EnLiens ENTREPRENDRE FACE À LA CRISE. Gratuit. Mis. de votre. clientèle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EnLiens ENTREPRENDRE FACE À LA CRISE. Gratuit. Mis. de votre. clientèle"

Transcription

1 EnLiens L emploi, l économie et le développement durable et solidaire en Finistère N 6 - bimestriel - janvier ENTREPRENDRE FACE À LA CRISE Mis à disposition Gratuit de votre clientèle De nombreuses sociétés finistériennes investissent et créent des emplois malgré la conjoncture dégradée. Notre enquête pages 6 à 13 La SCO Monique Ranou (St-Evarzec) a investi près de 30 millions d euros dans l amélioration de son outil de production au cours des huit dernières années, tout en maintenant l emploi.

2 6 EnLiens numéro 6 - janvier 2013 Commentez et réagissez sur UNE PRIORITÉ : L EMPLOI L objectif de ce dossier est d aller à la rencontre des nombreux acteurs finistériens entreprises, salariés, services de l Etat... qui s engagent et s investissent dans une véritable «contre-attaque» face à la crise qui depuis 2008, mais peut-être encore plus fortement aujourd hui, remet en question notre paysage socio-économique. Plutôt que de s en tenir aux solutions de «facilité» que pourraient constituer le pessimiste ou l aigreur, nous avons préféré mettre en lumière les nombreuses entreprises du département qui par leurs initiatives audacieuses et courageuses (investissement, innovation, développement à l export, méthode de recrutement avant-gardiste ) permettent au Finistère de demeurer un exemple en France par sa capacité à s accorder, toutes tendances et toutes opinions confondues, pour maintenir et développer l emploi. Bonne lecture. Dossier réalisé par Olivier Boyer Régis Fort Filet Bleu, lauréat du prix de l usine alimentaire durable Le Finistère avait plutôt bien résisté à la crise de 2008, du fait notamment de la qualité de son tissu PME. Depuis le printemps 2011, la situation est plus difficile. L amélioration du marché du travail, amorcée début 2011, ne s est pas confirmée. La hausse du chômage s explique essentiellement par la chute brutale des offres d emploi. Ainsi, offres d emploi ont été collectées par Pôle Emploi (20 à 25% du marché) en septembre 2012, soit une baisse de 34% sur un an. Si l agroalimentaire finistérien semble mieux résister, plusieurs dossiers sont porteurs de grandes difficultés : restructuration en cours chez Doux et liquidation du Pôle Frais, inquiétudes sur la filière abattage et transformation des viandes (porcs et bovins) du fait de la hausse des matières premières et des coûts de transports, de la stagnation des prix à la GMS (grandes et moyennes surfaces) et de la baisse des marges. A cela s ajoutent de fortes tensions dans le secteur du BTP, la liquidation de nombreuses PME/TPE, la chute de l intérim, des carnets de commande en forte baisse et une saison touristique morose. Malgré cette conjoncture dégradée, le Finistère dans toutes ses composantes se refuse à céder à la sinistrose ou au fatalisme. «Certains considèrent que nous nous trouvons à la périphérie de l Europe. Cela peut sembler exact si l on s en tient strictement à la géographie. Mais en réalité, nous sommes au contraire au cœur des valeurs de l Europe, de par notre identité culturelle fondée sur l ouverture au monde et la priorité accordée à l humain, ce qui explique notre faculté à travailler en réseau», souligne un chef d entreprise finistérien. Grâce à cela, dans ce contexte de crise durable, des entreprises et des territoires finistériens se développent. Des emplois se créent. Services de l Etat, collectivités, organismes consulaires (CCI, Chambre de métiers et de l artisanat ), organisations professionnelles soutiennent cette dynamique. ON NE PEUT CONCEVOIR UNE INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE FORTE SANS UNE PRODUCTION AGRICOLE PROSPÈRE. DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EXIGENCE ÉCOLOGIE DOIVENT ALLER DE PAIR. JEAN-JACQUES BROT

3 EnLiens numéro 6 - janvier JEAN-JACQUES BROT, PRÉFET DU FINISTÈRE «LA DÉSINDUSTRIALISATION N EST PAS UNE FATALITÉ» Quels sont à vos yeux les principaux atouts du Finistère? Je citerai en premier lieu le caractère travailleur, opiniâtre, tenace de ses habitants. L état d esprit de résistance et de résilience qui prédomine en Finistère permet d affronter cette crise dont les effets sont parfois violents avec une grande détermination et beaucoup de solidarité. Le Finistère sait développer des synergies locales à partir de relations personnelles fondées sur la confiance. Cet «effet réseau» se révèle d autant plus efficace qu il s enracine dans des valeurs profondément ancrées : humanisme, cohésion sociale, ouverture Quelles en sont les faiblesses, conjoncturelles ou structurelles? Les effets de la dérégulation mondiale frappent durement notre économie et notre population. La périphicité* du Finistère s aggrave. Les chefs d entreprise soulignent le poids croissant des contraintes et coûts logistiques. La réalisation d une liaison ferroviaire plaçant la pointe de Bretagne à 3 heures de Paris est cruciale. Sinon, nous risquons de subir une césure entre Bretagne occidentale et Bretagne orientale. Nous avons connu en 2012 des suppressions d emploi cruelles dans l industrie agroalimentaire et nous risquons d en connaître aussi en Cela provient en partie de défauts d organisation de certaines filières. Les investissement statégiques n ont pas toujours été réalisés. Les modèles n ont pas évolué. Ils sont à réinventer et à reconstruire. Dans le contexte de renégociation de la politique agricole commune (PAC) en 2013, on ne peut concevoir une industrie agroalimentaire forte sans une production agricole prospère. Développement économique et exigence écologie doivent aller de pair. C est un défi considérable. Il sera relevé. Comment faire face à la dégradation de la situation de l emploi? demandeurs d emploi toutes catégories confondues, c est une situation obsédante. Elle concerne en premier lieu des personnes peu qualifiées. Ce constat implique une mobilisation visant à développer des offres de formation et de reconversion adaptées aux réalités d un tissu économique en constante évolution. La désindustrialisation n est pas une fatalité. Qui aurait pu imaginer que la Sobrena perdurerait sans perte d emplois? Dans le Finistère, tout le monde est sur la même longueur d onde, quelles que soient les sensibilités. Chacun s accorde sur des valeurs communes, telles que la défense des personnes et de leur dignité. Ce socle de solidarité active et productive permet de mettre en œuvre des politiques volontaristes et d aborder cette période de crise de façon moins pessimiste qu ailleurs. *Les principaux centres de décision, de production et de consommation européens sont de plus en plus éloignés de la Bretagne Chiffres clés Situation de l emploi dans le Finistère 8,9% de la population active, c est le taux de chômage dans le Finistère fin juin Il se situe au-dessus du taux régional (8,6%) mais en deçà du niveau national (9,7%). 8,1% de taux de chômage en Finistère au 2ème trimestre 2011, 8,3% au 3 e trimestre, 8,5% au 4 e trimestre, 8,7% au 1 er trimestre 2012, 8,9% au 2 e trimestre 2012, telle est la tendance actuelle demandeurs d emploi (catégorie A*) dans le Finistère fin octobre 2012 (+14,7% sur un an au lieu de +10,5% pour l ensemble de la France métropolitaine), parmi lesquels 18,6% de jeunes ; 48,1% de femmes ; 32,3% de personnes en chômage de longue durée (plus d un an) ; 21,3% de seniors (plus de 50 ans) demandeurs d emploi sont inscrits en catégories A, B et C*. Sur un mois, ce nombre augmente de 1,2%, soit une hausse inférieure à la moyenne bretonne (+1,6%). En un an, cet effectif s accroît de 13,4% jeunes de moins de 25 ans demandeurs d emploi en Finistère fin octobre L évolution annuelle est de +16,9% en Finistère +17,2% en Bretagne et +11,1% en France métropolitaine femmes (+11,8% en évolution annuelle pour +13,1% en Bretagne et +8,8% en France métropolitaine) seniors (+19,1% sur un an en Finistère, +20,1% en Bretagne, +17,4% en France métropolitaine) chômeurs de longue durée (catégories ABC*). L évolution annuelle est de +13,8% dans le Finistère, +15,7% en Bretagne, +11,2% en France métropolitaine. * Catégorie A : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi ; Catégorie B : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite courte (78 heures ou moins au cours du mois) ; Catégorie C : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois). Emploi et main d œuvre dans les industries agroalimentaires en Bretagne* Environ emplois dans les industries agroalimentaires bretonnes (plus de 12 % des emplois hexagonaux). Plus de 900 établissements. Sept sur dix ont moins de 50 salariés mais ils ne représentent que 14% des effectifs. Le poids des grands établissements (plus de 500 salariés) est plus important en Bretagne qu au niveau national. 42% de la main d œuvre permanente est féminine. Parmi les moins de 40 ans, les femmes représentent 32% des ingénieurs et cadres techniques de l industrie et 37% des techniciens et agents de maîtrise des industries de process. Plus de contrats saisonniers. *Chiffres Sources : DIRECCTE Bretagne (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi), Unité territoriale du Finistère ; dossier «Emploi et main d œuvre dans les industries agroalimentaires en Bretagne paru dans le n 55 de la revue «Octant» publiée par l INSEE Bretagne (Institut national de la statistique et des études économiques).

4 8 EnLiens numéro 6 - janvier 2013 ENTREPRISES EN MOUVEMENT Armor Lux était à l honneur dans notre précédent numéro pour sa démarche de recrutement imaginative et efficace. Dans le même esprit, nous vous proposons cette fois-ci un «Tour du Finistère» synthétique des entreprises qui se développent, recrutent et innovent, faisant fi en cela de la morosité ambiante. Nos choix, comme tous, sont contestables. Toutefois, nous avons veillé à ce que soient représentés l ensemble des territoires finistériens et les principaux secteurs industriels. De nombreuses autres entreprises de notre département, non citées dans ce dossier, mériteraient aussi qu un large public s intéresse davantage à elles. A bientôt? FILET BLEU EN PLEINE CROISSANCE La biscuiterie varzécoise Filet Bleu, dont le contrat avec Air France a été reconduit jusqu en 2015, a réalisé l an dernier un chiffre d affaires de 41,2 millions d euros, en progression de 15 %. Elle emploie désormais 210 salariés après avoir recruté 30 personnes en 2011 et 50 autres en Les six lignes automatisées ont produit durant l année écoulée tonnes de biscuits secs ou chocolatés. Cerise sur le gâteau, les ventes du magasin d usine ont doublé en deux ans! usine alimentaire durable Le groupement Les Mousquetaires Intermarché, auquel appartient la société, représente 70 % de l activité. Toutefois, la diversification de la clientèle est au goût du jour. «Nous avons lancé fin 2010 une gamme Filet Bleu, exclusivement dédiée à l export et à la restauration hors foyer», précise Luc Cebron, directeur de la biscuiterie. La part de l export dans le chiffre d affaires est passée en deux ans de 7 % à 15 %. Ce développement s effectue principalement en Europe, mais aussi aux Etats-Unis, en Asie, en Russie «Nous investissons en moyenne 2 millions d euros chaque année pour rendre nos équipements plus performants et productifs», poursuit-il. Les augmentations capacitaires s accompagnent systématiquement d une amélioration des conditions de travail et de l ergonomie des postes. L an dernier, l achat d un robot de palettisation a ainsi permis de supprimer la manutention manuelle. «Notre objectif est de faciliter le maintien durable dans l emploi», souligne le directeur. «Cette stratégie d investissements réguliers nous permet de tirer les qualifications vers le haut». L accueil et l intégration des nouveaux embauchés, qui ont accès d emblée à une vision globale de l entreprise, fait l objet d une attention particulière. Tout comme le partage d information via la diffusion d un bulletin semestriel contribuant à créer du lien. Cette dynamique d ensemble a valu à Filet Bleu de remporter le «Prix de l usine alimentaire durable 2011» et celui du «Goût équitable 2012»! Plus d infos : NOUS INVESTISSONS EN MOYENNE 2 MILLIONS D EUROS CHAQUE ANNÉE POUR RENDRE NOS ÉQUIPEMENTS PLUS PERFORMANTS ET PRODUCTIFS. NOTRE OBJECTIF EST DE FACILITER LE MAINTIEN DURABLE DANS L EMPLOI LES CHINOIS CHOISISSENT CARHAIX! Le groupe Synutra, leader de la nutrition infantile en Chine, et Sodiaal (Yoplait, Candia, Entremont ), première coopérative laitière française, ont signé le 17 septembre dernier un accord en vue de la construction de deux tours de séchage l une pour le lait, l autre pour le lactosérum déminéralisé sur le site de Kergorvo à Carhaix. Le groupe chinois, dont le P-DG, Liang Zhang, a visité le futur site d implantation début décembre, apportera 90 M. De son côté, Sodiaal, dont les 700 adhérents bretons fourniront plus de 280 millions de litres de lait par an, investira 10 M. Cette matière première sera transformée en poudre de lait infantile destinée exclusivement au marché chinois. Le nouvel outil devrait employer dès son démarrage, espéré début 2015, 160 personnes parmi lesquels les actuels salariés d Entremont-Carhaix. L année suivante, le site devrait accueillir une activité complémentaire de petit conditionnement avec à la clé 100 nouveaux recrutements. A l occasion de sa venue dans la capitale du Poher, Liang Zhang, convaincu depuis longtemps de la qualité et de la traçabilité du lait breton, a évoqué la possibilité de prolongements ultérieurs à ce premier investissement réalisé hors de Chine. Trecobat a investi 4 M dans une usine de production de m

5 EnLiens numéro 6 - janvier TRECOBAT ENERGIES POSITIVES Trecobat (350 collaborateurs dont 200 dans le Finistère, 130 M de chiffre d affaires en 2012) produit 1000 maisons par an, dont 15% à ossature-bois via sa filiale dédiée Maisons Nature & Bois. Solidement ancré à la pointe de Bretagne, le groupe a recruté 46 personnes au total l an dernier. Il se développe CHAQUE FOIS QUE NOUS VENDONS UNE MAISON, NOUS RENFORÇONS L EMPLOI ICI! aussi bien en Finistère qu à Rennes, Nantes, Toulouse... «Chaque fois que nous vendons une maison, nous renforçons l emploi ici!», souligne le directeur général, Alban Boyé. C est d ailleurs à proximité de son siège historique de Lannilis que Trecobat a investi 4 M dans une usine de production de murs à ossature bois prêt-à-poser certifiés BBC d une capacité annuelle de m². Opérationnelle depuis plus d un an, elle emploie 50 personnes (avec 12 créations de poste). «Cet outil nous permet d accéder à un véritable sur-mesure industriel et d anticiper les futures réglementations thermiques», explique Alban Boyé. Le groupe Trecobat, qui vient d acquérir la Société de Construction Charentaise (10 M de CA), développe dans l univers du bois de nouveaux usages (extensions, bâtiments tertiaires, logements collectifs ) qui complètent l essor de la maison individuelle. «Le groupe possède le gêne de l innovation!», affirme Alban Boyé. Pour preuve, il a récemment décroché deux médailles d or du «Challenge national des maisons innovantes» attribuées par l Union des Maisons Françaises (UMF) dans les catégories «Défi économique» (2011) et «Maison à énergie positive» (2009). Chaque mois depuis un an et demi, un Comité de Recherche & Développement rassemble en interne techniciens, architectes, commerciaux, designers... Ce «bouillon de cultures» a déjà débouché sur le dépôt en cours d un brevet sur un système de toiture dans l univers du bois. Trecobat participe enfin à un programme de recherche piloté par l Ademe visant à construire des maisons laboratoires habitées en prévision de la future RT 2020 (bâtiment à énergie positive). L une d entre elles sera implantée dans le Finistère. Plus d infos : RAPPORT GALLOIS : ÉLOGE DE LA FORMATION urs à ossature bois prêt-à-poser certifiés BBC. Louis Gallois Commissaire Général à l Investissement dans son rapport intitulé «Pacte pour la compétitivité de l industrie française» remis en novembre dernier au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, dresse de rudes constats. Entre 2000 et 2011, la part de l industrie (hors construction) dans la valeur ajoutée totale en France est passée de 18 % à environ 12,5 %, nous situant désormais à la 15 e place parmi les 17 pays de la zone euro. Notre pays a perdu plus de 2 millions d emplois industriels en 30 ans. Il se retrouve pris en tenaille entre des industries «haut de gamme» (Allemagne ) et des industries à «bas coûts» (pays émergents, Europe du Sud ou de l Est ). «Les chefs d entreprise ont souvent le sentiment d être cloués au pilori. Or, ils ont besoin de stabilité et de visibilité à long terme (65 modifications de la taxe professionnelle en 35 ans!) et plus globalement d un écosystème accueillant». Certaines propositions emblématiques du rapport Gallois ont été largement médiatisées comme sa proposition de «créer un choc de compétitivité en transférant une partie significative des charges sociales (jusqu à 3,5 SMIC) vers la fiscalité et la réduction de la dépense publique». En revanche, la 4 e partie du rapport, consacrée aux «leviers de la politique industrielle» a suscité un moindre écho médiatique. C est regrettable parce qu il y est question de formation. «L Education est à la base de la compétitivité d un pays», souligne Louis Gallois. «L enseignement technique et professionnel ne bénéficie toujours pas, en France, de la priorité qu il mérite même si les Régions ont fait un effort considérable d investissements dans les lycées. Les moyens alloués sont encore insuffisants et l image de cet enseignement, au moment de l orientation des jeunes, n est pas valorisée. La différence avec l Allemagne est ici massive». D où la proposition de systématiser la présence des entreprises dans la gouvernance de l enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (conseils d administration), des Régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national. Et celle de «doubler le nombre de formations en alternance sur la durée du quinquennat». Plus d infos :

6 10 EnLiens numéro 6 - janvier 2013 Commentez et réagissez sur SILL PROJETS D AVENIR Acteur économique majeur du Pays de Brest, la Sill (750 emplois dont 270 à Plouvien) projette la création d une chaufferie-bois d une capacité de 8 mégawatts pour un coût de 4,5 millions d euros* sur son site historique de Plouvien. Cette initiative qui génèrera plusieurs LA NOUVELLE TOUR PERMETTRA DE PASSER DE À TONNE DE PRODUCTION DE POUDRE DE LAIT. ELLE CONTRIBUERA DE MANIÈRE DÉCISIVE À L AVENIR DE L ENTREPRISE dizaines d emplois s inscrit dans le cadre d un appel à projets lié au Grenelle de l Environnement. Le chantier est bloqué pour l instant du fait de l opposition d un riverain. Le projet prévoit une consommation annuelle de tonnes de bois, ce qui permettra à la Sill de couvrir ses besoins en vapeur, réduire d un tiers les émissions de CO 2, apporter des revenus complémentaires aux forestiers du Centre-Bretagne. Sa réalisation conditionne l implantation d une tour de séchage (25 M d investissement), avec 80 emplois à la clé. «Les deux projets sont indissociables», souligne Gilles Falc hun, PDG de la Sill. «Ce nouvel équipement permettra de passer de à tonnes de production de poudre de lait. Elle contribuera de manière décisive à l avenir de l entreprise». La Sill, qui vient de célébrer ses cinquante ans, a su négocier plusieurs virages technologiques (poudre de lait en 1973, conditionnement UHT en 1981, bocal verre en 1993). Diversifier ses productions : jus et boissons aux fruits (1983), potages en briques (1987), plats cuisinés surgelés Elargir son périmètre avec l acquisition de Primel Gastronomie** (Plougasnou) en 1995 ; Le Gall (Quimper), spécialiste du beurre de baratte et de la crème traditionnelle en Sans oublier la création d un bureau de commercialisation à Singapour en 1999 et la reprise d une laiterie à Saint-Malo en La Sill exporte 30% de sa production vers l Europe, l Asie, le Moyen-Orient, le Maghreb et les Etats- Unis... *Avec le soutien financier, à hauteur de 29%, de l Ademe. **260 salariés, 75 M de chiffre d affaires. Plus d infos : La Sill produit depuis 1987 soupes et veloutés sous la marque «la Potagère». SDMO ANCRÉE À BREST, OUVERTE AU MONDE Créée en 1966, cédée en 2005 par la famille Meunier au groupe américain Kohler, la société SDMO Industries s impose comme le 3 e acteur mondial du marché des groupes électrogènes (1 500 salariés dans le monde, dont près de 900 à Brest, 500 millions de chiffre d affaires, groupes électrogènes industriels produits chaque année). Avec l ouverture en 2012 de la nouvelle usine de Kergaradec II, le site principal de production s étend désormais à Brest sur m². SDMO est également propriétaire de l usine Maquigeral située à Sao Paulo (Brésil). Cette acquisition, réalisée l an dernier, représente la première croissance externe industrielle du groupe qui dispose par ailleurs de plusieurs filiales commerciales (Etats-Unis, Allemagne Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique, Espagne, Nigeria, Argentine ) et bureaux de représentation (Algérie, Afrique du Sud, Dubaï). L export (Amérique centrale et du sud, Europe, Afrique, Moyen- Orient ) constitue pour SDMO un axe majeur de développement. L un des avantages compétitifs de l entreprise réside dans le fait d être en mesure de proposer une gamme* susceptible de répondre aussi bien aux besoins d un particulier qu à ceux d un gestionnaire d hôpital. *De 1 à 5000 kva, le kilovoltampère constituant l unité de mesure des compteurs d électricité. Plus d infos : ACTUAPLAST PLASTIQUE ET MATIÈRE GRISE Actuaplast a doublé son chiffre d affaires en deux ans (3,6 M en 2010, 7 M l an dernier). Installée actuellement sur deux sites, à Saint-Evarzec et La Forêt-Fouesnant, l entreprise de plasturgie sudfinistérienne a vu le jour en «Le bureau d études emploie 15 personnes, ce qui est beaucoup pour une société comme la nôtre (60 salariés)», explique le PDG, Ronan Pérennou. L automobile représente 70% de l activité qui tend à se diversifier (électronique, télécoms, aéronautique ). Tout en prolongeant son métier d origine, les prototypes, Actuaplast a renforcé ses capacités en matière de préséries et petites séries au profit de firmes prestigieuses telles que Porsche, Ferrari ou Bentley D où la nécessité d une politique d investissement soutenue et constante. Exemple parlant : Actuaplast y a consacré en 2010 plus du quart de son chiffre d affaires (1 M sur 3,6 M ). L an dernier, la société varzécoise a acquis de nouveaux outils de production pour 1,3 M. L extension prochaine ( m²) du site de production de La Forêt-Fouesnant (1 800m² aujourd hui) lui permettra d y regrouper l ensemble de ses activités fin «Les plans sont finalisés et le permis de construire déposé», précise Ronan Pérennou. «Nous n avons pas de mal à boucler nos financements parce que nous tenons nos engagements et que nous présentons de bons bilans. Le marché automobile n a jamais été aussi dynamique au niveau mondial. Les constructeurs continuent de mener des programmes d allégement des véhicules en remplaçant le métal par du plastique». Les compétences et la fiabilité d Actuaplast sont largement reconnues hors de l hexagone, l export (Allemagne, Suède, Espagne ) représentant 25% du chiffre d affaires. Autant de bonnes nouvelles pour l emploi. «Nous avons recruté 14 salariés en 2012», confie Ronan Pérennou. «Je ne conçois pas d embaucher sans rencontrer la personne. Chez nous, il n y a pas de turnover». Plus d infos :

7 EnLiens numéro 6 - janvier ENTREPRISES À SUIVRE... Aprobois (Carhaix-Plouguer/82 salariés dont 80% de personnes handicapées) : démarrage en 2012 d un programme d investissement (ligne de sciage) de 7 M sur 3 ans avec création de 6 emplois. Bosch Thermotechnologie SAS ex Geminox (Saint- Thegonnec/350 salariés/ pièces produites par an) : l usine référence de Bosch pour la construction inox ; embauche de 17 cadres en Conserves Gonidec (Concarneau/50 salariés/6 millions de boîtes et bocaux produits par an) : inauguration en septembre 2012 d une extension (3 M ). Doublement des exportations l an dernier. FRANPAC (Douarnenez/250 salariés/groupe Massilly) : nouvelle ligne de production de boîtes de conserve (1 M /capacité annuelle de boîtes) devant permettre la création de 15 à 20 emplois. Giannoni France (600 salariés à Morlaix/échangeurs thermiques pour chaudières à gaz) : hausse continue des effectifs, extension de l outil industriel, 95% du CA à l export, expertise en innovation. Guy Cotten (Trégunc/150 salariés en France/12 M de CA en 2011) : projet de construction d un bâtiment de 800m² cette année pour rationaliser l espace de stockage et d exportation (30% du CA). Groupe Guyader Gastronomie (Landrévarzec/460 salariés, plus de 70 M de CA) : acquisition en 2012 de Bretagne Saumon (Châteauneuf-du-Faou) et de l Andouillerie de Fouesnant. Hemarina SA (Morlaix/biotechnologies) : la reconnaissance officielle de son substitut sanguin à base de vers marins pourrait déboucher sur la création d une ferme d élevage en Nord-Finistère. Interface Concept (Quimper/45 salariés/70% du CA à l export/60% dans le secteur de la Défense) : l un des leaders mondiaux des systèmes électroniques embarqués avec pour clients EADS, Boeing CMB «ACTEUR DU RECRUTEMENT» «Nous sommes totalement impliqués sur les territoires», affirme le directeur départemental du Crédit Mutuel de Bretagne, Philippe Rouxel. Il est à la tête d un réseau de caisses locales (Quimper Cornouaille, Brest-Iroise, Centre-Finistère, Léon-Morlaix) comportant 74 agences et 100 points de vente animés par plus de 900 collaborateurs. L an dernier, ce réseau a recruté 49 personnes, dont 32 femmes. Ces nouveaux embauchés se répartissent entre bac+2 (21) niveau minimum requis, bac+3 (16) et bac+4 ou 5 (12). Vingt-cinq ont été intégrés en CDI à l issue d une période d essai de deux à trois mois en fonction de leur statut. Certains ont été recrutés dans le cadre d un contrat de professionnalisation visant à déboucher sur la signature d un CDI. Sept autres ont bénéficié d une formation en alternance à l issue de laquelle tous ont été titularisés. «Nous recherchons en priorité des commerciaux capables d écouter le client et d identifier ses besoins», explique Philippe Rouxel. Pour cela, Le CMB puise dans le vivier des IUT, BTS, licences pro, écoles de commerce sans oublier quelques postes de chargés de clientèle agricole. «Nous recrutons nos collaborateurs avec l idée qu ils vont passer 40 ans au CMB», souligne le directeur départemental. D où une méthode qui privilégie, au-delà des indispensables compétences techniques, la capacité d adaptation et le potentiel d évolution, sans oublier l adhésion au modèle coopératif et mutualiste. Le 4 février 2012, le CMB a organisé à Quimper ses premières «Rencontres du Recrutement» fondées sur le principe du «job dating». Dix des 49 nouveaux embauchés 2012 l ont été à cette occasion, parmi 228 candidats. Une deuxième journée a été organisée le 29 septembre dernier à Morlaix, rassemblant 111 postulants. Cette année, le CMB «restera un acteur du recrutement en Finistère», assure Philippe Rouxel. Un second centre de relations client (après celui de Brest) sera notamment créé courant 2013 à Quimper avec 16 postes à la clé, dont une part de créations d emploi. Plus d infos : Leroy-Merlin (Quimper) : le projet de création d une grande surface de bricolage et d aménagement de la maison Zac de Kervouyec devrait voir le jour en 2014 avec à la clé entre 150 et 180 emplois. Maisons Akabois (Landivisiau/16 salariés/3 M de CA) : progression du CA de 30% entre 2011 et 2012, nouvelle ligne de production automatisée, doublement des effectifs depuis début MCB - Mécanique Centre-Bretagne (Carhaix) : doublement de la surface de production (de 500 à 1 000m²), achat d une machine à découpe laser, trois embauches programmées en chaudronnerie. Polaris (Pleuven/48 salariés/production de lipides nutritionnels, notamment Omega 3, provenant de sources marines ou végétales) : 3ème site industriel, à La Forêt- Fouesnant (10 M, 20 emplois créés). Salaisons Tallec (Bannalec/170 salariés/charcuterie haut de gamme) : plus de 2 M investis dans les process avec de nouvelles lignes de production permettant la fabrication de spécialités innovantes. Toul Car Bras (Treffiagat) : la création d une centaine d emplois est espérée dans cette nouvelle zone d activité communautaire du Pays Bigouden Sud à vocation halieutique et maritime. Verlingue-Génération (Quimper/top 10 des courtiers en assurances) : CA de 750 M en 2012 (+7%), 100 recrutements en 2012 (60 créations nettes), 100 autres prévues en 2013, dont 50% à Quimper.

8 PIRIOU LE VENT EN POUPE Le groupe PIRIOU (1 000 collaborateurs dans le monde, dont 260 à Concarneau, 150M de chiffre d affaires en 2011, 50% de l activité à l étranger) a signé en 2012 un contrat pour la construction d un navire de voyage transocéanique d une longueur de 76 mètres qu il livrera à un armateur européen. Ce «navire de la Connaissance» accueillant ingénieurs, scientifiques et techniciens est respectueux de l environnement (traitement, épuration et stockage des eaux usées ; filtration des particules des gaz d échappement des groupes électrogènes). Il est conçu pour effectuer des navigations lointaines et prolongées dans des conditions extrêmes (20 /+50 ) tant sur mer que sur les fleuves et Grands Lacs. 200 emplois pendant 3 ans Cette commande équivaut, en main d œuvre, à la production de deux thoniers de 90 mètres de classe «Franche Terre». Elle génèrera heures de travail en études et production, dont pour les chantiers Piriou et heures dédiées à la sous-traitance. Soit 200 emplois (en équivalent temps plein) pendant 3 ans. Le groupe a également enregistré l an dernier la commande d un Bâtiment de Formation Maritime (BFM) qui sera exploité par navocéan, société créée conjointement par PIRIOU et DCI. Ce bâtiment de 44 mètres sera livré en septembre La construction est assurée par les chantiers Piriou et sa maintenance par PIRIOU NAVAL SERVICES dans le cadre d un maintien en condition opérationnelle (MCO) de 10 ans. «Avec ce contrat, nous entrons dans le secteur des constructions militaires, ce qui élargit encore notre champ d activités», souligne Pascal Piriou, Président du Directoire. DCNS et PIRIOU engagent par ailleurs des négociations exclusives afin de constituer un leader mondial dans les navires civils destinés à l Action de l Etat en Mer (garde-côtes, gendarmerie, douanes ). «Pour accéder aux marchés des navires relevant de l AEM, qui sont à la convergence des univers civils et militaires, seul un partenariat avec un leader mondial du naval de défense comme DCNS aurait du sens pour nous», explique Pascal Piriou. Plus d infos : Le Fromveur II, navire du Conseil général du Finistère, a été construit par les Chantiers Piriou RANOU «PRODUCTIVITÉ ET SANTÉ AU TRAVAIL VONT DE PAIR» NOTRE PRINCIPALE PRÉOCCUPATION EST DE MAINTENIR NOS PRIX DE REVIENT TOUT EN PRÉSERVANT L EMPLOI ET EN FAVORISANT LES MONTÉES EN COMPÉTENCE. La SCO (Société Charcutière de l Odet) Monique Ranou, filiale d Intermarché, emploie 580 salariés zone de Troyalac h à Saint-Evarzec. Ces dix dernières année, sa production est passée de à tonnes. Le chiffre d affaires s élève à 175 millions d euros. Pour ce qui est des ventes, l époque est à la conquête de nouveaux marchés, puisque la part hors Intermarché, marginale il y a peu, devrait atteindre à terme 25 à 30%. «Nous dépasserons les tonnes en 2013, ce qui correspond au niveau optimal d utilisation de nos équipements», indique François Ollivier, directeur général adjoint. «Notre principale préoccupation est de maintenir et si possible de baisser nos prix de revient, tout en préservant l emploi et en favorisant les montées en compétence. Il existe des tâches répétitives mais aussi de plus en plus de polyvalence requise dans la conduite des lignes et des machines. Les opérateurs doivent maîtriser de nombreuses procédures liées à la sécurité sanitaire des produits». La SCO Monique Ranou a investi près de 30 millions d euros dans l amélioration de son outil de production au cours des huit dernières années. Les travaux d installation d un nouveau four à saucisses et de refonte de l atelier cocktails et knacks (8,5M ) s achèveront au printemps prochain. Ils font suite au projet d extension et de modernisation du process de fabrication du jambon cuit libre service (20 M entre 2007 et 2010). «Les gains de productivité vont de pair avec l amélioration de la santé au travail», souligne François Ollivier. Dans ce domaine, Ranou innove en proposant aux salariés les services d une assistante sociale libérale, présente deux demijournées par mois. Concernant la formation, l entreprise accueille 12 personnes dans le cadre d un CQP (certificat de qualification professionnelle) «Conducteur de ligne». Côté recrutement, elle a lancé en 2008 une démarche de cooptation. Depuis, dix embauches ont été réalisées sur proposition d un salarié. Plus d infos : GLATFELTER 90% EXPORT Glatfelter* Scaër SAS (130 salariés, 36 M CA en 2011) est spécialisée dans la fabrication de papiers «fibres longues» et «fibres composites» (5 000 tonnes par an) servant majoritairement à la confection de dosettes à café et de sachets de thé, et ayant aussi des applications dans d autres domaines industriels (pochoirs, nappes de table, masques chirurgicaux ). Glatfelter a marqué sa volonté de poursuivre la fabrication de papiers spéciaux dans le Finistère en investissant l an dernier 7 millions d euros à Cascadec dans un projet d extension et la reconstruction partielle d une machine. L objectif est d améliorer la qualité du papier afin de conquérir de nouvelles parts de marchés à l international, l export (Allemagne, Pays-Bas, Italie, Brésil ) représentant déjà 90% du chiffre d affaires. Le site scaërois anticipe par ailleurs la montée en puissance des véhicules électriques et hybrides via le développement du papier pour condensateur. L incendie, d origine accidentelle, qui a touché l usine à la mioctobre 2012 n a pas eu d effets notables sur la production. *Le groupe papetier américain Glatfelter a réalisé en 2011 un chiffre d affaires de 1,6 milliard de dollars. Il emploie personnes dans le monde. BOLLORÉ ERGUÉ-GABÉRIC : UN LIEN INDÉFECTIBLE La nouvelle usine de fabrication de batteries Lithium Métal Polymère pour véhicules électriques représente un investissement de 250 millions d euros. La production débutera cette année. 300 créations d emplois (principalement des opérateurs de production et des techniciens dans les métiers de l électronique) sont prévues avec pour objectif de fabriquer à terme batteries par an. En 2012, Bolloré employait déjà 569 salariés dans ses usines à Ergué-Gabéric. Le groupe Bolloré* a investi 1,5 milliard d euros dans la création de la «Blue Car». Il pratique une politique sociale avancée : gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, gestion active des ressources humaines (le personnel est invité à participer à des groupes de travail sur l amélioration du fonctionnement de l entreprise), politique de formation dynamique *Créé en 1822 sur le site d Odet, il est organisé autour de 5 pôles d activité, aux premiers rangs desquels les services logistiques et de transport (64,7% du chiffres d affaires) et la distribution/stockage et négoce de produits pétroliers (28,9%, n 2 français). Plus d infos :

9 EVEN VISION COOPÉRATIVE À LONG TERME En franchissant le seuil des salariés, dont dans le Finistère, Even est devenu en 2011 le premier employeur coopératif breton. Le Groupe de Ploudaniel a enregistré trois années consécutives de forte croissance (+20% en 2009, +30% en 2010, +11% en 2011). Les activités Lait (58%) et Distribution (26%) représentent l essentiel de son chiffre d affaires proche de 2 milliards d euros. Il a investi 45 M en Cette dynamique de développement est mise au service de l emploi (solde net de 200 créations en 2011). L essor de l activité profite directement aux agriculteurs adhérents de la coopérative et, également, à l ensemble des exploitations laitières qui ont confié la valorisation de leur lait à Laïta*, dont Even (50,57% du capital) assume la responsabilité et la conduite opérationnelle aux côtés de ses partenaires historiques Terrena (31,01%) et Triskalia (18,42%). Le chiffre d affaires de Laïta, née le 1 er juillet 2009, a progressé de 12% en Sa bonne santé s explique par la bonne tenue des cours mondiaux des produits laitiers, le développement des produits de grande consommation sous marques propres (Paysan Breton, Mamie Nova, Régilait ) et à marques de Photo PIRIOU Paysan Breton, l une des marques phares de Laïta AUTOCRUISE RADAR DE NOUVELLE GÉNÉRATION Implantée depuis 2000 sur le Technopôle Brest-Iroise, Autocruise est spécialisée dans la conception et la production de radars de régulation de distance et de systèmes d alerte à la collision pour l automobile. Cette filiale du groupe américain TRW Automotive (plus de 16 milliards d euros de chiffre d affaires en 2011, 200 sites dans le monde, plus de salariés) a installé au cours de l été 2012 une nouvelle ligne de production dédiée à un radar de nouvelle génération, l AC 100. L objectif est d en produire unités par an à l horizon Née de la collaboration entre TWR et Thales*, Autocruise poursuit son développement en jouant résolument la carte de l innovation et en s appuyant sur un réseau commercial de dimension planétaire. La quasi-totalité du chiffre d affaires du site brestois, qui emploie une soixantaine de personnes pour un chiffre d affaires de 19 millions d euros l an dernier, est réalisé à l export (Allemagne, Etats-Unis, Chine, Suède, Benelux, Autriche ). *Thales s est retiré du capital de la «joint venture» en Plus d infos : Photo LAÏTA L ESSOR DE L ACTIVITÉ PROFITE DIRECTEMENT AUX AGRICULTEURS ADHÉRENTS DE LA COOPÉRATIVE ET, ÉGALEMENT, À L ENSEMBLE DES EXPLOITATIONS LAITIÈRES QUI ONT CONFIÉ LA VALORISATION DE LEUR LAIT À LAÏTA distributeurs, l essor des activités ingrédients et nutrition spécifique et une présence accrue à l international. Le groupe Even comporte deux autres pôles principaux d activité : Even Distribution (2 400 salariés, 400 M de chiffre d affaires, vente à domicile de produits surgelés avec Argel et Artika, restauration à domicile via le réseau Krill) et Even Amont (Agri- Hub, centrale d achats en agrofournitures ; conseil et service en nutrition animale). *Laïta : 3800 apporteurs de lait ; 2300 salariés ; 1,1 milliard d euros de chiffre d affaires ; export dans 140 pays ; 3 implantations dans le Finistère : Gouesnou (siège) : Ploudaniel et Landerneau. Plus d infos : ; GUELT INDUSTRIES A LA CONFLUENCE DE L AGROALIMENTAIRE ET DU NAUTISME Guelt Industries (150 salariés, 13 millions d euros de chiffre d affaires en 2011, 35 ans d expérience) poursuit son développement dans le secteur de la conception et de la construction d équipements (machines et lignes complètes, principalement en inox) destinés aux industries agroalimentaires. L éventail de ses compétences (bureau d études, chaudronnerie, mécanique, électricité et automatisme ) lui permet de répondre à de multiples besoins : production, conditionnement, maintenance, service après-vente L entreprise, basée à Kervidanou (Quimperlé), assure également la réhabilitation d équipements et la rénovation d operculeuses, thermoformeuses, sertisseuses, broyeurs ou le rechargement de pièces d usure. Elle a mené à bien en 2010 un programme d extension (2,6 millions d euros) comportant la construction de nouveaux bâtiments et l achat de matériel. Celui-ci s est traduit par la création de 65 emplois. La société quimperloise a décroché par ailleurs en 2009, aux côtés d une société morbihannaise, le prix de l innovation dans la catégorie «emballage et conditionnement» au salon CFIA* de Rennes. Elle s est également illustrée en développant un pôle nautisme qui a fourni des pièces d accastillages au vainqueur de la Volvo Ocean Race , Franck Cammas, skipper de Groupama 4. *Carrefour des Fournisseurs de l Industrie Agroalimentaire. Plus d infos :

10 14 EnLiens numéro 6 -janvier 2013 GUIDE PRATIQUE par Chantal Guezenoc RECHERCHE D EMPLOI DÉVELOPPER SES RÉSEAUX SOCIAUX 75% des offres d emploi ne font pas l objet d annonces officielles à l extérieur de l entreprise. Les candidatures spontanées bien ciblées, les rencontres et l élaboration d outils qui donnent une meilleure visibilité à son profil peuvent être des clés pour toucher ce marché caché. Même si les nouvelles technologies ont révolutionné la manière de s informer, rencontrer et interroger des professionnels reste toutefois une valeur sûre. Les réseaux sociaux professionnels constituent ainsi des outils efficaces en complément d une recherche active multicanale s ils favorisent la mise en relation réelle. En fonction du secteur et du métier, la règle est d oser surprendre et de chercher à se différencier en utilisant efficacement les outils existants. Services de l État, entrepreneurs, consultants, associations vous proposent dans ce guide une compilation des bonnes pratiques à suivre. Accéder au marché caché La grande majorité des postes disponibles sont pourvus grâce au bouche-à-oreille et à la puissance des réseaux professionnels et personnels. La première source de recrutement serait même la cooptation. «Il est donc essentiel, insiste Sylvain Guéguen, consultant webmarketing chez Akostic, de créer des connexions utiles, de cultiver les réseaux tant réels que virtuels pour rester actif dans son écosystème.» La publication de profils en ligne dans des CVthèques généralistes ou spécialisés (jeunedip, emploirama, cv.com, sites des grandes entreprises, cabinets de recrutement ou agences d intérim ), sur des sites d emploi (Pôle emploi, Monster, Apec, Keljob, Cadremploi, Ouestjob ) et la présence sur les réseaux sociaux professionnels (Viadeo, Linkedln, JDN Réseau, ) contribuent à «élargir son champ d investigation» selon Olivier Branellec, directeur de l agence de communication Hippocampe à Brest. «Ces outils permettent aux gens proactifs de rester en veille et d éviter de passer à côté d opportunités professionnelles. Pour l entrepreneur, l intelligence technique de ces plateformes amène d autres candidatures que celles qui suivent les canaux plus traditionnels.» Mais pour être repérés et présélectionnés par un employeur, «votre CV et votre profil doivent contenir les mots-clés utilisés dans votre profession mais aussi dans les annonces elles-mêmes,» recommande Sébastien Nau, IL EST IMPORTANT D UTILISER LES RÉSEAUX SOCIAUX À BON ESCIENT ET D EN MAÎTRISER LE CONTENU POUR SOIGNER SON E-RÉPUTATION OU IMAGE VIRTUELLE cofondateur du cabinet de recrutement quimpérois Ozvan. «La sélection de mots-clés par poste nous permet d affiner efficacement nos recherches sur les CVthèques pour trouver rapidement et à moindre coût des candidats potentiels, confirme François-Xavier Flichy, responsable développement du potentiel humain au sein du groupe DCNS Brest (lire par ailleurs). C est une aide précieuse à l embauche, même si ça ne remplace pas l entretien décisif.» Pour accroître votre visibilité sur le web, vous pouvez «interconnecter tous vos outils en créant sur aliaz.com une page d accueil personnelle qui donnera un accès unique à l ensemble de vos profils», conseille Sébastien Nau. Améliorer sa visibilité tant pour l employeur que pour le demandeur d emploi Même si les réseaux sociaux sont de plus en plus intégrés dans les politiques de recrutement des grands groupes, ils sont peu utilisés par les entreprises finistériennes qui restent encore bien frileuses. Les raisons en sont multiples : «Les entreprises au niveau local ont une méconnaissance des potentialités du web», avoue Sylvain Guéguen. De plus, la démarche qui doit s inscrire dans une stratégie de long terme est chronophage, et n est pas forcément rentable pour des profils peu pointus. «Les réseaux sociaux sont intéressants pour des recrutements de cadres à haut potentiel, des candidats dormant déjà en poste, des profils pénuriques, précise Sylvain Guéguen. Les entreprises n utilisent pas forcément les réseaux sociaux comme nouvelle source de recrutement, mais les intègrent plutôt dans leur stratégie de marque pour valoriser leurs offres d emploi auprès de ces publics, les courtiser et se démarquer de leurs concurrents». Du côté des demandeurs d emploi, «il est important d utiliser les réseaux sociaux à bon escient et d en maîtriser le contenu pour soigner son e-réputation ou image virtuelle, insiste Olivier Brannellec. Sur certains réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook, les informations relatives à la vie privée et à la vie professionnelle cohabitent. Or les recruteurs des TPE/PME ont souvent le réflexe de rechercher le nom d un candidat sur un moteur de recherche et les résultats influencent obligatoirement leur opinion.» En France, 14 % d entre eux avouent en effet avoir rejeté des candidatures après avoir obtenu des informations sur internet. Les responsables de ressources humaines, quant à eux, affirment suivre une déontologie stricte en matière de recrutement. «Nous ne travaillons que sur les éléments fournis par le candidat», atteste François-Xavier Flichy de DCNS Brest. Rompre l isolement Au-delà des réseaux virtuels, les associations, les groupements interprofessionnels ou dispositifs qui accompagnent les demandeurs d emploi (Cadr action 29, Missions locales, Carrières emploi du Secours catholique de Quimper, Ell en Cornouaille et à Brest, Entreprendre au féminin ) peuvent donner une nouvelle dynamique à votre recherche d emploi (lire page 15). Il est nécessaire de choisir les réseaux les plus pertinents en fonction de son secteur d activité et de sa zone de recherche. Quel que soit votre situation, conclut Sylvain Guéguen, «savoir présenter ses projets et en parler autour de soi, être gourmand des opportunités de rencontrer du monde sont sources de réussite». Pour plus d informations, consultez les brochures thématiques de Pôle emploi :

11 EnLiens numéro 6 - janvier GUIDE PRATIQUE GROUPE DCNS : LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR ALIMENTER UN VIVIER DE COMPÉTENCES «Sur le site de Brest, 170 postes sont ouverts au recrutement sur l année, explique François-Xavier Flichy, responsable développement du potentiel humain au sein de DCNS Brest. Pour maintenir un vivier de compétences disponibles, le groupe DCNS a intégré les réseaux sociaux dans sa politique de recrutement à la fois pour rechercher des candidats par le biais des CVthèques et de Viadeo et pour faire connaître les différents métiers du groupe auprès des jeunes ingénieurs et du grand public.» Après deux ans de présence sur Facebook, le groupe a gagné 30 places au classement Universum, le classement des employeurs idéaux pour les étudiants des grandes écoles françaises, passant ainsi de la 84 e place en 2010 au 54 e rang en «Les CADR ACTION 29 LE PARTAGE D EXPÉRIENCES POUR VALORISER LES COMPÉTENCES L association quimpéroise qui regroupe des cadres confirmés, des jeunes diplômés et des salariés en responsabilité compte aujourd hui 52 membres. Elle trouve son originalité dans le partage d expériences. «Toutes les actions de coaching d entretien ou de refonte de CV et de lettres de motivation sont menées par les adhérents pour les adhérents, expose Dominique Bihan Poudec, président de l association. Les compétences de chacun profitent à tous. Nous sommes un vecteur social essentiel pour permettre aux cadres et assimilés cadres de garder le moral pendant cette période de chômage dont la durée moyenne avoisine les 427 jours* sur le bassin de Quimper.» réseaux sociaux sont un moyen d accroître efficacement sa visibilité et sa notoriété auprès du public.» Plus d informations sur le site et les deux pages facebook du groupe : et En soulignant les savoir-faire, en favorisant l écoute, les adhérents reprennent confiance en eux et sont plus opérationnels dans leur recherche d emploi. «Nous organisons des ateliers avec des experts sur des thèmes variés : l importance des réseaux sociaux, le portage salarial, l état des lieux du marché de l emploi sur la Bretagne et le bassin quimpérois par exemple Nous proposons également des ateliers pratiques de jobdating ou de théâtre pour gagner en assurance.» * selon les chiffres à fin juillet 2012 du Service Statistiques, études, évaluations de Pôle Emploi.Plus d informations sur - Tél : MISSION LOCALE LE PARRAINAGE POUR ACCOMPAGNER LES JEUNES À la Mission locale, un accompagnement personnalisé est dispensé par un parrain, chef d entreprise en activité ou retraité. «Outre les conseils pratiques sur les techniques de recherche d emploi, le parrain apporte un autre regard sur le monde économique, souligne Hélène Bouthier, animatrice du réseau en Pays de Cornouaille. Son écoute et sa disponibilité aident le jeune à reprendre confiance en lui, à construire son projet professionnel en fonction des attentes du marché du travail.» Daniel Sommer fait partie de la trentaine de parrains présents sur la Cornouaille. Retraité depuis peu, il suit deux jeunes qui ont déjà résolus les problèmes périphériques logement, déplacement avant de se lancer dans une démarche active de recherche d emploi. «Nous sommes là pour transmettre notre expérience et casser les fausses représentations du monde de l entreprise, explique-t-il. Nous leur apportons nos compétences et notre carnet d'adresses si besoin.» Camille bénéficie de ce dispositif. «Nous sommes souvent seuls face à notre recherche d emploi. Mon parrain m accompagne pour mettre en valeur mes compétences et les présenter positivement lors des entretiens», précise-t-elle. Plus d information sur le parrainage - Tél :

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

INGRÉDIENTS LAITIERS SECS Un investissement exceptionnel de 80 millions d euros

INGRÉDIENTS LAITIERS SECS Un investissement exceptionnel de 80 millions d euros Dossier de presse 20 mai 2014 INGRÉDIENTS LAITIERS SECS Un investissement exceptionnel de 80 millions d euros Contact presse : Agence conseil Diatomée diatomée@diatomee.fr T. 01 42 36 13 13 Communiqué

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

Les formations agroalimentaires dans la Loire

Les formations agroalimentaires dans la Loire Les formations agroalimentaires dans la Loire INFOS PRATIQUES FORMATIONS CENTRES DE FORMATION petit mémorendum des métiers d avenir édition 2010 production, fabrication, conditionnement, maintenance, vente,

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Entreprendre Autrement

Entreprendre Autrement Intention de communication de Réseau Entreprendre Sur la duplication d entreprises sociales Mise à jour le 08/07/07 Présentée par Philippe Garcin, délégué régional au programme Entreprendre Autrement Réseau

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Dossier de Presse. Vous êtes unique, votre recherche d emploi aussi

Dossier de Presse. Vous êtes unique, votre recherche d emploi aussi Dossier de Presse Vous êtes unique, votre recherche d emploi aussi Jobijoba, leader français de la recherche d emploi sur Internet Jobijoba est un site leader de la recherche d emploi sur internet en France

Plus en détail

LE REVOLUTIONNAIRE DU RECRUTEMENT

LE REVOLUTIONNAIRE DU RECRUTEMENT DOSSIER DE PRESSE LE REVOLUTIONNAIRE DU RECRUTEMENT présente un site «prêt à l embauche». Contact RP : Agence MELODIK Mme Elodie Laloum Mob : 06 61 41 13 05 Email : elodie.laloum@melodik.fr 1 SOMMAIRE

Plus en détail

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE ETUDE ET PROPOSITIONS SEPTEMBRE 2010 SOUS LA PRESIDENCE DE : Bruno BERTHIER, Président du CCC COMITE DE PILOTAGE : Bernard BELLER, GAM BNP Paribas Bruno BERTRAND,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009

Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Groupements d employeurs, compétences en temps partagé, portage salarial : Une forme d emploi novatrice? Club RH 1 octobre 2009 Le portage salarial Isabelle DEJEAN, AGC Groupe PROMAN - Besançon Qui est

Plus en détail

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres www.fayat.com/carrieres 137 rue du Palais-Galien - BP 90028-33029 Bordeaux Cedex - France Tél. : +33 (0)5 56 00 21 00 - Fax : +33 (0)5 56 51 60 47 Crédits photos : Bruno Levy REA ; Dominique Feintrenie

Plus en détail

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention?

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? Intervenants : Santé sécurité au travail Fabrice BESNOUX, adjoint au directeur industriel Laurent HARDOUIN, membre du CHSCT PRIMEL Gastronomie

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

Regards croisés actifs / recruteurs : la place des réseaux sociaux professionnels sur le marché de l emploi

Regards croisés actifs / recruteurs : la place des réseaux sociaux professionnels sur le marché de l emploi Regards croisés actifs / recruteurs : la place des réseaux sociaux professionnels sur le marché de l emploi étude réalisée par l institut Harris Interactive entre le 24 septembre et le 11 octobre 2013

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise

Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise Les solutions pour amorcer et héberger son entreprise Animé par: Malo BOUESSEL DU BOURG - PRODUIT EN BRETAGNE Christine LEGAUD - CCI RENNES Annie LAUNAY - AD MISSIONS Différentes solutions pour accueillir

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE NEFAB FRANCE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE NEFAB FRANCE COMMUNIQUÉ DE PRESSE NEFAB FRANCE SALON DE L EMBALLAGE 2010 STAND 6H 075 Leader mondial dans la fourniture de Solutions complètes d Emballage pour l Industrie UNE QUALITé ET DES PERFORmANCES CERTIFIéES

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE

START UP. Challenge DOSSIER PARTENAIRE START UP Challenge DOSSIER PARTENAIRE Sommaire MBway Start Up Challenge L édition 2015 en chiffres Devenir partenaire Vos contacts MBway Eduservices Fiche Partenaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 9 PAGE 11

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

du 11 mars au 17 avril EURATECHNOLOGIES HAUTE BORNE PLAINE IMAGES EURASANTÉ MAISONS DE L EMPLOI PÔLE EMPLOI ENTREPRISES ET CITES

du 11 mars au 17 avril EURATECHNOLOGIES HAUTE BORNE PLAINE IMAGES EURASANTÉ MAISONS DE L EMPLOI PÔLE EMPLOI ENTREPRISES ET CITES Les rencontres emploi du numérique métropole 2014 du 11 mars au 17 avril 2014 EURATECHNOLOGIES HAUTE BORNE PLAINE IMAGES EURASANTÉ MAISONS DE L EMPLOI PÔLE EMPLOI ENTREPRISES ET CITES JOBS DATING VISITES

Plus en détail

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS

Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Dossier de presse LE GROUPE STALAVEN À LA CONQUÊTE DE PLUSIEURS LEADERSHIPS Sommaire PRÉSENTATION DE STALAVEN p. 1. Sa production, ses marchés. Chiffre d affaires 2009. Les effectifs. Des investissements

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Volontariat International en Entreprise

Volontariat International en Entreprise DOSSIER DE PRESSE Volontariat International en Entreprise Contact presse : Clément Moulet, clement.moulet@ubifrance.fr tél. : 01 40 73 35 31 Communication V.I.E : Didier Cros, didier.cros@ubifrance.fr

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Prestation proposée : Au cours d une séance individuelle de 2h00 :

Prestation proposée : Au cours d une séance individuelle de 2h00 : AVEC LE LOGICIEL «TRANSFERENCE» IDENTIFIER VOS COMPETENCES TRANSFERABLES Pour mieux vous connaître, découvrir les métiers, évoluer ou envisager une reconversion professionnelle Prestation proposée : Au

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 :

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET http://ecole-superieure-du-numerique.fr http://dix-rambouillet.fr 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : 3 formations de Bac+1 à Bac+3 aux métiers du

Plus en détail

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 2 édition ème par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 SOMMAIRE Méthodologie et profil des répondants 3 Les moyens pour recruter et trouver un emploi 5 Les profils recherchés sur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment

Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre - Rennes - Le Liberté Portage salarial, couveuse, incubateur : entreprendre différemment Animé par : Anne-Marie DURAND Ad missions Laurent

Plus en détail

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème )

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) Programme : 18 h 30 : Accueil des diplômés 18 h 45 : Début des entretiens A l issue de vos entretiens, vous êtes conviés au cocktail

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014

MASTERCLASS PI. CNCPI Vendredi 28 mars 2014 MASTERCLASS PI CNCPI Vendredi 28 mars 2014 Les services de l INPI De l information à la sensibilisation 2013 L information 155 000 appels 73 000 mails 34 000 Rendez-vous La formation : 352 sensibilisations

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible DOSSIER DE PRESSE saintronic SOMMAIRE Saintronic, la mobilité verte 1 2 3 4 5 LES NOUVELLES BORNES SAINTRONIC, INTELLIGENTES ET CONNECTÉES ELECTROMOBILISONS-NOUS! SAINTRONIC, 40 ANS DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Accompagnement et aides Panorama des solutions pour lancer son activité : portage salarial, Co-working, incubateurs, pépinières d entreprises, : quelle solution retenir? - Madame Christine LEGAUD - RESEAU

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

SOMMAIRE DOMAINE ECONOMIE - GESTION

SOMMAIRE DOMAINE ECONOMIE - GESTION SOMMAIRE DOMAINE ECONOMIE - GESTION Mention Assurance, Banque, Finance Spécialité Chargé de la clientèle bancassurance... 1 Spécialité Valorisation des actifs financiers : Métiers du back-office... 12

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards. Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011

L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards. Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011 L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011 Déroulement de la présentation Etat des lieux du marché des Job boards et Médias Sociaux Les

Plus en détail

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle?

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012 Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? Martine Azuelos, responsable du Master Langues et Affaires Economiques

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BOITIER PHARMA La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi

BTS Assurance. Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter. diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification insertion emploi NOVEMBRE 2007 BTS Assurance Diplôme Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter INFOS UTILISATEURS diplôme qualification

Plus en détail

EISENMANN. Logistique des boissons

EISENMANN. Logistique des boissons EISENMANN Logistique des boissons Voici l univers d EISENMANN EISENMANN est l un des fournisseurs leaders mondiaux de systèmes dans les domaines des techniques de traitement des surfaces, de l automatisation

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales

Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales 1 TOURISME - 66 Propositions et axes de travail pour le développement touristique dans le département des Pyrénées orientales Marie Thérèse Costa Fesenbeck Bernard Reyes Carole Pelou 2 Introduction Après

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation

Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation Février 2009 Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation INFOREM, Observatoire Emploi Formation Sommaire I. Portrait du secteur... p. 3 1.1. Cinq filières

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Dossier de presse. La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR. Contact presse. Service.presse@edf-en.com

Dossier de presse. La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR. Contact presse. Service.presse@edf-en.com Dossier de presse La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR Contact presse Service.presse@edf-en.com Manon de Cassini-Hérail Manon.decassini-herail@edf-en.com Tel. : 01 40 90 48 22 / Port.

Plus en détail

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise»

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» 1 Contexte - Objectif 1.1 Le développement des pratiques collaboratives dans les entreprises, un levier de compétitivité, Les outils web d

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail