Pathologies mammaires bénignes et contraception Pathologies bénignes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologies mammaires bénignes et contraception Pathologies bénignes"

Transcription

1 Pathologies mammaires bénignes et contraception Pathologies bénignes Joelle Mollard Les Samedis de la contraception Limoges 4 février 25 Fibroadénome FA et maladie fibrokystique MFK Fibroadénome

2 Fibroadénome (FA) Le FA est une tumeur bénigne Pas de risque d évolution du FA vers un cancer Le risque concerne d éventuelles lésions associées (de voisinage) Évolution des FA 2% augmentent de taille 7% restent stables % disparaissent Brémond. Maladies du sein. Ed Masson FA et contraception î du risque dans études cas témoins entre 973 et 994 ou absence d effet (Nomura 976),2,8,6,4,2 Effet durée (Vessey 27) Non Linéaire () Fibroadénome :la diminution du risque est significative à partir de 97 mois d utilisation Effet durée aussi pour Kelsey 974, Fasal 975, Ory 976, Hislop 984, Odenheimer 984 Intervalle depuis l arrêt (Vessey 27),2,8,6 Linéaire (),4, > 97 Non FA: p =,5. La diminution se maintient pendant un an après l arrêt 2

3 Effet âge Canny 988 Etude cas contrôls MB= 25/ témoins= 8 < 45 ans =,57 (,42-,79) > 45 ans =,65 NS La MFK MFK: maladies ou modifications fibrokystiques MFK: risque évolutif Association de lésions bénignes: dilatations canalaires, micro ou macro kystes, adénose, fibrose +/- hyperplasie avec ou sans atypie Clinique: Nodules plus ou moins réguliers Ecoulement galactophoriques, verdâtres, multipores, Mastodynies Dupont et Page NEJM femmes, biopsies, 7 ans de suivi Lésions épithéliales non prolifératives = Lésions prolifératives sans atypies =,9 Lésions prolifératives avec cellules atypiques =4,5 3

4 Effet durée (Vessey 27) Intervalle depuis l arrêt (Vessey 27),2,8,6,4,2 Non MFK: à partir de 73 mois d utilisation Linéaire (),2,8,6,4 Linéaire (), > 97 Non p<,. La diminution se maintient pendant 48 mois après l arrêt Effet durée aussi pour Kelsey 974, Fasal 975, Ory 976, Hislop 984, Odenheimer 984 Relation avec la grossesse Amélioration des symptômes Le risque de MFK diminue avec la durée d utilisation avant la première grossesse menée à terme mais pas d effet après la première grossesse menée à terme Traitement des symptômes de la MFK (mesure de l épaisseur de la glande et évaluation mastodynies) avec Minulet (3) ou Mercilon(2) N=59 Amélioration de 6% des patientes (Léonardi 997) Charreau, Plu-bureau 993 4

5 Dosage d oestrogènes Données communes Aux FA et à la MFK Plusieurs études montrent que l effet protecteur de la contraception persiste quelque soit le dosage d oestrogènes > ou < 5 microg Charreau, plu-bureau 993 Vessey 27 Doses en mg de progestatifs Ac de nortestosterone Dosage en progestatif des OP Taux de mastopathies bénignes en fonction des doses de progestatifs contenus dans les contraceptifs oraux utilisés Nombre de femmes années Taux pour femmes années , ,3, ,2 - Test de tendance Diminution plus importante pour les pilules plus dosées en progestatif Royal College Lancet i Effet des progestatifs seuls Pas de précisions sur le type de progestatifs Cas/controls Durée en mois OR p FA 7/27 555/63,63,437 MFK / /2297,7,246 Tumeur indéterminée Vessey 27 66/67 53/64,99,927 Pas d effets des progestatifs dans cette étude 5

6 Registre des jumeaux Kaiser Permanente Twin Registry.,2 Synthèse 9 paires: une MB l autre indemne, Dans le groupe pas de mastopathie il y a davantage d utilisatrices de COP,8,6 Nomura Vessey Sartwell OR =,26 (,-,66) multivarié OR =,3 (,9-,8) univariée Pour les utilisatrices > 5 ans OR =,9 (,-,74) Effet durée,4,2 jamais ou anciennes Utilise depuis longtemps Fasal Kelsey Ravnihar Odenheimer, Am J of epidemiol, 984 Ex biopsie ou clinique avec 2 examinateurs Freire de Oliveira. 995 Avant la première grossesse mastopathies non proliferantes Dose d oestrogènes mg Durée utilisat en années >=, 5 O 28/53 Cas/control OR IC p -4 25/44,6,3-,2,4 Lésions proliférantes >5 6/5,4,-,2 <,5 37/73-4 2/33,5,3-,2,5 Avec ou sans atypies Dose d oestrogènes mg >5 2/6,2,-,9 mastopathies proliferantes Durée utilisat en années >=, 5 O /33 Cas/control OR IC p -4 /27,5,2-,3 >5 6/,9 O,2-3 NS <,5 6/48-4 8/7,6,2-,7 >5 3/5,2,2-6,2 NS Plu-bureau 993 6

7 Après la première grossesse Pas de modification ni des mastopathies proliferatives ni des mastopathies non prolifératives Charreau, plu-bureau, 993 Atypie Pas d effets protecteurs en cas d atypie cellulaire risque NS Charreau plu bureau 993 Livolsi 978 Pastides 983 Peut-être un effet bénéfique plus marqué en cas d atypie cellulaires Hsieh 984 Mastopathies bénignes prolifératives : Rohan 999 2,5,5 N IC utilisatrices 548,97,85-, Non utilisatrices Jamais mois 3-36 mois37-84 mois 85 mois Sans atypie : significatif pour plus de 85 mois (p=,). Avec atypie : pourrait augmenter le risque.,5 [,86-2,65] mais NS Sans atypie Avec atypie Risque d évolution vers un cancer des MB avec la COP Rappel: Rôle de la contraception dans la survenue du cancer mammaire reste débattu mais certaines études mettent en évidence une petite augmentation du cancer du sein chez les utilisatrices et dans les ans suivant la prise de pilule qui disparaît ensuite =,24 (,5-,33) Lancet 996 7

8 Risque d évolution vers un cancer des PMB avec la CO 2 études [,2] recherche de FR de développer un cancer du sein sur une MB histologiquement prouvée Analyse univariée Contraception effet protecteur : =,57 (,36-,9) Analyse multivariée ou ajustement sur les covariables: effet NS 5 patientes (IGR Villejuif) suivi ans [3] =,48 (,25-,9) Effet durée p=,2 Effet significatif avec la 9 nortestostérone [] W ors ham MJ, Raju U, Lu M et al. Ris k fac tors for breast cancer from be ni g n breas t dis eas ein a diverse population. Breas t Ca nc e r Res Trea t 29;8:-7. [2] Kabat GC, Jones JG, Olson N et al. Risk f actors for breast cancer in w omen biopsied for benign breast disease: a nested case-control study. Cancer Epidemiol 2;34:34-9. Plu-Bureau G, Lê MG, Si truk -Ware R, Thalabard JC, Mauvais-Jarvis P. Progestogen use and decreased risk of breas t cancer in a cohort study of premenopausal women [3] with benign breast disease. Br J Cancer 994;7(2):27-7. Oral Contraceptive Use and Overall Breast Disease Risk: Cross Sectional Retrospective Study Hamy AS hopital Saint Louis Etude prospective 2 à 27 sur toutes les patientes avec une lésion infra cliniques qui bénéficient d une biopsie Pas de relation entre la prise de CO et le risque de développer une maladie bénigne (ni maligne) Pas de relation avec la durée de la prise de CO Recommandations OMS Conclusion Les données de la littérature bien que parfois discordantes montrent plutôt une diminution du risque ou pas d effets de survenue des maladies bénignes du sein sous contraception estroprogestative Le rôle des Progestatifs seuls utilisés comme contraceptif sur le risque de MB reste à définir Résultat moins probants pour les MB avec atypies mais pas de preuves formelles d un effet délétère 8

ADENOSE METAPLASIE CYLINDRIQUE. Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis Paris

ADENOSE METAPLASIE CYLINDRIQUE. Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis Paris ADENOSE METAPLASIE CYLINDRIQUE Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis Paris RAPPEL ANATOMIQUE et TOPOGRAPHIQUE c Lésions infra- cliniques de découverte mammoéchographique, IRM

Plus en détail

Cancer du sein de la femme jeune. Quelles sont les lésions à risque du cancer du sein?

Cancer du sein de la femme jeune. Quelles sont les lésions à risque du cancer du sein? Cancer du sein de la femme jeune Quelles sont les lésions à risque du cancer du sein? JM Guinebretière, E Menet, C Bélichard, E Fourme, P Chérel 1er Journée de l ISHH Hôtel Courtyard Marriott Neuilly 19

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN

EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille INTRODUCTION PATHOLOGIE MULTIFACTORIELLE MULTIPLES

Plus en détail

Quelles sont réellement les lésions frontières à surveiller?

Quelles sont réellement les lésions frontières à surveiller? Quelles sont réellement les lésions frontières à surveiller? Pr Vincent LAVOUE Fabrice Foucher, Hugo Sardain, Patrick Tas, Jean Levêque Les hyperplasies Atypiques du Sein Lésions mammaires «frontières»

Plus en détail

Incidence du cancer du sein. CO et risque de cancer du sein

Incidence du cancer du sein. CO et risque de cancer du sein G.Plu-Bureau, J.C. Thalabard Après un bref rappel de l évolution de l incidence du cancer du sein en France au cours du temps, nous discuterons les deux associations CO, THS et risque de cancer du sein

Plus en détail

Cas cliniques sénologie Journées Jean Cohen 5 novembre 2011

Cas cliniques sénologie Journées Jean Cohen 5 novembre 2011 Cas cliniques sénologie Journées Jean Cohen 5 novembre 2011 Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE, Centre des maladies du sein, Hôpital Saint-Louis, Paris Remerciements au Dr Albiter et de Bazelaire pour iconographies

Plus en détail

Mastodynies - Maladie fibro-kystique Epidémiologie Traitement

Mastodynies - Maladie fibro-kystique Epidémiologie Traitement Mastodynies - Maladie fibro-kystique Epidémiologie Traitement Geneviève Plu-Bureau, Unité de gynécologie Hôpital Hôtel- Dieu, Paris Université Paris-Descartes La glande mammaire 5 à 10 canaux primaires

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Diminuer le taux de ré interventions dans la chirurgie conservatrice du cancer du sein : un challenge Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Introduction Le taux de ré interventions

Plus en détail

Contraception orale et mutations génétiques. Marc Espié Centre des maladies du sein- Oncologie médicale Hôpital St Louis APHP

Contraception orale et mutations génétiques. Marc Espié Centre des maladies du sein- Oncologie médicale Hôpital St Louis APHP Contraception orale et mutations génétiques Marc Espié Centre des maladies du sein- Oncologie médicale Hôpital St Louis APHP MC King: BRCA1 Hérédité au cancer Transmission selon un mode autosomique dominant

Plus en détail

Quel dépistage, pour quelles femmes? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes CAFCIM - SFR Aquitaine. 10 Décembre 2016

Quel dépistage, pour quelles femmes? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes CAFCIM - SFR Aquitaine. 10 Décembre 2016 Quel dépistage, pour quelles femmes? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes CAFCIM - SFR Aquitaine. 10 Décembre 2016 75 ans ATCD CCIS traité il y a 22 ans 30 ans Mastodynies Grand-mère K sein 60 ans

Plus en détail

OBJECTIFS. Au terme de cette présentation le participant pourra:

OBJECTIFS. Au terme de cette présentation le participant pourra: Problèmes mammaires courants Partie 2 Dre Danielle Guérin CRMSO/PQDCS OBJECTIFS Au terme de cette présentation le participant pourra: Comprendre les nouvelles orientations du PQDCS Distinguer la mammo.

Plus en détail

Hyperplasie canalaire atypique sur biopsies à l aiguille : améliorer le diagnostic histologique

Hyperplasie canalaire atypique sur biopsies à l aiguille : améliorer le diagnostic histologique Hyperplasie canalaire atypique sur biopsies à l aiguille : améliorer le diagnostic histologique Marseille 2011 FONDREVELLE Marie-Eve, GUERIN Nicole, PEIX Marie, MIGNOTTE Hervé, FAURE Christèle, CLEMENT-CHASSAGNE

Plus en détail

Carcinomes in situ canalaires (CCIS) et lobulaires (CISL) : lésions à risque pour le pathologiste?

Carcinomes in situ canalaires (CCIS) et lobulaires (CISL) : lésions à risque pour le pathologiste? Carcinomes in situ canalaires (CCIS) et lobulaires (CISL) : lésions à risque pour le pathologiste? C CLEMENT-CHASSAGNE, B MORELLON-MIAHLE, N CARRABIN, F BEURRIER, N CHOPIN, C FAURE, M PEIX, N GUERIN, I

Plus en détail

Mammographie et dépistage. Dr Anne-Sophie AZUAR

Mammographie et dépistage. Dr Anne-Sophie AZUAR Mammographie et dépistage Dr Anne-Sophie AZUAR Epidemiologie En France, une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. 49000 nouveaux cas / an de cancer du sein chez la femme Le

Plus en détail

PATHOLOGIE dite BÉNIGNE du canal galactophore. Anne de ROQUANCOURT Sylvie BONFILS Hôpital St LOUIS XVII Journées de Sénologie 2014

PATHOLOGIE dite BÉNIGNE du canal galactophore. Anne de ROQUANCOURT Sylvie BONFILS Hôpital St LOUIS XVII Journées de Sénologie 2014 PATHOLOGIE dite BÉNIGNE du canal galactophore Anne de ROQUANCOURT Sylvie BONFILS Hôpital St LOUIS XVII Journées de Sénologie 2014 RAPPEL ANATOMIQUE et TOPOGRAPHIQUE La pathologie mammaire bénigne est très

Plus en détail

DIU HTA SEMINAIRE TOULOUSE

DIU HTA SEMINAIRE TOULOUSE HTA ET PILULE DIU HTA 2012 2013 SEMINAIRE TOULOUSE 24 et 25 mai 2013 Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil TOULOUSE

Plus en détail

Les images subtiles sur les mammographies de dépistage: Comment s en sortir?

Les images subtiles sur les mammographies de dépistage: Comment s en sortir? Les images subtiles sur les mammographies de dépistage: Comment s en sortir? Sein-WP-21 Auteurs : H. Fourati (1), E. Daoud (1), A. Maalej (1), Y. Hentati (1), W. Feki (1), A. Khanfir (2), H. Amouri (3),

Plus en détail

MASTOPATHIES FIBROKYSTIQUES. Dr Sandrine Guilbert Chirurgie gynécologique et mammaire CHU Morvan Brest

MASTOPATHIES FIBROKYSTIQUES. Dr Sandrine Guilbert Chirurgie gynécologique et mammaire CHU Morvan Brest MASTOPATHIES FIBROKYSTIQUES Dr Sandrine Guilbert Chirurgie gynécologique et mammaire CHU Morvan Brest DEFINITION Autrefois surnommée «mastose» Actuellement: mastopathies bénignes et mastopathies à risque

Plus en détail

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Résultats d une enquête nationale

CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. Résultats d une enquête nationale CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN Résultats d une enquête nationale A. GORINS avec la collaboration de M. ESPIE, D. SERFATY, H. HOCINI, B. TOURNANT, F. PERRET, S. BONFILS Groupe de rédaction pour le GERM

Plus en détail

Epidémiologie du cancer du sein PIERRE AZUAR

Epidémiologie du cancer du sein PIERRE AZUAR Epidémiologie du cancer du sein PIERRE AZUAR Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme dans les pays occidentaux! Au niveau mondial : 1 000 000 de nouveaux cas par an 370 000 décès

Plus en détail

Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané?

Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané? Quelle prise en charge des tumeurs papillaires non malignes après diagnostic percutané? R. Plantade* F Gérard** JC Hammou** *Cabinet d imagerie Nice-Europe **Cabinet de Pathologie Nice Journées Françaises

Plus en détail

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Najiba LAHLOU Département de Biologie Hormonale Hôpital COCHIN - Paris Jean-Luc BRUN Pôle d Obstétrique, Reproduction,

Plus en détail

CANCER DU SEIN ET FEMME JEUNE

CANCER DU SEIN ET FEMME JEUNE CANCER DU SEIN ET FEMME JEUNE Dr Mickael Suissa* *Institut de Radiologie de Paris 31, avenue Hoche 75008 Paris. mickael.suissa@dial.oleane.com Epiémiologie du cancer du sein de la femme jeune* Le cancer

Plus en détail

38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon /11/2016

38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon /11/2016 Institut Bergonié Institut Bergonié 38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon 2016 17/11/2016 ATELIER D ANATOMO-PATHOLOGIE - Cas d interprétation complexe Carcinomes

Plus en détail

La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume?

La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume? La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume? G Houvenaeghel, O Quilichini, M Cohen, F Reyal, JM Classe, JR Garbay, S Giard, N Carabin, H Charitensky, C Belichard,

Plus en détail

Contraception orale et risque de cancer du sein

Contraception orale et risque de cancer du sein Contraception orale et risque de cancer du sein M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Paris JUILLET 2005: LE CIRC A CLASSÉ LES CONTRACEPTIFS OESTRO- PROGESTATIFS COMME CANCEROGÈNES CO

Plus en détail

5100 décès environ. -En 2012, au Canada: dx de cancer sein

5100 décès environ. -En 2012, au Canada: dx de cancer sein -En 2012, au Canada: 22 700 dx de cancer sein 5100 décès environ -En 2009, au Québec: 6000 cancers du sein -Depuis l instauration divers programmes de dépistage, la mortalité a diminué de plus de 25% -La

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES et OPTIMISATION DE LA SURVEILLANCE. B. Barreau¹

DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES et OPTIMISATION DE LA SURVEILLANCE. B. Barreau¹ 1 DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES et OPTIMISATION DE LA SURVEILLANCE B. Barreau¹ ¹Centre Futura, Axular Radiologie 62 avenue de Bayonne - 64600 Anglet - Remerciements à V. Bouté, J. Stines et A.

Plus en détail

GENESIS. Quel est l impact de la polémique sur la pilule chez les médecins et les femmes? Les résultats de l enquête FLASH TIME

GENESIS. Quel est l impact de la polémique sur la pilule chez les médecins et les femmes? Les résultats de l enquête FLASH TIME GENESIS Quel est l impact de la polémique sur la pilule chez les médecins et les femmes? Les résultats de l enquête FLASH TIME L année 2013 a été marquée en France par une intense polémique sur les pilules.

Plus en détail

La périménopause en pratique

La périménopause en pratique La périménopause en pratique Z. SADI H. BESSAHA MADANI B.ADDAD Clinique de Gynécologie Obstétrique CHU Mustapha 9 ème Congrès National de la Société Algérienne d Etude et de Recherche sue la Ménopause

Plus en détail

Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation

Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation Imagerie mammaire de la grossesse et de la lactation M Boisserie-Lacroix, N Lebiez, M Bouzgarrou, P Cavagni, J Bentolila, H Laumonier, H Trillaud Service de Radiologie Pr Trillaud CHU Saint-André, Bordeaux

Plus en détail

Grossesse après cancer du sein: Délai, suivi et prise en charge de la fertilité

Grossesse après cancer du sein: Délai, suivi et prise en charge de la fertilité Grossesse après cancer du sein: Délai, suivi et prise en charge de la fertilité DR CLAIRE SÉNÉCHAL GYNÉCOLOGUE MÉDICALE Oncogénétique-Oncologie médicale INSTITUT BERGONIÉ 2 ième Journée du Centre de Préservation

Plus en détail

PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE

PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE I_ Anatomie de la prostate : Mc Neal distingue au niveau de la prostate : 4 zones glandulaires: Zone Centrale (25%), Zone de Transition (5%) et Zone Périphérique: 70% Stroma

Plus en détail

Lésions mammaires : Codage et classification à partir de Contenu. Introduction. Critères de qualité. Belgian Cancer Registry

Lésions mammaires : Codage et classification à partir de Contenu. Introduction. Critères de qualité. Belgian Cancer Registry Belgian Cancer Registry Lésions mammaires : Codage et classification à partir de 2015 Bulletin d information 2015 Introduction Les laboratoires d anatomopathologie jouent un rôle important dans l enregistrement

Plus en détail

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie SÉCURITÉ SOCIALE Communiqué de presse Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie La France se caractérise

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

DIAGNOSTIC CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN

DIAGNOSTIC CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN DIAGNOSTIC CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DU CANCER DU SEIN Réunion du DESC de chirurgie viscérale Poitiers les 24 et 25 juin 2004 Xavier BRIENNON, interne de chirurgie viscérale Service du Pr J-P ARNAUD (CHU

Plus en détail

CAT NON CONSENSUELLE : opérer ou non? Nécessité de la prise en compte multidisciplinaire: Contexte clinique Imagerie. Pathologie. Risque chirurgical:

CAT NON CONSENSUELLE : opérer ou non? Nécessité de la prise en compte multidisciplinaire: Contexte clinique Imagerie. Pathologie. Risque chirurgical: Lésions à Risque: la RCP a- t- elle sa place? Anne Tardivon, Radiologie, Institut Curie, Site Paris Christelle Faure, Chirurgie, Centre Léon- Bérard, Lyon On n a pas de pathologiste à notre RCP d aujourd

Plus en détail

Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil)

Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil) Les IPP diminuent-ils l'effet anti-agrégant du Plavix? JC Delchier (hôpital H Mondor, Créteil) Risque de saignement sous clopidogrel Pas d essai randomisé vs placebo Etude cas témoin ( Lanas 2006) clodiprogel

Plus en détail

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Dr Camille Buffet Pr Laurence Leenhardt Groupe de Recherche Clinique sur la Thyroïde Hôpital Pitié Salpêtrière Découverte fortuite Inattendu Asymptomatique

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire Histologie et cytologie du sein normal Méthodologie en anatomie pathologique mammaire DIU des Maladies du Sein Année 2016-2017 philippe.bertheau@gmail.com Embryologie La crête mammaire . peau. mamelon

Plus en détail

Os et cancer du sein : Une relation complexe?

Os et cancer du sein : Une relation complexe? Os et cancer du sein : Une relation complexe? Florence TREMOLLIERES Centre de Ménopause et Maladies Osseuses Métaboliques Hôpital Paule de Viguier Toulouse A 50 ans Risque cumulé de cancer du sein : 9%

Plus en détail

L IRM mammaire est un outil diagnostique complémentaire essentiel en sénologie

L IRM mammaire est un outil diagnostique complémentaire essentiel en sénologie L IRM mammaire est un outil diagnostique complémentaire essentiel en sénologie L IRM mammaire repose sur l étude : - morphologique de la lésion, - du signal lésionnel, - de la vascularisation de la lésion

Plus en détail

Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous?

Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous? Traitement Hormonal de la Ménopause: où en sommes nous? The 15th VN-France-Asia-Pacific conference on Ob/Gyn May 2015 Pr N Chabbert-Buffet Reproductive Medicine Paris University Hospitals Pierre and Marie

Plus en détail

Hémorragies génitales. G. Body

Hémorragies génitales. G. Body Hémorragies génitales en dehors de la grossesse G. Body Hémorragies génitales à la puberté Puberté Diagnostic Clinique Interrogatoire Installation des règles : date, régularité, abondance Rapports sexuels,

Plus en détail

Pathologie Bénigne du sein. La prise en charge en pratique

Pathologie Bénigne du sein. La prise en charge en pratique Pathologie Bénigne du sein La prise en charge en pratique INTRODUCTION Motif de consultation fréquent et particulier : la crainte du cancer est toujours sous-jacente (que ce soit "douleur" ou "boule")

Plus en détail

Transformation kystique des acini pancréatiques: Quelle(s) différence(s) avec les TIPMP des canaux secondaires?

Transformation kystique des acini pancréatiques: Quelle(s) différence(s) avec les TIPMP des canaux secondaires? Transformation kystique des acini pancréatiques: Quelle(s) différence(s) avec les TIPMP des canaux secondaires? Clémence BALAJ Février 2014 Un peu d anatomie Transformation kystique des acini = Cystadénome

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 juillet MELODIA, comprimé pelliculé, plaquette de 24 comprimés jaunes et 4 comprimés blancs (boîtes de 1 et 3)

AVIS DE LA COMMISSION. 10 juillet MELODIA, comprimé pelliculé, plaquette de 24 comprimés jaunes et 4 comprimés blancs (boîtes de 1 et 3) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 juillet 2002 MELODIA, comprimé pelliculé, plaquette de 24 comprimés jaunes et 4 comprimés blancs (boîtes de 1 et 3) Laboratoire

Plus en détail

La contraception en péri ménopause

La contraception en péri ménopause La contraception en péri ménopause Dr F.Madaci, Dr Boudjellil, Dr Bounegar, Pr M.Derguini Service gynéco obstétrique Hôpital Bachir Mentouri Kouba 9ème congrès SAEREM 4ème congrès FAFEM 7-8 Mai 2011 ALGER

Plus en détail

Cancer anal et cancer du col au cours de l infection. par le VIH: Epidémiologie Prévention

Cancer anal et cancer du col au cours de l infection. par le VIH: Epidémiologie Prévention Cancer anal et cancer du col au cours de l infection par le VIH: Epidémiologie Prévention Christophe Piketty Département d Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Cancer du col et cancer anal Deux

Plus en détail

Le Bilan d Imagerie Annuel n est il pas plus Néfaste que Bénéfique? Anne Tardivon & le service de Radiologie Institut Curie, site Paris

Le Bilan d Imagerie Annuel n est il pas plus Néfaste que Bénéfique? Anne Tardivon & le service de Radiologie Institut Curie, site Paris Le Bilan d Imagerie Annuel n est il pas plus Néfaste que Bénéfique? Anne Tardivon & le service de Radiologie Institut Curie, site Paris Pas de conflit d intérêt à déclarer Test(s) Reproductible(s)=> 2

Plus en détail

Journée ACORDE Reims 12 juin 2014

Journée ACORDE Reims 12 juin 2014 Journée ACORDE Reims 12 juin 2014 Lésions frontières et précancéreuses du sein Les marqueurs pronostiques et prédictifs du cancer du sein Jean-Pierre Bellocq Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Des points

Plus en détail

Allaitement maternel après cancer du sein

Allaitement maternel après cancer du sein Allaitement maternel après cancer du sein Breastfeeding after breast cancer C. Fournis 1, M.-C. Voltzenlogel 1, V. Lavoué 1 et J. Levêque 1, 2 Mots clés : allaitement, cancer du sein, récidive, mbrca Keywords:

Plus en détail

Cancer du sein : Modalités de dépistage chez les femmes à haut risque

Cancer du sein : Modalités de dépistage chez les femmes à haut risque SFPM - Biarritz 1 ier Avril 2017 Cancer du sein : Modalités de dépistage chez les femmes à haut risque Dr Claire Senechal. Gynécologue. Oncogénétique Institut Bergonié DÉPISTAGE ORGANISÉ DÉPISTAGE ORGANISÉ

Plus en détail

Contraception hormonale et risque vasculaire: la polémique 3G 4G

Contraception hormonale et risque vasculaire: la polémique 3G 4G Contraception hormonale et risque vasculaire: la polémique 3G 4G Z.SADI Clinique de gynécologie obstétrique CHU Mustapha Alger 12 ème congrès national SAERM Alger 23-24 mai 2014 Contraception hormonale

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

L examen clinique en gynécologie (Evaluations)

L examen clinique en gynécologie (Evaluations) L examen clinique en gynécologie (Evaluations) Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/5 QCM QUESTION 1/8 : Dans quel cas faut-il réaliser un examen gynécologique?

Plus en détail

ECHOGRAPHIE THYROIDIENNE Les critères de qualité

ECHOGRAPHIE THYROIDIENNE Les critères de qualité ECHOGRAPHIE THYROIDIENNE Les critères de qualité Nodules de Thyroide nouvelles recommandations Pascal Rouquette Centre d Imagerie Médicale COMPANS CAFFARELLI TOULOUSE Nodules thyroidiens - Fréquence -

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

CYTOLOGIE MAMMAIRE. Docteur Emmanuelle MENET 6 janvier Centre René Huguenin Saint-Cloud

CYTOLOGIE MAMMAIRE. Docteur Emmanuelle MENET 6 janvier Centre René Huguenin Saint-Cloud CYTOLOGIE MAMMAIRE Docteur Emmanuelle MENET 6 janvier 2009 Centre René Huguenin Saint-Cloud LES ECOULEMENTS MAMELONNAIRES ET LES LESIONS DE LA PLAQUE AREOLO- MAMELONNAIRE LA CYTOPONCTION DES FORMATIONS

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN EN ALGERIE

EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN EN ALGERIE EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN EN ALGERIE A.BARKAT CHU.Constantine 7éme congrès SAERM 14-15/03/09 ALGER INTRODUCTION 1er cancer féminin. 1ère cause de mortalité par cancer. Préoccupation : véritable «épidémie».

Plus en détail

PERI MENOPAUSE CHEZ LA FEMME MAROCAINE. Quelques réflexions

PERI MENOPAUSE CHEZ LA FEMME MAROCAINE. Quelques réflexions PERI MENOPAUSE CHEZ LA FEMME MAROCAINE Quelques réflexions Pr M.GHAZLI Président de l AMEM Service de Gynéco-Obstétrique «B» CHU - Casablanca. Maroc. amem@menara.ma AU MAROC 30 Millions d habitants 3

Plus en détail

Cas clinique interactif

Cas clinique interactif Cas clinique interactif XVIII ème Journées de sénologie interactive Sylvie BONFILS Centre des Maladies du Sein Hôpital St Louis Madame A!. 30 ans!! Consulte pour renouvellement de contraception progestative

Plus en détail

Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG. Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger

Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG. Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger Péri ménopause Péri ménopause : 2 à 8 ans avant la ménopause et 1 an après les dernières

Plus en détail

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature M. Chehab, JL Sautière, Y. Maisonnette-Escot, D. Riethmuller, R. Maillet CHU Besançon Introduction

Plus en détail

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion

Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion Projet de mutualisation de l Activité physique en Oncologie : 1 ère Réunion 24-6-2013 Ordre du jour Rationnel du projet Les données de la littérature Objectifs du projet Tour de table Intérêt au projet

Plus en détail

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement :

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement : 1 - Adenofibrome : a) Clinique : Tuméfaction unique (ou multiple soit d'emblée soit plus tard) chez une patiente jeune (20 à 30 ans) ayant tous les critères de la bénignité : - bien limitée - élastique

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 NORLEVO 1,5 mg, comprimé Boîte de 1 Laboratoires HRA Pharma lévonorgestrel Liste I Date de l AMM : 19 avril 2004

Plus en détail

TRAITEMENT ORAL DE L ACNÉ

TRAITEMENT ORAL DE L ACNÉ TRAITEMENT ORAL DE L ACNÉ I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCES Recommandations AFSSAPS : «Traitement de l acné par voie générale», janvier 1999. Recommandations

Plus en détail

Lymphome lymphoplasmocytaire/macroglobulinémie de Waldenström

Lymphome lymphoplasmocytaire/macroglobulinémie de Waldenström Auteurs : X. Troussard, E. Cornet, M. Maynadié, A. Monnereau macroglobulinémie de Waldenström Codes morphologiques Période utilisable 9761/3, 9671/3 1995-2010 Description et fréquence de la localisation

Plus en détail

Résumé des caractéristiques du produit

Résumé des caractéristiques du produit Résumé des caractéristiques du produit 1/7 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUANTITATIVE ET QUALITATIVE La substance active est la progestérone. 5 g de gel contient 50 mg de progestérone. Excipient

Plus en détail

Nexplanon Gérer les effets indésirables

Nexplanon Gérer les effets indésirables Conflits d intérêts sur ce thème 2010 à 2015 Nexplanon Gérer les effets indésirables T. Linet - 2 décembre 2015 Crédit de recherche ou support financier (honoraires pour action de formation) d'un laboratoire

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde 18 Cancer de la thyroïde Avec 3 711 nouveaux cas estimés en 2000 en France, le cancer de la thyroïde représente 1 % de l ensemble de nouveaux cas de cancers (Remontet et coll., 2003). L incidence du cancer

Plus en détail

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e Cancers des VADS Dominique Chevalier Epidémiologie cavité orale, pharynx larynx Incidence standardisée monde en 2012 Hommes : 16.1 Femmes : 5.4 Incidence région Nord-Ouest : 2012 Hommes : 35 Estimation

Plus en détail

ZONE de TRANSFORMATION ATYPIQUE. de GRADE I CORRELATIONS CYTO-HISTOLOGIQUES

ZONE de TRANSFORMATION ATYPIQUE. de GRADE I CORRELATIONS CYTO-HISTOLOGIQUES ZONE de TRANSFORMATION ATYPIQUE de GRADE I CORRELATIONS CYTO-HISTOLOGIQUES TRANSFORMATION NORMALE Jonction épithélium malpighien - épithélium cylindrique EPITHELIUM MALPIGHIEN EXOCERVICAL cellules superficielles

Plus en détail

Journée Post-DU. Mme Maceducin. Masse clinique du sein. Qu est-ce que l on fait? Pathologies bénignes du sein en pratique quotidienne

Journée Post-DU. Mme Maceducin. Masse clinique du sein. Qu est-ce que l on fait? Pathologies bénignes du sein en pratique quotidienne Journée Post-DU Pathologies bénignes du sein en pratique quotidienne Mme Maceducin 32 ans, a senti une «boule en sortant de la douche» Masse clinique du sein Qu est-ce que l on fait? Inspection mammaire

Plus en détail

Stérilets Effets secondaires"

Stérilets Effets secondaires Stérilets Effets secondaires" INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2012 1 Contenu Effets secondaires" Signes de danger" 1 Effets secondaires du stérilet au cuivre Augmentation possible des saignements jusqu

Plus en détail

LA CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME AYANT EU UN CANCER DU SEIN. Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis - Paris

LA CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME AYANT EU UN CANCER DU SEIN. Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis - Paris LA CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME AYANT EU UN CANCER DU SEIN Bertrand TOURNANT Centre des Maladies du Sein Hôpital St- Louis - Paris Par définition, il s agit donc de femmes jeunes, en âge de procréer et

Plus en détail

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre Partie 1 10 QCM à choix multiples

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre Partie 1 10 QCM à choix multiples FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 DFASM1 15 Décembre 2014 Partie 1 10 QCM à choix multiples QCM1 : Parmi les propositions suivantes concernant cet article, indiquez la (ou les) réponse(s)

Plus en détail

INTERET et LIMITES de La CYTOPONCTION des Nodules THYROIDIENS

INTERET et LIMITES de La CYTOPONCTION des Nodules THYROIDIENS INTERET et LIMITES de La CYTOPONCTION des Nodules THYROIDIENS Thomas PIFFETEAU DESC Chirurgie viscérale Poitiers - Juin 2004 EPIDEMIOLOGIE Pathologie fréquente Prévalence: 4 à 7 % population générale Femmes

Plus en détail

Tableau. d équivalence contraceptifs oraux JANVIER 2016 VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN

Tableau. d équivalence contraceptifs oraux JANVIER 2016 VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN JANVIER 2016 Tableau d équivalence contraceptifs oraux VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN 7000011912-01/16 VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN Tableau d équivalence contraceptif oraux commercialisés en ville sur

Plus en détail

Epidémiologie du cancer du sein en Algérie

Epidémiologie du cancer du sein en Algérie Epidémiologie du cancer du sein en Algérie VII e AGORA Cancer du sein RH+ 04 septembre 2017 Dr S.DIFI.Pr K.Bouzid Centre Pierre et Marie Curie CPMCclinique debussy Plan I-Introduction. II-Epidémiologie

Plus en détail

Questions Examens. Anatomie Pathologique MED4

Questions Examens. Anatomie Pathologique MED4 Questions Examens Anatomie Pathologique MED4 1. Description Questions Examens d anatomie pathologique Mme Salmon 2. Remerciements Aux étudiants de MED4. 3. À propos de CandiMed CandiMed est un site Web

Plus en détail

JL Faillie, G Mercier

JL Faillie, G Mercier PLAN Épidémiologie Types d'études observationnelles MB6 2011 2012 Épidémiologie : définitions Types d études épidémiologiques Épidémiologie i i descriptive Enquêtes transversales de prévalence Enquêtes

Plus en détail

Virus C & Cancers Philippe Sogni. Université Paris Descartes INSERM USM20 Institut Pasteur Hépatologie, hôpital Cochin (AP-HP), Paris

Virus C & Cancers Philippe Sogni. Université Paris Descartes INSERM USM20 Institut Pasteur Hépatologie, hôpital Cochin (AP-HP), Paris Virus C & Cancers Philippe Sogni Université Paris Descartes INSERM USM20 Institut Pasteur Hépatologie, hôpital Cochin (AP-HP), Paris Pr Philippe SOGNI, M.D., Ph.D. Liens d intérêt Boards, workshops ou

Plus en détail

Lésions bénignes hépatiques: le point de vue du clinicien

Lésions bénignes hépatiques: le point de vue du clinicien Lésions bénignes hépatiques: le point de vue du clinicien Anaïs Vallet-Pichard 6ème Réunion annuelle de Pathologie Digestive Hôpital Cochin-Hôtel Dieu Femme antillaise primipare de 24 ans Découverte à

Plus en détail

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES?

FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? FAIT ON TROP DE MICRO ET MACRO BIOPSIES? V Juhan, P Siles Hôpital La Timone, Marseille SFSPM, Marseille, Nov 2011 Progrès technologiques Pression commerciale Principes de précaution Exigence des patients

Plus en détail

La Périménopause. Dr Briole-Ancel et Dr Girard-Arrivé

La Périménopause. Dr Briole-Ancel et Dr Girard-Arrivé La Périménopause Dr Briole-Ancel et Dr Girard-Arrivé LE VIEILLISSEMENT OVARIEN: 4 phases BAISSE DE LA FÉCONDITÉ (infra-clinique) LA PÉRIMÉNOPAUSE PRÉCOCE (cycles réguliers, symptômes d insuffisance lutéale)

Plus en détail

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE

B) APPLICATIONS EN CLINIQUE B) APPLICATIONS EN CLINIQUE I) INTRODUCTION Micropathologies thyroïdiennes fréquentes et coûteuses -Hypothyroïdies «infra-cliniques» -Hyperthyroïdies «infra-cliniques» -Micronodules thyroïdiens Dosages

Plus en détail

CYTOLOGIE THYROIDIENNE

CYTOLOGIE THYROIDIENNE CYTOLOGIE THYROIDIENNE Résultats, Bethesda et implications pour le clinicien Cytologie thyroïdienne Introduction Présentation de la conférence de Bethesda CAT Cytologie thyroïdienne Nodule thyroïdien Nombreux

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus présentés par l Agence européenne des médicaments

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus présentés par l Agence européenne des médicaments Annexe II Conclusions scientifiques et motifs du refus présentés par l Agence européenne des médicaments 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique d Ethinylestradiol-Drospirenone

Plus en détail