Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN"

Transcription

1 Dr Sébastien Cerqueira CLINIQUE MATHILDE ROUEN

2 SCA Athérosclérose coronaire: affection chronique inflammatoire émaillée de nombreuses poussées aigues Les poussées ont un substrat anatomique commun: la rupture de plaque (ou érosion) avec plus ou moins de la thrombose associée et fréquemment embolie distale de matériel thrombotique et athéroscléreux

3 SCA classifications Classification en fonction de l ECG SCA ST+ : IDM avec occlusion coronaire totale SCA ST- : angor instable et IDM sans onde Q

4 TRAITEMENT IDM ou SCA ST+ Reperfusion dans les 12h Fibrinolyse Angioplastie

5 Traitement commun aux SCA Aspirine etude isis Autre AAP ticlid Clopidogrel CAPRIE CURE PCI CURE Prasugrel TRITON Ticagrelor PLATO

6 Traitement SCA Antithrombotique hbpm et autres Beta bloquants IEC Statines ET RHD, arrêt tabac, NATISPRAY

7 Cas clinique de Mr A Patient de 58 ans Consultation systématique de cardiologie Commercial en engrais Activité physique: tondeuse et taille des haies ATCD: appendicectomie FDR: tabagisme 40 PA sevré il y a un an, glycémie 1,16g/l, HDL 0,26G/l; LDL 2,20g/l,TG 2,20g/l, BMI 36, PA limite depuis 3 ans IDM père 58 ans

8 Interrogatoire et examen clinique SF: dyspnée stade II (fait une pause à 2 étages) Examen physique: PA 150/100 FC 80/min BDC réguliers pas de souffle IVG=IVD=O Souffle fémoral droit Pouls perçus ECG normal

9 CAT? 1)Prise en charge thérapeutique RHD Règles alimentaires usuelles, perte de poids, sevrage tabagique Activité physique marche IEC statines )Examens complémentaires: doppler TSA membres inférieurs, épreuve d effort

10 Examens paracliniques Doppler TSA: athérome débutant Doppler membres inférieurs: dilatation modérée aorte abdominale 33mm, plaques non sténosantes EE 6 semaines après: sous maximale négative 80% de la FMT, profil tensionnel élevé malgré RAMIPRIL 5, pas de TDR, 135 Watts Bilan biologique après 6 semaines de statines: LDL 1,58, HDL 0,3, glycémie 1,20, ASAT ALAT RAS

11 Propositions thérapeutiques: Association statine-ézétimibe pour LDL<1G/l IEC+inhibiteur calcique: traitement de choix HTA syndrome métabolique Kardégic 75 mg Dépistage SAS Suivi à un an proposé car EE sous maximale et FDR non contrôlés

12 Mr A revient au bout de 3 ans.. Dyspnée stade II fort, deux douleurs thoraciques d effort TTT METFORMINE, KARDEGIC 75, ROSUVASTATINE et EZETIMIBE, RAMIPRIL 10, AMLODIPINE 10 Biologie: LDL 0,90; HDL 0,3;HBA1c 6,4% ECG de repos normal EE rapide: vu les FDR et la forte probabilité de lésions une scintigraphie est réalisée

13 Examens complémentaires Scintigraphie d effort: Epreuve d effort positive cliniquement et électriquement à 80% de la FMT, chute de pression à l effort, ESV menaçantes Scintigraphie: FEVG effort 45% FEVG repos 60% ischémie de 6 segments antéro-apical Hospitalisation dès la sortie de la scintigraphie discutée mais refus du patient qui a un week end au ski prévu

14 CAT Donc on le traite par KARDEGIC 75 PLAVIX 75 CRESTOR 20 EZETROL 10 BISOPROLOL 10 RAMIPRIL 10 AMLOR 10 NATISPRAY METFORMINE à interrompre 48 heures avant la coronarographie Coronarographie: FEVG 60% angiographie VG normale sténose très serrée IVA proximale, sténose serré CD II, reste du réseau infiltré Stent actif sur l IVA de type TAXUS, stent nu CD II Traitement de sortie inchangé

15 Rappel sur les stents Histoire naturelle des stents Stents nus: risque de thrombose mortelle dans 50% des cas dans le premier mois, resténose 4 à 6 mois après Stents actifs:quasiment pas de resténose, haut risque de thrombose pendant plusieurs mois ( un an de bithérapie recommandé)

16 AAP et stents Donc 2 CAS POSSIBLES Angor stable: stent nu 6 semaines de bithérapie stent actif 12 mois de bithérapie SCA stenté ou non 12 mois de bithérapie Puis un AAP à vie

17 Visite cardiologique à un mois RAS point de ponction propre ECG normal Cs et scintigraphie prévues entre 4 et 6 mois Explications données sur le fait que le KARDEGIC ET PLAVIX ne doivent pas être interrompus sans avis du cardiologue Intérêt des cartes de porteurs de stents et d AAP

18 Visite à 4 mois De nouveau angor d effort depuis une semaine ECG ras Scintigraphie positive en inférieur Coronarographie: stent actif IVA :ras ; resténose du stent nu sur CDII donc mise en place d un stent actif pour traitement resténose intrastent

19 Gestion préopératoire et AAP? Donc maintenant tout va bien Mais on repart pour un an de bithérapie AAP Le patient souhaite se faire extraire des dents Il aimerait également se faire opérer d un hallux valgus et une PTH est envisagée Enfin son dermato veut lui enlever un naevus suspect Que faire?

20 Soins dentaires: pas d arrêt car consensus professionnel: poursuite biaap Orthopédie: reporter dans un an puis chirurgie sous kardegic 75 seul Lésions cutanées: geste à réaliser sous bithérapie Attention: les HBPM et le CEBUTID n ont rien prouvé dans ces indications

21 Suites Il a des rectorragies abondantes au bout de 3 mois FOGD RAS Coloscopie: néoplasie rectum Décision d une prise en charge chirurgicale Que faire des AAP car le chirurgien ne peut opérer sous bithérapie?

22 Gestion des AAP et chirurgie urgente à risque hémorragique Pas de relais HBPM Arrêt PLAVIX 5 jours avant, reprise dès que possible post op Intervention sous kardegic 75 seul HBPM préventive pendant un mois post op (prévention MTEV chirurgie carcinologique)

23 A 4 mois il se plaint de la gorge Néoplasie ORL Le chirurgien ne peut pas opérer sous AAP Et on est en pleine resténose potentielle

24 On propose donc une radiothérapie et pas de chirurgie dans ce cas ( concertation pluri disciplinaire) Bref pas facile

25 Ça se complique En cours de radiothérapie il passe en FA Risque embolique élevé car CHAD2D2-VASC élevé Donc AVK +???? LA REPONSE EST TRITHERAPIE PUIS BITHERAPIE PUIS AVK seuls Dans ce cas précis AVK+BiAAP un mois Puis AVK+PLAVIX pendant un an Puis AVK à vie

26 Scores emboliques CHADS2 : Insuffisance cardiaque 1 HTA 1 Age > 75 ans 1 Diabète 1 AVC 2 CHA2DS2 VASc : Insuffisance cardiaque 1 HTA 1 Age > 75 ans 2 Diabète 1 AVC 2 ATCD vasc (IDM, AOMI ) 1 Age Sexe féminin 1 Score 0 : pas de ttt ou aspirine Score 1 : aspirine ou AVK Score > ou égal 2 : AVK

27 Score HAS-BLED HTA Fonction rénale ou hépatique anormale AVC/AIT Saignement INR labile Age>65 ans Médicaments, alcool 1 point par item; risque hémorragique 3

28

29

30 QCM Dans un SCA non sus ST on peut utiliser comme AAP 1) l aspirine 2) Le clopidogrel 3) Le prasugrel (EFIENT) 4) Le ticagrelor (BRILIQUE) 5) Le dabigatran (PRADAXA)

Infarctus du myocarde Coronaropathie

Infarctus du myocarde Coronaropathie Infarctus du myocarde Coronaropathie Dr Julien Fabre Service de Cardiologie USIC CHU de Martinique ÉPIDÉMIOLOGIE 1 ère cause de mortalité en France (5000 pré-hospitalier, 7000 intra-hospitalier) Enjeu

Plus en détail

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires

Cas clinique n 1. Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire. Indications des nouveaux antiplaquettaires Cas clinique n 1 Du bon usage des antiplaquettaires en pratique ambulatoire Pierre Fontana Jean-Luc Reny Updates de Médecine interne générale 18 Février 2013 Mr P. 60 ans, aggravation de son angor d effort

Plus en détail

Un angor réfractaire. Cas clinique. Corré Jérôme 3 Octobre 2015

Un angor réfractaire. Cas clinique. Corré Jérôme 3 Octobre 2015 Un angor réfractaire Cas clinique Corré Jérôme 3 Octobre 2015 Patient n 1 : J. J. Homme, 72 ans 73 kgs, 171 cm FDRCV : HTA dyslipidémie sédentaire Tabac = 0 LLC (2012) stade C (thrombopénie) chimiothérapie

Plus en détail

Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus

Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus Prise en charge des Syndromes Coronariens Aigus Pr Pierre Coste USIC et Plateau de Cardiologie Interventionnelle Hôpital Cardiologique Université de Bordeaux Syndrome coronarien aigu = arrêt de perfusion

Plus en détail

Mr B. 74 ans. dyspnée évoluant depuis 2 heures associée à une gène thoraçique. Appel du SAMU qui nous l adresse dans le service.

Mr B. 74 ans. dyspnée évoluant depuis 2 heures associée à une gène thoraçique. Appel du SAMU qui nous l adresse dans le service. Mr B. 74 ans FDRCV : HTA, tabagisme non sevré, âge AOMI pauci symptomatique CMD asymptomatique avec FEVG à 30 % Traitement : bisoprolol 2,5 mg/j ; perindopril 2,5 mg/j, kardegic dyspnée évoluant depuis

Plus en détail

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Augmentation du risque d AVC X 2.5 Première cause d insuffisance rénale terminale (42% des cas)

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien Environ 13 % des

Plus en détail

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus

30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC. Laroche Jean Pierre / Christine Jurus 30 Anniversaire ARMV PACA DJERBA 125/18 Novembre 2012 AOMI / DPC Laroche Jean Pierre / Christine Jurus Rappel : EPP AOMI Mars 2012 Corinne ELHARAR elharar.corinne@wanadoo.fr Jean Pierre LAROCHE echoraljp@free.fr

Plus en détail

Cas Clinique Angor Infarctus

Cas Clinique Angor Infarctus Cas Clinique Angor Infarctus Mr RI 64 ans est hospitalisé en urgence pour une douleur thoracique. Ce patient a comme antécédents une HTA ancienne actuellement traitée par Zestril 20 mg par jour, dyslipidémié

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/2014 38700 LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1 2ème semestre 2013-2014 --------------------- Enseignant responsable du sujet d examen : Pr Gérald VANZETTO Sujet

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien Dix à 15 % des

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien

Plus en détail

Généralités. Les mécanismes peuvent en être:

Généralités. Les mécanismes peuvent en être: Angine de poitrine Généralités L'insuffisance coronaire résulte d une inadaptation entre les apports et les besoins en oxygène du myocarde: la quantité de sang et/ou d'oxygène apportée au myocarde est

Plus en détail

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Aucun conflit d intérêt Événements cardiaques après chirurgie non

Plus en détail

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux

Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Nouvelles images du cœur et des vaisseaux Scanner ou IRM? Indications, résultats. C Prost cardiologue 12-12-2013 Nouvelles images du cœur et des vaisseaux 1 / Imagerie cardiaque 2 / Imagerie vasculaire

Plus en détail

Recommandations AHA/ASA AIT/AVC. JN POGGI Pour le Comité Recommandations

Recommandations AHA/ASA AIT/AVC. JN POGGI Pour le Comité Recommandations Recommandations AHA/ASA 2014 - AIT/AVC JN POGGI Pour le Comité Recommandations 1 cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. Estime qu ils ne peuvent pas influer sur cette présentation Tous les orateurs

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Angor stable. SCA sans sus ST

Angor stable. SCA sans sus ST Angor stable Adel Rhouati CHU Benbadis Epidémiologie 1 ère manifestation de la maladie coronaire dans la moitié des cas USA: 50 milliards $ /an SCA sans sus ST SCA avec sus ST Mort subite Angor stable

Plus en détail

QUESTIONS. Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient?

QUESTIONS. Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient? QUESTIONS Quels sont les facteurs de risque cardiovasculaires présents chez ce patient? Quel est votre diagnostic Quels éléments sémiologiques présents dans l énoncé confirment ce diagnostic? Quelle est

Plus en détail

Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng?

Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng? Pa#ent sous an#coagulant, Quelle stratégie de sten/ng? High Tech- Marseille, 31 Janvier 2013 Gilles Rioufol MD PhD Interven#onal cardiology dpt Cardiovascular Hospital - Lyon - France INSERM U886 «real

Plus en détail

Angor & Urgences. Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle

Angor & Urgences. Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle Angor & Urgences Dr Olivier Brissy Service Pr Bonnet Cardiologie Interventionnelle Mr B! homme 55ans! Symptomatologie d angor d effort! début des symptômes sept 2011! Cs Cardio + EE négative oct 2011!

Plus en détail

Angor d effort. 4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie

Angor d effort. 4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Cardiologie Angor d effort Introduction L angine de poitrine est un syndrome douloureux thoracique en rapport avec une insuffisance du débit coronaire

Plus en détail

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS Recommandations dans la prise en charge des patients présentant sténose carotidienne ou vertébrale extra crânienne. Recommandations pour écho-doppler

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Ré f.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Infarctus du myocarde

Infarctus du myocarde Infarctus du myocarde Pauline BALAGNY S302PROCOBST07PB Plan Epidémiologie Physiopathologie Diagnostic Traitement SCA ST- Autres causes de douleurs thoraciques Épidémiologie Première cause de mortalité

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

DOSSIER. L électrocardiogramme inscrit un rythme sinusal avec une hypertrophie auriculaire et ventriculaire gauche sans anomalies de la repolarisation

DOSSIER. L électrocardiogramme inscrit un rythme sinusal avec une hypertrophie auriculaire et ventriculaire gauche sans anomalies de la repolarisation DOSSIER Monsieur L est âgé de 65 ans (90 kg pour 170 cm), il présente les facteurs de risque cardio-vasculaire suivants : un tabagisme actif estimé à 45 paquets/année, un diabète de type 2 évoluant de

Plus en détail

Quelle(s) est (sont) le(s) diagnostic(s) à envisager? Déficit moteur transitoire. Quel(s) examen(s) demandez-vous?

Quelle(s) est (sont) le(s) diagnostic(s) à envisager? Déficit moteur transitoire. Quel(s) examen(s) demandez-vous? Déficit moteur transitoire Mme B, 89 ans, autonome à la maison, est hospitalisée pour une hémiparésie droite d installation brutale régressive en 6h. ATCD : HTA, tabagisme 40 PA, AC/FA, AOMI stade II,

Plus en détail

Cardiologie nucléaire

Cardiologie nucléaire Cardiologie nucléaire Les Précis Bernard Songy Mohamed Guernou Ophélie Bélissant 10 Diag nostic d une douleur thoracique 128 Perfusion myocardique : Sémiologie clinique Angor d effort typique Cas 42 :

Plus en détail

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 DIABETE Facteur pronostic : Plus âgés, plus de comorbidités

Plus en détail

Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement

Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement Maladie Coronaire Physiopathologie Formes cliniques Principe du Traitement Facteurs de risque Non modifiables Age Sexe Hérédité Modifiables Dyslipidémie Diabète HTA Tabac Obésité Sédentarité Plaque

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE

ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES UN POINT SUR LE JEÛNE DU PATIENT AVANT UN EXAMEN RADIOLOGIQUE Dr Fr.GOUBAULT - N. OUACHENE 1 ANTICOAGULANTS ET GESTES RADIOLOGIQUES Evaluer le risque d hémorragie

Plus en détail

AMMPPU. 8 Décembre LA PREMIERE ANNEE APRES UN SCA: PARTICULARITÉS, PRONOSTIC, SUIVI

AMMPPU. 8 Décembre LA PREMIERE ANNEE APRES UN SCA: PARTICULARITÉS, PRONOSTIC, SUIVI AMMPPU. 8 Décembre 2015. LA PREMIERE ANNEE APRES UN SCA: PARTICULARITÉS, PRONOSTIC, SUIVI SCA= Syndrome coronarien aigu: Signes cliniques ECG Marqueurs myocardiques 3 formes cliniques Angor instable NSTEMI

Plus en détail

PARAMETRES ESSENTIELS POUR REPRISE DU TRAVAIL APRES SCA. Dr Antoine FAURE 22 novembre CORTE

PARAMETRES ESSENTIELS POUR REPRISE DU TRAVAIL APRES SCA. Dr Antoine FAURE 22 novembre CORTE PARAMETRES ESSENTIELS POUR REPRISE DU TRAVAIL APRES SCA Dr Antoine FAURE 22 novembre CORTE EPIDEMIOLOGIE Etude PERISCOP : Sur 530 patients actifs après PAC 2/3 reprise du travail Délai moyen 3,23 mois

Plus en détail

Cahier d observation registre CRAC : Liste des invariants et des variables (données cliniques, procédurales et de suivis)

Cahier d observation registre CRAC : Liste des invariants et des variables (données cliniques, procédurales et de suivis) Cahier d observation registre CRAC : Liste des invariants et des variables (données cliniques, procédurales et de suivis) Invariants Variables Identification du séjour Numéro centre 1-200 Numéro unique

Plus en détail

HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE. 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES

HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE. 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES HYGIENE RISQUES ET QUALITE CHEZ LA PERSONNE AGEE 13 ème JOURNEE DE FORMATION ET D ECHANGES 23 SEPTEMBRE 2014 NIMES ATELIER ANTICOAGULANTS: Comment maîtriser les risques? Batistina CRUCHAUDET (Lyon) LES

Plus en détail

IDM ET RETOUR A DOMICILE

IDM ET RETOUR A DOMICILE IDM ET RETOUR A DOMICILE Dr Anne Criquet Hayot Dr Olivier Darmon 1 Faculté de Médecine Antilles-Guyane 19 Octobre 2012 Mr P 55 ans Patient connu du cabinet, vient de façon épisodique pour luimême mais

Plus en détail

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires

Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Antithrombotiques et facteurs de la coagulation : Antiagrégants plaquettaires Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Université Joseph Fourier Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne

EPP SCA. Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne EPP SCA Dr TATULLI Cécile Urgences-SAMU-SMUR CH Carcassonne POURQUOI? HAS Mars 2012: Indicateurs de pratique clinique IDM Nouveaux Antiagrégants plaquettaires ESC 2011: Recommandations sur le SCA ST+ ESC

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Syndromes coronariens aigus Hôpital Louis Pradel

Syndromes coronariens aigus Hôpital Louis Pradel Syndromes coronariens aigus Hôpital Louis Pradel Syndromes coranariens aigus sans sus-décalage du segment ST Infarctus avec sus-décalage du segment ST Etablir le Score page 2 Suivre les procédures page

Plus en détail

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible

Patients à très haut risque pour lesquels il vaut mieux ajourner l'intervention si possible Risque thromboembolique en cas d interruption Risque thromboembolique faible Fibrillation auriculaire non valvulaire sans AVC, CHADS score 1-2 (tableau 2.) Thromboembolie veineuse > il y a 12 mois Embolie

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010

FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010 FIBRILLATION ATRIALE RECOMMANDATIONS ESC 2010 Dr J Taieb Centre hospitalier d Aix en Provence European Heart Rhythm Association (EHRA); Endorsed by the European Association for Cardio-Thoracic Surgery

Plus en détail

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL

Fibrillation auriculaire en médecine générale. Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE. Les entretiens de médecine générale du GHICL Fibrillation auriculaire en médecine générale Dr Aymeric MENET CARDIOLOGIE Les entretiens de médecine générale du GHICL Samedi 7 novembre 2015 Prévalence (%) Cardiologie Prévalence de la FA avec l âge

Plus en détail

CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS

CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS CLASSIFICATION DES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Syndrome Coronaire Aigu (SCA) ECG initial Diagnostic d entrée SCA avec élévation ST SCA sans élévation ST Elévation des troponines Troponine normale ECG final

Plus en détail

La Maladie coronaire

La Maladie coronaire La Maladie coronaire Causes : Athérosclérose Rarement spasme, radiation Conséquences : ischémie myocardique Angor stable Angor instable Infarctus du myocarde Maladie grave Epidémiologie de l IDM Pronostic

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Réf.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie 1 M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E 2 0 1 2 Contexte 2 Sur la base du rapport HAS «Evaluation des

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

La maladie Coronaire

La maladie Coronaire La maladie Coronaire Les artères coronaires irriguent le muscle cardiaque La maladie athéromateuse Sténoses (rétrécissements) par des "plaques" composées de cholestérol et de plaquettes Toutes les artères

Plus en détail

UE CARDIO Sémiologie Pr Doyen L ANGOR

UE CARDIO Sémiologie Pr Doyen L ANGOR L ANGOR Le myocarde consomme beaucoup de sang et d oxygène (extraction d oxygène maximale des veines pulmonaires). La seule adaptation est la vasodilatation coronaire et la perfusion se fait uniquement

Plus en détail

Syndromes coronariens aigus. epu denain 08/03/2005 marianne sandlarz

Syndromes coronariens aigus. epu denain 08/03/2005 marianne sandlarz Syndromes coronariens aigus epu denain 08/03/2005 marianne sandlarz «douleur thoracique» ( non traumatique ) avec altération des fonctions vitales hémodynamiques ++ : IDM, EP, dissection aortique, tamponnade

Plus en détail

Catastrophes en rythmologie. Dr J Taieb Centre hospitalier d Aix en Provence

Catastrophes en rythmologie. Dr J Taieb Centre hospitalier d Aix en Provence Catastrophes en rythmologie Dr J Taieb Centre hospitalier d Aix en Provence Liens d interet Bayer Conferences sur NACO BMS Conferences sur NACO Boehringer Conferences sur NACO Cas clinique H 83 ans Dyspnée

Plus en détail

registre CARDIO-ARSIF

registre CARDIO-ARSIF registre CARDIO-ARSIF Coronarographies (coro) et angioplasties coronaires (ATL) réalisées en Île-de-France Résultats 2001-2013 Sophie Bataille, Aurélie Loyeau, Mireille Mapouata http://www.cardio-arsif.org/

Plus en détail

7èmes journées d échanges entre Urgentistes et Cardiologues

7èmes journées d échanges entre Urgentistes et Cardiologues 7èmes journées d échanges entre Urgentistes et Cardiologues Atelier 1 : Recommandations sur les antiagrégants plaquettaires dans le NSTEMI Dr Julien SEGARD Urgences -SAMU 44 CHU Nantes Cas clinique n 1

Plus en détail

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue

Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques. Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue Comment éviter l accident cardiaque chez nos patients artéritiques Benoît GERARDIN Hôpital Marie Lannelongue JIFA Janvier 2016 De quoi meurent nos patients artéritiques? Etude prospective française (Royat):

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Femme 61 ans. 14h00 CHATEAUROUX 12 05

Femme 61 ans. 14h00 CHATEAUROUX 12 05 Femme 61 ans 14h00 ATCD: DNID, HTA 82 kg pour 1m53 Douleur rétro sternale constrictive medio thoracique irradiant entre les 2 omoplates + épaule et bras gauche Précédée d un malaise vagal Début à 13h30

Plus en détail

En cours de procédure de CTO

En cours de procédure de CTO En cours de procédure de CTO Il faut savoir & pouvoir occlure si besoin: cas clinique Communication réalisée avec le soutien de l ARDRI R. Bourkaïb; P. Brenot & O. Ledref J-Y. Riou; C-Y. Angel Paris, le

Plus en détail

Stent Coronaire Activité Physique et Sportive

Stent Coronaire Activité Physique et Sportive Enquête SCAPS Stent Coronaire Activité Physique et Sportive Guy JM, Kervio G Mise à jour juin 2014 Dr Passard, Dr Louchard, Dr Verdier, Dr Nivoix-Blesius, Dr Doutreleau, Dr Gabriel, Dr Gueneron, Dr Girard

Plus en détail

LES SYNDROMES CORONARIENS AIGUS

LES SYNDROMES CORONARIENS AIGUS LES SYNDROMES CORONARIENS AIGUS Sommaire Définition Epidémiologie L arthéroslérose SCA : physio-pathologie SCA : les signes SCA : conduite à tenir et traitement Hémostase : rappels Angioplastie : déroulement

Plus en détail

Début de douleur à 7h30

Début de douleur à 7h30 Application sur le terrain Homme 32 ans 30 cigarettes par jour depuis l age de 15 ans Pas d ATCD familiaux Pas d autre facteur de risque Début de douleur à 7h30 ECG à la prise en charge SMUR 8h05 ECG à

Plus en détail

Les FDRCV et la schizophrénie. Par Jonathan Bellaiche PARIS 13

Les FDRCV et la schizophrénie. Par Jonathan Bellaiche PARIS 13 Les FDRCV et la schizophrénie Par Jonathan Bellaiche PARIS 13 Cas clinique Motif d hospi: patient âgé de 35 ans hospitalisé pour déséquilibre chronique de son diabète Antécédents: fam=>diabète chez la

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre PLAVIX 75 mg, comprimé pelliculé sous plaquettes thermoformées Boîte de 28

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre PLAVIX 75 mg, comprimé pelliculé sous plaquettes thermoformées Boîte de 28 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 PLAVIX 75 mg, comprimé pelliculé Boîte de 28 PLAVIX 75 mg, comprimé pelliculé sous plaquettes thermoformées Boîte

Plus en détail

Anesthésie du patient coronarien

Anesthésie du patient coronarien Anesthésie du patient coronarien Objectifs de la prise en charge de l opéré coronarien 1975 2008 Risque vital Prévention de l infarctus postopératoire Risque fonctionnel : espérance de vie Dr SARRABAY

Plus en détail

Syndromes coronariens : critères de choix médicamenteux et stratégies thérapeutiques dans l angor

Syndromes coronariens : critères de choix médicamenteux et stratégies thérapeutiques dans l angor Maxime Valerio Module 6 du 22/09/2011 Claire Savatier Dr Antier Syndromes coronariens : critères de choix médicamenteux et stratégies thérapeutiques dans l angor Epidémiologie Maladies du système cardio

Plus en détail

Gestion des traitements anti-thrombotiques en péri-opératoire. Chafik ELKETTANI CHU IBN ROCHD Casablanca. Amcar, Jeudi 27 Avril 2017

Gestion des traitements anti-thrombotiques en péri-opératoire. Chafik ELKETTANI CHU IBN ROCHD Casablanca. Amcar, Jeudi 27 Avril 2017 Gestion des traitements anti-thrombotiques en péri-opératoire Chafik ELKETTANI CHU IBN ROCHD Casablanca Amcar, Jeudi 27 Avril 2017 Les données de l e tude RE-LY Durant les deux ans de suivi de cette étude,

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

Urgences cardiologiques et grossesse. CARO - 24 mai 2013 Hélène Bouvaist

Urgences cardiologiques et grossesse. CARO - 24 mai 2013 Hélène Bouvaist Urgences cardiologiques et grossesse CARO - 24 mai 2013 Hélène Bouvaist Mme Karine B. 39 ans 1ere grossesse, 26 SA+6j, tabac sevré Transfert pour Préemclampsie à la maternité HCE le 14 juillet 2010 Douleur

Plus en détail

CAS CLINIQUES. DR Mounia MALOU Cardiologue. Institut Cœur Paris Centre.

CAS CLINIQUES. DR Mounia MALOU Cardiologue. Institut Cœur Paris Centre. CAS CLINIQUES DR Mounia MALOU Cardiologue malou@icpc.fr Institut Cœur Paris Centre CAS 1 Mme HS, âgée de 62 ans Fume 8 cigarettes/j depuis dix ans. Hypercholéstérolémie familiale sous Atorvastatine 10

Plus en détail

Dyspnée et échocardiographie

Dyspnée et échocardiographie Dyspnée et échocardiographie Villefranche s/ Saône, 25 février 2015 Jeudi 05 septembre 2013 19h56 : inscription de Mr A.L., 85 ans pour dyspnée d effort depuis quelques jours, altération de l état général.

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE Révolution des indications? Drs MH CELLI CAMILLERI PRIAM - 11 juin 2009 PLAN DEFINITIONS DIAGNOSTIC DE GRAVITE OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE CAT DEVANT

Plus en détail

ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES

ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES Objectifs l Reconnaître et traiter précocement l ischémie l Mécanisme et cause de l obstruction l Revascularisation et sauvegarde du membre l Prévention

Plus en détail

Cas cliniques : Quel protocole d entrainement pour quel patient?

Cas cliniques : Quel protocole d entrainement pour quel patient? Journées nationales du GERS communes avec l AFPRC Cas cliniques : Quel protocole d entrainement pour quel patient? Dr Sophie KUBAS Centre de Réadaptation cardiovasculaire de Bois Gibert Aucun conflit d

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive

Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive > SYMPOSIUM 2009 < Complications de l endoscopiel Jeudi 19 mars Palais des Congrès de Paris Evaluation pratique des patients sous anti-agrégants plaquettaires avant réalisation d une endoscopie digestive

Plus en détail

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde

Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Chemin clinique de la réadaptation post infarctus du myocarde Shabnam Zanganeh-Artola Fabrice Freppel Centre de réadaptation fonctionnelle Schirmeck UGECAM Alsace 1 Choix du thème - facteurs déclenchants

Plus en détail

Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme. Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble

Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme. Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Cardiopathie hypertensive et troubles du rythme Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Arythmies ventriculaires FV TV Mécanismes impliqués Anomalies électrophysiologiques des

Plus en détail

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy

LES LESIONS DU TRONC COMMUN. Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LES LESIONS DU TRONC COMMUN Julien Lemoine Clinique Pasteur Essey-lès-Nancy LE DIAGNOSTIC DE STENOSE DU TCG EST VITAL Les patients ayant une sténose du tronc commun (TC) ont un pronostic très péjoratif

Plus en détail

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES Le point de vue de l anesthésiste M. Haccoun HISTORIQUE (1) Enquête d anesthésie sur 3 jours en France en 1996 : 8 M d actes anesthésiques/an 39%

Plus en détail

Les patients diabétiques représentent

Les patients diabétiques représentent Qui, quand, comment revasculariser le diabétique? DOSSIER C. Le Feuvre Institut de cardiologie, Centre hospitalo-universitaire de la Pitié-Salpêtrière, Paris claude.lefeuvre@psl.aphp.fr Le diabète augmente

Plus en détail

Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille

Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille Comment prévoir et traiter la maladie cardio vaculaire chez l hémophile âgé? Pr Jenny Goudemand Lille R 1 Introduction L espérance de vie des hémophiles a été multipliée par 10 dans les 60 dernières années

Plus en détail

BILAN PRE OPERATOIRE DE

BILAN PRE OPERATOIRE DE BILAN PRE OPERATOIRE DE CHIRURGIE NON CARDIAQUE Expérience avignonnaise Dr ABOUKHOUDIR CNCHG Paris 21 novembre 2008 CH Avignon Avignon 100 000 habitants Vaucluse 500 000 habitants Tour de chirurgie Cardiologie

Plus en détail

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations Bon usage des agents antiplaquettaires Juin 2012 PRINCIPAUX MESSAGES Ces recommandations ne concernent que 4 antiplaquettaires : l aspirine, le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor.

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Angor stable Maladie coronaire stable

Angor stable Maladie coronaire stable Angor stable Maladie coronaire stable Introduc3on une maladie coronaire stable qui ne relève pas d un syndrome coronarien aigu. Elle signe une a=einte de type ischémie myocardique. Le bilan et la prise

Plus en détail

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de façon universelle l infarctus du myocarde. «L infarctus

Plus en détail