonge notre espace décrit par la métrique (t = const et θ = π/2) ds 2 = b(r)/r dr2 + r 2 dφ 2 (3) dans E 3 (7), on obtient une fonction z(r) décrivant notre espace (surface équatoriale) satisfaisant dz dr = ± b/r (4) b/r Afin d obtenir une géométrie de type trou de ver nous devrons donc veiller à plusieurs choses : La première est évidente, b/r 0. Ensuite, au niveau de la gorge en, les deux univers sont connectés ; la surface décrite par z(r) y est alors verticale et donc (4) doit diverger. Enfin, comme nous souhaitons que la géométrie soit asymptotiquement plate, (4) doit tendre vers 0 lorsque r Calculs dans le référentiel de repos Les calculs des différents tenseurs (Riemann, Ricci, etc.) et les équations d Einstein ainsi que l interprétation des composantes du tenseur énergie-impulsion se retrouvent grandement simplifiés lorsque l on se place dans le référentiel de repos. Les vecteurs de base e a pour ce référentiel satisfont e a e b = η ab et e a = η ab e b (5) 5

8 où η est la métrique de Minkowski. Cette base représente le référentiel propre d un observateur étant au repos par rapport au trou de ver. Nous utiliserons des indices latins pour les tenseurs dans cette nouvelle base et des indices grecs pour la base naturelle associée au système de coordonnées (t, r, θ, φ). Les indices latins et grecs s abaissent et s élèvent avec η ab et g αβ, respectivement. Dans cette nouvelle base, un vecteur s écrit V a = e a V = e a µv µ (6) On a donc pour le tenseur de Riemann, R a bmn = ea αe β b e µ m e ν n R α βµν (7) Explicitement, les vecteurs e a de la nouvelle base s écrivent en composantes, e µ m = gmm δµ m (8) Nous pouvons maintenant écrire nos différents tenseurs dans le référentiel instantané de repos. Tenseur de Riemann Les 24 composantes non nulles sont 2 : R t rtr = R t rrt = R r trt = R r ttr = e 2λ (λ ν ν ν 2 ) R t θtθ = Rt θθt = R θ tθt = R θ ttθ = r r ν e 2λ R t φtφ = Rt φφt = Rφ tφt = Rφ ttφ = r r ν e 2λ (9) R r θrθ = Rr θθr = Rθ rrθ = Rθ rθr = e 2λ (λ r r r r ) R r φtφ = Rr φφr = Rφ rrφ = Rφ rφr = e 2λ (λ r r r r ) R θ φθφ = Rθ φφθ = Rφ θθφ = Rφ θφθ = r 2 r 2 r 2 e 2λ Tenseur de Ricci Les 4 composantes non nulles sont : Scalaire de Ricci R tt = e 2λ (2ν r r λ ν + ν + ν 2 ) R rr = e 2λ (λ ν ν ν 2 + 2λ r r 2r r ) (20) R θθ = R φφ = e 2λ r 2 (e2λ rr + rr (λ ν ) r 2 ) 2 e 2λ r 2 ( e 2λ 2rr + 2rr ( λ ν ) r 2 + r 2 ( λ ν ν ν 2)) (2) Tenseur d Einstein Les 4 composantes non nulles sont : 2. On note ν = dν dl G tt = e 2λ r 2 (e2λ 2rr + 2rλ r r 2 ) G rr = e 2λ r 2 ( e2λ + 2rν r + r 2 ) (22) G θθ = G φφ = e 2λ r (r + r (ν λ ) + r( λ ν + ν + ν 2 )) 6

9 Tenseur énergie-impulsion D après (22), le tenseur énergie-impulsion doit être diagonal. L interprétation de chacune de ses composantes est aisée dans la base que nous utilisons. Si l on prend T ab = diag(ρ(l), p r (l), p t (l), p t (l)), (23) ρ est la densité d énergie totale qu un observateur statique dans le référentiel mesure, p r la pression dans la direction radiale et p t la pression transversale. On définit également τ = p r la tension radiale par unité de surface Les équations d Einstein Les équations d Einstein dans le référentiel de repos avec une constante cosmologique Λ sont D après (22) et (23) on en déduit G ab + Λη ab = κt ab (24) ρ = e 2λ κr 2 (e2λ 2rr + 2rλ r r 2 ) Λ κ p r = e 2λ κr 2 ( e2λ + 2rν r + r 2 ) + Λ κ p t = e 2λ κr (r + r (ν λ ) + r( λ ν + ν + ν 2 )) + Λ κ Nous pouvons maintenant récrire ces équations pour la métrique (2) en posant simplement λ(r) = 2 ln( b(r)/r) et r 2 (r) = r 2. On obtient (25) (26) (27) ρ = b κr 2 (28) p r = κr 2 (2ν (r b) b r ) (29) p t = r 2 (ν (ρ + p r ) + p r) + p r (30) où on a pris Λ = 0. Cette dernière forme de nos équations est assez commode et va nous permettre d analyser les propriétés du tenseur énergie-impulsion... De bien étranges propriétés! Matière "exotique" et conditions sur l énergie Nous avons établi les équations d Einstein avec un certain tenseur énergie-impulsion. Mais quelles sont les propriétés de la matière y étant associée? La géométrie que l on impose afin d obtenir la forme du trou de ver souhaitée pose des restrictions sur ρ, p r et p t. Commençons par regarder l équation (4) dont on tire d dz = ± r/b d dr Au niveau de la gorge du trou de ver en (minimum) on a d 2 r dz 2 = 2b 2 (b rb ) > 0 b < b r = (3) d 2 r dz 2 r0 0 b 0 b 0 = (32) Evaluant (28) et (29) en et sachant que ν (r b) r0 0 on obtient la contrainte p r ( ) = τ 0 ρ 0. On a également par (3), τ > ρ. Cette dernière nous dit que la tension (par unité de surface) τ est supérieure à la densité d énergie (sauf au niveau de la gorge ou il peut y avoir égalité). Morris et Thorne ont appellé "exotique" ce type de matière ayant cette propriété. Cette matière exotique viole les conditions sur l énergie qu est supposée respecter la matière classique (bien que ce ne soit pas le cas pour certains champs quantiques - exemple : effet Casimir). Rappelons rapidement ces différentes conditions sur l énergie. 7

10 Null energy condition (NEC) : Pour tout vecteur k µ de genre lumière Pour notre tenseur énergie-impulsion (23), on a T µν k µ k ν 0 (33) ρ + p r 0 et ρ + p t 0 (34) Weak energy condition (WEC) : Pour tout vecteur U µ de genre temps T µν U µ U ν 0 (35) Pour notre tenseur énergie-impulsion (23), un observateur mesure ρ 0 et ρ + p r 0 et ρ + p t 0 (36) WEC NEC Strong energy condition (SEC) : Pour tout vecteur U µ de genre temps (T µν 2 T g µν)u µ U ν 0 (37) avec T = T µ µ. Pour notre tenseur énergie-impulsion (23), on a ρ + p r 0 et ρ + p t 0 et ρ + p r + p t 0 (38) SEC NEC mais SEC WEC Dominant energy condition (DEC) : Pour tout vecteur U µ de genre temps T µν U µ U ν 0 et T µν U µ n est pas de genre espace (39) Cela signifie que l énergie ne peut pas circuler plus rapidement que la lumière. Pour notre tenseur énergie-impulsion (23), on a ρ 0 et p r, p t [ ρ, ρ] (40) DEC WEC NEC mais DEC SEC. On a montré un peu plus haut que, τ > ρ pour r ], + [ et τ 0 ρ 0 la NEC est donc violée partout (ou sur le point de l être au niveau de la gorge du trou de ver!) et par conséquent, toutes les conditions sur l énergie le sont également. De la matière violant la NEC est dite "exotique". Nous verrons si les solutions que nous allons présenter dans la suite violent la NEC Exemples simples de trous de ver Nous présentons ici quelques solutions de trous de ver "traversables". Nous ne discuterons pas les forces de marée gravitationnelles, les temps de traversée ainsi que leur stabilité sous de faibles perturbations. 8

11 Solution ν = 0 et b(r) = r2 0 r Cette solution est la plus simple que l on puisse trouver. La surface de plongement bi-dimensionnelle est donnée par l équation z(r) = ± ln(r + r 2 r0 2) (4) et est qualitativement identique à la figure 2. L équation d état de la matière est ρ = p r = p t = r2 0 κr 4 (42) Le tenseur énergie-impulsion a la même forme que celui d un champ électromagnétique radial excepté que la densité d énergie est négative... Toutes les conditions sur l énergie sont violées. On a tracé ρ et τ en fonction de r en figure 4 (gauche) ρ, τ ρ, τ ρ τ r/ Figure 4 Tracés de la densité d énergie et de la tension radiale en fonction de r solution ν = 0 et b(r) = r2 0 r (gauche) et ν = 0 et b(r) = r2 0 ( + ln r r 2 ) (droite). (κ = ) pour la Solution ν = 0 et b(r) = r2 0 r 2 ( + ln r ) Pour cette solution, la surface de plongement bi-dimensionnelle est toujours qualitativement identique à la figure 2 et le tenseur énergie-impulsion est ρ = r2 0 κr 4 ln r, p r = r2 0 κr 4 ( + ln r ), p t = r2 0 2κr 4 ( + 2 ln r ) (43) Cette fois la densité d énergie est nulle au niveau de la gorge mais est négative ailleurs et toutes les conditions sur l énergie sont violées. Observant lfigurea figure 4 on en vient à se demander s il est possible de minimiser la quantité de matière exotique. Il existe différentes méthodes pour cela trois sont discutées dans Morris et Thorne [2]. La première consiste à utiliser de la matière exotique en s assurant que sa densité décroisse très rapidement lorsqu on s éloigne de la gorge du trou de ver. La deuxième consiste à confiner le matériau exotique dans une petite région et joindre (de façon lisse) cette solution à l espace de Schwarzschild. Enfin, la troisième méthode reprend la précédente mais cette fois on "entoure" la matière exotique par de la matière classique. 9

12 ( r ) [ ( r ) k ] Solution ν = 0 et b(r) = rp N exp Nous allons chercher une solution avec b/r sous la forme d un polynôme P N ( r ) de degré N en facteur d une exponentielle décroissant très rapidement. Pour simplifier les calculs on pose r = x et avec P N (x) = N + N x n, N (entier) et k > 0. n=0 f(x) = P N (x)e xk (44) Détermination de l exposant k f(x) est une fonction de x monotone décroissante variant de en x = (r = ) à 0 en l infini. Sa dérivée doit donc être négative ou nulle entre et. On va déterminer k dans (44) tel que d(x) soit monotone décroissante : d e xk ( N f(x) = n x n k x k dx x N + n=0 N n=0 x n) 0 (45) k x k N n=0 n xn N n=0 xn x, N (46) Le membre de droite dans (46) s écrit plus simplement, N n=0 n xn N n=0 xn = N 2 N x + N + x N+ N x = x > x = (47) Develeppons (46) au voisinage de x = en posant x = + ɛ avec ɛ, k + k 2 ɛ N 2 + (N2 3 N )ɛ (48) 2 Cette dernière inéquation est satisfaite pour k N 2 et N. Nous prendrons k = N 2 +, f(x) = e xn/2+ N + N x n (49) n=0 Surface de plongement bi-dimensionnelle On peut maintenant regarder la surface de plongement au voisinage de r = et vérifier si nous obtenons la géométrie du trou de ver souhaité, dz dr = ± /f r0 + O( r ) (50) r La surface définie par z(r) sera donc la même qu en figure 2. 0

13 Tenseur énergie-impulsion associé L équation d état de la matière est ρ = e ( τ = e ( r ) N/2+ κr 2 N + r ) N/2+ κr 2 N + ( N n=0 ( r ) n N ( r ) N n + ( ( 2 + ) 2 + ) N ( r ) n ) n=0 0 (5) N ( r ) n 0 (52) n=0 r p t = e ( ) r N/2+ 0 (( N ( r ) N 2κr 2 N ) 2 + N n=0 ( r ) n N n=0 ( r ) n ) n 0 (53) Nous avons tracé ρ et τ en fonction de r pour différentes valeurs de N en figure 5. Plus N est grand, plus la densité d énergie ρ est piquée (négativement) et plus ce pic se "déplace" vers la gorge en r =. Quant à la tension radiale τ, elle est bornée supérieurement par (en r = ) et décroit rapidement. La matière exotique peut donc être "concentrée" près de la gorge. Malheureusement (même si on s y attendait!), toutes les conditions sur l énergie sont violées. ρ, τ r/ 3 5 N = 5 N = 0 N = 5 Figure 5 Tracés de la densité d énergie (traits pleins) et de la tension radiale (traits hachurés) en fonction de r pour la solution ν = 0 et b(r) = r e ( r ) r N/2+ 0 N N+ n=0 ( r ) n pour différentes valeurs de N. (κ = )

14 3 Trous de ver en gravité semi-classique Etant donné l impossibilité d obtenir des trous de ver traversables en relativité générale avec de la matière classique, le cadre de la gravité semi-classique semble tout indiqué pour résoudre ce problème car il est bien connu que certains champs quantiques peuvent violer les conditions sur l énergie (ex. Effet Casimir). 3. Gravité semi-classique 3.. Motivations Depuis plusieurs décennies, à cause de l incompatibilité entre relativité générale et mécanique quantique, d intenses recherches sont menées afin de construire une théorie quantique de la gravité. Cette tâche s avère malheureusement très difficile et c est pourquoi certains se sont tournés vers une théorie semi-classique. Cette dernière est motivée par le succès de l électrodynamique quantique où les électrons sont quantiques et les champs électromagnétiques externes sont classiques. Dans la théorie semi-classique que nous considérons, le champ gravitationnel est traité classiquement tandis que les champs de matière sont quantifiés. Il s agit en fait d une théorie des champs en espace courbe. Les équations d Einstein sont la base du telle théorie, G µν + Λ g µν = κ T µν (54) avec le tenseur énergie-impulsion T µν considéré comme valeur moyenne quantique. Nous cherchons donc une action effective pour ces champs de matière quantiques. Les équations d Einstein semi-classiques (54) peuvent être dérivées à partir de l action S = S EH,Λ +Γ telle que δs = 0 et avec S EH,Λ = d 4 x g(r 2Λ) et 2 δγ 2κ g δg µν = T µν. Pour être un peu plus rigoureux, 2 δγ g δg µν = 0, out T µν 0, in 0, out 0, in ( 0, out 0, in en général) (55) où 0, out 0, in est l amplitude de persistance du vide (amplitude de probabilité que les champs reste dans cet état s ils sont au départ dans cet état) Anomalie conforme Afin de trouver l action effective Γ on va commencer par considérer des champs pour lesquels l action classique S M est invariante sous transformations conformes D après la définition de la dérivation fonctionnelle on a on utilise δg αβ = 2g αβ δσ et on obtient g µν (x) g µν (x) = e 2σ(x) g µν (x) (56) S M [g µν ] = S M [g µν ] + d n x δs M[g µν ] δg αβ δg αβ (57) Tα α [g µν ] = δs M [g µν ] (58) g δσ σ=0 Il découle de (57) et (58) que si l action est invariante conforme, le tenseur énergie-impulsion est sans trace, i.e. T α α = 0. 2

15 On applique maintenant cela à notre théorie quantique de champs (conformes) en espace courbe, contenant N 0 champs scalaires, N /2 spineurs de Dirac et N champs vectoriels, et en considérant seulement ces champs non massifs car la présence d un terme de masse dans la théorie briserait l invariance conforme. De (58) on a Tα α [g] = δγ[g] (59) g δσ σ=0 Le calcul de (59) est effectué dans [7]. Il montre que les effets quantiques produisent dans T α α une anomalie de trace. En effet, T µν acquiert après renormalisation une trace qui n est donc plus nulle comme dans le cas classique. Cette anomalie de trace est indépendante de l état quantique, purement géométrique et prend la forme suivante T α α = (a C 2 + b E + c R) (60) avec C 2 = C αβµν C αβµν = R αβµν R αβµν 2R αβ R αβ + 3 R2 scalaire de Weyl (6) E = R αβµν R αβµν 4R αβ R αβ + R 2 terme de Gauss-Bonnet (62) Les quantités barrées sont construites avec la métrique g µν. Les constantes a, b et c sont reliées aux nombres des différents champs, 3..3 Construction de l action effective ( N0 a = (4π) N / N ) 0 b = ( N0 (4π) N /2 + 3N ) ( N0 c = (4π) N /2 30 N ) 0 Nous pouvons à présent construire Γ, la partie de l action effective générant (60). On ne considèrera pas le terme c R car on peut toujours ajouter un terme en R 2 dans l action et utiliser l identité g g µν δ δg d n x g R 2 = 6 R pour faire varier c. µν Nous suivons [5]. On commence par récrire δγ δσ = ( ) g a C 2 + b E = ( ) g (a + b) C 2 2b(R αβ R αβ 3 R2 ) En se rappelant que g µν = e 2σ g µν on a 2 g C = g C 2 (67) g(rαβ R αβ 3 R2 ) = g[ R αβ R αβ 3 R2 4R αβ ( α β σ α σ β σ) + 2R σ ] 4( σ) 2 4 σ α σ α σ + 4 α β σ α β σ 8 α β σ α σ β σ (68) On intègre (67) et (68) par rapport à σ (en ignorant les termes de bords) et on obtient alors l action effective Γ[σ, g µν ] = a d 4 x g σ C 2 + b d 4 x g σ E (69) 2b d 4 x ( g 2G µν µ σ ν σ + 2 σ µ σ µ σ + ( µ σ µ σ) 2) + Γ 0 [g µν ] Γ 0 [g µν ] est un terme invariant conforme ne dépendant que de g µν et qui peut être vu comme une "constante" d intégration par rapport à σ. Dans la suite nous ne considèrerons pas ce terme. 3 (63) (64) (65) (66)

16 Finalement, notre action totale est la suivante S = d 4 x g (R 2Λ) + a d 4 x g σ C 2 + b d 4 x g σ E (70) 2κ 2b d 4 x ( g 2G µν µ σ ν σ + 2 σ µ σ µ σ + ( µ σ µ σ) 2) + Γ 0 [g µν ] 3.2 Equations de champs 3.2. Variation de l action totale Afin de déterminer les équations de champs, nous devons varier notre action (70) tel que δs = 0. Pour cela nous considérons g µν et σ comme indépendants et nous varions alors S par rapport à la métrique g µν et par rapport au facteur conforme σ. Le calcul est un peu long mais sans grande difficulté. La variation de S par rapport à la métrique donne 0 = e2σ [ ] G µν + e 2σ Λg µν + 2 µ σ ν σ + 2 µ ν σ + 2 ν µ σ g µν ( α α σ α σ α σ) 2κ 2 σ gµν (ac 2 + be) (a + b)( 2σ R µαβρ R ν αβρ + 2 α β (σr µαβν ) + 2 α β (σr ναβµ )) (2a + 4b)(2σ R µα R ν α α µ (σr αν ) α ν (σr αµ ) + (σr µν ) + g µν α β (σr αβ )) +( a 3 + b)( µ ν (σr) ν µ (σr) + 2g µν (σr) + 2σRR µν ) [ +2b g µν (G αβ α σ β σ + σ α σ α σ + 2 ( ασ α σ) 2 ) 2R µα α σ ν σ 2R να α σ µ σ + α µ ( α σ ν σ) + α ν ( α σ µ σ) ( µ σ ν σ) g µν α β ( α σ β σ) 2 µ ν ( α σ α σ) 2 ν µ ( α σ α σ) + g µν ( β σ β σ) + R µν α σ α σ + R µ σ ν σ ] µ ν σ α σ α σ ν µ σ α σ α σ 2 µ σ ν σ σ 2 µ σ ν σ α σ α σ (7) En variant S par rapport à σ on a ( ) 0 = 4b 2G µν µ ν σ ( µ σ µ σ) + 2( σ) µ σ µ σ + 2( µ σ µ σ) σ + 4 µ σ ν σ µ ν σ + e2σ ( ) 2R 8e 2σ Λ 2 σ 2 µ σ µ σ + ac 2 + be (72) 2κ En jetant un simple coup d oeil à (7) on pourrait penser qu il nous sera très difficile voire impossible d écrire ces équations en termes des composantes de la métrique... et on aurait raison! Cela serait beaucoup trop fastidieux et quand bien même nous y parviendrions, on se heurterait à des difficultés supplémentaires en fonction de la métrique que nous utilisons. En effet, selon la métrique choisie, certains termes de (7) et (72) peuvent s écrire comme des divergences totales et peuvent donc se retrouver dans nos équations du mouvement alors qu ils auraient dû être éliminés lors de la variation de l action. A titre d exemple, regardons ce qui arrive si nous souhaitons prendre σ = constante. Exemple σ = cst Nous devons faire attention lorsqu on souhaite poser σ = cst. Regardons d un peu plus près la partie de l action potentiellement problématique : S R = d 4 x g σ (ac 2 + be). Le scalaire de Weyl et le terme de Gauss-Bonnet sont liés par C 2 = 2R αβ R αβ 2 3 R2 + E (73) En quatre dimensions il est bien connu que E est une divergence totale telle que E = µ J µ, avec J µ = ɛ µβγδ ɛρσ αν Γ αβ( ρ 2 Rσ νγδ + ) 3 Γσ λγ Γλ νσ. Par conséquent, on peut récrire (après une intégration 4

17 par partie), S R = 2a d 4 x [ g σ (R αβ R αβ ] 3 R2 ) (a + b) d 4 x g J µ µ σ (74) Lorsqu on variera le second terme dans S R on va obtenir une expression proportionnelle à µ σ qui disparaitra en posant σ = cst. Nous pouvons à présent écrire les équations de champs et ensuite poser σ = cst, 0 = e2σ 2κ (Gµν + e 2σ Λg µν ) aσ(r αβ R αβ 3 R2 )g µν +2σa( R µν + 2 gµν R µ ν R 2R µαβν R αβ ) (75) +σ2 a 3 (2 µ ν R 2g µν R 2RR µν ) où on a utilisé les relations ci-dessous 0 = e2σ 2κ (2R 8e2σ Λ) + ac 2 + be (76) α β R µαβν = 2 µ ν R + R µα R ν α + R µαβν R αβ R µν (77) α µ R αν + α ν R αµ = 2 ( µ ν R + ν µ R) + 2R µαβν R αβ + 2R µα R ν α (78) µ ν R µν = R (79) 2 Si nous n avions pas fait attention, nous aurions des termes inutiles en plus, par exemple un terme R µαβρ Rαβρ ν, dans (75). On peut redéfinir les constantes tel que e 2σ 2κ 2κ and e 2σ Λ Λ On peut par exemple poser σ = /2, ainsi (75) et (76) deviennent 2κ (Gµν +Λg µν ) a 3 (3 2 gµν R αβ R αβ 2 gµν R 2 + µ ν R + 2 gµν R + 2RR µν + 6R µαβν R αβ 3 R µν ) = 0 } {{ } tenseur de Bach pour gravité conforme de Weyl (80) κ (R 4Λ) + ac2 + be = 0 (8) Pour Λ = 0, R µν = 0 (Schwarzschild, Kerr) est solution de (80) et la contrainte (8) impose a = b. Mathématiquement cela ne pose pas de problème, mais physiquement oui car d après la définition des constantes a et b, (63) et (64), a = b a = 0 = b et on se retrouve donc dans la cas purement classique de la relativité générale. L espace de Minkowski est bien évidemment solution de (80) et (8). Etant donné que (7) et (72) sont difficilement utilisables lorsque σ est dynamique, nous allons chercher un moyen plus aisé pour dériver nos équations de champs Variation de l action totale 2 Une manière plus facile de dériver les équations de champs est de substituer directement dans l action S l ansatz de notre choix pour la métrique et ensuite varier S par rapport aux composantes de cette métrique. Nous adoptons une métrique à symétrie sphérique et statique telle que g µν = e 2σ g µν, ds 2 = e 2σ ds 2 = e 2σ(l)( ) dt 2 + e 2ν(l) dl 2 + e 2λ(l) (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) (82) Nous devons maintenant calculer différentes quantités (tenseur de Ricci, symboles de Christoffel, etc.). Seuls les éléments non nuls sont présentés et nous noterons ν = dν dl. 5

18 Symbole de Christoffel Γ l ll = ν, Γ l φφ = sin2 θ Γ l θθ = e2(λ ν) λ sin 2 θ Γ θ lθ = Γφ lφ = λ, Γ θ φφ = cos θ sin θ, Γφ φθ = cot θ Tenseur de Ricci R ll = 2e 4ν (λ λ ν + λ 2 ) R θθ = sin 2 θr φφ = e 2(λ+ν) ( λ + λ ν 2λ 2 + e 2(ν λ) ) Scalaire(s) de Ricci R = 4e 2ν λ + 4e 2ν λ ν 6e 2ν λ 2 + 2e 2λ R = 2e 2(λ+ν+σ)( 2e 2λ λ + 2e 2λ λ (ν 3σ ) 3e 2λ λ 2 + 3e 2λ ν σ 3e 2λ σ 3e 2λ σ 2 + e 2ν) Tenseur d Einstein G tt = 2e 2ν λ + 2e 2ν λ ν 3e 2ν λ 2 + e 2λ G ll = e 4ν (λ 2 e 2(ν λ) ) G θθ = sin 2 θ G φφ = e 2(λ+ν) ( λ λ ν + λ 2) Scalaire de Weyl Terme de Gauss-Bonnet C 2 = 4 3 (e 2ν λ e 2ν λ ν + e 2λ ) 2 E = 0 Déterminant de la métrique g = e 4σ g = e 4σ e ν+2λ sin θ On peut également calculer les expressions suivantes, G µν µ σ ν σ = G µν µ σ ν σ = G ll l σ l σ = e 4ν (λ 2 e 2(ν λ) ) σ 2 σ = g µν µ ( ν σ) = g µν ( µ ν σ Γ α µν α σ) = g ll σ σ (g ll Γ l ll + gθθ Γ l θθ + gφφ Γ l φφ ) = e 2ν (σ + σ (2λ ν )) µ σ µ σ = g µν µ σ µ σ = g ll σ 2 = e 2ν σ 2 Après ces quelques calculs, nous pouvons enfin récrire l action (70), S = ( d 4 x sin θ 2λ 2λ ν + 6λ σ + 3λ 2 + 3σ 2 3σ ν + 3σ e 2(ν λ) + Λe 2(ν+σ)) e 2σ+2λ ν κ a d 4 x sin θ e ν+2λ σ (e 2ν λ e 2ν λ ν + e 2λ ) 2 (83) 2b d 4 x sin θ e 3ν+2λ( 2(λ 2 e 2(ν λ) ) σ 2 + 2(σ σ 2 + σ 3 (2λ ν )) + σ 4) 6

19 Les équations de champs sont alors obtenues en variant (83) par rapport à ν, λ et σ. Une fois les équations du mouvement dérivées, on fait les changements 3 ν ν σ et λ λ σ et on obtient, 0 = κ (e2(ν λ) 2λ σ λ 2 ) Λ κ e2ν 2b e 2ν σ 2 (4e 2λ λ σ 6e 2λ λ 2 e 2λ σ 2 + 2e 2ν ) a e 2ν( 4σλ 3 ν + 3σλ 2 ν 2 + 2e 2λ+2ν λ σ + 4σλ 3 σ + e 4ν 2λ σ 2λ 2 ν σ + 6σλ 2 ν σ 6σλ ν 2 σ + 2λ 2 σ 2 9σλ 2 σ 2 2e 2λ+2ν σ 2 +4λ ν σ 2 4λ σ 3 + 6σλ σ 3 2ν σ 3 2σν σ 3 + 3σν 2 σ 2 +4σλ ν σ 2λ σ 2 4σλ λ ν + 2λ λ σ 4σλ λ σ + 4σλ 2 λ σλ 2 + 4σλ ν σ 2σλ 2 ν + 4σλ ν σ 2σλ 2 σ 2σν σ 2 2λ σσ + 2σλ σ 2σσ λ 2λ σ σ + 2λ σλ + 2σ 4 σσ 4 4σν σ σ σσ 2 + 2σσ σ + 2σ 2 σ + 2σσ 2 σ ) (84) 0 = 2 κ (λ λ ν + λ σ + λ 2 ν σ + σ + σ 2 ) 2 Λ κ e2ν 4b σ e 2ν ( 2λ σ + 6λ ν σ 4λ σ 2λ σ 2 2λ 2 σ 2ν σ 2 + σ 3 + 2σ σ ) 8 3 a e 2ν( 4λ 2 ν σ + 4σλ 3 ν σλ 2 ν 2 + 6σλ ν 3 4σλ 3 σ 5λ ν 2 σ + 4σλ ν 2 σ + 2λ ν σ 2 4σλ ν σ 2 + 0σλ 2 ν σ +3λ σ 3 + 4σλ σ 3 4σλ 2 λ 6ν σ 3 + 5ν 2 σ 2 + 7σν 2 σ 2 +7λ ν σ + 4σλ ν σ σλ ν 2 + 8σλ λ ν 4λ λ σ 0σλ λ σ 3λ σ 2 + 3σλ σ 2 3σλ 2 + 2λ ν σ σλ ν σ + 4σλ 2 ν +4σλ ν + λ ν σ σλ ν σ 2ν σ 2 3σν σ 2 + 7σν ν σ +λ σ σ + σλ σ σ + σν 2 σ 8ν σ σ σν σ σ + 6σ 2 σ +6λ σν 2λ σ λ σ + 2σλ σ 4λ σλ 4σν σ + σ 2 2λ σσ + ν σλ + 3σσ λ ν σσ + e 2(ν λ) ν σ + e 4(ν λ) σ + σσ 2 4λ 2 σ 2 + σλ 2 σ 2 6σν 3 σ e 2(ν λ) σ 2 + σ 4 σσ 4 7σλ ν ν λ σ 6σσ ν + σσ + 2σ σ + 3σσ σ e 2(ν λ) σ ) (85) 0 = 2 κ ( 2λ + 2λ ν 2λ σ 3λ 2 + ν σ σ σ 2 + e 2(ν λ) ) 4 Λ κ e2ν + 4 ( 3 ae 2ν λ λ ν + λ σ + ν σ σ σ 2 + e 2(ν λ)) 2 8be 2ν( 3λ 2 ν σ λ 2 σ 2λ 3 σ λ 2 σ 2 2λ λ σ e 2(ν λ) ν σ +e 2(ν λ) σ + e 2(ν λ) σ 2) (86) Afin de simplifier ces équations, on peut faire le choix de jauge ν = 0, l étant ainsi la distance radiale 3. On souhaite se ramener à la métrique ds 2 = e 2σ dt 2 + e 2ν(l) dl 2 + e 2λ(l) (dθ 2 + sin 2 θ dφ 2 ) 7

20 propre. On fait également les changements e 2σ(l) Ω 2 (l) et e 2λ(l) r 2 (l). On obtient alors, 0 = κ ( Λr2 Ω 2rr Ω Ωr 2 + Ω) + 8 a ( 3 rω 2 Ω rω Ωr ) ( rωr rr Ω + Ωr 2 + r 2 Ω Ω ) + 4a ( 3r 2 Ω 2 ln Ω 2r r 3 Ω 2 Ω + 2r 3 Ω 2 r Ω 2r 3 Ωr Ω 2 2r 3 Ω 2 Ω r 4r 2 Ω 2 r 2 Ω + 2r 3 r Ω 3 5r 2 Ωr 2 Ω 2 Ω 3 r 4 +6r 3 Ωr Ω Ω + 2r r 2 Ω 3 r + 2r 2 Ω 2 r r Ω + 4rΩ 2 r 3 Ω +2r 4 ΩΩ Ω 2r 4 Ω 2 Ω + Ω 3 r 2 Ω 3 r 2 r 4 ΩΩ 2) +2b Ω 2 Ω 3 ( 4rΩr Ω + 6Ω 2 r 2 + r 2 Ω 2 2Ω 2) (87) 0 = 2 κ (Λr2 Ω + rωr + rr Ω + r 2 Ω ) 8a 3Ω 2 ( 2rr Ω 2 Ω rω 2 r Ω 2rΩr Ω 2 + Ω 2 r 2 Ω + 2rr Ω 3 2Ωr 2 Ω 2 +rωr Ω Ω + 2Ω 2 r r Ω + r 2 ΩΩ 2 + 2r 2 ΩΩ Ω 2r 2 Ω 2 Ω Ω 2 Ω ) 8a ( 3r 2 Ω 2 ln Ω r r 3 Ω 3 2r r 3 Ω 2 Ω + 2r 3 Ω 2 r Ω + r 3 Ωr Ω 2 Ω 3 r 4 +3r 3 Ω 2 Ω r 2r 2 Ω 2 r 2 Ω r 3 r Ω 3 + 2rΩ 2 r 3 Ω + 2r 3 Ωr Ω Ω + r 4 Ω 2 Ω 4r 2 Ω 2 r r Ω + 2rΩ 3 r 2 r + r 4 Ω 2 Ω 2r 4 ΩΩ 2 r 4 ΩΩ Ω + Ω 3) + 4b ( Ω 3 rω 2Ω 2 r Ω + 4Ω 2 r Ω 2Ωr Ω 2 + rω 3 2rΩΩ Ω ) (88) 0 = 2 ( ) 2Λr 2 Ω + 2rΩr + 2rr Ω + Ωr 2 + r 2 Ω Ω κ + 4a ( ) 2 3r 2 rωr rr Ω + Ωr 2 + r 2 Ω Ω Ω +8b(r 2 Ω + 2r r Ω Ω ) (89) Les équations différentielles (87) et (88) sont respectivement de 3 ème et 4 ème ordre en Ω et r. (89) est d ordre 2 et joue le rôle de contrainte. 3.3 Conditions initiales pour un début de solution Nous cherchons des solutions de types trou de ver et pour ce faire nous devons spécifier des conditions appropriées sur les fonctions Ω(l) et r(l) au niveau de la gorge en l = 0, à savoir Ω(0), Ω (0), Ω (0), Ω (0), Ω (0) et r(0), r (0), r (0), r (0), r (0). Rappelons ces conditions : r(0) > 0, r (0) = 0 et r (0) 0 r(l) est une fonction croissante de l Ω(0) > 0, Ω (0) = 0 et optionnellement Ω (0) 0 r(l) = r( l) et Ω(l) = Ω( l) qui éliminent par symétrie toutes les dérivées impaires en l = 0 Ecrivons maintenant les équations (87), (88) et (89) en l = 0 : 0 = Ω 0 κ + 4a 3 ln Ω 0 (2 r 0Ω 0 + r 2 0 Ω 0 Ω 0 r 2 0 r 2 0Ω 0 Ω 2 0 ) (90) 0 = 2 κ (Ω 0 + Ω 0) 8a 3 (r 0Ω 0 Ω 0 Ω r0 Ω 0) + 8a 3 ln Ω 0 ( r 0 Ω 0 + 2Ω 0 r 0Ω 0 + Ω 0 2 Ω 0 Ω r 3 0 Ω 0) (9) 0 = 2 κ (2r 0 + r 2 0Ω 0 Ω 0 ) 4a 3 (r 0 Ω 0 Ω 0 + r 0 )2 + 8bΩ 0 (92) 8

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014

Université de Caen. Relativité générale. C. LONGUEMARE Applications version 2.0. 4 mars 2014 Université de Caen LMNO Relativité générale C. LONGUEMARE Applications version.0 4 mars 014 Plan 1. Rappels de dynamique classique La force de Coulomb Le principe de moindre action : lagrangien, hamiltonien

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Le principe de moindre action

Le principe de moindre action Le principe de moindre action F. Hérau Laboratoire de Mathématiques Université de Reims Fete de la science novembre 2008 Définition Principe de moindre action : en physique, hypothèse selon laquelle la

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ

Champ et potentiel électrostatique. 1 Cas d une distribution de charges ponctuelles. Outils mathématiques. 1.1 Rappel (ou pas) : notion de champ 2 Champ et potentiel électrostatique Les e ets électriques peuvent être décrits par deux grandeurs que nous allons étudier dans ce chapitre : le champ électrostatique (grandeur vectorielle) et le potentiel

Plus en détail

PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M.

PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M. PETIT MANUEL DE SURVIE EN MATHÉMATIQUES À L USAGE DES TERMINALES STI2D (OU CE QU ON DOIT APPRENDRE ET CE QU ON PEUT RETROUVER SI ON EST MALIN) par M. Vienney 2 M. VIENNEY Vous trouverez dans ce document

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

1 Outils mathématiques pour la Physique

1 Outils mathématiques pour la Physique Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier TUE 302 : Outil Physique et Géophysique 1 Outils mathématiques pour la Physique k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

CHAPITRE V : Le champ électrique

CHAPITRE V : Le champ électrique CHAPITRE V : Le champ électrique V.1 La notion de champ a été introduite par les physiciens pour tenter d'expliquer comment deux objets peuvent interagir à distance, sans que rien ne les relie. A la fois

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009 Projets scilab L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 2 Avril 29 REMARQUE: quelques résultats importants concernant le théorème central limite et les intervalles de confiance sont rappelés dans la

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Principes de base de la relativité générale

Principes de base de la relativité générale Principes de base de la relativité générale Monique SIGNORE Directeur de recherche associé à l Observatoire de Paris Monique.Signore@obspm.fr Sophie REMY, Comité national EPhy sophie.remy@prepas.org L

Plus en détail

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010 Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE Quelques repères historiques [1] électricité : Coulomb - Ampère 1827 Faraday-Maxwell 1861 [2] électron

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

On définit la loxodromie comme étant la courbe à la surface terrestre qui coupe les méridiens à angle constant.

On définit la loxodromie comme étant la courbe à la surface terrestre qui coupe les méridiens à angle constant. LA LOXODROMIE On définit la loxodromie comme étant la courbe à la surface terrestre qui coupe les méridiens à angle constant. Cette courbe présente la particularité d être une droite sur une carte marine.

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Électromagnétisme. Chapitre 2. Approche locale du champ ( E, B)

Électromagnétisme. Chapitre 2. Approche locale du champ ( E, B) Électromagnétisme Chapitre 2 Approche locale du champ ( E, B) I Potentiel électrostatique Approche locale du champ ( E, B) Dans le premier chapitre, nous avons étudié les champs avec une approche globale,

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Tutorat 2 de Mathématiques (1ère année)

Tutorat 2 de Mathématiques (1ère année) Tutorat 2 de Mathématiques (ère année) 9//200 Transformée de Radon et Tomographie par Rayons X Compte-rendu à déposer svp le casier de mon bureau. N hésitez pas à me contacter en cas de difficultés majeures

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS

THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS Paris 7 QA 421-422 1992 93 THEORIE CLASSIQUE DES CHAMPS EXAMEN, t 0 = mardi 7 septembre 1993, 8h 30 t = 4 heures Il n est pas totalement inutile de lire l énoncé : les questions sont en principe, et parfois

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

2013-2014 UE FC5. Relativité générale

2013-2014 UE FC5. Relativité générale Observatoire de Paris, Universités Paris 6, Paris 7 et Paris 11, École Normale Supérieure Master Astronomie, Astrophysique et Ingénierie Spatiale Année M2 - Parcours Recherche 2013-2014 UE FC5 Relativité

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Prospection EM - source locale

Prospection EM - source locale Chapitre 10 Prospection EM - source locale 10.1 Modèle générique de prospection EM On peut présenter les choses à partir d un modèle générique valable pour toutes les méthodes. Figure 10.1: Modèle générique

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) ption MP Première partie : Caméra de contrôle des plaques d immatriculation A / Propagation de la lumière A1. Question de cours : position de Bessel La position de Bessel

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m 1 épartement de Physique, Université Laval, Québec Pierre Amiot, 1. La fonction delta et certaines de ses utilisations. Clientèle Ce texte est destiné aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques.

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces non parallèles Si un solide soumis à l'action de 3 forces A

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke MÉCANIQUE II PHQ 310 David Sénéchal Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke 25 juin 2015 2 Table des matières 1 Mécanique de Lagrange 9 1.1 Équations de Lagrange........................................

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

La Relativité générale aujourd hui

La Relativité générale aujourd hui Séminaire Poincaré IX (2006) 1 40 Séminaire Poincaré La Relativité générale aujourd hui Thibault Damour Institut des Hautes Études Scientifiques 35, route de Chartres 91440 Bures-sur-Yvette, France 1 Introduction

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES

TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES Cours et eercices de mathématiques TRIGONOMETRIE - EXERCICES CORRIGES Trigonométrie rectangle Eercice n. Compléter les égalités en respectant bien les notations de l énoncé cos ABC = sin ABC = tan ABC

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Outils mathématiques pour la physique et la chimie. Introduction. 1.1 Espaces vectoriels. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon.

Outils mathématiques pour la physique et la chimie. Introduction. 1.1 Espaces vectoriels. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon. Nicolas Chéron : nicolas.cheron@ens-lyon.fr Tél : 87 14 Outils mathématiques pour la physique et la chimie Introduction Ce document est un rappel de notions de mathématiques de base (i.e. niveau L1/L).

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail