Présentation de quelques modèles biologiques faisant intervenir des équations de réaction-diffusion.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de quelques modèles biologiques faisant intervenir des équations de réaction-diffusion."

Transcription

1 Présentation de quelques modèles biologiques faisant intervenir des équations de réaction-diffusion. 4 novembre 2003 Page 1 de 33

2 1. Introduction 1.1. Réaction-diffusion : C est une modélisation très simple pour spatialiser une réaction chimique : on suppose qu il n y a ni convection ni advection. c (D c) = R(c) Page 2 de 33 1 Ondes spirales dans la réaction de Belousov-Zhabotinskii. C est le point de départ à de nombreux modèles en biologie (pattern formation, tumour angiogenesis...). 1 S. C. Müller, T. Plesser and B. Hess, The structure of the core of the spiral wave propagation in the Belousov-Zhabotinskii reaction, Science 230 (1985),

3 1.2. Organisation au niveau cellulaire : Modélisation de l interaction molécule/cellule. Chimiotactisme = mouvement d un organisme cellulaire (bactérie, amibe, fibroblaste, macrophage,...) en réponse à un gradient chimique. n + (nχ(n, c) c d c) = f(n, c) On peut bien sur tenir compte en retour de l influence de n sur l évolution de c : R(c, n). Page 3 de 33

4 2. Instabilité de Turing 2.1. Le modéle activation/inhibition de Gierer et Meihnardt 2 u v = ρ 0 ρ(x) + cρ(x) up v µu + D 2 u q u x 2, = c ρ(x) ur v λv + D 2 v s v x 2, 0 < p 1 q < r s + 1 flux degragation + u activator Page 4 de degradation v inhibitor 2 A. Gierer and H. Meinhardt, A theory of biological pattern formation, Kybernetik 12 (1972),

5 2.2. L idée de Turing (1952) 3 On a souvent à l idée que le phénomène de diffusion qui apparait dans l équation de la chaleur a un effet homogénéisant. Sous certaines conditions, l équilibre stable (homogène) du système c = R(c) devient instable si l on rajoute un terme de diffusion c D c = R(c) t= Page 5 de 33 activator u t= Instabilité de Turing. 3 A. M. Turing, The chemical basis of morphogenesis, Phil. Trans. R. Soc. London B 237 (1952), P. K. Maini, K. J. Painter, H. N. P. Chau, Spatial pattern formation in chemical and biological systems, J. Chem. Soc., Faraday Trans. 93 (1997), x

6 Page 6 de 33

7 2.3. Mise en évidence expérimentale (1990) 4 En 2D : on a essentiellement deux motifs simples : des bandes ou des spots. La sélection de l un ou de l autre provient de la présence ou non de termes quadratiques dans la réaction. a a B. Ermentrout, Stripes or spots? Nonlinear effects in bifurcation of reaction-diffusion equations on the square, Proc. R. Soc. Lond. A 434 (1991), Page 7 de 33 Motifs observées dans la réaction CIMA : première mise en évidence d une instabilité de Turing dans un système chimique. a G. H. Gunaratne, Q. Ouyang and H. L. Swinney, Pattern formation in the presence of symmetries, Phys. Rev. E 50 (1994), a 4 V. Castets, E. Dulos, J. Boissonade and P. De Kepper, Experimental evidence of a sustained Turing-type equilibrium chemical pattern, Phys. Rev. Lett. 64 (1990), P. De Kepper, V. Castets, E. Dulos and J. Boissonade, Turing-type chemical patterns in the chlorite-iodide-malonic acid reaction, Physica D 49 (1991),

8 2.4. Point de départ à des modèles de pattern formation Dans son article, A. Turing fait l hypothèse abstraite des morphogènes : la différentiation cellulaire est contrôlée par la concentration de certaines molécules. On peut tenter le même genre d hypothèse en supposant que certaines espèces chimiques agissent simplement sur le mouvement cellulaire (chimiotactisme). On s intéresse au modèle à deux espèces chimiques u et v et une espèce cellulaire n 5 u = (D u u) + f(u, v), v = (D v v) + g(u, v), n = (d n n nχ 1 (u, v) u nχ 2 (u, v) v). Afin de déterminer des expressions pour χ en fonction d hypothèses biologiques, on peut utiliser la théorie des reinforced random walks 6. Page 8 de 33 5 K. J. Painter, P. K. Maini and H. G. Othmer, Development and applications of a model for cellular response to multiple chemotactic cues, J. Math. Biol. 41 (2000), H. G. Othmer and A. Stevens, Aggregation, blow up, and collapse : the ABC s of taxis in reinforced random walks, SIAM J. Appl. Math. 57 (1997),

9 On considère une marche aléatoire sur Z, dont les transitions de probabilités dépendent des concentrations de k molécules u = (u 1,..., u k ) : p n = T + n 1 (U)p n 1 + T n+1 (U)p n+1 ( T n (U) + T + n (U) ) p n Voici deux hypothèses possibles pour les probabilités de transition T : Modèle local : la probabilité du saut ne dépend que des concentrations au point considéré : T + = T = T et p n = T (u n 1)p n 1 + T (u n+1 )p n+1 2T (u n )p n [ ] p = D 2 x2(t (u)p) = D T (u) p k x x pχ i (u) ui x Modèle de gradient : la probabilité du saut dépend de la différence de concentrations, par exemple entre sites voisins : i=1 T + n 1 = α + β(τ(u n) τ(u n 1 )) T n+1 = α + β(τ(u n) τ(u n+1 )) Page 9 de 33

10 On peut choisir pour T de modéliser simplement une interaction récepteur/ligand avec saturation : pour le modèle local : R 0 u T = T 0 + T 1 K + u Ce qui donne pour le modèle gradient : ce qui donne : χ = D T 1R 0 K (K + u) 2 τ = R 0u K + u χ = 2D R 0Kβ (K + u) 2 Page 10 de 33

11 Selon les expressions choisies pour χ, on peut générer une grande classe de motifs complexes. Page 11 de 33 Motifs obtenus avec une réponse chimiotactique issue d une combinaison d interactions récepteurs/ligands de la forme : R 1 u T = T 0 + T 1 K + u T R 2 u 2 K + u + T R 3 v 3 K + v T R 4 v 4 K + v On a supposé une concentration pré-établie des molécules u et v.

12 Simulations numériques du modèle complet : comparaison avec le jaguar et le poisson-lion. Page 12 de 33

13 2.5. Domaine croissant Réécriture des équations en dimension un On utilise le théorème de transport de Reynold : c + (ac) = D 2 c + R(c), où a est le flot engendré par la croissance du domaine. On a donc affaire à deux termes supplémentaires : a c : un terme d advection du à la croissance locale, ( a)c : un terme de dilution dû à l augmentation locale de volume. Page 13 de 33 7 E. J. Crampin, E. A. Gaffney and P.K. Maini, Reaction and diffusion on growing domains : scenarios for robust pattern formation, Bull. Math. Biol. 61 (1999), E. J. Crampin, W. W. Hackborn and P. K. Maini, Pattern formation in reaction-diffusion models with nonuniform domain growth, Bull. Math. Biol. 64 (2002),

14 Croissance uniforme (isotropique) Description lagrangienne du domaine : on pose x = Γ(X, t) la trajectoire issue de X au temps 0. Alors a(x, t) = Γ (X, t) La croissance est uniforme lorsque Γ(X, t) = Xr(t). On se ramène alors à un domaine de taille fixe grâce au changement de variable ξ = x L(t) : avec γ(t) L(t) 2. c = 1 γ(t) D 2 c ξ + R(c) ṙ 2 r c Page 14 de 33

15 Croissance exponentielle : r(t) = exp(ρt) C est le cas de la prolifération cellulaire sans contrainte. Si l on suppose que l échelle de temps de la réaction est plus rapide que l expansion du milieu le phénomène d instabilité de Turing est rapide devant la vitesse d expansion on constate que le nombre de pics tend à doubler lorsque la taille du domaine double. De deux manières différentes selon la cinétique de la réaction : insertion de nouveaux pics, ou divisions des pics existants. Page 15 de 33

16 Croissance logistique : dr dt = ρr(1 r K ) C est essentiellement le même phénomène ; on a sous certaines conditions une transition robuste entre différents modes. Page 16 de 33

17 Croissance apicale, sur le bord : La croissance est localisée dans une étroite bande au voisinage de la frontière : [L(t) δ; L(t)]. Dans le cas limite δ 0, c est un problème de frontière en mouvement, avec a = 0 : c = 1 γ(t) D 2 c ξ + ξ L 2 L c ξ + R(c) Dans le cas d une croissance linéaire L(t) = 1 + ρt, des pics apparaissent successivement dans le sillage de la frontière. Page 17 de 33

18 Applications Les premières dents de l alligator 8. L ordre d apparition dans la lignée de dents est Un modèle relativement simple permet d expliquer cette séquence. La peau de Pomacanthus semicirculatus 9 Durant le développement de ce poisson, des bandes apparaissent par insertion. Un modèle de réaction-diffusion couplé à du chimiotactisme rend compte de cela, y compris le fait que les nouvelles bandes soient d amplitude plus faible. Page 18 de 33 8 P. M. Kulesa, G. C. Cruywagen, S. R. Lubkin, P. K. Maini, J. Sneyd, M. W. J. Ferguson and J. D. Murray, On a model mechanism for the spatial patterning of teeth primordia in the Alligator, J. Theor. Biol. 180 (1996), S. Kondo and R. Asai, A reaction-diffusion wave on the skin of the marine angelfish Pomacanthus, Nature 376 (1995), K. J. Painter, P. K. Maini and H. G. Othmer, Stripe formation in juvenile Pomacanthus explained by a generalized Turing mechanism with chemotaxis, Proc. Natl. Acad. Sci. 96 (1999),

19 Page 19 de 33 Développement des bandes sur la peau de Pomacanthus, et le résultat de la simulation correspondant à un domaine croissant.

20 Frequency-doubling 10 Si l on néglige le terme de dilution cṙ (croissance lente), alors on peut donner un r premier argument assez simple pour le nombre de pics doublant avec la taille du domaine. γ(t) est croissante, donc on peut réécrire l équation en remplaçant t par γ : avec dγ dt = h(γ). h(γ) c γ = 1 γ D 2 c x 2 + R(c) On considère alors l application tente de [0, 1] dans lui même : { 2x 0 x 1 p 2 (x) = 2 1 2(1 x) 2 x 1 Page 20 de E. J. Crampin, E. A. Gaffney and P.K. Maini, Reaction and diffusion on growing domains : scenarios for robust pattern formation, Bull. Math. Biol. 61 (1999), E. J. Crampin, E. A. Gaffney and P. K. Maini, Mode-doubling and tripling in reaction-diffusion patterns on growing domains : a piecewise linear model, J. Math. Biol. 44 (2002),

21 A partir d une solution c(x, γ), on fabrique un nouveau candidat : q 2 (x, γ) = c(p 2 (x), γ) qui est solution de : h(γ) q 2 = 1 q 2 4γ D 2 x + R(q 2) 2 Or c(x, 4γ) vérifie lui-même 1 4 h(4γ) c = 1 4γ D 2 c x 2 + R(c) Si h(4γ) = 4h(γ) (croissance exponentielle), alors q 2 (x, γ) vérifie la même équation d évolution que c(x, 4γ). Page 21 de 33

22 Organisation cellulaire Le cas de l amibe Dictyostelium discoideum C est un organisme unicellulaire. Durant son cycle de vie, D. discoideum prolife re individuellement tant que la nourriture est abondante. Lorsque les ressources deviennent limitantes, les amibes s organisent en un corps multicellulaire, notamment gra ce a la propagation dans le milieu d un signal chimique : la mole cule d AMPc. JJ II J I Page 22 de 33 A la fin du cycle, une fois la phase de diffe rentiation cellulaire acheve e, le corps ainsi forme culmine, et les amibes qui sont dans la partie supe rieure peuvent e tre disperse es par le vent. Plein e cran Les premie res e tapes du de veloppement de D. discoideum : spirales d AMPc, aggre gation et branchement ( streaming).

23 La signalisation 11 Lorsque le manque de nourriture se fait sentir, des ondes d AMPc se propagent en spirale dans le milieu. L apparition de ces spirales n est pas encore complètement comprise, mais est en partie expliquée par un changement de certains paramètres du système qui passe d un équilibre stable à un état excitable. Si l on suppose la densité d amibes constante, on peut modéliser l évolution de la concentration u d AMPc : u = σ [(bv + v 2 ) a + ] u2 1 + u du + 2 u, 2 v = k + uv + k (1 v). avec v la fraction de récepteurs actifs à la surface de la cellule. Page 23 de J. Lauzeral, J. Halloy and A. Goldbeter, Desynchronization of cells on the developmental path triggers the formation of spiral waves of camp during Dictyostelium aggregation, Proc. Natl. Acad. Sci. 94 (1997),

24 v Intuition d un système excitable : après d une perturbation au-delà d un certain seuil, l équilibre est atteint, mais seulement après une excursion. u t= Définition d un milieu excitable : à partir d une perturbation, au delà d un certain seuil, une onde se propage dans le milieu sans atténuation. Page 24 de 33

25 La réponse chimiotactique 12 n ( ) + µ(n) n + χn u = 0 La densité d amibes influence la production et la dégradation d AMPc : u [ ] = σ φ(n)f + (u, v) ψ(n)f (u) + u L expression de χ : si on fait l hypothèse χ = χ 0 = constante, alors au passage du pic d AMPc, les amibes se déplaceraient de part et d autre de ce pic, vers son centre : c est le chemotactic wave paradox 13. On résoud ce problème en introduisant la mémoire du pic dans le modèle. Il suffit de faire dépendre χ = χ(v) = χ 0 A m + v m En effet, durant la phase de resensibilisation des récepteurs, v contient la mémoire à court terme du pic. v m Page 25 de T. Höfer, J. A. Sherratt and P. K. Maini, Dictyostelium discoideum : cellular self-organization in an excitable biological medium, Proc. Roy. Soc. Lond. B 259 (1995), T. Höfer and P. K. Maini, Streaming instability of slime mold amobae : an analytical model, Phys. Rev. E 56, T. Höfer, P. K. Maini, J. A. Sherratt, M. A. J. Chaplain, P. Chauvet, D. Metevier, P. C. Montes and J. D. Murray, A resolution of the chemotactic wave paradox, Appl. Math. Lett. 7 (1994), 1-5.

26 Résultats Page 26 de 33 Simulation du système précédent avec des conditions de flux nul sur le bord, et des paramètres s approchant de la réalité.

27 3.2. Modèles de cicatrisation épidermique Cicatrisation de la cornée 14 Dans le cas de la cornée, la modélisation est simple (plaie superficielle). On considère seulement deux variables : la densité de cellules n et la concentration du facteur de croissance c. n = (D n (c) n) + s(c)n(2 n) n, c = D c c + f(n) µnc (θ + c) δc La diffusion D n (c) et la prolifération s(c) sont des fonctions croissantes de c. Pour rendre compte d une source de facteur de croissance sous-jacente, on choisit f(n) = A + B(n) avec σ 0 n < 0.2 B(n) = σ(2 5n) 0.2 n < n Ce modèle admet des ondes propagées (travelling waves) comme solution. Page 27 de P. D. Dale, P. K. Maini and J. A. Sherratt, Mathematical modelling of corneal epithelial wound healing, Math. Biosciences 124 (1994),

28 Travelling waves dans le modèle précédent. Afin de calculer la vitesse du front d onde, on regarde les solutions de la variable z = x ωt, où ω est un paramètre de bifurcation. Pour l équation de Fischer, Kolmogoroff et al. 15 ont démontré que pour des solutions initiales à support compact, la vitesse de propagation de l onde était la valeur minimale de ω, correspondant à la bifurcation qui rend possible des travelling waves. Les auteurs conjecturent qu ici aussi la vitesse de propagation correspond à la valeur de ω pour laquelle il y a une telle bifurcation 16. Page 28 de A. Kolmogoroff, I. Petrovsky and N. Piscounoff, Etude de l équation de la diffusion avec croissance de la quantité de matière et son application à un problème biologique, Moscow Univ. Bull. Math. 1 (1937), P. D. Dale, J. A. Sherratt and P. K. Maini, The speed of corneal epithelial wound healing, Appl. Math. Lett. 7 (1994),

29 Inclusion d un champ électrique : problème de frontière variable Une modélisation plus exacte tient compte d un champ électrique physiologique à la frontière entre la zone cicatrisée et la plaie 17. Ce champ électrique accroit l invasion des cellules épithéliales dans la plaie, et augmente la vitesse du front d onde. n c = x (d(n, c) n) + F (n, c), x 2 c = D c c + G(n, c) x avec d(n, c) = D n (c) + E(n), un flux nul sur les bords, et : n ds dt + d(n, c) dn dx = 0 Chen et Friedman 18 ont démontré que sous certaines conditions vérifiées par le modèle ce problème est bien posé, et que la cicatrisation s achevait en temps fini. Ils ont montré de plus qu il existait une solution sous la forme d une onde propagée. Page 29 de E. A. Gaffney, P. K. Maini, C. D. McCaig, M. Zhao and J. V. Forrester, Modelling corneal epithelial wound closure in the presence of physiological electric fields via a moving boundary formalism, IMA J. Math. Appl. Med. Biol. 16 (1999), X. Chen and A. Friedman, A free boundary problem arising in a model of wound healing, SIAM J. Math. Anal. 32 (2000),

30 4. Développements récents 4.1. Dynamique des pics 19 On considère maintenant un système de réaction-diffusion de la forme Gierer et Meinhardt, qu on applique sur un gradient pré-existant ; autrement dit on fait varier spatialement certains coefficients. a = ε 2 2 a ap [1 + V (x)]a + x2 h, q 0 = D 2 h ar µ(x)h + ε 1 x ] 1; 1[ x2 h s avec ε 1, et un flux nul au bord. µ et V sont les précurseurs. Exploitant les propriétés du pic, on estime la solution dans l inner region y = ε 1 [x x 0 (τ)], τ = ε 2 t : h(y) = h 0 (y) + ε h 1 (y) + o(ε), ã(y) = ã 0 (y) + εã 1 (y) + o(ε) Page 30 de 33 et dans l outer region où a est exponentiellement petit : h = h 0 (x) + o(1) 19 D. Iron and M. J. Ward, A metastable spike solution for a nonlocal reaction-diffusion model, SIAM J. Appl. Math. 60 (2000), M. J. Ward, D. McInerney, P. Houston, D. Gavaghan and P. K. Maini, The dynamics and pinning of a spike for a reaction-diffusion system, SIAM J. Appl. Math. 62 (2002),

31 En combinant les relations vérifiées par ces termes, on détermine une équation différentielle pour le mouvement du pic. [ dgx0 dx 0 dt ε2 q dx (x 0+) + dg x 0 dx (x ] 0 ) ε2 (p + 3) V (x 0 ) p 1 G x0 (x 0 ) 2(p 1) 1 + V (x 0 ). où la fonction de Green G x0 vérifie l équation différentielle D d2 G x0 µ(x)g dx 2 x0 = δ(x x 0 ), x ] 1, 1[, dg x 0 (±1) = 0. dx Page 31 de 33

32 Dans le cas particulier où D 1 indépendamment de ε, on peut estimer l équation précédente : [ dx 0 dt 2ε2 q x0 µ(z)dz 1 1 ] µ(z)dz ε2 (p + 3) V (x 0 ) D(p 1) (p 1) 1 + V (x 0 ). Page 32 de 33 Comparaison entre la simulation numérique complète (ligne), et l équation différentielle précédente (croix) pour le mouvement du centre du pic.

33 Remerciements Je tiens à remercier Philip Maini, qui m a chaleureusement acceuilli et qui m a beaucoup aidé tout au long de mon stage ; ainsi que Benoit Perthame qui m a guidé et permis de réaliser ce stage ; et tout particulièrement Hatem Zaag pour ses conseils et pour sa grande gentillesse. Page 33 de 33

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique J. Bodin 12, T. Clopeau 2, A. Mikelić 2 1 Agence Nationale pour la gestion

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Problèmes de fiabilité dépendant du temps

Problèmes de fiabilité dépendant du temps Problèmes de fiabilité dépendant du temps Bruno Sudret Dépt. Matériaux et Mécanique des Composants Pourquoi la dimension temporelle? Rappel Résistance g( RS, ) = R S Sollicitation g( Rt (), St (),) t =

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

Séminaire ALGO. Solutions formelles locales en un point singulier d une classe de systèmes d EDP linéaires d ordre 1

Séminaire ALGO. Solutions formelles locales en un point singulier d une classe de systèmes d EDP linéaires d ordre 1 Séminaire ALGO Solutions formelles locales en un point singulier d une classe de systèmes d EDP linéaires d ordre 1 Nicolas Le Roux projet ALGO. séminaire ALGO 1 avertissement A certains moments de l exposé

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Génération aléatoire de structures ordonnées

Génération aléatoire de structures ordonnées Génération aléatoire de structures ordonnées Olivier Roussel Équipe APR Laboratoire d Informatique de Paris 6 Université Pierre et Marie Curie ALÉA 2011 7 mars 2011 Olivier Roussel (LIP6) Génération de

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Le principe de moindre action

Le principe de moindre action Le principe de moindre action F. Hérau Laboratoire de Mathématiques Université de Reims Fete de la science novembre 2008 Définition Principe de moindre action : en physique, hypothèse selon laquelle la

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires. dans

Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires. dans Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires dans Sommaire Sandrine CHARLES 1 Introduction... 3 2 Rappels sur les formes de Jordan réelles dans... 4 2.1 Deux valeurs propres réelles distinctes

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Introduction aux Systèmes Dynamiques

Introduction aux Systèmes Dynamiques Introduction aux Systèmes Dynamiques Introduction Deux grands chapitres : Les équations différentielles ordinaires dans IR Les systèmes d équations différentielles dans IR² Applications : Dynamique des

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Diffusion de particules

Diffusion de particules Diffusion de particules L. Menguy, PSI*, Lycée Montesquieu, Le Mans Septembre 2008 Plan du cours I. Les phénomènes de diffusion II. 1. Définitions 2. Le bilan de particules 3. Loi de Fick 4. Coefficient

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

FIMA, 7 juillet 2005

FIMA, 7 juillet 2005 F. Corset 1 S. 2 1 LabSAD Université Pierre Mendes France 2 Département de Mathématiques Université de Franche-Comté FIMA, 7 juillet 2005 Plan de l exposé plus court chemin Origine du problème Modélisation

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006 ESSEC M B A CONCOURS D ADMISSION Option économique MATHEMATIQUES III Année 2006 La présentation, la lisibilité, l orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Club_Saturne 2007. Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique. Emmanuel Demaël, Damien Bilbault

Club_Saturne 2007. Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique. Emmanuel Demaël, Damien Bilbault Club_Saturne 2007 Analyse d incertitudes avec Mercure_Saturne pour la modélisation de la dispersion atmosphérique Emmanuel Demaël, Damien Bilbault 27 novembre 2007 Introduction Contexte : Objectifs : Répondre

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Le polycopié de cours, les notes manuscrites, et les calculatrices sont autorisés.

Le polycopié de cours, les notes manuscrites, et les calculatrices sont autorisés. Université d Orléans Deug MASS, MIAS et SM Unité MA. Probabilités et Graphes Examen partiel du 5 décembre durée: h Le polycopié de cours, les notes manuscrites, et les calculatrices sont autorisés. Le

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 Cours de B. Desgraupes. Simulation Stochastique

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 Cours de B. Desgraupes. Simulation Stochastique UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2014 2015 L2 MIASHS Cours de B. Desgraupes Simulation Stochastique Séance 04: Nombres pseudo-aléatoires Table des matières 1

Plus en détail

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES CHAPITRE 13 COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES Dans tout le chapitre, (Ω, P) désignera un espace probabilisé fini. 1 Couple de variables aléatoires Définition 13.1 On appelle couple de variables aléatoires

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Tony FEVRIER Aujourd hui! Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles Cours optionnel S4 - Maths Renforcées 1 Equations Différentielles I- Définitions élémentaires. On appelle Equation Différentielle Ordinaire (EDO) toute équation (E) du type (E) : y (n) (t) = F (t; y(t);

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Notion de complexité

Notion de complexité 1 de 27 Algorithmique Notion de complexité Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www-igm.univ-mlv.fr/ hivert Outils mathématiques 2 de 27 Outils mathématiques : analyse

Plus en détail

Les systèmes hybrides stochastiques généraux (GSHS)

Les systèmes hybrides stochastiques généraux (GSHS) Groupe de travail SDH (GdR MACS) Exposé pour la réunion du 20 septembre 2007 Les systèmes hybrides stochastiques généraux (GSHS) et leur équation de Fokker-Planck-Kolmogorov Julien Bect Département Signaux

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Filtrage et EDP. Philippe Montesinos. EMA/LGI2P - Site EERIE. Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema.

Filtrage et EDP. Philippe Montesinos. EMA/LGI2P - Site EERIE. Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema. Filtrage et EDP Philippe Montesinos EMA/LGI2P - Site EERIE Parc Scientifique G. Besse - 30035 Nîmes Cedex 1- France http://www.lgi2p.ema.fr 1 Plan 1. Rappels: - Les analyses multi-échelles. - Méthodes

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Plan du cours. Automates cellulaires. Un modèle de morphogénèse? Considérations générales. Introduction Exemples simples Petit historique

Plan du cours. Automates cellulaires. Un modèle de morphogénèse? Considérations générales. Introduction Exemples simples Petit historique Plan du cours Automates cellulaires Guillaume Hutzler IBISC (Informatique Biologie Intégrative et Systèmes Complexes) Equipe LIS (Langages Interaction et Simulation) guillaume.hutzler@ibisc.univ-evry.fr

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Modélisation et optimisation de structures de machines électriques pour applications à fort couple volumique. Paul Akiki

Modélisation et optimisation de structures de machines électriques pour applications à fort couple volumique. Paul Akiki Modélisation et optimisation de structures de machines électriques pour applications à fort couple volumique Paul Akiki Journée des doctorants 11/06/2015 Directeur de thèse : Mohamed Bensetti Encadrants

Plus en détail

Axe MSA Bilan scientifique et perspectives. ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07

Axe MSA Bilan scientifique et perspectives. ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07 Axe MSA Bilan scientifique et perspectives ENSM.SE L. Carraro - 17 décembre 07 17 décembre 07 2 Plan Compétences acquises domaines scientifiques compétences transverses Domaines ou activités accessibles

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/83 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires M. Bergounioux & E. Trélat MAPMO Université d Orléans Journées du GDR - MOA Porquerolles 19-21 Octobre

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie Mathématiques pour l informatique notes de cours sur la seconde partie L Université Paris-Est, Marne-la-Vallée Cyril Nicaud Organisation Ce demi-cours est composé de 6 séances de cours et 6 séances de

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail