EVALUATION EN READAPTATION CARDIO- VASCULAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION EN READAPTATION CARDIO- VASCULAIRE"

Transcription

1 Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Réadaptation dans les pathologies cardio-vasculaires et respiratoires EVALUATION EN READAPTATION CARDIO- VASCULAIRE Enseignement National MPR 2O11 JM Casillas

2 EVALUATION EN READAPTATION CARDIO-VASCULAIRE : Plan Évaluation de l aptitude à l effort en Réadaptation Cardio-Vasculaire. Mesure de l Activité Physique au cours des maladies cardio-vasculaires. Évaluation des troubles de l humeur au cours des maladies cardio-vasculaires. Évaluation de l autonomie et de la qualité de vie.

3 Évaluation de l aptitude à l effort en Réadaptation Cardio-Vasculaire

4 Evaluation de l aptitude à l effort La réadaptation cardio-vasculaire a 4 objectifs prioritaires : - l amélioration des capacités physiques, - le ralentissement évolutif de la maladie athéromateuse, avec diminution de la morbimortalité, - la réinsertion optimale, - et au total : l amélioration de la Qualité de Vie. Le reconditionnement à l effort est, avec l éducation thérapeutique, l axe de la réadaptation cardiovasculaire.

5 Evaluation de l aptitude à l effort : Objectifs Mesurer les capacités physiques en évaluant les anomalies cardio-circulatoires, métaboliques et respiratoires (participant au déconditionnement), Participer au dépistage des contre indications à l entraînement, Apprécier le caractère limitant de déficiences associées, Guider le reconditionnement, En mesurer les effets, Orienter la réinsertion (phase III).

6 Evaluation de l aptitude à l effort Pas de but diagnostique (sous traitement). Justifie souvent des modifications médicamenteuses. Adaptée aux capacités (déficiences associées) du patient et à sa pathologie. Pas de caractère systématique, son intérêt doit être apprécié pour chaque patient (attention au contexte: anémie, troubles hydro-électrolytiques, cicatrices, anxiété ). Les résultats doivent être reportés de façon claire et synthétique sur le dossier (toujours facilement accessible).

7 Evaluation de l aptitude à l effort : Plan Tests d effort standardisés Evaluation fonctionnelle Analyse situationnelle

8 Ils doivent être préparés par une information précise chez Tests des d effort patient standardisés souvent inquiets vis à vis d un effort succédant à un événement card. majeur : explications, mise en confiance Le + souvent à charge croissante, mais avec une très grande variété de modalités...

9 Tests d effort standardisés, Membres Inférieurs Bicyclette ergométrique (type d exercice habituellement maîtrisé, moindre coût, moindre encombrement, recueil aisé ECG et TA). Tapis roulant (+ physiologique, sollicitation aérobie + élevée). Bicyclette ergométrique: incrément variable d un centre à l autre: 10 W/ 1 min (adapté aux patients très déconditionnés), 20 W/ 2 min, 30 W/ 3 min Effort débuté à 30 ou 20 W. Durée totale de l effort (Gullestad L. Med Sci Sports Exerc 1997) et VO2 max sont identiques (Bishop D. J Sci Med Sport 1998) avec palier de 1 et de 3 minutes. Cependant des paliers de 1 minute sont plus sensibles pour objectiver les modifications induites par le reconditionnement (durée de l effort, VO2, FC, W) (Hansen D. Arch Phys Med Rehabil 2007). Si progression + rapide (20 W/min, 50 W/3 min..), sollicitation cardiaque + importante à visée diagnostique, moins dépendante de l endurance.

10 Personnalisation de la montée en puissance du TE? Durée optimale d un TE préconisée entre 8 et 12 min (Gibbons RJ. Am Coll Cardiol 1997). Proposition de normogrammes fonctions âge et pathologie, permettant de programmer progressivité TE (Bruce RA. Am Heart J 1973 Foster C. Am Heart J 1984). Possibilité d utiliser questionnaire d AP préalable (Myers J. Am Heart J 2001). Efficacité insuffisante (comme l utilisation préalable NYHA) (Smith RF. Circulation 1993).

11 Tests d effort standardisés, Membres Inférieurs

12 Tests d effort standardisés, Membres Inférieurs Tapis roulant : référence, protocole de Bruce Durée palier (min) Vitesse (km/h) Pente (%)

13 Tests d effort tapis roulant Bruce modifié (sujets très désadaptés) Durée palier Vitesse Pente (%) (min) (km/h)

14 Tests d effort Tapis Roulant Protocole de Naughton Durée Vitesse Pente palier (min) (km/h)

15 Tests d effort sur tapis roulant, destinés à l évaluation au cours de l AMI Permettent l évaluation dans des conditions identiques de vitesse et de pente des claudiquants artériels. Distance de crampe + fiable et + reproductible que distance de gène (Hiatt WR, Circulation 1995). A charge progressive : modalités très diverses, par exple vitesse constante à 3.2km/h et augmentation pente de 2% par paliers de 2 min (Nicolaï S, Med Sci Sport Exerc 2009) À charge constante (vitesse et pentes fixes): fiabilité comparable (Labs KH, Vasc Med 1999). Charges élevées (exple 3.2 km/h et 10%) plus corrélées à la gravité de l AMI (Nicolaï S, J Vasc Surg 2010).

16 Tests d effort sur tapis roulant, destinés à l évaluation au cours de l AMI Limiter au maximum l utilisation de la rampe pour maintenir l équilibre : moindre fiabilité de l évaluation de la claudication (Gardner AW, Am J Cardiol 1991). Si test pas interrompu précocement par crampe : permet l évaluation de l adaptation à l effort (FC d entrainement)

17 Tests d effort standardisés, Membres Supérieurs Indications: M Inf inutilisables pour effort suffisamment intense: claudication artérielle ou neurologique, amputation, paraplégie, pathologies orthopédiques, troubles trophiques Sollicitation préférentielle des M Sup au cours activité professionnelle, sportive, de loisir...

18 Tests d effort standardisés, Membres Supérieurs Modalités : Habituation préalable, Discontinu : recueil ECG, TA. Permet de retarder les crampes au niveau des avant bras, durée des paliers : 1 ou 2 min, avec pauses de 30 ou 60 sec, montée en charge très progressive (10 W à 20 W maxi).

19 Tests d effort standardisés, Membres Supérieurs

20 Tests d effort standardisés, Membres Supérieurs Caractéristiques physiologiques (Mouallem J. Ann Readapt med phys 1995) : 40 à 65 % puissance M Inf 60 à 85 % de la VO2 max M Inf Adaptation cardio-circulatoire comparable (TA, FC, Débit Cardiaque, Résistances Périphériques) (Wermuth E. J Cardiopulm Rehabil 1990). La sensibilité dans le dépistage de l ischémie myocardique est proche de celle des TE avec M Inf (Schwade J. Am heart J 1977 )

21 Tests d Effort standardisés, Mesure de la Force Musculaire Renforcement analytique contre résistance souvent associé au travail global endurant. Initialement au cours de l ICC, puis pour coronariens à fonction VG conservée (Kelemen MH. J Am Coll cardiol 1986). Potentialise l impact métabolique de l entraînement global (Pierson LM. J Cardiopulm rehabil 2001) et améliore la vasomotion endothélo-dépendante (Maionara A. J Am Coll Cardiol 2001). Tolérance myocardique bonne : absence d ischémie d effort (Maiorana A. J Cardiopulm Rehabil 1991), même si ICC (Mc Kelvie. Am J Cardio 1995), mais nécessité de mesurer initialement la FMV sous contrôle ECG et tensionnel.

22 Tests d Effort standardisés, Mesure de la Force Musculaire Modalités: le + souvent après TE global (phase de repos), Succession d une contraction isométrique - concentrique excentrique («circuit weight training»), avec montée en charge progressive : détermination de la FMV et de sa tolérance cardiaque.

23 Mesure de la Force Maximale Volontaire

24 Evaluation au cours de l AMI : évaluation du nombre de base d exercices (30 mouvements/min)

25 Tests d effort standardisés : Informations recueillies Puissance max au cours du TE : Bon indicateur des capacités physiques. Critère pronostique. Le seuil de 90 Watts sur bicyclette apparaît déterminant. Très utile pour fixer la charge d entraînement.

26 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Force musculaire analytique : Afin d éviter le passage en acidose, renforcement débuter à un niveau entre 40 et 60% de la force maximale (DeGroot DW. J Cardiopulm Rehabil 1998).

27 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Force musculaire analytique. Cas particulier de l AMI : - Problème de l intensité non résolu. - Pour certains provocation de l acidose justifiée, car augmente production du facteur endothélial de croissance vasculaire (Pedersen BK. Med Sci Sports 2006) - Pour d autres, l ischémie d effort doit être évitée (Rexroth W. Vasa 1989).

28 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Fréquence cardiaque - Paramètre le plus facilement accessible (pouls, cardiofréquencemètre). - Très dépendant des autres paramètres physiologiques, fortement lié à la VO2 (Epstein SE. Circulation 1967). - Utile +++ pour fixer la fréquence d entraînement : d emblée utilisé dans les premiers programmes (Londeree BR. Med Sci Sports 1976).

29 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite): FC Si endurance stricte recherchée: entraînement à la FC mesurée entre 50 et 65 % du TE, ou bien à la FC du seuil anaérobie (si VO2) (Pate RR. JAMA 1995). De toute façon il semble bien exister un effet dose-réponse pour le gain en morbi-mortalité, avec un niveau minimal au moins égal à 50% des capacités maximales (Drygas W. Int J Sports Med 1988) Si recherche de performances physiques + importantes: FC correspondant 65% et 85% du TE (Swain DP. Am J Cardiol 2006). Pourcentage de la FC de RESERVE préconisé plutôt que % de la FC max (Kervonen MJ. Ann Med Exp Biol Fenn 1957). Peut être intégrée dans la formule tenant compte de la fonction VG FCE= FC repos + x% (FC max-fc repos) x= 70% à 80% si fonction VG normale x= 65 % si fonction VG altérée x= 50 % si fonction VG très altérée

30 PHASE TRAVAIL (Watts) FC (bpm) TA PRE-TEST /80 EFFORT / / / RECUPERATION /80 FE = 68+70% (114-68) = 100 bpm

31 FC de réserve (suite) Recommandations dés 1978 d un entraînement à un seuil minimum de 60% de cette FC de réserve (American College of Sports Medicine) Seuil abaissé à 50% dans les révisions de ces recommandations en Peu de protocoles d entraînement sont basés sur cette FC de réserve: interprétation discutable des résultats (Swain DP. Med Sci Sports Exerc 1997).

32 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Fréquence cardiaque (suite): Pour les patients restant ischémiques (angor stable, TE +), entraînement à une FC < de 10 batt./min à la FC de début d ischémie au TE (Meurin P. AnnCardiol Angeiol 2006). Bon critère de surveillance du reconditionnement à niveau d effort identique.

33 FC et récupération Le retard au retour à la FC de repos est un facteur de mauvais pronostic : Si diminution de la FC < 42 bpm, 2 minutes après arrêt TE (Mora S. Circulation 2005;112: ), Si diminution < 12 bpm, 1 minute après arrêt TE (Cole CR. N Engl J Med 1999;341:1351-7)

34 FC Max THEORIQUE (estimation à partir de l âge) FORMULE FCmax = 220 âge (Fox SM 1970) largement répandue, mais aucune base scientifique et erreur de prédiction importante (Tanaka H. J Am Coll Cardiol 2001). Proposition d autres équations comme : FCmax = (âge), sans réduction de la marge d erreur (Robergs RA. J Exerc Physiol 2002). Pas d amélioration de la valeur prédictive avec équation multivariée (âge, niveau AP, ethnie ) (Londeree BR. Res Quarter Exerc Sport 1982). Au total: inapplicable, d autant plus chez sujets désadaptés avec médications chronotropes (Palatini P. J Hypertens 1997).

35 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Tension Artérielle Normalement élévation TA liée à l augmentation du débit cardiaque à l effort, équilibrée par chute des résistance périphériques. Il existe une élévation physiologique de la TAS (moins chez la femme), alors que la TAD reste stable voire baisse légèrement à l effort max (vasodilatation périphérique). On retient les valeurs de fin d effort. Mesure sphygmomanométrique la + fiable. Critères de l HTA d effort discutés : mmhg, seuil pour TAS avant 50 ans, 250 après mmhg seuil pour TAD. Si chute TAS en dessous valeur de repos, valeur péjorative dans les dysfonctions ventriculaires, les atteintes pluri-tronculaires.

36 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Causes d arrêt En dehors des critères imposant l arrêt (cf. tableau), il faut noter impérativement les causes d interruption du test par le patient : fatigue générale, dyspnée, fatigue musculaire, crampe, douleurs Ces informations sont importantes pour apprécier le caractère maximal de l effort. Si dyspnée = cause d arrêt, plutôt que fatigue musculaire et/ou générale : augmentation du risque coronaire de 70% (Bodegard J. Eur Heart J 2005;26: ).

37 TE, critères d arrêt Anomalies cliniques: Lipothymie, pâleur, sueurs froides, angor Anomalies tensionnelles HTA: mmhg avant 50 ans mmhg entre 50 et 60 ans mmhg après 60 ans Chute TAS après montée ou absence de montée Anomalies ECG Troubles de la repolarisation : sous-décalage ST > 3 mm, sus-décalage ST en l absence d onde Q. Troubles du rythme : auriculaires sauf ES, ventriculaires ES comprises si nombreuses, de + en + fréquentes, polymorphes, bigéminées, en salves, avec sus ou sous-décalage ST. Trouble de la conduction : BBD sur hémi-bloc pré-existant. BAV (quelque soit le degré).

38 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) ECG Sous-décalage ST: évaluation très rigoureuse car interprétation parfois difficile en début de réadaptation (troubles repolarisation liés aux médicaments, péricardotomies..). Doit apparaître durant l effort. Significatif si au moins > 1 mm : ischémie d effort résiduelle? Sus-décalage ST: si en regard zone de nécrose, suspicion de dyskinésie, d anévrysme débutant. Peut être image en miroir d une ischémie du territoire opposé. Arythmies: risque aggravé par effort. Arythmies graves rares (myocarde altéré). Le reconditionnement en atténue la fréquence. Limite: ne dépiste bien sur pas une plaque instable, qui n entraîne pas d ischémie d effort car habituellement pas à l origine d une sténose serrée. Pourtant souvent cause de thrombose (Burke AP. JAMA Ciampricotti R. Am J Cardiol 1994) confirmée par l application de l échographie endocoronaire: complication thrombotique imputé 1 cas/2 à une plaque vulnérable et 1cas/2 à sténose serrée (Stone GW, N Engl J Med 2011).

39 En cas d anomalie (repolarisation, excitabilité): Question en débat de l ischémie d effort silencieuse : habituellement traitement médical optimal. Si signes cliniques ou doute : avis en milieu cardiologique (reprise bilan: échocardiographie de stress, scintigraphie myocardique, scanner multi- barrettes, IRM de stress., avant coronarographie?).

40 Tests d effort standardisés : Informations recueillies (suite) Analyse des gaz expirés : Explore l ensemble de la chaîne de captation, de transport et d utilisation de l O2 indispensable aux phosphorylations oxydatives. Un objectif ++ de la rééducation : améliorer les capacités endurantes (métabolisme aérobie). La VO2 est un critère classique de validation du reconditionnement (pic) chez le coronarien, l ICC, le claudicant artériel (+ 20 à 30 %). Calorimétrie indirecte à circuit ouvert (VO2 = VE x FuO2 x 0.8) Exprimée en ml/kg/min ou en MET (1 MET = 3.5 ml/kg/min).

41 Chez patient désadapté, VO2max (plateau) le plus souvent impossible. Pic de VO2 jugé comme suffisant pour définir les capacités maximales (Zeballos RJ. Clin Chest Med 1994). Variabilité intra individu de ce pic entre 6 et 10% (Brown SF. Am Rev Respir Dis 1985).

42 Le pic de VO2 a une valeur prédictive chez le coronarien : 80 % de survie à 7 ans si > 8 MET - de 50 % de survie si < 5 MET Capacité à l effort et mortalité chez les patients «cardiovasculaires» (n = 3679) (Myers, N Engl J Med 2002)

43 VO2 alourdit la méthodologie et son coût sans avoir démontré une supériorité / FC (McConnell TR. J Cardiopulm Rehabil 1993). Cependant particulièrement utile chez l ICC : Classification de Weber: gravité du déconditionnement, évaluation des progrès (Weber KT, Am J Cardiol 1985) Classe Pic VO2 (ml/kg/min) A (répercussion nulle) > 20 B (modérée) De 16 à 20 C (importante) 10 à 15 D (sévère) < 9 La mesure de la FE au repos n est pas corrélée à l incapacité d effort (Cohen-Solal A. Eur Heart J 2002)

44 Survie (%) Valeur du pic de VO 2 pour l évaluation pronostique des patients en insuffisance cardiaque chronique > 18 ml/kg/min > 14, < 18 ml/kg/min < 14, > 10 ml/ kg/ min < 10 ml/kg/min * Mois 12 * p < 0.05 Mancini DM, Circulation 1991; 83:

45 Pic de Vo2 et indication de transplantation Seuil de 14 ml/kg/min (Mancini DM. Circulation 1991) discuté car depuis impacts démontrés en morbimortalité des béta - bloquants. Par ailleurs il faut être sur que le TE est maxi : quotient respiratoire (VCO2/VO2) > 1. Sinon répéter TE après RC. Indication: patients traités par b-b avec pic Vo2 < 12 ml/kg/min et patients intolérants au b-b avec pic < 14 ml/kg/min (Mehra MR. J Heart Lung Transplant 2006). De toute façon décision plurifactorielle : clinique, écho, biol, TE

46 VO2 (suite) : Seuil anaérobie : Correspond au recours au métabolisme anaérobie durant un exercice progressif. La production d acide lactique augmente et n est plus tamponnée par les bicarbonates sériques. Hyperventilation au cours du TE. Détermination: augmentation non linéaire de l équivalent respiratoire de l O2 (VE/VO2), sans élévation simultanée de l équivalent respiratoire du CO2 (VE/VCO2)*. S accompagne d un décrochage de la courbe du débit expiratoire (seuil ventilatoire). Correspond au «seuil d adaptation ventilatoire» (SV1). Paramètre sous-maximal indépendant de la motivation du patient. Niveau d effort bien toléré. Chez l adulte sain SA : 55 % VO2 max. Augmente avec l entraînement. Niveau d efficacité max de l entraînement en endurance (discuté). * Wasserman K, Circulation 1997

47 Seuil anaérobie

48 VO2 (suite): autres paramètres de l adaptation à l effort SV2 : «seuil d inadaptation ventilatoire» (>à 80% VO2max chez sportif) : point de décrochage de VE/VCO2. Pente de la relation VE/VCO2 : témoin de l extraction de l O2 au niveau des poumons et de son utilisation musculaire. Augmentation avec la désadaptation car associée à réduction du Dt C et à augmentation des résistances périphériques (Van Laethem C, AM Heart 2005) et diminution avec le reconditionnement (Coats AJS. Circulation 1992; 85: 2119) Pente VE/VCO2 > 35 = mauvais pronostic de l ICC (Arena R. Am Heart J 2004). Pente de la relation VO2/Puissance. Diminution avec la désadaptation (Itoh H, Circulation 1990).

49 VO2 (suite) Limite de la VO2 (VO2 = VE x FuO2 x 0.8) : distinction entre le versant périphérique (musculaire) et central (cardiaque) de l adaptation à l effort. Compléments : - mesure non invasive du Débit Cardiaque:. Impédancemètrie thoracique. Ré-inspiration de gaz inertes - Spectroscopie infra-rouge musculaire

50 Extrapolation ou prédiction du pic de VO2 Normogrammes basé sur relation linéaire entre VO2 et FC: estimation de VO2max au cours TE sur vélo (Astrand PO. J Appl Physiol 1954) : non valides (Hartung GH. Med Sci Sports Exerc 1995). Estimation VO2max à partir d équations de régression basées sur durée TE sur tapis (Bruce RA. Am Heart J 1973) : sensibilité insuffisante (Dominick KL. J Cardiopulmonary Rehabil 1999). Estimation VO2 à partir du travail mécanique sur tapis roulant (American Collège of Sports Medicine) : validité insuffisante (Berry MJ. Med Sci Sports Exrc 1996). Prédiction pic de VO2 à partir du T6min (Cahalin LP. Chest 1995) : sous estimation (Doutreleau S. Arch Phys Med Rehabil 2009). Au total: mesure directe VO2 toujours préconisée (Milani RV. Am J Cardiol 1995).

51 VO2 portable : adaptée à l évaluation bioénergétique des patients très déficients

52 Evaluation de l aptitude à l effort : Plan (rappel) Tests d effort standardisés Evaluation fonctionnelle Analyse situationnelle

53 Evaluation fonctionnelle Elle complète ou remplace les TE standardisés. Elle ne nécessite pas un environnement technique important. Classification NYHA (Fisher JD, Arch Intern Med 1972) (évaluation du déconditionnement au cours de l IC) I II III IV Dyspnée pour efforts importants (pas de répercussions fonctionnelles) Efforts d intensité moyenne (escaliers, marche rapide) Efforts de faible intensité (gène dans la vie courante) Dyspnée au moindre effort ou au repos

54 Evaluation fonctionnelle (suite) La marche est souvent modifiée au cours des pathologies cardiovasculaires : - Déconditionnement (fatigue, dyspnée), - Claudication artérielle, - Déficiences associées (neurologiques, orthopédiques.).

55 Evaluation fonctionnelle (suite) 2 paramètres mesurables en pratique courante: - La distance de marche - La vitesse de marche (relation linéaire avec VO2)

56 VO2 (ml/kg/min) Bioénergétique de la marche: Relation VO2 / Vitesse de Marche Vitesse (m/min)

57 Evaluation fonctionnelle (suite) Marche à vitesse libre : - Efficience bioénergétique optimale, - Meilleur équilibre entre processus dynamiques musculaires, résistances et phénomènes inertiels, - Déplacements verticaux du centre de gravité limités, - Métabolisme oxydatif stabilisé, - Relation hyperbolique entre VO2 rapportée au mètre parcouru et vitesse.

58 C a l / k g /m Bioénergétique de la marche: Marche normale , 3 5 1, 2 1 0, 8 0, 8 0, 9 0, 9 5 1, 1 R e la t io n D é p e n s e C a l o r iq u e r a p p o r t é e a u m è t r e / V it e s s e d e m a r c h e 1, 6 1, 4 1, 2 1 0, 8 0, 6 0, 4 0, V i t e s s e ( m / m i n )

59

60 Evaluation fonctionnelle (suite) Au cours de l AMI le test de marche libre : Mesure le périmètre de crampe Objective les effets du reconditionnement : augmentation moyenne de 150% (Watson L, Cochrane Database Syst Rev 2008)

61 Evaluation fonctionnelle (suite) Au cours de l ICC l amélioration métabolique se traduit par une augmentation de la distance de marche mesurée durant un test standardisé : (Meyer K, Am Heart J 1997) Test des 6 minutes

62 Evaluation fonctionnelle (suite) Test des 6 minutes Procédure : Information préalable de l objectif (parcourir la + grande distance possible en 6 min). Possibilité de pauses. Interdiction de course. Contrôle de la compréhension. Sujet accompagné pendant le test (chronométreur), parcours plat balisé, informé toute les 2 min. Encouragé toutes les 30 sec. Reconnaissance préalable du parcours. Test débutant après un repos assis de 15 min. Les limites cliniques doivent être notées (fatigue, douleur, malaise, motivation ).

63 Test des 6 minutes

64 Test des 6 minutes (suite) Bien corrélé avec les capacités aérobies et les stades de la NYHA : exple : classe II - distance moyenne de 562 m, classe III - distance de 402 m (Lipkin DP. Br Med J 1986). Bon marqueur de l efficacité du reconditionnement (Olsson LG. Eur Heart J 2005). Reproductible et bonne corrélation avec TE. Pourrait se substituer à lui (ICC) notamment pour la personnalisation du reconditionnement (O Keefe ST. Heart 1998 Demers C. Am Heart J 2001). Ne permet cependant pas de prédire les capacités max (pic VO2) (Maldonado-Martin SP. Med Sci Sports Exerc 2006). Bon indicateur de l adaptation aux contraintes environnementales: autonomie de sécurité en milieu urbain = minimum de 322 m en 6 min. (54 m/min) (Harada ND. Arch Phys Med Rehabil 1999). Bon facteur du pronostic de morbi-mortalité dans l ICC, comparable à la FE (Bittner V. JAMA 1993).

65 % mortalité Test de marche de 6 minutes (Bittner V. JAMA 1993) ,23 7, ,19 2, <300m m m >450m

66 Evaluation fonctionnelle (suite) Test des 12 minutes : pas d intérêt supplémentaire. Test de 2 minutes : intéressant quand déficience motrice importante associée au déconditionnement (amputation artérielle ). Ces tests explorent essentiellement l endurance. Ils peuvent être complétés par un test de marche rapide (sous-max): Test des 200 mètres.

67 Test des 200 mètres Recherche de la vitesse la + rapide. Test sous-max : entre 70 et 85 % des possibilités max en terme de FC et de VO2 (Oh Park M. Am J Phys Med Rehabil 1997). But: couvrir 200m en un temps minimum. Régles: - Ne pas courir, - Encouragements verbaux toutes les 30 sec.

68 Test des 200 mètres (Clinical Rehabilitation 2OO8;22:162-8) Test effort max pic VO2 : ml/min/kg Test 6 min Distance moyenne parcourue : m (idem valeurs prédites par équation de Enright et Sherrill,. Am J Respir Crit Care Med 1998) Vitesse moyenne : m/min VO2 : ml/min/kg Test 200 m Temps moyen : s Vitesse moyenne : m/min VO2 : ml/min/kg

69 Fréquence cardiaque (BPM) VO2 (ml/kg/min) * * * 15 18,8 16, ,2 12,5 5 0 VO2 Pic VO2 TMR-200 VO2 Seuil VO2 TM * * * ,8 128, , FC Max FC TMR FC Seuil FC TM-6

70 Corrélations significatives (Pearson) entre : Distance des 6 min - Pic VO2 (r = 0.47, p < 0.01) Temps des 200 m - Pic VO2 (r = , p = 0.01) Distance des 6 min - Temps des 200 m ( r = , p < 0.001) CONCLUSION Test des 200 m facile à mettre en œuvre et parfaitement toléré dans une population de sujets âgés, Corrélé au Test Max et au Test de 6 min, Correspond à une sollicitation cardio-vasculaire et métabolique intense : 87 % Pic de VO2 90 % Fréquence Cardiaque Max Comparativement au Test de 6 min : 67 % Pic de VO2 76 % Fréquence Cardiaque Max

71 Test 200m Permet de mesurer la progression de sujets âgés après reconditionnement (Deley G. Aging Clin Exp Res 2007). Idem pour coronariens (Gremeaux V. Am J Phys Med Rehabil 2009).

72 Test de marche rapide de 200 mètres coronariens = 89% FC max EE PRE POST p value Peak ET WL (Watts) 113 ± ± 42.4 p < Peak ET HR (BPM) ± ± 4.2 ET RPE 17.9 ± ± MWT distance (m) ± ± 75.7 p < MWT HR (BPM) 89.8 ± ± MWT relative intensity (%) 78.1 ± ± 2 6-MWT RPE 15.1 ± mFWT time (s) ± ± 4.2 p < mFWT HR (BPM) ± ± mFWT relative intensity (%) 89.6 ± ± mFWT RPE 16 ±

73 Tests de marche: intérêt dans l adaptation des intensités d entraînement? 3 groupes de coronariens reconditionnés à des niveaux différents: 70% capacités max, FC T6min, FC T200m. Bonne tolérance dans les 3 groupes, bonne progression avec performances max + élevées pour T200m (Gremeaux, Clin Rehabil 2011)

74 Evaluation fonctionnelle (suite) «Timed Up and Go Test» : Temps pour se lever d une chaise, marcher 3 mètres, se retourner, revenir au siège et s asseoir. Validé, reproductible. Explore l adaptation à l effort, l équilibre, la coordination. Temps < 20 sec : sujets indépendants. Temps > 30 sec sujets dépendants pour les actes usuels. Indiqué dans les polydéficiences évoluées : dégradation motrice importante liée à la sénescence avec troubles de l équilibre.

75 Evaluation fonctionnelle (suite) Quantification de la sensation de fatigue: Spécifique d un sujet. Doit être rapportée à un niveau défini d exercice. Sert ensuite de repère pour fixer le niveau utile d entraînement. Sous-utilisé. La référence : le score de Borg (Borg A, Scand J Rehabil 1970).

76 Score modifié (non validé) 0 aucun effort 0.5 très, très facile 1 très facile 2 facile 3 moyen 4 un peu difficile 5 difficile 6 plus difficile 7-8 très difficile 9 très, très difficile 10 maximum

77 Evaluation de l aptitude à l effort : Plan (rappel) Tests d effort standardisés Evaluation fonctionnelle Analyse situationnelle

78 Analyse situationnelle Les tables de correspondances énergétiques ont montré leurs limites (ne mesure pas la relation, capacités spécifiques du sujet - coût de la tâche a effectuée) Les Tests en situation évaluent l aptitude à des efforts de la vie courante. Ils ont souvent un impact sur la ré-insertion professionnelle. Les exercices testés sont souvent complexes. Il faut en faire varier la cadence, l intensité. Ces efforts associent souvent plusieurs types de sollicitations musculaires (en particulier statique) avec recours fréquent au métabolisme anaérobie. La surveillance peut se faire par: cardiofréquencemètrie, télémétrie ECG, Holter, mesure ambulatoire TA, VO2 portable...

79 Analyse situationnelle (suite) Les résultats doivent être confrontées au capacités max du sujet (intérêt de la FC, de la VO2, de la perception de fatigue ). Le Test sera individualisé en fonction des données sur les activités professionnelles, de loisir, ménagères.: transferts et transports de charges, outils variés, serrements de dynamomètres... Une coordination est indispensable avec la Médecine du Travail, le MG. Le lieu est variable: simulation quand risques potentiels, dans l entreprise (Ergonomes, Médecins du Travail)..

80 Evaluation: Spécificités pathologiques Les modalités de l évaluation de l aptitude à l effort en réadaptation dépendent de : la pathologie justifiant cette réadaptation: post IDM, post-angioplastie, angor stable, IC, post-greffe, post-remplacement valvulaire, AMI, amputation (mais aussi: douloureux chroniques, atteintes neurologiques centrales), du contexte : intervention récente, déconditionnement préalable, affections intercurrentes, des déficiences associées : amputation, atteintes ostéo-articulaires, tendino-musculaires, neurologiques... des objectifs de la phase III: réinsertion professionnelle, autonomie, et de l habitus psychologique du patient! L IMPORTANT C EST DE S ADAPTER A DES PROFILS DE + EN + VARIES DE PATIENTS.

81 Phase III : maintien d une activité physique régulière

82 Mesure de l Activité Physique au cours des maladies cardio-vasculaires AP, problème central en RCV car : sédentarité = facteur de risque +++, AP = agent thérapeutique et objectif essentiel (phase III)

83 AP, définition AP = somme durant un temps donné (au moins 1 j) des situations nécessitant une sollicitation musculaire avec augmentation de la dépense énergétique par rapport au repos (vie sociale, professionnelle, loisir, sport..) Interagit avec l adaptation à l effort (mécanismes physiologiques mis en jeu au cours de l exercice)

84 Sédentarité facteur fort de mortalité (Blair SN, JAMA Church TS, Am J Cardiol Lee IM, Am J Epidemiol Oguma Y, Br J Sports Med 2002 ) Etude Wannamethee 772 coronariens stables durée de suivi = 5 ans données ajustées pour l âge, le tabagisme, le diabète, les antécédents d IDM et d AVC. (Wannamethee SG, Circulation 2000; 102 : )

85 AP, impacts multiples : - capacités physiques (Goodman JM. J Cardiopulm Rehabil 1999) - dysfonction endothéliale (Cinquegrana G. Heart Dis Gocke N. Am J Cardiol 2002) - Hyperadrénergie (Lucini D. Am Heart J 2002) - Hyperexcitabilité cardiaque (Billman GE. J Appl Physiol 2002) - Hémorrhéologie (Church TS. Am Heart J 2002) - HTA (Pescatello LS. Circulation 1991) - Dyslipidémie (Durstine JL. J Cardiopulm Rehabil 2002) - Insulinorésistance (Zinman B. Diabetes 2003) - Surcharge pondérale (Savage PD. Am Heart 2003) - Syndrome inflammatoire (Lakka TA. J Clin Epidemiol 1993) - La dépression (Brosse AL. Sports Med 2002)

86 Pourquoi évaluer l AP au cours des Mies Cardiovasculaires? Dépistage de la sédentarité, Mieux poser les indications de réadaptation, Objectivation des modifications de l hygiène de vie après réadaptation.

87 Mesure de l activité physique: modalités Méthodologies expérimentales : calorimétrie directe et eau doublement marquée (deutérium et isotope de l O2) En pratique courante: - Questionnaires spécifiques : validation, reproductibilité, - Actimétrie: accélérométrie, podométrie.

88 AP et Santé Les recommandations chez l adulte au-delà de 65 ans et chez le patient de plus de 50 ans atteint de maladie chronique (Expertise Collective Inserm 2008) Recommandations d activité modérée pour un minimum de 30 minutes par jour, 5 jours par semaine ou d activité plus intense 20 minutes par jour, 3 jours par semaine. Associer renforcement musculaire contre résistance au moins 2 fois par semaine sollicitant 8 à 10 groupes musculaires différents à raison de 10 à 15 répétitions pour chaque. Exercices de souplesse et d équilibre au minimum 2 fois par semaine pendant au moins 10 minutes.

89 Questionnaires d AP Méthode de référence en pratique clinique courante ou sur des populations importantes Validés le + souvent à partir TE Très hétérogènes (durée de la période évaluée, nombre de questions, expression des résultats) (Vuillemin A, Rev Epidemiol Sante Publique Casillas JM, Ann Readapt Med Phys 2004) Grande subjectivité (Klesges RC, Med Sci Sports Exerc 1990)

90 Questionnaires d AP: 2 types Scores très détaillés de durée prolongée : protocoles expérimentaux sur de petits groupes de patients : Minnesota leisure time physical activity questionnaire, Tecumseh questionnaire, Baecke questionnaire, questionnaire d activité physique de Saint- Etienne. Scores synthétiques, de durée brève (5 à 10 min) : pratique courante et approche épidémiologique : Harvard alumni activity survey, Stanford 7 days recall, Duke activity status index, physical activity scale for the elderly, the Dijon Physical Activity Score: Reproducibility and correlations with physical fitness in patients with coronary disease. Ann Readapt Med Phys 2008; 51:

91

92 Actimétrie Évaluation objective de l AP, Développement et validation en cours : pas de standardisation, Réservé pour l instant à des protocoles expérimentaux, notamment au cours des mies cardiovasculaires (Berg- Emons V, Scan J Rehabil Med Kadhiresan VA, Am J Cardiol Sieminski DJ, J Cardiopulm Rehabil 1997).

93 Actimétrie : 3 types Podomètres : quantifient le nombre de pas soit à partir de l accélération verticale de la hanche (ex. Digiwalkers) soit par capteurs dans une semelle. Accélèromètres : quantifient les déplacements et extrapolent la dépense énergétique au cours de la marche (Tacmor, Caltrac). Moniteurs d activité : fournissent en plus des informations sur le type d activité.

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Cœur et travail 26 09 2103 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 INSERM UMR 1099 La vie post infarctus, quelle évolution! 15

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition?

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Réunion du CCSMB Chamonix 25 novembre 2013 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 - INSERM U 1099 Définitions Compétition : Participation

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Le rapport de l INSERM [1] et les

Le rapport de l INSERM [1] et les Quelle fréquence cardiaque d entraînement? RÉSUMÉ : Le développement des cardiofréquence-mètres a permis d affiner les techniques d entraînement des sportifs, notamment d endurance. Un programme d entraînement

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux Intérêt du Cardiofréquencemètre pour l optimisation de l entrainement Thierry Laporte Bordeaux 250 KMS / SEMAINE 180 kms / semaine.. L évolution des connaissances et des techniques 1927:notion de vo2max

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015

Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015. Réunion d information 26 janvier 2015 Présentation synthétique : Pré-test : mars à juin 2014 Etude : juillet 2014 à décembre 2015 Réunion d information 26 janvier 2015 Les objectifs du projet As du Cœur CONCEVOIR UN PROGRAMME D ACTIVITÉS PHYSIQUES

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Savoir positiver toutes ces actions

Savoir positiver toutes ces actions Réadaptation post infarctus du sportif J.C. Verdier Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour le 11 /07/2010 OBJECTIFS DE LA READAPTATION Objectifs médicaux Objectifs psychologiques Capacité physique

Plus en détail

Mesure directe Prédiction indirecte

Mesure directe Prédiction indirecte Débit maximal de prélèvement d oxygène (VO 2 max, L.min -1, ml.min -1.kg -1 PC, kg MM Puissance maximale aérobie (PMA, Watts, et VMA, km.h -1 ) Mesure directe Prédiction indirecte G Pérès physiologie et

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

Tests d exploration à l effort

Tests d exploration à l effort Tests d exploration à l effort chez le sportif handicapé P. Edouard, F. Degache, F. Roche, J. Castells, P. Calmels, X. Devillard Service de Médecine Physique et de Réadaptation Laboratoire de Physiologie

Plus en détail

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE Classement CCAM : 15.01.05 code : NKQP002 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

L ENTRAINEMENT EN APNEE

L ENTRAINEMENT EN APNEE L ENTRAINEMENT EN APNEE par Frédéric Lemaître, docteur en physiologie du sport 1 ) effets de l entraînement a) durée de l apnée b) volumes pulmonaires c) chémosensibilité au CO2 d) bradycardie e) aspects

Plus en détail

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique

Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Dyspnée d effort chez l enfant Démarche diagnostique Chantal Karila Hôpital Necker Enfants malades, Paris CP 2 A - 2009 Dyspnée d effort Symptôme fréquent, qui peut prendre différentes expressions Une

Plus en détail

Entraînement de la force musculaire

Entraînement de la force musculaire Module S.PH.370.0301.F.08 Evaluation et traitement des fonctions musculo-squelettiques Membre inférieur Entraînement de la force musculaire Les modes de contraction Isométrique Concentrique Excentrique

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail La décision d'aptitude après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé physique

Plus en détail

Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques

Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques F. Carré Explorations Fonctionnelles Université Rennes 1-CHU Pontchaillou INSERM U 1099 Activité physique post infarctus,

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

De l âge et Des Variables

De l âge et Des Variables Spécificités Cardiovasculaires du Senior à l exercice lexercice Mise à jour février 2011 J.C. VERDIER F. CARRE C.C.S. De l âge et Des Variables Le vieillissement est un processus Physiologique La variabilité

Plus en détail

Sémiologie cardio-vasculaire

Sémiologie cardio-vasculaire Sémiologie cardio-vasculaire Q-1 A quoi sert la classification NYHA? Décrivez la. Q-2 Décrire la douleur d angor d effort. Citez les principaux éléments sémiologiques recueillis à l interrogatoire qui

Plus en détail

Voyages et Sports Loisirs

Voyages et Sports Loisirs Voyages et Sports Loisirs Dr Stéphane DOUTRELEAU Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles CHU Strasbourg Déclaration de Relations Professionnelles - Disclosure Statement of Financial Interest

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

BPCO: Maladie systémique

BPCO: Maladie systémique BPCO: Maladie systémique Les altérations des muscles périphériques dans la bpco Maltais, AJRCCM 2014 Atrophie musculaire: surface transversale réduite Sujet sain Sujet atteint de BPCO Surface 118,5 cm

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

L exercice chez le patient insuffisant cardiaque

L exercice chez le patient insuffisant cardiaque L exercice chez le patient insuffisant cardiaque Thierry Gaudet-Savard kinésiologue, M.Sc., Clinical Exercise Specialist American College of Sports Medicine Chargé d enseignement en médecine Département

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

Wattbike Tester sa condition physique

Wattbike Tester sa condition physique Wattbike 12/2012 Wattbike Tester sa condition physique Table des matières Introduction... 3 1 ) Test de puissance sous-maximale (10 minutes)... 5 2 ) Test progressif sous maximal... 7 3 ) Test aérobie

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

De la recherche au terrain

De la recherche au terrain Bienfaits de l activité physique sur la santé De la recherche au terrain Journée Régionale de Sport Santé Bien Être Rennes 17 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire?

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? M. Alexandre GOUY Enseignant en activités physiques adaptées Ecole de la SEP 25 avril 2015 Lyon Les activités physiques, le sport, quelles différences?

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004 EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH - 2005 Introduction : L effort physique comme stresseur LE CONCEPT DE STRESS DÉFINITION DE SEYLE : «Etat de l organisme en train de réagir à

Plus en détail

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille

LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE. Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille LA CHUTE DE LA PERSONNE AGEE Vinciane PARDESSUS Hôpital gériatrique les Bateliers Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Lille Signal d alarme : un événement à ne pas négliger Indicateur

Plus en détail

Cas cliniques. Dr Barnabas GELLEN. GHU Henri Mondor Service de réadaptation cardio-respiratoire Hôpital Albert Chenevier CRETEIL

Cas cliniques. Dr Barnabas GELLEN. GHU Henri Mondor Service de réadaptation cardio-respiratoire Hôpital Albert Chenevier CRETEIL Quel programme de réentraînement pour quel patient? Cas cliniques Dr Barnabas GELLEN GHU Henri Mondor Service de réadaptation cardio-respiratoire Hôpital Albert Chenevier CRETEIL GERS - 12 septembre 2014

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Prescription de l activité physique (AP) en médecine générale chez les patients à risque cardio-vasculaire. Dr JC. Cittée Dr C.

Prescription de l activité physique (AP) en médecine générale chez les patients à risque cardio-vasculaire. Dr JC. Cittée Dr C. Prescription de l activité physique (AP) en médecine générale chez les patients à risque cardio-vasculaire Dr JC. Cittée Dr C. Dumay APR et mortalité globale Une étude récente portant sur 252 925 individus

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

Intervenants. «Pourquoi un bilan cardiovasculaire chez le sportif?»

Intervenants. «Pourquoi un bilan cardiovasculaire chez le sportif?» 3 ème Table ronde Intervenants Mr François CARRE : Professeur des Universités, praticien hospitalier, Service exploration fonctionnelle-cardiologie et médecine du sport-chu Pontchaillou de Rennes «Pourquoi

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme TP U 42 ntraînement valuation de la consommation maximale d oxygène (VO 2 max) par une épreuve sous-maximale indirecte en laboratoire : le test d strand-yhming (1954) sur ergocycle. Le test d strand-yhming

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

ALTITUDE. Conseils à nos Cardiaques. Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort santé Paris

ALTITUDE. Conseils à nos Cardiaques. Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort santé Paris ALTITUDE Conseils à nos Cardiaques Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort santé Paris Préparation indispensable Consultation médicale à distance Emporter son dossier médical Connaître son traitement (DCI)

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail