Rapport d activité. Association «Maison des Projets» agréée Centre Social. Association Maison des Projets / Rapport d Activité 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activité. Association «Maison des Projets» agréée Centre Social. Association Maison des Projets / Rapport d Activité 2011"

Transcription

1 Rapport d activité 2011 Association «Maison des Projets» agréée Centre Social 1

2 2

3 Sommaire 1. PREAMBULE (P4) 2. PROJET SOCIAL (P5-6) 3. VIE DE L ASSOCIATION (P7-10) 4. ACCUEIL COMMUNICATION (p11-15) 5. ENFANCE (p16-18) 6. JEUNESSE (p19-22) 7. TOUT PUBLIC (p23-26) 8. FAMILLES (p27-29) 9. SOUTIEN A LA VIE ASSOCIATIVE (p30-31) 10. SERVICES HEBERGES (p32-40) 3

4 Préambule L Association Maison Des Projets (M.D.P.) a entamé depuis 2010 une démarche d ouverture et de développement des partenariats avec les acteurs du secteur social. L agrément Centre Social, dans ce qu il implique de reconnaissance institutionnelle et de moyens, représentait une étape fondamentale dans le développement du travail mené par l association avec les collectivités locales, les habitants, et différents acteurs du champ social et socioculturel du territoire. Le travail réalisé sur la période , nous a ainsi permis d affiner et de consolider l ossature du projet social, et son dimensionnement, à travers une dynamique participative. Par conséquent, la validation de l Agrément Centre Social, à travers l Animation Globale et Coordination, et, l Animation Collective Famille, par le Conseil d Administration de la Caisse d Allocations Familiales de la Sarthe en décembre 2011, va permettre à l association de travailler dans des conditions adéquates. Cependant, la résonance du Projet Social et son appropriation progressive par les habitants demeureront pour nous les éléments de réussite qu il nous faudra travailler et asseoir, dans le souci d un projet avec, pour et par les habitants. La Maison Des Projets est désormais agréée pour quatre ans (période ) à travers les fonctions : - Animation Globale & Coordination - Animation Collective Famille Dans un premier temps, nous vous présenterons les éléments fondateurs du Projet Social dont la version complète peut vous être transmise sur demande. En outre, le présent dossier vous présentera les éléments d appréciations quantitatives et qualitatives inhérents à l année 2011, à travers les différents secteurs ou services que nous proposons. Celle-ci a été marquée, en outre, par l intégration du secteur Jeunesse au sein de l association, à travers une mise à disposition des Agents de la Fonction Publique territoriale y évoluant. Par ailleurs, l exercice 2011 a permis également la construction du Secteur Famille du Centre Social, élément incontournable du Projet. 4

5 Projet Social Comme expliqué préalablement, le cadre d intervention de notre association apparait défini au sein du document «Projet Social» qui détaille les différentes composantes (organisationnelles, techniques, humaines, économiques, autres) de l association. Vous trouverez ci-dessous, les éléments transversaux de ce dernier, issus de la version complète consultable au Centre Social. Ces éléments composeront ainsi, à compter du 1 er janvier 2012, le cadre d intervention de l association Maison Des Projets : de ce fait, une présentation succincte de ceux-ci vous est proposée ci-après. Un projet développé dans le respect de différents référentiels En adéquation avec les éléments du diagnostic territorial, croisés aux analyses portées sur l existant, le nouveau projet du Centre Social, et ses objectifs, ont pu être définis sur la période Au-delà, ce Projet est conjointement produit dans un souci d adéquation avec les documents suivants : Finalité - Circulaires de la Caisse Nationale d Allocations Familiales (C.N.A.F.), spécifiquement la Circulaire n 56 du 31 octobre 1995 (cf. / Animation Globale et Coordination A.G.C.), et la Circulaire n 195 du 27 juillet 1998 (cf. / Animation Collective Famille A.C.F.) ; - Statuts et plus particulièrement l Objet de l association, article II de ses statuts : «La Maison des Projets agit dans un territoire composé des communes de la Communauté de Commune des Portes du Maine et de la Commune de Sainte Jamme. Cet ensemble est appelé le «territoire» dans les présents statuts. L association a pour objet d être référente de l animation globale du territoire et de la coordination de l action sociale transversale du territoire, en appui de la Communauté de Communes, des communes, des associations et des habitants. De ce point de vue, l action de la Maison des Projets a trait à l ensemble des registres nécessaires au renforcement des liens sociaux : aux loisirs, à l animation, à l éducation, à la culture, aux solidarités, à la formation, aux activités sportives, etc..l association peut gérer des services destinés à tous les habitants du territoire» ; - Conventions partenariales avec les collectivités partenaires, et au-delà, partenaires décideurs et/ou financeurs ; - Dossier de Demande d Agrément à la C.A.F. de la Sarthe Cabinet Praxis (Mai 2010) Un projet d'animation ancré dans le vivre ensemble et la solidarité, développé à travers une démarche participative, pour, par et avec les habitants Objectifs Généraux Mettre en œuvre un projet d'animation globale et intergénérationnel, renforçant le lien social et familial, ainsi que la mixité sociale, culturelle et socio-économique ; Répondre aux enjeux territoriaux et à leurs évolutions, à travers une approche pluridisciplinaire, en complémentarité avec l'existant (offre de service locale) ; Accompagner, encourager et susciter les dynamiques territoriales valorisant l'individu, le groupe et les acteurs locaux plus largement ; Favoriser l'implication des habitants au sein du Centre Social, et encourager / appuyer les initiatives locales favorables au territoire ; 5

6 Objectifs Pédagogiques du Projet Social Promouvoir la citoyenneté par des pédagogies actives et différenciées, positionnant l'individu au cœur de l'action ; Permettre l'épanouissement individuel et collectif des usagers du Centre Social, afin qu'ils soient auteurs et acteurs de celui-ci ; Offrir un accès au plus grand nombre par la pratique d'une grille tarifaire idoine, et par des modalités d'interventions au plus près des habitants et de leurs lieux de vie ; Considérer l'individu dans sa globalité, respecter les différences, lutter contre toutes formes de discriminations ; Rappelons que l accueil et la participation des habitants demeureront transversaux à l ensemble des axes et objectifs guidant ses actions. Un projet social organisé à travers 4 Pôles complémentaires POLE ACCUEIL / COMMUNICATION POLE ENFANCE / JEUNESSE UNE ARCHITECTURE DU PROJET A TRAVERS 4 POLES STRUCTURANTS POLE FAMILLES / ANIMATIONS TOUS PUBLICS POLE DEVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL / INITIATIVES HABITANTS 6

7 VIE DE L ASSOCIATION Vie des instances Précisons que depuis sa reconfiguration en mars 2010, l association a tenu un certain nombre d instances, dont en 2011 : 6 bureaux 5 Conseils d Administrations 1 Assemblée Générale Commissions Groupe de travail Intentions pédagogiques Les objectifs et effets attendus inhérents au travail de ces groupes ont été articulés en commun avec ceux-ci, à travers les principes généraux suivants, référentiels pédagogiques à la démarche de suivi et d évaluation mise en œuvre : Faire participer et impliquer les acteurs mobilisés et/ou mobilisables, dans une démarche d évaluation continue du projet social, soucieuse de fédérer les acteurs dans leur diversité, valorisant leurs pratiques et expériences ; Alimenter et éclairer l évaluation (analyse / diagnostic) et les préconisations/projections qui seront développées par le Centre Social dans un souci de cohérence territoriale ; Rechercher l articulation entre les besoins exprimés et les moyens mobilisés/mobilisables par le Centre Social et ses partenaires ; Valoriser et capitaliser les expériences, acquis et savoir-faire préexistants (projet social à l origine) dans un souci de dimensionnement adéquat d un projet pour, avec et par les habitants Les Commissions et groupes de travail initiés par la Maison des Projets De manière régulière, les usagers d un projet centre social, s impliquent au sein de Groupes de travail ou Commissions, pour prendre en compte toutes les composantes et préoccupations du territoire. Ces instances contribuent à l évaluation continue et partagée du projet associatif, au regard de thématiques spécifiques ou transversales. L association Maison des Projets a ainsi mis en œuvre lors du dernier trimestre 2010, à l issue de son Conseil d Administration du 06 octobre 2010, des espaces privilégiés qui se sont concrétisés par l élaboration de Commissions internes travaillant sur des thèmes précis. En outre, et afin de répondre à des problématiques ou thématiques précises, des groupes de travail ont également vu le jour, avec un référent administrateur pour chacun. Ces Commissions et/ou Groupes sont ainsi les suivants : Commission Economie du Projet Associatif (4 réunions de travail en 2011) ; Commission Ressources Humaines (3 réunions de travail en 2011) ; Commission Accueil Communication (5 réunions de travail en 2011) ; Commission Enfance Jeunesse (5 réunions du groupe de travail jeunesse et 3 réunions du groupe de travail enfance en 2011) ; Commission Familles / Animations Tout Public (pas encore de commission mais 3 réunions du Groupe Ateliers Socioculturels, et 4 réunions du groupe de travail avec les établissements scolaires en 2011) ; Commission Développement social local / Initiatives Habitants (1 commission, 4 réunions de travail du Groupe Forum Associatif et 8 réunions du Groupe de travail à aide alimentaire en 2011) 7

8 La Commission Economie du Projet Associatif Elle a pour finalité de suivre l évolution économique de l association à travers différents outils (plan de trésorerie, Budgets prévisionnels globaux et par secteurs, investissements ), de préparer le budget Prévisionnel, et d intégrer les différents paramètres qui impacteraient positivement, ou non, l association. La Commission Ressources Humaines Son enjeu premier a été de décliner l organisation salariale la plus idoine, en regard du projet social visé, compétences des salariés, et pré-requis nécessaires aux animations répondant au projet. Transversalement, elle répond au suivi de l équipe salariée sur sa dimension R.H. (Suivi préparatoire au Plan de Formation Annuelle, Suivi et préparation de l évaluation des salariés, Préparation de la Rémunération Individuelle Supplémentaire (ou R.I.S.). La Commission Accueil Communication Sur la Fonction Communication : Elle a travaillé à la réalisation d un Plan de Communication (document inexistant à l origine) et plus particulièrement, la charte graphique du Centre Social afin d harmoniser les supports de communication, qu ils soient internes ou externes, au format papier ou numérique. En outre, elle a contribué à la réalisation, dès le 1 er février 2011 d une Gazette Interne diffusée à nos adhérents et partenaires : le Bull Info. Elle a travaillé pour la réalisation du site internet de l association. Enfin, elle a fait valider le nouveau logotype du Centre Social apposé en en-tête du présent dossier. Sur la Fonction Accueil : L accueil est une fonction centrale d un Centre Social, pilier de son organisation, et premier contact avec les habitants. Le travail proposé s efforce de favoriser le développement de la fonction en favorisant l organisation spatiale des locaux, leur habillage (par des supports de Communication clairs et répondant aux usagers), leur accessibilité, mais aussi, en appuyant la valorisation de productions (faites par les secteurs du Centre Social lors de ses ateliers ou par des partenaires locaux) à travers des expositions présentes au Centre Social, et si possible, dans d autres lieux d interventions du Centre Social. Un travail a été engagé également à l égard du logiciel d adhérent «Abelium» (acquis au 2 nd trimestre 2010) dans un souci d appropriation optimale et adéquate avec les besoins du Centre Social. La Commission Enfance Jeunesse Suite à deux réunions propres à la présentation de la Commission et ses enjeux, nous avons mis en œuvre deux groupes de travail répondant au Secteur Jeunesse et au Secteur Enfance. Il apparait nécessaire de rappeler que le territoire révèle un dispositif Contrat Enfance Jeunesse qui conditionne les animations Enfance, Jeunesse, ainsi que le service intercommunautaire Petite- Enfance (RAMPE et Multi Accueil). Le Groupe de Travail Jeunesse a dû préparer la gestion unique de la Jeunesse par le Centre Social qui fut formalisée au 1 er janvier 2011, avec deux éléments essentiels : - l intégration des agents de la fonction publique issus du Service Jeunesse de la Communauté de Communes des Portes du Maine, dans le cadre d une mise à disposition ; - la formalisation auprès des services de la CAF. et de la DDCS de la Sarthe d une gestion / organisation unique des animations jeunesse portée au 1 er janvier 2011 par la Maison des Projets 8

9 Sur ce second item, le Centre Social a dû préparer collectivement cette «passation» des animations Jeunesse au sein de son organisation par l intégration des différents organisateurs des animations jeunesse qui préexistaient jusqu au 31 décembre Ainsi, le Groupe de Travail Jeunesse s est enrichi par la mobilisation des anciens organisateurs : les 3 MJC présentes sur le territoire, ainsi que l association Dynamique Jeunesse (Courcemont), l association Jeunesse de Courceboeufs, et l association Foyer de Jeunes de Saint Jean D Assé). Le groupe a participé au Diagnostic Enfance Jeunesse par la mobilisation de ses membres au sein d un Comité Technique fédérant également la CAF et les collectivités locales signataires du Contrat Enfance Jeunesse. Enfin, au mois de juillet 2011, le Groupe de travail Jeunesse de la Maison des Projets, et la Commission Jeunesse de la Communauté de Communes, ont décidé de mutualiser leurs travaux, et ce, au sein d une instance unique. Le Groupe de Travail Enfance, a été quant à lui initié début 2011, et animé par des bénévoles du Centre Social, usagers du Centre de Loisirs Enfance implanté à Montbizot, ainsi que par le Responsable du secteur. Ce groupe travaille sur deux registres complémentaires : - les enjeux et problématiques liés au Contrat Enfance Jeunesse ; - des thématiques de travail propres à la gestion quotidienne du secteur Enfance afin d optimiser ce dernier, et répondre, tant que faire ce peut, aux attentes et besoins révélés et/ou exprimés Dans le cadre du Diagnostic Enfance Jeunesse, des membres de ce groupe ont été aussi mobilisés et ont contribué à la réalisation de ce dernier. La Commission Famille Animations Tous Publics Pas de Commission mise en œuvre à proprement parler, mais le développement de deux Groupes de Travail thématisés comme suit : Un Groupe de Travail mobilisant les différents établissements scolaires du territoire, l inspection académique de circonscription, le service solidarité du Conseil Général de la Sarthe, un administrateur référent du Centre Social et des salariés (Référent Famille et Direction) a été constitué au 1 er trimestre Il s est réuni à 4 reprises entre février et septembre Ce groupe de travail s est impliqué sur les notions d enjeux partagés au regard de publics communs (enfance et jeunesse) pour proposer des animations partenariales adéquates. Dans un autre cadre, répondant aux enjeux des Animations Tous Publics cette fois, un Groupe de Travail Ateliers Socioculturels a été mis en œuvre mobilisant des usagers du Centre Social. Trois sessions de travail ont eu lieu, en réponse aux attentes des ateliers culinaires «Saveurs D Ici & D ailleurs». En outre, d autres réflexions, en résonance à des besoins locaux, sont également travaillées. Une Commission Famille Tout Publics était en cours de constitution fin 2011, et devrait pouvoir être opérationnelle au début de l exercice

10 Commission Développement Social Local / Initiatives Habitants Une Commission avait été proposée fin 2010 et a concédé qu il fallait mettre en œuvre des Groupes de travail par thématiques, du fait d enjeux particuliers. Des groupes de travail ont été définis et proposés comme suit : Sous l impulsion du Cabinet Praxis, et au regard du portage par le Centre Social depuis les années 90 de la gestion et distribution de l Aide Alimentaire, un groupe de travail fédérant des usagers du Centre Social, bénéficiaires (ou non) de l Aide Alimentaire, ainsi que des administrateurs et salariés a été mis en œuvre dès juin Ce Groupe de Travail a permis l évolution de l accueil lors de la remise des colis (une fois par mois) en proposant des ateliers socioculturels, ainsi que des sorties à thèmes, fédérant par ailleurs d autres usagers non bénéficiaires de l Aide Alimentaire, dans un souci de mixité. En 2011, 21 bénévoles ont apporté leur aide aux transports des denrées alimentaires, au déchargement, à la préparation des colis alimentaires, à l aide à l accueil des bénéficiaires et à la remise des colis alimentaires. Il est important de révéler que 16 bénévoles se sont également mobilisés pour la «Collecte nationale des denrées alimentaires», proposée en partenariat avec le Super U de Sainte Jamme sur Sarthe, et l Ecomarché de Ballon. Un travail de collecte a également été mené au sein du Collège de Ballon (denrées alimentaires), ainsi qu une sensibilisation réalisée fin 2011 au Collège de Sainte Jamme sur Sarthe ayant abouti à une collecte de jouets au profit de l association Secours Populaire Français Antenne sarthoise. Synthèse sur les Commissions et Groupes de Travail Ces Commissions et Groupes de Travail nous permettent de sensibiliser le Bureau et, de facto, le Conseil d Administration de l association, quant à l avancée de certaines actions, ou réflexions à l égard de perspectives projets qui seraient à proposer ou à accompagner. Ces temps d échanges et de partages sont vecteurs à la mobilisation pour l association, car elles permettent aux habitants de s impliquer en faveur de sujets ou thèmes les sensibilisant, et pour lesquels ils apportent leurs regards, expériences et analyses. Ces Commissions participent activement à l avancée d un projet à co-construire, nourrissant ainsi les éléments d appréciations en cours, et à venir, opportuns à la mise en œuvre d actions partagées et cohérentes avec les besoins territoriaux exprimés / révélés. Enfin, elles permettent la valorisation de savoirs, savoir-faire ou compétences révélés par des habitants, concomitamment aux compétences des professionnels qui y sont associés. Elles favorisent l épanouissement et le développement individuel et/ou collectif. Ce sont de véritables espaces de démocratie participative, sources d expression de la diversité. 10

11 ACCUEIL - COMMUNICATION ACCUEIL L Accueil, c est avant tout une personne disponible, et à l écoute. La fonction Accueil est en effet un élément central et incontournable dans la vie d une structure «Centre Social», qui traduit les valeurs d une association où l individu est reçu dans «sa globalité», sans distinction, ni préjugés. En franchissant la porte du Centre Social, l Accueil apparaît comme le premier regard ou contact entre un tiers, et l association. L Accueil est ainsi une interface privilégiée entre les différents secteurs, aiguillant les flux d informations reçus vers le ou les bons destinataires, permettant d éclairer un habitant sur les activités proposées et les modalités de participation, ou d inscription, à telle ou telle animation. Au-delà, la fonction Accueil apparaît transversale à tous les secteurs, et permet le lien entre les différents salariés et/ou bénévoles de l association, car sollicitée quotidiennement. Elle concoure à la bonne marche du projet et aux animations mises en œuvre. L accueil se caractérise par les grands axes suivants : - recevoir l information, quelle qu elle soit, et quelle que soit sa nature ou origine ; - répondre à l information directement ou orienter en direction d un interlocuteur ad hoc ; - assumer une confidentialité dans les données reçues ou à communiquer si nécessaire ; - diffuser l information (par différents supports internes et/ou externes) ; - rendre conviviaux les différents espaces de l équipement Répartition des différentes familles usagères par secteur d activité 2% 19% 8% 45% ALSH Ti ckets Sports Foyers Aide Alimentaire Tout public 26% Les adhérents, au 31/12/2011, représentaient 590 familles différentes réparties comme suit : familles sur le secteur Enfance ; familles sur le secteur Jeunesse (dont 153 sur les animations Tickets Sports Loisirs, et 50 sur les Foyers de Jeunes) ; familles bénéficiaires de l Aide Alimentaire - 13 familles inscrites aux activités Familles 11

12 Domiciliation des familles usagères par secteur d activité #1 / Secteur Enfance : provenance des 262 familles Commune Nombre familles % familles Nombre Enfants % enfants Ballon 21 8 % % Courceboeufs % % Courcemont % % Joué l abbé % 25 6 % La Guierche % % Montbizot % % Souillé % % Souligné % 20 5 % St Jean % % St Mars % % Ste Jamme % % Teillé % % Hors canton (Mezières,Neuville, Briosne les sables, Meurcé, La bazoge, Nouans, Lucé sous ballon, Congé sur Orne, Vivoin, St Marceau, Maresché, Coulaines, Ste Sabine) % % Totaux % % #2 / Secteur Jeunesse : provenance des 203 familles Bal lon Courceboeufs Courcemont 16 Joue l'abbe 5 La Guierche Montbi zot Souille 22 Souli gne s/ball on Ste Jamme/Sarthe St Jean d'assé St Mars s/ballon 16 Teillé Autres 12

13 #3 / Axe «Aide Alimentaire» : provenance des 293 personnes bénéficiaires (ou 112 foyers différents) Aide Alimentaire 2011 NOMBRE DE BENEFICIAIRES PAR COMMUNE 293 2,27% 235 1,82% Souillé St Mars sous Ballon St Jean d'assé La Guierche. Souligné sous Ballon Courceboeufs Courcemont Joué l'abbé Teillé Ste Jamme sur Sarthe Ballon Montbizot TOTAL #4 / Secteur Familles (provenance des 13 familles inscrites aux activités) BALLON ST JEAN D'ASSE ST MARS SOUS BALLON Hors Canton Conclusions / Perspectives Développement de l outil informatique «abelium» - progiciel de gestion des adhérents ; Travailler et consolider les modalités d organisations facilitant et harmonisant le suivi et l inscription des usagers, et ce, quels que soient les secteurs composant l activité globale du Centre Social ; Favoriser l usage et la pratique (appropriation) du logiciel d adhérents, «Abelium» en proposant dans un premier temps un appui technique via le Plan de Formation. Ce travail sera d autant plus important qu il sera nécessaire d y associer les responsables de secteurs, ainsi que la Comptabilité, dans un souci d usage transversal du logiciel, de son paramétrage (afin qu il se corrèle à nos besoins), et pour que la salariée en charge de l accueil identifie bien les nuances ou spécificités présentes entre les secteurs (grilles tarifaires, renseignements demandés aux familles ) ; Scénariser, au sein de la Commission Accueil Communication, les possibilités d agencement de la borne d accueil, en réponse aux problématiques de nuisances sonores, et conjointement, pour renforcer la notion de confidentialité. Animation de la Commission Accueil - Communication. 13

14 COMMUNICATION L association a dû réaliser des supports de communication adaptés aux attentes et usages des habitants, ayant nécessité la production d un site internet, ainsi que différents supports médias ou papiers (gazette de l Association «Bull Info», affiches, prospectus / flyers, ). Le site internet de l association apparait en ligne depuis la fin d année 2011 (ayant pour URL : ) : Ce site a été réalisé avec l appui d un prestataire extérieur manceau (société «Carbon 14»). «capture d écran du site L association produit également, depuis le mois février 2011, une gazette intitulée «Le Bull Info», qui est distribuée majoritairement par voie numérique (courriels) à nos adhérents ou partenaires. En 2011, 8 numéros ont été réalisés. Ce support composé de 4 pages, met en relief la vie de l association et de ses secteurs, ainsi qu un rappel de dates ou échéances, aussi divers soient-elles, quant aux projets de l association. 14

15 Conclusions / Perspectives Favoriser la connaissance du Centre Social et de ses activités, du fait de sa récente reconfiguration, et d un territoire relativement important, où certaines communes ont accueilli ces dernières années de nouveaux habitants. Faire réseau avec les différents sites d animations où le Centre Social interagit dans le souci de favoriser la diffusion des supports de communication Favoriser l agencement des affichages en organisant les supports par publics et thématiques, dans un souci de visibilité Organiser et produire des contenus qui seront dédiés au site internet, afin que celui-ci soit actualisé, et ce, d autant que ce type de support révèle un usage quotidien pour de nombreuses familles. Consolider la production du «Bull Info» pour lequel nous avons des retours favorables des habitants et élus locaux. Renforcer le lien avec le secrétariat de chaque commune, dans le souci d appuyer la diffusion de nos supports de communication, et plus largement, les informations du Centre Social, au regard d un territoire complexe composé de communes plus ou moins éloignées les unes des autres. Il est en effet important de travailler la proximité en général, et particulièrement dans le cadre de l accueil et de la communication, car le Centre Social est implanté à Ballon, Chef lieu de Canton. 15

16 ENFANCE Préambule Le secteur enfance a pour mission d assurer la mise en œuvre de l Accueil de loisirs Sans Hébergement (A.L.S.H.) durant les périodes dites de vacances scolaires. Ses activités (tout comme les animations relevant des secteurs Jeunesse et petite-enfance) s inscrivent dans le cadre du dispositif public «Contrat Enfance Jeunesse» Les animations proposées s inscrivent à travers 2 axes : - animations sur site (Base de Loisirs de Montbizot) - des séjours (proposés en période estivale uniquement) L Accueil de loisirs reçoit des enfants âgés de 4 à 13 ans, domiciliés sur les communes qui composent la Communauté de Communes des Portes du Maine, ainsi que ceux résidant à Sainte Jamme sur Sarthe, Afin de répondre au mieux aux besoins et rythmes des enfants, nous mettons en place des groupes de tranches d âge, en y déclinant des contenus d animation adaptés. De plus, chaque groupe dispose de locaux différents. Les périodes d ouverture en 2011 du Centre de Loisirs, ainsi que des séjours, furent les suivantes : FEVRIER AVRIL JUILLET AOUT OCTOBRE TOTAL JOURS 5 JOURS 19 JOURS 9 JOURS 5 JOURS 43 jours d ouverture JUILLET 1 JUILLET 2 JUILLET 3 JUILLET 4 TOTAL JOURS 3 JOURS 5 JOURS 5 JOURS 18 jours d ouverture Données quantitatives 2011 Le secteur Enfance a recensé 397 enfants différents, âgés de 4 à 13 ans ayant participé à l Accueil de loisirs et aux séjours de vacances (contre 343 enfants en soit 54 enfants supplémentaires par rapport à N-1). Ces données permettent une mise en relief comparée avec l exercice 2010, soit : familles différentes (254 en 2010) journées enfants consommées (4056 en 2010) ou heures enfants consommées ( en 2010) - 43 jours d ouverture (44 en 2010) - 33 vacataires différents (30 en 2010) PERIODES PETITES VACANCES JUILLET AOUT SEJOURS EFFECTIFS De 37 à 60 enfants par période De 110 à 145 enfants par semaine De 60 à 80 enfants par semaine Taux de remplissage proche de 100% APPRECIATION Effectifs stables par Hausse d environ Hausse de 10 à 25 Nette hausse, due rapport à % par semaine. selon la semaine. aux 32 places au lieu de 24 16

17 En 2011, nous avons constaté un équilibre global concernant les «petites vacances» par rapport à Cependant, il est important de souligner la forte demande issue des «maternelles» durant le mois de Juillet (entre 25 et 30 par semaine), le mois d Août (entre 16 et 18 par semaine), ainsi que le fort taux de participation des ans, notamment en Juillet (Entre 20 et 28 par semaine). A l égard de l origine ou domiciliation des familles, il apparait en 2011, que les communes de Montbizot, ainsi que Sainte Jamme sur Sarthe, présentent le plus fort taux de participation. Les communes les moins représentées étant quant à elles Teillé, Courcemont et St Mars sous ballon. Il est également intéressant de constater la hausse du taux de participation d enfants résidant au sein de communes hors territoire d intervention. 1,6 16,4 7,7 8 5,4 6 4,2 Ballon Courcemont La Guierche Souillé Courceboeufs Joué l'abbé Montbizot Souligné 4,1 7,4 St Jean St Mars 9,2 20,5 Ste Jamme Teillé 4,9 4,5 Hors canton Concernant les familles adhérentes au Secteur Enfance, les foyers relevant du Quotient Familial n 2 sont les plus représentées (33% des familles inscrites), suivies par celles relevant du Quotient Familial n 8 (20,5%), puis celles relevant du Quotient Familial n 1 (17,6%). Ces éléments confirment la mixité sociale qui s opère au sein de ce secteur, tout en traduisant un accès à celles ayant un capital économique modeste (quotients 1 & 2). Données qualitatives 2011 Concernant les effectifs : - Une hausse constante des effectifs, en particulier sur la période estivale depuis ces 4 dernières années, toutes tranches d âges confondues, traduisant ainsi un réel intérêt et besoin croissant de la part des familles en direction du Secteur Enfance ; - Une fréquentation nettement en hausse du public 4-6 ans, notamment sur Juillet ; - Un accueil de loisirs clairement identifié comme susceptible d accueillir des enfants porteurs de handicap, au regard des demandes que nous avons eu en 2012 ; Concernant les contenus d animation proposés : - Un projet pédagogique qui s installe dans le temps, et qui prend appui sur une alternance entre des ateliers «longs» qui ciblent un apprentissage particulier (séquences d animations développées autour d un thème précis tels que les arts plastiques, la robotique, le cinéma etc.), et des temps ludiques (avec différents jeux) visant du divertissement et de la détente. Concernant l équipe d animation vacataire : - Des difficultés importantes pour composer l équipe de Juillet. Lourdeur des effectifs enfants qui conduit à une gestion d équipe (directeurs + animateurs) parfois complexe ; - Des animateurs pour la plupart très impliqués, et qui fournissent un travail de qualité en cohérence avec les exigences pédagogiques. 17

18 Conclusions / Perspectives L année 2011 a permis la mise en œuvre d un groupe de travail composé d élus, de parents et de bénévoles, ayant insufflé une dynamique de travail autour de divers enjeux concourant au Secteur Enfance, et à ses évolutions. Cette implication s est traduite par : - Une augmentation des places pour les séjours de vacances : de 24 à 32 places / séjour. - Une nouvelle grille tarifaire proposant ainsi huit tranches de quotients familiaux au lieu de cinq. - De nouvelles modalités d inscription séjours de vacances, dans un souci d équité - La possibilité pour les familles de choisir entre un «forfait 4 jours» ou un «forfait 5 jours». Le diagnostic territorial conduit en 2011 dans le cadre du renouvellement du Contrat Enfance Jeunesse (C.E.J.), nous a permis de constater et de confirmer le décalage entre l offre de service proposée, et les besoins exprimés par la population. Plusieurs thématiques de travail seront à affiner/finaliser courant 2012, telles que : - Un accueil débutant à 07h30 au lieu de 08h00 (opérationnalité dès le début de l année 2012) ; - Une amplitude d ouverture supérieure à l existant (intégralité des «petites vacances scolaires») semble nécessaire ; - Un accueil maternel à partir de 3 ans (et non plus 4 ans), avec une réorganisation des modalités d encadrement ; - Revisiter l amplitude des âges (élément de réflexion transversal), en travaillant conjointement avec le secteur Jeunesse notamment, à l égard des ans. 18

19 JEUNESSE Préambule Le Secteur Jeunesse a intégré la Maison Des Projets le 01 er janvier Il est assuré par des agents de la fonction publique territoriale employés par la Communauté de Communes des Portes du Maine, des permanents de l association (à temps partiel), ainsi que des vacataires mobilisés plus particulièrement lors des activités Tickets Sports Loisirs proposées durant les vacances scolaires. Le secteur Jeunesse se compose ainsi d activités thématisées, dont : 1. Les Tickets Sports Loisirs 2. Les Foyers Jeunes 3. Les actions de Proximité 4. Les Séjours 5. Evénementiels Temps forts La majorité des activités proposées répondant, tout comme le secteur Enfance, au dispositif public «Contrat Enfance Jeunesse» (C.E.J.). Données quantitatives Les Tickets Sports Loisirs (TSL) Jours Nbre de Nb Sexe Ages Domiciliation d Ouverture Jeunes Heures Filles Garçons CCPM Ste Jamme Autres différents réalisées ans ans /Sarthe Hiver : % 47% 90% 10% 94% 2% 4% Printemps : ,50 48% 52% 92% 5% 90% 1% 7% Toussaint : ,50 49% 51% 85% 15% 89% 5% 7% Juillet : % 47% 87% 13% 85% 5% 5% Août : % 45% 86% 14% 90% 5% 5% TOTAL : Les TSL ont connu une fréquentation en hausse par rapport à 2010 (+12%) et 2009 (+10%). Ils sont fréquentés aussi bien par les filles que les garçons âgés très majoritairement (à 85-92%) entre 10 et 13 ans. La quasi-totalité de ces jeunes habitent sur le territoire communautaire. 2. Les Foyers Jeunes Foyers Jours Nbre de Jeunes différents Moy de Jeunes / foyer Nb Heures Réalisées Sexe Ages Domiciliation Filles Garçons ans ans Commune CCPM Autre Courcemont h30 63% 37% 65% 35% 100% Courceboeufs h00 25% 75% 77% 25% 86% 14% Joué l Abbé h30 49% 51% 100% 0% 100% Ballon h45 85% 15% 44% 56% 79% 17% 4% Montbizot h30 32% 69% 35% 65% 80% 10% 10% Teillé h00 47% 53% 86% 14% 100% h30 59% 41% 63% 37% 75% 25% St Jean d Assé TOTAUX h45 19

20 Commentaires : Le nombre d heures / jeunes a baissé entre 2010 et 2011 (-30%). Afin de faire face à un changement d organisation entre 2010 et 2011, nous avons ouvert moins de créneaux horaires que l offre proposée en (ex : sur Joué l Abbé 2 créneaux en 2010, contre 1 seul créneau en 2011). Notre capacité théorique d accueil est donc passée de 7754 heures en 2010 à 6210 heures en 2011 (- 25%). Ils sont fréquentés aussi bien par des filles que des garçons, qui sont domiciliés principalement sur la commune d implantation du foyer. Les foyers sont fréquentés par des jeunes âgés de 11 à 17 ans. 3. Les actions de Proximités Lieu actions des Jours d ouvertur e Nbre de Jeunes différents Nbre de jeunes en moy Nb Heures réalisées Sexe Ages Domiciliation Filles Garçons ans ans Commun CCPM Autre Montbizot h 29% 71% 100% 46% 40% 14% Teillé h 36% 64% 92% 8% 97% 3% St Jean h30 53% 48% 49% 51% 67% 2% 31% d Assé TOTAUX h30 Commentaires : Les actions de proximité proposent des ouvertures foyers et/ou des activités spécifiques, pendant les petites vacances, conjointement aux animations relevant des Tickets Sports Loisirs. Ces temps de loisirs sont animés par une animatrice qui a en charge les foyers de Montbizot, Teillé et St Jean d Assé. Elle s appuie donc sur ces trois foyers et ouvre les activités à l ensemble des jeunes du territoire. La fréquentation de ce dispositif reste modeste (un peu plus de 418 heures). Les actions de proximité sont ouvertes aux jeunes âgés de 11 à 17 ans, avec une proportion importante de ans inscrits, domiciliés majoritairement sur l ensemble du territoire. 4. Les Séjours La Flèche («Les Affranchis») Les Festivals (Les Garennes& les Francofolies Nb Jours d Ouvert ure Nbre de Jeunes différents Nb Heures Réa Jeunes Sexe Ages Domiciliation Filles Garço CCPM Autres ns ans ans h 75% 25% 33% 67% 100% h 62% 38% 100% 88% 12% TOTAUX Commentaires : Pour le séjour à La Flèche, 12 jeunes issus de 4 foyers du territoire (Saint Jean d Assé, Teillé, Montbizot et Ballon). Pour le séjour au Festival des Francofolies de la Rochelle, un groupe de 8 jeunes (5 filles et 3 garçons) qui se connaissent bien (sauf une) issus de 4 communes différentes : Teillé, Saint Mars Sous Ballon, Ballon et Mézières sur Pontouin. Sur les 8 jeunes, trois seulement ont fréquenté les foyers. 20

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes 1 Rappel des objectifs du projet associatif : Le projet de la Maison des jeunes s inscrit dans le projet de l APEJ voté par les élus en 2010 : 1.1 Accompagner

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

APPEL A PROJETS JEUNES 2015

APPEL A PROJETS JEUNES 2015 APPEL A PROJETS JEUNES 2015 La Direction Départementale de la Cohésion Sociale, le Conseil Général, la Mutualité Sociale Agricole et la Caisse d Allocations Familiales du Gard souhaitent promouvoir des

Plus en détail

Projet culturel amplepuisien 2014-2020

Projet culturel amplepuisien 2014-2020 Projet culturel amplepuisien 2014-2020 «La culture, dans son sens large, est considérée comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une

Plus en détail

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016

Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Projet Educatif du territoire de la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin 2015/2016 Depuis 2006, la Communauté de Communes Vièvre Lieuvin a repris les activités de l association Vièvre Lieuvin Enfance

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse Les politiques éducatives locales enfance, jeunesse Les accueils de loisirs sans hébergement

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014 Introduction Depuis plusieurs années, la ville de Canéjan s est fortement engagée en faveur de l éducation considérée comme un champ

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE Evaluation du Projet Educatif Local et Diagnostic Petite Enfance * * * * * MISSION D ETUDE ET DE CONSEIL * * * * * ORIENTATIONS POUR UN SCHEMA PLURIANNUEL DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

ENFANCE-JEUNESSE. Date de réalisation Juillet 2012

ENFANCE-JEUNESSE. Date de réalisation Juillet 2012 ENFANCE-JEUNESSE Date de réalisation Juillet 2012 Communauté de Communes du Pays de Thongue 101 rue de la Mairie 34290 Valros Tél : 04 67 98 10 79 / Fax : 04 67 98 29 81 Email : Enfance-jeunessethongue@orange.fr

Plus en détail

Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants

Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants Charte de qualité pour l accueil individuel des jeunes enfants INTRODUCTION Cette charte s inscrit dans le cadre du Schéma Départemental d Accueil du Jeune Enfant de la Corrèze, qui réunit le Conseil général,

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

L accompagnement des gens du voyage

L accompagnement des gens du voyage L accompagnement des gens du voyage La deuxième phase de révision du Schéma départemental d accueil des gens du voyage a né- collégialement des enjeux et des orientations d actions à inscrire au Schéma

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014 Mission Apprentissage Service Emploi - Concours Rapport annuel 2014 Mission Apprentissage P a g e 1 PREAMBULE En 2013, 31 contrats d apprentissage ont été signés, contre

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Guide méthodologique #TousPrêts

Guide méthodologique #TousPrêts Guide méthodologique pour l animation autour de l Euro 2016 de football et l ensemble des grands événements sportifs internationaux organisés en France #TousPrêts 2 1. Pourquoi l État intervient-il sur

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES Préambule La création des lieux de musiques actuelles date des années 70 et 80. Ces premiers lieux ont été portés par des projets

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Centre d Action Jeunesse

Centre d Action Jeunesse 1 Centre d Action Jeunesse 2 PREAMBULE L intégration des jeunes à leur ville est un souci permanent pour tout responsable de la jeunesse. Il s agit d aider le jeune citoyen à devenir progressivement un

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Pole enfance jeunesse. Projet éducatif de territoire 2014-2015

Pole enfance jeunesse. Projet éducatif de territoire 2014-2015 Pole enfance jeunesse Projet éducatif de territoire 2014-2015 2 Sommaire Cadre légal de la réforme des rythmes scolaires page 3 Diagnostic page 4 à 6 Présentation de la communauté de communes Périmètre

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE. Centre Action Jeunesse MONDONVILLE

PROJET PEDAGOGIQUE. Centre Action Jeunesse MONDONVILLE PROJET PEDAGOGIQUE Centre Action Jeunesse MONDONVILLE 2013/2014 Préambule Le projet pédagogique qui suit a été rédigé par l équipe d animation de la structure jeunesse. Il s appuie sur le projet éducatif.

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014

Les grandes orientations du PEL jusqu en 2014 Dans une ville, de multiples intervenants apportent aux familles aide et soutien dans l éducation des enfants. Pour donner plus de cohérence à ces actions, pour les renforcer, nous avons choisi à Brest

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

FICHE PRESSE. Contexte

FICHE PRESSE. Contexte FICHE PRESSE Visite d une délégation du Conseil d administration de la caisse d Allocations familiales de la Vienne au Château de Beauvoir vendredi 11 juillet 2014 à 10h30 Sont présents : Monsieur Joël

Plus en détail

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels

R.A.M. Relais Assistants Maternels. outil technique à usage des professionnels R.A.M. Relais Assistants Maternels Un lieu d informations, de rencontres et d échanges au service des parents, des jeunes enfants, des professionnels de l accueil de la Petite Enfance outil technique à

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Charte de partenariat «Du sport dès l'école»

Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Etablie entre les soussignés Monsieur Denis Toupry Directeur Académique des services de l Education nationale ou son représentant Monsieur David Thiberge Maire

Plus en détail