Sommaire. Édito Les fondations L interbancarité et l avènement de la carte à puce Dématérialisation et projet SIMON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Édito. 1970 Les fondations. 1980 L interbancarité et l avènement de la carte à puce. 1990 Dématérialisation et projet SIMON"

Transcription

1

2 Sommaire 2 Édito Les fondations L interbancarité et l avènement de la carte à puce Dématérialisation et projet SIMON De l euro à l Europe des paiements Transformation et ouverture 44 Les dirigeants de l entreprise depuis sa création 46 Histoire succincte de l entreprise 50 Crédit Agricole Cards & Payments aujourd hui

3 Édito Jean-Christophe Kiren Président de Crédit Agricole Cards & Payments, Directeur du Pôle Systèmes de Paiement et Flux de Crédit Agricole S.A. Bernard Noël Directeur général de Crédit Agricole Cards & Payments Il y a 40 ans, le CEDI traitait chaque jour 2 millions de chèques, virements et prélèvements et opérations carte. Toutes ces opérations s effectuaient par l échange physique de paquets de chèques et de bandes magnétiques. Aujourd hui, tous ces échanges sont évidemment électroniques et dématérialisés. Surtout, Crédit Agricole Cards & Payments traite désormais, chaque jour, 8 millions de virements et prélèvements, et 16 millions d opérations carte. Au total, Crédit Agricole Cards & Payments aura traité en 2012 près de 8 milliards d opérations, pour une valeur quotidienne de plus de 250 milliards d euros. Ces quelques chiffres reflètent le développement des échanges économiques et l explosion des transactions, autant que le changement de dimension du groupe Crédit Agricole au cours des 40 dernières années. Mais ils traduisent aussi, fût-ce partiellement, l évolution de notre entreprise et de son activité. En 40 ans, le CEDI, devenu CEDICAM puis Crédit Agricole Cards & Payments, a connu bien des événements et des évolutions. Dans le même temps, par l expertise de ses équipes et la qualité visionnaire de ses dirigeants, il a permis au Crédit Agricole de se positionner en initiateur des grandes évolutions et des principales innovations qui ont marqué l histoire des paiements. Fière de son histoire, forte de la confiance du Groupe, notre entreprise fête aujourd hui son 40 e anniversaire en même temps qu elle se transforme en profondeur pour s adapter aux mutations de son environnement et mieux répondre aux attentes du Groupe. Du tri manuel des chèques à la construction d une plate-forme industrielle européenne, du GIE à la société commerciale, la vocation de notre entreprise est toujours la même : mettre sa performance opérationnelle et économique au service du Groupe et de ses clients. Bon anniversaire! 2 3

4 LES FondationS 4 5

5 Le CEDI dans les années 70 Dans les années 60, le Crédit Agricole invente la banque de masse en France en ouvrant ses guichets, au-delà du monde agricole, à l ensemble des déposants, sans sélection de fortune. En élargissant leur champ de compétences, les Caisses régionales trouvent aussi le moyen d accroître leur collecte pour mieux assurer leur mission de financement de l économie, en particulier du monde agricole. L explosion des ouvertures de comptes qui en résulte entraîne un accroissement des opérations : chèques, virements, prélèvements. Face à l importance des volumes échangés, la Caisse nationale décide de se doter d une filiale spécialisée dans la gestion des processus administratifs et informatiques liés au recouvrement des valeurs scripturales : le CEDI (Centre d échanges de données et d informations) naît le 21 août Opérationnel dès 1973, il emploie alors plus de 200 personnes et assure le transit de plus de 2 tonnes de documents chaque jour, dont chèques, via les centres de la rue de l Amiral-Mouchez, à Paris, dans le XIV e arrondissement, et Lyon-Vaise à partir de La décision de créer un deuxième centre de traitement des chèques à Lyon s appuie alors sur la nécessité de réduire les délais d acheminement, mais aussi et surtout de limiter les risques liés à une trop forte concentration de l activité. 6 Traitement manuel des chèques. 7

6 Les chiffres du CEDi dans les années 70 Dates clés 21 août Approbation des statuts du CEDI. 200 salariés Premiers échanges d images-chèques entre René Fey, ingénieur sécurité à Lyon, opérateur de saisie en 1979 «La saisie des chèques était un travail long et fastidieux. Derrière nos machines, nous avions un rendement à fournir. L enfer? Les chèques postaux en 3 parties, qui ne résistaient pas au passage en machine. Il fallait tous les traiter manuellement en fin de journée. Les équipes étaient constituées de jeunes gens dont c était souvent le premier emploi. Il y avait une ambiance incroyable. Nous mangions ensemble, nous sortions ensemble m 2 de locaux. 2 tonnes de documents traités chaque jour chèques traités par jour. Matériel NCR pour le traitement des chèques rejetés par les trieuses Burroughs. les Caisses régionales Ouverture d un nouveau centre de traitement à Lyon-Vaise. Formules de chèques enliassées. et, 2 fois par an, nous rencontrions nos collègues de Mouchez, à Paris ou à Lyon, pour des soirées à thème.» Distributeur automatique de billets. 8 9

7 «En 1975, la mort du général Franco a permis un retour assez rapide de la démocratie en Espagne. C était une bonne nouvelle pour ma terre d origine. Mais dans le même temps, au cours de mes voyages, j ai compris que le chemin vers la liberté serait encore long pour d autres pays européens.» Robert Mattera, 59 ans / responsable de projets «Allez, les Verts! J ai hurlé, moi aussi, dans le Chaudron, en 1976, lors du quart de finale retour de la Coupe des Champions entre Saint-Étienne et le Dynamo de Kiev. Un match incroyable, gagné 3-0 aux prolongations! C est à ce moment-là que la fièvre verte s est emparée de toute la France, avec l épilogue que le monde connaît» Sylvie Lavabre, 50 ans / responsable de domaine d activité «Les années 70 sont marquées, selon moi, par la naissance et le développement d Airbus, devenu aujourd hui une référence mondiale. Cette réussite s est largement appuyée sur un esprit d innovation, fruit d une mixité des compétences et des cultures. Un peu comme on peut la trouver à Crédit Agricole Cards & Payments aujourd hui.» Michel Azard, 58 ans / responsable de comptes «À l été 1976, plus que la chaleur accablante liée à la canicule, je me souviens d avoir été réquisitionné, comme beaucoup de jeunes Parisiens, cet été-là, pour aider au travail des champs. La récolte des blés était exceptionnelle, et leur couleur, d un doré que je n ai jamais revu depuis.» Philippe Mahérault, 50 ans / responsable de production informatique 10 11

8 1980 L interbancarité et l avènement de la carte à puce 12 13

9 Le CEDICAM dans les années 80 Le 26 juin 1980, le CEDI devient le CEDICAM. Il regroupe les activités de traitement des valeurs scripturales du CEDI, celle de personnalisation des cartes assurée par Unicarte, filiale de la CNCA, et certaines autres missions de représentation dans les instances interbancaires. L année suivante, toutes les Caisses régionales entrent au capital social du GIE à hauteur de 50 % aux côtés de la Caisse nationale. En plus du traitement des chèques et effets, le CEDICAM est chargé de repousser une nouvelle frontière : le paiement électronique, réputé plus sûr et plus économique. En 1983, des discussions sont engagées en vue d harmoniser les réseaux de cartes existants (Carte Bleue, Carte Verte et celui du Crédit Mutuel). Fin 1984, un accord est trouvé pour la construction d un système de retrait et de paiement par carte totalement interbancaire, sous le sigle CB, qui veut dire Carte Bancaire et non plus Carte Bleue. C est une première mondiale. Dans ce nouveau contexte, les clients, quelle que soit leur banque, peuvent payer avec leur carte chez tous les commerçants équipés et retirer de l argent dans tous les DAB de France. Quelques années plus tard, le système est consolidé sur le plan de la sécurité avec l adoption de la carte à mémoire. Cette dernière s impose comme une nouvelle référence sur le plan mondial. Extrait d un article paru dans Libération le 2 mars 1982 après une visite dans les locaux du CEDICAM. «[ ] Trois trieuses fonctionnent en permanence. Les opérations se déroulent à très grande vitesse : 700 à chèques sont lus, triés et enregistrés à la minute. Ils sont éclatés par destinataire. Paquets pour les diverses agences de la banque, paquets pour les autres banques. Dans une journée, chèques sont ainsi triés et listés sur les imprimantes des ordinateurs. 200 personnes travaillent dans ce centre d exploitation et 80 à 90 d entre elles sont directement chargées du traitement automatique et manuel des chèques. Plus loin, derrière les vitres fumées, d autres salles : les bureaux qui font les ajustements, l atelier qui traite les rejets. [ ]» 14 15

10 Jean-Pierre Ledru, directeur général ( ) et président ( ) du CEDICAM «Les négociations interbancaires furent longues et difficiles, mais le résultat a dépassé nos espérances. En capitalisant sur la très forte notoriété du logo CB, le Crédit Agricole a bâti une offre commerciale nouvelle et attrayante. Il a occupé en un temps record un tiers Les chiffres du CEDICAM dans les années 80 Un peu plus de 400 collaborateurs au CEDICAM, dont une centaine à Lyon. 530 millions de francs de budget annuel (soit environ 120 millions en euros constants). Sabot d empreinte de carte bancaire. Le marché des paiements Dates clés Entrée de toutes les Caisses régionales au capital social du CEDICAM Accord interbancaire pour la constitution du groupement Carte Bancaire Adoption de la carte à puce Cessation des activités de traitement du papier et fermeture du site de l Amiral-Mouchez. du marché des particuliers. Le CEDICAM a joué un rôle déterminant dans cette aventure en effectuant avant tout le monde les développements techniques 80 % des ménages français disposent d une carte. nécessaires au traitement des procédures interbancaires. Le CEDICAM a en effet permis au Crédit Agricole de devancer tous ses concurrents et d occuper une place distributeurs automatiques de billets. de leader dans le nouveau domaine de la monétique.» commerçants acceptent les cartes bancaires. L atelier de lecture et de tri des chèques. 17

11 «Fan de science-fiction, j ai particulièrement apprécié la trilogie de La guerre des étoiles, avec un faible pour L empire contreattaque, sorti en Les effets spéciaux y étaient incroyables. Malgré les progrès technologiques dans ce domaine, les dernières aventures des Jedis m ont paradoxalement moins impressionnée.» «Le 10 mai 1981, à 20 heures, un visage se dévoile lentement de haut en bas sur l écran de télévision. François Mitterrand est élu président de la République. C est un choc de joie ou d angoisse pour tous. Depuis, il me semble qu aucune élection n a suscité des émotions collectives aussi fortes.» Jean-Claude Gougain, 58 ans / responsable de projets utilisateurs Christiane Roudaut, 57 ans / experte en opérations cartes monétiques «En 1981, lors du lancement du premier PC, les dirigeants d IBM étaient sans doute loin de se douter qu ils allaient ouvrir la voie de la démocratisation des ordinateurs personnels. Il est difficile d imaginer à quoi ressembleraient nos vies personnelles et professionnelles sans cette petite révolution.» Hervé Duval, 56 ans / responsable de comptes 18 19

12 Dématérialisation et projet SIMON 20 21

13 Le CEDICAM dans les années 90 Avec la généralisation de la carte à puce, le développement des instruments de paiement à distance et l automatisation des échanges, les moyens de paiement se développent rapidement. Le CEDICAM doit toutefois faire face à une nouvelle donne du marché sous l impulsion de nouveaux intervenants grande distribution, opérateurs de télécommunications, etc., l émergence du commerce électronique, de la banque à distance, et l entrée en vigueur prochaine de l euro. Le projet SIMON, dont le déploiement s achève en 1995, offre aux Caisses régionales un réseau monétique conforme à l organisation et à la culture du Crédit Agricole : un système à la fois décentralisé et homogène pour plus de cohérence et de réactivité. SIMON répond à 3 besoins principaux : garantir la disponibilité des automates bancaires, offrir des services monétiques aux clients des Caisses en tout point du territoire et permettre au Groupe de s adapter rapidement aux évolutions de la réglementation et du marché. SIMON permet de donner une nouvelle dimension commerciale et marketing aux cartes bancaires. Open (1 re carte de crédit revolving en France), Maestro, Mozaic ou Moneo (produit interbancaire) sont autant de produits qui positionnent un peu plus le CEDICAM comme un acteur incontournable pour le développement du Groupe et des Caisses régionales sur le marché des paiements. Carte Open. Le site de Champagneau-Mont-d Or. Moneo. Terminal de paiement électronique

14 Brigitte Charlier, directeur de la monétique ( ) «Le projet SIMON a marqué une étape décisive dans l automatisation, la sécurisation Les chiffres du CEDICAM dans les années 90 Plus de 10 millions de cartes Crédit Agricole (25% de part de marché). Près de terminaux de paiement électroniques. «Il y a 20 ans, toutes les opérations se faisaient par échange physique : les paquets de chèques et les bandes magnétiques circulaient entre les centres de traitement du Crédit Agricole et ceux des autres banques. Aujourd hui, les transports sont électroniques, ce qui a modifié complètement les volumes traités par le CEDI. Auparavant, on traitait par jour environ 2 millions de chèques, virements ou prélèvements, ou opérations carte. Aujourd hui, tous les jours, ces opérations sont passées respectivement à , 10 millions et 4 millions.» Gilles Rousseau, alors responsable des échanges et du recouvrement au CEDICAM, témoigne en 1994 pour le centenaire du Crédit Agricole. et l organisation des opérations carte du Crédit Agricole. Il s agissait de la première interconnexion monétique 8 211DAB du Crédit Agricole. Le CEDICAM assure la billetterie de la Coupe du Monde de football. des Caisses régionales. Grâce à SIMON, nous avons pu développer plus rapidement de 13,3 millions d ordres par jour. Dates clés nouveaux services carte pour les proposer sur l ensemble Lancement de la carte de crédit Fin du déploiement de SIMON Le CEDICAM assure la billetterie Lancement du porte-monnaie du territoire aux porteurs et revolving Open. avec l installation de la Coupe du Monde électronique Moneo commerçants Crédit Agricole.» du dernier centre de football en France. (initiative interbancaire). monétique (CMS) 24 au CADIF. 25

15 «Le 16 janvier 1991, lors de la plénière du CEDICAM, Jean-Pierre Ledru avait entamé son discours avec gravité en évoquant l ouverture des hostilités contre l Irak programmée pour le lendemain, et ses conséquences imprévisibles. Dans la nuit du 17 janvier, les premières bombes tombaient sur Bagdad. C était la première guerre du Golfe.» «En 1998, des hommes et des femmes de culture différente se sont rassemblés pour mener un projet un peu fou : la construction de la station spatiale internationale (ISS). Aujourd hui, un laboratoire scientifique, dans lequel vivent 6 personnes en permanence, passe 16 fois par jour au-dessus de nos têtes, à plus de km/h.» Robert Desseignet, 60 ans / ingénieur bureau d études «La loi Évin, votée le 10 janvier 1991, a progressivement changé le tabagisme dans l entreprise. Je me souviens qu à l époque, les fumeurs du CEDICAM étaient regroupés dans les mêmes bureaux et travaillaient dans un brouillard constant. Aujourd hui, j ai arrêté de fumer. Je conçois donc les bénéfices de cette loi, mais je garde l impression que d autres sujets de santé publique, délaissés par les autorités politiques, sont au moins aussi importants que le tabagisme.» Laure Gozard, 47 ans / chargée d études «27 e minute du match France-Brésil, le 12 juillet L ouverture du score par Zinédine Zidane rendait possible ce qui n était encore qu un rêve un peu plus tôt. Une heure plus tard, dans une liesse incroyable, la France était championne du monde.» 26 Philippe Bettinger, 39 ans / ingénieur d études Aymeric Moreau, 35 ans / chargé de gestion administration du personnel 27

16 2OOO De l euro à l Europe des paiements 28 29

17 Le CEDICAM dans les années 2000 Passage à l an 2000, passage à l euro, les défis ne manquent pas en ce début de siècle. Le CEDICAM les relève avec succès. Il prend par ailleurs une part importante dans le développement de la monétique en se positionnant comme force de proposition auprès des Caisses régionales. De nouvelles cartes bancaires et de nouveaux services voient le jour. Le projet d harmonisation des moyens de paiement en Europe (SEPA) conduit le Groupe à des réflexions stratégiques, prémices de nouvelles orientations pour le CEDICAM. Pour l heure, sa feuille de route est claire. Il s agit de construire la plate-forme industrielle et européenne dont le Groupe a voulu se doter. Décidé fin 2007, ce projet d ampleur est engagé courant Il vise non seulement à se conformer aux exigences du SEPA, mais aussi à concentrer le traitement de tous les paiements de toutes les entités du Groupe sur une seule et même plate-forme, pour obtenir à la fois des économies de charges et des économies d échelle, et réduire les coûts de production. Le siège du CEDICAM à Saint-Quentin-en-Yvelines

18 Véronique Flachaire, directeur général ( ) «En 2004 et 2005, les réflexions stratégiques induites par l Europe des paiements et le projet SEPA nous ont conduits à identifier deux éléments clés : d une part, le risque d obsolescence technique et réglementaire de SIMON et, d autre part, la nécessité de répondre à la nouvelle donne des paiements avec un métier qui devenait industriel, un marché qui devenait européen et une concurrence accrue. Pour préparer l Europe des paiements et gagner en performance, le Groupe a donc décidé à la fois de renouveler son système d information paiements et de modifier son organisation pour concentrer le traitement des opérations sur une plateforme unique.» Les chiffres du CEDICAM dans les années DAB en France, dont pour le Crédit Agricole. Près de TPE en France. 7 milliards d opérations de paiement par an. Dates clés Passage à l an er janvier Fin du franc scriptural et diffusion des coupures en euros Extension des activités de centralisation de trésorerie à l international (cash management) Refonte et déploiement de TE-Minos, système d échange et de compensation interne au groupe Crédit Agricole et d acheminement des opérations vers les autres banques Intégration de LCL dans TE-Minos Rapprochement du CEDICAM et d OBS (Direction de Crédit Agricole S.A. spécialisée dans les flux internationaux et de gros montants) Adhésion de LCL, Sofinco et Finaref au GIE CEDICAM Signature d un partenariat privilégié avec China Union Pay (CUP) pour l acceptation, en retrait et en paiement, des cartes bancaires chinoises par les banques du Groupe Lancement des activités de sécurité multimédia, destinées à renforcer la sécurité des services bancaires et financiers en ligne Projet d entreprise du CEDICAM «Destination Europe 2008» Création de la Direction des moyens de paiement du Groupe (DMPG) Création de la Direction des services bancaires (DSB) Lancement du projet de construction de la plateforme paiement européenne du Groupe Démarrage de Target 2, plate-forme de paiement pour les gros montants en euros (mise en œuvre par l eurosystème), chantier de grande envergure lancé en Décision de réduire le nombre de points d accès à la messagerie internationale SWIFT dans le Groupe pour les concentrer progressivement sur la plate-forme du CEDICAM et obtenir des économies d échelle significatives

19 «11 septembre 2001, vers 16 heures, dans les couloirs du bureau. Comme beaucoup, je me souviens bien de l instant où j ai appris ce qui s était passé à New York. Mon premier sentiment a été que les limites de la barbarie avaient encore été repoussées et j ai bien sûr eu une pensée pour nos collègues de Carr Futures.» «Depuis 2004, le jeu en ligne massivement multijoueurs, World of Warcraft, occupe une partie plus ou moins grande de la vie de 12 millions de joueurs. Je me suis moi aussi plongé dans ce monde virtuel ludique dès 2003 avec la version beta. Je l ai quitté fin 2011 faute de temps.» Jean-Marc Parry, 53 ans / project manager officer Philippe Waringhem, 50 ans / ingénieur d affaires «Fin 2001, j ai vécu un réveillon un peu particulier. Avec quelques collègues, à Saint-Quentin-en-Yvelines, nous avions lancé le compte à rebours. Nous n attendions pas précisément la nouvelle année, mais surveillions plutôt le passage de la distribution des francs aux euros dans les DAB. Deux ans de travail et seulement une minute de mise en œuvre.» Xavier Léonard, 51 ans / responsable des risques opérationnels et des contrôles permanents «Je conserve un grand souvenir de la finale du Mondial de handball de 2009 entre la France et la Croatie, pays organisateur. Ce fut un grand match, engagé, tactique, spectaculaire et incertain jusque dans les dernières minutes. Ultraprofessionnels sans pour autant se prendre trop au sérieux, les Français avaient déjà tout gagné, mais ils avaient encore faim de victoires.» Bertrand Grandières, 40 ans / chargé d études 34 35

20 2010 Transformation et ouverture 36 37

21 Crédit Agricole Cards & Payments dans les années 2010 Avec le SEPA, le marché devient européen et affirme sa dimension industrielle. L importance des coûts fixes dans le prix de revient favorise la recherche d économies d échelle à travers la conquête des volumes. C est pourquoi le Groupe décide d ouvrir les prestations du CEDICAM sur le marché. Pour cela, le GIE devient société commerciale et filiale employeur, en même temps qu il se dote d une nouvelle dénomination sociale et d une marque commerciale : «Crédit Agricole Cards & Payments». Dans le même temps, Crédit Agricole Cards & Payments remporte auprès de HSBC France le premier appel d offres auquel il participe. Ce succès historique permet à Crédit Agricole Cards & Payments de commencer, comme il en a pris l engagement vis-à-vis du Groupe à travers son projet d entreprise «Ambition 2014», à augmenter ses volumes afin de réduire ses coûts unitaires moyens. Jean-Claude Perchet, directeur général ( ) «La construction d une plate-forme industrielle et européenne au sein du Groupe est un projet colossal. Dès 2007, il a fallu mettre sur pied au sein du CEDICAM une organisation spéciale pour engager et conduire ce projet majeur tout en assurant par ailleurs nos activités opérationnelles d exploitation courante. Les directeurs de programme ont dû rapidement constituer leurs équipes dédiées pour tenir avec succès les premières échéances du SEPA, dictées par les autorités européennes.» 38 39

22 Dates clés Concentration sur la plate-forme SWIFT du CEDICAM des opérations SWIFT du Groupe dans le monde entier. Bernard Noël, directeur général depuis 2011 « marque un tournant dans l histoire du CEDICAM avec le projet d entreprise «Ambition 2014»: changement de statut juridique et de dénomination sociale, filiale employeur, ouverture sur le marché européen. Pour réussir ces changements, Crédit Agricole Cards & Payments dispose de trois atouts majeurs qui sont le fruit de son histoire : expertise, performance opérationnelle et compétitivité. Notre récent succès commercial avec HSBC Les chiffres de Crédit Agricole Cards & Payments dans les années ,1 milliard d autorisations carte Approbation et mise en œuvre du projet d entreprise «Ambition 2014» La plate-forme SWIFT du CEDICAM traite 67 millions de messages par an, soit 70 % de la volumétrie totale du Groupe à l échelle mondiale LCL décide de confier une partie de sa personnalisation de cartes bancaires au CEDICAM. 21 mars Transformation du GIE en société commerciale, baptisée Crédit Agricole Cards & Payments. Salle de test à Saint-Quentin-en-Yvelines. France l atteste. Par ailleurs, notre appartenance au groupe Crédit Agricole nous donne la taille critique pour jouer un rôle central dans la consolidation du marché des paiements en Europe. Demain, le développement de notre activité et la croissance de nos volumes nous permettront de progresser encore et de gagner en compétitivité, au bénéfice du Groupe et de nos clients. Il n y a pas de doute : Crédit Agricole Cards & Payments est bien la digne 133 milliards d euros traités en cash management. 67 millions de messages SWIFT. 1 er avril Crédit Agricole Cards & Payments devient filiale employeur er appel d offres et 1 er succès commercial de Crédit Agricole Cards & Payments, auprès de HSBC France. Crédit Agricole Cards & Payments traitera 500 millions de transactions annuelles Les systèmes d information de Crédit Agricole Cards & Payments sont hébergés à Greenfield, le nouveau datacenter du Groupe. héritière du CEDICAM!» de HSBC France

23 «Début 2010, la pandémie de grippe H1N1 est officiellement terminée. C est la fin d une forme de peur collective à l échelle planétaire. Je me souviens surtout du débat sans fin entre les pro et les antivaccination. Même si j étais de ces derniers, une importante mutation du virus de la grippe reste inquiétante encore aujourd hui.» Dorothée Darnaud, 26 ans / webmaster «Les années 2010, pour moi, c est la révolution des smartphones à l initiative d Apple, qui a réussi à imposer son cadre applicatif aux éditeurs. Un tour de force, et une réussite commerciale époustouflante! Et qui sait? Les smartphones enverront peut-être un jour les cartes bancaires au musée.» Marie-Hélène Routier, 36 ans / chef de projets 42 43

24 Les dirigeants de l entreprise depuis sa création Claude Barrat Louis-Noël Joly Bruno de Maulde Bernard Auberger Jean Pillet Jean Laurent Georges Pauget Gilles Grapinet Jean Barlet Charles Achach Jacques Bonnot Édouard Esparbes Philippe Delattre Jean-Pierre Ledru Patrick Gallet Jean-Christophe Kiren Jean-Paul Huchon Marc Carlos Max Auriol Ange-Claude Palidoni Jean-Pierre Ledru Étienne Longin Véronique Flachaire Jean-Claude Perchet Présidents Marc Carlos Directeurs généraux Bernard Noël 44 45

25 1967 Création du Service d encaissement de chèques et effets, dépendant de l Agence comptable de la CNCA, afin de faire face à l explosion des opérations consécutive à la bancarisation massive Le constat de croissance exponentielle des opérations de recouvrement concernant à la fois les chèques, les virements et les prélèvements conduit le Département de l organisation (ORG) de la CNCA à proposer l augmentation des moyens (machines et locaux) et un rassemblement des structures techniques et administratives dédiées à ces questions dans un Centre autonome de recouvrement (CAR). Histoire succincte de l entreprise Approbation, le 21 août, des statuts du CEDI Ouverture du CEDI (Centre d Échanges de Données et d Informations) sous la forme d un GIE dépendant de la Caisse nationale. Son but est de gérer grâce à l informatique le recouvrement des valeurs confiées au Crédit Agricole (compensation). Il s installe fin 1973 rue Gazan (Paris XIV e ) et comprend 200 collaborateurs, issus principalement de deux directions de la CNCA : la Direction de la comptabilité et de la caisse générale (service encaissements) et le Département d organisation (centre de traitement de l information). Le conseil d administration de la CNCA visite les locaux le 23 novembre Le CEDICAM sera ensuite implanté rue Lecourbe (DG) et rue de l Amiral-Mouchez pour le traitement des valeurs scripturales Premiers échanges d images-chèques entre les Caisses régionales Implantation d un centre d exploitation à Lyon-Vaise pour traiter les chèques de 67 Caisses régionales. Le centre sera reconverti ultérieurement dans la monétique et la personnalisation des cartes bancaires. Création de la SARL Unicarte pour fabriquer les cartes bancaires du Groupe, rue Lecourbe, à Paris Mise en place en janvier du Conseil supérieur du développement technologique (CSDT), chargé d élaborer une stratégie cohérente dans les choix technologiques de l institution Crédit Agricole, les décisions restant du ressort des Caisses régionales et de la CNCA. Le Conseil se transforme ensuite en Comité stratégique du développement technologique. Sur suggestion du CSDT, réforme en juin des statuts du CEDI, qui devient CEDICAM. La mission du CEDICAM est alors «d assurer la promotion et la gestion des moyens de paiement du groupe Crédit Agricole et, dans ce cadre, de représenter l institution et de défendre ses intérêts auprès des instances interbancaires». Bénéficiant de la confiance de ses utilisateurs (les Caisses régionales), le CEDICAM a paru être l établissement le plus indiqué pour prendre en charge la gestion des différentes cartes bancaires du Crédit Agricole. Le CEDICAM doit également abriter le réseau de liaisons internes TRANSCAM. Enfin, il développe des prestations pour le compte de clients extérieurs comme EDF-GDF (traitement de paiements et TUP) Adhésion effective, le 1 er janvier, de toutes les Caisses régionales et d Unicrédit (première filiale du Groupe spécialisée dans le financement des entreprises) au CEDICAM, dont la gestion est paritaire entre la CNCA et les Caisses régionales. L entreprise emploie alors 400 personnes Accord interbancaire le 30 juillet sur la carte bancaire. Un accord entre mutualistes n ayant pas abouti (arrimage des Banques Populaires au groupement concurrent Carte Bleue), les réseaux Carte Bleue et Carte Verte (Crédit Agricole) passent un accord, à l issue d une longue et difficile négociation, pour l interopérabilité de leurs systèmes dans un seul réseau national (unique au monde), le réseau Carte Bancaire. Le CEDICAM, fort de son expérience de décentralisation et d hétérogénéité du réseau TD CAM, a beaucoup contribué à la définition de l architecture du Groupement Carte Bancaire. Il fait face à l augmentation des volumes des opérations traitées et assume de nouvelles missions en termes de gestion du risque porteur et de règlement des litiges Adoption de la carte à puce Les gains de productivité sur le traitement des chèques provoquent la fermeture progressive du centre de la rue de l Amiral- Mouchez à Paris au profit de Saint- Quentin-en-Yvelines Interconnexion du réseau TD CAM du Crédit Agricole avec le système interbancaire de compensation (SIT). Migration du site du CEDICAM de Lyon-Vaise vers Champagneau-Mont-d Or, siège de la Caisse régionale Centre-Est. En juin, le Département des opérations et services bancaires (OBS) devient opérationnel, à la suite du rapprochement de diverses entités de la CNCA exerçant des métiers voisins en termes d opérations bancaires domestiques et internationales Démarrage opérationnel du projet SIMON (Système 46 47

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 Conclusion Jean-Luc Thérond Directeur Marketing et Développement CEDICAM Filiale Flux et Paiements du Groupe Crédit Agricole 1 Sommaire SEPA : calendrier et instruments SWIFTNET

Plus en détail

services rapport d activité 2011 for cards and payments

services rapport d activité 2011 for cards and payments services rapport d activité 2011 for cards and payments Organisation du Groupe Le groupe Crédit Agricole est le leader de la banque universelle de proximité en France et l un des tout premiers acteurs

Plus en détail

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique EESTEL vous propose en cette année 2010 une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens.

Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens. Tout le pays, tous les jours, tous les calédoniens. 02/csb csb /03 Présentation de la CSB Historique M. michel copreaux - Directeur Général Domaines métiers et expertises : moyens de paiement électroniques

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique 1 Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique Formation globale au système monétique Formation globale au système monétique... 3 Formation

Plus en détail

SERVICES FOR CARDS & PAYMENTS

SERVICES FOR CARDS & PAYMENTS SERVICES FOR CARDS & PAYMENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2012-2013 UNE EXPERTISE DE RÉFÉRENCE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE DE NOS CLIENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2012-2013 profil Le Groupe Crédit Agricole est le leader

Plus en détail

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Sommaire : Electronic Payment System Manager... 3 Acquiring Electronic Payment Officer...

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010. Septembre 2010

Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010. Septembre 2010 Hotel Sheraton, Oran du 2 au 4 Novembre 2010 Septembre 2010 EPIC issu de la réforme du secteur des Postes et Télécommunications (loi 03-2000 du 05 août 2000) Algérie-Poste a été créé par décret 02/43 du

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

Tunis, Rencontre sur la

Tunis, Rencontre sur la Tunis, Rencontre sur la carte bancaire au Maghreb Journées du 08 et 09 Février 2007 LE SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE EN ALGERIE Newel Benkritly Directrice Générale Adjointe Newel.Benkritly@satim-dz.com

Plus en détail

Société d automatisation des transactions interbancaires et de monétique PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE

Société d automatisation des transactions interbancaires et de monétique PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE CONTENU DE LA PRESENTATION Faire connaissance avec la carte CIB Population de la carte CIB Moyens d acceptation de la carte CIB Pourquoi devenir acceptant de la carte

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS

BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS BAROMÈTRE EUROPÉEN DU RAPPORT AUX PAIEMENTS @ 02/03 BERNARD NOËL Directeur général de Crédit Agricole Cards & Payments Toute période de mutations conjugue des avancées décisives avec des facteurs d incertitude.

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Le Groupe Yves Rocher

Le Groupe Yves Rocher Le Groupe Yves Rocher Groupe familial Breton fondé en 1959 CA de 2 Millards 8 Marques 3 réseaux de distribution Vente à distance Vente par magasin Vente Directe 40 millions de clientes 15 000 collaborateurs

Plus en détail

L ORGANISATION DU GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. AU SERVICE DE SON PLAN DE DEVELOPPEMENT

L ORGANISATION DU GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. AU SERVICE DE SON PLAN DE DEVELOPPEMENT Paris, le 17 novembre 2005 Communiqué de presse L ORGANISATION DU GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. AU SERVICE DE SON PLAN DE DEVELOPPEMENT L organisation qui sera mise en place au 1 er Janvier 2006 s inscrit

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com - 1 - Lille/Paris, le 5 juin 2007 Sommaire La carte Flouss.com... p. 3 La première carte de transfert d argent depuis la France p. 5 Une carte aux couleurs de Banque

Plus en détail

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS

SOGESTEL ET SOGESTEL TS. La télétransmission sous protocole EBICS ENTREPRISES GESTION DES FLUX SOGESTEL ET SOGESTEL TS La télétransmission sous protocole EBICS SOMMAIRE Les offres 4 Des services complets de remises 5 Des services de relevés à la carte 6 Un fonctionnement

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée

Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée 20 octobre 2006 révolution dans les moyens de paiement Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée C est une véritable révolution qui se prépare : dès

Plus en détail

SWIFT Newsletter for France

SWIFT Newsletter for France SWIFT Newsletter for France SWIFT NEWSLETTER FRANCE OCTOBRE 2010 t Edito par Arnaud Boulnois, Directeur SWIFT France Evénement Sibos 2010 et le Corporate Forum page 2 page 3 Dernières annonces SWIFT va

Plus en détail

Avant-propos 5. Introduction 6

Avant-propos 5. Introduction 6 L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHé INTéGRé DES PAIEMENTS DE DéTAIL Sommaire Avant-propos 5 Introduction 6 1. La création de l espace unique de paiement en euros 7 > Vue d ensemble du

Plus en détail

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE La qualité du système de paiement d un pays (ou d une union monétaire et économique) est un bon indicateur

Plus en détail

La lettre des Cartes Bancaires CB Avril 2007. Les chiffres clés de CB en 2006

La lettre des Cartes Bancaires CB Avril 2007. Les chiffres clés de CB en 2006 ( Expertise ) Avril 2007 01 03 05 06 08 La confiance dans la carte CB, des faits et des chiffres! La sécurité, un atout stratégique pour CB Les chiffres clés de CB en CB, un acteur majeur de la zone euro

Plus en détail

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Solutions de paiement embarquées 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Agenda 1. Introduction à la monétique 2. Présentation de la société 3. Normes et Standards 4. Enjeux techniques 5.

Plus en détail

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces

Innovations liées au Tourisme. Dématérialisation des supports Marketplaces Innovations liées au Tourisme Dématérialisation des supports Marketplaces E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions d de CA 1 000 000 Terminaux

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Directeur Département Monétique

Directeur Département Monétique Directeur Département Monétique FORMATIONS Ingénieur EPF Option aérospatiale Master Génie industriel option Systèmes Electroniques Paris Sud (Orsay) Lead Auditor ISO/IEC 27001 PCI DSS PA DSS PRA, PCA,

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

PROJET PAIEMENT EXPRESS

PROJET PAIEMENT EXPRESS PROJET PAIEMENT EXPRESS CONTEXTE DU PROJET POUR LE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE : - La suite de Projets Collaboratifs (Payer Mobile) - Donner l impulsion sur le Territoire - Volonté d associer le NLL Philippe

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS

CONDITIONS ET TARIFS CONDITIONS ET TARIFS PRODUITS ET SERVICES particuliers Crédit photo : Shutterstock Images Juin 2013 CHAABI BANK CONDITIONS ET TARIFS PRODUITS ET SERVICES CLIENTÈLE DES PARTICULIERS Faite pour vous, Chaabi

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS

CONDITIONS ET TARIFS CONDITIONS ET TARIFS PRODUITS ET SERVICES particuliers Crédit photo : Shutterstock Images Juin 2013 CHAABI BANK CONDITIONS ET TARIFS PRODUITS ET SERVICES CLIENTÈLE DES PARTICULIERS Faite pour vous, Chaabi

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

SyStèMES financiers 109-113

SyStèMES financiers 109-113 systèmes financiers pages 109-113 8 détecteur de faux billets safescan 70 Safescan 70 vous propose une solution complète d authentification rapide des billets de banque, des cartes de crédit, des passeports

Plus en détail

Guide tarifaire des principales opérations

Guide tarifaire des principales opérations particuliers Guide tarifaire des principales opérations AVENANT Édition avril 2011 Application juillet 2011 VOTRE BANQUE AUX ANTILLES-GUYANE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS* Les tarifs ci-dessous sont hors

Plus en détail

ENRICHISSEZ VOS REFERENCES BANCAIRES!

ENRICHISSEZ VOS REFERENCES BANCAIRES! ENRICHISSEZ VOS REFERENCES BANCAIRES! CONTEXTE Mars 2000 Mise en place du projet SEPA, espace de paiement européen unifié, par les pays membres de l'epc (Conseil européen des paiements) lors du Conseil

Plus en détail

GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE

GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE GUIDE DES SOLUTIONS DE PAIEMENT SECURISE ALLIANCE RESEAUX 26, rue Saint Exupéry - BP 144 73303 Saint Jean de Maurienne Cedex Tél : 04 79 64 07 72 Email : support@alliance-reseaux.com 1 I - SYSTEMES PROPOSES

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN

MON COMPTE AU QUOTIDIEN MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION JANVIER 2011 UNE RELATION FONDÉE SUR LA CLARTÉ EST LE GAGE DE VOTRE CONFIANCE ET DE VOTRE FIDÉLITÉ. Pour

Plus en détail

Etude de cas «GASESTYL»

Etude de cas «GASESTYL» Etude de cas «GASESTYL» objectif SWIFTnet FIN Toute ressemblance avec la réalité n est pas pure coïncidence le Présentation de Gaz de France SA Activité! 13,8 millions de clients, numéro un européen de

Plus en détail

France Moneo-Resto Titres-Restaurant

France Moneo-Resto Titres-Restaurant WWW.MONETICIEN.COM PORTAIL DE LA MONETIQUE ET DU MONETICIEN JUILLET 2013 Plusieurs sujets d actualité et de fonds ont été traités au cours du mois de juillet 2013, reflétant une activité monétique toujours

Plus en détail

Les principaux acteurs du marché, banques et opérateurs, lancent une expérimentation commune

Les principaux acteurs du marché, banques et opérateurs, lancent une expérimentation commune www.payezmobile.com Dossier de presse paiement sans contact par téléphone mobile Les principaux acteurs du marché, banques et opérateurs, lancent une expérimentation commune (Paris, 9 novembre 2007) -

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr Les Centres d affaires dédiés aux entreprises, CoLLeCtivités et associations Centre d affaires nord/est Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 Centre d affaires ouest Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

Année Bancaire 2007 - Executive summary

Année Bancaire 2007 - Executive summary Année Bancaire 2007 - Executive summary Les banques françaises relativement épargnées dans un marché bancaire mondial secoué par la crise Des conséquences limitées des subprimes sur les résultats Partie

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHÉ INTÉGRÉ DES PAIEMENTS DE DÉTAIL

L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHÉ INTÉGRÉ DES PAIEMENTS DE DÉTAIL L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHÉ INTÉGRÉ DES PAIEMENTS DE DÉTAIL SOMMAIRE Avant-propos 5 Introduction 6 1. La création d un espace unique de paiement en euros 7 > Vue d ensemble du

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps?

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? La dématérialisation des échanges bancaires SEPA Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? Juin 2013 Sommaire Prologue et son positionnement dans la dématérialisation

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valables à partir du 1 er janvier 01 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er septembre 2015. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er septembre 2015. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valable à partir du 1 er septembre 01 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle La Carte d Achat et la Carte Virtuelle BNP Paribas Découvrez la Carte d Achat BNP Paribas! Pour simplifier et optimiser la gestion de vos achats, découvrez la Carte d Achat de BNP Paribas une solution

Plus en détail

Professionnels, Associations, Entreprises...

Professionnels, Associations, Entreprises... Professionnels, Associations, Entreprises... Une banque à votre écoute pour répondre à vos besoins de communication... avec la BRED, avec l ensemble de vos partenaires bancaires. www.bred.fr Résolument

Plus en détail

Proposer le paiement par carte a mes clients

Proposer le paiement par carte a mes clients Proposer le paiement par carte a mes clients Commerçant, artisan, profession libérale vous souhaitez proposer à vos clients de régler par carte bancaire? Les besoins sont différents selon l activité professionnelle.

Plus en détail

Guide des solutions de paiement sécurisé

Guide des solutions de paiement sécurisé Guide des solutions de paiement sécurisé Solutions de paiement sécurisé compatibles Open System Alliance Réseaux - v10/02/2014 Alliance Réseaux 26, rue Saint Exupéry - BP 144 73303 Saint Jean de Maurienne

Plus en détail

La carte CB en chiffres

La carte CB en chiffres La lettre des Cartes Bancaires CB N 4 Mai 2008 02 04 05 06 08 Le moyen de paiement préféré des consommateurs français e-transactions en progression Sphère publique et entreprises : un potentiel de développement

Plus en détail

PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON

PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON P.V. DU COLLOQUIUM DU VENDREDI 12 MAI 2006. Intervenant : M. Mamy RABE PDG de la société MONEY TECH Président du Madagascar-USA Business Council PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON

Plus en détail

Business Rules Solutions

Business Rules Solutions Business Rules Solutions - Présentation de la société Business Rules Solutions - www.brs.ma 70, Rue Libourne Résidence du Centre 4 ème étage appt. 14, Casablanca Téléphone : 00 212 537 85 33 95 Fax : 00

Plus en détail

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB"

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires CB Enjeux et Défis de la Création du Marché Unique des Paiements en Europe (SEPA) pour les Systèmes de Cartes Gilles Guitton Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB" 9 février

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

LA GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT

LA GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT Phovoir 02 L activité de l Institut d émission des départements d outre-mer LA GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT La mise en circulation de la monnaie fiduciaire Les signes monétaires, billets et pièces, qui

Plus en détail

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS FACTOR 2014 Factor de sérénité, booster de croissance NATIXIS FACTOR TRENTE ANS BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Notre métier : financer, gérer

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr LES CENTRES D AFFAIRES DÉDIÉS AUX ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS ET ASSOCIATIONS CENTRE D AFFAIRES NORD/EST Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 CENTRE D AFFAIRES OUEST Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Jerome FANOUILLERE Surveillance des moyens de paiement scripturaux Banque de France Conférence EIFR 28/02/2013 1 Plan Le Rôle de la

Plus en détail

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA É D I T O R I A L N ous avons le plaisir de vous présenter le premier numéro de la lettre d information du département Finance de la société Marianne Experts. Animé par une équipe de trésoriers et d'auditeurs

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Présentation ITS Interactive Transaction Solutions

Présentation ITS Interactive Transaction Solutions Présentation ITS Interactive Transaction Solutions ITS Interactive Transaction Solutions Plus de 10 ans d expérience dans les transactions sécurisées et la carte d achat 150 000 transactions / jour 25

Plus en détail

Le paiement mobile. L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans. Dossier de presse Lydia Solutions

Le paiement mobile. L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans. Dossier de presse Lydia Solutions Le paiement mobile L application française de paiement mobile préférée des 18-30 ans Dossier de presse Lydia Solutions 1 "Nous avons créé Lydia, avec Antoine Porte, car nous souhaitions changer la vie

Plus en détail

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015

Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Extrait * du Barème tarifaire applicable à partir du 1 er janvier 2015 Les prix sont nets de taxes sauf mention spécifique HT pour les services soumis à la TVA de plein droit. Entreprises *Portant sur

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV)

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) 6 L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) Le contexte global Les services de transfert électronique de fonds aux points de vente ont fait leur apparition durant

Plus en détail

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 CM-CIC PAIEMENT www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Le Groupe CM-CIC Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 PNB : 13,6 milliards Résultat net part du groupe :

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

> Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008. www.ca-sudrhonealpes.fr

> Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008. www.ca-sudrhonealpes.fr Extrait des conditions générales de banque > Barème tarifaire applicable au 16 mai 2008 www.ca-sudrhonealpes.fr Au Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, nos engagements en matière de transparence se traduisent

Plus en détail

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Sommaire La billettique : généralités La billettique interopérable

Plus en détail

Proposer le paiement par carte à mes clients

Proposer le paiement par carte à mes clients JUILLET 2015 ENTREPRENEURS N 17 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Proposer le paiement par carte à mes clients Ce guide vous est offert

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB

guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB guide pratique d utilisation d un terminal de paiement électronique EMV, à destination des commerçants CB L Europe passe à la carte bancaire à puce, au standard international EMV. Une évolution pour la

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

Janvier. Extrait des conditions tarifaires applicables aux

Janvier. Extrait des conditions tarifaires applicables aux Mes COMPTEs AU QUOTIDIEN CONVENTION Janvier 2015 Extrait des conditions tarifaires applicables aux ENTREPRISES / ARTISANS / COMMERÇANTS / PROFESSIONS LIBéRALES / AGRICULTEURS / ASSOCIATIONS Une relation

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Soyez parmi les 1 ers commerçants de France à accepter les cartes Titres-Restaurant de 2 ème génération des émetteurs membres de la CRT!

Soyez parmi les 1 ers commerçants de France à accepter les cartes Titres-Restaurant de 2 ème génération des émetteurs membres de la CRT! CRT 05/2014 Crédits photos : Getty Images who why what Soyez parmi les 1 ers commerçants de France à accepter les cartes Titres-Restaurant de 2 ème génération des émetteurs membres de la CRT! La dématérialisation

Plus en détail