ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST"

Transcription

1 ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST C. Leprince, B. Lejeune, R. Baron, MF. Le Floch Service de Santé Publique, Hygiène Hospitalière et Évaluation CHU de BREST Faculté de médecine et Sciences de la Santé UBO BREST

2 PRESENTATION DU CONTEXTE DE L ETUDE

3 Introduction () : Les lactariums et le lait maternel Arrêté du 0 février 995 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des lactariums* Circulaire du 6 décembre 997 relative au don de lait personnalisé d une mère à son enfant hospitalisé mêmes normes bactériologiques pour le lait maternel relevant d un don anonyme et du don personnalisé (délai >h). * AFSSAPS. Règles de Bonnes Pratiques de collecte, de préparation, de qualification, de traitement, de conservation, de distribution et de délivrance sur prescription médicale du lait humain par les lactariums 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 3

4 Introduction () : Normes bactériologiques Contrôles réalisés sur le lait maternel avant pasteurisation dit «cru» (LMC) et après pasteurisation dit «pasteurisé» (LMP). LMC, prélèvement non conforme si : le dénombrement de la flore totale aérobie à 37 C est >= 0 6 germes / ml ou le nombre de Staphylococcus aureus est > 0 4 germes / ml. LMP, prélèvement non conforme si un seul germe est retrouvé sur un des milieux ensemencés. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 4

5 Objectifs Réaliser le bilan des contrôles bactériologiques de LMC et LMP effectués par le lactarium du CHU de Brest de janvier 05 à décembre 07. Investiguer l augmentation de la contamination de LMP par Bacillus spp. sur la période d étude. Mettre en place des mesures correctives. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 5

6 Matériels et méthodes Dénombrement du nombre de contrôles conformes et non conformes à partir des résultats des contrôles bactériologiques, Calcul des pourcentages de non conformité par mois et par année, Analyse des données sur le logiciel Excel. Investigation de la contamination du LMP par Bacillus spp. par analyse comparative en biologie moléculaire des différentes souches isolées. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 6

7 ANALYSE DES RESULTATS

8 LAIT MATERNEL CRU (LMC)

9 Résultats () : Pourcentages de non conformité du LMC de 005 à 007 % R = janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 dec-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 mai-07 juin-07 juil-07 août-07 sept-07 oct-07 nov-07 déc-07 Légère tendance à conformes lors de l analyse l augmentation du nombre de prélèvements non globale des prélèvements de LMC sur les 3 années d étude. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 9

10 Résultats () : Pourcentages de non conformité annuels du LMC % 8.0% 6.0% 5.3% 7.% 4.0%.0%.7% 0.0% Année Le pourcentage de non conformité total est + élevé en 007 par rapport aux années précédentes. La différence est significative par rapport à 006 : χ =,6 au risque de 5% avec p=0,0004. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 0

11 Résultats (3) : Evolution de la contamination du LMC par S. aureus Prélèvements non conformes R = 0, janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 dec-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 mai-07 juin-07 juil-07 août-07 sept-07 oct-07 nov-07 déc-07 Légère tendance à la diminution des prélèvements de LMC contaminés par S. aureus entre 005 et 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008

12 Résultats (4) : Evolution de la contamination du LMC par la flore totale (FT) Prélèvements non conformes R = 0, janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 dec-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 mai-07 juin-07 juil-07 août-07 sept-07 oct-07 nov-07 déc-07 Tendance à une augmentation du nombre de prélèvements de LMC non conformes au niveau de la FT. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008

13 Résultats (5) : Part de la FT parmi les prélèvements de LMC non conformes Prélèvements non conformes S. aureus FT Année 7,4% 7,3% 50,0% La part de la FT est significativement augmentée en 007 par rapport aux années précédentes. χ tendance = 3,4 au risque de 5% avec p=0,0005. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 3

14 LAIT MATERNEL PASTEURISE (LMP)

15 Résultats (6) : Pourcentages de non conformité du LMP de 005 à 007 Mesures correctives immédiates % R = janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 dec-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 mai-07 juin-07 juil-07 août-07 sept-07 oct-07 nov-07 déc-07 Tendance à l augmentation du nombre de prélèvements de LMP non conformes, particulièrement à partir de mars 006 et jusqu en juillet 007 où sont mises en place des mesures correctives. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 5

16 Résultats (7) : Pourcentages de non conformité annuels du LMP % Mesures correctives immédiates 4.0%.0% 0.0% 8.0% 6.0% 4.0%.0% 0.0% 4.%.3% 8.4% Année Augmentation annuelle significative du nombre de prélèvements de LMP non conformes avec un pic en 006. χ tendance = 3,3 au risque de 5% avec p=0,0003. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 6

17 Résultats (8) : Evolution de la contamination du LMP par Bacillus spp. Prélèvements non conformes Mesures correctives immédiates 8 4 R = 0,85 3 janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 dec-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 mai-07 juin-07 juil-07 août-07 sept-07 oct-07 nov-07 déc-07 Tendance à une augmentation du nombre de prélèvements contaminés par Bacillus spp. entre 005 et 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 7

18 Résultats (9) : Part de Bacillus spp. parmi les prélèvements de LMP non conformes Nb de germes isolés Autres Bacillus Année 9,5% 67,7% 73,8% La part de Bacillus spp. est significativement augmentée depuis 005 parmi les germes isolés des prélèvements de LMP non conformes. χ tendance = 8,6 au risque de 5% avec p=0,0000. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 8

19 Résultats (0) : Volume de LMP non conforme détruit par le lactarium / Litre traité Comparaison du devenir du LMP entre 005 et utilisé au CHU transféré rendu aux parents non réclamé non conforme autres Le volume de LMP détruit en 006 a doublé par rapport à 005. χ = 4 au risque de 5% avec p=0,04. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 9

20 DISCUSSION

21 Discussion () : LMC LMC : prélèvements non conformes au niveau de la FT (entérobactéries) : suspicion d une hygiène insuffisante lors de l extraction du lait (mère, matériels) (), prélèvements non conformes pour la numération S. aureus : reflète le travail du service au niveau de l adaptation des téterelles. Nécessité de renforcer les recommandations d hygiène chez les mères (,3) et de rester vigilant au niveau des tailles de téterelles. () Quarello-Baldaccioni C. et al. Flore de contamination bactérienne du lait maternel. Med Mal Infect 999;9: () Arrêté du 0 février 995 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des lactariums. (3) AFSSAPS. Règles de Bonnes Pratiques de collecte, de préparation, de qualification, de traitement, de conservation, de distribution et de délivrance sur prescription médicale du lait humain par les lactariums 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008

22 Discussion () : LMP LMP : Transmission croisée Forte augmentation de la contamination des prélèvements par Bacillus spp. depuis 006 (4). Procédé de pasteurisation? Etanchéité des biberons? Traitement du matériel (tire-laits et téterelles)? interrogation sur le niveau de traitement requis pour les téterelles : Domicile : produit vaisselle + lave-vaisselle à 65 C et séchage (5,6,8), Lactarium : détersion + désinfection + stérilisation? (5,7,8) à Brest, passage au laveur-désinfecteur (LD) à 93 C fois/j. 00% d homologie entre les souches isolées à partir du LMP contaminé et d une téterelle désinfectée au CHU (4) Leprince C. Gremmo-Feger G. Lejeune B. Contamination des laits maternels pasteurisés par Bacillus spp. RICAI. (5) Arrêté du 0 février 995 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des lactariums. (6) AFSSA. Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons. (7) CCLIN Ouest. Guide de l hygiène en pédiatrie (Nourrissons). Non conformités (8) AFSSAPS. Règles de Bonnes Pratiques de collecte, de préparation, de qualification, de traitement, de conservation, de distribution et de délivrance sur prescription médicale du lait humain par les lactariums 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008

23 Discussion (3) : LMP : Risques encourus pour l enfant / Bacillus spp. Bacillus spp. : germe commensal mais peut produire des toxines identiques à celles de Bacillus cereus (9), Bactériémies à Bacillus spp. décrites dans des unités de néonatalogie chez immunodéprimés, mais bénignes (0), Mais obligation légale de fournir du LMP exempt de germes mesures correctives nécessaires. (9) Beattie S.H. and William A.G. Detection of toxigenic strains of Bacillus cereus and other Bacillus spp. with an improved cytotoxicity assay. Letters in Applied Microbiology 999;8:-5. (0) Adler A. and al. Bacillus species sepsis in the neonatal intensive care unit. Journal of Infection 005;5: Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 3

24 Discussion (4) : LMP Mesures correctives : Biberons : utilisation de biberons operculés, à usage unique, LD, intervention au niveau de la température de désinfection (93 C) et du dosage des produits (désinfectant, produit de rinçage), Diminution du nombre de prélèvements non conformes. Perspectives : Achat d un nouvel LD avec module spécifique de lavage et dispositif de traçabilité des données, Etude de la possibilité d une stérilisation des téterelles par la stérilisation centrale (autoclavage par chaleur humide) afin d éliminer le risque de transmission croisée. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 4

25 Conclusion Lactariums : exigence d un système qualité à chaque étape de traitement du lait maternel et du matériel pour préserver la sécurité de l enfant bénéficiaire du don de lait, Nécessité de rédaction et de diffusion de procédures pour le personnel et de recommandations pour les mères tirant leur lait à domicile, Persiste un manque de recommandations au niveau du traitement des téterelles par le lactarium malgré le dernier guide de l AFSSAPS de 007. Congrès de la SFHH - PARIS - 5 et 6 juin 008 5

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P ven. 30 sept. 2016 ven. 7 oct. 2016 ven. 14 oct. 2016 mer. 19 oct. 2016 jeu. 20 oct. 2016 ven. 21 oct. 2016 sam. 22 oct. 2016 dim. 23 oct. 2016 lun. 24 oct. 2016 mar. 25 oct. 2016 mer. 26 oct. 2016 jeu.

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016

Calendrier prévisionnel Responsable en Ressources Humaines 2015-2016 Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016 Semaine Jour Date Institut ou Jours Heures Lundi 05-oct 15 Entreprise Mardi 06 oct 15 Semaine 41 Mercredi 07 oct 15 Jeudi 08-oct-15

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr 2013 ARROND 10 01-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 06-janv 13-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 20-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Journée régionale sur le bon usage des antibiotiques Rennes 19 nov 2014 CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Contacts : Dr Sandrine BOUSSAT

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Enceintes de Stockage des Endoscopes Thermosensibles (ESET) RIPHH du 10 octobre 2014. Référentiels

Enceintes de Stockage des Endoscopes Thermosensibles (ESET) RIPHH du 10 octobre 2014. Référentiels Enceintes de Stockage des Endoscopes Thermosensibles (ESET) RIPHH du 10 octobre 2014 SUELVES Laurence Equipe opérationnelle d hygiène CHU de Nîmes Référentiels Circulaire 13 décembre 2003 o Désinfection

Plus en détail

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES

PRINCIPAUX MICROORGANISMES PATHOGENES Coliformes thermotolérants, Escherichia coli fécale, eaux usées, sol, matières premières non décontaminées Pas, sauf Escherichia coli O157:H7 et E.coli STEC pathogène Développement entre 10 et 48 C ph

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Objectif. Techniques et méthodes

Objectif. Techniques et méthodes FFi icchhee Prraat tiqquuee Recommandations d''hygiène pour la préparation et la conservation des biberons (lait maternel et préparation lactée) Objectif L allaitement maternel constitue la référence pour

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

Matériel nécessaire :

Matériel nécessaire : Allaitement maternel et prématurité: don, recueil, conservation et transport du lait maternel Date de la diffusion : mars 2013 Version : 1 Rédaction : Anne-Sophie Monnier Validation: groupe de travail

Plus en détail

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire

MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques. Région Pays de la Loire MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des antibiotiques Région Pays de la Loire Pr Françoise BALLEREAU Ministère de la Santé 28 novembre 2011 Pourquoi la création de MedQual?

Plus en détail

- Salaire de référence pour les 12 derniers mois avant la date de notification de la rupture soit de juin 2009 à mai 2010 :

- Salaire de référence pour les 12 derniers mois avant la date de notification de la rupture soit de juin 2009 à mai 2010 : Notice d utilisation pour le calcul de l indemnité de licenciement Cas Année complète : Début du contrat : 2/01/2007 (Mettre cette date dans la case D5 de l outil) Notification du licenciement 01/06/2010

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

Modernisation du système de

Modernisation du système de Congrès des Unions Régionales des Fédérations départementales de Pêche et de Protection du milieu aquatique URFAM UFBAG URBBNPL URFPBSN URGE URFCPC URBFC URFEPRA URAL Modernisation du système de distribution

Plus en détail

Les axes de la politique de bon usage

Les axes de la politique de bon usage Les axes de la politique de bon usage La formation et l information La surveillance consommation antibiotiques et résistance bactérienne L aide à la prescription Le contrôle des prescriptions La mise en

Plus en détail

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT

Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Gestion du risque a posteriori : cas de transmission de E.cloacae BLSE et duodenoscopes C. CHEFSON-GIRAULT Introduction Depuis 2003 2007 : Textes et recommandations en endoscopie Prélèvements microbiologiques

Plus en détail

PASSAGE DE 1 L EMC-BF (collecte des données, traitement, analyse et diffusion)

PASSAGE DE 1 L EMC-BF (collecte des données, traitement, analyse et diffusion) PERIODE ACTIVITES PERSONNES IMPLIQUEES DENOMBREMENT DES 900 ZD L EMC POUR COMPLEMENT D ECHANTILLONNAGE 07-10 Novembre 2013 Recrutement de 90 agents enquêteurs et 27 contrôleurs Comité de recrutement 15-20

Plus en détail

Réunion ARGO du 14/05/2009. Dérive des cellules de conductivité SBE. Marc le Menn

Réunion ARGO du 14/05/2009. Dérive des cellules de conductivité SBE. Marc le Menn Réunion ARGO du 14/05/2009 Marc le Menn Introduction Le laboratoire de métrologie du SHOM suit la dérive des capteurs de bathysondes SBE 911 depuis 1998 et celle de thermosalinomètres SBE 21 depuis 2003.

Plus en détail

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL

Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Transmission nosocomiale de la grippe saisonnière : l expérience de 5 années de surveillance à l hôpital Edouard Herriot, HCL Philippe Vanhems, PU-PH Service d Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention,

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés

PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés PRADO PRogramme d Accompagnement du retour à DOmicile des patients hospitalisés Le champ de la Maternité 11 1 Pourquoi mettre en place un programme d accompagnement? La CNAMTS fait de l accompagnement

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Adrien MAILLOT IDE Unité Maladies Infectieuses CHU Félix Guyon Introduction (1) L'Endocardite

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Les recommandations 1995 : premières recommandations pour AES professionnel Avril 1998 : étendues aux expositions non professionnelles

Plus en détail

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1 Problématique des «contages» au sein des établissements de soins : - nécessité d une collaboration étroite du Service Santé au Travail avec l Équipe d Hygiène Hospitalière et le CLIN. Congrès La Baule

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé

D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins. Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé D.U. hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins Risque infectieux lié à l alimentation en établissement de santé ISPED 31 mars 2015 Présentation de l ARS Aquitaine Le siège :

Plus en détail

Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique-

Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique- Tableau de bord d indicateurs qualité dans une unité de stérilisation: outil de management Expérience de l hôpital Ambroise PARE Assistance publique- Hôpitaux de Paris 1 Plan de présentation 1- Circuit

Plus en détail

Comité Départemental 2015

Comité Départemental 2015 Comité Départemental 2015 Mardi 2 juin 2015 Cécilia HOUMAIRE 2 BILAN sur l année 2014 (1) PNC 2014 similaire à celui de 2013 : Son contenu ne modifie pas le champ d intervention de l ARS. Il a été précisé

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Gestion efficace d une épidémie de colonisations et infections à Burkholderia cepacia dans un service d hémodialyse

Gestion efficace d une épidémie de colonisations et infections à Burkholderia cepacia dans un service d hémodialyse Gestion efficace d une épidémie de colonisations et infections à Burkholderia cepacia dans un service d hémodialyse Anne Jacquard, Elisabeth Masson CMC CHAUMONT Resclin-Champagne-Ardenne 25 novembre 2008

Plus en détail

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire?

Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient : que faire? 8 e rencontre régionale destinée aux représentants des usagers des établissements de santé et aux associations d usagers de Picardie Une bactérie hautement résistante est diagnostiquée chez un patient

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

BILAN DE COMPETENCES

BILAN DE COMPETENCES CENTRE DE BILAN GENEVE Boulevard du Pont-d Arve 8 105 GENEVE Tél. : 0 807 17 00 Fax : 0 807 17 09 info@cebig.ch - www.cebig.ch BILAN DE COMPETENCES destiné aux demandeurs-euses d emploi OBJECTIFS - Faciliter

Plus en détail

Observatoire de la résilience de l Internet français

Observatoire de la résilience de l Internet français Observatoire de la résilience de l Internet français François Contat, Mathieu Feuillet, Guillaume Valadon, Pierre Lorinquer, Stéphane Bortzmeyer, Samia M timet, Mohsen Souissi rapport.observatoire@ssi.gouv.fr

Plus en détail

Résultats des programmations Bactériologiques 2001

Résultats des programmations Bactériologiques 2001 INSPECTION GENERALE DES DENREES ALIMENTAIRES des programmations Bactériologiques 2001 1 TABLE DES MATIERES RESULTATS DE LA PROGRAMMATION BACTERIOLOGIQUE 2001 Introduction...3 Interprétation des critères

Plus en détail

Démarche et coûts pour l évaluation des Initiatives des Amis des Bébés pour les hôpitaux, les maternités et les centres de santé communautaire

Démarche et coûts pour l évaluation des Initiatives des Amis des Bébés pour les hôpitaux, les maternités et les centres de santé communautaire 1 Organisme national responsable de l Initiative des Amis des Bébés (IAB) au Canada Démarche et coûts pour l évaluation des Initiatives des Amis des Bébés pour les hôpitaux, les maternités et les centres

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales

Signalement des infections nosocomiales Signalement des infections nosocomiales Bilan 00 Journée des CLIN 5 mars 005 C-CLIN Paris Nord Bilan du signalement fin 00 90 fiches de signalement reçues au CCLIN PN 91 besoins d expertise 30 cas d infections

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

LES USINES DE BÉTON BITUMINEUX

LES USINES DE BÉTON BITUMINEUX LES USINES DE BÉTON BITUMINEUX Le même règlement, mais de nouvelles exigences Charles D. Delisle, ing.f. Chargé de projets 2 décembre 2015 INTRODUCTION ET MISE EN CONTEXTE Règlement sur les usines de béton

Plus en détail

LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE

LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE 05-janv 06-janv 07-janv 08-janv 09-janv 10-janv 11-janv LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE LA GARE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE DU CENTRE 12-janv 13-janv 14-janv

Plus en détail

Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une

Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une Les déterminants de la surveillance de la grippe (1) Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une autre.

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau des plateaux techniques

Plus en détail

Avancement des travaux de l Inventaire National Spatialisé des émissions de polluants atmosphériques pour la France

Avancement des travaux de l Inventaire National Spatialisé des émissions de polluants atmosphériques pour la France Avancement des travaux de l Inventaire National Spatialisé des émissions de polluants atmosphériques pour la France Centre Interprofessionnel Technique d'etudes de la Pollution Atmosphérique 7, cité Paradis

Plus en détail

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections

Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections Item 73 : Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxiinfections alimentaires Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Principaux risques liés à la consommation d'eau ou

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004)

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004) Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel 1 (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail

Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail 1 Le cadre juridique des conduites addictives en milieu du travail Céline CZUBA Juriste droit social ; Doctorante en Droit/Santé/Travail, ISTNF / LILLE 2 Le 6 février 2013, Rencontres «Nucléaire & Santé»,

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Prestataires EF-Etudes

Prestataires EF-Etudes Prestataires EF-Etudes Avr. 12 Mai.12 Juin. 12 Juil.12 Aou. 12 Sept 12 Oct. 12 Nov. 12 Dec.12 2 Calendrier prévisionnel de l étude Etape 1 : Réunion de lancement 1 Etape 2 : Préparation des données Pré-délimitation

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

Institut national d études démographiques

Institut national d études démographiques Les nombreuses cartes postales qui ont circulé dans la première moitié du xx e siècle, diverses dans leurs thèmes comme dans leur style, permettent d illustrer les changements démographiques de cette période.

Plus en détail

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL DOSSIER AMIANTE 01/07/15 Pôle Prévention et Santé au Travail Tél. : 02 96 58 23 84 prevention@cdg22.fr Code de la Santé Publique DONT LE PERMIS DE CONSTRUIRE A ETE DELIVRE

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

CALENDRIER & TARIFS DES FORMATIONS

CALENDRIER & TARIFS DES FORMATIONS CALENDRIER & TARIFS DES FORMATIONS 2009 (9 pages) (Aromatologie/Aromathérapie/Ateliers divers/massages/réflexologie plantaire) Apt (84)- Avignon (84) - Montpellier (34) Paris (Marseille en 2010) 1. STAGES

Plus en détail

CERTIFICAT DE QUALIFICATION EXPERTISE EN PROTECTION SOCIALE

CERTIFICAT DE QUALIFICATION EXPERTISE EN PROTECTION SOCIALE CERTIFICAT DE QUALIFICATION EXPERTISE EN PROTECTION SOCIALE RÉPONDRE AUX BESOINS DE VOS CLIENTS POURQUOI FORMER UN SPÉCIALISTE DANS VOTRE CABINET? Les régimes sociaux évoluant sans cesse, vos clients sont

Plus en détail

Climatisation Solaire

Climatisation Solaire Climatisation Solaire 06 Décembre 2007 Architecte: Du Rivau & Associés BET: Top Bis Conception du système solaire combiné : Rafraîchissement, Chauffage, ECS Capteurs Solaires 300 m 2 de capteurs sous vide

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie

Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie Evaluation des pratiques professionnelles : la neutropénie fébrile de l enfant en cancérologie RUSSIER Nicolas Service d Hématologie et d Oncologie Pédiatrique I INTRODUCTION 1) Présentation du service

Plus en détail

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U

T E C H N I Q U E S D E S S Y S T E M E S E T R E S E A U U S Y S T E M E S E T R E S E A U T I C P L A N D E C O U R S R I M E S T R E D E P R I N T E M P S 2 0 1 3 A la fin de chaque trimestre, un contrôle de compétences est organisé sous la forme 26 mars 28

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

LA STATISTIQUE ET LA PROBABILITÉ

LA STATISTIQUE ET LA PROBABILITÉ LA STATISTIQUE ET LA PROBABILITÉ Commentaires demandés Résultat d apprentissage Description Matériel 8 e année, La statistique et la probabilité, n 1 Critiquer les façons dont des données sont présentées

Plus en détail

Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge :

Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge : TECHNIQUE Qualité bactériologique des poulets fermiers Label Rouge : bilan de 16 ans de surveillance par la filière RÉSUMÉ Sous l égide du SYNALAF, une surveillance de la qualité microbiologique des poulets

Plus en détail

Dioxyde de soufre - SO 2 Normes Réglementation française et européenne

Dioxyde de soufre - SO 2 Normes Réglementation française et européenne Dioxyde de soufre - SO 2 Normes Réglementation française et européenne Transposition de la Directive 1999/30/CE du 22 avril 1999 modifiant le décret n 98-360 du 06 mai 1998 Arrêté du 17 août 1998 Objectifs

Plus en détail

Communication. Note ASF. Dossiers déposés sur 12 mois glissants 229 218 223 287-2,6%

Communication. Note ASF. Dossiers déposés sur 12 mois glissants 229 218 223 287-2,6% Accès aux communications : http://www.extranet-asf.com Les demandes de mots de passe et d abonnement pour : Vigilance circulaires quotidien / hebdomadaire Vigilance blanchiment quotidien / hebdomadaire

Plus en détail