Colonisation/infection des plaies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colonisation/infection des plaies"

Transcription

1 Colonisation/infection des plaies Dr E. Senneville Service des maladies infectieuses Hôpital de Tourcoing Lille, le

2 Plaies Plaies aiguës traumatisme post opératoire (ISO) piqûre, morsure Plaies chroniques ulcères (de jambe) escarres de décubitus mal perforant plantaire cocci à Gram positif aérobies +/- BGN, BMR + bactériologie spécifique Bactériologie complexe

3 Bactériologie de la peau La peau «normale» SCN, corynébactéries, diphtéroïdes, microcoques, lactobacilles, P. acnes SCN et Pseudomonas aeruginosa (CAE) S. aureus (seuil narinaire, périnée, ombilic, peau) Chez le patient diabétique S. aureus, streptocoque β hémolytique du groupe A, Candida spp.

4 Bactériologie du lit de la plaie Bacterial burden in the wound bed No Host Reaction Observed pas de réaction de l hôte observée.. Critically Contaminated/Colonised Colonised Colonisation Contamination/Colonisation critique Infected Infection Bacterial Count Nombre de bactéries Bacterial count rising = signs of infection increase Adapted from Flanagan 2003

5 Colonisation Infection Normal Peu virulent Flore bactérienne résidente Flore bactérienne transitoire Modification de flore Germes virulents Retard cicatrisation Extension JP Lavigne, Nîmes

6 De la contamination àl infection Contamination Colonisation Infection présence de microorganismes non-réplicatifs concerne toutes les plaies chroniques originaires de la flore endogène digestive et/ou de l environnement la plupart ne sont pas capables de se multiplier dans la plaie présence de microorganismes réplicatifs dans la plaie en l absence de réponse de l hôte très banal flore cutanée commensale: S. epidermidis, S coag N, Corynebacterium sp., Brevibacterium sp., P. acnes, Pityrosporum sp.. présence de microorganismes réplicatifs dans la plaie avec réponse de l hôte plus rare pathogènes usuels impliqués: S. aureus, streptocoques, E. coli, Proteus, Klebsiella, anaérobies, Pseudomonas, Acinetobacter Le diagnostic de l infection ne peut pas être bactériologique+++

7 Biologie Hyperleucocytose, polynucléose neutrophile : pas de valeur diagnostique Marqueurs inflammatoires circulants Classiquement, peu d'intérêt En fait, bonne valeur du couple CRP.PCT CRP intéressant dans le suivi de l'évolution 30 (0;24.84) 0,16 x CRP x PCT = 4 CRP (mg.l -1 ) A COLONIZATION INFECTION B (0.229;0) PCT (ng.ml -1 ) Jeandrot A, et al. Diabetologia 2007

8 Bactériologie des plaies Entre colonisation et infection : «colonisation critique» Bendy, AAC 1964 : charge bactérienne participe au défaut de cicatrisation 10 5 cfu/g (Robson, Surg Clin N Am 1997) synergie de culture certaines bactéries favorisent le développement d autres espèces aérobies anaérobies (Bowler, Int J Dermatol 1999) synergie de virulence S. aureus, streptocoques β hémolytiques groupe A effets différents selon le type de lésion (Schmidt, Vasa 2000) Infection = CB X virulence (équation d Altemeir) résistance hôte

9 Moyens de défense Flore cutanée résidente Propriétés physico-chimiques de l épiderme: - Turn over cellulaire - Sécrétions sébacées et sudoripares - Kératinocytes Facteurs Généraux - Immunité Humorale: Ig - Immunité Cellulaire: cellules de Langherans

10 Résistance de l hôte probablement le facteur unique le plus important influençant la progresion vers l infection. concerne des facteurs locaux et systémiques. facteurs locaux: taille de la plaie profondeur de la plaie ancienneté de la plaie corps étranger tissue nécrotique méchanisme lésionnnel (morsures...) ischémie/neuropathie facteurs systémiques : vasculopathie oedème malnutrition diabète alcoolisme irradiation corticostéroïdes déficit neutrophilique (fonction, nombre) facteurs de virulence (Sotto, Diabetes Care )

11 Quelle microbiologie en cause? 1) Escarres de décubitus Chow, J Infect Dis 1997; 135: espèces bactériennes par prélèvement (3 aérobies/1 anaérobie) P. mirabilis, E. coli, Enterococcus spp., S. aureus, P. aeruginosa, Peptostreptococcus spp., B. fragilis, C. perfringens 2) Ulcères de jambes Hansson, Acta Chir Scand 1988; 544: espèces bactériennes par prélèvement dans 86% des cas S. aureus, S. epidermidis, Pseudomonas spp., entérobactéries, anaérobies 1 anaérobie dans 50% des cas (P. prevoti, P. acnes, V. parvula) Levures (Candida albicans et autres espèces) dans 11% des cas Globalement pas de différence dans la bactériologie des escarres de décubitus et des ulcères de jambe (Schmidt, Vasa 2000; 29: 62 70)

12 Quelle microbiologie en cause? 3) Mal perforant plantaire du pied diabétique Staphylococcus aureus 46% Staphylococcus epidermidis 39% Enterococcus sp. 35% Streptococcus bovis 2% streptocoque du groupe B 15% streptocoque du groupe A 3% Streptococcus sp. autres 18% corynébactéries 28% E. coli 17% Klebsiella pneumoniae 8% K. oxytoca 7% Citrobacter freundii 6% C. diversus 2% Proteus mirabilis 24% P. vulgaris 7% Morganella morganii 15% Enterobacter aerogenes 7% E. cloacae 4% Serratia marcescens 1% Pseudomonas aeruginosa 19% Pseudomonas sp. 5% Acinetobacter sp. 10% Peptostreptococcus magnus 11% Peptostreptococcus sp. autres 35% Bacteroides fragilis 5% Bacteroides sp. autres 16% Clostridium sp. 1% L. Wheat, Arch Int Med prélèvements superficiels, 94 patients

13 Quelle microbiologie en cause? Plaie récente : cocci àgram positif (staphylocoque doré, streptocoque ß hémolytique) Plaie chronique : idem + bacilles àgram négatif +/ entérocoque et anaérobies Dermatophytes et levures exceptionnelles Bactéries à l origine des échecs de couverture antibiotique : SARM BGN résistant aux pénicillines de spectre étroit (Pseudomonas spp., Klebsiella spp., ) Anaérobies Autre cause d échec?: présence de biofilm sur la plaie

14 Microbiologie des plaies du pied diabétique - superficie cocci à Gram positif aérobies Wagner nombre de germes et diversité anaérobies profondeur bacilles àgram négatif 4 5 van der Meer, Diabet Med 1996

15 Bactériologie des plaies Contamination/colonisation des plaies les prélèvements de surface de la plaie sont généralement positifs aucune règle utile pour l interprétation des résultats les prélèvements ne sont àfaire que si une antibiothérapie est envisagée (risque de traitement inadapté) les résultats ne servent qu en cas de mauvaise évolution sous un traitement de première intention

16

17 Photo de JL Richard

18 Photo de T. Berendt

19

20 flore résidente flore transitaire Germes nososomiaux (bactéries de la flore uro-fécale) effets «délétères» du polymicrobisme flore pathogène INFECTION

21 Les Prélèvements Superficiels: Profonds: - écouvillonnage de la plaie - aspiration à l aiguille - biopsie tissulaire - biopsie osseuse Les prélèvements bactériologiques ne sont indiqués qu en cas d infection établie cliniquement Ne sont à faire que sur une plaie débridée JP Lavigne

22 L Écouvillonnage simple : Méthode la plus utilisée car la plus facile Peu adapté à la mise en évidence optimale des bactéries réellement responsables de l infection Recueil de la totalité de la flore aérobie colonisante si la préparation n est pas optimale Difficultés d isoler les bactéries anaérobies strictes (non recherchées généralement bien que ce soit techniquement possible) Cette méthode de prélèvement a un intérêt discuté JP Lavigne

23 Le Curetage-Ecouvillonnage : Débrider et nettoyer l ulcère Prélèvement du tissu par grattage de la base de l ulcère au moyen d une curette ou d un scalpel stériles Prélever en frottant avec un écouvillon la périphérie du fond de l ulcère Cette méthode est indiquée pour les prélèvements superficiels et les plaies anfractueuses profondes JP Lavigne

24 L Aspiration à l aiguille fine : Débrider et nettoyer Désinfecter la peau en périphérie (antiseptique) Ponctionner avec une seringue et une aiguille pour IM ou SC: La ponction doit être effectuée en passant par une zone saine En l absence d obtention de liquide, 1 à 2 ml de sérum physiologique stérile peuvent être injectés puis réaspirés immédiatement à l aide d une seconde aiguille pour être analysés. La seringue ayant servi au prélèvement est envoyée au laboratoire sans l aiguille, purgée d air et bouchée hermétiquement et stérilement. indiquée pour les plaies profondes et en particulier lors d infections collectées JP Lavigne

25 Place des prélèvements superficiels Fiabilité modeste Risques : toujours positifs, donc tentation des antibiotiques antibiothérapie àspectre injustifié conséquence : pression de sélection +++ A ne faire qu en cas de lésion infectée, après un nettoyage superficiel de la lésion Si possible, éviter les écouvillons et privilégier les prélèvements tissulaires

26 Conclusions Physiopathologie complexe encore imparfaitement comprise Résister au prélèvement automatique et au traitement antibiotique local et systémique La résistance bactérienne ne concerne plus que l hôpital Justifie de préserver les antibiotiques et de veiller à l isolement de ces patients

27 Classification clinique IWGDF-IDSA, 2007 Grade Définition 1 Pas de symptôme ni de signe d'infection 2 Atteinte uniquement cutanée avec au moins 2 des signes suivants Erythème péri-lésionnel : 0,5 2 cm Chaleur locale Douleur, sensibilité locale Tuméfaction, induration Décharge purulente 3 Erythème > 2 cm et une des constatations ci-dessus OU Atteinte des structures sous la peau (abcès profond, lymphangite, fasciite, ostéo-arthrite) 4 Présence d'au moins 2 des signes systémiques suivants Tp > 38 ou < 36 FR > 20 c/mn RC > 90 bpm PaCO2 < 32 mmhg GB > ou < 4 000/mm 3 PN immatures > 10%

Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies. Dr Sophie Arista CH Auch

Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies. Dr Sophie Arista CH Auch Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies Dr Sophie Arista CH Auch Différents types de plaies(1) Plaies aigues Traumatiques Post opératoires Piqûres et morsures

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE?

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? Journée régionale sur l infection du pied diabétique 1er juin 2007 Anne Vachée Fédération de biologie CH de Roubaix

Plus en détail

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild sylvie.meaume@rth.aphp.fr Pourquoi faire un prélèvement bactériologique? Pour faire le diagnostic

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Cas clinique Dr E. Senneville,, S. N GuyenN Guyen, L.Legout Service Régional R des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing 2 ème JRIPD, 1 er Juin 2007 Cas? Mrs H. Kimberly, 64 ans? Diabète connu depuis plus

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

L infection du pied diabétique (IPD) : recommandations actuelles (Françaises, IDSA, IWGDF, NICE)

L infection du pied diabétique (IPD) : recommandations actuelles (Françaises, IDSA, IWGDF, NICE) L infection du pied diabétique (IPD) : recommandations actuelles (Françaises, IDSA, IWGDF, NICE) Eric Senneville SUMIV CH Dron Tourcoing CRIOAC Nord-Ouest Lille-Tourcoing Réunion Régionale sur l Infection

Plus en détail

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux

Traitement des péritonites secondaires. Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Traitement des péritonites secondaires Pr Olivier MIMOZ DAR, CHU de Poitiers Inserm ERI-23 Pharmacologie des agents anti-infectieux Conflits d intérêt MSD Sanofi Aventis Classification Péritonites primaires

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE

ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE ANTIBIOPROPHYLAXIE CHIRURGICALE Un peu d'histoire Infections du site opératoire = première complication de la chirurgie. 1961 : L'antibioprophylaxie permet la réduction des ISO Contribue à la réduction

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Flore cutanée. Aspects microbiologiques. Dr Matthieu Eveillard. Pr Ludovic Martin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2

Flore cutanée. Aspects microbiologiques. Dr Matthieu Eveillard. Pr Ludovic Martin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2 Flore cutanée Aspects microbiologiques Dr Matthieu Eveillard Pr Ludovic Martin Année universitaire 2011-2012 UE revêtement cutané - L2 Rappel sur les flores commensales L Homme est constitué de 10 13 cellules

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel

Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Refroidissement - Au sortir de l emballage: Pansement pour brûlures - Water Jel Auteur: Dr Thomas Castner AGAN, Institute de médecine d urgenc Hochwaldstraße 6 88677 Markdorf, Allemagne E-mail: info@agan.de

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Ce protocole comporte : INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Protocole de prise en charge - 4 situations cliniques principales

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Infections fongiques - Quand y penser?

Infections fongiques - Quand y penser? Infections fongiques - Quand y penser? Jean-Michel LAFFOSSE Département de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie CRIOACGSO 2 ème Congrès National des CRIOAC Lille 3 et 4 Septembre 2015 Les infections

Plus en détail

VAL I D AT I O N D E L A T E C H N I Q U E L E C T U R E P U I S E S T I M AT I O N D E L A C M I C AT É G O R I S AT I O N C L I N I Q U E

VAL I D AT I O N D E L A T E C H N I Q U E L E C T U R E P U I S E S T I M AT I O N D E L A C M I C AT É G O R I S AT I O N C L I N I Q U E La lecture de l antibiogramme Prise en compte des recommandations du Comité de l Antibiogramme de la Société Française de Microbiologie (CA-SFM) pour la réalisation d une lecture interprétative. 1 VAL

Plus en détail

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres)

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) Source ENP 2006 14, 2 % des infections nosocomiales 3 ème position DEFINITION INFECTION NOSOCOMIALE = IAS PROVOQUEE PAR UN MICRO-ORGANISME D ORIGINE IATROGENE

Plus en détail

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE

TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE TECHNIQUES DE SOINS SUR LE PATIENT DIABÉTIQUE PORTEUR D UNE PLAIE Catherine MASSERON Service de Dermatologie du Pr Taïeb-Dr Labrèze CHU- BORDEAUX PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHEZ LE DIABETIQUE Catherine

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES. Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN

PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES. Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN PIED DIABÉTIQUE INFECTÉ CAS CLINIQUES Dr Philippe Jutras Département de microbiologie CSSSRN PLAN Objectifs Cas cliniques Principes généraux Retour sur cas cliniques Conclusion OBJECTIFS Réviser l approche

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Guide fournisseur "CML" sur les conditions de transports des échantillons.

Guide fournisseur CML sur les conditions de transports des échantillons. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit comment sont effectués les prélèvements bactériologiques au sein du laboratoire. Il s applique à l ensemble des prélèvements bactériologiques

Plus en détail

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE Dr. Michaël WILLERY CH ROUBAIX 4ème JOURNÉE DE FORMATION ET D INFORMATION: PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD INSTITUT GERNEZ RIEUX - CHRU LILLE

Plus en détail

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen, CH Tourcoing. COL BVH 21 juin 2013

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen, CH Tourcoing. COL BVH 21 juin 2013 PIED DIABETIQUE Dr S. Nguyen, CH Tourcoing COL BVH 21 juin 2013 Textes de référence SPILF, 2006: «Recommandations pour la pratique clinique: Prise en charge du pied diabétique infecté» Médecine et maladies

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Plaies et infection Sommaire La peau saine Le risque infectieux Les différentes plaies Les complications infectieuses Comment établir le diagnostic d infection? Traitement

Plus en détail

Infections de la peau

Infections de la peau Structure de la peau Infections de la peau http://www.tarleton.edu/~anatomy/ Physiopathologie peau = tissu colonisé par les bactéries (flore cutanée) MAIS très résistant aux infections conditions pour

Plus en détail

Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe

Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe Pathologies inflammatoires et infectieuses de l oreille externe Micro-organismes présents de façon commensale dans MAE : Champignons (ou micromycètes) : la famille des Aspergillacés (groupe des Aspergillus)

Plus en détail

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les plaies chroniques plaies ouvertes évoluant depuis plusieurs semaines

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Physiopathologie des ISO Moyens diagnostiques. Dr Nicole DESPLACES GH Diaconesses Croix saint Simon - Paris

Physiopathologie des ISO Moyens diagnostiques. Dr Nicole DESPLACES GH Diaconesses Croix saint Simon - Paris Physiopathologie des ISO Moyens diagnostiques Dr Nicole DESPLACES GH Diaconesses Croix saint Simon - Paris INCISO 2008 C-CLIN C CLIN Paris Nord 7 millions d'interventions chirurgicales par an en France

Plus en détail

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours

Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES. 14 juin 2012-13 JNI. V Morange PH hygiéniste CHRU Tours Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques BMR ET VOYAGES V Morange PH hygiéniste CHRU Tours 14 juin 2012-13 JNI Les bactéries Des BMR aux BHR émergentes Des BMR Les bactéries Bactéries S. aureus Entérobactéries

Plus en détail

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique

Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique N. Frebourg Bactériologie - CHU Infections de chambres implantables Diagnostic bactériologique CHU_Hôpitaux de Rouen - page 1 Chambre implantable Principe CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2 Contextes multiples

Plus en détail

Journée d étude : La santé mammaire

Journée d étude : La santé mammaire Journée d étude : La santé mammaire 02/12 Herve L analyse PCR, un outil pour le producteur et son vétérinaire E. Piraux Comité du lait Plan de l exposé 1. La PCR, c est quoi? 2. Caractéristiques de la

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose.

ANTIBIOTIQUES. La Tobramycine est particulièrement utilisée pour traiter les surinfections pulmonaires des patients atteints de mucoviscidose. ANTIBIOTIQUES 1 - RAPPELS PHARMACOLOGIQUES 1 1 AMINOSIDES INDICATIONS Elles sont limitées aux infections à bacilles Gram négatif définis comme sensibles, notamment dans leurs manifestations rénales et

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du pied diabétique infecté Texte long

Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du pied diabétique infecté Texte long Médecine et maladies infectieuses 37 (2007) 26 50 http://france.elsevier.com/direct/medmal/ Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du pied diabétique infecté Texte long Disponible sur

Plus en détail

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales abdominales Olivia Peuchant Laboratoire de Bactériologie CHU de Bordeaux Flore bactérienne Bacilles Gram - Cocci Gram + Anaérobies Estomac 10 1-10

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS 2.08 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins,

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne. Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007 Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes, myonécrose clostridienne Jérôme BEDEL DESC Réanimation Médicale Limoges octobre 2007 Terminologies Terme anglosaxon de cellulite = infection extensive des tissus

Plus en détail

Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles

Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles Epidémiologie bactérienne des neutropénies fébriles F. JEHL Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Infection bactérienne chez le neutropénique fébrile Origine inconnue: majorité

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

"Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic"

Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal de Fribourg, 1997-1998 : signification clinique, microbiologie, épidémiologie, traitement et pronostic UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Médecine Interne Thèse préparée sous la direction du Professeur C. Regamey "Hémocultures positives à l Hôpital Cantonal

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE

Réseau bactériémie 2006 IA/AC/VJ SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE SURVEILLANCE DES BACTERIÉMIES A PARTIR DU LABORATOIRE RESULTATS DE L ENQUETE 2006 1 Laboratoires participants Les laboratoires des 80 hôpitaux mentionnés ci-dessous ont participé à l'enquête 2006 sur les

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Modalités de prélèvement des hémocultures: Hémoculture unique? GERICCO 26/03/2015 Dr S Dargère Service de Maladies Infectieuses CHU Caen

Modalités de prélèvement des hémocultures: Hémoculture unique? GERICCO 26/03/2015 Dr S Dargère Service de Maladies Infectieuses CHU Caen Modalités de prélèvement des hémocultures: Hémoculture unique? GERICCO 26/03/15 Dr S Dargère Service de Maladies Infectieuses CHU Caen Epidémiologie des bactériémies Région Pop. (millions) Taux d incidence/10

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT POINTS COMMUNS -La prise en charge est globale et interdisciplinaire. - La connaissance et la maîtrise

Plus en détail

INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010

INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010 Fiche synoptique INFECTIONS DU PIED DIABETIQUE DE L ADULTE V5.1 21/07/2010 Les diabétiques à risque de plaie chronique = ceux qui ont une neuropathie. Son dépistage est essentiel et s'effectue au moyen

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Infections du Site Opératoire après Ostéosynthèse du Rachis

Infections du Site Opératoire après Ostéosynthèse du Rachis Infections du Site Opératoire après Ostéosynthèse du Rachis Samira DAOU Garches 7 ème JNI Bordeaux 2007 Infections du Site Opératoire (ISO) Fréquence (Enquête de prévalence 2001 : 10,3 %) Evitabilité (SENIC

Plus en détail

Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie

Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie Associations d'antibiotiques ou monothérapie en réanimation chirurgicale et en chirurgie Conférence d'experts 1999 - Texte court Experts C. Auboyer (anesthésie-réanimation chirurgicale, St Etienne), Coordonnateur,

Plus en détail

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Epidémiologie Discipline scientifique qui étudie les facteurs intervenant dans l apparition des maladies au sein d une population ou de groupes de personnes. Fréquence Mode de

Plus en détail

Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques

Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques Optimisation de l analyse bactériologique des prothèses orthopédiques C. RondéOustau 1, J. Gaudias 2, C. Boéri 2, JY. Jenny 2, P. Riegel 3 1 Service des Maladies Infectieuses 2 Service de Chirurgie Orthopédique

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT FRAMYXONE, solution pour instillation auriculaire 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE ANSM - Mis à jour le : 14/02/2006 Phosphate

Plus en détail

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Suppurations- Plaies Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Flore de la peau saine Flore résidente: - stable - 10 3 bact/cm 2 de peau (10 6-7

Plus en détail

Complications des Prothèses totales de genou. L'infection. N. Desplaces Hôpital de la Croix Saint Simon

Complications des Prothèses totales de genou. L'infection. N. Desplaces Hôpital de la Croix Saint Simon Complications des Prothèses totales de genou L'infection N. Desplaces Hôpital de la Croix Saint Simon Deuxième journée pratique de rééducation du genou Paris, 17 janvier 2004 L'infection sur PTG en 2004

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Risques infectieux en endoscopie

Risques infectieux en endoscopie Risques infectieux en endoscopie Dr. C. Balmelli, DAMPH CHUV Forum Hygiène Hospitalière du.2.2 Index Définitions Risque d infection endogène Risque d infection exogène conclusions Définitions Infection

Plus en détail

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL

PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL PSEUDOMONAS AERUGINOSA ET INFECTIONS ORL Béatrix Barry Service ORL, Hôpital Bichat-Claude Bernard, 75877 Paris Cedex 18 Pseudomonas aeruginosa est un germe fréquemment rencontré dans la pathologie ORL

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Lecture et Interprétation de l antibiogramme

Lecture et Interprétation de l antibiogramme Lecture et Interprétation de l antibiogramme Nantes 07.10.2005 Jocelyne Caillon Bactériologie Hôpital de Nantes Pourquoi tester la sensibilité aux antibiotiques? Indications de l antibiogramme (1) Aide

Plus en détail