Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques medp-sobolev.tex (2001nov24)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)"

Transcription

1 Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles 1 Notations Soit O(R n ) un ouvert de R n On désignera par C 0 0() l ensemble des fonctions continues à support compact dans, C 0 0() = {f : R fcontinue et Supp(f) } Rappelons que le support Supp(f) d une fonction f continue sur est défini par Supp(f) = {x f(x) 0} Si la fonction f est mesurable sur le support est défini par x Supp(f) ω O x () tq f ω = 0 pp Soit 1 p On dit qu une fonction f : R appartient à L p loc () si f 1 K L p () pour tout compact K 2 Rappels d intégration Pour toute cette section, on renvoie à [2], Chapitre IV On rappelle (et on admettra) les résultats suivants Théorème 21 ([2], Théorème IV3, p 55) L espace C 0 0() est dense dans l espace L 1 (), c est à dire f L 1 (), ε > 0, f ε C 0 0() tq f f ε L 1 ε

2 Théorème 22 ([2], Théorèmes IV11, p 61 et IV14, p 63) Soit 1 p < et soit p l exposant conjugué de p, c est à dire tel que 1 p + 1 p = 1 (lorsque p = 1, p = ) Étant donnée ϕ (L p ) une forme linéaire continue sur L p (), il existe une et une seule fonction g L p () telle que f L p () ϕ(f) = fg De plus, on a ϕ (L p ) = g L p Théorème 23 ([2], Théorème IV13, p 62) Pour 1 p <, l espace L p () est séparable Remarque On prendra garde au fait que le dual de L ne coincide pas avec L 1 et que L n est pas séparable ([2], p 65 ff) La proposition suivante résulte du Théorème 21 ; son corollaire résulte du Théorème 22 Proposition 24 Soit f L 1 loc () Si uf = 0 pour toute fonction u C0 0(), alors f = 0 presque partout dans Corollaire 25 L espace C 0 0() est dense dans l espace L p () pour 1 p < Exercice 26 L espace C 0 0() est-il dense dans L ()? Soit un ouvert borné de R n, de frontière C 1 et de normale intérieure ν Soit X : R n un champ de vecteurs C 1 On a la formule de la divergence (1) div(x) dx = X, ν σ(dx), où σ désigne la mesure naturelle sur et où div(x) désigne la divergence du champ de vecteurs X, définie par au point x = (x 1,, x n ) div(x)(x) = X 1 x 1 (x) + + X n x n (x), De la formule de la divergence, on déduit la formule d intégration par parties (2) v(x) j u(x) dx = u(x) j v(x) dx u(x) v(x) ν j, σ(dx) pour deux fonctions u, v C 1 (), où j désigne la dérivée partielle par rapport à la j ème variable et où ν j est la j ème composante du vecteur normal unitaire ν = (ν 1,, ν n ) dirigée vers l intérieur de 2

3 3 Convolution et régularisation On rappelle, et on admettra, les résultats suivants (le premier résulte du théorème de Tonelli et du théorème de Fubini, le second découle du premier et de la définition du support) Théorème 31 ([2], Théorème IV15, p 66)Soient f L 1 (R n ) et g L p (R n ) avec 1 p Alors, pour presque tout x R n, la fonction y f(x y) g(y) est intégrable sur R n Si on pose (f g)(x) = f(x y) g(y) dy R n alors f g L p (R n ) et f g L p f L 1 g L p Proposition 32 ([2], Proposition IV18, p 68) Soient f L 1 (R n ) et g L p (R n ), 1 p Alors, Supp(f g) Supp(f) + Supp(g) Notations On note C k (), 0 k l espace vectoriel des fonctions dont les dérivées partielles d ordre inférieur ou égal à k existent et sont continues dans, On note C k 0 (), 0 k le sous-espace vectoriel des fonctions de C k (), à support compact dans (une fonction de C k 0 () s annule donc au voisinage de dans ) L espace C 0 (), que nous noterons également D(), s appelle l espace des fonctions test sur Remarque On a l inclusion C 0 () C 0 (R n ) et l égalité C 0 () = {u C 0 (R n ) Supp(u) } Exemples 33 1) Pour x = (x 1,, x n ) R n, posons x 2 = n j=1 x2 j La fonction (3) ϕ(x) = { exp ( ( x 2 1) 1) si x < 1, 0 si x 1, est une fonction test sur R n et on a Supp(ϕ) = B(0, 1) 2) Plus généralement, les fonctions ϕ a,ε définies par (4) ϕ a,ε (x) = ϕ( x a ), ε pour tout a R n et pour tout ε > 0, sont des fonctions test sur R n et Supp(ϕ a,ε ) = B(a, ε) Il résulte de l exemple précédent que D() est un espace vectoriel de dimension infinie 3

4 Proposition 34 Il existe une fonction ρ D(R n ) telle que ρ 0, (5) ρ(x) dx = 1, R n Supp(ρ) = B(0, 1) Notation Pour tout ε > 0, nous noterons ρ ε la fonction (6) ρ ε (x) = ε n ρ( x ε ) Notons que la fonction ρ ε est positive, à support la boule B(0, ε) et d intégrale 1 Notation Pour toute fonction u L 1 loc (Rn ), posons (7) u ε (x) = u ρ ε (x) = ε n u(y)ρ( x y R ε n ) dy = u(x εy)ρ(y) dy R n Théorème 35 (Théorème de régularisation et d approximation) (i) Soit u une fonction intégrable, nulle en dehors du compact K Alors, la fonction u ε appartient à D() dès que ε < δ = dist(k, R n \ ) Si, de plus, u est supposée continue alors u ε tend vers u uniformément quand ε tend vers 0 (ii) Soit u une fonction de L p (), 1 p <, alors, u ε tend vers u dans L p Remarque 36 Il résulte en particulier de ce théorème que l on peut remplacer C 0 0() par D() dans les énoncés de la Proposition 24 et du Corollaire 25 Notations Soit α N n un multi-entier, avec α = (α 1,, α n ) On note x α le monôme x α1 1 xαn n, de degré α = α α n, on note α ou x l opérateur de dérivation (d ordre α ) α x α 1 1 on note j l opérateur de dérivation x j 4 Notion de dérivée faible x αn n, Soient un ouvert de R n et α N n Soit u L 1 loc () On dit que la fonction v L1 loc () est la dérivée faible d ordre α de la fonction u si (8) f D(), u α f dx = ( 1) α v f dx Il résulte de la Remarque 36 que la fonction v, si elle existe, est déterminée de manière unique dans L 1 loc par la formule (8) Si la fonction u est de classe C α dans, on a immédiatement v = α u presque partout dans Dans le cas général, on écrira 4

5 v = α u au sens faible, ou bien v w = α u On dit qu une fonction u L 1 loc () est faiblement différentiable si elle admet des dérivées premières j u, 1 j n au sens faible On dit qu une fonction u L 1 loc () est k-fois faiblement différentiable, k 1, si elle admet des dérivées partielles d ordre inférieur ou égal à k au sens faible Exercice 41 Soit u(x) = x Montrer que cette fonction est dérivable au sens faible sur R et déterminer la dérivée faible Exercice 42 On appelle fonction de Heaviside la fonction Y : R R définie par { 1 si x > 0, Y (x) = 0 si x 0 La fonction de Heaviside est-elle faiblement dérivable sur R? Exercice 43 Soient u, v L 1 loc () Montrer que v w = α u si et seulement s il existe une suite {u m } de fonction C () telle que u m L 1 (ω) u, et α u m L 1 (ω) v 5 Espaces de Sobolev Notation Pour k N et 1 p <, introduisons l espace (9) C, k, p () = { u C () β u L p () pour tout β k }, et munissons le de la norme (10) u k,p = ( α k α u p L p ) 1/p Quand p = 2, cette norme provient d un produit scalaire Il y a deux manières classiques d introduire les espaces de Sobolev Définition 51 Pour tout k N et pour tout 1 p <, on définit l espace de Sobolev H k,p () comme étant le complété de l espace C, k, p () pour la norme k,p Pour tout k N et pour tout 1 p <, on définit l espace de Sobolev W k,p () comme (11) W k,p () = {u L p () α, α k, v α L p (), tq v α = α u au sens faible} 5

6 On a ainsi deux manières naturelles de définir les espaces de Sobolev Il se trouve que les deux définitions ci-dessus sont équivalentes Cela n a été découvert que relativement tardivement Plus précisément, on a le résultat suivant dû à N Meyers et J Serrin (1964), Théorème 52 ([3], Theorem 79, p 154) Pour tout ouvert de R n, pour tout k N et pour tout 1 p <, on a H k,p () = W k,p () Il est facile de voir que W k,p (), muni de la norme k,p, est un espace de Banach séparable et que H k,p () W k,p () La réciproque se démontre par régularisation 6 Les espaces H k Dans ce cours, nous nous limiterons au cas où p = 2 et nous utiliserons le Théorème 52 chaque fois que cela sera nécessaire Par commodité, nous introduisons la notation suivante Définition 61 Étant donné k N, nous désignerons par Hk () l espace de Sobolev (12) H k () = { u L 2 () α, α k, v α L 2 (), tq v α = α u au sens faible }, On introduit sur H k le produit scalaire (13) u, v k = α u, α v, α k et la norme associée u k = u, u k (ici,, désigne le produit scalaire usuel sur L 2 ()) Théorème 62 Soit un ouvert de R n et soit k N L espace H k () muni du produit scalaire (13) est un espace de Hilbert séparable Remarque L intérêt d avoir un espace séparable est de pouvoir construire une base hilbertienne dénombrable Exercices 63 1) Soit u : R R la fonction 0, si x 1, 1 + x, si 1 x 0, u(x) = 1 x, si 0 x 1, 0, si 1 x Montrer que u H 1 (R) Montrer que la fonction v = 1 u est dans H 1 ([ 2, 2]), mais qu elle n est pas dans H 1 (R) 2) Montrer que l on a l inclusion C 1 () H 1 () pour tout ouvert borné R n Plus généralement, montrer que si u C 1 () et si u, j u L 2 (), 1 j n, alors u H 1 () 6

7 3) Soit [a, b] un intervalle de R Montrer qu il existe une injection continue de H 1 (]a, b[) dans C 0 ([a, b]) 4) Pour 0 < a < 1 donné, on pose = B(0, a) R 2 Pour k > 0, on définit (sauf en 0) la fonction u : R par u(x, y) = ( ln x 2 + y 2 ) k Montrer que la fonction u est dans L 2 pour tout k > 0 et qu elle n admet pas de représentant continu sur Montrer que u H 1 () si k < 1/2 Déduire de ce qui précède que H 1 () C 0 () Proposition 64 Pour tout m N et pour tout α N n tel que α m, l opérateur de dérivation α est un opérateur linéaire continu de H m () dans H m α () Définition 65 Pour m N, on note H m 0 () l adhérence de D() dans H m () Exercices 66 1) Montrer que H 1 0 (]a, b[) H 1 (]a, b[) 2) Soient u H 1 () et f D() Montrer que f u H 1 0 () Théorème 67 Pour tout m N, l espace D(R n ) est dense dans H m (R n ) Autrement dit, H m 0 (R n ) = H m (R n ) Remarque borné de R n Nous montrerons dans la Section 7 que H 1 0 () H 1 () si est un ouvert Définition 68 Étant donnée u une fonction définie sur un ouvert R n, on note ũ la fonction qui prolonge u par 0 sur R n \ Proposition 69 Si u H m 0 (), alors ũ H m (R n ) 7 Inégalité de Poincaré L inégalité ci-dessous, dite inégalité de Poincaré, joue un rôle important dans l étude des problèmes variationnels Théorème 71 Soit un ouvert de R n, borné dans une direction Alors, il existe une constante C() > 0 telle que (14) u H 1 0 (), n u 0, C() j u 2 0, j=1 1/2 7

8 Remarque Le théorème précédent est faux pour H 1 () (prendre pour un domaine borné et pour u la fonction identiquement égale à 1) Ceci montre en particulier que les espaces H0 1 et H 1 sont distincts en général Corollaire 72 Soit un ouvert de R n, borné dans au moins une direction La semi-norme n u 1, = j u 2 0, j=1 est une norme sur H 1 0 (), équivalente à la norme 1 1/2 Remarque L inégalité de Poincaré permet d affirmer que la forme bilinéaire D() D() (u, v) du, dv dx est coercive Complément Dans le cas d un ouvert borné, on peut caractériser la meilleure constante C() dans l inégalité de Poincaré comme étant δ 1 () 1/2, où δ 1 () est la plus petite valeur propre du Laplacien avec condition de Dirichlet dans, (15) { u = λ u dans, u = 0 8 Théorèmes de trace Étant donnés un ouvert de R n et m N { }, nous introduisons les notations (16) C m () = { f : R 1 O(R n ), 1, f 1 C m ( 1 ) tq f 1 = f }, et (17) C m 0 () = { f : R 1 O(R n ), 1, f 1 C m 0 ( 1 ) tq f 1 = f } 81 Théorème de trace pour R n + et applications Dans cette section, nous traitons le cas où (18) { = R n + := {x = (x, x n ) = (x 1,, x n ) R n x n > 0}, Γ := = R n 1 {0} Proposition 81 L espace C 0 (R n +) est dense dans H 1 (R n +) 8

9 On peut bien-sûr parler de la trace d une fonction v de C 0 (R n +) sur R n 1 {0} : on définit γ 0 (v) par (19) γ 0 (v)(x ) = v(x, 0), pour tout x R n 1 Il est clair que l on a γ 0 (v) C 0 (R n 1 ) On a le lemme important suivant Lemme 82 Pour toute v C 0 (R n +), on a γ 0 (v) 0,R n 1 v 1,R n + Corollaire 83 L application γ 0 définie par (19) s étend en une application linéaire continue de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ), telle que v H 1 (R n +), γ 0 (v) 0,R n 1 v 1,R n + Remarque Nous utiliserons également la notation u R n + à la place de γ 0 (u) Théorème 84 Soit γ 0 l application trace de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ) Pour tous u et v dans H 1 (R n +), on a les égalités (formules de Green) R n + R n + v(x) j u(x) dx = R n + u(x) j v(x) dx, 1 j n 1, v(x) n u(x) dx = R n + u(x) n v(x) dx R n 1 γ 0 (v)(x ) γ 0 (u)(x ) dx Théorème 85 Soit γ 0 l application trace de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ) On a l égalité H 1 0 (R n +) = { u H 1 (R n +) γ 0 (u) = 0 } 82 Théorème de trace pour un ouvert et applications Nous admettrons le résultat suivant, dont la démonstration est plus technique, que difficile Théorème 86 ([4], Théorème 132, p 25) Soit un ouvert borné de R n dont la frontière est une sous-variété fermée de classe C k (avec k 1) et de dimension (n 1) Alors, C () est dense dans H 1 () et l application qui à v dans C () associe γ 0 (v) = v se prolonge en un opérateur linéaire continu γ 0 de H 1 () dans L 2 ( ), appelé opérateur de trace Théorème 87 Soit γ 0 l application trace de H 1 () dans L 2 ( ) Pour tous u, v H 1 (), on a l égalité (formule de Green) v(x) j u(x) dx = u(x) j v(x) dx γ 0 (v)(x ) γ 0 (u)(x ) ν j σ(dx ), où ν = (ν 1,, ν n ) est la normale unitaire à dirigée vers l intérieur de et où σ désigne la mesure naturelle sur 9

10 Théorème 88 ([4], Théorème 132, p 25) Soit γ 0 l application trace de H 1 () dans L 2 ( ) On a l égalité H 1 0 () = { u H 1 () γ0 (u) = 0 } Remarque Les résultats précédents s étendent au cas où la frontière est seulement C 1 par morceaux (penser au cas où est l intérieur d un rectangle de R 2 ou bien d un parallélépipède de R 3 ) 83 Cas de l espace H 2 Soit un ouvert de R n dont la frontière est assez régulière et soit u H 2 () En particulier, u est dans H 1 () et on peut donc définir sa trace γ 0 (u) sur le bord de l ouvert Les fonctions j u, pour 1 j n sont également dans H 1 () et on peut donc définir leurs traces γ 0 ( j u) sur le bord de On définit la dérivée normale intérieure de u le long de (au sens faible) par γ 1 (u) = n ν j γ 0 ( j u), j=1 et on utilisera également les notations ν u et u ν (comme ci-dessus, le vecteur normal unitaire le long de est dirigé vers l intérieur et noté ν = (ν 1,, ν n )) Si u, v H 2 () et si la frontière est assez régulière, on a la formule de Green v u dx = du, dv dx + (ν u) v σ(dx) 9 Théorèmes de compacité Théorème 91 (Théorème de Rellich, [3], Theorem 722 p 167) Soit un ouvert borné de R n Alors, l injection canonique j de H 1 0 () dans L 2 () est un opérateur compact Théorème 92 ([3], Theorem 726 p 171) Soit un ouvert borné de R n, de frontière de classe C 1 Alors, l injection canonique j de H 1 () dans L 2 () est un opérateur compact Remarque Remarquons qu il n y a aucune hypothèse sur la régularité du bord de dans le Théorème 91 Par contre, il existe des ouverts bornés non réguliers de R n pour lesquels l inclusion du Théorème 92 n est pas compacte (mais le théorème s étend au cas des domaines C 1 par morceaux) 10 Théorème de régularité Mentionnons le théorème de régularité Théorème 101 ([3], Theorem 726 p 171) Soit un ouvert borné de classe C 1 dans R n Pour m > k + n/2, il y a une injection continue de H m () dans C k () On pourra trouver une étude exhaustive des espaces de Sobolev dans [1] et des applications dans [3] et [4] (ce dernier ouvrage est orienté vers les applications numériques) 10

11 Références [1] Adams, RA Sobolev spaces, Academic Press 1975 [2] Brezis, Haïm Analyse fonctionnelle Théorie et Applications, Masson 1973 [3] Gilbarg, David Trudinger, Neil S Elliptic partial differential equations of second order, Grundlehren 224, Springer 1983 [4] Raviart, Pierre-Arnaud Thomas, Jean-Marie Introduction à l analyse numérique des équations aux dérivées partielles, Masson 1983 Pierre Bérard Institut Fourier UMR 5582 UJF CNRS www-fourierujf-grenoblefr/~pberard/notes_courshtml 11

202 - Exemples de parties denses et applications

202 - Exemples de parties denses et applications 202 - Exemples de parties denses et applications 1 Généralités et premiers exemples 1.1 Parties denses On xe un espace métrique (X, d). Dénition 1. Soit D X. On dit que D est dense dans X si D = X. Exemple.

Plus en détail

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle Chapitre 3 FORMULATION VARIATIONNELLE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 3.. Si f est une fonction continue sur [, ], montrer que l équation différentielle { d 2 u = f pour < x < dx 2 (3.) u() = u() =.

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Mathématiques des modèles multi-échelles. Frédéric Legoll et Mathieu Lewin

Mathématiques des modèles multi-échelles. Frédéric Legoll et Mathieu Lewin Mathématiques des modèles multi-échelles Frédéric Legoll et Mathieu Lewin Mars 213 Table des matières Introduction v 1 Rappels et compléments d analyse 1 1.1 Applications linéaires...........................

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

3 Equations de Laplace et de Poisson

3 Equations de Laplace et de Poisson 3 Equations de Laplace et de Poisson 3. Formule d intégration par parties Soit un domaine borné à bord régulier de classe C. On note ν = ν(x) le vecteur normal extérieur au point x. Pour toutes fonctions

Plus en détail

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1 Organisation du cours/ressources Un problème à rendre en petite classe avant les vacances de Noël Contrôle classant le lundi 20 janvier 2014 Documents

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Chapitre 5 ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 5.2.1 A l aide de l approche variationnelle démontrer l existence et l unicité de la solution de { u + u = f dans (5.1) u = 0 sur où est

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau.

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Gilles arbou.m.l.a Ecole Normale Supérieure de achan 61, avenue du Président Wilson 9435 achan edex Résumé. - On étudie les solutions

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Université de Provence, C.M.I. Master de Mathématiques. T.E.R Equations Elliptiques Couplées

Université de Provence, C.M.I. Master de Mathématiques. T.E.R Equations Elliptiques Couplées Université de Provence, C.M.I. Master de Mathématiques T.E.R Equations Elliptiques Couplées Vincent BLAIN, Alain DOURDIL Mars 2005 Table des matières Introduction Outils d Analyse 3. Espaces L p ().............................

Plus en détail

Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 2. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre L p et L q? Cette inclusion est-elle

Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 2. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre L p et L q? Cette inclusion est-elle ENS de Lyon TD 1 21/09/2015 M1 - Analyse Avancée Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 1. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre l p et l q? Cette inclusion est-elle continue?

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Distributions et applications. S 1925

Distributions et applications. S 1925 Distributions et applications. S 1925 Olivier Lafitte 12 1 Université de Paris XIII, Institut Galilée, 93 43 Villetaneuse Cedex 2 DM2S, Commissariat à l Energie Atomique, Centre d études de Saclay, 91

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples 208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples On se xe un corps K = R ou C. Tous les espaces vectoriels considérés auront K comme corps de base. 1 Généralités Remarque. Tout

Plus en détail

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 53 Fasc. 4 1996 EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N B. Khodja Résumé: Soit f une fonction numérique continue, localement lipschitzienne

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Chapitre 1 Topologie 1.1 Espaces topologiques 1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Définition 1 (Topologie) Une topologie T sur l ensemble X est une partie T P (X) vérifiant : L ensemble vide

Plus en détail

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 3-8- 213 J.F.C. Eve p. 1 ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 P mentionne des résultats particulièrement utiles et souvent oubliés dans la pratique de l algèbre bilinéaire... mentionne des erreurs à ne pas faire où des

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

Approximations variationnelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationnelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationnelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Euler 2D dans des domaines non réguliers

Euler 2D dans des domaines non réguliers Christophe Lacave Université de Paris Diderot (Paris VII), France partiellement en collaboration avec David Gérard-Varet (Paris VII) Math Horizon, Paris, 13 Décembre 2011 1 / 42 Plan de l exposé 1 Solution

Plus en détail

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre Année 2009-2010 ntégration et Probabilités Seconde Partie Cours de Mathématiques Takéo Takahashi Première Année FICM Semestre Table des matières 5 Indépendance et Convolution 3 5.1 Indépendance..............................................

Plus en détail

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

Analyse de Fourier. Sylvie Benzoni 1. 1 er juillet 2011. 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr

Analyse de Fourier. Sylvie Benzoni 1. 1 er juillet 2011. 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr Analyse de Fourier Sylvie Benzoni 1 1 er juillet 211 1 Université de Lyon / Lyon 1 / ICJ, benzoni@math.univ-lyon1.fr 2 Table des matières I Séries de Fourier 5 1 Introduction....................................

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Espaces métriques complets. Espaces de Banach

Espaces métriques complets. Espaces de Banach Chapitre 5 Espaces métriques complets. Espaces de Banach La droite réelle est complète, car toute suite numérique de Cauchy converge. Cette propriété n est plus vraie pour le corps des nombres rationneles,

Plus en détail

Mathématiques pour la Mécanique

Mathématiques pour la Mécanique Daniel Choï 1 LMNO Groupe Mécanique Modélisation Mathématique et Numérique Université de Caen, Bld Maréchal Juin, 14032 Caen Cedex, France Version Novembre 2008 1 choi@meca.unicaen.fr Avertissement Ce

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

Espaces vectoriels normés MP

Espaces vectoriels normés MP Espaces vectoriels normés MP 27 décembre 2012 Faites des dessins Table des matières 1 Espaces vectoriels normés 3 1.1 Normes, espaces normés................................. 3 1.2 Normes dans les espaces

Plus en détail

Préparation à l agrégation Année 2015/2016. Analyse Fonctionnelle. Arthur Leclaire

Préparation à l agrégation Année 2015/2016. Analyse Fonctionnelle. Arthur Leclaire ENS Cachan Mathématiques Préparation à l agrégation Année 2015/2016 Analyse Fonctionnelle Arthur Leclaire Références [B] H. Brézis. Analyse Fonctionnelle. Dunod, 1999. [CLF] A. Chambert-Loir, S. Fermigier,

Plus en détail

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach E extracta mathematicae Vol. 19, Núm. 2, 233 241 (2004) Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach R. El Harti Département de Mathématiques, Faculté des Sciences et Techniques Université

Plus en détail

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1 Université Lille I 00-0 Feuille Dans la suite D est un domaine de C, muni d une pseudo-métrique infinitésimale définie par un poids ρ. On note d la pseudo-distance induite. Exercice. On suppose ici que

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

AMPHI 2 : INTEGRATION. Chapitre 3. Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse

AMPHI 2 : INTEGRATION. Chapitre 3. Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse AMPHI 2 : INTEGRATION Chapitre 3 Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse L intégrale de Lebesgue (1902) A la base de l analyse fonctionnelle, socle mathématique de la mécanique

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

COURS OPTIMISATION. Cours en Master M1 SITN. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS OPTIMISATION. Cours en Master M1 SITN. Ionel Sorin CIUPERCA COURS OPTIMISATION Cours en Master M1 SITN Ionel Sorin CIUPERCA 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Quelques rappels de calcul différentiel, analyse convexe et extremum 5 2.1 Rappel calcul différentiel............................

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

Le fer à cheval de Smale

Le fer à cheval de Smale Le fer à cheval de Smale Selim GHAZOUANI, ENS Lyon Novembre 2010, Groupe de lecture dirigé par Alexey GLUSTYUK sur les systèmes dynamiques Le fer à cheval de Smale est un exemple de transformation continue

Plus en détail

Analyse Fonctionnelle. Vincent GUEDJ

Analyse Fonctionnelle. Vincent GUEDJ Analyse Fonctionnelle Vincent GUEDJ Résumé Ce texte rassemble des notes de cours et des exercices portant sur la première moitié du module Analyse fonctionnelle qui intervient au premier semestre du Master

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2 Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année Ionel Sorin CIUPERCA Le but de ce cours est d introduire un outil très utilisé dans la modélisation mathématique

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme...

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme... Maths PCSI Cours Espaces affines Table des matières 1 Espaces et sous-espaces affines 2 1.1 Espaces affines et translations.................................... 2 1.2 Exemples d espaces affines......................................

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004 Analyse II Cours de deuxième année donné à l Ecole normale supérieure de Lyon année universitaire 2003-2004 Cédric Villani Unité de Mathématiques Pures et Appliquées Ecole normale supérieure de Lyon 46

Plus en détail

Équations elliptiques semilinéaires avec, pour la non linéarité, une condition de signe et une dépendance sous quadratique par rapport au gradient

Équations elliptiques semilinéaires avec, pour la non linéarité, une condition de signe et une dépendance sous quadratique par rapport au gradient ANNALES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE TOULOUSE THIERRY GALLOUËT Équations elliptiques semilinéaires avec, pour la non linéarité, une condition de signe et une dépendance sous quadratique par rapport au

Plus en détail

Introduction aux processus de diffusion Pierre Priouret. Mode d emploi

Introduction aux processus de diffusion Pierre Priouret. Mode d emploi Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologies Mathématiques et applications. Deuxième année Spécialité Probabilités et applications. Filière Probabilités et Finances Année 24/25 1

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis. François Delarue

Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis. François Delarue Cours Statistiques L2 Université Nice Sophia-Antipolis François Delarue Table des matières Chapitre 1. Rappels de Probabilités 5 1. Espaces de probabilité et Variables aléatoires 5 2. Espérances et variances

Plus en détail

Analyse fonctionnelle

Analyse fonctionnelle Analyse fonctionnelle Pierron Théo ENS Ker Lann 2 Table des matières 1 Espaces vectoriels normés 1 1.1 Rappels.............................. 1 1.2 Fonctions continues sur un compact............... 3 1.3

Plus en détail

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques.

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Université Paris-Dauphine DU MI2E, 2ème année Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Cours 2010/2011 Olivier Glass Le polycopié qui suit peut avoir des différences

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Intégrales curvilignes et de surfaces

Intégrales curvilignes et de surfaces Intégrales curvilignes et de surfaces Fabrice Dodu FORMATION CONTINUE : DUT+3 DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES : INSA TOULOUSE 2-21 Version 1. Sommaire I Le cours 6 1 Intégrales curvilignes 8 1.1 Notions sur

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Systèmes dynamiques. Chapitre 1

Systèmes dynamiques. Chapitre 1 Chapitre 1 Systèmes dynamiques 1) Placement financier On dépose une quantité d argent u 0 à la banque à l instant t 0 = 0 et on place cet argent à un taux r > 0. On sait qu en vertu de la loi des intérêts

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Mathieu Fauvel. 19 janvier 2007

Mathieu Fauvel. 19 janvier 2007 Méthodes à Noyaux pour L analyse de Données Mathieu Fauvel gipsa-lab 19 janvier 2007 Mathieu Fauvel (gipsa-lab) Méthodes à Noyaux 19 janvier 2007 1 / 39 Introduction 1 Présentation Générale Les Données

Plus en détail

FONCTIONS CONVEXES. Chapitre 3. 3.1 Notations et définitions préliminaires

FONCTIONS CONVEXES. Chapitre 3. 3.1 Notations et définitions préliminaires Chapitre 3 FONCTIONS CONVEXES 3.1 Notations et définitions préliminaires L étude des fonctions convexes montrera que celles ci sont continues sur tout l intérieur de leur domaine de définition et qu elles

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Calcul intégral et probabilités. Université de La Rochelle

Calcul intégral et probabilités. Université de La Rochelle Calcul intégral et probabilités Frédéric Testard Université de La ochelle Agrégation externe - Calcul intégral et probabilité On donne ci-dessous le planning de la partie de l enseignement de calcul intégral

Plus en détail

CONVEXITÉ ET APPLICATIONS. Rozenn Texier-Picard picard@bretagne.ens-cachan.fr. ENS Cachan Bretagne / Université Rennes 1

CONVEXITÉ ET APPLICATIONS. Rozenn Texier-Picard picard@bretagne.ens-cachan.fr. ENS Cachan Bretagne / Université Rennes 1 CONVEXITÉ ET APPLICATIONS cours rédigé par Rozenn Texier-Picard picard@bretagne.ens-cachan.fr Préparation à l Agrégation ENS Cachan Bretagne / Université Rennes 1 1 2 INTRODUCTION Bien que la notion de

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Mini-Projet d analyse numérique du cours MAP 411 : Autour du flot de la chaleur pour les applications harmoniques

Mini-Projet d analyse numérique du cours MAP 411 : Autour du flot de la chaleur pour les applications harmoniques Mini-Projet d analyse numérique du cours MAP 411 : Autour du flot de la chaleur pour les applications harmoniques Sujet proposé par Antoine Hocquet 014-015 La partie numérique devra être envoyée à l adresse

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS 1 Définition et exemples fondamentaux 1.1 Définition Définition 1.1 Espace vectoriel Soient K un corps et E un ensemble muni d une loi interne + et d une loi externe. i.e. d une application

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS (1766-1834) dn(t)

Plus en détail

Les espaces vectoriels Partie 1

Les espaces vectoriels Partie 1 Les espaces vectoriels Partie 1 MPSI Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 1 er février 2016 1 Définition d un Espace Vectoriel Soit ( K,+, ) un corps commutatif (le programme impose K = R ou C).

Plus en détail