Facteurs limitatifs des performances du métabolisme aérobie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Facteurs limitatifs des performances du métabolisme aérobie"

Transcription

1 Facteurs limitatifs des performances du métabolisme aérobie

2 Caractéristiques des différents métabolismes énergétiques Chacun de ces trois métabolismes est défini par : son inertie c'est-à-dire sa "lenteur" d'entrée en activité ; sa puissance ou nombre de molécules d'atp par seconde qu'il peut resynthétiser, c'est-à-dire son débit d'énergie (quantité d'énergie par unité de temps) ; sa capacité ou quantité totale de molécules d'atp resynthétisées, c'est à dire la quantité maximale de travail qui peut être effectué grâce à ce métabolisme.

3 L'origine de l inertie du métabolisme aérobie est encore controversée. Est-elle d origine musculaire et métabolique, (processus utilisant l oxygène et mobilisant les réserves de glucides)? Est elle au contraire d origine cardiovasculaires (transport de l oxygène des poumons jusqu au muscle)?

4 L inertie du métabolisme aérobie est moindre chez les enfants et les sujets entraînés. L augmentation des activités enzymatiques mitochondriales peut expliquer en partie cette moindre inertie après entraînement : - les mitochondries seraient capables de fournir le même débit d ATP avec des concentrations plus basses en ADP, phosphate et oxygène.

5 Caractéristiques des différents métabolismes énergétiques Chacun de ces trois métabolismes est défini par : son inertie c'est-à-dire sa "lenteur" d'entrée en activité ; sa puissance ou nombre de molécules d'atp par seconde qu'il peut resynthétiser, c'est-à-dire son débit d'énergie (quantité d'énergie par unité de temps) ; sa capacité ou quantité totale de molécules d'atp resynthétisées, c'est à dire la quantité maximale de travail qui peut être effectué grâce à ce métabolisme.

6 La puissance maximale du métabolisme aérobie dépend de la quantité maximale d oxygène qui peut être utilisée par les mitochondries. La puissance maximale du métabolisme aérobie est donc évaluée en mesurant la consommation maximale d oxygène.

7 Equation de Fick et V O2 max V = Q (Ca - Cv ) O2 x O2 O2 V Q Ca Cv O2 O2 O2 = consommation d oxygène = débit sanguin = contenu artériel en oxygène = contenu veineux en oxygène En première approximation, on peut écrire : V = Q (Ca - Cv ) O2 max max x O2 O2 max

8 La puissance maximale du métabolisme aérobie est inférieure à celle des métabolismes anaérobies lactique ou alactique. La puissance des exercices de longue durée est relativement peu élevée.

9 La puissance maximale aérobie sur bicyclette correspond ainsi à environ 220 W de puissance mécanique chez un adulte moyen non entraîné spécifiquement. Ceci correspond à une consommation maximale d oxygène d environ 3 litres par minute, c est à dire environ 45 ml.kg -1.min -1.

10 Chez les athlètes de haut niveau dans les sports d endurance, la puissance maximale aérobie peut dépasser 400 ou même 500 W dans certaines disciplines. Ceci correspond à des consommation maximales d oxygène comprise entre 5 à 6,5 litres par minute en fonction selon la discipline sportive pratiquée ou le poids corporel du sujet, et dépasser 80 ml.kg -1.min -1.

11 débit cardiaque maximal V = O2 max Q max x [(Ca - CV ) ] O2 O2 max différence artério-veineuse

12 A priori, le ou les facteurs limitatifs de la consommation maximale d oxygène peuvent être localisés à chacune des étapes : - du transport de l oxygène (du poumon à la mitochondrie) - de l utilisation de l oxygène par les mitochondrie

13 Facteurs limitatifs centraux transport d oxygène V = O2 max Q max x [(Ca - CV ) ] O2 O2 max Utilisation de l oxygène Facteurs limitatifs périphériques

14 A priori, le ou les facteurs limitatifs de la consommation maximale d oxygène peuvent être localisés à chacune des étapes : - du transport de l oxygène (du poumon à la mitochondrie) - de l utilisation de l oxygène par les mitochondrie

15 Q = VES x FC max max max V = O2 max Q max x [(Ca - Cv ) ] O2 O2 max Ca O2 = Hb x % saturation Capillaires Mitochondries Fibres musculaires % Saturation = f(p, ph) O2

16 Hématocrite % Normal Anémie Dopage Erythropoïétine

17 Concentration en oxygène (ml / 100 ml sang) 30 Dopage à l EPO 20 Normal 10 Anémie 0 Oxygène dissous Pression partielle en oxygène (mm Hg)

18 L hématocrite moyen est de 45% chez l homme adulte. Bien que les sportifs d'endurance présentent des volumes sanguins plus élevés que les sédentaires, l augmentation du volume plasmatique total est encore plus élevé et s accompagne d une hémodilution. L'hématocrite des athlètes d endurance est donc généralement plutôt bas, entre 42 et 45% voire moins. Un athlète d endurance présentant un hématocrite à plus de 47% est suspecté de dopage. Le taux d'hématocrite fixé à 50% fixé par l'union Cycliste Internationale ne permet donc de dépister que les cas de dopage important.

19 Perfluorocarbones (PFC) et transport de l oxygène Contenu en Oxygène (ml / 100 ml) 20 Sang Pression partielle en oxygène (mm Hg) ème PFC 2 génération ère PFC 1 génération

20 140 % VO max 2 Apport en O 2 Hématocrite 45,6 % 49,2 % 50,5 % Extraction O d après Spriet et coll. 1986

21 Le transport de l oxygène est probablement le facteur limitatif essentiel de la consommation maximale d oxygène pour des exercices généraux, c est-à-dire mettant en jeu une masse musculaire importante. Le transport d oxygène serait, ainsi, le facteur limitatif essentiel de la consommation maximale d oxygène en ski de fond, aviron, course à pied, cyclisme sur route...

22 -1 Débit cardiaque (l.min ) Athlète d'endurance Sédentaire ,0 3,0 4,0 5,0 Consommation d'oxygène

23 Volume d'éjection systolique (ml) Fréquence cardiaque Evolution du volume d'éjection systolique à l'exercice dynamique

24 Volume ventriculaire (ml) V T D VES V E S 30 VTS 0 0,5 seconde 0 0,5 Repos allongé Exercice Volume ventriculaire au cours de la révolution cardiaque : effets de l'exercice

25 Volume ventriculaire (ml) V E S V E S seconde 0 0,5 Sédentaire 0 0,5 Athlète d'endurance Volume ventriculaire au cours de l'exercice : effets du niveau de performance aérobie

26 Sédentaire Athlète d endurance OG OG OD VD VG OD VD VG La cardiomégalie (augmentation du volume cardiaque) des sportifs est harmonieuse, c est-à-dire concernant les 4 cavités cardiaques et conservant un rapport paroi/cavité normal.

27 -1 Fréquence cardiaque (battements.min ) Sédentaire Athlète d'endurance 0 1,0 2,0 3,0 4,0 5,0 Consommation d'oxygène

28 Fréquence cardiaque maximale réelle ou estimée La fréquence cardiaque maximale (FCmax) peut être mesurée ou estimée. La formule la plus connue donnant la fréquence cardiaque maximale en fonction de l âge est la suivante : FCmax = 220 Age Où Age correspond à l âge du sujet en années.

29 VO2max tapis roulant (L / min) Cyclistes VO2max ergocycle ( L/min)

30 Fréquence cardiaque maximale La fréquence cardiaque atteint une fréquence très élevée au cours d un exercice intense et prolongée correspondant à une consommation d oxygène proche du maximum. La valeur de cette fréquence maximale à l exercice dépend en particulier des facteurs suivants : - l âge, - le type d exercice (course > vélo > exercices réalisés uniquement avec les membres supérieurs).

31 Cette formule n est qu indicative. La différence entre la valeur réelle et la valeur estimée peut dépasser 10 bpm D autres formules qui ne sont probablement pas plus précises, ont été proposées : - FCmax = Age (Miller) - FCmax = Age (Londeree et Moeschberger)

32 Variation de FC max (bpm) 15 après désentraînement ou tapering (affutage) FC max = - 13 VO2max + 1,77 r = - 0,76 après entraînement Variation de V max (L/min) O2 Il est possible que la fréquence cardiaque maximale diminue après un programme d entraînement aérobie. Le phénomène inverse serait observé après un arrêt ou une diminution (tapering) de ce programmes.

33 Ventilation pulmonaire, facteur limitatif de l'exercice aérobie?

34 Q max.ca O2 max = Apport en oxygène V = O2 max Q max x [(Ca - Cv ) ] O2 O2 max Ca O2 = Hb x % saturation % Saturation = f(p, ph) O2

35 Ventilation pulmonaire, facteur limitatif de l'exercice aérobie? Chez le sujet sain et jeune, la ventilation n'est pas un facteur limitatif de la consommation maximale d'oxygène

36 Chez le sujet sédentaire, sain et jeune, - la ventilation mesurée lors de l'atteinte de VO2max est inférieure à la ventilation maximale volontaire

37 Ventilation Ventilation maximale volontaire Ventilation à VO2 max % VO2 max

38 Si un sujet sédentaire, sain et jeune, réalise un exercice à une puissance supérieure à celle correspondant à l'atteinte de VO2max, la ventilation est plus élevée bien que la consommation d'oxygène plafonne à VO2max.

39 Ventilation Ventilation maximale volontaire Ventilation à VO2 max La ventilation n'est pas le facteur limitatif de V O2max chez le sujet jeune % VO2 max

40 Enfin un sujet sédentaire, jeune et sain peut augmenter volontairement son débit ventilatoire lors de l'atteinte de VO2max sans que cette hyperventilation supplémentaire influence la valeur de consommation d'oxygène.

41 Chez le sujet âgé, la ventilation peut devenir un facteur limitatif de VO2max. Chez ces sujets, la ventilation observée lors d'un exercice correspondant à VO2max est proche ou égale à la valeur de la ventilation maximale volontaire.

42 Limitation ventilatoire de VO2max (sujets agés, asthmatiques...) Ventilation Limite cardiovasculaire et musculaire de VO2 max Limite ventilatoire de VO2 max Ventilation maximale % VO2 max

43 La ventilation maximale volontaire du sujet âgé est en effet diminuée par rapport au sujet jeune du fait : - d une altération des bronches - d'une diminution de la capacité vitale, qui est la conséquence : - d'une diminution de la capacité pulmonaire totale - d'une augmentation du volume résiduel.

44 Volume (litres BTPS) 7 Capacité pulmonaire totale Capacité vitale Volume résiduel Age (années)

45 Chez l'athlète d'endurance, la ventilation peut atteindre des valeurs très élevées lors de l'atteinte de VO2max (200 L/min) et se rapprocher de la valeur de leur ventilation maximale volontaire. Ceci pourrait expliquer que l'hyperventilation au delà du " seuil " ventilatoire est moins marquée chez ces sujets.

46 Ventilation Ventilation maximale volontaire Ventilation à VO2 max VO2 (L / min)

47 Diffusion alvéolo-capillaire à l exercice Facteur limitatif de l'exercice aérobie?

48 Equilibration du sang capillaire pulmonaire avec l'air alvéolaire moyen Artérioles pulmonaires Air alvéolaire moyen PO A 2 = 105 mm Hg Veinules pulmonaires PCO A 2 = 41 mm Hg C O = 13,6 ml / 100 V 2 C CO = 54,0 ml / 100 V 2 C O = 20,0 ml / 100 a 2 C CO = 49,0 ml / 100 a 2 P O V 2 = 40 mm Hg P O = 105 mm Hg a 2 P CO = 48 mm Hg V 2 P CO = 41 mm Hg a 2

49 Pressions partielles (mm Hg) 100 Pa = 104 O P O P V = 40 O2 Artère pulmonaire (sang veineux mélé) Capillaires pulmonaires Veines pulmonaires

50 Pressions partielles (mm Hg) PA = 100 O2 Pa = 100 O2 80 P O P V = 47 CO2 40 P V = 40 O2 PA = 39 CO2 P CO2 Pa = 40 CO2 Artère pulmonaire (sang veineux mélé) Capillaires pulmonaires Veines pulmonaires

51 Pressions partielles (mm Hg) P O P CO2 A l exercice intense, le temps de transit diminue et peut être juste suffisant pour permettre l équilibre des pressions partielles entre le sang capillaire pulmonaire et l air alvéolaire en ce qui concerne l oxygène. Artère pulmonaire (sang veineux mélé) Capillaires pulmonaires Veines pulmonaires

52 O2 Pressions partielles (mm Hg) 100 PA O P CO2 A l exercice intense, le temps de transit diminue et peut être insuffisant pour permettre la saturation de l hémoglobine en oxygène chez les sujets présentant un prélèvement d oxygène très élevé (> 65 ml O /min.kg). 2 Artère pulmonaire (sang veineux mélé) Capillaires pulmonaires Veines pulmonaires

53 Pression (mm Hg) VG La pression dans les artères oscille entre une valeur maximale contemporaine de la systole ventriculaire (pression systolique ou maxima) et une valeur minimale correspondant à la fin de la diastole (pression diastolique ou minima). Capillaire Aorte Artère Artériole Sphincter Veinule Veine Veine cave

54 Pression (mm Hg) VG Les résistances à l écoulement du sang sont localisées au niveau des artérioles Capillaire 0 Aorte Artère Artériole Sphincter Veinule Veine Veine cave

55 Pression aortique ,2 0,4 0,6 0,8 L élasticité des gros troncs artériels permet d y stocker sous pression du sang pendant la systole. Ceci explique le maintien d une pression élevée dans l aorte pendant la diastole.

56 300 ms C S Carotidogramme F Piézogramme fémoral C = (SF - SC)/ C = vitesse de propagation de l onde de pression

57 -1 CT 170 (W.kg ) d après Eugène et coll coureurs non sportifs C (m.s ) C = vitesse de propagation de l onde de pression

58

59

60

61

62 Facteurs limitatifs périphériques

63 Facteurs limitatifs périphériques V = O2 max Q max x [(Ca - CV ) ] O2 O2 max Utilisation de l oxygène

64 Facteurs limitatifs périphériques V = O2 max Q max x [(Ca - Cv ) ] O2 O2 max Capillaires Mitochondries Fibres musculaires

65 Charifi et coll µ Coloration des capillaires avec unanti-corps mono-clonal CD 31. ( Avant entraînement).

66 Charifi et coll Coloration des capillaires avec unanti-corps mono-clonal CD 31. ( Après 14 semaines d entraînement aérobie).

67 Nombre de capillaires/nb fibres 6 ** Avant et Après D après Maughan et coll entraînement aérobie 4 ** ** =p<0,01 ** 2 0 type I type IIA type IIB

68 En fonction de leur localisation dans la cellule musculaire,les mitochondries sont classées en deux goupes : - M. sous-sarcolemmales (SS) ; - M. inter-myofibrillaires ( IMF).

69 Sarcolemme Les mitochondries sous sarcolemmales (SS) sont comprises entre la membrane sarcoplasmique (sarcolemme) et les myofibrilles.

70 les mitochondries SS sont particulièrement abondantes à proximité des capillaires, ce qui diminue la distance de diffusion de l oxygène.. capîllaire contenant un erythrocyte

71 Fibre lente aérobie Fibre rapide anaérobie Coloration histochimique des enzymes mitochondriales : activité succinate déhydrogénase (SDH)

72 Fibres lentes (type I) Fibres rapides (types II) Coloration histochimique des enzymes mitochondriales : activité Cytochrome Oxydase

73 %niveauinitial enzymes mitochondriales VO2max entraînement d après Saltin et coll désentraînement mois

74 %niveauinitial enzymes mitochondriales 200 transformation IIB -IIA Qu en est-il de la cinétique de la transformationiia-i? entraînement 50 d après Saltin et coll désentraînement mois

75 Volume Volume mitochondrial 1000 Volume capillaire VO2max (ml.min )

76 %niveauinitial enzymes mitochondriales capillaires entraînement d après Saltin et coll désentraînement mois

77 Il n est pas démontré que les propriétés métaboliques musculaires (proportion de fibres lentes oxydatives, de type I, richesse en mitochondries, etc.) soient un facteur limitant la puissance maximale du métabolisme aérobie pour des exercices généraux

78 VO2max tapis roulant (L / min) Cyclistes VO2max ergocycle ( L/min)

79 Les propriétés musculaires (capillarisation, proportion de fibres lentes oxydatives, de type I, richesse en mitochondries, etc.) pourraient limiter la puissance maximale aérobie pour des exercices locaux

80 Par contre, Il est probable que le transport de l oxygène ne soit pas un facteur limitatifs essentiel pour des exercices locaux mettant en jeu un masse musculaire très faible. Les propriétés musculaires (capillarisation, proportion de fibres lentes oxydatives, de type I, richesse en mitochondries, etc.) pourraient limiter la puissance maximale aérobie pour des exercices locaux

81 Caractéristiques des différents métabolismes énergétiques Chacun de ces trois métabolismes est défini par : son inertie c'est-à-dire sa "lenteur" d'entrée en activité ; sa puissance ou nombre de molécules d'atp par seconde qu'il peut resynthétiser, c'est-à-dire son débit d'énergie (quantité d'énergie par unité de temps) ; sa capacité ou quantité totale de molécules d'atp resynthétisées, c'est à dire la quantité maximale de travail qui peut être effectué grâce à ce métabolisme.

82 La capacité maximale de travail du métabolisme aérobie dépend non seulement des réserves de glycogène mais aussi des possibilités cardio-vasculaires et musculaires. Le développement des mitochondries et des capillaires musculaires détermineraient la possibilité de maintenir longtemps un pourcentage élevé de la puissance maximale aérobie.

83 Le fonctionnement de l une des étapes de la glycolyse (transformation du Phopho- Glycéraldéhyde en Biphospho-Glycérate) exige la présence du NAD en tant qu accepteur d'hydrogène. Une régénération du NAD est donc nécessaire à la poursuite de la glycolyse car les réserves de NAD sont très faibles.

84 Destinée du NADH dans la glycolyse anaérobie Glycogène P i Phosphorylase Glucose-6-Phosphate Glucose 2 ADP ADP ATP + 2 NAD Cytoplasme 3 ATP + 2 NADH + H 2 acides pyruviques 2 acides lactiques Lactico-DésHydrogénase (LDH) CH3 -CO-COOH CH3-CHOH-COOH

85 En aérobiose, l'hydrogène du NADH + H + ne sert pas à la formation d acide lactique mais passe à l'intérieur de la mitochondrie où il sera ensuite oxydé au niveau des chaînes respiratoires avec production de 3 ATP. Le NAD est ainsi régénéré et permet la poursuite de la glycolyse.

86 Destinée du NADH dans la glycolyse aérobie Glycogène P i Phosphorylase Glucose-6-Phosphate Glucose 2 ADP + 2 NAD Cytoplasme 3 ATP 2 acides pyruviques PDH + 2 NADH + H Navettes O 2 2 CO 2 2 Acétyl-CoA Cycle de Krebs Mitochondrie + NAD + NADH + H O 2 Oxydation H2O FADH 2 ADP + P ATP Phosphorylation

87 En effet, la production d acide lactique au cours d exercices dont la puissance est inférieure à la puissance maximale du métabolisme aérobie sera d autant plus faible que les concentrations de NADH et d acide pyruvique seront faibles dans le cytoplasme musculaire.

88 La possibilité de régénération du NAD par oxydation de l hydrogène produit par la glycolyse est en fait couplée à la pénétration de l acide pyruvique dans les mitochondries. Cette pénétration du NADH et de l acide pyruvique et leur dégradation dans la mitochondrie est essentielle.

89 Il ne peut y avoir de conversion d acide pyruvique en acide lactique en l absence de NADH et d acide pyruvique en quantité suffisante. NADH + H + + acide pyruvique NAD + acide lactique

90 La membrane mitochondriale interne est imperméable au NADH. Le passage de l hydrogène du NADH au niveau de la mitochondrie est réalisé par un système de navettes.

91 membrane interne TGO A G T A-G G A TGO NADH OA OA NADH NAD MD M CG T M-CG CG M MD NAD espace inter-membranaire matrice mitochondriale

92 La lactate déhydrogénase est un tétramère constitué de deux types de monomères : monomères H et M. LDH 1 LDH 2 LDH 3 LDH 4 LDH 5 H H M H M H M M M M H H H H H M M H M M Coeur G. Rouges Coeur G. Rouges Cerveau Rein Foie Muscles (fibres II) Il existe donc cinq combinaisons possibles de ces monomères (LDH1 à LDH5) qui sont diversement réparties dans les différents organes

93 La forme musculaire de la LDH favorise le passage du pyruvate au lactate. La forme cardiaque de la LDH favorise le passage du lactate au pyruvate.

94 Le pourcentage de la LDH musculaire augmenterait après un entraînement anaérobie. Le pourcentage de la LDH cardiaque augmenterait dans le muscle après un entraînement aérobie.

Lipides Glucides + O 2 Energie + CO 2 + H 2 O Protéines

Lipides Glucides + O 2 Energie + CO 2 + H 2 O Protéines Il résulte des expériences auxquelles M. Séguin s est soumis, qu un homme à jeun, dans un état de repos Consomme par heure 1210 pouces cubes d air vital... Le mouvement et l exercice augmentent considérablement

Plus en détail

La consommation maximale d oxygène

La consommation maximale d oxygène La consommation maximale d oxygène Sources : Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport. Jürgen Weineck. Vigot, Paris, 1992. Physiologie du sport. Bases physiologiques

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin STP Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin I. Principes de développement des processus énergétiques : 1 II. Approfondissement des notions : 2 1. Le processus aérobie : 2 2. Le

Plus en détail

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION Un effort, quelque soit sa nature, a besoin d ENERGIE Flux biologique de l ÉNERGIE Schématisons ce flux Plantes vertes CO 2 H 2 O Aliments O 2 Humains+

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE 1) Introduction 2) Rappel 3) Exploration du métabolisme anaérobie 3.1) Méthode Directe 3.2) Méthodes Indirectes 4) Développement du Métabolisme Anaérobie 5) Adaptations

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION Elisabeth Le Rumeur 2011-12 Introduction Mécanique ventilatoire Échanges gazeux respiratoires Transport des gaz respiratoires (oxygène et CO2) par le sang Échanges gazeux

Plus en détail

CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE. B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie

CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE. B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie CONSOMMATION MAXIMALE D OXYGENE & SEUIL ANAEROBIE B.OTHMAN hassen Professeur de physiologie La consommation maximale d oxygène (VO 2 max) Au cours d un exercice d intensité croissante réalisé en laboratoire

Plus en détail

LES TRANSPORTS GAZEUX

LES TRANSPORTS GAZEUX LES TRANSPORTS GAZEUX I - TRANSPORT DE L OXYGENE 1.1 GENERALITES + Composition de l atmosphère L atmosphère est composée d azote (79%), d oxygène (21%) et de traces de gaz carbonique. Chacun de ces gaz

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Consommation en dioxygène en fonction du temps et l'effort physique

Consommation en dioxygène en fonction du temps et l'effort physique Consommation en O 2 (en L) Thème 1 : Corps humain et santé, l exercice physique Chapitre 1 : L effort physique et le fonctionnement de l organisme Introduction : Le corps de l énergie tout au long de la

Plus en détail

VERGNE Morgan. Filières énergétiques

VERGNE Morgan. Filières énergétiques Filières énergétiques Présentation des filières énergétiques Dépendant du type d effort Intensité de l effort substrats énergétiques utilisé différent Production d ATP différente ATP : principale source

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

Energé'que et performance Philippe Hellard

Energé'que et performance Philippe Hellard Energé'que et performance Philippe Hellard de BUDAPEST par SHANGHAI Fédération Française de Natation jusqu à LONDRES PLAN Fonctionnement énergétique. Analyse de l activité et énergétique. Les différents

Plus en détail

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe :

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe : Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014 NOM : Prénom : Groupe : Rapport de Stage Groupe 00 I) FILIERES ENERGETIQUES AU COURS DE L EXERCICE INTENSE REPETE... 3 1) PRODUCTION D ENERGIE... 3 2) GLYCOLYSE

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

L'énergie et le sport

L'énergie et le sport L'énergie et le sport Par Alain Carpentier Laboratoire de Biologie Appliquée et Unité de Recherche en Neurophysiologie Institut Supérieur d'education Physique et de Kinésithérapie (ISEPK) La pratique sportive

Plus en détail

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 La fréquence cardiaque exprimée en battements par minute (BPM) permet de faire circuler le sang (qui transporte

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi Notes TD1 La glycolyse (2ATP) La glycolyse est une voie métabolique d'assimilation du glucose et de production d'énergie. Elle se déroule dans le cytoplasme de la cellule. Comme son nom l'indique elle

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

LE JEUNE AURELIEN CESA

LE JEUNE AURELIEN CESA LE JEUNE AURELIEN CESA LE JEUNE AURELIEN 1 Filière principale dispensatrice d énergie. Appelé aussi glycolyse aérobie ou système oxydatif. LE JEUNE AURELIEN 2 Interactions entre les filières énergétiques

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT Sandra Joffroy L'AEROBIE : Type de sports : Sports d endurance, Marathon, Cyclisme, Triathlon L ANAEROBIE ALACTIQUE : Type de sports : Sports de puissance,

Plus en détail

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE IV 2.1 STRUCTURE DE L ATP IV 2.2 ROLE DE L ATP IV 2.3 SYNTHESE DE L ATP IV 2.3.1 CATABOLISME DU

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires. -I -Les cellules respirent

Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires. -I -Les cellules respirent Chapitre II Respiration et fermentations cellulaires -I -Les cellules respirent 1 2 3 Les échanges gazeux entre les cellules chlorophylliennes et leur milieu 4 - II - Les mitochondries, organites de la

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE. {Licence STAPS C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE...2

LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE. {Licence STAPS C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE...2 LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE Le 10 Octobre 1998 {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de François COTTIN} 1. LE METABOLISME ANAEROBIE LACTIQUE...2 1.1. Chaîne énergétique... 2 1.1.1. Utilisation...2

Plus en détail

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement.

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. Quelques rappels Le muscle est l effecteur Son combustible est l ATP Les stocks d ATP sont

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP [Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP Approche quantitative de l énergétique biologique : adaptation des fonctions respiratoire et cardiaque au cours d un exercice physique

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE Dr grillon jean-luc Médecin Conseiller Direction Régionale et départementale de la Jeunesse et des Sports Champagne-Ardenne et Marne 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique

Plus en détail

LA PREPARATION PHYSIQUE DANS LES ACTIVITES SPORTIVES DE LA FFESSM

LA PREPARATION PHYSIQUE DANS LES ACTIVITES SPORTIVES DE LA FFESSM LA PREPARATION PHYSIQUE DANS LES ACTIVITES SPORTIVES DE LA FFESSM 12/03/2016 Pascale Estripeau Les activités sportives de la FFESSM Activités en déplacement Nage avec palmes Nage en eau vive Plongée sportive

Plus en détail

L endurance aérobie. Par Loïc Arbez

L endurance aérobie. Par Loïc Arbez L endurance aérobie Par Loïc Arbez PLAN Généralités Endurance et performance sportive Les facteurs limitants de l endurance Evaluation de l endurance Généralités L aptitude d un d individu à fournir un

Plus en détail

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND Les sportifs pratiquant les sports d'endurance attendent des conseils de préparation

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE

PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE PHYSIOLOGIE DE L EXERCICE Dr grillon jean-luc Médecin Conseiller Direction Régionale et départementale de la Jeunesse et des Sports Champagne-Ardenne et Marne 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Anita DOTTIN CQP ALS AGEE 2015 L activité physique nécessite une dépense d énergie due à la contraction musculaire. Son principe de base est la transformation d une énergie chimique

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2 Sam BAYAT MCU-PH Le débit cardiaque et son contrôle Le débit cardiaque = Fréquence cardiaque x Volume d'éjection systolique : Q & = Fc Ves La Fc

Plus en détail

L2 S3 Bioénergétique, Biochimie, Métabolisme et Nutrition CM 4 Du muscle à la viande 4 ème partie : Glycolyse «anaérobie» lactique

L2 S3 Bioénergétique, Biochimie, Métabolisme et Nutrition CM 4 Du muscle à la viande 4 ème partie : Glycolyse «anaérobie» lactique L2 S3 Bioénergétique, Biochimie, Métabolisme et Nutrition CM 4 Du muscle à la viande 4 ème partie : Glycolyse «anaérobie» lactique La glycolyse est dite anaérobie si le pyruvate ne peut pas «aller plus

Plus en détail

Chapitre 9: Respiration cellulaire

Chapitre 9: Respiration cellulaire Chapitre 9: Respiration cellulaire Concept de base respiration cellulaire Processus de la respiration aérobie ATP et travail cellulaire Réactions d oxydoréduction Respiration et fermentation Caractéristiques

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 5 : Les réponses de l organisme à un effort physique.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 5 : Les réponses de l organisme à un effort physique. Thème 2 : Corps humain, sport et santé Chapitre 5 : Les réponses de l organisme à un effort physique. Lors d'un effort physique, le fonctionnement de l'organisme est modifié. Essoufflements, palpitations,

Plus en détail

Adaptations cardio-vasculaires pendant l'exercice dynamique

Adaptations cardio-vasculaires pendant l'exercice dynamique Adaptations cardio-vasculaires pendant l'exercice dynamique Adaptations cardio-vasculaires pendant l'exercice Description des phénomènes - Exercice dynamique versus exercice statique - Augmentation du

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA CONTRACTION MUSCULAIRE ET LA REPONSE DE L ORGANISME

CHAPITRE 2 LA CONTRACTION MUSCULAIRE ET LA REPONSE DE L ORGANISME CHAPITRE 2 LA CONTRACTION MUSCULAIRE ET LA REPONSE DE L ORGANISME Les acquis du collège : les organes effectuent en permanence des échanges avec le sang ; ils y prélèvent des nutriments et du dioxygène

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo.

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo. Fédération Tunisienne de judo Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré Les filières énergétiques Hamdi Chtourou h_chtourou@yahoo.fr 21/12/2012 La contraction musculaire La contraction musculaire L unité

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

L entraînement, de la théorie à la pratique

L entraînement, de la théorie à la pratique L entraînement, de la théorie à la pratique Carnets d un vétérinaire du cheval Carnet 9 Defonseca, Marc DMV defonseca Il existe un lien constant entre les bases physiologiques de l effort et leurs applications

Plus en détail

CORRIGÉ Calculs des bilans / Métabolisme des glucides :

CORRIGÉ Calculs des bilans / Métabolisme des glucides : CORRIGÉ Calculs des bilans / Métabolisme des glucides : #1 total ATP produit bilan détaillé #2 total ATP produit bilan détaillé #3 total ATP produit bilan détaillé #4 total ATP produit bilan détaillé #5

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

LE JEUNE AURELIEN CESA 2012

LE JEUNE AURELIEN CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN 1 Filière principale dispensatrice d énergie. Appelé aussi glycolyse aérobie ou système oxydatif. LE JEUNE AURELIEN 2 Interactions entre les filières énergétiques

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cécile Pétré - 2011 1 2 1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cette énergie, c est : ( A T P = Adénosine Tri Phosphate ) 3 2. LA MOLECULE D ATP 4 5 La rupture des

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

L2 UE13 Physiologie 1. La Circulation. Pr Jean-Jacques Jacques MERCADIER

L2 UE13 Physiologie 1. La Circulation. Pr Jean-Jacques Jacques MERCADIER Faculté de Médecine M Paris Diderot Année e 2011 2012 L2 UE13 Physiologie 1 La Circulation Pr Jean-Jacques Jacques MERCADIER 1. Fonction de la circulation Transport des gaz et des nutriments Respiration

Plus en détail

Circulation artérielle

Circulation artérielle Circulation artérielle Plan 1- Caractéristiques générales 1-1 Anatomiques 1-2 Histologiques 1-3 Innervation et vasomotricité La circulation artérielle Circulation à haute pression Propagation du sang du

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

Augmentation très rapide de Qc dès le début de l exercice puis + lentement pour atteindre un plateau ie l état stable.

Augmentation très rapide de Qc dès le début de l exercice puis + lentement pour atteindre un plateau ie l état stable. V Fonction Cardiaque 1) Réponses du débit cardiaque Q C (l/min) = VES (ml/bat) x FC (bpm) Qc de repos = 5l/min chez l homme ; un peu moins chez la femme. Qc max = 20 à 25 l/min Qc : adaptation de ces 2

Plus en détail

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement

Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Enfant et exercice aérobie : Croissance et Entraînement Plan 1. Caractéristiques des enfants 1.1 - Spécificité métabolique de l enfant 1.2 - Réponses spécifiques de l enfant à l exercice Plan 2. Performance

Plus en détail

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme TP U 42 ntraînement valuation de la consommation maximale d oxygène (VO 2 max) par une épreuve sous-maximale indirecte en laboratoire : le test d strand-yhming (1954) sur ergocycle. Le test d strand-yhming

Plus en détail

Bases énergétiques de l activité physique

Bases énergétiques de l activité physique Bases énergétiques de l activité physique A- Les sources énergétiques - Bioénergétique : les filières ε et leurs caractéristiques - Déterminants de la performance en endurance - Causes de la fatigue [B-

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Cœur et sports de raquette Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Physiologie de l effort Débit cardiaque x 5 Augmentation volume éjection (VES) Augmentation fréquence cardiaque

Plus en détail

Mesure directe Prédiction indirecte

Mesure directe Prédiction indirecte Débit maximal de prélèvement d oxygène (VO 2 max, L.min -1, ml.min -1.kg -1 PC, kg MM Puissance maximale aérobie (PMA, Watts, et VMA, km.h -1 ) Mesure directe Prédiction indirecte G Pérès physiologie et

Plus en détail

L1S1 OUT3. TD 5 BIO-ENERGIE Système Anaérobie lactique. 1. Rappels / CM

L1S1 OUT3. TD 5 BIO-ENERGIE Système Anaérobie lactique. 1. Rappels / CM L1S1 OUT3 TD 5 BIO-ENERGIE Système Anaérobie lactique 1. Rappels / CM 1 L acidose et ses effets a) A basse intensité d exercice b) lorsque l intensité augmente GLUCOSE GLUCOSE H+ H+ NAD, FAD 2 ACIDES PYRUVIQUES

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

CHAPITRE II : METABOLISME CELLULAIRE

CHAPITRE II : METABOLISME CELLULAIRE CHAPITRE II : METABOLISME CELLULAIRE II.1 Définition : C est l ensemble des processus physico-chimiques regroupant, chez les organismes vivants les réactions d anabolisme (biosynthèses) et de catabolisme

Plus en détail

La Puissance Critique

La Puissance Critique La Puissance Critique Par Loïc Arbez PLAN Généralités Puissance Critique et performance sportive Les facteurs limitants de la Puissance Critique Évaluation de la Puissance Critique Généralités L aptitude

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

Biologie cellulaire et moléculaire : L Energétique cellulaire

Biologie cellulaire et moléculaire : L Energétique cellulaire Biologie cellulaire et moléculaire : L Energétique cellulaire Introduction L existence de la cellule est définie par sa capacité à maintenir à l intérieur de sa membrane un milieu différent de ce qui se

Plus en détail

6 formes d énergie. chimique nucléaire. mécanique électrique. thermique lumineuse

6 formes d énergie. chimique nucléaire. mécanique électrique. thermique lumineuse EVALUATION AEROBIE 6 formes d énergie chimique nucléaire mécanique électrique thermique lumineuse PREMIERE LOI DE LA THERMODYNAMIQUE Energie ni créée, ni détruite Transformation d une forme en une autre

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Thème 1- Energie et cellule vivante

Thème 1- Energie et cellule vivante Thème 1- Energie et cellule vivante chapitre 2 : respiration et fermentations cellulaires. Photo inserm La plupart des cellules respire. Les cellules consomment du dioxygène et rejettent du dioxyde de

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION Elisabeth Le Rumeur 2011-12 Introduction Mécanique ventilatoire Échanges gazeux respiratoires Transport des gaz respiratoires (oxygène et CO2) par le sang Régulation de la

Plus en détail

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.)

PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) PARTS RESPECTIVES DES GLUCIDES ET DES LIPIDES DANS LA PRODUCTION D ENERGIE A L EXERCICE (d après Costill D.L.) % Production d énergie 70 Glucides Lipides QR 60 50 40 QR 0,90 0,80 0 10 20 30 40 50 60 Temps

Plus en détail

LES CORPS CETONIQUES

LES CORPS CETONIQUES LES RPS ETNIQUES Produits dans la matrice mitochondriale du foie à partir des acides gras, ils peuvent-être assimilés à des déchets mais ils se révêlent être un carburant énergétique pour les tissus périphériques

Plus en détail

Entrainement sportif Le système cardiovasculaire

Entrainement sportif Le système cardiovasculaire Entrainement sportif Le système cardiovasculaire Pour que le corps assure ses différentes fonctions, chacune de ses cellules doit être approvisionnée de manière continue en oxygène. Cet apport est assuré

Plus en détail

PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11

PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT. Introduction. B Les 3 systèmes de resynthèse de l ATP 25/01/11 PLAN DONNÉES SCIENTIFIQUES ET PROCÉDÉS D ENTRAÎNEMENT S. VAUCELLE UE 30.S UFRSTAPS Toulouse Introduction I Energétique de la contraction musculaire II Les processus physiologiques et l entraînement sportif

Plus en détail

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Niveau Niveau Introduction Pourquoi optimiser la récupération? Récupération = étape essentielle du processus

Plus en détail