S. aureus : champ de la question

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S. aureus : champ de la question"

Transcription

1 S. aureus : champ de la question SASM et SARM SASM : 25% porteurs à l admission 50% des infectés SARM : 5% porteurs à l admission 50% des infectés Le dépistage, pour quoi faire? P. contact Mesures spécifiques (antibioprophylaxie chirurgicale) Décontamination du portage Quel bénéfice? Individuel : éviter l infection chez le porteur Collectif : réduire le réservoir et limiter la transmission On ne peut pas découpler dépistage et décontamination

2 Le champ de la question SASM SARM Bénéfice individuel Bénéfice collectif

3 Le champ de la question Bénéfice individuel Bénéfice collectif SASM Démontré (Pts à haut risque : Chir. card, ) SARM

4 Le champ de la question Bénéfice individuel Bénéfice collectif SASM Démontré (Pts à haut risque : Chir. card, ) Non SARM

5 Décontamination du portage de SARM Prévention des infections en réanimation P1 : avec P2 : sans P (n= 912) (n= 987) DMS IGS2 moyen Décès (%) SARM» Portage » Inf. importée » Inf acquise endogène » Inf. exogène Sur les 12 infections endogènes, le délai entre dépistage positif et infection était suffisant pour débuter la mupirocine dans 7 cas (dépistage rapide : 9 ou 10 cas?) Muller A et al, Crit Care 2005

6 SARM et ISO Fracture du col fémoral Étude rétrospective (22 centres français, 541 patients) Taux d ISO : 5.6% (68% profondes avec reprise) SARM : 32% (7/22), 20% et 30% dans deux études en Gde Bretagne P. aeruginosa : 23% (5/22) SCN : 3 SASM : 1 Antibioprophylaxie : Céphalosporine dans 86% tous les patients infectés ont reçu une C1G ou C2G Merrer J et al, ICHE 2007

7 Le champ de la question Bénéfice individuel Bénéfice collectif SASM Dep + Decont. Démontré (Pts à haut risque : Chir. card, ) Non SARM Dep + Decont. Probable (Pts à haut risque : Chir., +/- PAVM, KTLD, )

8

9 Admission MRSA Screening in the ICU Yield of admission screening Setting Prevalence (MRSA identified through screening only) Lucet (Arch Intern Med 2003) 14 ICUs, 6 m. 6.9% (54%) Harbarth (Crit Care 2006) 2 ICUs, 2 y. 6.7% (77%) Huang (J Infect Dis 2007) 12 ICU, 1 y. 11.9% (33%) Warren (Crit Care Med 2007) 1 SICU, 19 m. 9.7% (58%) Robicsek (Ann Intern Med, 2008) ICUs from 3 hosp. 8.3%

10 SARM à l admission en réanimation Prévalence et facteurs de risque : dépistage ciblé? Réanimation CS hors réanimation 14 services, Admission 6 mois, 2475 En admis cours : de séjour - Prévalence : 6.9% (IC95% : %) - Identification du SARM grâce au seul dépistage : 88 (54.3%) - Sensibilité du dépistage : Nez + Prélèvts cliniques (87%) Réadmission - Facteurs de risque de portage : - Transfert : age > 60 ans, hospitalisation > 21 jours - Admission directe : age > 60 ans, antécédents d hospitalisation ou de chirurgie, présence de lésions cutanées - L utilisation d un score de risque pour un dépistage ciblé n a pas une sensibilité suffisante : le dépistage universel est la stratégie adaptée

11 MRSA Screening at Hospital Admission Geneva University hospitals, 7 months All admitted patients screened within 24 h. after admission Prevalence of MRSA: 3.3% (399/12,072 admissions): Emergency Department: 2.8% Internal medicine: 2.9% Surgery: 3.2% Sub-acute care, rehabilitation units: 5.7% Chronic care wards: 12.8% Yield of admission screening: MRSA identified by admission screening only: 51.1% Harbarth S et al, Am J Med 2006

12 Acquisition de SARM Le porteur est-il aussi disséminateur que l infecté? Un an, 115 Pts : 57 dépistés, 58 colonisés/infectés Clin+ : plus dépendants, plus de plaies et de dispositifs Contamination : 58 clin+ 57 porteurs P Peau et environnement (%) Peau (%) 66 63» Densité (CFU par site) 15 6 NS Environnement (%) 60 63» Densité (CFU par site) 5 6 Acquisition (mains/gants) (%) 45 38» Densité (CFU par site) 3 2 Chang S et al, Clin Infect Dis, 2009

13 Dépister hors réanimation? Two recent publications with conflicting results No screening (12 m.) Rapid screening (PCR), only in ICU (12 m.) P< Rapid screening (PCR), All admitted patients (18 m., 72,000 patients) Robicsek A, Ann Intern Med 2008, 148:

14 Dépister le SARM en chirurgie? Méthodes 8 services de chirurgie, CHU de Genève Deux périodes de 9 mois, cross-over. Intervention : Dépistage rapide des entrants (nez-périnée, 6 j./sem.) qpcr (réponse médiane en 22 h.) Signalisation, P contact Adaptation de l antibioprophylaxie Décontamination (mupirocine + CHX) pour tous les porteurs, si possible avant chirurgie, Harbarth S, JAMA 2008, 299: 1149

15 Dépister le SARM en chirurgie? Résultats 22,000 patients, screening for MRSA at admission MRSA carriers : contact Prec. + surgical prophylaxis + decolonization Rapid MRSA testing (9 m.) Control (9 m.) 5 Surgical specialties Control (9 m.) Rapid MRSA testing (9 m.) 3 Surgical specialties Harbarth S, JAMA 2008, 299: 1149

16 Dépistage et P. contact (sans DKT) 8 ICUs, 9 years (01/96-12/04), MRSA bacteremia Expected.. Observed Huang SS et al., Clin Infect Dis, 2006

17 MRSA Trends in French ICUs Incidence of MRSA (imported + acquired), clinical isolates

18 Le champ de la question Bénéfice individuel Bénéfice collectif SASM Démontré (Pts à haut risque : Chir. card, ) Non SARM Probable (Pts à haut risque : Chir., +/- PAVM, KTLD, ) Dépistage : utile Décont : Incertain

19 Obtention du résultat du dépistage Le délais de réponse sont de plus en plus courts Dépistage PCR Milieux chromogènes Milieux avec AB Chapman 24 h. 48 h. 72 h.

20 Le dépistage rapide est-il rapide? Turnaround time of PCR-based rapid MRSA screening Tacconelli E et al, Lancet Infect Dis 2009

21 Dépistage rapide et décontamination Dépistage rapide vs culture classique Taux d acquisition de SARM Tacconelli E et al, Lancet Infect Dis 2009

22 Cost-effectiveness of screening 14 hospitals, the Netherlands, Cost of Rapid PCR tests: 56 and 69 euros Chromogenic agar: 2 euros Isolation day: 26 euros MRSA prevalence at admission: 3.3% Results: Se NPV Dur. of isolation Total cost Convent. culture h. Ref Chromog. agar 86% 99.5% 30 h euros PCR tests 85%/75% > 99% 20/16 h / euros Wassenberg MWM et al, Clin Microb Infect 2010

23 Patients Returning from Traveling Abroad Importation from countries with endemic situation Swedish travelers returning from outside Northern Europe Fecal samples before and after traveling Results: Acquisition: 24/100 All E. coli CTX-M (n= 24) and SHV (n= 3) or TEM (n= 11) Prevalence according to visited country:» India: 7/8 (88%)» Asia (except India): 10/31 (32%)» Middle east: 4/14 (29%)» Southern Europe: 2/16 (13%)» Africa, America: 1/34 (4%) Tangden T et al, Antimicrob Agents Chemother 2010

24 Attentions aux cas importés Stratégies de dépistage des patients rapatriés après hospitalisation

25 Stratégie de dépistage + Réa MCO SSR SLD - SARM EBLSE A. baumannii P. aeruginosa - Epid. récente Epid. installée En cours de séjour Faible incidence + Patients à risque individuel -

26 To screen or not to screen? Des certitudes vers l incertain Pour les BHR, le dépistage est impératif Il faut dépister S. aureus (MS ou MR) avant un geste à risque d infection, avec l objectif de prévention individuel (décontamination/antibioprophylaxie) Mais les «gestes à risque» restent à déterminer (cout vs efficacité) A visée collective, le dépistage n est utile que s il induit des actions préventives supplémentaires (P. contact >> décontamination)

27 To screen or not to screen? Des certitudes vers l incertain Il existe des données concordantes indiquant que le dépistage du SARM (et par extension des EBLSE) est utile en situation d épidémie récente ou installée Pour BLSE, le dépistage doit concerner des unités à risque de circulation de BLSE «épidémiogènes», et non cibler les patients «à risque» Mais le contrôle / endiguement des BLSE passera d abord par l amélioration des P. standard et le contrôle des antibiotiques (à la différence du SARM)

Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII

Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII Dépistage de S. aureus : qui, quand et comment? Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII Symposium BD, SFHH, juin 2010 Le champ de la question SASM

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation?

P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation? P. standard, P. complémentaires : quelles différences en réanimation? Jean-Christophe Lucet Unité d hygiène et de lutte contre l infection nosocomiale Hôpital Bichat-Claude Bernard Faculté Paris VII Denis

Plus en détail

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Enseignement Post-Universitaire La Salines-les-Bains - Jeudi 26 avril 2012 Didier LEPELLETIER Unité de Gestion du

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Utilité du dépistage des MRSA par PCR

Utilité du dépistage des MRSA par PCR Utilité du dépistage des MRSA par PCR Stephan Harbarth, MD, MS Infection Control Program University of Geneva Hospitals Agenda Epidémiologie Détection améliorée des porteurs inconnus Profile du patient

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Transmission croisée des EBLSE : des stratégies de contrôle différentes?

Transmission croisée des EBLSE : des stratégies de contrôle différentes? Transmission croisée des EBLSE : des stratégies de contrôle différentes? Jean-Christophe Lucet UHLIN Hôpital Bichat Cl Bernard, AP-HP Université Paris 7 Denis Diderot, SF2H, mai 2013 Incidence des espèces

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes

DU Anti-infectieux, 2009-2010. Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Faut-il dépister d les SARM? DU Anti-infectieux, 2009-2010 Dr JM Chapplain Service de Maladies Infectieuses Unité d Hygiène CHU Rennes Qui se pose la question? Le clinicien? Le bactériologiste? Le pharmacien?

Plus en détail

Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER

Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER Perspective d éradication du portage de S. aureus : pour qui, pourquoi, comment? «Prévention chez l opéré» Didier LEPELLETIER Déclarations publiques d intérêts De quelle bactérie parle-t-on? Variation

Plus en détail

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard SARM : relation portage infection Incidence en situation d épidémie installée

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté?

Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Quel risque infectieux lié aux soins en EHPAD et dans la communauté? Formation Prévention des infections associées aux soins Dr Emilie Poirier ARLIN Lorraine Le «Risque Patient» Susceptibilité à l infection

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe)

Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe) Gestion d une épidémie à bactérie hautement résistante (BHRe) Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides : expérience de terrain d une alerte épidémique au groupement hospitalier Edouard Herriot,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte

Mais aussi. Mais aussi. www.webbertraining.com. Contexte. Existant. Contexte Contexte Recommanda)ons françaises pour la préven)on de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux an)bio)ques émergentes» (BHRe), 2013 Preven&ng emergent and highly resistant bacteria

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste

Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste Dépistage des BMR : synthèse des recommandations SF2H de 2009 pour le microbiologiste Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie CHRU de Lille Faculté

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Pendant de nombreuses années, les mesures dites

Pendant de nombreuses années, les mesures dites PRÉVENIR Transmission croisée Pendant de nombreuses années, les mesures dites d isolement, ont été définies par le réservoir de l agent infectieux : isolement entérique, cutané, respiratoire Les Centers

Plus en détail

SYMPOSIUM Recommandations pour la maîtrise des MRSA, mise à jour 2011, surveillance et décontamination

SYMPOSIUM Recommandations pour la maîtrise des MRSA, mise à jour 2011, surveillance et décontamination SYMPOSIUM 15-12-2011 Recommandations pour la maîtrise des MRSA, mise à jour 2011, surveillance et décontamination Aanbevelingen voor de beheersing van MRS, update 2011, surveillance en decontaminatie Michèle

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON

La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON La colonisation par SARM : Un effet secondaire de l utilisation des antibiotiques. HB DRUGEON Colonisation naturelle 20 % colonisés permanents 1 souche principalement SASM Seulement 3.5 % SARM 60% de colonisés

Plus en détail

Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest

Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest Les signalements externes des infections nosocomiales au C.CLIN Ouest Hélène Sénéchal, C.CLIN Ouest 31 janvier 2012 1 Signalements par région Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Basse Normandie Total

Plus en détail

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège

Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Staphylocoques dorés résistant à la méticilline «SARM» Eric Firre Médecine interne/ hygiène hospitalière CHR Citadelle Liège Slide Bart Gordts Slide : Anne SIMON Slide : Marc STRUELENS Slide : Marc STRUELENS

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

Dépistage de Staphylococcus aureus en chirurgie et hémodialyse

Dépistage de Staphylococcus aureus en chirurgie et hémodialyse Dépistage de Staphylococcus aureus en chirurgie et hémodialyse Pr. Didier LEPELLETIER Unité de Gestion du Risque Infectieux, Service de Bactériologie-Hygiène Université de Nantes, EA 3826, Faculté de Médecine

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009).

Tout patient qui est admis dans une unité de soins à l hôpital. L instrument peut être utilisé dans tout hôpital général (Cichero et al. 2009). ROYAL BRISBANE AND WOMEN S HOSPITAL (RBWH) DYSPHAGIA SCREENING TOOL Instrument de Royal Brisbane and Women s Hospital (RBWH) Dysphagia Screening Tool mesure Abréviation RBWH Dysphagia Screening Tool Auteur

Plus en détail

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques

Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Surveillance de la Prescription des Antibiotiques Rémy Gauzit Yves Péan Jérôme Robert JP Bedos Emmanuelle Varon Jean Paul Stahl Alain Lepape Jean Pierre Bru Xavier Bertrand Serge Alfandari Au nom de tous

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie

Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination. Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Dépistage préopératoire indications, méthode, décontamination Docteur Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Question 1 En préopératoire, quels dépistages systématiques et quelles stratégies

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

Traitement prophylactique des levures en réanimation

Traitement prophylactique des levures en réanimation Traitement prophylactique des levures en réanimation Pr Hervé Dupont Pôle Anesthésie-Réanimation CHU d Amiens Sepsis sévère et choc septique Etude multicentrique européenne (n=1177) en réanimation 15,2%

Plus en détail

Prévention au bloc opératoire: décolonisation pré-opératoire

Prévention au bloc opératoire: décolonisation pré-opératoire Prévention au bloc opératoire: décolonisation pré-opératoire Stephan Harbarth Service PCI Un grand merci à Flaminia Olearo & Cathy Bandiera! Portage du Staphylococcus aureus Humans are the natural reservoir

Plus en détail

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand

La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle coût-efficace? Gabriel Birgand 1 Quelles questions se poser? 1. La stratégie de maîtrise des BHRe est-elle efficace? 2. Combien coûtent les colonisations/infections

Plus en détail

IMPACT DE L ATOPIE DANS L ASTHME DU NOURRISSON. J JUST Groupe Hospitalier Trousseau La Roche-Guyon. Université paris6 PARIS cedex 12

IMPACT DE L ATOPIE DANS L ASTHME DU NOURRISSON. J JUST Groupe Hospitalier Trousseau La Roche-Guyon. Université paris6 PARIS cedex 12 IMPACT DE L ATOPIE DANS L ASTHME DU NOURRISSON J JUST Groupe Hospitalier Trousseau La Roche-Guyon. Université paris6 PARIS cedex 12 SA3P Pomtault Combault juin 2007 Plan Poids de l allergie : Marche atopique

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Dépistage rapide et combiné SASM/SARM de 2006 à 2010

Dépistage rapide et combiné SASM/SARM de 2006 à 2010 Application pratique sur la prévention du risque infectieux : Dépistage rapide et combiné SASM/SARM de 2006 à 2010 Guillaume RICHALET Bactériologie Infectiologie Clinique des Cèdres Grenoble 1998 : Certification

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire

Nouveaux indicateurs. La Direction. La médecine du travail. Le laboratoire Nouveaux indicateurs Règles de remplissage/contrôle/preuves inconnus: En 2012, on devra saisir 2011 Eléments «nouveaux» (officieux et pas définitifs) Il faut idéalement d ici le 31 décembre pour: La Direction

Plus en détail

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand

Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Réseau ATB ; Que faire en cas de surconsommation? Olivier Baud ARlin Auvergne CAI CHU de Clermont-Ferrand Doses Définies Journalières (DDJ) ou Defined Daily Doses (DDD) Établi par l OMS :http://www.whocc.no/atcddd/

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Charles FOURNIER, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY, Nicolas PENEL, Yann MALLET XXII

Plus en détail

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation DYNAPYO PHRC 2008 Promoteur : CHU de Bordeaux Camille LEROYER Service d Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux 9 juin 2011

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Introduction, définition, mécanismes Optionnel Mars 2014 Pr Anne-Marie Rogues Définition Mme Y, 32 ans Accouchement par voie basse, à terme Thrombophlébite du bras gauche

Plus en détail

Bactéries multirésistantes et voyages

Bactéries multirésistantes et voyages CEMI - Institut Pasteur- 4 avril 2014 Bactéries multirésistantes et voyages Pr Audrey Mérens Laboratoire de Biologie et Equipe d Hygiène Hospitalière Pr Christophe Rapp Service de maladies infectieuses

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

17/11/2012. Place des comportements dans l approche multimodale. Approche multimodale * Publication princeps

17/11/2012. Place des comportements dans l approche multimodale. Approche multimodale * Publication princeps Place des comportements dans l approche multimodale Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Approche multimodale * Groupe de mesures d efficacité scientifiquement prouvée visant à améliorer

Plus en détail

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants.

Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation Médecins. Conférence d actualisation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Prise en charge des patients porteurs de germes résistants. A. LEPAPE PAM Urgence

Plus en détail

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins

Propias 2015. Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Propias 2015 Programme national d actions de prévention des infections associées aux soins Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie

Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie Epidémiologie des entérobactéries productrices de β-lactamase à spectre étendu en Haute Normandie L. Guet, S. Boyer Réunion Régionale des CLIN et équipes d hygiène de Haute Normandie Les β-lactamases à

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Mesures prises. Evolution. Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP

Mesures prises. Evolution. Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP Prise en charge d un patient venant de Grèce colonisé par 5 BMR Prise en charge des klebsielles toto-résistantes dans les hôpitaux de l AP-HP Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène Direction de

Plus en détail

dès l initiation de l antibiothérapie?

dès l initiation de l antibiothérapie? V ème Journée Antibio-Résistance & Infections Paris Jeudi 3 décembre 2015 Optimiser l antibiotic stewardship: dès l initiation de l antibiothérapie? François Barbier Réanimation Médicale - Centre Hospitalier

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers

Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers Epidémie d entérobactéries productrices de carbapénémases au CHU d Angers Journées inter réseaux Poitou-Charentes Dr Clément LEGEAY CHU d Angers Université d Angers Unité de Prévention et de Lutte contre

Plus en détail

Contexte de la MAJ. Méthode et calendrier (1) Pour le SARM. Pour le SASM

Contexte de la MAJ. Méthode et calendrier (1) Pour le SARM. Pour le SASM Contexte de la MAJ Mise à jour de la conférence de consensus «Gestion pré-opératoire du risque infectieux», 2004 Dr Philippe SALIOU (Brest)- Dr Annick LEFEBVRE (Dijon)-Dr Serge AHO (Dijon) Prise en compte

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé

Note informative. Table des matières SOMMAIRE. Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé VERSION PRÉLIMINAIRE Note informative Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé Évaluation du rapport coûts/bénéfices de la prévention et du contrôle des infections nosocomiales

Plus en détail

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen CUEN Juin 2013 Infection du liquide de dialyse péritonéale 1 Causes de sortie de la dialyse péritonéale Les complications infectieuses

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Antibiothérapie en EHPAD

Antibiothérapie en EHPAD OMEDIT IF Plan Antibiothérapie en EHPAD Problématique du bon usage des antibiotiques Présentation du groupe de travail régional Sylvain Diamantis Infectiologue, Melun 9/02/2012 Propositions de recommandations

Plus en détail

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007 COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE REANIMATION Alexandra GENESTIER- Juin 2007 PLAN A- Introduction B- Historique C- Règles d hygiène D- Public visé=

Plus en détail

Détection rapide des SARM

Détection rapide des SARM Détection rapide des SARM Frédéric LAURENT Centre National de Référence des Staphylocoques Hôpital de la Croix Rousse Hospices Civils de Lyon INSERM 851 Equipe "Pathogénie des Staphylocoque " Becton Dickinson

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail