Bonnes pratiques d utilisation des curares en 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bonnes pratiques d utilisation des curares en 2011"

Transcription

1 Bonnes pratiques d utilisation des curares en 2011 Professeur Benoît Plaud Université Paris Est Créteil Service d anesthésie, réanimation chirurgicale, Samu94 - Smur GHU Albert Chenevier - Henri Mondor, Créteil

2 Points abordés Circonstances d utilisation des curares Modalités de la surveillance et de la décurarisation pharmacologique 2

3 Indications de la curarisation au cours de l anesthésie générale Faciliter L intubation trachéale L acte chirurgical La ventilation contrôlée

4 Les différents curares : lesquels utiliser? TH 25% : durée d action clinique = récupération de 25% de la force musculaire initiale TH 90% : durée d action totale = récupération de 90% de la force musculaire initiale * : retiré du marché en mars 2011

5 Utilisation (%) des curares en France ( ) 2,5 à 3 millions de patients bénéficient d une curarisation en France chaque année. Clergue et coll. Anesthesiology 1999:91: Source : IMS Health

6 Critères de choix du curare Pas de curare pour la chirurgie Intubation avec ou sans curare Intubation sans curare Allergique Actes brefs La succinylcholine peut être utilisée (adulte) Curare pour la chirurgie et > 30 min CND durée intermédiaire

7 Contre-indications absolues à la succinylcholine Antécédent personnel ou familial d HM Fragilité musculaire : myopathie, myotonie (rhabdomyolyse) Hyperkaliémie ou situations à risque d hyperkaliémie (dérégulation haute) Brûlures étendues ( > 48 h ) Paraplégie, hémiplégie, dénervation ( > 48 h ) Allergie documentée au suxaméthonium Déficit en butyrylcholinestérases (Bche) Plaud et coll. Ann Fr Anesth Réanim 2002;21:247-8

8 Arrêt cardiaque après succinylcholine Arrêts cardiaques ( n ) Décès (n) Rhabdomyolyse Duchenne Boulogne 23 2 Becker 4 2 Autre myopathie 10 7 Idiopathique 20 6 Total Gronert. Anesthesiology 2001;94:523-9

9 Arrêt cardiaque après succinylcholine Arrêts cardiaques ( n ) Décès (n) Dérégulation haute Brûlés 28 1 Traumatisme musculaire 4 0 Dénervations 17 2 Neuropathies de réanimation 16 3 Divers 7 2 Total 72 8 Gronert. Anesthesiology 2001;94:523-9

10 Curares et intubation en France Duvaldestin et coll. Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:483-9

11 Analyse bénéfice-risque Sans curare Pneumopathie d inhalation (estomac plein) Morbidité laryngée Retentissement hémodynamique Avec curare Allergie «Cannot ventilate cannot intubate» Curarisation résiduelle

12 Définition La curarisation résiduelle est actuellement définie par un rapport de train de quatre à l adducteur du pouce inférieur à 0,9. Plaud et coll. Anesthesiology 2010;112: Selon ce critère, plusieurs études rapportent une fréquence (très) élevée de patients manifestant une curarisation résiduelle en SSPI. Murphy et coll. Anesth Analg 2010;111:120-8

13 Fréquence comparée entre les pays et les CND Pays Curares Fréquence (%) Référence Danemark Long 73 Viby-Mogensen et coll. Anesthesiolgy 1979, 50: États-Unis Long 85 Murphy et coll. Anesth Analg 2004, 98: États-Unis Int. 29 Murphy et coll. Anesth Analg 2004, 98: France Int. 45 Debaene et coll Anesthesiology 2003, 98: France Int. 3,5 62 Baillard et coll. Br J Anaesth 2005, 95 : Royaume Uni Int. 52 Hayes et coll. Anaesthesia 2001, 56: 213-8

14 Monitorage de la curarisation Grands principes Les curares agissent en bloquant la transmission neuromusculaire. L effet des curares peut être estimé en mesurant la réponse d un muscle à la stimulation du nerf moteur. Le monitorage implique au moins un neurostimulateur. La réponse musculaire peut être évaluée de façon Visuelle Tactile par la force Jauge de contrainte (la référence) Accélération (TOF-Watch ) Déplacement (NMT ) EMG Sons (microphone)

15 Appareils de monitorage Neurostimulateur Intérêts: : simple d emploi, permet de répondre à 90% des besoins Limites : ne permet qu un monitorage qualitatif de la curarisation

16 Appareils de monitorage Accélérométrie : TOF- Watch de SPC Mesure de l accélération (F = m γ) Intérêts : quantitatif, plusieurs sites Limites : fragilité du capteur, non intégrable (adaptateur pour maintenir le pouce en bonne position)

17 Appareils de monitorage Accélérométrie : STIMPOD (Téléflex ) Mesure dans les trois dimensions En cours d évaluation

18 Appareils de monitorage NMT de GEMS (ex Datex ) mesure un déplacement par une lame (cinémyographie) Intérêts : intégrable, simple d emploi Limites : site unique, dégradation du capteur au fur et à mesure des impulsions

19 Les modes de stimulation Stimulation simple (single twitch) Train de quatre (train-of-four) Stimulation en double salve (double burst stimulation : DBS) Le compte après tétanos (post tetanic count : PTC)

20 La stimulation par train - de - quatre Stimulation B /A = rapport de train de quatre Réponse musculaire Viby-Mogensen. Anesthesia, 5ème édition, Miller ed. 2000;

21 Avantages inconvénients de la mesure du rapport T4/T1 en SSPI Avantages Simple et sensible Peu douloureuse Pas de valeur contrôle Inconvénients Fiabilité de la mesure Conditions de mesure Samet et coll. Anesthesiology 2005; 102:51-6 Baillard et coll. Anesth Analg 2004; 98:854-7 Claudius et coll. Anesthesiology 2009;110:

22 En pratique, en fin d intervention Monitorage du T4/T1 au bloc opératoire, situation stable Décurarisation pharmacologique Contrôler l efficacité Extuber Transférer en SSPI

23 Les tests cliniques sont pris en défaut pour le diagnostic de la curarisation résiduelle. 1 0,9 Décurarisation adéquate (pas de test clinique à ce niveau) Rapport de Td4 0,7 Traction canule buccale 0,6 Seuil de détection au Double Burst Stimulation (DBS) 0,4 Head Lift Test (HLT) 0,3 Seuil de détection visuelle au Train-de Quatre (Td4) 0,2 Ventilation minute adéquate 0

24 Le PTC Viby-Mogensen. Anesthesia, 5ème édition, Miller ed. 2000;

25 La pratique du monitorage de la curarisation en France Utilisation du monitorage de la curarisation 50% dose unique 75% injections répétées Duvaldestin et coll. Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:

26 Et ailleurs? % d utilisation France 0 Danemark Etats-Unis Italie Allemagne Royaume-Uni Mexique Sorgenfrei et coll. Ugeskr Laeger 2005;167: Naguib et coll. Anesth Analg 2010 (accès en ligne) Di Marco et coll. Acta Anaesthesiol Scand 2010; 54: Fuchs-Buder et coll. Anaesthesist 2003;52:522-6 Grayling et coll. Anaesthesia 2007;62:806-9 Nava-Ocampo et coll. BMC Anesthesiol 2002;2:2

27 La curarisation résiduelle est-elle un problème clinique significatif? Naguib et coll. Anesth Analg 2010;111:110-9

28 Méconnaissance de la valeur de 0,9 du T4/T1 comme seuil de décurarisation complète Respondents (%) > Other TOF Ratio Quelle valeur de T4/T1 nécessaire pour une extubation en toute sécurité (N=534)? Grayling et coll.. Anaesthesia. 2007;62:806 9

29 Méconnaissance de la valeur de 0,9 du T4/T1 comme seuil de décurarisation complète Respondents (%) TOF Ratio Quelle valeur de T4/T1 nécessaire pour une extubation en toute sécurité (N=754)? Di Marco et coll. Acta Anaesthesiol Scand 2010;54:307 12

30 Traçabilité dans la dossier d anesthésie 1453 dossiers dans 9 centres français Mention du monitorage 43% (intubation) 53% (entretien) 43% (décurarisation) D Hollander et coll. Ann Fr Anesth Reanim 2011 (accès en ligne)

31 Au total, en 2011 Malgré l existence de recommandations de bonne pratique et des risques documentés de la curarisation résiduelle, l utilisation du monitorage de la curarisation demeure limitée en France, en Europe et dans le monde.

32 Conséquences (<1-5%) Dépression respiratoire de la réponse ventilatoire à l hypoxie Complications pulmonaires post-opératoires des réflexes de protection des voies aériennes supérieures Régurgitation Inhalation Décès

33 Curarisation résiduelle et durée de séjour en SSPI La curarisation résiduelle (RTd4 < 0.9) est associée de manière indépendante à une augmentation de la durée de séjour en SSPI : 323 (299) min (curarisation résiduelle) vs 243 (185) min (absence de curarisation résiduelle) Le délai de séjour prolongé en SSPI augmente la probabilité d attente pour les patients suivant d y être admis. Cis-atracurium ou vécuronium Décurarisation pharmacologique : 78% Fréquence de la curarisation résiduelle: 22% Butterly et coll. Br J Anaesth 2010;105:304-9

34 La pratique de la décurarisation. Où en sommes-nous en France? Pratique de la décurarisation pharmacologique avec la néostigmine en France < 15% Conséquence Duvaldestin et coll. Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:483-9 Augmentation d un facteur 10 de la mortalité ou de la morbidité grave Arbous et coll. Anesthesiology 2005;102:257-68

35 Et ailleurs? % d utilisation Italie Etats-Unis Europe France Di Marco et coll. Acta Anaesthesiol Scand 2010; 54: Naguib et coll. Anesth Analg 2010 (accès en ligne) Duvaldestin et coll. Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:483-9

36 La décurarisation pharmacologique avant avril 2009 Avec quoi? Un inhibiteur de l acétylcholinestérase La néostigmine Dans quel but? Accélérer la vitesse de la décurarisation lorsqu'elle a déjà commencé. Comment cela marche? Inhibition réversible de l acétylcholinestérase la durée de vie de l acétylcholine

37 Inconvénients de la néostigmine Impossibilité de décurariser un bloc profond Le cas habituel d emploi : bloc partiellement levé Décurarisation complète parfois impossible Pic d action lent min Effets parasympathomimétiques Bradycardie et hypotension secrétions salivaires & bronchiques Nécessité d administrer des parasympatholytiques Atropine avec ses effets secondaires propres

38 Pic d action de la néostigmine (2 réponses au TOF, 50 µg/kg, n = 30 / groupe) Cisatracurium Rocuronium Td4 5 min (%) 0,49 ± 0,11 0,61 ± 0,14 Td4 10 min (%) 0,72 ± 0,10 0,76 ± 0,11 Td4 < 0,7 10 min n (%) 9 (30) 9 (30) Td4 < 0,9 30 min n (%) 2 (7) 5 (17) Kopman et coll. Anesth Analg 2004;98:102-6

39 Pour la pratique. Mode opératoire de la décurarisation avec la néostigmine Après CND (benzylisoquinoline ou stéroïdiens) Evaluation visuelle, tactile du nb de rép. après Td4 à l adducteur du pouce (N : 0 4) N < 4 Attendre et maintenir l anesthésie Recontrôler le Td4 N = 4 néostigmine (0,04 mg/kg) + atropine (0,02 mg/kg) Efficacité (rapport de Td4 0,9) en min Plaud et coll. Anesthesiology 2010;112:

40 Forces de liaison Van der Waals O Interactions électrostatiques Sugammadex + N O H Rocuronium N O H H O Complexe Le sugammadex encapsule le rocuronium pour former un complexe sugammadexrocuronium. sugammadexrocuronium Adam J et coll. J Med Chem 2002;45:

41 Utilisation clinique validée par l AMM Bloc au rocuronium ou au vécuronium Décurarisation dès la fin de l acte Posologie: 2 ou 4 mg/kg selon le niveau de bloc En cas de reprise précoce utiliser l atracurium ou le cisatracurium Intubation impossible après rocuronium Posologie: 16 mg/kg Récupération d un rapport T4/T1 > 0,9 en 2 à 3 minutes environ

42 Sugammadex vs néostigmine Décurarisation à T2 (visuel), n=25/groupe, moy ± ET RTd4 à l extubation Néostigmine 0,82 ± 0,14 (0,44 1,00) Sugammadex 0,99 ± 0,02 (0,93 1,04) Délai RTd4 0,9 - extubation (min) Néostigmine 2,4 ± 3,4 (0,0 14,0) Sugammadex 0,0 (0,0 0,0) Temps (min) Illman et coll. Anesth Analg 2011;112:63 8

43 Sugammadex vs néostigmine "période potentiellement dangereuse de la récupération": intervalle de temps entre la perte de la sensation visuelle ou tactile de fatigue au Td4 et l obtention d un RTd4 0,90 (ou encore la «période de non détection de la fatigue visuelle ou tactile»). Illman et coll. Anesth Analg 2011;112:63 8

44 En pratique. Mode opératoire de la décurarisation avec le sugammadex Pré requis : utiliser du rocuronium ou du vécuronium Décurarisation immédiate sugammadex 8-16 mg/kg Rapport de Td4 > 0,9 en 3-5 min Estimation visuelle des réponses du Td4 à l AP n = réponse Tester le PTC à l AP 2 réponses sugammadex 2 mg/kg Td4 > 0,9 en 3-5 min PTC = 0 réponse Attendre et maintenir l anesthésie Contrôler le PTC plus tard PTC = 1 ou 2 réponses sugammadex 4 mg/kg Rapport de Td4 > 0,9 en 3-5 min Plaud et coll. Anesthesiology 2010;112:

45 Perspectives L enjeu c est la stratégie médicale sur la période entourant le retrait de la sonde d intubation. Quel que soit le choix l agent décurarisant.

46 Pour / contre Les «risques» du réveil sont comparables à ceux de l induction. Monitorage multimodal TOFW ou NMT ou Stimpod calibré Si complication dans les min suivant l extubation tout est disponible (humain & matériel) sans délai. Risques du transport d un malade intubé. Auto-extubation Sédation?... Perte de temps (rotation des salles) A quoi sert la salle de «réveil»? «Les docteurs ne sont pas là.»

47 Sécurité et transport intubé N=100

48 Conduite pratique 1. Pendant l intervention Cinétique des hypnotiques (inh>iv) et des morphiniques (AIVOCp ou c) Contrôle volémique Température (seuil?) Monitorage de la curarisation plus simple de mise en place et d interprétation Analgésie anticipée (IV, ALR, infiltration ) et combinée 2. A la fin de l intervention Stratégie médicale définie à l étape précédente Décurarisation sous anesthésie Rien Néostigmine (dose adaptée) Sugammadex (dose adaptée) Mesure du rapport de Td4 Ne pas aspirer dans la trachée. Inspiration profonde avant le retrait de la sonde? Après une ventilation en oxygène pur?

49 Perspectives En matière de monitorage de la curarisation et de décurarisation pharmacologique la marge de progression semble importante. Le problème n est pas d opposer néostigmine et sugammadex mais de définir des stratégies médicales d utilisation, notamment à la phase de retrait de la sonde d intubation.

50 Merci de votre attention

Faut-il monitorer la curarisation?

Faut-il monitorer la curarisation? XXIX ème journée d Anesthésie-Réanimation de Picardie 20 juin 2012 Faut-il monitorer la curarisation? Dr Thibault LOUPEC Pr Bertrand DEBAENE Département d Anesthésie-Réanimation CHU de Poitiers Conflits

Plus en détail

Conflits d intérêt. «Situation dans laquelle le jugement professionnel. Thompson. N Engl J Med 1993;329:573-6

Conflits d intérêt. «Situation dans laquelle le jugement professionnel. Thompson. N Engl J Med 1993;329:573-6 Conflits d intérêt «Situation dans laquelle le jugement professionnel concernant une valeur essentielle (bien du patient, intégrité, sincérité de la recherche ) est susceptible d être influencé de manière

Plus en détail

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE Elle est définie comme un rapport T4/T1 au train de quatre sur l adducteur du pouce inférieur à 0,9 lors du réveil de l anesthésie. C est un événement potentiellement

Plus en détail

Généralités sur la curarisation et la décurarisation. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur la curarisation et la décurarisation. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur la curarisation et la décurarisation Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Composantes de l anesthésie Conscience Mémorisation Hypnose Réponses somatique et du SNA Antinociception Anesthésie balancée

Plus en détail

DECURARISATION PHARMACOLOGIQUE

DECURARISATION PHARMACOLOGIQUE SESSION IADE CURARES Décurarisation Dr Frédéric WIERRE Pôle d Anesthésie CHRU de Lille 1 DECURARISATION PHARMACOLOGIQUE Frédéric WIERRE CHU Lille Session IADE JLAR 2009 2-6% toujours -26% souvent -55%

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

Monitorage de la curarisation. T. Fuchs-Buder CHU de Brabois, Nancy, France

Monitorage de la curarisation. T. Fuchs-Buder CHU de Brabois, Nancy, France Monitorage de la curarisation T. Fuchs-Buder CHU de Brabois, Nancy, France Variabilité interindividuelle Katz RL, Anesthesiology 1967 Distribution du courant Position des électrodes Éventuellement de

Plus en détail

La pratique de la décurarisation

La pratique de la décurarisation La pratique de la décurarisation Professeur Benoît Plaud Service universitaire d anesthésie, réanimation chirurgicale, Samu94 Smur Groupe hospitalier universitaire Albert Chenevier Henri Mondor et université

Plus en détail

Pharmacologie des curares et monitorage de la curarisation

Pharmacologie des curares et monitorage de la curarisation Pharmacologie des curares et monitorage de la curarisation Naguib M et al. Anesthesiology 2002; 96: 202-31 Naguib M et al. Anesthesiology 2002; 96: 202-31 C Dépolarisant C non Dépolar. C Dépolarisant C

Plus en détail

MONITORAGE DE LA CURARISATION ET ANTAGONISATION

MONITORAGE DE LA CURARISATION ET ANTAGONISATION MONITORAGE DE LA CURARISATION ET ANTAGONISATION MONITORAGE DE LA CURARISATION Dr Stéphanie Roullet UF Uro-vasculaire et Transplantations Service d Anesthésie Réanimation 1 CHU Bordeaux Réglementation Pourquoi

Plus en détail

La jonction neuromusculaire

La jonction neuromusculaire Dr Dubois Philippe La jonction neuromusculaire δ α1 α1β1δγ K+ α1β1δε α1 β1 γ/ ε α3β2 Fagerlund MJ, Eriksson LI. Current concepts in neuromuscular transmission. Br J Anaesth. 2009;103:108-14. Monitoring

Plus en détail

STIMCUR SURVEILLANCE DE CURARISATION

STIMCUR SURVEILLANCE DE CURARISATION STIMCUR SURVEILLANCE DE CURARISATION DOSSIER DE PRESENTATION LUXOMED Parc Eurasanté 310 rue Jules Vallès F-59120 LOOS Tél : +33 (0)3 20 30 60 88 Fax : +33 (0)3 20 12 95 18 contact@luxomed.com www.luxomed.com

Plus en détail

Comment l organisation d un bloc opératoire peut-elle influer sur la qualité des soins?

Comment l organisation d un bloc opératoire peut-elle influer sur la qualité des soins? Comment l organisation d un bloc opératoire peut-elle influer sur la qualité des soins? Benoît Plaud Service d anesthésie, réanimation chirurgicale, Samu94 - Smur Université Paris Est Créteil GHU Albert

Plus en détail

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire en SSPI Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Consultation d anesthésie A distance de la chirurgie (chir programmée): au moins 48 h avant (pb médical

Plus en détail

Signes et stades de l anesthésie

Signes et stades de l anesthésie Signes et stades de l anesthésie Marie Roche-Barreau Jean-Christophe Ha 12 Octobre 2012 L objet de ce cours est de vous décrire les phénomènes présentés par tout patient lors de l installation d un anesthésie

Plus en détail

Anesthésie réanimation et pathologies neuromusculaires. Dr G. Roux Octobre 2012

Anesthésie réanimation et pathologies neuromusculaires. Dr G. Roux Octobre 2012 Anesthésie réanimation et pathologies neuromusculaires Dr G. Roux Octobre 2012 Introduction Pathologies rares Complications potentiellement graves Plusieurs types d atteintes: Récepteur nicotinique de

Plus en détail

Le train sifflera quatre fois... Travail d Intérêt Professionnel Diplôme d Etat d Infirmier Anesthésiste

Le train sifflera quatre fois... Travail d Intérêt Professionnel Diplôme d Etat d Infirmier Anesthésiste Travail d Intérêt Professionnel Diplôme d Etat d Infirmier Anesthésiste Le train sifflera quatre fois... LOURENCO Jean-Charles Promotion 2003-2005 Ecole de Saint Germain en Laye 1 1. INTRODUCTION p 1.

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

Mesure du Diamètre pupillaire

Mesure du Diamètre pupillaire Mesure du Diamètre pupillaire «La Pupillomètrie» On peut monitorer la profondeur d anesthésie.. On peut monitorer la curarisation.. Jusqu à ce jour, on ne pouvait pas monitorer la douleur Pr M Beaussier

Plus en détail

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Introduction Les sauveteurs professionnels en formation, les services de sauvetages

Plus en détail

Sédation et Analgésie

Sédation et Analgésie Collège de Médecine d Urgence de Bourgogne, 7 Octobre 2010 Recommandations Formalisées d experts 2010 : Sédation et Analgésie en Structure d Urgence Adultes Marc FREYSZ, Benoit VIVIEN Méthodologie Actualisation

Plus en détail

But de la présentation

But de la présentation SESSION ANESTHESIE PHARMACOLOGIE Faut il continuer à utiliser la Célocurine Renée KRIVOSIC- HORBER Université LILLE 2, CHRU de Lille, France g-lebuffe@chru-lille.fr 1 Renée KRIVOSIC HORBER Université LILLE

Plus en détail

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE?

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Colloque secteur URO-DIG Mardi 5 décembre 2012 TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Dr Caroline Couchepin DES 3eme annee Extubation et contexte Définitions But recherché, but atteint? - quelques évidences En

Plus en détail

Anesthésie générale pour césarienne

Anesthésie générale pour césarienne Anesthésie générale pour césarienne Dominique CHASSARD LYON dominique.chassard@chu-lyon.fr En France, taux césarienne AG < 5% Quelles indications en 2011? Troubles hémorragiques/anticoagulants/aaph Plaquettes

Plus en détail

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou INTUBATION 1. DEFINITION L intubation endo-trachéale consiste à introduire une prothèse (tube) souple par les voies naturelles (bouche ou nez) à travers l orifice glottique jusque dans la trachée. 2. BUT

Plus en détail

PHARMACOLOGIE DES CURARES SURVEILLANCE DE LA CURARISATION. Cours EIADE - 09 décembre 2013 L.Rozand - Interne AR

PHARMACOLOGIE DES CURARES SURVEILLANCE DE LA CURARISATION. Cours EIADE - 09 décembre 2013 L.Rozand - Interne AR PHARMACOLOGIE DES CURARES SURVEILLANCE DE LA CURARISATION Cours EIADE - 09 décembre 2013 L.Rozand - Interne AR INTRODUCTION Curares: poisons de chasse, utilisé par les indiens d Amazonie Contient un extrait

Plus en détail

Pièges et solu,ons pour un monitorage fiable de la curarisa,on. N. Colegrave 22 mai 2015

Pièges et solu,ons pour un monitorage fiable de la curarisa,on. N. Colegrave 22 mai 2015 Pièges et solu,ons pour un monitorage fiable de la curarisa,on N. Colegrave 22 mai 2015 Introduc8on q La curarisa8on résiduelle reste fréquente, avec un rôle démontré dans la morbi- mortalité post- opératoire.

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS. Année 2014 MEMOIRE. Pour l Obtention du Diplôme d Etudes Spécialisées d Anesthésie-Réanimation

ACADEMIE DE PARIS. Année 2014 MEMOIRE. Pour l Obtention du Diplôme d Etudes Spécialisées d Anesthésie-Réanimation ACADEMIE DE PARIS Année 2014 MEMOIRE Pour l Obtention du Diplôme d Etudes Spécialisées d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois COMPARAISON DE LA MESURE DU TRAIN-DE-QUATRE

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

INTUBATION EN SEQUENCE RAPIDE Texte long

INTUBATION EN SEQUENCE RAPIDE Texte long N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 10 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 0 Rédacteus Dr Mathieu COCHONNEAU Date 27/02/2016 Validation Sources -Protocole

Plus en détail

Quick Guide. Entropie

Quick Guide. Entropie Quick Guide Entropie 3 1 Qu est ce que l entropie? L entropie est un mode de surveillance innovant conçu pour fournir des informations sur l état du système nerveux central lors d une anesthésie générale.

Plus en détail

ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS

ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS Groupe de travail SFAR «dossier anesthésique» Liste des documents annexes 1. Introduction : - Textes réglementaires : o http://www.legifrance.gouv.fr/ o http://www.conseil-national.medecin.fr/

Plus en détail

ANESTHESIE AMBULATOIRE. Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse

ANESTHESIE AMBULATOIRE. Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse ANESTHESIE AMBULATOIRE Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse PLAN Définition Circuit Ambulatoire Consultations et Critères de sélection Le jour J Anesthésie Générale et

Plus en détail

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

Avis 23 avril Laboratoire AGUETTANT. atropine sulfate. A03BA01 (alcaloïdes de la belladone : amines tertiaires)

Avis 23 avril Laboratoire AGUETTANT. atropine sulfate. A03BA01 (alcaloïdes de la belladone : amines tertiaires) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 ATROPINE SULFATE AGUETTANT 0,5 mg/5 ml, solution injectable en seringue pré-remplie B/10 seringues pré-remplies (polypropylène) de 5 ml (CIP : 34009 276

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

Quelle est votre démarche?»

Quelle est votre démarche?» «Vous êtes contacté par un médecin pour une prise en charge d une dépression respiratoire sévère d un patient sous morphine, Quelle est votre démarche?» BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine 1 Sommaire Gestion

Plus en détail

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence REALISATION PRATIQUE D UNE EPP Contexte XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence - Johan Dusautois - Ingénieur Qualité et Sécurité des Soins CHRU de Lille L EPP : Définition

Plus en détail

Informations médicales sur l'anesthésie

Informations médicales sur l'anesthésie Informations médicales sur l'anesthésie Ces informations vous sont normalement transmises par votre chirurgien suite à une décision d intervention. Nous vous demandons de les lire attentivement, afin de

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse. Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris

Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse. Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris Conséquences pharmacocinétiques de l obésité 1 Distribution : 1GPA masse grasse mais aussi volume du compartiment

Plus en détail

Anesthésie et Myasthénie. Florian Cattet Anesthésie-Réanimation Cours EIADE 2 année 2013

Anesthésie et Myasthénie. Florian Cattet Anesthésie-Réanimation Cours EIADE 2 année 2013 Anesthésie et Myasthénie. Florian Cattet Anesthésie-Réanimation Cours EIADE 2 année 2013 Plan. Physiopathologie. Anesthésie. Complications. Sd myasthénique de Lambert-Eaton. Transmission neuromusculaire

Plus en détail

Parasympathique et moins sympathique

Parasympathique et moins sympathique Parasympathique et moins sympathique Maria DOBRINAS Pharmacienne clinicienne FPH Pharmacie des Hôpitaux de l Est Lémanique (PHEL) Après-midi de formation en pharmacie clinique CHUV 2 juin 2016 Mme K.J.

Plus en détail

APPORT DE L ÉCHOGRAPHIE EN ALR. Dr Charlotte Martin Pôle Anesthésie Service d Orthopédie et Traumatologie Hôpital PPR CHU TOULOUSE

APPORT DE L ÉCHOGRAPHIE EN ALR. Dr Charlotte Martin Pôle Anesthésie Service d Orthopédie et Traumatologie Hôpital PPR CHU TOULOUSE APPORT DE L ÉCHOGRAPHIE EN ALR Dr Charlotte Martin Pôle Anesthésie Service d Orthopédie et Traumatologie Hôpital PPR CHU TOULOUSE TECHNIQUES ANCIENNES Repères anatomiques: recherche à l aveugle Trans-artérielle

Plus en détail

INTUBATION DU PATIENT A ESTOMAC PLEIN: QUELS MEDICAMENTS POUR L INTUBATION?

INTUBATION DU PATIENT A ESTOMAC PLEIN: QUELS MEDICAMENTS POUR L INTUBATION? INTUBATION DU PATIENT A ESTOMAC PLEIN: QUELS MEDICAMENTS POUR L INTUBATION? Benoît Plaud Département d Anesthésiologie Réanimation et Urgences Fondation Adolphe de Rothschild 25-29 rue Manin 75019 Paris

Plus en détail

Straborexie, dentisterie et pyloromyotomie V A L É R I E M I L O T - ROY C H U L - CME

Straborexie, dentisterie et pyloromyotomie V A L É R I E M I L O T - ROY C H U L - CME Straborexie, dentisterie et pyloromyotomie V A L É R I E M I L O T - ROY C H U L - CME Objectifs pour la straborexie Connaître les considérations anesthésiques de la straborexie. Être en mesure d expliquer

Plus en détail

«Forgotten but not gone» N Engl J Med 1995 surtout en Afrique

«Forgotten but not gone» N Engl J Med 1995 surtout en Afrique Le Tétanos «Forgotten but not gone» N Engl J Med 1995 surtout en Afrique Jihene Ayachi Mohamed Boussarsar Réanimation médicale, Sousse Collège Maladies infectieuses, Sousse, février 2013 Cas clinique Mr

Plus en détail

Traumatismes externes du larynx

Traumatismes externes du larynx Traumatismes externes du larynx Journées en Traumatologie 15 Décembre 2005 Alexandre FAURE Département Anesthésie Réanimation Hôpital Edouard Herriot Lyon Epidémiologie Rares < 1% traumatismes aigus Incidence

Plus en détail

Anesthésie et estomac plein

Anesthésie et estomac plein Anesthésie et estomac plein l estomac plein en situation d urgence mais pas seulement risque d inhalation pulmonaire élevé Dr Catherine ROYER Département d anesthésie réanimation Groupe hospitalier Pitié

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

Particularités. Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières. Serge Dalmas, JLAR 2012

Particularités. Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières. Serge Dalmas, JLAR 2012 La ventilation chez l enfant Particularités Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières Serge Dalmas, JLAR 2012 1 Physiologie respiratoire

Plus en détail

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Session ide Ludovic LESAGE (Service de Réanimation CH Armentières) Quelle prise en charge infirmier en phase de sevrage ventilatoire? Diapositive 1 LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Centre hospitalier

Plus en détail

Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier

Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier Quelle ALR pour la chirurgie du pied? Dr Nathalie Bernard SAR A Montpellier Chirurgie du pied et de la cheville Névrome de Morton, arthroplastie d orteil, ligamentoplastie de cheville Chirurgie peu douloureuse

Plus en détail

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Sevrage ventilatoire Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Je n ai aucun conflit d intérêt 2001 2007 Définition Procédure de libération du patient du ventilateur et du tube endotrachéal sans reventilation

Plus en détail

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Pr Bertrand Debaene Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale CHU de Poitiers, France b.debaene@chu-poitiers.fr Analyse de

Plus en détail

La surveillance et les soins postanesthésiques

La surveillance et les soins postanesthésiques La surveillance et les soins postanesthésiques Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Admission des patients en salle de réveil...1 1. 1 A l'issue d'une anesthésie

Plus en détail

Mitochondrie et Anesthésie

Mitochondrie et Anesthésie Mitochondrie et Anesthésie Anesthésiques Généraux François Sztark CHU de Bordeaux INSERM U688 Physiopathologie Mitochondriale Problématique Effets directs des agents anesthésiques sur les fonctions mitochondriales

Plus en détail

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE Asthme aigu grave Dr Céline CHARASSE PLAN Épidémiologie Définition Facteurs de risque Aspects cliniques Aspects gazométriques Traitement 9 % enfants France 2002-2010 : Epidémiologie 35 000 séjours hospitaliers

Plus en détail

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE INTUBATION TRACHEALE Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE Pourquoi INTUBER?? Maintenir liberté voies aériennes Protection du risque d inhalation Permet ventilation mécanique Permet broncho-aspirations

Plus en détail

Philippe Burtin Kinésithérapeute Master 2 STAPS Université de Pau et Pays de l Adour Département STAPS Tarbes

Philippe Burtin Kinésithérapeute Master 2 STAPS Université de Pau et Pays de l Adour Département STAPS Tarbes Philippe Burtin Kinésithérapeute Master 2 STAPS Université de Pau et Pays de l Adour Département STAPS Tarbes Déjà entendu? «Le massage, ça marche». «Je l ai aspiré, c est efficace». «Moi je fais du contracté

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES PLAN DE L EXPOSÉ Présentation et intérêts du travail de recherche Rappels du cadre théorique Réalisation de l enquête Résultats obtenus et

Plus en détail

Xème journée normande d'anesthésie-réanimation

Xème journée normande d'anesthésie-réanimation Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU Xème journée normande d'anesthésie-réanimation QUEL TYPE D ANESTHESIE GENERALE EN URGENCE CHEZ LE PATIENT ALLERGIQUE? Claude Meistelman Service

Plus en détail

L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration

L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration Dr Marc BEAUSSIER Dépt Anesthésie-Réanimation. Hôpital St-Antoine - Paris TD Egan. Anesthesiology 2003 Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration

Plus en détail

Annexe 5 Exposé de principe sur les assistants en anesthésie : exposé de principe officiel de la Société canadienne des anesthésiologistes

Annexe 5 Exposé de principe sur les assistants en anesthésie : exposé de principe officiel de la Société canadienne des anesthésiologistes Can J Anesth/J Can Anesth (2014) Annexe 5 Exposé de principe sur les assistants en anesthésie : exposé de principe officiel de la Société canadienne des anesthésiologistes Contexte D énormes progrès dans

Plus en détail

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles

Plus en détail

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

Le Réveil postanesthésique

Le Réveil postanesthésique Le Réveil postanesthésique Décret n 94-1050 du 5 décembre 1994 Aspects réglementaires Les différents phases du réveil Les effets résiduels de l anesthésie Prise en charge du patient en SSPI Les complications

Plus en détail

SYMPOSIUM AbbVie. Halogénés en 2016? Comment mieux les administrer? XXIII èmes Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence

SYMPOSIUM AbbVie. Halogénés en 2016? Comment mieux les administrer? XXIII èmes Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence SYMPOSIUM AbbVie Halogénés en 2016? Comment mieux les administrer? XXIII èmes Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence Dr. Lydia MOREL-LEQUETTE SAR 3 - Pr K. Nouette-Gaulain

Plus en détail

47ème Congrès National du CARO : Quel morphinique en anesthésie/analgésie obstétricale lors d une césarienne?

47ème Congrès National du CARO : Quel morphinique en anesthésie/analgésie obstétricale lors d une césarienne? 47ème Congrès National du CARO : Quel morphinique en anesthésie/analgésie obstétricale lors d une césarienne? 30 minutes (20+10) Dr Benjamin JULLIAC anesthésiste -réanimateur Centre Aliénor d Aquitaine

Plus en détail

Bloc des Branches du Plexus Brachial

Bloc des Branches du Plexus Brachial Bloc des Branches du Plexus Brachial - au niveau du creux axillaire (BAX) - au niveau du canal huméral (BCH) M.Carles / A.Pulcini Nice DIU ALR 2010 Quelques rappels anatomiques Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

INTUBATION EN REANIMATION

INTUBATION EN REANIMATION INTUBATION EN REANIMATION M CHU MONTPELLIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Albert PRADES, Claudine GNIADEK, Matthieu CONSEIL Unité de Réanimation et de Transplantation Dr JUNG Département d anesthésie

Plus en détail

ANESTHÉSIE POUR TAMPONNADE. Dr Cécile Poivert Service d Anesthésie et Réanimation 2 CHU Bordeaux Haut Levêque

ANESTHÉSIE POUR TAMPONNADE. Dr Cécile Poivert Service d Anesthésie et Réanimation 2 CHU Bordeaux Haut Levêque ANESTHÉSIE POUR TAMPONNADE Dr Cécile Poivert Service d Anesthésie et Réanimation 2 CHU Bordeaux Haut Levêque ETIOLOGIES PHYSIOPATHOLOGIE PHYSIOPATHOLOGIE Inspiration PIT POD PHYSIOPATHOLOGIE Pouls paradoxal:

Plus en détail

LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997

LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997 LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997 P.Y. Carry, J.E. Bazin, F. Dalery, M.P. Benoit CHU de Lyon et Clermont-Ferrand L enquête INSERM 1978-1982 montrait que 42 % des incidents

Plus en détail

Anesthésie en chirurgie carotidienne. Sylvie Godier

Anesthésie en chirurgie carotidienne. Sylvie Godier Anesthésie en chirurgie carotidienne Sylvie Godier Position du problème Les AVC : 3ème cause de mortalité responsables d invalidité définitive souvent secondaires à une sténose oblitérante de la carotide

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

SET D EXTUBATION PAR ÉTAPES COOK. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes.

SET D EXTUBATION PAR ÉTAPES COOK. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes. «La stratégie d extubation prédéterminée doit envisager ( ) l utilisation à court terme d un dispositif pouvant

Plus en détail

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires Mardi, 30 Juin 2009 20:52 Mis à jour Mardi, 30 Juin 2009 20:56 Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances

Plus en détail

MEMBRE FANTOME DOULOUREUX

MEMBRE FANTOME DOULOUREUX MEMBRE FANTOME DOULOUREUX Haiel ALCHAAR Neurologue Évaluation et Traitement de la Douleur Nice MEMBRE FANTOME DOULOUREUX Première description en 1545 par Ambroise Paré Mitchell 1872: image persistante

Plus en détail

RESTE - T - IL DES INDICATIONS DES CURARES EN RÉANIMATION

RESTE - T - IL DES INDICATIONS DES CURARES EN RÉANIMATION RESTE - T - IL DES INDICATIONS DES CURARES EN RÉANIMATION Alain Mercatello, Tahar Ben Messaoud Pavillon P, Hôpital Ed. Herriot, Lyon Les curares sont utilisés en réanimation depuis 1932 pour lutter contre

Plus en détail

PROCÉDURE NORMALISÉE DE FONCTIONNEMENT (PNF)

PROCÉDURE NORMALISÉE DE FONCTIONNEMENT (PNF) PROCÉDURE NORMALISÉE DE FONCTIONNEMENT (PNF) Titre : ANESTHÉSIE DES RONGEURS PNF- 211 Date d entrée en vigueur : Mars 2002 Révision Juillet 2006 4 juin 2010 CBSA-10-74-12 OBJECTIF : Décrire les procédures

Plus en détail

Induction de l anesthésie avec le sévoflurane

Induction de l anesthésie avec le sévoflurane Plan Induction de l anesthésie avec le sévoflurane Dr Benjamin JULLIAC Dr Anne-Marie CROS DU de Perfectionnement en Anesthésiologie Module : Pharmacologie Actuellement Technique d intubation plutôt marginale

Plus en détail

Sédation palliative. Aspects médicaux

Sédation palliative. Aspects médicaux Sédation palliative Aspects médicaux Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques

Plus en détail

Sédation palliative. Aspects médico-techniques

Sédation palliative. Aspects médico-techniques Sédation palliative Aspects médico-techniques Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques

Plus en détail

Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospit

Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospit IADE & CESARIENNE EN URGENCE F. Minosa IADE CHU Toulouse Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospitalisationpédiatrique

Plus en détail

Intubation. après. Traumatise du

Intubation. après. Traumatise du Intubation après Traumatise du Drs. ESNAULT Pierre et POYET Céline FARU HIA Sainte Anne Rappels anatomiques Rachis cervical: 7 vertèbres La moelle épinière Disques intervertébraux débutant en C2C3 Appareil

Plus en détail

Induction en pédiatrie et contrôle des VAS. Maryline Bordes SAR III 2013

Induction en pédiatrie et contrôle des VAS. Maryline Bordes SAR III 2013 Induction en pédiatrie et contrôle des VAS Maryline Bordes SAR III 2013 Plan La prémédication Le monitorage et préoxygénation Induction inhalatoire Quelles drogues pour contrôler les VAS Induction intraveineuse

Plus en détail

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel 1- Observation et recueil de données cliniques Observation de l état de santé d une personne Examen clinique de la personne

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE Objectifs! Reconnaître le patient douloureux! Instituer un traitement adapté à l intensité de la douleur! Permettre de réévaluer systématiquement et

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie ETAT DE MAL EPILEPTIQUE en Pédiatrie (nouveau né exclu) C Rousseau, SMUR A de Saint-Martin, CRéER Pôle de Pédiatrie Quelques rappels (1) Une urgence vitale, 1 ère cause d urgence neurologique chez l enfant.

Plus en détail

Claire LEMIERE IADE Cherbourg

Claire LEMIERE IADE Cherbourg Claire LEMIERE IADE Cherbourg Introduction Quelques chiffres pour le CHU de Caen 2013: - Échantillon 138 patients chir digestive carcinologique, 41 (29,7%) diagnostic de dénutrition, 44 (31,9%) complications

Plus en détail

SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste

SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste A.M. CROS Service d Anesthésie-Réanimation IV hôpital Pellegrin-Enfants

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE Lise CREVIER BUCHMAN ORL Phoniatre Hôpital Européen G. Pompidou, AP-HP PARIS SOFMER, Paris 2004 Pourquoi une canule? Ventilation assistée Temporaire Pathologie

Plus en détail

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL INVESTIGATEUR COORDONNATEUR/PRINCIPAL TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE Dr Sandrine CHARPENTIER Pôle de Médecine d Urgences, place du Dr Baylac 31059 Toulouse Analgésie des syndromes coronaires aigus avec

Plus en détail

Chapitre 4. Anesthésie Générale. Anesthésie Générale

Chapitre 4. Anesthésie Générale. Anesthésie Générale Chapitre 4 Anesthésie Générale Hypnose Amnésie Analgésie Anesthésie Générale Relâchement musculaire ECG PNI SpO2 Surveillance PER-OP Capnographie T Analyseur de gaz anesthésiques Analyseur d'oxygène Principes

Plus en détail

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue)

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Hypertrophie du voile du palais Symptômes : Des symptômes allant du simple ronflement à de graves syncopes sont rencontrés dans ce syndrome.

Plus en détail

Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine.

Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine. Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine. Présentation de thèse Dr. François-Xavier MORONVAL 35 ème journée

Plus en détail

La succinylcholine chez le patient de réanimation

La succinylcholine chez le patient de réanimation La succinylcholine chez le patient de réanimation Bertrand Debaene (1), Benoît Plaud (2) (1) Département d anesthésie-réanimation, CHU de Poitiers, 2 rue de la Milétrie, BP 577, 86021 Poitiers Cedex, (2)

Plus en détail