Nicewiki 2006/2007. Antivirus. Biens numériques : Nicewiki 2006/2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nicewiki 2006/2007. Antivirus. Biens numériques : Nicewiki 2006/2007"

Transcription

1 Nicewiki 2006/2007 Antivirus Un antivirus est un logiciel destiné à rechercher, protéger et lutter contre les malwares, qui sont des programmes nocifs s introduisant sur un ordinateur à l insu de son utilisateur, tel que les virus informatiques, les spywares Il existe aussi bien des antivirus payants que gratuits (comme antivir ou avast). Les plus connus sont Norton Anti Virus ou Virus Scan. Afin de détecter les virus, le logiciel agit selon deux principes différents : le premier étant une analyse par signature qui renvoie à la détection de virus connus par comparaison de leur signature aux codes à vérifier. Cependant une mise à jour régulière est nécessaire pour son bon fonctionnement. La deuxième étant une analyse heuristique (basée sur l utilisation de règles empiriques) pour la détection de virus inconnus, au travers de leur logique de programmation et/ou par leur comportement d exécution. Dans son mode de fonctionnement, l antivirus présente deux aspects. D une part, le moniteur («on access») qui fait une surveillance permanente du système en temps réel dans le but d empêcher l ouverture de fichiers infectés. Cette méthode est efficace notamment pour les serveurs de courrier électronique. D autre part, le scanner («on demand») analysant le contenu d un disque dur, d un fichier mais également de la mémoire de l ordinateur. Cette analyse doit être lancée par l utilisateur quand il le désire. Généralement, les antivirus agissent au travers des deux modes mais il existe, cependant, des antivirus ne faisant qu une analyse à la demande (antivirus en ligne) ou n ayant qu un moniteur (antivirus générique). Il existe d autres logiciels complémentaires aux antivirus et dont le but est toujours la protection de l ordinateur : ceux sont par exemple les para feu (pour la sécurité des réseaux) ou les logiciels anti espions (pour éviter l insertion de programmes espions). Biens numériques : Les biens numériques sont des biens qui utilisent un système numérique c est à dire un système qui utilise les nombres plutôt que les lettres ou icônes pour acquérir, traiter, représenter ou encore diffuser des informations, des données. En effet, numérique signifie «relève des nombres», «qui se fait avec les nombres», qui est représenté par un nombre». Les biens numériques transforment donc en les dématérialisant l ensemble des objets physiques d autrefois (comme par exemple les photos ou encore tous documents papiers) par le biais de la numérisation, en simple information sous forme de nombre. 1/36

2 De manière plus concrète, les biens numériques sont des «créations intellectuelles» matérialisée sous la forme de fichier électronique, cela peut-être aussi bien un logiciel qu un film ou encore une musique ou une image. D autre part, il convient de présenter les principales caractéristiques des biens numériques puisque ces biens incorporent eux-même les outils et modèles qui vont permettre de lire l objet, de le reconnaître, de le faire connaître et de gérer le droit d usage. Blog Un blog est à la fois un outil et une forme d expression, matérialisés sous la forme d une page web. Si dans un premier temps les blogs ne se composaient que de listes de liens commentés, ils sont devenus aujourd hui très proches du journal intime pour certains et du journal de bord pour d autres. Les internautes les parcourant ont la possibilité de laisser des commentaires sur les sujets abordés. Véritable phénomène social, les blogs ont envahi la toile (certaines estimations évaluent le nombre de blogs à plusieurs dizaines de millions). Utilisés par les internautes de 7 à 77 ans, les blogs sont très vite devenus un véritable moyen de communiquer et d échanger des idées. Le monde de l entreprise s empare aujourd hui de ce phénomène de masse. Réel média, le blog leur permet de se rapprocher de leurs clients, de susciter un esprit d entreprise, de recruter, de fédérer une communauté, etc. Le développement des sociétés d hébergement de blogs est en pleine croissance. Le marché du blog a été propulsé au cours des années 2004/2005 et tenir un blog est désormais une pratique courante. En effet ces biens numériques ont connu un développement grandissant notamment du fait de l existence d Internet puisque ces biens permettent l usage des technologies et réseaux qui permettent une socialisation (téléchargement, blogs ). Centre d apprentissage virtuel (CAV) Virtual Learning Center (VLC) appelé également Plate-forme d'apprentissage en Ligne (PAL). C est un site web qui héberge du contenu didactique, pédagogique (textuel et multimédia), contrôle l'accès aux ressources, facilite les activités de tutorat et de pilotage de la formation, et gère la communauté d'apprenants. Il concrétise les stratégies de «Formations à distance» provenant des Technologies de l Information et de la Communication, soit la séparation physique entre enseignant et étudiant vers un apprentissage autonome. Le CAV permet d'autres fonctionnalités relatives aux référentiels de formation et à la gestion de compétences, à la gestion administrative, à la gestion des ressources pédagogiques ainsi qu à la gestion de la qualité de la formation. C est également une plate-forme flexible et personnalisable qui garantit une formation interactive en modalité synchrone (=en temps réel : chat, messagerie instantanée, téléconférence) et asynchrone (=en différé : forum, gestionnaire de fichiers (ftp), calendriers et planification des événements, tests effectués par les apprenants, wiki, virtual classroom, visioconférences, chat et vidéo, newsletter, et FAQ, bibliothèque on line etc.). Basée sur les technologies de l e-learning et du mobile-learning, la formation à distance interactive facilite l accès et une diminution des contraintes espace-temps, une utilisation et une mise à jour en temps réel ainsi que le partage des expériences et l élargissement du milieu 2/36

3 d apprentissage (réseau Web). Un Centre d Apprentissage Virtuel développe ainsi la capacité d affronter et de résoudre les problèmes de façon collaborative. Centres de Relation Clients Multimédia. Conçues au départ comme soutien de l activité de l entreprise, les plateformes téléphoniques enrichissent la palette de service et deviennent un véritable vecteur commercial. Par exemple, dans le milieu bancaire, les groupes BNP Paribas, Crédit Lyonnais ou la Société Générale ont crée des centres d appel pour répondre aux attentes de la clientèle qui souhaite gérer librement leur compte sans être nécessairement dépendant de leur banque de proximité. Ce service est recherché à la foi par les clients et par les banques elles-mêmes. Les centres d appel complètent donc les services à distance existant déjà dans les entreprises. Cependant même si ce système présente de nombreux avantages, il pose néanmoins quelques inconvénients. Les avantages des CRCM. Le principal avantage et la proximité paradoxale qu apporte ce système. En effet, malgré une absence de contact direct avec le conseillé en vis-à-vis, la possibilité de dialoguer avec un employé dans une tranche horaire plus large ou l accès illimité sans horaire fixe des serveurs vocaux permet d amplifier la dimension humaine des services qui se mettent à la portée des clients. Ce système permet donc de répondre à une double demande des clients : la nécessité d avoir directement accès au compte et à sa gestion. la possibilité d avoir en ligne un conseillé pouvant répondre aux besoins des clients sans restriction temporelle et géographique. Enfin, il existe une dimension de support commercial puisque lors des communications sur les CRCM, des informations recueillies peuvent sont transmises et utilisées pour effectuer des propositions commerciales. Les inconvénients des CRCM. Les plates formes téléphoniques ne peuvent pas systématiquement apporter un service exhaustif. En effet, les problèmes de sécurité liés à la transmission d information par téléphone ne permet pas de traiter la totalité des demandes ; les entreprises sont alors amenées à réduire les actions des conseillés par téléphone. D autre part, les clients sont parfois réticents à parler de leurs difficultés ou de leur situation à un inconnu et sont souvent enclins à se rapprocher de leur interlocuteur habituel avec qui ils ont crées une relation privilégiée. Enfin, les centres d appel sont encore cantonnés aux tâches administratives. Comme le souligne Laetiti Van Eeckhout journaliste Le Monde: «le téléopérateur n est généralement pas considéré comme un commercial les centres d appel sont encore loin d être considérés comme un canal de distribution à part entière». Communautés de pratique Définition : 3/36

4 Selon Wenger et Dermott, une communauté de pratique est «un groupe qui interagit, apprend ensemble, construit des relations et à travers cela développe un sentiment d appartenance et de mutuel engagement». Caractéristiques : Une communauté de pratique se constitue lorsque des professionnels se regroupent et s organisent pour : Partager des informations et des expériences relatives à leur domaine d intervention Echanger et coopérer afin de résoudre ensemble les problèmes auxquels ils sont confrontés dans leurs activités professionnelles Apprendre les uns des autres et construire ensemble des connaissances. Il est à noter que les technologies de l information et de la communication favorisent ce fonctionnement, ainsi que le transfert de connaissances vers les organisations. Aujourd hui, les communautés de pratique doivent leur reconnaissance au développement des TIC. En effet, ces dernières contribuent à leur fonctionnement, en facilitant les échanges et l accès aux informations. Par ailleurs, au niveau professionnel, ces communautés constituent des lieux de professionnalisation utiles aux individus comme les services, les entreprises Enfin, il existe diverses formes de communautés de pratique : Taille L échéance (le court, moyen ou long terme) Locale ou distribuée Homogène ou hétérogène Interne ou externe Spontanée ou intentionnelle Institutionnalisée ou pas reconnue Communauté virtuelle En tant que canal de communication permanent, Internet favorise la formation de communauté. La communauté virtuelle est un terme générique regroupant en son sein d autres types de communauté tels que : communauté d intérêts, communauté de pratique, communauté d apprentissage. Le terme «communauté virtuelle» désigne des personnes réunies via Internet par des valeurs ou un intérêt commun (passions, loisirs ). L objectif de la communauté est de créer de la valeur à partir des échanges entre membres, par exemple en partageant des conseils, en débattant sur un sujet La mise en place d une communauté virtuelle peut être bénéfique pour un site web car elle crée un sentiment d appartenance chez les membres et permet de faire évoluer le site dans une démarche participative. Ainsi, il est nécessaire de cerner les objectifs de la communauté afin que celle-ci soit complémentaire au site web. Il est utile de baliser la communauté avec des règles de bon usage et de faire en sorte de s assurer du respect global de la législation, en assurant notamment le respect des libertés individuelles des membres. Ainsi, la mise en place d une «charte» définissant les droits et devoirs des membres de la communauté permet de faire partager un mode de fonctionnement. 4/36

5 Connaissances tacites et explicites Avant toutes choses, il convient de définir clairement ce qu est une connaissance. La connaissance se définit comme un ensemble de prévisions propre à un individu porteur qui peut se trouver modifié par l arrivée de nouvelles informations. Elle est la partie de la connaissance organisationnelle qui réside notamment dans les talents intellectuels et physique de l agent. Le concept de connaissance renvoie à la capacité de disposer d'une représentation mentale d'une réalité plus ou moins bien circonscrite, soit simplement informative, soit intégrant des modèles de compréhension ou de comportement plus ou moins élaborés. On peut donc dire qu'il y a connaissance lorsqu'on dispose face à un objet ou à une situation, de concepts pertinents et d'un minimum d'éléments sur les valeurs des grandeurs en cause ou sur leurs relations. La connaissance explicite est formelle. Elle peut être transmise facilement ou stocké dans des bases de données. Elle est donc transférable à travers le temps et l espace indépendamment des sujets de la connaissance sous forme orale, écrite ou électronique. Ces connaissances sont donc formalisables et par conséquent se prête à une large diffusion car elles apparaissent sous une forme tangible : un document papier peut être transféré par la poste, un document électronique peut être transféré par une messagerie électronique ou via un site web. La connaissance tacite est hautement spécifique à un contexte donné et comprend une dimension personnelle qui la rend difficile à formaliser et à communiquer. La connaissance tacite est profondément inscrite dans l action et dans l engagement individuel pour un contexte spécifique (un métier, une technologie, les activités d un groupe de travail ou d une équipe ). Ces caractéristiques la rendent particulièrement complexe à communiquer, il est alors nécessaire d utiliser un langage partagée et reconnue ainsi qu une interaction physique propre entre agents. Customer Relation Ship Management Le traduit par la Gestion de la Relation Client, dite CRM -, constitue un nouvel outil nécessaire dans l entreprise améliorant l interaction entre l entreprise et l utilisateur, c-à-d le client. Ce logiciel est notamment utilisé par les grandes et moyennes entreprises, dû à son coût élevé. Celui-ci est apparu au début des années 90, pour faire face aux insuffisances du Marketing de masse. Le CRM a pour objectif d identifier, d attirer et de fidéliser les meilleurs clients et d en tirer une certaine rentabilité. Ainsi, le CRM englobe l ensemble des activités et processus que doit mettre en place une entreprise pour interagir avec ses clients et ses prospects afin de leur fournir des produits et des services adéquats au moment voulu. Le CRM est donc dans une logique de Marketing relationnel valorisant : la relation client, la fidélisation client, l individualisation le suivi des achats du client. De ce fait, l entreprise va constituer des bases de données dans laquelle elle y répertorie un ensemble de données relatifs aux habitudes d achats du client, relatifs à des données démographiques, ou à des données concernant les prises de contact avec l entreprise. Toutes ces données sont divulguées par le client sans aucune contrainte, notamment lors des divers contacts passés entre l entreprise et le client tel que mailing, questionnaires,... L ensemble de ces données 5/36

6 sera par la suite traité par un outil appelé le datamining dont l entreprise va y extraire de nouvelles informations qui vont lui permettre de segmenter sa clientèle afin de proposer une offre plus personnalisée. Il faut préciser que l ensemble des outils du logiciel se caractérise par une automatisation des forces de vente. Aujourd hui, il existe près de 200 prologiciels disponibles sur le marché, dont l un d eux le plus connu est le E-CRM. Datamining Le datamining se traduit littérairement en français par «fouille de données» ou encore «forage de données». Comme sa traduction le laisse entendre cet outil permet de classer et d organiser des données ou informations afin de faire rejaillir une nouvelle information plus pertinente. C est pourquoi, certains auteurs parlent d intelligence artificielle, peut être à tort, puisque les informations sont réunies par l homme ainsi que les tris croisés qui permettent d en obtenir de nouvelles afin de répondre à la requête d une personne novice. Le datamining se sert des informations collectées dans de très grandes bases de données, on parle aussi d ERC ou progiciel de gestion, pour obtenir une réponse en s appuyant sur des statistiques poussées. Le résultat du datamining est de plus en plus utile dans notre société où toutes informations sur le consommateur ou utilisateur, selon que se place sur un marché ou une entreprise (ou une organisation), deviennent indispensables pour inciter à consommer ou utiliser tel ou tel type de produit et au-delà comprendre le raisonnement qui a fait que le consommateur ou l utilisateur s est servi ou non du produit. Le concept du datamining a donc un impact très important dans différents domaines comme le marketing pour définir et comprendre voire inciter la ménagère à acheter : analyse du panier de la ménagère ; dans le domaine de la distribution afin d améliorer les linéaires pour pousser les gens à l achat Il s agit donc d un outil puissant qui doit être conçu de manière à obtenir une information claire et précise, le plus rapidement possible. L objectif étant de répondre aux attentes des clients. En vocable approprié le datamining répond au Customer Relationship Management (CRM) ou la Gestion de la Relation Client. Le datamining est un outil d aide à la décision autant pour les entreprises que pour les clients. Il est toutefois important de souligner que dans notre air de «net économie» les informations collectées dans des bases de données provenant d Internet, de phoning ou tout autre moyen d accès à l information font l objet d une protection afin d empêcher les atteintes à la vie privée. Plusieurs textes ont été adoptés à cet effet : La Loi n du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés ; Les délibérations de la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) ; La Loi n du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l égard des traitements de données à caractère personnel, transposant en droit français la directive européenne 95/46/CE, en maintenant tout en la remaniant la loi n Datawarehouse L apparition de phénomènes économiques récents comme la mondialisation bouleversent l organisation de l entreprise, sa taille et ses problématiques. L enjeu consiste désormais à mieux connaître son environnement pour anticiper le marché et à appréhender une décision stratégique avant ces concurrents. 6/36

7 Pour y faire face, les Organisations se dotent d outils traitant rapidement et de façon pertinente l information. La qualité et l exhaustivité sont de sérieux avantages concurrentiels sur n importe quel marché. Les perpétuelles évolutions des Technologies de Information et de la Communication permettent de concevoir des systèmes d informations de plus en plus performants. A la base de ces systèmes, des entrepôts de données (immenses bases de données), classées par thèmes, coordonnent l information par le biais d associations sémantiques ou statistiques. Les données ne sont plus volatiles et la traçabilité des supports de décisions est intacte. Plus précisément, Bill Inmon définit le datawarehouse comme «[ ] une collection de données thématiques, intégrées, non volatiles et historisées pour la prise de décisions». Malgré tout, l application de ce concept requiert une organisation rigide et une implication quotidienne dans la normalisation et la codification des données. Aujourd hui, le datawarehouse devient la condition sine qua non de la performance des firmes, grâce aux nombreuses possibilités d études sur des sujets transversaux et organisationnels. Droit de propriété intellectuelle La propriété intellectuelle est une notion ancienne : ses grands principes remontent en France au Siècle des Lumières et toutes les dispositions législatives et réglementaires sont rassemblées dans le Code de la Propriété Intellectuelle. Les créations intellectuelles, en effet, peuvent faire l objet d un droit de propriété, voire d un monopole. La propriété intellectuelle inclut la propriété industrielle et la propriété littéraire et artistique : «chacun a le droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l auteur» (Déclaration des Droits de l Homme et du Citoyens de 1789). La protection de ce principe, qui s articule avec la liberté du commerce et de l industrie, repose sur deux fondements : Moral : les créateurs doivent avoir reconnus et protégés leur qualité d auteur et en recevoir une reconnaissance morale et matérielle. Economique : de ce fait, l exclusivité est garantie et la loyauté dans les relations industrielle et commerciales. Ce droit, dans la pratique, se fonde donc sur un arbitrage entre l incitation à créer des innovateurs actuels et la préservation des capacités à utiliser cette création pour les créateurs futurs. Le droit de la propriété intellectuelle est un facteur de progrès et de développement dans la mesure où il encourage la création dans le domaine littéraire, artistique et industriel. Mais que peut-on réellement protéger? La protection des signes distinctifs : la marque est le signe distinctif d un produit ou d un service. La protection des innovations techniques : le brevet protège une invention qui se définit comme la solution technique apportée à un problème technique. Les créations ornementales : la protection des dessins et modèles s appliquent à l apparence d un produit ou d une partie de produit. Ainsi, on distingue les droits matériels, qui différencient le domaine du brevet et du copyright, des droits moraux qui relèvent du droit d auteur. Les droits d auteurs : Ils visent la recherche d un équilibre entre trois séries d intérêts : ceux des créateurs, ceux des investisseurs et l intérêt général (décrets et lois révolutionnaires de 1791 et 1793). 7/36

8 Les marques : Elles doivent amener à différencier sans équivoque possible les produits et services. Les brevets : C est un titre de propriété industrielle qui confère à son titulaire un droit exclusif d exploitation sur l invention brevetée, durant une durée limitée et sur un territoire déterminé, moyennant en contrepartie l obligation de divulguer au public son invention. Le copyright : Il couvre la partie patrimoniale du droit d un auteur sur les créations de son esprit, mais il ne protège que l expression d une idée. Il n est pas soumis à déclaration ou à divulgation Le respect de la propriété intellectuelle est aussi un enjeu pour le commerce international : elle est encadrée par des accords définis dans le cadre de l OMC comme les accords ADPIC signés en 1994 et est défendue par l OMPI, une agence de l ONU. e-administration Prévu pou fin 2007, mon service-public.fr devrait proposer un portail personnalisé pour les usagers intégrant tous les contenus de service-public.fr et un accès simplifié aux téléservices. Sous l égide de la Direction Générale de la Modernisation de l Etat, l e-administration vise la simplification des formalités administratives pour les usagers, les entreprises mais également pour introduire de nouveaux circuits de traitement de l information pour ses différents ministères (comme le Ministère des Finances avec Impots.gouv.fr et ses déclarations fiscales pré-remplies ). Par développement successif, une ligne téléphonique ouverte le 3939, des sites de centralisation de l information et mise sous plateforme commune de différents organismes à vocation publique (CAF, et sécurité sociale via le portail Adèle), la mise en place d une e-administration efficiente est devenue un objectif stratégique sur la scène internationale. En effet, membre actif d un groupe de travail de la Commission Européenne, la DGME y partage les bonnes pratiques et s y informe sur les projets européens en cours (e-migra pour la culture numérique des immigrés en Europe ; e-inclusion : terme qui regroupe les actions visant à réduire la fracture numérique et faisant partie du programme i2010 pour la société de l information.). C est aussi une opportunité pour proposer des mesures concrètes applicables à l ensemble des Etats-Membres.Dernière suggestion en date : la création d icônes européennes communes à tous les pays, susceptibles de favoriser le repérage et l accès de l usager/citoyen aux principaux services en ligne. e-banking e-banking : un service complémentaire? Le e-banking désigne l'ensemble des services bancaires assurés par voie électronique ("electronic banking") et donc par Internet : consultation de comptes, virements, achats de produits financiers, etc. Pour les institutions bancaires, l utilisation d Internet est devenu un outil stratégique. Selon la Fédération française, «actualité bancaire» du 27 janvier 2004, la moitié des internautes gèrent leurs comptes bancaires par le biais de cette technologie. Ceci est dû à de nombreux avantages tant en terme de gain de temps qu en terme de performance des outils mis à la disposition. La consultation et la gestion des comptes bancaires à distance sont très répandues et donc très utilisés par la clientèle de ces établissements. Grâce à Internet, le consommateur peut aisément mettre en concurrence les différentes banques, trouver les meilleurs prix (on parle de e-shopping bancaire). 8/36

9 De plus, le e-banking permet de libérer les clients des démarches en agence et de faire des économies en terme de coût de traitement des opérations courantes : alors qu une transaction en agence coûte 1 euro elle ne revient qu à 0.12 euro par Internet. La banque en ligne est certes un service très utile mais elle représente cependant des menaces qu il va falloir prendre en considération. Hormis les risques traditionnels (risque de crédit, d illiquidité, de taux d intérêt et d intermédiation) Internet introduit des dangers quant à la sécurité du système (risque informatique). Le développement d Internet comme support des activités bancaires et financières exige une vigilance accrue en matière de sécurité. Les clients peuvent avoir le sentiment d un manque de confidentialité. La crainte de vol d information, l atteinte à la vie privée, l usurpation d identité d un utilisateur autorisé, représentent autant de menaces auxquelles les établissements doivent s efforcer de répondre afin d assurer le bon déroulement des transactions. e-commerce: Il s'agit d'une sous activité du e-business (utilisation de la technologie Internet à des fins économiques). Le e-business se divisise lui-même en différentes sections selon que les échanges d'informations se déroulent entre une entreprise et des particuliers (B2C : Business to Consumer), entre deux entreprises (B2B : Business to Business), entre une entreprise et ses employés (B2E : Business to Employee) ou entre une entreprise et des collectivités territoriales (B2G : Business to government). Le e-commerce ou commerce électronique se définit comme la vente ou l'achat de biens et/ou de services en ligne quelques soient les agents concernés (sociétés, particuliers...). Pour effectuer ces échanges, les acteurs utilisent comme canal de distribution les réseaux informatiques, dont internet et l'intranet (ce dernier est surtout utilisé par le B2E). Le commerce électronique est un marché en pleine expansion, qui séduit chaque jour de nouveaux consommateurs et ce, dans toutes les catégories de population connectées. Cela s'explique dans le fait que les internautes sont face à une très grande diversité des produits et des services (allant des produits très classiques aux produits high-tech), ce qui leur permettent de traquer les bonnes affaires. Ces ventes à distance ne disposent pas de cadre règlementaire spécifique, mais cela n'exclue pas que les cybermarchands (vendeurs en ligne) doivent respecter le code de la consommation s'appliquant aux distributeurs physiques et régissant les ventes. Economie numérique Depuis le développement exponentiel des Technologies de l Information et de la Communication (TIC), les échanges sur les marchés économiques tendent à devenir de plus en plus virtuels. Cette révolution du tout numérique créée de nouveaux processus dans les structures organisationnelles impactant fortement le nouveau paysage économique international. Les ventes en ligne se multiplient, les consommateurs sont de plus en plus avertis. Pourtant, de nombreuses entreprises sont encore peu convaincues que l investissement dans les nouvelles technologies de l information et de la communication est un facteur clé de leur compétitivité sur les marchés quelque soit leur secteur d activité. Les évolutions de la concurrence, les transformations des relations avec les clients, fournisseurs et autres partenaires, la réorganisation 9/36

10 de l approvisionnement et des méthodes de conception et de production se font aujourd hui plus prégnantes. L économie numérique se définit donc synthétiquement comme l utilisation des TIC au niveau international afin de faciliter le commerce. L économie numérique est une lieu commun d échanges où particuliers, entreprises et administrations peuvent tirer profit de biens et services échangés et distribués de façon plus efficiente. La loi n du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique ou Loi Fontaine, du nom du Ministre de l'industrie d'alors, fixe les règles de droit applicables et encadre les services proposés par le biais d Internet. Elle se veut être la "Directive relative à certains aspects juridiques des services de la société de l'information, et notamment du commerce électronique, dans le marché intérieur" (Journal Officiel des Communautés Européennes) Les nouvelles règles de droit relatives à la communication au public en ligne sont rappelées, expliquées et classées par profils (internautes, consommateurs, salariés, agents publics, collectivités locales, cybervendeurs ou prestataires techniques). Il faut néanmoins rappeler que l économie numérique est indissociable de la notion de commerce électronique largement définie par la loi pour la confiance dans l économie numérique et caractérisable par l'échange de biens et/ou de services entre une entreprise, un particulier, une administration ou toute autre entité publique ou privée par le biais de réseaux électroniques externalisés (computer-mediated networks) comme Internet, par exemple. L économie numérique a considérablement modifié les conditions d échange en faisant évoluer la structure des marchés, les règles de concurrence et les modalités d intervention publique. Voir notion de commerce électronique entre particuliers et entreprises : Business to consumer (B2C) Voir notion de commerce électronique interentreprises : Business to business (B2B) Voir notion de commerce entre particuliers : Consumer to consumer (C2C) Voir polémique créée par la loi de confiance dans l économie numérique autour des libertés individuelles et des responsabilités des hébergeurs de sites web Voir e-administraton, e-gouvernement Voir e-business, e-banking Voir sécurité des paiements en ligne et faille des microprocesseurs et des logiciels de cryptage devenus incapables de répondre aux nouveaux types d'attaques Echange des Données Informatisé (EDI) L EDI est un concept d échange de données informatisé (Electronic Data Interchange) qui transfère,d application à application à l aide d ordinateurs connectés sur un ou plusieurs réseaux, des données structurées selon des messages préétablis et normalisés via un mode de communication électronique.ces messages utilisent un langage informatique commun :EDIFACT (Electronic Data Interchange for Administration Commerce and Transport) qui offre une modélisation normalisée des documents commerciaux et un ensemble de données standardisées et codifiées ou bien le standard GALIA pour le secteur automobile. Les documents échangés peuvent être des bons de commandes, factures, avis de livraison DEUX TYPES DE SOLUTIONS EDI : 10/36

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Lexique informatique. De l ordinateur :

Lexique informatique. De l ordinateur : De l ordinateur : Lexique informatique CD / Cédérom : CD (Compact Disc) contient des logiciels (dictionnaire, jeux, ) Clavier : permet de taper du texte, de la ponctuation, des chiffres et des symboles.

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

stratégie de communication

stratégie de communication Les Fiches thématiques Jur@tic stratégie de communication Quels sites web, quels outils, pour quels résultats? Les Fiches thématiques Jur@TIC de communication pour répondre à des besoins de plus en plus

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique améliore la performance globale Des processus automatisés Travail isolé ou processus de groupe : où en êtes-vous? Le travail en équipe a toujours

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français

Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Création de la Plateforme numérique d'infomédiation du tourisme français Le tourisme français point d'appui de l'image et du rayonnement de la France De l ordre de 80 millions de visiteurs étrangers se

Plus en détail

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh Professeur : Jacques Naymark Etudiante : CHEN Shengyuan PLAN 1. Introduction 2. L apport des Nouvelles Technologies

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. RH - C@rrus

Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. RH - C@rrus Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique RH - C@rrus Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à

Plus en détail

Les nouvelles technologies * et les réseaux sociaux au service des DRH enjeux et perspectives autour du web 2.0

Les nouvelles technologies * et les réseaux sociaux au service des DRH enjeux et perspectives autour du web 2.0 Les nouvelles technologies * et les réseaux sociaux au service des DRH enjeux et perspectives autour du web 2.0 * Web 2.0, dématérialisation, self services Sommaire Introduction : quelques définitions

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES CONTENUS DE FORMATION COMMUNS Champ professionnel «Métiers de la relation aux clients et aux

Plus en détail

Prévenir les Risques liés à l usage d Internet dans une PME-PMI

Prévenir les Risques liés à l usage d Internet dans une PME-PMI Prévenir les Risques liés à l usage d Internet dans une PME-PMI Définition protocole Un protocole est un ensemble de règles et de procédures à respecter pour émettre et recevoir des données sur un réseau

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK

GÉREZ VOTRE RELATION CLIENT SANS QUITTER MICRO SOFT OUTLOOK Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes des concurrents

Plus en détail

Talents. Ressources Humaines

Talents. Ressources Humaines Talents Ressources Humaines 1 Yourcegid Ressources Humaines Talents : Entretiens et suivi de la performance Développement du personnel Référentiels des emplois et des compétences 4 MILLIONS DE BULLETINS/MOIS

Plus en détail

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France.

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France. RESSOURCE PME Cahier des charges d un outil de gestion de la relation client (GRC) ou Customer Relationship Management (CRM) Guide d accompagnement. Ce document donne aux PME des clés pour mener à bien

Plus en détail

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club Réunion des membres du 7 juin 2011 «Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Comment faciliter la gestion journalière d un commerce ou d une TPE par l utilisation d outils TIC? L adoption d outils TIC mais

Plus en détail

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT»

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» 1 ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT DEFINITION DU METIER L assistant commercial import export contribue au développement international durable

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3.

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. 1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. Vente et marketing... 7 3.3.1. Gestion de la relation Client

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANTADIS - 2012

CATALOGUE DE FORMATION ANTADIS - 2012 CATALOGUE DE FORMATION ANTADIS - 2012 Antadis développe les connaissances et les compétences Internet de ses clients à travers des solutions OpenSource de renom. Antadis, c est Une équipe de 10 personnes

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE

BUSINESS INTELLIGENCE GUIDE COMPARATIF BUSINESS INTELLIGENCE www.viseo.com Table des matières Business Intelligence :... 2 Contexte et objectifs... 2 Une architecture spécifique... 2 Les outils de Business intelligence... 3

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

Programme de Partenariat CIOA. Ecole du Nouveau Commerce. Septembre 2012

Programme de Partenariat CIOA. Ecole du Nouveau Commerce. Septembre 2012 Programme de Partenariat CIOA Ecole du Nouveau Commerce Septembre 2012 Groupe CIOA - Le Nobel - Avenue de l Université - 83160 La Valette du Var FRANCE Tel : 33 (0)4 94 14 12 40 - Fax : 33 (0)4 94 14 12

Plus en détail

Gagner en performance avec un extranet. et mener son projet extranet?

Gagner en performance avec un extranet. et mener son projet extranet? Gagner en performance avec un extranet Comment déterminer et mener son projet extranet? mars 2010 Gagner en performance avec un extranet Nos intervenants Charles Billon, Architecte logiciel, KEY BLOX éditeur

Plus en détail

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS.

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS. ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES JÉRÔME BAILLY 10.10.2012 CONTACT JÉRÔME BAILLY CROSS AGENCY JBAILLY@CROSS-SYSTEMS.CH +41 78 878 78 26 SKYPE: JEROME.BAILLY

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

USERGATE PROXY & FIREWALL. Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible

USERGATE PROXY & FIREWALL. Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible USERGATE PROXY & FIREWALL Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible ÉVENTAIL DES UTILISATIONS Internet représente une part significative des affaires

Plus en détail

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012 Spécialité : Analyste Epreuve de rédaction, à l aide des éléments d un dossier, d un RAPPORT faisant appel à l esprit d analyse

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Pascale Colas Formation-Conseil

Pascale Colas Formation-Conseil Formation Aide à la création d entreprise Développement commercial Coaching Pascale Colas Formation-Conseil Je vous propose différents outils pour vous aider à performer votre carrière professionnelle.

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Cursus by F2I. enseignement supérieur privé Titres certifiés par l état

Cursus by F2I. enseignement supérieur privé Titres certifiés par l état Cursus by F2I enseignement supérieur privé Titres certifiés par l état home page Leader sur le marché de la formation continue, L institut F2I crée en 1998 par Chantal Berdaa, est un centre de formation

Plus en détail

QUI SOMMES NOUS? Notre équipe se tient à votre disposition pour vous apporter de plus amples informations et vous conseiller.

QUI SOMMES NOUS? Notre équipe se tient à votre disposition pour vous apporter de plus amples informations et vous conseiller. QUI SOMMES NOUS? La CCI Tarbes et Hautes-Pyrénées propose une offre variée de formations s adressant à la fois aux jeunes à la recherche d un métier et aux salariés / Chefs d entreprise en recherche de

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

TRAME POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES SITE WEB

TRAME POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES SITE WEB TRAME POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES SITE WEB 2 Trame cahier des charges site Web Vous êtes une entreprise, une collectivité, une association, et vous souhaitez faire réaliser un site web.

Plus en détail

Capitalisez sur vos Ressources Humaines! GMT Edition

Capitalisez sur vos Ressources Humaines! GMT Edition Capitalisez sur vos Ressources Humaines! GMT Edition GMT édition Editeur français de la Solution de Gestion des Ressources Humaines : Adèle RH Création : 2003 Partenaire Sage historique depuis 10 ans Une

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible

Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible Protection exhaustive de réseau corporate, optimisation de trafic Internet, administration flexible ÉVENTAIL DES UTILISATIONS Internet représente une part significative des affaires aujourd'hui. L'utilisation

Plus en détail

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus 2 Le groupe Divalto, Solutions de gestion Catalyseur de performance Créé en 1982, le groupe Divalto propose des solutions de gestion

Plus en détail

Dématérialiser les échanges avec les entreprises et les collectivités

Dématérialiser les échanges avec les entreprises et les collectivités Dématérialiser les échanges avec les entreprises et les collectivités Conference Numerica Le 11/05/09 1 Sommaire Enjeux de la dématérialisation Possibilités concrètes d usages Moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution DU Paris II Modèle de l économie numérique Commerce électronique et conflits de canaux de distribution Introduction La notion de canaux de distribution : => réseaux de distribution propre : automobiles,

Plus en détail

E Learning Campus. Introduction et offre de formation

E Learning Campus. Introduction et offre de formation E Learning Campus Offre faite par : Private International Institute of Management & Technology (PIIMT) Introduction et offre de formation Qu'est ce que le e learning? Principe Le E Learning est le terme

Plus en détail

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises.

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises. WEBRTC LE WEB DEVIENT SUPPORT DE COMMUNICATION MULTIMEDIA UNIFIE Dernière innovation du web, le WebRTC à la croisée de l internet et des télécommunications se révèle un outil puissant de la relation client,

Plus en détail

Le progiciel de gestion intégré (PGI)

Le progiciel de gestion intégré (PGI) Le progiciel de gestion intégré (PGI) dans les programmes de la série STG et les référentiels des sections postbaccalauréats Le progiciel de gestion intégré (PGI) est l outil logiciel privilégié des différentes

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Avant-propos L économie en réseau, ou la netéconomie, est au cœur des débats et des stratégies de toutes les entreprises. Les organisations, qu il s agisse de

Plus en détail

Thème 3: L'intégration d'internet dans les processus administratifs

Thème 3: L'intégration d'internet dans les processus administratifs Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur les technologies de l'information dans la sécurité sociale E-gouvernement/e-administration dans la sécurité sociale Valence,

Plus en détail

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie?

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? André Delacharlerie Responsable de l Observatoire des TIC ad@awt.be e-business, fini de jouer? 26.04.2007-1 Au cœur c de l

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Marketing direct Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 2 Programme

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION BGE Provence Alpes Méditerranée ACCES CONSEIL Siège social 7 rue Gaston FLOTTE 13012 MARSEILLE Tél. : 04 91 90 88 66 Siret : 33447279200103 www.acces-conseil.com REPARTITION DU STAGE

Plus en détail

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions. ERP reflex-erp.com

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::..

CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::.. CATALOGUE DE FORMATION INTERNET BUREAUTIQUE INFORMATIQUE..::NET-INOV.COM::.. Chaque formateur est un professionnel capable d identifier vos besoins et d y répondre en mettant en œuvre des solutions déjà

Plus en détail

Pr. Imade BENELALLAM Imade.benelallam@ieee.org I. Description 1. Un S.I., pour quoi faire? 2. Définition 3. Applications traditionnelles 4. Intégration 5. Systèmes spécialisés Améliorer en permanence la

Plus en détail

Le SIC Jean Philippe Boullery Janvier 2011

Le SIC Jean Philippe Boullery Janvier 2011 Le SIC Jean Philippe Boullery Janvier 2011 Le dossier pour l épreuve d ACRC comporte en première partie une présentation de l entreprise sur 3 pages et une description de son SIC sur deux pages. Vous disposerez

Plus en détail

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise composantes Relation de la Relation relation 4 Les outils 4 Les 4-1 outils Les de bases la GRC de 4-1 données Les bases de données 4-2 Les logiciels et 5 Les de freins la GRC au La GRC ou comment mettre

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

European Assistant Assistant de Manager

European Assistant Assistant de Manager European Assistant Assistant de Manager REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n'engage que son auteur et la Commission

Plus en détail

I) Présentation Certification e-réputation

I) Présentation Certification e-réputation La certification e-réputation valide les compétences d un internaute à créer et à valoriser son image personnelle (construire son identité et surveiller sa réputation numérique) ou celle de son organisation

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

... 13. Présentation de la structure... 3. Enjeux... 3. Présentation du projet... 4. Cible... 4

... 13. Présentation de la structure... 3. Enjeux... 3. Présentation du projet... 4. Cible... 4 biz Table des matières... 3 Présentation de la structure... 3 Enjeux... 3 Besoins, cible et les objectifs...4 Présentation du projet... 4 Cible... 4 Quelle portée espérez-vous pour votre site? (locale,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET

CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET Nom du Projet... Nom de l entreprise... Adresse... Coordonnées Tel :... Fax :... Email :... Personne à contacter Nom :... Tel :... Email :... SOMMAIRE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Taille d entreprise Moins de 50 salariés 0% De 50 à 250 salariés 40% De 251 à 5 000 salariés 40% Plus de 5 000 salariés 20%

Taille d entreprise Moins de 50 salariés 0% De 50 à 250 salariés 40% De 251 à 5 000 salariés 40% Plus de 5 000 salariés 20% Baromètre mené en juin 2014 auprès de 1 000 salariés d entreprises et 300 dirigeants/managers impliqués dans le pilotage des réseaux sociaux et du digital pour leurs entreprises de plus de 50 salariés.

Plus en détail