PASA et UNITES ALZHEIMER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PASA et UNITES ALZHEIMER"

Transcription

1 PASA et UNITES ALZHEIMER Qu attendre d une unité Alzheimer? Quelle organisation est efficace? Doit-on revoir les critères d évaluation?

2 Bonne nouvelle! Mesure 26 : poursuivre le déploiement des PASA et inscrire cette offre au sein des filières de soin et accompagnement de droit commun DGCS CNSA Mesure 27 : poursuivre et renforcer le déploiement des UHR en EHPAD

3 Qu attendre d une unité Alzheimer? Le PASA = un accueil de jour interne à l EHPAD (Mesure 16 du plan Alzheimer 2008/2012) L UPAD : Unité pour Personnes Agées Désorientées = structure d hébergement sécurisée, environnement adapté et activités adaptées pour améliorer le bien être. Une façon individualisée de prendre soin «Person centered care» de Kitwood. Dementia reconsidered, the person comes first Open university press 1997 Bakenji

4 Qu attendre d une unité Alzheimer? Une architecture adaptée sécurisante, sans enfermer et qui doit ressembler à un environnement connu. Comme l ensemble de l EHPAD qui doit être adaptée aux besoins des résidents Ziezel relit l adaptation architecturale aux actes de soins

5 Bakenji Qu attendre d une unité Alzheimer? Pour le résident du PASA ou de l UPAD Remédier à la perception négative de l environnement qui n est plus compris Redonner place au plaisir en passant par le canal émotionnel Redonner confiance Lutter contre l'isolement, le repli sur soi, le défaut de communication de la personne âgée (apathie, dépression, aphasie, etc.) Stimuler les capacités résiduelles des résidents (motrices et psychiques).

6 Bakenji Qu attendre d une unité Alzheimer? Pour le résident du PASA ou de l UPAD Par des techniques de soins (communication, attitudes de soins, bientraitance), des interventions non médicamenteuses Amélioration de la qualité de vie de la personne, et une aide au maintien des capacités restantes. Différent de l animation : «vie» à l institution sans modifier l état de santé de la personne

7 Qu attendre d une unité Alzheimer? Lorsque la communication est préservée : Informatique, lecture, atelier cognitif adapté au niveau et à la pathologie des participants, atelier réminiscence Lorsque la communication est altérée : Zoothérapie, aromathérapie, atelier culinaire, clown, musicothérapie, chant, rythme, arthérapie, danse, incitation au mouvement, jardin thérapeutique, atelier snoezelen, luminothérapie Réf. : «Outils Mobiqual Alzheimer SFGG et études multidomaines résultats variables», Rovner, Steele et al.1996 ; Lichtenberg, Kemp-Havican et al. (2005) ; Volicer, Simard et al. (2006) ; Colombo, Vitali et al. (2007)

8 Qu attendre d une unité Alzheimer? Outil Mobiqual Alzheimer Etude TNM en EHPAD 306 résidents déments parmi 1369 de 16 EHPAD Objectif = évaluer l'efficacité à court et moyen terme d'une stratégie de formation sur les SPCD à type d'agitation, d'agressivité et symptômes psychotiques Questionnaire au médecin coordonnateur => inclusion de résidents : MMS<24, SPCD au moins 1 fois par semaine (évaluation par NPI-ES, échelle de Cohen-Mansfield) Formation du personnel : «Quoi faire?», «Quoi éviter?», groupe d'ehpad formé/ témoins Evaluation à 3 mois par psychologue à l'aveugle Résultats : réalisation possible d'études bien conduites en EHPAD ; diminution significative des SPCD dans les EHPAD où le personnel a été formé / aucune diminution dans les EHPAD témoins

9 Qu attendre d une unité Alzheimer? ETNA 3 JF DARTIGUES CMRR Bordeaux PHRC Objectif : évaluer l efficacité à long terme (2 ans) de 3 TNM : stimulation cognitive collective, thérapie par réminiscence collective, et un programme de prise en charge individuelle Question : retarder l entrée dans la phase modérément sévère à sévère de la maladie en comparaison à un groupe de référence qui ne bénéficie pas de ces thérapies. Population cible : sujets atteints de maladie d'alzheimer au stade léger à modéré Critères d inclusion : âge de 55 ans et plus ; MMSE entre 16 et 26 Durée de l étude : 2 ans Résultat : seule la prise en charge individuelle est efficace

10 Doit on revoir les critères d évaluation des PASA? Les critères d admission Réflexion en équipe soignante pluridisciplinaire Diagnostic, stade et retentissement (MMSE, GDS, bilan neuropsychologique, évaluation ergo thérapeutique, dépendance du Résident ADL, AGGIR et évaluation gériatrique) Consentement du résident et de sa famille recherché Projet de vie bien connu de l équipe. Evaluation des troubles du comportement (NPI-ES). Fréquence au moins une fois par semaine lors du mois précédent Une échelle mesurant la qualité de vie peut être proposée (QOL-AD) Absence de syndrome confusionnel (HAS) Ne relevant pas d une UHR «Etre sociable!» Katz S, Ford AB, Moskowitz RW, Jackson BA, Jaffe MW: Studies of the illness in the aged. The index of ADL: a standardized measure of biological and psychosocial function. JAMA 1963 ; 21 : Lawton, M.P., and Brody, E.M. Assessment of older people: Self-maintaining and instrumental activities of daily living. Gerontologist 9: , (1969). QOLAD traduction et adaptation Novella et al

11 Doit on revoir les critères d évaluation des PASA? File d active d au moins 20 résidents Le NPI : évaluer précisément les symptômes, connaitre le résident, partager de l information, évaluer l accompagnement (F fréquence) x (G gravité) >= 3, retentissement de 0 à 5 Productifs : idées délirantes, hallucinations, agitation, agressivité, euphorie, désinhibition, irritabilité, instabilité de l humeur, comportement moteur aberrant. Affectifs : dépression et anxiété. Apathie, sommeil et appétit Limites du NPI ES : utilisé au départ dans les essais cliniques, Formation adaptée, deux soignants, prendre en compte le contexte, peu adapté aux démences psychotiques.

12 Résidents Doit on revoir les critères d évaluation des PASA? Difficulté de «présélection» des résidents liés à la formation initiale du personnel Tendance à la sous cotation des items à l échelle du NPI-ES mauvaise orientation du résident UHR Mélange de résidants présentant des SPCD productifs et non productifs Nécessité de constituer différents groupes : «PASA apathique», «PASA perturbateur» Le critère de mobilité n est pas applicable

13 Doit on revoir les critères d évaluation des PASA? S il n y a plus de bénéfice du PASA vu en concertation pluridisciplinaire Intégration progressive aux activités d animation de l EHPAD et à la vie collective Nouveau projet thérapeutique à mettre en place en concertation avec l équipe soignante de l EHPAD Motifs de sortie dépend du type de PASA et de la typologie de la démence Aggravation des troubles du comportement (patients orientés vers une UHR) Réduction des troubles du comportement, retour à l EHPAD ou UPAD Aggravation de la dépendance physique EHPAD Décès Autres : refus ou changement d établissement

14 Doit on revoir les critères d évaluation des PASA? L EPP n est pas assez développée au sein des EHPAD Réévaluation en équipe pluridisciplinaire avec réadaptation du plan thérapeutique et du projet personnalisé doit être faite régulièrement (Tous les mois) Evaluation de la participation aux ateliers Evaluation du plaisir, de la qualité de vie MMSE tous les 6 mois NPI ES régulièrement (tous les mois) Visite longue médecin traitant Réévaluer les besoins médicamenteux Evaluer la diminution du fardeau des aidants (moins de plaintes, Zarit) Evaluer la diminution du «burn out» des équipes soignantes (Echelle de Maslach)

15 Quelle organisation est efficace? PASA ou UPAD le suivi du cahier des charges ad integrum est il possible? Personnel Risques psycho sociaux (Burn out,turn over préjudiciable aux résidents, état dans l état, personnel qui n est pas toujours compris par le personnel de l EHPAD) Vrai choix de travailler au PASA ou en UPAD pour fonctionner de façon autonome au niveau du personnel Mode de fonctionnement du PASA 5 jours sur 7? Fin à 16 h? Down syndrom ou WE syndrom Evolution vers des horaires plus adaptés aux résidents Enfermement des résidents dans les unités dites sécurisées augmente les SPCD

16 Quelle organisation est efficace? Pour le PASA et L UPAD 1. Locaux spacieux 2. Equipe professionnelle et motivée 3. Bien préparer l entrée avec la famille et l équipe facilitera la sortie! 4. Aménager les horaires le plus possible : we, soir 5. Eviter les résidents permanents 6. Accompagner l équipe, transmissions avec med co et ide et formations avec l ensemble de l EHPAD Pour l UPAD 1. Bien préparer l entrée avec la famille et l équipe facilitera la sortie! UPAD car sociabilité difficile dans la partie EHPAD? 3. Toilette doit pouvoir être faite par un soignant si deux soignants prévoir la sortie pas de financement supplémentaire

17 Take home messages Quels indicateurs choisir pour suivre et évaluer l efficacité de la prise en charge au PASA ET UPAD? Penser qualité de vie du résident et du personnel Burn out du personnel (échelle de Maslach) QOL AD Rester gériatrique! Poids, autonomie, nutrition, chutes, nombre d hospitalisations pour SPCD, cognition MMSE, SPCD NPI ES, taux de psychotropes, GDS, et Bouger! La prise en charge doit être individuelle adaptée au projet de vie et au projet de soin du résident

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat

Symptômes psycho-comportementaux p maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Evaluation Philippe Robert CMRR Nice. Jean-Philippe Flouzat Symptômes psycho-comportementaux p dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Evaluation Philippe Robert CMRR Nice Critères d admissibilité ibilité dans les PASA et les UHR Jean-Philippe Flouzat

Plus en détail

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR L'exemple des résidences Docteur Linda BENATTAR Directrice médicale Orpea Maison de la Chimie 15 avril 2010 CONSTAT : avant les PASA / UHR

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009

Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009 Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009 médecin infirmière secrétaire psychologue assistante sociale Consultation Mémoire une équipe pluridisciplinaire Consultation

Plus en détail

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé

L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé L expérience de l EHPAD de Panissières (42) Mme GUYONNET, Cadre de santé Programme initié dans le cadre du plan douleur 2006 2010 et des mesures en faveur de la bientraitance des personnes âgées en établissement.

Plus en détail

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012 Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux Caen, le 19 octobre 2012 1 Mesure 17 du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Identification d unités cognitivocomportementales

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA)

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) PR-PASA-FT-07 Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) Activités Missions Définition Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie. Il permet

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

Résultats de l évaluation externe Octobre 2014. EHPAD «Les Terrasses»

Résultats de l évaluation externe Octobre 2014. EHPAD «Les Terrasses» Résultats de l évaluation externe Octobre 2014 EHPAD «Les Terrasses» 1. La démarche d évaluation interne L EHPAD a mis en œuvre une évaluation interne en octobre 2013 Le référentiel d évaluation retenu

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

Soutien au domicile et aide aux aidants

Soutien au domicile et aide aux aidants Soutien au domicile et aide aux aidants Vivre à domicile nécessite parfois quelques ajustements lorsque l avancée en âge ou des problématiques de santé compliquent le quotidien. La résidence Le Parc de

Plus en détail

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD

Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Missions du Médecin Coordonnateur en EHPAD Capacité de Gérontologie, 29 novembre 2012 Docteur Denis SORIANO, gériatre coordonnateur n Un cadre supérieur, salarié, chargé d une mission d organisation, de

Plus en détail

SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018

SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018 SYNTHESE Projet d établissement 2014/2018 Items I. L établissement : son environnement et sa philosophie Nos valeurs : - Le respect des droits et libertés de la personne accueillie - Le résident au centre

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées LIMOUSIN LANGUEDOC- ROUSSILLON Midi-Pyrénées Limousin Languedoc-Roussillon MIDI-PYRENEES CONGRES EHPAD 2011-15 avril 2011 - intervention REHPA Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l

Plus en détail

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile»

SPORT SANTE. «expérience dans l obésité infantile» SPORT SANTE «expérience dans l obésité infantile» DU Promotion de la santé et activité physique et sportive : prescription d activités physiques à titre préventif ou thérapeutique 25 janvier 2011 Présentation

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation Bientraitance des âgées accueillies en EHPAD Questionnaire d auto-évaluation Source : ANESM - www.anesm.gouv.fr Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» annoncée

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires du travail

1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires du travail INFIRMIER EN SANTE MENTALE Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Infirmier en santé mentale Si emploi type, fiche métier source : 1 Objectifs/Résultats attendus Pour les destinataires

Plus en détail

Le résident au sein d un EHPAD porteur d une UHR ou d un PASA. Adjoint au chef de Bureau des services et des

Le résident au sein d un EHPAD porteur d une UHR ou d un PASA. Adjoint au chef de Bureau des services et des Le résident au sein d un EHPAD porteur d une UHR ou d un PASA Jean-Christian Sovrano Adjoint au chef de Bureau des services et des établissements t - DGCS Le résident au sein d un EHPAD porteur d une UHR

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA?

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA? QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) 1 Quelle population est accueillie en PASA? QU EST-CE QU UN PASA? Chaque jour, le PASA accueille un

Plus en détail

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD CONSTANCE NEYEN C ENTRE HOSPITALIER DE S EDAN JOURNÉE RÉGIONALE 0 1 OC TOBRE 2 015 PARCOURS DE SANTÉ DES P ERSONNES ÂGÉES EN RISQUE DE P ERTE D AUTONOMIE L EHPAD DE GLAIRE

Plus en détail

CNFPT - ALSACE-MOSELLE ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

CNFPT - ALSACE-MOSELLE ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES CNFPT - ALSACE-MOSELLE ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES OFFRE 2016 FORMATION EHPAD L instant repas chez les personnes âgées La dépression et les risques de suicide chez la personne

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

ReSanté-Vous. le groupe. Accompagnement

ReSanté-Vous. le groupe. Accompagnement ReSanté-Vous le groupe Accompagnement Edito En 2007, suite à deux études cliniques sur l effet des approches non médicamenteuses chez les personnes atteintes d une démence de type Alzheimer, nous avons

Plus en détail

Formations personnalisées pour vos équipes soignantes et non soignantes Des formateurs de terrain expérimentés Des réponses concrètes

Formations personnalisées pour vos équipes soignantes et non soignantes Des formateurs de terrain expérimentés Des réponses concrètes Développez vos compétences Formations personnalisées pour vos équipes soignantes et non soignantes Des formateurs de terrain expérimentés Des réponses concrètes CATALOGUE DES FORMATIONS ÉDITION 2011 MOSAÏC

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

La Fragilité du Sujet Agé

La Fragilité du Sujet Agé Pr Jacques Othoniel Page 1 15/12/2013 F Confidentiel La Fragilité du Sujet Agé Le Centre de Référence en Gérontologie L Unité d Evaluation Gérontologique (UEG) L EGS Comprehensive Assessment Prévention

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

L. Rullier. 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30)

L. Rullier. 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30) L. Rullier Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) 19h30) I- Réflexions autour du vieillissement et de la vieillesse Quel âge avons-nous? Représentations de la vieillesse Le vieillissement

Plus en détail

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif

Promotion de la bientraitance Préparation de l établissement à un dispositif Promotion de la bientraitance it Préparation de l établissement à un dispositif d évaluation externe Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie Patricia MINARY DOHEN Réseau Qualité Franche-Comté

Plus en détail

Au programme. Introduction : Contenu de la formation. Évaluation des 3 premières sessions : Conclusion

Au programme. Introduction : Contenu de la formation. Évaluation des 3 premières sessions : Conclusion Formation des aidants familiaux de patients atteints de maladie d Alzheimer (ou apparentées) retour d expérience après un an. Vianney BRÉARD (gériatre), Stéphane BERRUCHON (neuropsychologue), Laëtitia

Plus en détail

Hébergement en structure collective des malades jeunes : état des lieux

Hébergement en structure collective des malades jeunes : état des lieux Aider à anticiper Aider à vivre avec la maladie des malades jeunes : état des lieux Premiers résultats de l enquête nationale 2011, réalisée en collaboration avec le CNR-MAJ Danièle Fontaine, responsable

Plus en détail

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec cmrrneurologie@chu-nantes.fr 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 60-6 4 65-6 9 70-7 4 75-7 9 80-8 4 >85 Prévalence MA (Données PAQUID) Incidence: plus de

Plus en détail

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE Mazoyer A. Formation continue des équipes - EHPAD Boucard Mai 2011-79 340 Ménigoute I EN INTRODUCTION

Plus en détail

Prise en charge rééducative après traumatisme crânien grave de l enfant Géraldine Gambart Geneviève Abada Jeanne Vassel-Hitier Pauline Notteghem HÔPITAL NATIONAL DE SAINT MAURICE DU Réhabilitation Neuropsychologique

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES

SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES 1 Schéma gérontologique de l Hérault 2013-2015 Eléments de contexte Ce schéma est calé sur la durée du schéma des personnes handicapées qui vient à échéance

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

Réseaux de soins palliatifs et EHPAD. Dr Nathalie Nisenbaum Présidente de la RESPALIF

Réseaux de soins palliatifs et EHPAD. Dr Nathalie Nisenbaum Présidente de la RESPALIF Réseaux de soins palliatifs et EHPAD Dr Nathalie Nisenbaum Présidente de la RESPALIF Une enquête a été diligentée par la RES PALIF fin janvier 2010. Sur: les modalités d intervention des réseaux en EHPAD

Plus en détail

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Uzès 21.9.2009 Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Dr Denise STRUBEL Centre de Gérontologie CHU Nîmes Le 3e plan Alzheimer (2008-2012) Proposition de 44 mesures selon 11 objectifs et 3 axes Axe

Plus en détail

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Florence DELAMARRE DAMIER MD, MBA, Gériatre CH CHOLET et médecin coordonnateur d EHPAD 1/29/2014 1 PLAN 1. Cas

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

MISSIONS DE REFERENT PVP

MISSIONS DE REFERENT PVP Date de création 06/02/2014 Fiche de Dernière mission modification 1- Objectif MISSIONS DE REFERENT PVP GRH Version 1 Service SOINS Fiche de travail Numéro d enregistrement : Diffusion : Direction/Soins/

Plus en détail

DES DISPOSITIFS DE PRISE EN CHARGE ET D ACCOMPAGNEMENT DE LA MALADIE D ALZHEIMER

DES DISPOSITIFS DE PRISE EN CHARGE ET D ACCOMPAGNEMENT DE LA MALADIE D ALZHEIMER LA Lettre De L observatoire DES DISPOSITIFS DE PRISE EN CHARGE ET D ACCOMPAGNEMENT DE LA MALADIE D ALZHEIMER Décembre 0 - Numéro La Fondation Médéric Alzheimer a recensé en 0 plus de 60 000 places d hébergement

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Dossier de presse. Journée mondiale de lutte contre la maladie d'alzheimer

Dossier de presse. Journée mondiale de lutte contre la maladie d'alzheimer Journée mondiale de lutte contre la maladie d'alzheimer «Dépister les fragilités pour retarder l évolution de la maladie et prévenir la dépendance» Dossier de presse 12 septembre 2014 Contacts presse Marine

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Colloque interprofessionnel des jeudis de la PMU Ensemble Evitons l Evitable. Mieux identifier ensemble les risques à domicile

Colloque interprofessionnel des jeudis de la PMU Ensemble Evitons l Evitable. Mieux identifier ensemble les risques à domicile Colloque interprofessionnel s jeudis la PMU Ensemble Evitons l Evitable Mieux intifier ensemble les risques à domicile M. Cambra, directrice service du développement s pratiques professionnelles, AVASAD

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012

Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012 Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012 o Association d entraide Anne de Melun : EHPAD, EHPA et Accueil de Jour o Hôpital intercommunal du Baugeois Vallée : service de soins de suite

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

Agir en santé au niveau des territoires: tous acteurs. Illustration par le projet «Des Gens au SERVICE des Gens» Pays de Gâtine Deux-Sèvres

Agir en santé au niveau des territoires: tous acteurs. Illustration par le projet «Des Gens au SERVICE des Gens» Pays de Gâtine Deux-Sèvres Agir en santé au niveau des territoires: tous acteurs Illustration par le projet «Des Gens au SERVICE des Gens» Pays de Gâtine Deux-Sèvres PLAN Territoire Contexte Programme «Des gens au service des gens»

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Le guide de remplissage qui suit est destiné à accompagner les ESSMS d un point de vue méthodologique.

Le guide de remplissage qui suit est destiné à accompagner les ESSMS d un point de vue méthodologique. GUIDE DE REMPLISSAGE QUESTIONNAIRE «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN ETABLISSEMENT» Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» lancée par le secrétariat

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN 1 Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences Dr Eric KILEDJIAN 2 Particularités Non spécifiques de la maladie d Alzheimer, > autres démences, > pathologie psychiatrique, > syndrome

Plus en détail

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy Art-sur-Meurthe Dommartemont Essey-lès-Nancy Fléville-devant-Nancy Heillecourt Houdemont Jarville-la-Malgrange Laneuveville-devant-Nancy Laxou Ludres Malzéville Maxéville Nancy Pulnoy Saint-Max Saulxures-lès-Nancy

Plus en détail

Les médicaments de la maladie d Alzheimer

Les médicaments de la maladie d Alzheimer BON USAGE DES MÉDICAMENTS Les médicaments de la maladie d Alzheimer à visée symptomatique en pratique quotidienne Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Introduction Thèmes Contexte de mon activité de médecin du travail Mission du médecin du travail Travail et santé Les

Plus en détail

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS SES BUTS : LE DOSSIER D ADMISSION - Apprécier l adéquation de l état de santé, de l autonomie du futur résident avec les possibilités d accueil de l EHPAD à un moment

Plus en détail

Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY

Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY LE PORTEUR DE PROJET 2 EHPAD dans la vallée du Cailly, 1 autre en intérim 1 plateforme de répit: 6

Plus en détail

CHARTE DEPARTEMENTALE

CHARTE DEPARTEMENTALE DEPARTEMENT DES YVELINES Conditions particulières et adaptées à la scolarisation des enfants de deux ans évoluant dans un environnement social défavorisé. CHARTE DEPARTEMENTALE Direction des services départementaux

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

Maison de retraite Séjour permanent ou temporaire Solutions d accueil en urgence

Maison de retraite Séjour permanent ou temporaire Solutions d accueil en urgence Maison de retraite Séjour permanent ou temporaire Solutions d accueil en urgence Le Hameau d Eguzon à Eguzon-Chantôme Située au sud de la région Centre à 50 kilomètres de Châteauroux, à la frontière du

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Un exemple d échelle de gravité

Un exemple d échelle de gravité Un exemple d échelle de gravité Individu collectif travail 1 Faible > Pas d arrêt de travail > Craintes, doutes, incertitudes > Blessures sans soins > Incivilité > Possibilité de tensions > Pas de conséquences

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

et maladies apparentées

et maladies apparentées et maladies apparentées 02/03 Sommaire Préface Préface du médecin directeur. 03 Informations sur la maladie. 04 Objectifs de l esa.. 05 L équipe médicale, ses compétences... 06 La charte Alzheimer 08 témoignage

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels.

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels. \ Démarches dia2llostigues des syndromes Démentiels. Introduction: Les démences constituent un problème de santé publique préoccupant du fait du retentissement majeur des maladies sur la santé des individus

Plus en détail

FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE PLANNING DU 5 DECEMBRE AU 7 DECEMBRE 2011

FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE PLANNING DU 5 DECEMBRE AU 7 DECEMBRE 2011 FORMATION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE PLANNING DU 5 DECEMBRE AU 7 DECEMBRE 2011 LUNDI 5 DECEMBRE 2011 SALLE PICASSO 9h/ 10h30 Brigitte DORION cadre de santé IFAS - Pr Pierre JOUANNY chef de pôle

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT VERSION SYNTHETIQUE

PROJET D ETABLISSEMENT VERSION SYNTHETIQUE Le projet d établissement réaffirmé par l équipe La résidence se définit à travers deux missions complémentaires : - être un lieu d hébergement et de soins : répondre aux besoins fondamentaux et spécifiques,

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail