Les urgences en EHPAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les urgences en EHPAD"

Transcription

1 Les urgences en EHPAD Vues par l équipe de l EHPAD et le médecin Co Dr Françoise Guillemette 23/06/15 Adef Résidences 2

2 LA VRAIE QUESTION EST : Qu est qu une urgence en EHPAD????????????? Urgence vitale? Urgence vraie? Ou sous tendue par un autre motif? Urgence à ne pas agir dans l urgence? Urgence à réfléchir? Urgence à prévenir? Et bien d autres choses encore. 21/06/2015 Adef Résidences 3

3 Qu est-ce qu une urgence en EHPAD? 1 Une urgence vitale vraie OAP massif, Fausse route avec asphyxie, Infarctus du myocarde, Embolie pulmonaire massive, Convulsions successives, perte de connaissance prolongée ALLO SAMU Les gestes qu il faut faire en attendant Les informations qu il faut pouvoir donner à l urgentiste Préserver les autres résidents Fournir le DLU Ensuite, prévenir famille et médecins (T/Co) 23/06/15 Adef Résidences 4

4 21/06/2015 Adef Résidences 5

5 Qu est-ce qu une urgence en EHPAD? 2 Un problème médical aigu et sévère Prise de poids et dyspnée rapidement progressive chez un insuffisant cardiaque, problème de glycémie chez un diabétique Aggravation d une gène respiratoire chez un bronchitique chronique Fièvre et syndrome infectieux chez une personne fragile Chute avec suspicion de fracture D abord on s assure qu il n y a PAS de risque vital immédiat Ensuite on est tenté de faire le 15 ou le numéro des urgences MAIS 23/06/15 Adef Résidences 6

6 MAIS «Que puis-je faire d autre qu appeler le 15 ou les urgences hospitalières?» Appel médecin traitant ou co ou spécialiste : Pour lui exposer le problème et le contexte Qiu débouche parfois sur une Prise en soins ou Application de protocoles préétablis Le régulateur du SAMU peut parfois être une aide précieuse 21/06/2015 Adef Résidences 7

7 Que puis-je faire d autre qu appeler le 15 ou les urgences hospitalières? Organiser une hospitalisation rapide mais pas dans l urgence ALLO : (on l a vu le MT ou le Médco) - L équipe mobile de gériatrie - Le numéro unique de gériatrie ET SI ANTICIPÉ - Les contacts pris par anticipation, de préférence avec une convention 21/06/2015 Adef Résidences 8

8 Qu il s agisse d une urgence vitale, d un transfert aux urgences et même d ailleurs d un transfert organisé NE PAS OUBLIER La prise en charge de la douleur en attendant Le Dossier de liaison d urgence 21/06/2015 Adef Résidences 9

9 Qu est-ce qu une urgence en EHPAD? Une fausse urgence? Souvent liée ou majorée par l angoisse de l IDE ou de l AS, surtout la nuit, du directeur, voire du médecin co de la famille 23/06/15 Adef Résidences 10

10 Les facteurs favorisants La fausse urgence Une mauvaise observation du résident Un défaut de transmission des informations Les questions qu on se pose : Quelle est la part d angoisse et de réalité? Fiabilité 23/06/15 Adef Résidences 11

11 Savoir que faire nécessite : Une bonne connaissance et La fausse urgence Une évaluation individualisée du résident Une bonne appréciation de nos capacités à accompagner, à prendre en soins Se méfier des familles difficiles qui angoissent Se méfier de nos a-priori sur les familles difficiles qui angoissent Intérêt du travail d équipe /pluridisciplinaire 23/06/15 Adef Résidences 12

12 Les urgences Comment les éviter aux résidents??? 23/06/15 Adef Résidences 13

13 Quels moyens de limiter les recours inutiles? Des soignants FORMÉS aux gestes d urgence avec des mises en situation pratiques le matériel, à jour, connu de tous à la transmission d informations 23/06/15 Adef Résidences 14

14 Quels moyens de limiter le recours inutile? Connaissance des circuits Connaître les partenaires de sa filière les différentes possibilités de prise en charge : structures d accueil avec leurs avantages et leurs limites Ces informations sont à disposition et connues 04/06/15 Adef Résidences 15

15 Quels moyens de limiter le recours inutile? Avoir des protocoles d urgence qs Connaître ses capacités et ses limites Ce qu on peut faire ou pas Les moyens humains sur place Les moyens techniques disponibles Et les faire connaître 04/06/15 Adef Résidences 16

16 Concernant le résident Anticiper les évènements aigus : CAT, protocoles individualisés toujours disponibles et connus Projet d accompagnement personnalisé y compris ou idem pour le soins Recueil des souhaits du résident d abord, de la personne de confiance et/ou de la famille; directives anticipées ou prise de décision éthique, le tout noté et connu Peser en équipe le bénéfice risque 04/06/2015 Adef Résidences 17

17 Du calme du sang froid L urgence, c est l angoisse de l EHPAD L angoisse de l EHPAD, c est l inconfort du résident Pour rester calmes, anticipons! Adef Résidences 18

18 MERCI DE VOTRE ATTENTION FG 04 juin 2015 Adef Résidences 19

19 Bénéfice / Risque Peser pour chaque patient Risque de décompensation d une autre pathologie Risque d aggravation de la pathologie ou de l ensemble de l état du patient malgré le recours aux urgences Risque de iatrogénie Risque inhérent aux transferts

20 Bénéfice / Risque Bénéfice attendu du recours aux urgences Plateau technique Avis de spécialiste Mise en place de technicité spécifique Nécessité d une augmentation de la surveillance et des gestes Possibilité - ou pas - d une hospitalisation directe sans passage aux urgences?

21 Bénéfice / Risque Peut-on différer l hospitalisation de quelques heures? Exemple : chute avec fracture du col du fémur Sans signe de gravité Calmer la douleur sous surveillance Et transférer le lendemain directement en chirurgie (accord préalable)

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Démarche éthique en (aux) urgences Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Le dilemme de l urgentiste.. Urgences vitales. Urgences «palliatives». Accompagnement de fin de vie. Prise de décision

Plus en détail

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne

Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Association des Médecins-Chefs de Théâtre de Paris et Région Parisienne Rapport annuel des interventions médicales Année 2016 (janvier 2016 décembre 2016) Professeur Pierre Bonfils Hôpital Européen Georges

Plus en détail

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins

urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins urgences palliatives à domicile : Regards croisés de médecins Analyse de 14 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes, urgentistes et de soins palliatifs 1 RECOURS AUX URGENCES EN SITUATION

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER

HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER HAD en EHPAD Dr Jean-Yves LEMONNIER Montpellier - 4/6/2015 RETOUR D EXPERIENCE Dr Jean-Yves LEMONNIER Médecin coordinateur LNA HAD CENTRE PH Centre de Gériatrie CHR Orléans CONTEXTE contexte - saturation

Plus en détail

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique?

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Alexis descatha -Unité de pathologie Professionnelle Inserm U1018 -SAMU 92 -CHU Poincaré, Garches Colloque CŒUR ET TRAVAIL 30 septembre

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

Bilan 2007 à patients sur Hazebrouck 8 patients à 10 kms 54 patients entre 10 et 15 kms 17 patients au delà de 15 kms

Bilan 2007 à patients sur Hazebrouck 8 patients à 10 kms 54 patients entre 10 et 15 kms 17 patients au delà de 15 kms Activité transfusionnelle de l HAD Flandre Lys de 2007 à 2012 Dr E.Baheu Médecin coordonnateur de l HAD Flandre Lys Journées de Rencontres régionales HAD et EPHAD Lille, mars 2013 1 HAD publique de 30

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

Fiche de poste Infirmier(e) de nuit

Fiche de poste Infirmier(e) de nuit Fiche de poste Infirmier(e) de nuit Intitulé du poste Intitulé du poste : Infirmier(e) de nuit Date d actualisation de la fiche de poste : Titulaire du poste Inter région : Filière Métier : Personnes âgées

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Le service d accueil des Urgences (SAU) :

Le service d accueil des Urgences (SAU) : Le service d accueil des Urgences (SAU) : L exemple du SAU du GHI Le Raincy-Montfermeil 7/5/2015 1 Les ressources sanitaires du territoire SAU Service d Accueil des Urgences REMARQUE : Il existe 1 SAU

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

ACCUEUIL SAU. Dominique Pateron SAU Saint-Antoine Université Paris VI

ACCUEUIL SAU. Dominique Pateron SAU Saint-Antoine Université Paris VI ACCUEUIL SAU Dominique Pateron SAU Saint-Antoine Université Paris VI TEXTES LEGAUX Décret 2006-576 Décret 2006-577 Ciculaire DHOS/O1/2007/65 Décret 1995-647 EXERCICE DE LA MEDECINE D URGENCE Régulation

Plus en détail

ALLIANCE DES PROFESSIONNELS AUTOUR DU PATIENT EN FIN DE VIE. Journée Régionale Soins Palliatifs et fin de vie en EHPAD

ALLIANCE DES PROFESSIONNELS AUTOUR DU PATIENT EN FIN DE VIE. Journée Régionale Soins Palliatifs et fin de vie en EHPAD ALLIANCE DES PROFESSIONNELS AUTOUR DU PATIENT EN FIN DE VIE Journée Régionale Soins Palliatifs et fin de vie en EHPAD 17 mars 2015 EMSP CHU Reims Dr Alexia Copigny Afonso LE PATIENT Quel est son statut?

Plus en détail

Insuffisance cardiaque aigue. DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone

Insuffisance cardiaque aigue. DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone Insuffisance cardiaque aigue DR ATTARD Nathalie DR KARSENTY Géraldine Services des urgences spécialisées SU Timone 21 mars 2014 Liens d intérêts NOVARTIS LILLY BAYER BOEHRINGER SANOFI DAIICHI SANKYO Le

Plus en détail

12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest novembre E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux

12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest novembre E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux 12 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest 25-26 novembre 2011 E. TENTILLIER SAMU 33, CHU Bordeaux Qui régule les appels pédiatriques? Samu Centre 15 de la Gironde du 1 er novembre 2010 au 31

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD

EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD ORIGINE Depuis plusieurs années La FNEHAD Picardie relaie

Plus en détail

ETP et Patient traceur

ETP et Patient traceur ETP et Patient traceur Retour d expérience 1er Décembre 2015 P Minvielle et N Paquero CH Mt de Marsan Le CH de Mt de Marsan Programmes ETP: Pédiatrie Surpoids Diabète Asthme Médecine: Diabète Activités

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES «Continuité des soins la nuit en EHPAD» Cahier des charges

APPEL A CANDIDATURES «Continuité des soins la nuit en EHPAD» Cahier des charges Direction de l Autonomie Réf. à rappeler: Continuité des soins en EHPAD la nuit Affaire suivie par : Héloïse LAPLUME / Jean-Philippe FLOUZAT Courriel : ARS-IDF-PERSONNES-AGEES@ars.sante.fr Tel : 01 44

Plus en détail

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique PAERPA DAT Les nouvelles ressources Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique 1 PAERPA-DAT - PAERPA : Personnes Agées en Risque de Perte d Autonomie, le parcours de santé des aînés : des

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier 15è«Rendez-vous de l Urgence» Strasbourg 27 mai 2010 Dr Jean-Bernard Havé Assistant Spécialiste SAU/SMUR CH Haguenau Expériences

Plus en détail

Journée Régionale REQUAMIP. 31 mai Toulouse ASSURER LA CONTINUITE DES SOINS

Journée Régionale REQUAMIP. 31 mai Toulouse ASSURER LA CONTINUITE DES SOINS Journée Régionale REQUAMIP 31 mai 2011 Toulouse ASSURER LA CONTINUITE DES SOINS DR Hervé FERRIER CH REVEL CONTINUITE DES SOINS pourquoi cette thématique? Répondre à l objectif de la journée destinée à

Plus en détail

Atelier de réflexion et d échange du réseau COMETH: présentation de la cellule éthique de l HNFC. Mardi 24 mars 2015 DIJON

Atelier de réflexion et d échange du réseau COMETH: présentation de la cellule éthique de l HNFC. Mardi 24 mars 2015 DIJON Atelier de réflexion et d échange du réseau COMETH: présentation de la cellule éthique de l HNFC Mardi 24 mars 2015 DIJON Exposer la situation Contexte socio familial état civil : 54 ans, célibataire,

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Quelle prise en charge des pathologies aigues en EHPAD?

Quelle prise en charge des pathologies aigues en EHPAD? Quelle prise en charge des pathologies aigues en EHPAD? Congrès de la FNGG Octobre 2013 Docteur Stéphan MEYER Vice-président FFAMCO Professeur Thierry DANTOINE CHU de Limoges L Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES COPACAMU 2016 Patient traceur Pr Stéphanie GENTILE SSPIM Mme Anne-Claire DURAND SSPIM Dr Michael LEJWI

Plus en détail

Livret d accueil. Centre Hospitalier de Chaumont

Livret d accueil. Centre Hospitalier de Chaumont Livret d accueil Centre Hospitalier de Chaumont Les Urgences du Centre Hospitalier de Chaumont ont pour missions d accueillir, traiter et diriger toute personne se présentant 24h/24 et 7j/7. En cas d Urgence

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR

ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR ENTRE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET IATROGENIE CHEZ LA PERSONNE AGEE: CONDUITES A TENIR A partir d un travail réalisé en pluridisciplinarité et présenté en formation par un gériatre hospitalier et un pharmacien

Plus en détail

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence Radiographie - Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence - Intérêt diagnostique positif macro-sémiologie (OAP, pneumopathie,

Plus en détail

Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées. Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017

Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées. Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017 Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017 1 Enjeux Evolutions socio-démographiques : Vieillissement de la population

Plus en détail

DROITS DES PATIENTS LE PATIENT, CO-ACTEUR DANS LES DÉCISIONS MÉDICALES

DROITS DES PATIENTS LE PATIENT, CO-ACTEUR DANS LES DÉCISIONS MÉDICALES Nuancier190x100_Mise en page 1 24/06/13 15:06 Page1 DROITS DES PATIENTS LE PATIENT, CO-ACTEUR DANS LES DÉCISIONS MÉDICALES DROITS DES PATIENTS LE PATIENT, CO-ACTEUR DANS LES DÉCISIONS MÉDICALES Les lois

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR,

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Urgences, CHU Félix Guyon QUELQUES CHIFFRES l Epilepsie :

Plus en détail

EMBOLIE PULMONAIRE (EP)

EMBOLIE PULMONAIRE (EP) EMBOLIE PULMONAIRE (EP) Dr Thanh CAO - HUU = OBSTRUCTION D UNE ou PLUSIEURS BRANCHES DE L ARTERE PULMONAIRE PAR UN OU DES THROMBUS pouvant aboutir à l INFARCTUS PULMONAIRE = AFFECTION UBIQUITAIRE dont

Plus en détail

Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale

Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale Dispositif expérimental d'astreinte d'infirmier(ère) de nuit mutualisée entre plusieurs EHPAD Cahier des Charges Direction de l Offre Médico-Sociale et de l Autonomie 2013/2014 Sommaire Contexte et objectifs

Plus en détail

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen

Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Etude descriptive des pratiques transfusionnelles aux urgences de Rouen Dr Clément Boniol 11 juin 2015 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Les urgences de Rouen 25 médecins urgentistes 18 internes en stage

Plus en détail

SEMINAIRE e-resater TOULOUSE

SEMINAIRE e-resater TOULOUSE SEMINAIRE e-resater TOULOUSE Le 2 Juin Dr Jean-Louis VICQ 1 PRESENTATION D ECHOSANTE 2003 : Réseau territorial de santé polyvalent / Prise en charge de la Dépendance / Coordination et maintien à domicile,

Plus en détail

L insuffisance cardiaque aigue définition

L insuffisance cardiaque aigue définition L insuffisance cardiaque aigue définition Apparition rapide ou aggravation des symptômes et/ou des signes d insuffisance cardiaque. survenant de novo ou décompensation d une insuffisance cardiaque chronique

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Dunkerque. C.H.D Service de Cardiologie du Dr. S. WERQUIN

Le Centre Hospitalier de Dunkerque. C.H.D Service de Cardiologie du Dr. S. WERQUIN Le Centre Hospitalier de Dunkerque La compétence Pour qui? Pourquoi? Comment? Dans quels domaines? Constat sur le terrain Postulat de départd Objectifs poursuivis Démarche méthodologiquem État avancement

Plus en détail

Signature de la charte Romain Jacob Volet urgences. Chartres 26 avril 2016

Signature de la charte Romain Jacob Volet urgences. Chartres 26 avril 2016 Signature de la charte Romain Jacob Volet urgences Chartres 26 avril 2016 Introduction Accès aux soins pour les personnes handicapées (loi du 11 février 2005) 10 à 12 fois par an aux demandes de soins

Plus en détail

Port du masque et prévention des transmissions Air et Gouttelettes

Port du masque et prévention des transmissions Air et Gouttelettes Journée Régionale de Prévention et Maîtrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Port du masque et prévention des transmissions Air et Gouttelettes Stéphanie GODARD, IDE Coordinatrice

Plus en détail

Le défi de l éducation thérapeutique

Le défi de l éducation thérapeutique Le défi de l éducation thérapeutique "Pour que la chute ne soit plus une fatalité liée à l âge" Docteur J. BULTEL / Docteur E. KHEIRDDINE Service SSR CHES site de Vernon. Septembre 2015 OBJECTIF DE L ETP

Plus en détail

EHPAD et hospitalisation aux urgences

EHPAD et hospitalisation aux urgences EHPAD et hospitalisation aux urgences 2 ème Journée Scientifique de Broca 19 NOV. 2015 Dr F.Bertin-Hugault 1 1 Epidémiologie 3 844 248 personnes de plus de 80 ans 2 498 283 femmes 1 345 965 hommes 85%

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015

Dossier Médical Personnel. Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Dossier Médical Personnel Présentation journée dématérialisation des procédures 18 septembre 2015 Qu est-ce que le Dossier Médical Personnel? «Le DMP en quelques mots» 2 Le DMP, qu est-ce que c est? Le

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD

l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD l admission en EHPAD : le rôle du médecin coordonnateur Dr Heddi BOUTI médecin généraliste médecin coordonnateur EHPAD www.association-age.fr un EHPAD établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes,

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

C est le quotidien du département de médecine d urgence du CHRU de Tours. Le travail photographique de Pascal

C est le quotidien du département de médecine d urgence du CHRU de Tours. Le travail photographique de Pascal 16 décembre 2015 Dossier de presse Prendre soin(s) C est le quotidien du département de médecine d urgence du CHRU de Tours. Le travail photographique de Pascal Montagne et en témoigne. Alors que les chefs

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse Dr Gérard BOEUF Gériatre Qu est-ce qu une démence? Définition du syndrome démentiel (DSM IV) : «Trouble

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité

Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Innovation pour le Bien vieillir Médecine d Urgence de la Personne Âgée (MUPA): Bilan des 9 Mois d Activité Dr. Achille TCHALLA, MCU-PH, Gériatrie et Biologie du Vieillissement, Service de Médecine Gériatrique

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

Et le gériatreg. riatre..? Dr Catherine Cattenoz Gériatre CHU Rennes Pontivy le 12 mars 2015

Et le gériatreg. riatre..? Dr Catherine Cattenoz Gériatre CHU Rennes Pontivy le 12 mars 2015 Et le gériatreg riatre..? Dr Catherine Cattenoz Gériatre CHU Rennes Pontivy le 12 mars 2015 Suivi partagé Décision thérapeutique conjointe Prise en charge globale et soins de support Repérage et prévention

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

L admission des personnes de plus de 60 ans aux urgences en Haute-Vienne

L admission des personnes de plus de 60 ans aux urgences en Haute-Vienne L admission des personnes de plus de 60 ans aux urgences en Haute-Vienne Dr PETITCOLIN Pierre-Bernard M. FAYE Momar M. FAUGERAS Gilles 27 Septembre 2012 Plan Présentation Contexte La filière gériatrique

Plus en détail

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les hôpitaux de jour L hôpital de jour, pour qui? Hôpital de jour «L Estran» - Concarneau Toute

Plus en détail

Etude de la pertinence des ECBU au Service d Accueil des Urgences (SAU) d un CHU

Etude de la pertinence des ECBU au Service d Accueil des Urgences (SAU) d un CHU Etude de la pertinence des ECBU au Service d Accueil des Urgences (SAU) d un CHU V. Merle, B. Amelot, A Lemercier DESP et SAU CHU-Hôpitaux de Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Contexte Nombreuses prescriptions

Plus en détail

LES RISQUES IATROGENES. Jean-Luc Quenon Philippe Michel CCECQA

LES RISQUES IATROGENES. Jean-Luc Quenon Philippe Michel CCECQA LES RISQUES IATROGENES Jean-Luc Quenon Philippe Michel CCECQA Expériences étrangères USA État de New York (HMPS, 1984) États de Utah et Colorado (UTCOS, 1992) Australie Deux Etats (QAHCS, 1992) Europe

Plus en détail

Flux EHPAD Hôpital. C.HEIN et T.VOISIN 20 Juin 2008

Flux EHPAD Hôpital. C.HEIN et T.VOISIN 20 Juin 2008 Flux EHPAD Hôpital C.HEIN et T.VOISIN 20 Juin 2008 Lieu de vie Population polypathologique Prévalence de la démence, prise en charge de la dépendance Implication/Pression de la famille Faible taux en personnel

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

LE HANDICAP COMPLEXE

LE HANDICAP COMPLEXE LE HANDICAP COMPLEXE «Articuler les actions de soins, d éducation, d apprentissage, de loisirs pour favoriser un meilleur état de Santé» 30 e Journées Nationales de formation des Personnels MAS/ FAM Organisées

Plus en détail

Que faire en cas de FAUSSE ROUTE?

Que faire en cas de FAUSSE ROUTE? Que faire en cas de FAUSSE ROUTE? Fadila EL HACHIMI IDE Coordinatrice, EHPAD du Bourget Troubles de la déglutition en Neurologie 14 novembre 2016 ADEF Résidences Principes à respecter Analyser rapidement

Plus en détail

Infections nosocomiales Le regard du médecin légiste. Dr. Alain Miras MCU-PH en médecine légale

Infections nosocomiales Le regard du médecin légiste. Dr. Alain Miras MCU-PH en médecine légale Infections nosocomiales Le regard du médecin légiste Dr. Alain Miras MCU-PH en médecine légale Plan Mission Préparation du dossier d expertise Appréciation de la prise en charge Evaluation du dommage Difficultés

Plus en détail

PÔLE CENTRE PSYCHIATRIE GÉNÉRALE - PSYCHO-GÉRONTOLOGIE DÉPARTEMENT D INFORMATION MÉDICALE LABORATOIRE D ELECTROPHYSIOLOGIE

PÔLE CENTRE PSYCHIATRIE GÉNÉRALE - PSYCHO-GÉRONTOLOGIE DÉPARTEMENT D INFORMATION MÉDICALE LABORATOIRE D ELECTROPHYSIOLOGIE PÔLE CENTRE PSYCHIATRIE GÉNÉRALE - PSYCHO-GÉRONTOLOGIE DÉPARTEMENT D INFORMATION MÉDICALE LABORATOIRE D ELECTROPHYSIOLOGIE Médecin Chef du pôle : Docteur Albert BOXUS CENTRE HOSPITALIER LEON-JEAN GREGORY

Plus en détail

IOA. l évaluation, l orientation. Estelle GHEWY Jean PERRIN

IOA. l évaluation, l orientation. Estelle GHEWY Jean PERRIN IOA le tri : l accueil, l évaluation, l orientation Estelle GHEWY Jean PERRIN Missions principales Accueillir patient et accompagnant, Évaluer pour définir les degrés de priorité de prise en charge médicale,

Plus en détail

LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée

LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée #FASN LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée Animé par Yvon Marie-Sainte, directeur du GCSSIS de Martinique et Cécile Lagardère, Care Insight Jean-Luc Dr FANON,

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD

LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD LA PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION EN EHPAD Etude descriptive des pratiques professionnelles de Médecins Coordonnateurs dans 27 EHPAD d un groupe privé associatif Docteur Audrey GUEDJ Diplôme

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VITRY-LE-FRANÇOIS 2, RUE CHARLES SIMON BP 413 51308 VITRY-LE-FRANÇOIS CEDEX OCTOBRE 2009 PARTIE 1 Nom

Plus en détail

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES PRADO Le service d accompagnement à domicile après une hospitalisation PATHOLOGIES CHRONIQUES Volets insuffisance cardiaque et BPCO Dans le Jura (08/07/2016) Restreint 1 Permettre au patient de retourner

Plus en détail

Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit

Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit Analyse d 1 EIR évitable œdème de surcharge la nuit PERSONNEL SOIGNANT ENGAGE DANS LA DEMARCHE Mme Cécile ZITTE Cadre de Santé Mme M.Brigitte RIVIERE IDE Mr Jim CHANE KUNE IDE EQUIPE MEDICO CHIRURGICALE

Plus en détail

Corinne SEBA Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE COPACAMU 2010

Corinne SEBA Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE COPACAMU 2010 Corinne SEBA Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE COPACAMU 2010 Le développement de connaissances, L acquisition de compétences, L amélioration des qualifications d un salarié, L adaptation au poste

Plus en détail

Réponse % Compte. La Sarre % 5. Total 100% 5. Question OUI NON N / A Total. Unité hospitalière de soins palliatifs % % 0 0.

Réponse % Compte. La Sarre % 5. Total 100% 5. Question OUI NON N / A Total. Unité hospitalière de soins palliatifs % % 0 0. Questionnaire Soins palliatifs et de fin de vie 2016 UMF LA SARRE N=5 Q1 Dans quelle UMF avez-vous fait votre résidence? La Sarre 100.00% 5 Q2 Au cours de votre résidence, estimez-vous avoir prodigué des

Plus en détail

La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier

La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier La surveillance syndromique à l InVS : la veille sanitaire fondée sur l enregistrement automatisé de données métier Dr Loïc Josseran InVS Département de Coordination des Alertes et des Régions InVS septembre

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

Vincent Decourcelle, centre hospitalier d armentieres.

Vincent Decourcelle, centre hospitalier d armentieres. Vincent Decourcelle, centre hospitalier d armentieres www.jlar.com Circulation pulmonaire = petite circulation Irrigue les poumons Permet l hématose du sang Basse pression dans les artères Circulation

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

L urgentiste doit-il être un spécialiste de tout?

L urgentiste doit-il être un spécialiste de tout? L urgentiste doit-il être un spécialiste de tout? Pr Jeannot Schmidt Strasbourg, 24 avril 2010 L urgentiste à travers l approche universitaire en France Le passé : Des diplômes universitaires Le présent

Plus en détail

Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud

Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud Vieillissement de la population et réponse aux besoins en aide et soins des personnes âgées : les réflexions du canton de Vaud Langzeitpflege wohin? Journée de réflexion 2 septembre 2016 Stéfanie MONOD,

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux

Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux Organisation du parcours de soins des PAERPA au CHU de Bordeaux CCECQA du 24 juin 2016 Pr Nathalie SALLES, Dr Marie-Neige VIDEAU Domicile EHPAD Dispositifs PAERPA Bordeaux Permanence téléphonique Télémédecine

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

PRADO, le service d accompagnement à domicile après hospitalisation. Objectif du service : fluidifier le parcours hôpital - ville. Autres PS libéraux

PRADO, le service d accompagnement à domicile après hospitalisation. Objectif du service : fluidifier le parcours hôpital - ville. Autres PS libéraux Parcours patient PRADO, le service d accompagnement à domicile après hospitalisation Objectif du service : fluidifier le parcours hôpital - ville Hospitalisation Retour au domicile Prestataires aide à

Plus en détail

Formations Professionnelles

Formations Professionnelles 2016 Formations Professionnelles 40 rue du Rempart Saint-Étienne BP 40401 31004 TOULOUSE CEDEX 6 Tél : 05 61 12 43 43 E-mail : asp.toulouse@free.fr Association Loi 1901 à but non lucratif N SIRET 345 382

Plus en détail

PAERPA Basse-Corrèze 1 er Bilan et perspectives Septembre 2015-Mai 2017

PAERPA Basse-Corrèze 1 er Bilan et perspectives Septembre 2015-Mai 2017 PAERPA Basse-Corrèze 1 er Bilan et perspectives Septembre 2015-Mai 2017 Objectifs de l expérimentation Améliorer la coordination entre les différentes prises en charge sanitaire, sociale et médico-sociale

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque.

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque. Diagnostic Educatif en réadaptation r fonctionnelle cardiaque. Dr Françoise COURTALHAC Médecin coordinateur Pôle d Education du Patient Centre Hospitalier de Compiègne (Oise) DU Education Thérapeutique

Plus en détail

ORGANISATION DES SECOURS DONNEES FONDAMENTALES SCOLAIRE DANS L AVEYRON DONNEES FONDAMENTALES

ORGANISATION DES SECOURS DONNEES FONDAMENTALES SCOLAIRE DANS L AVEYRON DONNEES FONDAMENTALES ORGANISATION DES SECOURS DONNEES FONDAMENTALES MILIEU SCOLAIRE DANS L AVEYRON DONNEES FONDAMENTALES 1. LE MEDECIN REGULATEUR DU SAMU Il reste le pivot. Il évalue et lance la procédure. 2. LE TRANSPORT

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES

URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES URGENCES VITALES INTRA-HOSPITALIERES Dr F. DEPARDIEU SAMU 25/SMUR Besançon MAI 2008 Modalités, procédures d alerte Circonstances : - Toute urgence vitale immédiate, dont l ACR. - Patient, visiteur, personnel

Plus en détail