l Enass Ecole nationale d assurances

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Enass Ecole nationale d assurances"

Transcription

1 l Enass Ecole nationale d assurances La problématique des Systèmes d Information (SI) dans le secteur de l Assurance en Afrique : Enjeux, préoccupations, opportunités et perspectives. Konan Jacob KOUASSI

2 Remerciements Je voudrais en premier lieu remercier Monsieur Marc NABETH, Senior Manager à Colombus Consulting, pour avoir accepté de diriger ma thèse. La rédaction du présent manuscrit m offre l occasion de lui exprimer toute ma reconnaissance pour sa disponibilité, sa générosité et la qualité de sa contribution. Je remercie également Madame Myriam DOSSOU, Directeur Général de l'institut National d'assurance Maladie (INAM) du TOGO, pour son appui et ses précieux conseils au moment de mon choix d effectuer cette formation. Je tiens à exprimer toute ma gratitude au parrain de la promotion du MBA, Monsieur Jean-Philippe THIERRY, Vice-Président de l Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP-Banque de France), pour ses inestimables éclairages et pour m avoir offert l opportunité d effectuer une mission de 3 mois au sein de cette importante institution lors de ma formation. Je remercie Monsieur François EWALD, Monsieur Olivier de LAGARDE, Madame Anne RAMIN et les membres de la commission de sélection pour m avoir ouvert les portes du MBA du CNAM-ENASS, Monsieur Pierre-Charles PRADIER, Directeur Délégué de l ENASS, et Madame Martine MAILLARD pour sa disponibilité. Mes sincères remerciements aux professionnels 1 du secteur de l Assurance qui ont accepté mes demandes d interviews : Monsieur Wandrille LEROY, Madame Renata De LEERS, Monsieur Pascal DOYE, Monsieur Sekou SYLLA, Monsieur Philippe GRAD, Monsieur Jean-Luc MENDA, Monsieur Savane ISSIAKA et Monsieur Rishi SEWNUNDUN. Je remercie enfin mon frère Laurent KONAN, Maïmouna DIARRA, Madame Ariane NABETH, Monsieur et Madame AMANI, Monsieur Fousseni N GUESSAN, ma famille, mes enfants, ma compagne et tous ceux qui de près ou de loin m ont aidé et contribué à la réussite de mon projet. 1 Un tableau récapitulatif précisant leur fonction et société est donné à l annexe n 01 2

3 Sommaire Résumé... 4 Executive summary... 6 Introduction générale Première partie : Objectifs et enjeux des SI Objectifs des SI Périmètre et Enjeux des SI Quels modèles de SI? Quels coûts? Quelles offres? Deuxième partie : Etat des lieux et préconisations Etat des lieux du Secteur de l Assurance et des SI Les préoccupations Les opportunités et préconisations Troisième partie : Tendances des innovations des SI et opportunités Mutations de la société et du secteur privé Les tendances des innovations des SI pour l assurance Conclusion générale Annexes Bibliographie Table des matières

4 Résumé Selon les données publiées dans l étude Sigma 2011 de Swiss Re 2, le marché africain de l assurance représente seulement 1,5% du marché mondial (soit USD 67 milliards de chiffres d affaires sur un total USD 4339 milliards) en 2010, pour une population de 1 milliard d habitants. Cependant l analyse des primes émises révèle une augmentation de 25 % en cinq ans contre une évolution de 14 % à l échelle mondiale sur la même période (USD 50 milliards sur un total USD 3723 milliards en 2006) 3. Cette évolution est probablement et heureusement plus structurelle que conjoncturelle. Elle pourrait s expliquer en effet par l émergence d une classe moyenne mais aussi par des réformes entreprises ces dernières années sur le continent Africain par les instances de régulations nationales et régionales dans le cadre de l assainissement de l industrie de l assurance. Malgré les difficultés, l hétérogénéité et l étroitesse de son marché, l assurance en Afrique possède ainsi, de l avis de plusieurs professionnels du secteur, de réelles opportunités de croissance. Cependant ce développement peut être ralenti par des lacunes au niveau des systèmes d information. Un état des lieux indique en effet que les SI des compagnies d assurances en Afrique sont généralement vétustes, peu évolutifs, et donc inadaptés pour la gestion des risques et des contrats d assurance. Monsieur Protais Ayangma, Président de la FANAF 4, l atteste d ailleurs dans l interview paru dans la revue Les Afriques 5 «Obsolète. C est un chantier sur lequel les compagnies doivent investir. Nous avons pris beaucoup de retard. Beaucoup de compagnies dans l espace CIMA 6 n ont pas un système d information fiable.». 2 Swiss Re, Sigma n 2/2011, L assurance dans le monde en 2010 : Croissance des primes de retour augmentations de capital. pages 7, 32, Swiss Re, Sigma n 4/2007, L assurance dans le monde en 2006 : Retour en force des primes vies. pages 3, 27, FANAF : La Fédération des Sociétés d Assurances de Droit National Africaines. 5 Les Afriques, Journal en ligne n 178 du 10 au 16 novembre 2011, «Dans le monde entier, l assurance se paie d avance». 6 CIMA : Conférence Interafricaine des Marchés d Assurances. 4

5 De plus, les indicateurs de l UIT 7 (taux de pénétration de l Internet, l indice de développement des TIC (IDI) et le panier de prix des TIC (IPB)), de l édition 2012 de la publication mesurer la société de l information 8, montrent que la fracture numérique demeure encore importante entre l Afrique et les autres régions du monde. A l exception des Seychelles, de l Afrique du sud, de Maurice, du Cap-Vert et du Botswana, les pays africains occupent en effet les dernières places du classement montrant ainsi qu ils ne disposent pas encore des infrastructures et des compétences nécessaires à l amélioration de la pénétration et de l utilisation des TIC. Les défis restent donc importants. Le respect des exigences réglementaires locales et internationales, ainsi que la rude concurrence dans un contexte de concentration et de globalisation, commandent aux assureurs du continent de relever ces défis. Ce qui impose de disposer d un système d information agile, performant et fiable, capable de s aligner sur la stratégie de l entreprise malgré le faible niveau des budgets d investissements. Mots clés : Système d information, informatique, performance, fiabilité, Internet, mobile, données, assurance, Afrique, infrastructures, réseaux, applications, matériels, logiciels, progiciels, investissement. 7 UIT : Union Internationale des Télécommunications 8 UIT, mesurer la société de l information, édition ICTOI-2012-SUM-PDF-F.pdf. 5

6 Executive summary According to data published in the Sigma 2011 study by Swiss Re, the African insurance market accounts for only 1,5% of the global market (a turnover of 67 billion US Dollar out of a total of 4339 billion) in 2010, for a population of 1 billion people. However, the analysis of written premiums indicates a 25% increase in five years compared to a 14 % progression worldwide over the same period (50 billion US Dollar out of a total of 3723 billion in 2006). Fortunately, this increase is probably more structural than cyclical. It may be the result of the emergence of a middle class but also of reforms undertaken in Africa in recent years by national and regional regulatory authorities in order to promote a sound insurance industry. In the opinion of several industry professionals, the insurance sector offers real growth opportunities, despite the challenges, diversity and limited size of its market. Nevertheless, shortcomings in information systems might slow down this development. An overview of the situation shows that the Information Systems of African insurance companies are generally outdated, barely scalable, and thus inadequate for risk and insurance management. Mister Protais Ayangma, Chairman of the Federation of African National Insurance Companies (FANAF), further confirms it in an interview published in the magazine Les Afriques «Obsolete. It is an area in which companies must invest. We have a long way to go. Many companies in the CIMA (Inter-African Conference on Insurance Markets) zone do not have a reliable information system.» Moreover, the ITU indicators (Internet penetration, ICT Development Index (IDI) and the ICT Price Basket (IPB)), from the 2011 edition of the publication Measuring the Information Society, demonstrate that the digital divide is still very important between Africa and the rest of the world. Except for Seychelles, South Africa, Mauritius, Cape Verde and Botswana, African states find themselves at the bottom of the list, thereby proving that they still lack the necessary infrastructure and skills to improve the penetration and the use of ICT. Therefore, major challenges remain. Compliance with local and international regulatory requirements as well as the fierce competition in a context of concentration and globalization, make it more necessary for African insurers to meet those challenges. This requires having a nimble, performing and 6

7 reliable information system able to align itself with the company s strategy, despite the poor level of investment budget. Key Terms: Information system, information technology (IT), performance, reliability, Internet, mobile, data, insurance, Africa, infrastructure, networks, applications, equipment, software, software packages, investment. 7

8 Introduction générale «Pour rester dans la course à la compétitivité, les organisations doivent aligner leur système d information, véritable colonne vertébrale de l entreprise, à leurs objectifs business.» affirmait Guy Bullen dans la préface de l ouvrage Mesurer la performance d'un système d'information 9. Cette assertion confirme, si besoin en était, le rôle central et incontournable du système d information de nos jours dans la gestion stratégique et opérationnelle des entreprises d assurance en raison de la particularité de leur activité. En effet, la donnée et sa gestion sont généralement considérées comme des enjeux stratégiques pour le secteur des assurances pour les raisons suivantes : Le principe du cycle de production inversé et la durée des engagements obligent l industrie de l assurance à conserver, structurer, traiter, partager et analyser ces nombreuses données sur des périodes relativement longues à l effet de répondre aux exigences quantitatives et qualitatives de la réglementation. La disponibilité de données de qualité sur les clients aide à l amélioration de la performance opérationnelle et du pilotage stratégique de l entreprise en lui assurant un avantage concurrentiel inéluctable. La diversité des pratiques et des interprétations autour du concept du système d information non seulement d une entreprise à l autre mais encore d un initié à un néophyte, nous impose, à ce stade de la thèse, une clarification. Dans leur ouvrage Mesurer la performance d un système d information 10, David Autissier et Valérie Delaye énoncent que «Le système d information (SI) est l ensemble des méthodes, techniques et outils pour la mise en place et l exploitation de la technologie informatique nécessaire aux utilisateurs et à la stratégie de l entreprise.». Dans le secteur de l assurance le système d information (SI) peut être défini comme un ensemble de ressources (personnel, procédures, données, équipements matériels et logiciels, 9 Mesurer la performance d un système d information, David Autissier et Valérie Delaye, Eyrolles - Editions d organisation, 2008, page Mesurer la performance d un système d information, David Autissier et Valérie Delaye, Eyrolles - Editions d organisation, 2008, page 49. 8

9 technologies) permettant la souscription (front office), la gestion des contrats et des sinistres (middle office), et la production des comptes techniques (back office). Cette dernière définition sera celle retenue dans le cadre de notre thèse professionnelle. Le marché africain de l assurance est caractérisé non seulement par son étroitesse mais également par de fortes disparités entre les régions selon les derniers chiffres publiés par Swiss Re. Il représente à peine 1,5% du marché mondial en 2010 avec plus de 90% du volume global des primes vies émis par l Afrique du Sud. En outre, à l exception de quelques rares pays dont l Afrique du sud, la grande majorité des régions de l Afrique ne disposent pas encore des infrastructures et des compétences nécessaires à l amélioration de la pénétration et de l utilisation des TIC selon les indicateurs 2012 de l UIT. Enfin, les Systèmes d Information (SI) des compagnies d assurances en Afrique sont généralement vétustes, pas fiables, et peu évolutifs de l avis même des professionnels du secteur. Malgré ce tableau assez sombre, le marché de l assurance en Afrique a connu une progression de son chiffre d affaires de 25% en cinq ans contre une évolution de 14 % à l échelle mondiale sur la même période selon les chiffres de Swiss Re, d une part, et possède de réelles opportunités de croissance (bancassurance, micro-assurance, assurance agricole, assurance islamique) d autre part. Face au regain de la concurrence avec l arrivée de nouveaux acteurs (SAHAM, LEAPFROG, ) et au phénomène de concentration en cours dans l industrie de l assurance Africaine, les dirigeants des compagnies mesurent désormais l'importance indéniable de la technologie dans la fourniture d une prestation de service de qualité à la clientèle, le déploiement de produits et services innovants, et la performance de leur entreprise. Cette situation soulève bien évidemment la difficile équation entre l allègement des coûts du SI et l amélioration de ses performances qui conduit à poser les questions suivantes : Comment réussir le pilotage des projets d évolution ou de transformation de SI alignés sur la stratégie de l entreprise dans un contexte de restriction des dotations budgétaires? 9

10 Comment accéder à des coûts abordables d une part aux solutions métiers (vie et non vie) robustes adaptables selon l environnement et les langues utilisés (Anglais, Français, Portugais, Arabe) et d autre part aux infrastructures techniques (réseaux, serveurs, base de données, système d exploitation) pour améliorer la qualité des données et le service aux clients tout en accroissant la rentabilité des compagnies d assurances? Comment adapter en permanence la tarification, les processus de gestion et l éditique des SI pour tenir compte des changements réglementaires réguliers? Quel est l impact des innovations en termes de système d information (mobile, Internet, Cloud Computing, Webservices ) dans la fourniture et mise en place de solutions évolutives dans le secteur de l assurance en Afrique? L objet de cette thèse professionnelle est de faire un état des lieux objectif sur les systèmes d information des compagnies d assurance en Afrique afin d apporter quelques éclairages et préconisations aux problématiques évoquées plus haut. La première partie traitera des objectifs et des enjeux des SI en présentant les modèles et les offres de SI disponibles. La deuxième partie sera consacrée à l état des lieux du marché et de SI pour chacune des quatre (4) régions de l Afrique (zone CIMA, Afrique du Nord, Ghana-Nigéria-Afrique de l Est, Afrique du Sud) avec un focus sur les préoccupations, les opportunités et les préconisations. Enfin, la troisième partie abordera quelques aspects des tendances et opportunités des innovations des SI et leur possible impact sur la performance des compagnies d assurance et l amélioration de la qualité du service aux clients en Afrique. 10

11 Première Partie : Objectifs et enjeux des SI 11

12 1. Première partie : Objectifs et enjeux des SI 1.1 Objectifs des SI Le secteur de l assurance est l un des secteurs d activité pour lequel la mise en œuvre d un système d information devrait occuper une place centrale dans la stratégie de croissance des compagnies au regard de la masse importante de données à traiter, des flux d informations à échanger avec la clientèle et les intermédiaires, et des évolutions régulières de la règlementation. Le schéma 11 ci-dessous donne une vision synthétique du périmètre des SI dans le secteur de l Assurance : Figure 01 : Vision synthétique du périmètre des SI dans le secteur de l Assurance 11 Support de cours MBA ENASS , Les systèmes d information en Assurance Session 1 : le caractère central du SI, Angelina LAMY et Jonathan EUDELINE ACCENTURE, page

13 Les objectifs assignés à un système d information peuvent être classés en trois (3) grandes catégories (ou fonctions) Fonction utilitaire Le SI a avant tout un rôle utilitaire. Il a pour objectif de véhiculer l information dans toute l entreprise par le biais de solutions applicatives (messagerie électronique, intranet, gestion du contenu, workflow) aidant à l automatisation des processus métiers. Le système d information doit permettre d assurer une bonne couverture fonctionnelle des différentes branches d activités de la compagnie. Le SI contribue efficacement à la mise à la disposition des actionnaires, du régulateur, des clients et des partenaires des informations fiables dans des délais acceptables. L entreprise devra en revanche mettre un accent particulier sur les processus de contrôle de la qualité de l'information selon les critères suivants : intégrité et fiabilité de l information sécurité, confidentialité et disponibilité de l information conformité de l information par rapport aux lois et règlementations Fonction technologique En plus de son rôle utilitaire, le SI a pour vocation de mettre au service des compagnies d assurance les importantes avancées réalisées dans les NTIC 12 (Virtualisation, Stockage de données, Cloud Computing, internet, ) dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Dans un contexte de globalisation et de concurrence accrue, le SI permet aux compagnies d assurance d exploiter les innovations technologiques à l effet de créer de la valeur (souscription de contrats d assurance en ligne, paiement de primes et de sinistres par le téléphone mobile, ). 12 NTIC : Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication 13

14 1.1.3 Fonction stratégique Le SI se positionne aujourd hui comme un élément clé de la stratégie des Directions Générales des compagnies d assurance. Il doit en permanence s aligner sur les axes stratégiques de l entreprise afin de proposer des solutions performantes à moindre coût dans le cadre des activités opérationnelles. Le système d information doit accompagner le développement des actions commerciales en permettant, par exemple, la réduction du Time To Market 13 susceptible d augmenter la rentabilité de l entreprise en lui offrant la possibilité d un meilleur positionnement face à la concurrence. Le SI doit également favoriser le travail collaboratif et valoriser les compétences et les expertises des équipes. 13 Time to Market : délai de mise sur le marché (délai entre la décision de commercialisation d un produit et sa commercialisation effective) 14

15 1.2 Périmètre et Enjeux des SI Le périmètre du système d information est assez vaste et porte sur les constituants dont la liste non exhaustive est donnée ci-après : Infrastructures réseaux Systèmes d exploitation (client, serveur) Systèmes de communication Systèmes de gestion des bases de données Serveurs de données et systèmes de stockage Serveurs d application Applications métiers Dispositifs de sécurité Procédures Outils de développement Le diagramme suivant illustre la différence entre les notions de système d information et de système informatique : Système d Information Informations + Acteurs + Processus + Système Informatique Matériels + Logiciels systèmes + Applications métiers + Bases de données + Infrastructures réseaux Figure 02 : Eléments constitutifs d un système d information 15

16 Le développement des NTIC et la montée en puissance de la société du numérique positionnent désormais la gestion des SI comme un enjeu primordial pour les entreprises. Pour les compagnies d assurance Africaines, l amélioration des performances et de l efficience des SI pourraient être un bon levier pour leur croissance et leur compétitivité en accroissant leur capacité d innovation, à l heure de la mise en place progressive sur le continent de nouveaux cadres règlementaires incitatifs et des politiques d assainissement du secteur. Les enjeux sont donc nombreux et importants. En effet, les enjeux liés aux besoins de développement, d évolution, ou de rationalisation des SI des entreprises d assurances tournent autour des piliers suivants : l augmentation du chiffre d affaires et de la rentabilité la réduction des frais de gestion et des frais d acquisition le respect des contraintes réglementaires et légales l amélioration de la performance opérationnelle la réduction de la fraude L augmentation du chiffre d affaires et de la rentabilité Dans le but de gagner de nouvelles parts de marché et d améliorer la qualité du service à la clientèle, les compagnies d assurances africaines n hésitent plus à utiliser les NTIC pour diversifier et étendre leur réseau de distribution. Le système d information permet ainsi d aligner les modèles de ventes sur les différents canaux à l effet d améliorer leur l efficacité et la cohérence de l ensemble du réseau de distribution. L existence d un SI flexible et solide contribue également à accroitre la capacité de l entreprise à mettre sur le marché de nouveaux produits dès qu une demande est identifiée. Enfin, la technologie peut être un élément important de création de valeur dans le cadre de la conception et la mise en œuvre des différentes actions de la stratégie de fidélisation de la compagnie. Il convient donc de noter qu il est désormais indispensable aux compagnies d assurances en Afrique de disposer d un SI réactif pour pouvoir résister à la pression continue des concurrents et pour s adapter en permanence aux changements des besoins du marché. 16

17 1.2.2 La réduction des frais de gestion et des frais d acquisition La mise en place d une politique de réduction des coûts apparaît comme l un des axes stratégiques à réussir par les assureurs du continent pour espérer remporter la difficile course à la compétitivité à laquelle ils se livrent. Le SI peut avoir un impact important sur la tarification dans le sens d une baisse significative des primes par : la baisse des frais d acquisition obtenue par la diminution du niveau de commissionnement du réseau de distribution la diminution des frais de gestion rendue possible par l automatisation de certains actes de gestion La maîtrise des coûts passe également par une réduction intelligente des coûts des projets de développement de nouveaux SI ou de maintenance des SI existants. Enfin la mise en place d un SI aidant à une sélection rigoureuse des risques peut conduire à une baisse conséquente de la sinistralité du portefeuille. Ces impacts du SI à la fois sur les primes, le niveau des sinistres, les frais de gestion et les frais d acquisition sont de bons leviers pour l amélioration de la rentabilité des compagnies d assurances Le respect des contraintes réglementaires et légales Les changements réguliers de la réglementation et de la législation obligent les compagnies d assurances à faire évoluer sans cesse leur système d information pour rester conformes. Les conséquences sur les SI seront plus ou moins importantes selon la nature des reformes. Citons en exemple : le passage à la norme IFRS 14 en 2012 au Ghana l entrée en vigueur le 1 er octobre 2011 du règlement nº 001/CIMA/PCMA/PCE/2011 ; une reforme modifiant les relations entre assureurs, assurés et intermédiaires d assurance de la zone CIMA (Articles 13 et 541) 14 IFRS = International Financial Reporting Standards 17

18 l application des directives Solvency 2 en 2014 en Afrique du Sud. Ces contraintes règlementaires et légales ont souvent un impact sur l éditique des compagnies d assurance L amélioration de la performance opérationnelle Le SI participe grandement à l amélioration de la performance opérationnelle des assureurs par le biais de : la mise en place d outils d analyse de la rentabilité et de la surveillance du portefeuille. l intégration de module de gestion de Workflow, et la revue de certaines fonctionnalités du SI à l effet de réduire les durées de traitement et les retours des sollicitations des utilisateurs. l amélioration de la qualité du support aux employés et des services aux clients. la mise en œuvre de solution de e-learning pour le perfectionnement du personnel La réduction de la fraude Les fraudes à l assurance sur le continent africain, comme partout ailleurs, sont nombreuses et multiformes : l usurpation d identité la complicité de certains partenaires (garagistes agrées, centres de santé, ) les fausses déclarations à la souscription du contrat les transformations ou manipulations des informations relatives à la survenance du sinistre pour pouvoir bénéficier des prestations Sans disposer de statistiques fiables sur le sujet, il est aisé de déduire que les impacts financiers de ces pratiques sont énormes et préjudiciables non seulement aux compagnies d assurance mais également à l ensemble de l économie régionale. L automatisation de procédures de détection de la fraude dans les SI couplée avec la mise en place de cellules d analyse et d enquête peuvent permettre aux compagnies d améliorer leur rentabilité tout en leur offrant un levier pour la réduction de leur tarif. 18

19 1.3 Quels modèles de SI? Quels coûts? Quelles offres? Les différents modèles de SI Dans le cadre de l analyse des différents modèles de système d information, notre périmètre sera limité au cœur de métier donc au système d information de gestion Le modèle traditionnel de SI Le modèle classique ou traditionnel de SI est orienté produit. Comme le montre la représentation 15 ci-dessous, cette vision du SI entraine un cloisonnement de la gestion des informations par branche d activité et par produit : Figure 03 : Architecture traditionnelle d un assureur 15 Support de cours MBA ENASS , Les systèmes d information en Assurance Session 1 : le caractère central du SI, Angelina LAMY et Jonathan EUDELINE ACCENTURE, page

20 Le modèle actuel de SI Contrairement au modèle traditionnel par silos, le modèle actuellement en cours des SI est plutôt orienté client. Il permet ainsi d obtenir une vue très synthétique des informations par assuré. Ce type de SI par sa souplesse permet de mettre à la disposition des utilisateurs du système la synthèse des informations se rapportant à un client : l historique de tous les contrats souscrits l historique des sinistres une vue de tous les actes de gestion les indicateurs : le rapport sinistre à prime (S/P) ou la provision mathématique en cas d assurance sur la vie Ce modèle de SI offre une vision 360 du client donnant la possibilité de se renseigner sur l historique et finalement sur la rentabilité du client dans le portefeuille Progiciel Vs Développement sur mesure Dès lors la question du modèle de système d information réglée, se pose ensuite la préoccupation tout aussi importante du choix de son mode de mise en œuvre. Cette problématique amène les assureurs africains à se poser régulièrement les questions suivantes : Faut-il opter pour un développement sur mesure? Réaliser une mise en œuvre par une acquisition de progiciel? Ou plutôt s orienter vers un mix des deux (2) solutions précédentes en fonction des branches et des domaines à couvrir? Jusqu à une période récente la grande majorité des compagnies d assurance africaines préféraient le choix des solutions propriétaires. Toutefois la spécificité, la complexité et la constante évolution des SI dans le secteur des assurances, commandent l adoption d une approche de mise en œuvre respectant les règles de l art (démarche méthodologique de référence), quel que soit l option retenue. 20

21 1.3.2 Les acteurs Le tableau 16 ci-après propose une démarche d urbanisation d un SI en indiquant à juste titre les trois (3) visions à prendre en compte pour une mise en œuvre réussie : Figure 04 : Schéma de la démarche d urbanisation d un SI 16 Optimind, Les dossiers techniques d information Optimind : Le Système d Information, Mars systeme_information.pdf, page 8. 21

22 Les acteurs intervenants dans le processus de mise en œuvre d un SI varient selon la taille et le type de projet mais peuvent être regroupés de la façon suivante : Les éditeurs et distributeurs de logiciels Les distributeurs de matériels Les SSII et les intégrateurs Le personnel interne de la compagnie (informatique et non informatique) La particularité des SI du secteur de l assurance impose désormais aux compagnies un fonctionnement en mode projet dans le cadre de leur déploiement. Ce mode requiert une organisation spécifique avec l utilisation de méthodes et d acteurs dédiés au sein de la compagnie d assurance : le maître d ouvrage (MOA ou AMOA), est le sponsor ou le client du projet. Il s occupe des phases de définition des besoins et s assure que la solution délivrée est conforme aux besoins exprimés par les utilisateurs du SI (Direction Générale, Directions et Services) le maître d œuvre (MOE), généralement la Direction chargée du Système d Information. En liaison avec la MOA, il a la responsabilité de la mise en œuvre et du bon fonctionnement de la solution technique en ayant recours aux prestataires internes et/ou externes. 22

23 1.3.3 Les coûts et les offres Nous donnons dans le tableau 17 suivant, à titre indicatif, les estimations de prix de quelques éléments clés utilisés dans l évaluation des budgets pour la mise en place de SI dans le secteur de l assurance en Afrique : Postes Provenance (Pays/Continent) Prix estimés HT en Euro Licence du logiciel métier assurance Afrique / Asie Minimum Europe Minimum Redevance annuelle logiciel métier 15% à 20% Mise en œuvre (intégration et migration) Licence système d exploitation (OS) serveur, standard pour 5 utilisateurs Afrique / Asie Minimum Europe Minimum Redevance annuelle support OS 15% à 20% Licence base de données serveur, standard pour 100 utilisateurs Redevance annuelle base de données 15% à 20% Serveur avec 8 giga octets de mémoire et Téra octets de disque dur Redevance annuelle support serveur 10% à 15% Baie de stockage avec 32 giga de mémoire et 3 Téra octets de disque dur Redevance 3 ans support baie 10% à 15% Abonnement mensuel internet 2Mbps 200 Abonnement mensuel liaison spécialisée 600 à 1000 Coût journalier consultant, Profil Développeur confirmé à Directeur de projet Asie 150 à 300 Afrique Nord 400 à 600 Afrique Ouest 200 à 500 Europe (France) 800 à 1500 Figure 05 : Tableau estimatif des prix des constituants d un SI 17 Ces chiffres sont tirés de la base des cotations auxquelles nous avons eu accès dans le cadre de projets de mise en place de SI dans le secteur des assurances en Afrique de 2007 à

Partenariat entre Saham Finances et Cegedim-Activ

Partenariat entre Saham Finances et Cegedim-Activ COMMUNIQUE DE PRESSE Partenariat entre Saham Finances et Cegedim-Activ Dans le cadre du développement de l assurance santé, Saham Finances filiale du Groupe Saham, signe un partenariat stratégique avec

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Etat des lieux et enjeux actuels des SIRH dans les collectivités territoriales

Etat des lieux et enjeux actuels des SIRH dans les collectivités territoriales Etat des lieux et enjeux actuels des SIRH dans les collectivités territoriales Présentation des résultats de l enquête menée par Ineum Consulting sur les SIRH Collectivités Territoriales Paris, 30 mars

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Agenda. Salon du BI, 9 avril 2008

Agenda. Salon du BI, 9 avril 2008 Salon du BI, 9 avril 2008 Guy Bourassa SSQ Groupe financier Architecte en entrepôt de données Développement et intégration des systèmes - Assurance collective Agenda SSQ en deux mots L historique du BI

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

I - HR Access en bref

I - HR Access en bref I - HR Access en bref Fort de 40 ans d innovation dans le secteur privé et public, HR Access accompagne la fonction RH et Paie dans la mise en œuvre et la production de ses solutions de gestion. Spécialiste

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

La Gestion d'affaires

La Gestion d'affaires Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ La Gestion d'affaires Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without the advance

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER

Conférence XBRL France. Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014. Olivier BOYER et Aurélia MULLER Conférence XBRL France Projet Reporting S2 Groupe CNP Assurances 3 Avril 2014 Olivier BOYER et Aurélia MULLER 1 2 1- Présentation du Groupe CNP Assurances Un métier, la protection des personnes Assureur

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

Etude des outils du Cloud Computing

Etude des outils du Cloud Computing Etude des outils du Cloud Computing Sommaire : Présentation générale.. 2 Définitions. 2 Avantage.. 2 Inconvénients. 3 Types d offres de service Cloud.. 3 Comparaison des services Cloud 4 Conclusion 5 Présentation

Plus en détail

Devenir partenaire du Lloyd s

Devenir partenaire du Lloyd s Devenir partenaire du Lloyd s Gloria Rolland, Responsable du développement et des relations de marché, Lloyd s France Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché - Paris, le 28 mai 2015 Lloyd s 1 Introduction

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Etude de cas : Déploiement d un ERP dans une entreprise internationale Malika Mir-Silber : Microsoft Pierre-Laurent Dugré : Adgil www.adgil.net

Plus en détail

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PLAN DE MATCH LE WEB A QUÉBEC 23 au 25 février 2011 - Version 1.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com Au programme

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

WEBRISKCONTROL UNE SOLUTION SIMPLE ET ÉCONOMIQUE DE GESTION DES RISQUES. Version 1.1 Pittet Risk Management 2009

WEBRISKCONTROL UNE SOLUTION SIMPLE ET ÉCONOMIQUE DE GESTION DES RISQUES. Version 1.1 Pittet Risk Management 2009 Version 1.1 Pittet Risk Management 2009 Sommaire 1. WebRiskControl, c est quoi? p. 3 2. Pourquoi un système de contrôle interne (SCI)? p. 4 3. Les 4 grandes étapes de la gestion des risques p. 5 4. La

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY

NEXITY. Nexity développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY Online Intelligence Solutions NEXITY développe une stratégie d E-reputation à 360 sur la base des données sociales fournies par BuzzWatcher. CASE STUDY CASE STUDY INTRODUCTION Client Industrie Immobilier

Plus en détail

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire IDC France, Conférence Gouvernance IT 6 Avril 2011 www.idc.fr Cyril Meunier IDC France Research & Consulting Manager Copyright

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE ALLOCUTION DU DG DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE Monsieur le 1 er Vice-Président, représentant Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007 DOSSIER DE PRESSE ADITU, un outil de la compétitivité économique et numérique des territoires Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

présente le premier framework J2EE français sous licence commerciale

présente le premier framework J2EE français sous licence commerciale présente J2EE Technical Components Factory le premier framework J2EE français sous licence commerciale Avec le retour d expérience client du département IT de CONTACT PRESSE Agnès Heudron : agnesh@infinites.fr

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION Saliou BAKAYOKO Directeur Général de LMAI-VIe Membre du Groupe SUNU 1 «Sans système de protection sociale, pas de développement économique et sociale durable» 2

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par NOM DE VOTRE INSTITUTION (Logo de l institution) STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Organisé par L Association Francophone des

Plus en détail

Le Cloud Computing, levier de votre transformation digitale

Le Cloud Computing, levier de votre transformation digitale Le Cloud Computing, levier de votre transformation digitale Le Cloud transforme tout en service Le Cloud permet de répondre aux enjeux technologiques de votre organisation avec un maximum de flexibilité,

Plus en détail

Description de l offre de services

Description de l offre de services Description de l offre de services Prestations en Webconférence... 2 Les prestations :... 3 Etude d éligibilité Microsoft Office 365... 3 Forfait de Mise en service... 4 Migration 5 utilisateurs... 5 Formation

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010»

ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010» ETUDE SERDALAB SOMMAIRE «GED ET GESTION DE CONTENU : MARCHE, BESOINS ET TENDANCES 2009-2010» PARUTION DECEMBRE 2009 SOMMAIRE...3 PRESENTATION DE L APROGED...7 REMERCIEMENTS...8 INTRODUCTION...9 METHODOLOGIE

Plus en détail

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Directeur adjoint, Contrôles spécialisés et transversaux en assurance Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 01/04/2015

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Cas d application client B2V. Le groupe B2V développe sa stratégie de relation client avec SugarCRM

Cas d application client B2V. Le groupe B2V développe sa stratégie de relation client avec SugarCRM Cas d application client B2V Le groupe B2V développe sa stratégie de relation client avec SugarCRM CARRENET, partenaire de SugarCRM, permet à B2V de centraliser ses données clients et d automatiser ses

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée Atelier 10 Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée > Michel JOIE, Responsable de clientèle, SWISS RE > Laurence PAGNIER, Responsable du service Sélection des Risques,

Plus en détail