M42. Compléments d analyse (résumé).

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M42. Compléments d analyse (résumé)."

Transcription

1 Université d Evry-Val-d Essonne. Année D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions convexes, logarithmiquement convexes. IV. La fonction Γ. V. Théorie de Fourier élémentaire. VI. Formule d Euler-MacLaurin. VII. Egale continuité. I. Rappels. IR est un corps commutatif totalement ordonné et complet. Cela signifie que a) Il a deux lois de composition internes, l addition notée + et la multiplication notée ou x. c) Il est totalement ordonné. d) Toute partie bornée possède une borne supérieure, c est-à-dire un plus petit majorant. Naturellement les propriétés a), b), c) sont liées entre elles : i) IR est un groupe commutatif sous l addition, avec élément neutre noté 0. ii) IR = IR {0} est un groupe commutatif sous la multiplication, avec élément neutre (élément unité) noté 1. iii) La multiplication est distributive par rapport à l addition : a(b + c) = ac + bc. iv) La relation d ordre est compatible avec + et a b a + c b + c, et si x > 0 ax bx Remarquer que IR est archimédien, ce qui signifie que les entiers n 0 ne sont pas bornés. En effet, s ils avaient une borne supérieure M, on aurait n IN n + 1 M n M 1 M M 1 0 1, absurde 1

2 On en déduit aussi que la borne inférieure de la suite 1/n est 0. En effet, on a toujours 0 1/n, donc 0 ε = Inf n (1/n) qui existe. Si l on avait ε 0, on aurait n 1/ε pour tout n IN. Une suite x n IR converge vers x si l on a ε > 0, n 0 tel que x n x < ε pour tout n n 0 On peut encore dire que pour tout ε > 0, on a x n ]x ε, x + ε[ pour presque tout n, c est-à-dire pour tous les n sauf peut-être un nombre fini d entre eux. Toute suite croissante et bornée converge vers sa borne supérieure, toute suite décroissante et bornée converge vers sa borne inférieure. En particulier, la suite 1/n tend vers 0. Extension aux sous-ensembles non bornés de IR. Si A IR n est pas majoré, on pose Sup A = +. Cela permet de dire (abusivement) que toute suite croissante bornée ou non, converge (éventuellement vers + ). Rappelons que + est un symbole, mais pas un nombre réel. Il n y a en effet aucune définition générale cohérente d expressions telles que ou 0.. Limites supérieure et inférieure. Soit x n une suite bornée ou non. Posons v n = Sup x k k n u n = Inf k n x k La suite u n est croissante, la suite v n est décroissante, et u n v n. Par suite u = Sup n u n v = Inf n u n. u n u n+1 u v v n+1 v n On appelle v la limite supérieure de la suite x n, u est la limite inférieure. Ainsi v = Inf n Sup x k k n u = Sup n Inf k n x k La suite x n est bornée si et seulement si u et v sont des nombres finis. Noter que la suite u n converge vers u, et que v n converge vers v. On a donc aussi v = Lim Sup x k n k n u = Lim n Inf k n x k 2

3 ce qui s écrit plus simplement (notation) v = LimSup x n n u = LimInf n x n 1 Proposition : Une suite x n bornée est convergente si et seulement si ses limites supérieure et inférieure coïncident. En ce cas, elle converge vers la valeur commune. Exercice classique : soit x n une suite. Alors Lim Sup n x 1 + x x n n LimSup x n n et pour des x n > 0 Suites de Cauchy. Lim Sup n n xn LimSup n x n+1 x n Une suite réelle x n est de Cauchy si x n x m tend vers 0 quand n et m tendent (tous les deux) vers +. Lim n,m x n x m = 0 2 Proposition : Les suites convergentes sont les suites de Cauchy. Démonstration : On montre facilement que les limites inférieure et supérieure coïncident. Si x IR, son développement décimal par défaut à 10 n près est une suite de Cauchy (et même croissante) qui converge vers x. Même chose pour le développement décimal par excès (suite décroissante). Propriété analogue pour les développements dyadiques etc.. 3

4 II. Topologie élémentaire. On se place ici dans IR d. La distance de deux points x et y est définie par d(x, y) = d x i y i 2 i=1 Il s agit de la distance naturelle de la géométrie euclidienne, c est pourquoi on l appelle la distance euclidienne. On pose aussi x = d x i 2 qu on appelle la norme euclidienne de x. On a donc d(x, y) = x y. Noter que dans IR (d = 1), on a x = x, d(x, y) = x y. On a les propriétés suivantes i=1 a) d(x, z) d(x, y) + d(y, z) (inégalité triangulaire) b) d(x, y) = d(y, x) (symétrie) c) d(x, y) = 0 x = y. Boules ouvertes, boules fermées. La boule ouverte de centre x 0 et de rayon r 0 est l ensemble B(x 0, r) = { x / d(x, x 0 ) < r } = { x / x x 0 < r } Noter que la boule ouverte de rayon nul est vide. La boule fermée de centre x 0 et de rayon r 0 est l ensemble B (x 0, r) = { x / d(x, x 0 ) r } = { x / x x 0 r } Noter que la boule fermée de rayon nul est réduite à {x 0 }. Voisinages, ensembles ouverts. Un sous-ensemble V IR d est un voisinage de x s il contient une boule ouverte non vide centrée en x : il existe ε > 0 tel que B(x, ε) V. 4

5 Un sous-ensemble G IR d est ouvert s il est un voisinage de chacun de ses points. 3 Proposition : a) Ø et IR d sont ouverts dans IR d. b) l intersection de deux ouverts est un ouvert. c) la réunion d un nombre quelconque (fini ou infini) d ouverts est un ouvert. d) les boules ouvertes sont des ensembles ouverts (c est cohérent!). Distances équivalentes. Posons δ(x, y) = Sup i x i y i. Il est facile de voir que δ possède les mêmes propriétés a), b), c) que la distance euclidienne. On dit que δ est aussi une distance. Or on a δ(x, y) d(x, y) δ(x, y) d En ce cas on dit que les deux distances d et δ sont équivalentes. On a une propriété analogue pour δ (x, y) = i x i y i qui est aussi une distance, et de plus Les trois distances sont équivalentes. δ(x, y) d(x, y) δ (x, y) δ(x, y).d 4 Théorème : Si deux distances sont équivalentes, les ensembles ouverts sont les mêmes. (Attention, les boules sont différentes, faire un dessin). Ensembles fermés, adhérence. Un ensemble F est fermé si son complémentaire est ouvert. 5 Proposition : a) Ø et IR d sont fermés dans IR d. b) la réunion de deux fermés est un fermé. c) l intersection d un nombre quelconque (fini ou infini) de fermés est un fermé. Un point x adhère à un ensemble A si toute boule ouverte B(x, ε) non vide rencontre A : il existe y A tel que x y < ε. 6 Proposition : x est adhèrent à A si et seulement s il existe une suite x n A telle que x n x 0. L adhérence d un ensemble A est l ensemble A de ses points adhérents. Evidemment A A. 7 Proposition : F est fermé si et seulement s il est égal à son adhérence. 5

6 Valeurs d adhérence d une suite. Une suite x n IR d possède une valeur d adhérence x IR d si la suite x n entre infiniment souvent dans toute boule non vide de centre x. Cela s écrit A comparer avec x n converge vers x : ε > 0, n 0, n n 0 tel que x n B(x, ε) ε > 0, n 0, tel que n n 0, x n B(x, ε) (voyez l inversion des deux quantificateurs). Si x n converge vers x, alors x est une valeur d adhérence de la suite x n, la réciproque est en fausse, selon l exemple suivant : x n = 1 n ne converge pas, mais ± 1 sont deux valeurs d adhérence Exemple : dans IR, la limite supérieure et la limite inférieure sont deux valeurs d adhérence. Ce sont en fait la plus grande et la plus petite des valeurs d adhérence. 8 Théorème : Pour que x soit une valeur d adhérence de la suite x n, il faut et il suffit qu il existe une suite extraite x nk convergeant vers x. Cela signifie qu il existe une suite d entiers n k tendant vers, et telle que x nk quand k. x Ensembles compacts. Un sous-ensemble K IR d est compact si toute suite x n K possède une valeur d adhérence x appartenant à K. 9 Théorème : Sont équivalentes a) K est compact b) K est fermé et borné. c) K est fermé, et pour tout ε > 0 on peut couper K en un nombre fini de sous-ensembles K i de diamètres diam(k i ) < ε. 6

7 III. Fonctions convexes, logarithmiquement convexes. Une fonction est convexe sur un intervalle ouvert ]a, b[ si les cordes sont audessus des arcs, c est-à-dire si (faire un dessin) pour tous x, y ]a, b[ et tout t [0, 1]. f((1 t)x + ty) (1 t)f(x) + tf(y) 10 Proposition : si x < y < u < z, on a f(y) f(x) y x f(u) f(y) u y f(z) f(y) z y 11 Proposition : si u < x < y < z, on a f(x) f(u) x u f(y) f(x) y x f(z) f(x) z x 12 Corollaire : La dérivée à droite f d (x) existe et est croissante. Même chose pour la dérivée à gauche. De plus f g(x) f d (x). 13 Corollaire : Toute fonction convexe est continue. 14 Corollaire : Soit f une fonction dérivable. Elle est convexe si et seulement si sa dérivée est croissante. 15 Proposition : Soit f une fonction deux fois dérivable. Elle est convexe si et seulement si sa dérivée seconde est f Théorème : Soit f une fonction continue. Pour qu elle soit convexe, il suffit qu elle soit semi-convexe, c est-à-dire pour tous x, y ]a, b[. ( ) x + y f 2 1 [f(x) + f(y)] 2 Une fonction f > 0 sur ]a, b[ est log-convexe si la fonction Log f(x) est convexe. Cela s écrit pour touts x, y ]a, b[ et tout t [0, 1]. f((1 t)x + ty) f(x) 1 t f(y) t 7

8 Une fonction continue est log-convexe si et seulement si ( ) x + y f f(x)f(y) 2 pour tous x, y ]a, b[. Comme la moyenne géométrique AB est toujours majorée par la moyenne arthmétique (A + B)/2, on voit qu une fonction log-convexe est convexe. Il est clair que le produit de deux fonctions log-convexes est log-convexe. il y a mieux : 17 Théorème : La somme de deux fonctions log-convexes est log-convexe. Démonstration : Posons ( ) x + y Q(λ) = λ 2 f(x) 2λf + f(y) 2 Ce trinôme est toujours 0 puisque son discriminant = 4f((x + y)/2) 4f(x)f(y) est 0. Si g est aussi log-convexe, on a pour h = f + g et pour tout λ IR ( ) x + y λ 2 h(x) 2λh + h(y) 0 2 de sorte que le discriminant = 4h((x + y)/2) 4h(x)h(y) 0. Cela exprime que h = f + g est log-convexe puisqu elle est continue. Fonctions convexes de plusieurs variables. La définition est la même que pour une variable. Une fonction définie sur une boule de IR d (ou sur un ouvert convexe G ) est convexe si f[(1 t)x + ty] (1 t)f(x) + tf(y) pour tous x, y G et t [0, 1]. On a alors 18 Théorème : Soit f de classe C 2. Elle est convexe sur G si et seulement si sa matrice hessienne [ 2 ij f] ij est de type positif. Cela signifie que la forme quadratique suivante est positive quels que soient les nombres ξ i. ξ i ξ j ijf(x) 2 0 i,j 8

9 En dimension deux (et seulement dans ce cas), il faut et il suffit que le déterminant 2 1,1f 2 2,2f ( 2 1,2f) 2 soit 0, et que 2 1,1f 0. IV. La fonction Γ. Considérons pour x > 0 la suite On a G n (x) = G n+1 (x) G n (x) n x n! x(x + 1) (x + n) = ( ) x n 1 + x + 1 n Par conséquent la suite G n (x) est croissante, et converge donc vers une fonction 1 Γ(x) = Lim G n(x) = Sup G n (x) n On va montrer que Γ(x) < + pour tout x > 0. On a Γ(1) = Lim n n.n!/(n + 1)! = 1. Ensuite G n (x + 1) = G n (x) nx/(x + n + 1) Γ(x + 1) = xγ(x) donc sur les entiers Γ(k + 1) = k! par récurrence. En particulier Γ(2) = Γ(1) = 1. On a Log G n (x) = x Log n Log n! n n Log(x + k) de sorte que G n est log-convexe, donc convexe. En particulier G n (x) 1 pour x [1, 2], et donc aussi Γ(x) 1 pour x [1, 2]. Vu la relation Γ(x + 1) = xγ(x), on voit que Γ(x) < + pour tout x > 0. Comme Γ(x) est limite de fonctions log-convexes, elle est elle-même log-convexe. en particulier elle est continue. Alors 19 Théorème : La fonction Γ a les propriétés a) Γ(x + 1) = xγ(x), Γ(1) = 1. b) elle est log-convexe. k=1 De plus, c est la seule fonction ayant les propriétés a) et b). 9

10 Démonstration : Soit F (x) une fonction satisfaisant à a) et b). On a F (x) = = F (x + n + 1) x(x + 1) x + n = G F (x + n + 1) n(x) n x n! = G n (x) e v n(x) où v n est convexe puisque F (x + n + 1)/n x n! est log-convexe. Par suite v n (x) = Lim n Log[F (x)/g n(x)] = Log[F (x)/γ(x)] = v(x) La fonction v(x) = Lim n v n (x) est convexe, elle est périodique v(x + 1) = v(x). Elle est donc constante, égale à v(1) = 0. Par suite F (x) = Γ(x). 20 Corollaire : On a la formule intégrale Γ(x) = 0 t x 1 e t dt Démonstration : L intégrale est finie pour x > 0, soit F (x) sa valeur. On a F (1) = 1 (trivial), et F (x + 1) = xf (x) (intégration par parties). Il reste à voir qu elle est log-convexe. Or, elle est convexe, car pour s [0, 1] t (1 s)x+sy (1 s)t x + st y puisque l exponentielle x t x est convexe. Ainsi F est continue. De plus, pour λ IR, λ 2 t x + 2λt (x+y)/2 + t y 0 puisque l exponentielle x t x est log-convexe. Ainsi pour tout λ IR λ 2 F (x) + 2λF ((x + y)/2) + F (y) 0 de sorte que Log F est semi-convexe, et finalement convexe puisqu elle est continue (car convexe!). Alors F = Γ. 21 Proposition : Γ( 1 2 ) = π. Démonstration : On change de variable t = u 2 /2 dans l intégrale Γ( 1 2 ). On calcule ensuite l intégrale double Γ( 1 2 )2 en coordonnées polaires. On trouve Γ( 1 2 )2 = π. Formule de Stirling. n! (n/ e) n 2πn quand n Plus précisément pour x 1 ( x ) x ( x ) x 2πx xγ(x) 2πx e 1/12x e e Exercice. Montrer que pour θ [0, 1], Γ(n + θ) n θ Γ(n) quand n. 10

11 V. Théorie de Fourier élémentaire. Soit f une fonction 2π-périodique, continue, ou continue par morceaux, ou plus généralement intégrable-riemann sur [ π, π]. On définit ses coefficients de Fourier et la somme de Fourier partielle a n = 1 π f(t) e int dt 2π π f n (x) = n k= n a n e inx Les fonctions e n (x) = e inx forment un système orthonormé pour n ZZ On a alors f n 2 = n n 1 π e n (x)e m (x)dx = δ n,m 2π π 1 π f(x)f 2π n (x)dx = π n a k 2 n a k 2 = 1 π f(x)f 2π n (x)dx 1 [ fn 2 + f 2] π 2 n a k 2 = f n 2 f 2 n où l on utilise la notation f 2 = 1 π f(t) 2 dt. Par suite 2π π n a k 2 f 2, n + a k 2 f 2 En particulier a k tend vers 0 quand k tend vers ±. On dit que f est lipschitzienne en un point x 0 s il existe une constante k telle que f(x) f(x 0 ) k x x 0 pour tout x. Evidemment f est alors continue en x 0. Noter que si f est dérivable en x 0, elle est lipschitzienne en x 0. Il suffit même qu elle ait une dérivée à droite et une dérivée à gauche en x 0. 11

12 22 Théorème de Dirichlet : Si f est lipschitzienne au point x 0, alors f n (x 0 ) tend vers f(x 0 ) quand n tend vers +. On a donc f(x 0 ) = a n e inx 0 Démonstration : On peut supposer x 0 ±π. On utilise la fonction suivante appelée noyau de Dirichlet pour n 0 D n (t) = sin(nt + t/2) sin(t/2) = n e k (t) Cette égalité se démontre facilement par récurrence. Noter qu elle implique 1 π D n (t)dt = 1. On a alors 2π π 1 π n f(x 0 + t)d n (t)dt = a k e ikx 0 = f n (x 0 ) 2π π n 1 π [f(x 0 + t) f(x 0 )]D n (t)dt = f n (x 0 ) f(x 0 ) 2π π Comme f est lipschitzienne en x 0, la fonction ϕ(t) = f(x 0 + t) f(x 0 ), ϕ(0) = 0 t est bornée et intégrable-riemann sur [ π, π]. Il en est de même de la fonction On a alors f n (x 0 ) f(x 0 ) = 1 2π n g(t) = f(x 0 + t) f(x 0 ), g(0) = 0 sin (t/2) π π g(t) sin (nt + t/2)dt = Im 1 π h(t)e n (t)dt 2π π où h(t) = g(t) e it/2 est intégrable-riemann. Le dernier membre est donc un coefficient de Fourier de h : il tend vers 0 quand n tend vers Remarques : a) On a évidemment supposé f réelle, le cas complexe s en déduit aisément. b) On peut en fait démontrer le théorème sous des hypothèses plus générales. Nous nous contenterons de ce cas. c) Si f est uniformément lipschitzienne, on peut voir que les majorations se font uniformément par rapport à x 0, de sorte que f n converge uniformément vers f. En ce cas, on obtient f 2 = Lim n n a k 2 = n 12 + a k 2

13 qu on appelle égalité de Bessel, mais n est rien d autre qu un généralisation du théorème de Pythagore. d) Cette égalité de Bessel vaut en fait pour toute fonction intégrable-riemann, et même davantage. Exemples : 1 o. On prend la fonction H(x) impaire, valant 1 sur ]0, 1[, H(0) = H(π) = 0 prolongée par périodicité (fonction créneau). On trouve a 0 = 0 et pour n 0 a n = 1 π H(x)e n (x)dx = i π sin nxdx = i 2π π π 0 nπ [1 ( 1)n ] donc a 2k = 0 et a 2k+1 = 2i (2k + 1)π. Finalement H(x) = 4 π k 0 sin(2k + 1)x 2k + 1 Observer que la convergence est uniforme sur tout segment [a, b] ]0, π[, car H est de classe C 1 sur un tel segment. 2 o. Cette relation s intègre, et l on obtient pour x π x = 4 π k 0 1 cos(2k + 1)x (2k + 1) 2 qui converge uniformément vers la fonction en dents de scie. 3 o. Une autre fonction en dents de scie est la fonction périodique valant x sur ] π, π[ et 0 en π. On trouve a 0 = 0 et pour n 0 a n = 1 π x e n (x)dx = i π x sin nxdx = i 2π π π 0 n ( 1)n Finalement pour x < π x = 2 n 1 x 2 = 4 n 1 n+1 sin nx ( 1) n n+1 1 cos nx ( 1) 13 n 2

14 4 o. Soient α ZZ, et f la fonction périodique valant cos αx pour x π. On a a n = 1 π cos αx e inx dx = 1 2π π 2π et finalement a n = 1 [ sin(α n)x + 2π α n π cos αx sin πα π 0 [cos(α n)x + cos(α + n)x]dx ] x=π sin(α + n)x = ( 1)n α sin πα α + n x=0 π α 2 n 2 = 1 α + 2α n 1 ( 1) n α 2 n 2 cos nx En prenant x = π, on trouve le développement d Euler de la cotangente π cotg πα = 1 α + n 1 2α α 2 n 2 On peut en déduire le développement (toujours d Euler) du sinus en produit infini ) (1 α2 sin πα = πα n 1 n 2 Ce sont en effet deux fonctions ayant la même dérivée logarithmique pour α < 1, et équivalentes lorsque α 0. 5 o. Exercice : en déduire la formule des compléments pour x ]0, 1[ et retrouver Γ( 1 2 ) = π. Γ(x)Γ(1 x) = π sin πx 14

15 VI. Formule d Euler-MacLaurin Soit f une fonction suffisamment dérivable. Rappelons d abord comment on démontre la formule de Taylor sur [a, b]. On pose g(x) = f(x) + (b x)f (x) + 1 2! (b x)2 f (x) n! (b x)n f (n) (x) On constate que g (x) se réduit à 1 n! (b x)n f (n+1) (x), grâce au fait que la dérivée de xn x n 1 est. Il n y a plus qu à écrire le reste sous forme intégrale n! (n 1)! R n = g(b) g(a) = b a 1 n! (b x)n f (n+1) (x)dx Or les polynômes xn ne sont pas les seuls à avoir cette propriété. Parmi les n! autres, les plus célèbres sont les polynômes de Bernouilli, définis par a) B 0 (x) = 1 b) B n(x) = B n 1(x) n! (n 1)! Cela ne les caractérise pas (puisque les monômes ont aussi cette propriété). On ajoute la condition suivante c) 1 0 B n(t)dt = 0 pour n 1. Evidemment les monômes n ont pas cette dernière propriété. Celle-ci permet de calculer les B n par récurrence. Ensuite, on écrit comme plus haut en se plaçant cette fois sur [0, 1] g(x) = f(x) + B 1 (1 x)f (x) + 1 2! B 2(1 x)f (x) n! B n(1 x)f (n) (x) On obtient On a alors pour un certain ξ ]0, 1[ g(1) g(0) = 1 n! 1 0 g (x) = B n(1 x) f (n+1)(x) n! B n (1 x)f (n+1) (x)dx = 1 n! B n(1 ξ)f (n+1) (ξ) Posons pour simplifier f = f(1) f(0), et b n = B n (0). On obtient g(1) g(0) = f 1 2 [f (0) + f (1)] + b 2 2! f + + b n n! 15 f (n)

16 soit f = 1 2 [f (0) + f (1)] b 2 2! f b n n! f (n) B n (1 x)f (n+1) (x)dx n! 0 ou, en remplaçant f par une primitive, ce qui est préférable 1 0 et le reste vaut f(t)dt = 1 2 [f(0) + f(1)] b 2 2! f b n n! f (n 1) + R n R n = 1 n! 1 0 B n (1 x)f (n) (x)dx = 1 n! B n(1 ξ)f (n) (ξ) Cela étant, on a par récurrence B n (1 x) = ( 1) n B n (x), donc b n = 0 pour n 3 impair. Il vient donc avec le reste 1 0 f(t)dt = 1 2 [f(0) + f(1)] n k=1 b 2k (2k)! f (2k 1) + R 2n R 2n = 1 1 B 2n (x)f (2n) (x)dx = 1 (2n)! 0 (2n)! B 2n(ξ)f (2n) (ξ) On calcule les b n par récurrence en faisant successivement f(x) = x 2, x 4,. On trouve b 0 = 1,, b 1 = 1 2, b 2 = 1 6, b 4 = 1 30, b 6 = 1 42, b 8 = 1 30 On peut ajouter les intervalles les uns aux autres, ce qui conduit à la formule p 0 f(t)dt = 1 2 [f(0) + f(p)] n k=1 avec le reste (E(x) est la partie entière par défaut de x) b 2k (2k)! [f (2k 1) (p) f (2k 1) (0)] + R 2n R 2n = 1 p B 2n (x E(x))f (2n) (x)dx = 1 (2n)! 0 (2n)! B 2n(ξ E(ξ))f (2n) (ξ) 16

17 20 dx On calcule Log 2 = 10 x Log 2 = 1 2 ( ) ( ) ( ) R 2 On trouve R 2 < 10 8, et Log 2 = 0, En appliquant la formule à la fonction f(x) = e λx, on trouve tous calculs faits λ e λ 1 = 1 λ n 2 + k=1 b 2k λ 2k (2k)! λ2n B 2n (ξ n ) (2n)! de sorte que les b k /k! sont les coefficients du développement en série de la fonction λ/(e λ 1). On montre plus bas que le rayon de convergence est 2π. Le nombre ξ n appartient à ]0, 1[, et le reste tend vers 0 quand n tend vers. En posant λ = 2ix, on trouve [ ] x 2 x cotg x = x x x On a vu plus haut le développement d Euler de la cotangente π cotg πα = 1 α + 2 n 1 πα cotg πα = 1 2 n 1 α α 2 n 2 [ ] α 2 n 2 + α4 n 4 + πα cotg πα = 1 2 [ α 2 ζ(2) + α 4 ζ(4) + ] où ζ(2n) = k 1 k 2n. On en déduit que le rayon de convergence de ce développement en série entière est 1, donc que celui de la série de λ/(e λ 1) est 2π. Enfin on a ζ(2) = π2 6 π4 π6 π8, ζ(4) =, ζ(6) =, ζ(8) = , 17

18 La formule d Euler-MacLaurin ressemble à celle de Taylor, mais ce n est pas une simple analogie. On a en effet λ = λ e λ 1 (eλ 1) et pour λ < 2π λ = n 0 b n n! λn n 0 λ n n! En remplaçant formellement λ par l opérateur de dérivation D sur les polynômes de degré n, on trouve (compte tenu de ce que D n+1 = 0) D = n 0 b n n! Dn n 0 D n n! soit f = n 0 f (x) = n 0 b n n! Dn b n n! Dn [f + f ] 2! + [ f(x + 1) f(x) ] et en remplaçant f par f, on retrouve la formule d Euler-MacLaurin pour les polynômes. On voit que d une certaine manière, on a inversé la formule de Taylor. C était un point de départ possible. Signalons enfin la fonction génératrice des polynômes de Bernouilli t e xt e t 1 = n 0 B n (x) t n n! pour t < 2π, que l on démontre facilement grâce à la définition des B n. 18

19 VII. Egale continuité. 24 Lemme de Dini : Si une suite f n de fonctions continues sur un compact K de IR d tend vers 0 en décroissant, elle converge uniformément. Démonstration : Au cas contraire, il existe ε > 0 et une suite x n telle que f n (x n ) ε. Pour m n, on a f m (x n ) f n (x n ) ε. Soit x une valeur d adhérence de la suite x n. On a f m (x) ε pour tout m, ce qui contredit l hypothèse f m (x) 0. Soit A une partie de IR d. Des fonctions f i sont dites également continues sur A si elles ont le même module de continuité uniforme. Cela signifie qu il existe une fonction ϕ(t) tendant vers 0 avec t et telle que pour tout i et tous x, y A on ait f i (x) f i (y) ϕ( x y ) On voit que les fonctions f i sont uniformément continues, et toutes de la même façon. On donnera des exemples plus bas. Si des f i sont également continues sur A et si la fonction h(x) = Sup i f i (x) est finie en un point x 0, alors h est finie continue en tout point x de A. On a en effet f i (x) f i (x 0 ) + ϕ( x x 0 ) h(x) h(x 0 ) + ϕ( x x 0 ) < + De plus h est uniformément continue car pour tous x, y A h(x) h(y)+ϕ( x y ) et h(y) h(x)+ϕ( x y ) h(x) h(y) ϕ( x y ) Mais alors, si f n est une suite également continue sur A et bornée en un point x 0, les deux suites de fonctions g n (x) = Inf f k(x) et h n (x) = Sup f k (x) k n admettent le même module de continuité uniforme que la suite f n. Elles sont donc uniformément continues, ainsi que n k g(x) = LimInf f n(x) et h(x) = LimSup f n (x) n n sont toutes deux finies et continues sur A. On en déduit le 25 Théorème d Ascoli : Si une suite f n est également continue sur un compact K et converge simplement vers une fonction f, alors elle converge uniformément. 19

20 Démonstration : La suite h n g n considérée ci-dessus converge en décroissant vers 0, elle converge donc uniformément d aprèsle lemme de Dini. Comme on a f n f h n g n, on voit que f n tend vers f uniformément. 26 Remarque : Il suffit que f n converge sur un ensemble D dense dans K puisqu alors les deux fonctions continues g et h coïncideront sur D, et donc sur K. Exemples 1 o. Supposons que les fonctions f n soient dérivables, et que les dérivées f n soient également bornées sur [a, b]. On a donc une constante k telle que f n(x) k pour tout x [a, b] et tout n IN. Le théorème des accroissements finis donne pour x, y [a, b] f n (x) f n (y) k x y On dit que les f n sont équilipschitziennes, i.e. que ϕ(t) = kt est un module commun de continuité uniforme. La suite f n est donc également continue. Si elle converge simplement, elle converge uniformément. 2 o. On peut appliquer cela à la suite (1 + x/n) n. 3 o. Si des fonctions f n convexes sur ]a 0, b 0 [ sont également bornées, alors elles sont également continues sur tout segment [a, b] ]a 0, b 0 [, car on peut montrer qu elles y sont équilipschitziennes. En particulier, elles convergent uniformément sur [a, b] dès qu elles convergent simplement. 20

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Les séries de Fourier

Les séries de Fourier . Les séries de Fourier Daniel Perrin La raison d être de ce cours est la présence des séries de Fourier au programme de nombreuses sections de BTS (électronique, optique, etc.) et, partant, au programme

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Cahier de vacances Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Votre année de PCSI a été bien remplie et il est peu probable que l année de PC qui arrive vous paraisse plus facile. C est pourquoi, je vous

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Séries de Fourier. licence de mathématiques 2ème année. Vincent Thilliez. 24 avril 2008

Séries de Fourier. licence de mathématiques 2ème année. Vincent Thilliez. 24 avril 2008 Séries de Fourier licence de mathématiques 2ème année Vincent Thilliez 24 avril 28 Introduction La théorie des séries de Fourier permet d interpréter certains signaux (autrement dit, certaines fonctions

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Chapitre 1 Topologie 1.1 Espaces topologiques 1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Définition 1 (Topologie) Une topologie T sur l ensemble X est une partie T P (X) vérifiant : L ensemble vide

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail