Cancer du pénis : étude de la ploïdie par cytométrie de flux chez 90 patients

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cancer du pénis : étude de la ploïdie par cytométrie de flux chez 90 patients"

Transcription

1 ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (2000), 10, Cancer du pénis : étude de la ploïdie par cytométrie de flux chez 90 patients Antonio Augusto ORNELLAS, Mercia MENDES CAMPOS, Maria Helena ORNELLAS, Aristoleles WISNESCKY, Nelson KOIFMAN, Ramza CABRAL HARAB Instituto Nacional de cancer, Rio de Janeiro, Brésil RESUME Buts : Faire une étude prospective de la ploïdie des tumeurs du pénis par cytométrie de flux et comparer les résultats de la cytométrie de flux au stade clinique et anatomopathologique des tumeurs afin de déterminer si la ploïdie est un facteur de risque indépendant de métastase ganglionnaire. Patients et Méthodes : Nous avons analysé le contenu en ADN des cancers du pénis à partir de biopsies obtenues chez 80 patients porteurs d un carcinome épidermoïde de verge et chez 10 patients porteurs d un carcinome verruqueux. Les prélèvement ont été étudié par cytométrie de flux (système FACS scan, logiciel CellFIT). Résultats : Tous les prélèvements effectués sur les carcinomes verruqueux étaient diploïdes. Le pourcentage d aneuploïdie des tumeurs du pénis a été fonction du degré de différentiation tumorale : 5,5% (1/18) pour les tumeurs bien différenciées, 28,8% (17/59) pour les tumeurs moyennement différenciées, et 66,6% (2/3) pour les tumeurs indifférenciées. Conclusion : La ploïdie des tumeurs épidermoïdes du pénis est proportionnelle au degré de différentiation tumorale. L'aneuploïdie semble être un facteur de risque de dissémination métastatique. Mots clés : Pénis, carcinome, tumeur épidermoïde, cytométrie de flux, tumeur verruqueuse. L étude des tumeurs par cytométrie de flux est utilisée pour déterminer le risque de dissémination métastatique. Plusieurs études ont d ors et déjà démontré l intérêt de cette technique pour les tumeurs du colon [13], du sein [7], du poumon [18], de l œsophage [22] et de l estomac [20]. La valeur pronostique de la ploïdie a été étudiées à plusieurs reprises. Il semble que l aneuploïdie soit un facteur de mauvais pronostic pour la plupart des tumeurs [3, 8, 9, 16, 17], bien que ceci n ait pas été confirmé par toutes les études certaines ayant apporté des résultats contradictoires [12]. Le cancer épidermoïde du pénis est une tumeur rare pour laquelle il n existe pratiquement pas de données concernant l évaluation par cytométrie de flux [4, 5, 6, 21]. Le but de cette étude était d étudier le contenu en ADN d une série de 90 tumeurs épidermoïdes du pénis et d étudier la valeur pronostique de la ploidie pour ce type tumoral. PATIENTS ET METHODES 90 patients porteurs d une tumeur du pénis ont été opérés consécuti vement dans notre institution ent re décembre 1994 et Décembre L analyse histologique définitive a conclu dans 80 cas à ces tumeurs épidermoïdes et dans 10 cas à des carcinomes verruqueux. 52 des 80 patients porteurs d un cancer épidermoïdes ont eu un curage lymphonodal inguinal. Les 28 autres patients ont soit refusé le curage (7/28) soit présentaient une contre indication d ordre général (21/28) : patient âgé de plus de 75 ans (7), cancer localement avancé (5), risque thromboembolique (3), pathologie psychiatrique associée (2), accident vascu- Manuscrit reçu : juin 1999, accepté : novembre Adresse pour correspondance : Dr. A.A. Ornellas, Instituto Nacional de cancer, Praça da Cruz Vermelha 23, Rio de Janeiro, Brazil. 72

2 laire cérébral (1), insuffisance rénale chronique en hémodialyse (1), insuffisance cardiaque (1), obésité pathologique (1). Dans la mesure où il n existe pas de système de gradation spécifique pour l évaluation du degré de différentiation tumorale pour les tumeurs épidermoïdes du pénis, nous avons décidé par convention d utiliser le score de Broders qui a été développé pour les carcinomes épidermoïdes de la peau. Les patients ont été répartis en trois groupes en fonction du degré de différentiation tumoral. Par ailleurs les patients ont été classés en utilisant la classification TNM de Le contenu en ADN a été mesuré sur des prélèvements non fixés. La durée moyenne de suivi des patients a été de 13 mois avec des extrêmes allant de 1 à 43 mois. L étude statistique a été réalisée en utilisant le test du Chi 2 ainsi que le test de Mantel-Haenszel. Par ailleurs les courbes de survie actuarielles ont été réalisé selon la technique de Kaplan Meier, les groupes étant comparés par le test du log rank. Le différences ont été considérés statistiquement significatives lorsque le p était inférieur à 0,05. Préparation des échantillons Les prélèvements tissulaires ont été coupés en bandes de 1mm puis soumis à une dégradation enzymatique réalisée à l aide de la trypsine concentrée à 0,25% (Sigma T8253) et broyés pendant 30 minutes à 37 c (Mixeur Vortex). Technique de coloration La coloration des broyats a été réalisée en ajoutant à 10 6 cellules extraites de la préparation pendant 15 minutes à température ambiante 500 microlitres de la solution A (Propidium iodide à 50 microgrammes/ml, Tampon citrate 4 mm, et triton X 100, 0,3% v/v). Après cette première incubation, les préparations ont incubé pendant 15 minutes à 37 c avec la solution B (Ribonuclease A 100 microgrammes /ml dans un tampon citrate à 40 mm) et ce immédiatement avant l analyse par le cytomètre de flux. Technique de cytométrie de flux Les différents prélèvements ont été analysés par cytomètre de flux FACS scan (Becton-Dickinson Immunocytometry systems) équipé d un module de reconnaissance et d un logiciel pour l acquisition et le traitement des données (logiciel CellFIT). Le FACS scan utilise un rayon laser Argon de 488nn mesures ont été effectuées sur chaque échantillon pour la mesure du contenu en ADN. L analyse de la ploidie a été effectuée à partir de la surface et de la largeur des pics obtenus. Les prélèvements ont ainsi été classées en fonction de leur index ADN (DI) : hypodiploïde (DI< 1,0), diploïde (DI compris entre 1,0 et 1,10), hyperdiploïde (DI compris entre 1,10 et 1,85), tétraploïde (DI compris entre 1,85 et 2,15), et hypertétraploïde (DI > 2,15) L index de prolifération tumorale a été défini par la pourcentage de cellules en phase S. RESULTATS Tous les prélèvements effectués sur les carcinomes verruqueux ont été diploïdes. Concernant les carcinomes épidermoïdes le taux d'aneuploïdie a été de 5,5% (1/18) pour les tumeurs bien diff é r e n t i é e s, 28,8% (17/59) pour les tumeurs moyennement diff é- renti ées et 66,6% (2/3) pour les tumeurs faiblement d i fférentiées. La Figure 1 il lustre un exemple d histogramme diploïde. Parmi les histogrammes de type aneuploïde, 12 étaient des hyperdiploïdie, 4 des tétraploïdies, 1 une hypertétraploïdie et 2 une hypodiploïdie. L index d ADN moyen des prélèvements aneuploïdes était de 1,46. Les Figures 2 et 3 illustrent des exemples d hist ogrammes hyperdiploïdes et tétraploïdes. Le taux d aneuploïdie a ét é de 0% (0/5) pour les tumeurs de stade T1, 28% (7/28) pour les tumeurs de stade T2, 37% (9/24) pour les tumeurs de stade T3 et 23% (4/17) pour les tumeurs de stade T4. Par ailleurs, le taux d aneuploïdie a été de 20% (6/30) pour les tumeurs de stade N0, 25% (2/8) pour les tumeurs de stade N1, 30% (8/26) pour les tumeurs de stade N2 et 30% (4/13) pour les tumeurs de stade N3. 52 patients ont eu un curage inguinal. Le taux d envahissement lymphonodal parmi les patients dont la tumeur primitive était aneuploïde a été de 66% (8/12) contre 47% (19/40) pour les patients dont la tumeur primitive était diploïde. Tous les patients dont qui avaient un index d ADN augmenté (n=4, 1,96 ; 2,12 ; 2,14 ; et 2,18) avaient un envahissement lymphonodal inguinal prouvé histologiquement. L index de prolifération (nombre de cellules en phase S) était en moyenne de 6,21% (extrêmes : 0,7 32,5%) pour les tumeurs diploïdes contre 22,7% (extrêmes : 2,7 84,2%) pour les tumeurs aneuploïdes. En revanche nous n avons pas trouvé de corrélation entre l index de prolifération et le stade pathologique. Le taux de survie actuarielle des patients porteurs diploïdes a été supérieur au taux de survie des patients porteurs de tumeurs aneuploïdes mais sans que le seuil de significativité soit atteint (Figure 4). Notre étude n a pas permis de démontrer une valeur pronostique à la ploïdie cellulaire pour les tumeurs épidermoïdes du pénis. 73

3 Figure 1. Résultat de la cytométrie de flux pour les tumeurs diploïdes. Figure 2. Résultat de la cytométrie de flux pour les tumeurs hyperdiploïdes (index en ADN : 1,15). 74

4 Figure 3. Résultats de la cytométrie de flux pour les tumeurs tétraploïdes (Index en ADN 2,18). Figure 4. Taux de survie actuarielle pour les patients porteurs de tumeurs diploïdes (60) et pour les patients porteurs de tumeurs aneuploïdes (20) (courbe Kaplan-Meier, p=0,44, non significatif, test du log rank. DISCUSSION Dans notre étude le taux d'aneuploïdie des tumeurs épidermoïdes du pénis a été de 25%. Ce résultat est conforme aux données publiées par GUSTAFFSON [4], YU [21] et HALL [5] qui avaient trouvé une aneuploïdie chez environ 30% de leurs patients. Parmi les 52 patients qui ont eu un curage lymphonodal inguinal, 66% des tumeurs aneuploïdes (8/12) avaient un envahissement lymphonodal contre seulement 47% pour les tumeurs diploïdes (19/60) bien que cette différence ne soit pas statistiquement significative (p=0,248). Tous les carcinomes verruqueux de notre série étaient diploïdes, ces données étant conformes à celle précédemment publiées par MASIH [10]. Les carcinomes verruqueux du pénis représentent par ailleurs une entité histologique particulière qui, dans notre expérience, ne donne pas d atteinte lymphonodale [19]. La plupart des tumeurs du pénis sont des tumeurs de bas grade [10]. Dans notre série, nous avons observé essentiellement des carcinomes épidermoïdes bien ou moyennement différenciés. Il existe une corrélation entre le pronostic en terme de survie et le degré de différentiation tumoral, les tumeurs indifférentiées ayant une survie moins longue et ce quel que soit le traitement proposé [14]. Cependant, fort heureusement ce type tumoral est rare et n a représenté que 4,3% de l ensemble des tumeurs de verge dans notre série [15]. Selon GUSTAFSSON [4] il existe une prédominance de tumeurs diploïdes parmi les tumeurs de bas grade tandis que les tumeurs aneuploïdes sont plutôt des tumeurs de haut grade habituellement [4]. Dans notre étude nous avons trouvé une corrélation entre la ploidie cellulaire et le degré de différentiation cellulaire. Les résultats prélimi naires semblent indiquer que les tumeurs qui ont un index en ADN élevé auraient un risque de dissémination métastatique plus élevé. Ainsi nous avons observé que les tumeurs aneuploïdes avaient un nombre de cellules en phase S plus élevé 75

5 que les tumeurs diploïdes, suggérant qu il existerait une corrélation indirecte entre la ploïdie cellulaire et l index de proliférat ion cellulaire. Cependant, selon HOOFNAGLE [6] il n existerait pas de corrélation entre l index de prolifération cellulaire et le stade TNM lors de la découverte de la maladie. Enfin, bien que le taux de survie à 3 ans soit supérieur pour les patients avec une tumeur diploïde par rapport aux tumeurs aneuploïdes, cette différence n est pas statistiquement significative. CONCLUSION 1. Il existe une corrélation entre ploidie et degré de différentiation pour les tumeurs épidermoïdes du pénis. 2. Tous les carcinomes verruqueux sont diploïdes, ces tumeurs ne donnant par ailleurs pas d envahissement lymphonodal. 3. Les tumeurs à index en ADN élevé semblent avoir un risque métastatique plus important. A rticle traduit par François Haab, Service d Uro l o g i e, Hôpital Tenon, Paris. REFERENCES 1. ATKIN N.B., RAY R. Prognostic significance of modal DNA value and other factors in malignant tumours bases on 1465 cases. Br. J. Cancer, 1979, 40, BARLOGIE B., JOHNSTON D.A., SMQLWOOD L., RABER N.N., MADDOX A.M., LATREOMME J., SWA RTZENDRUBER D.E., DREWINKO B. Prognostic implications of ploidy and proliferative activity in human solid tumors. Cancer Genet. Cytogenet., 1982, 6, FORDHAM M.V.P., BURDGE A.H., MATTHEWS J., WILLIAMS G., COOKE T. Prostatic carcinoma cell DNA content measured by flow cytometry and its relation to clinical outcome. Br. J. Surg., 1986, 13, GUSTAFSSON O., TRIBUKAIT B., NYMAN C., BORGSTRON E. DNA pattern and histopathology in carcinoma of the penis. A prospect ive study. Scand. J. Urol. Nephrol., Suppl., 1988, 110, HALL M.C., SANDERS J.S., VUITCH F., RAMIREZ E., PETTA- WAY C.A. Depxyribonucleic acid flow cytometry and traditional pathologic variables in invasive penile carcinoma : assessment of prognostic significance. Urology, 1998, 52, HOOFNAGLE R.F., KANDZATI S., LAMM D.L. Deoxyribonucleic acid flow cytometry of squamous cell carcinoma of penis. W.V. Med. J., 1996, 92, KALLIONIEMI O.P., BLANCO G., ALAVAIKKO M., HIETANEN T., MATTILA J., LAUSLAHTI K., KOIVULA T. Tumour DNA ploidy as an independent prognostic factor in breast cancer. Br. J. Cancer, 1987, 56, KLEIN F.A., HERR H.W., SOGANI P.C., WHITMORE W.F. Jr., MELAMED M.R. Detection and follow-up of carcinoma of the urinary bladder by flow cytometry. Cancer, 1982, 50, KODAL W.A., GARDINE R.L., SHEIBANI K., ZAK I.W., B E ATTY J.D., RIIMAKI D.U., WAGMAN L.D., TERZ J.J. Tumor DNA content as a prognostic indicator in squamous cell carcinoma of the head and neck region. A m. J. S u rg., ONEN S., KARKINEN M. Histological grading of squamous cell carcinoma of the penis : a new scoring system. B r. J. Urol., 1991, 67, MAICHE A.G., PYRHÖNEN S., KARKINEN M. Histological grading of squamous cell carcinoma of the penis : a new scoring system. Br. J. Urol., 1991, 67, MASIH A.S., STOLER M.H., FARROW G.M., WOOLDRIDGE T.N., JOHANSSON S.L. Penile verrucous carcinoma : a clinicopathologic, human papillomavirus typing and flow cytometric analysis. Mod. Pathol., 1992, 5, MERKEL D.F., DRESSLER L.O., McGUIRE W.L. Flow cytometry cellular DNA content and prognosis in human malignancy. J. Clin. Oncol., 1987, 5, NISHIDA K., TAKANO H., YONEDA M., OTSUKI T., TE RA- S AWA Y., YAMANE E., NISHIOKA B., NAMURA K., YOSH- H I K AWA T. Flow cytometric analysis content in tissues of colon using endoscopic biopsy specimens. J. S u rg. Oncol., 1995, 59, ORNELLAS A.A., SEIXAS A.L., MAROTA A., WISNESCKY A., CAMPOS F., DE MORAES J.R. Surgical treatment of invasive squamous cell carcinoma of the penis. Retrospective analyses of 350 cases. J. Urol., 1994, 155, ORNELLAS A.A. Cancer de penis, incidencia e avaliaçao das diversas formas de tratamento : estudo retrospectivo com 455 pacientes no Instituto Nacional de Câncer. Thesis, Sao Paulo, Brazil, Universidade de Sao Paulo, OWA I M ATI A., ROBINS R.A., HINTON C., ELLIS I.O., DOWLE C.S., FERRY B., ELSTON C. W., BLAMEY R.W., BALDWIN R.W. Tumor aneuploidy, prognostic parameters and survival in primary breast cancer. B r. J. C a n c e r, 1987, 55, QUIRKE P., DIXON M.F., CLAYDEN A.D., DURDEY P., DYSON J.E., WILLIAMS N.S., BIRD C.C. Prognostic significance of DNA aneuploidy and on proliferation in rectal adenocarcinoma. J. Pathol., 1987, 151, SAHIN A.A., RO J.Y., EL-NAGGAR A.K., LEE J.S., AYALA A.G., TEOQUE K., H ONG W.K. Flow cytometric analysis of the DNA content of non-small cell lung cancer. Cancer, 1990, 65, SEIXAS A.L.C., ORNELLAS A.A., MAROTA A., WISNESCKY A., CAMPOS F., DE MORAES J.R. Verrucous carcinoma of the penis : retrospective analysis of 32 cases. J. Urol., 1994, 152, YONEMURA Y., OOYAMA S., SUGIYAMA K., KAMATA T., DE ARETXABALA X., KIMURA H., KOSAKA T., YAMAGUCHI A., MIIVA K., MIYASAKI I. Retrospective analysis of the prognostic significance of DNA ploidy patterns and S-phase fraction in gastric carcinoma. Cancer Res., 1990, 50, UY D.S., CHANG S.Y., MAH C.P. DNA ploidy, S-phase fraction and cytomorphometry in relation to survival of human penile cancer. Urol. Int., 1992, 48, YU J.M., YANG L.H., GUO-QIAN, CHEN Y.T., LI X., ZHONG W.X., CHEN J.C., JIAN G.D. Flow cytometric analysis of the DNA content in esophageal carcinoma. Correlation with histologic and clinical features. Cancer, 1989, 64,

6 SUMMARY Flow cytometric analysis of DNA cellular content in 90 consecutive cases of squamous cell carcinoma of penis. Objective : To evaluate prospectively 90 consecutive cases of squamous cell carcinoma of penis, referred to our Institute, by flow cytometry analysis of cellular DNA content. To compare deoxyribonucleic acid (DNA) flow cytometry with clinical and pathological variables to determine the prognostic significance of this analysis to guide the selecion of patients at high risk for development of lymph node metastases. Patients and Methods : We determined the nuclear DNA of tis - sues in fresh biopsy specimens of 80 patients diagnosed histolo - gically as invasive squamous cell penile carcinoma and in fresh biopsy specimens of 10 patients with verrucous carcinoma of penis. Samples were analyzed with a FACScan flow cytometer, equipped with a doublet discrimination module, using the CellFIT software package for data acquisition and analysis. Results : The DNA pattern was diploid in all samples excised from patients with verrucous carcinoma. According to histologi - cal type the frequency of aneuploidy was 5.5% (1 of 18) in well differentiated carcinoma, 28.8% (17 of 59) in moderately diffe - rentiated carcinoma and 66.6% (2 of 3) in poorly differentiated carcinoma. Conclusion : The frequency of DNA aneuploidy showed correla - tion with histological type of invasive squamous cell carcinoma of the penis. Preliminary analysis suggests that patients with high DNA index may be at increased risk of metastatic involve - ment. Key words : Penile neoplasm, carcinoma, squamous cell, DNA flow cytometry, verrucous tumour. 77

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

La nouvelle classification TNM en pratique

La nouvelle classification TNM en pratique La nouvelle classification TNM en pratique Thierry Berghmans Département des Soins Intensifs et Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Bases historiques 1946 : Denoix invente le

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

Cinétique de prolifération tumorale et efficacité de la chimiothérapie adjuvante. Étude de l activité mitotique

Cinétique de prolifération tumorale et efficacité de la chimiothérapie adjuvante. Étude de l activité mitotique Cinétique de prolifération tumorale et efficacité de la chimiothérapie adjuvante. Étude de l activité mitotique M. Spielmann, A. Khalil et F. André La chimiothérapie adjuvante est devenu un traitement

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Que fait-on en Europe? Le point de vue du Groupe européen en pathologie mammaire (EWGBP) European breast expert pathologists experience

Plus en détail

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques?

Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Analyse du ganglion sentinelle : vers de nouvelles techniques? Sentinel lymph node biopsy analysis: towards new approaches? F. Penault-Llorca 1 Mots clés : cancer du sein, ganglion sentinelle, apposition,

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE 7 Novembre 2014 RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE Armor Pathologie Docteurs Agathe Coeugnet Fernanda Garcia Pimenta Pierre Marie Girardot

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Comité éthique et cancer 1

Comité éthique et cancer 1 Comité éthique et cancer, avis n 21 du 15 janvier 2013 «De l équité d accès et d information aux tests génomiques : le cas du test prédictif Oncotype DX dans les cancers du sein» Saisine discutée lors

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Romuald LE SCODAN Oncologie-Radiothérapie Centre Hospitalier Privé St-Grégoire Actualités et controverses, 11 Mai 2012 Irradiation adjuvante des cancers

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place?

Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Les outils modernes (génomique, criblage à haut débit) ont-ils leur place? Thomas Bachelot Centre Léon Bérard, Lyon Génomique, criblage à haut débit Définition dans le cadre de cette présentation => Génomique:

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

Traitement du creux axillaire

Traitement du creux axillaire Traitement du creux axillaire P Amouroux, C Besnard,A le Gourrierec, JB Brest, S Guilbert, V Conan-Charlet, PF Dupré CHRU Brest Actualités et Controverses 6 éditions Mont St Michel 17 mai 2013 Historique

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale

Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Cancer de l Endomètre : Désescalade chirurgicale Pr Raffaèle FAUVET Service de Gynécologie Obstétrique CHU CAEN Cancer de l endomètre - Cancer gynécologique le plus fréquent (13,6/100.000 femmes) - 3 ème

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN

DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN DOSSIER DE PRESSE 4 octobre 2010 L ARC ET LA RECHERCHE SUR LES TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN SOMMAIRE Communiqué de presse...p.3 Mettre au point des traitements pour les cancers du sein insensibles aux

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure DNA

Kit d extraction PicoPure DNA Directement à la PCR Le kit PicoPure DNA permet une extraction simple et rapide de l ADN génomique prêt à l utilisation en PCR. Extraire et amplifier l ADN dans le même tube, sans phase d extraction organique

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain

Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Activation de la protéine p53 par l irradiation laser dans l ultraviolet lointain Catherine Chapel 1, Evelyne May 2, Monique Vacher 3 et D. Courant 1 1 DSV/DRR/SRBF, CEA, Fontenay aux Roses 2 CNRS UPR

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France

Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France F Grange, 1 C Barbe, 2 F Vitry, 2 D Lipsker, 3 F Aubin, 4 G Hedelin, M Velten, 5 S Dalac, 6 F Truchetet, 7 C Michel, 8 ML Batard, 9 F Granel-

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014

Communiqué de presse. Bâle, le 28 septembre 2014 Communiqué de presse Bâle, le 28 septembre 2014 Un protocole à base de Perjeta, médicament de Roche, a prolongé de 15,7 mois la vie de patients atteints d un type de cancer du sein métastatique agressif,

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis. Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che

Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis. Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che Qu'est-ce qu'un cancer moléculaire apocrine du sein: expérience de l'hôpital St Louis Solenne Leman-Detours Jacqueline Lehmann-Che Classification moléculaire des tumeurs mammaires Regrouper les tumeurs

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Doppler et cancer folliculaire de la thyroïde. Les faux négatifs de la PAF. Importance de l index de résistance

Doppler et cancer folliculaire de la thyroïde. Les faux négatifs de la PAF. Importance de l index de résistance L exception folliculaire qui fait la règle Doppler et cancer folliculaire de la thyroïde. Les faux négatifs de la PAF. Importance de l index de résistance Analyse de l étude de DE NICOLA Harley et al FLOW

Plus en détail

Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne

Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne Dr Laetitia PICAUD-MORENO Présentation SFCO 17/10/2014 EA 4553 Individualisation du traitement des

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Fertilité après cancer du sein Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Introduction Cancer du sein=1er cancer de la femme Cancer du sein chez

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES Octobre 2012 Mesure 21 : Garantir un accès égal aux traitements et aux innovations Ce

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez?

Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Prise en charge des lésions frontières et in situ : trop ou pas assez? Fait-on trop de micro- ou de macrobiopsies? Too many breast biopsies? V. Juhan, P. Siles et S. Coze Mots clés : cancer du sein, surdiagnostic,

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Tumeurs ce re brales de l adolescent et du jeune adulte. L exemple du gliome du tronc (20 mn) Dr Jacques Grill - Institut Gustave Roussy, Villejuif

Tumeurs ce re brales de l adolescent et du jeune adulte. L exemple du gliome du tronc (20 mn) Dr Jacques Grill - Institut Gustave Roussy, Villejuif Tumeurs ce re brales de l adolescent et du jeune adulte L exemple du gliome du tronc (20 mn) Dr Jacques Grill - Institut Gustave Roussy, Villejuif Tumeurs ce re brales de l adolescent et du jeune adulte

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

DIAGNOSTIC PREOPERATOIRE DES CANCERS DE L ENDOMETRE

DIAGNOSTIC PREOPERATOIRE DES CANCERS DE L ENDOMETRE DIAGNOSTIC PREOPERATOIRE DES CANCERS DE L ENDOMETRE Dr Delphine IVORRA Assistant spécialiste Pôle Gynécologie-Obstétrique-Reproduction Service du Pr Boubli Hôpital Nord Le 07/01/12 EPIDEMIOLOGIE 4 ème

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique)

Imagerie «biologique», «cellulaire», moléculaire» (biochimique) La médecine nucléaire se définit par l utilisation de dont on étudie la biodistribution après administration, le plus souvent par voie vasculaire, à un moment donné ou de façon dynamique au cours du temps.

Plus en détail