Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques medp-sobolev.tex (2001nov24)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)"

Transcription

1 Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles 1 Notations Soit O(R n ) un ouvert de R n On désignera par C 0 0() l ensemble des fonctions continues à support compact dans, C 0 0() = {f : R fcontinue et Supp(f) } Rappelons que le support Supp(f) d une fonction f continue sur est défini par Supp(f) = {x f(x) 0} Si la fonction f est mesurable sur le support est défini par x Supp(f) ω O x () tq f ω = 0 pp Soit 1 p On dit qu une fonction f : R appartient à L p loc () si f 1 K L p () pour tout compact K 2 Rappels d intégration Pour toute cette section, on renvoie à [2], Chapitre IV On rappelle (et on admettra) les résultats suivants Théorème 21 ([2], Théorème IV3, p 55) L espace C 0 0() est dense dans l espace L 1 (), c est à dire f L 1 (), ε > 0, f ε C 0 0() tq f f ε L 1 ε

2 Théorème 22 ([2], Théorèmes IV11, p 61 et IV14, p 63) Soit 1 p < et soit p l exposant conjugué de p, c est à dire tel que 1 p + 1 p = 1 (lorsque p = 1, p = ) Étant donnée ϕ (L p ) une forme linéaire continue sur L p (), il existe une et une seule fonction g L p () telle que f L p () ϕ(f) = fg De plus, on a ϕ (L p ) = g L p Théorème 23 ([2], Théorème IV13, p 62) Pour 1 p <, l espace L p () est séparable Remarque On prendra garde au fait que le dual de L ne coincide pas avec L 1 et que L n est pas séparable ([2], p 65 ff) La proposition suivante résulte du Théorème 21 ; son corollaire résulte du Théorème 22 Proposition 24 Soit f L 1 loc () Si uf = 0 pour toute fonction u C0 0(), alors f = 0 presque partout dans Corollaire 25 L espace C 0 0() est dense dans l espace L p () pour 1 p < Exercice 26 L espace C 0 0() est-il dense dans L ()? Soit un ouvert borné de R n, de frontière C 1 et de normale intérieure ν Soit X : R n un champ de vecteurs C 1 On a la formule de la divergence (1) div(x) dx = X, ν σ(dx), où σ désigne la mesure naturelle sur et où div(x) désigne la divergence du champ de vecteurs X, définie par au point x = (x 1,, x n ) div(x)(x) = X 1 x 1 (x) + + X n x n (x), De la formule de la divergence, on déduit la formule d intégration par parties (2) v(x) j u(x) dx = u(x) j v(x) dx u(x) v(x) ν j, σ(dx) pour deux fonctions u, v C 1 (), où j désigne la dérivée partielle par rapport à la j ème variable et où ν j est la j ème composante du vecteur normal unitaire ν = (ν 1,, ν n ) dirigée vers l intérieur de 2

3 3 Convolution et régularisation On rappelle, et on admettra, les résultats suivants (le premier résulte du théorème de Tonelli et du théorème de Fubini, le second découle du premier et de la définition du support) Théorème 31 ([2], Théorème IV15, p 66)Soient f L 1 (R n ) et g L p (R n ) avec 1 p Alors, pour presque tout x R n, la fonction y f(x y) g(y) est intégrable sur R n Si on pose (f g)(x) = f(x y) g(y) dy R n alors f g L p (R n ) et f g L p f L 1 g L p Proposition 32 ([2], Proposition IV18, p 68) Soient f L 1 (R n ) et g L p (R n ), 1 p Alors, Supp(f g) Supp(f) + Supp(g) Notations On note C k (), 0 k l espace vectoriel des fonctions dont les dérivées partielles d ordre inférieur ou égal à k existent et sont continues dans, On note C k 0 (), 0 k le sous-espace vectoriel des fonctions de C k (), à support compact dans (une fonction de C k 0 () s annule donc au voisinage de dans ) L espace C 0 (), que nous noterons également D(), s appelle l espace des fonctions test sur Remarque On a l inclusion C 0 () C 0 (R n ) et l égalité C 0 () = {u C 0 (R n ) Supp(u) } Exemples 33 1) Pour x = (x 1,, x n ) R n, posons x 2 = n j=1 x2 j La fonction (3) ϕ(x) = { exp ( ( x 2 1) 1) si x < 1, 0 si x 1, est une fonction test sur R n et on a Supp(ϕ) = B(0, 1) 2) Plus généralement, les fonctions ϕ a,ε définies par (4) ϕ a,ε (x) = ϕ( x a ), ε pour tout a R n et pour tout ε > 0, sont des fonctions test sur R n et Supp(ϕ a,ε ) = B(a, ε) Il résulte de l exemple précédent que D() est un espace vectoriel de dimension infinie 3

4 Proposition 34 Il existe une fonction ρ D(R n ) telle que ρ 0, (5) ρ(x) dx = 1, R n Supp(ρ) = B(0, 1) Notation Pour tout ε > 0, nous noterons ρ ε la fonction (6) ρ ε (x) = ε n ρ( x ε ) Notons que la fonction ρ ε est positive, à support la boule B(0, ε) et d intégrale 1 Notation Pour toute fonction u L 1 loc (Rn ), posons (7) u ε (x) = u ρ ε (x) = ε n u(y)ρ( x y R ε n ) dy = u(x εy)ρ(y) dy R n Théorème 35 (Théorème de régularisation et d approximation) (i) Soit u une fonction intégrable, nulle en dehors du compact K Alors, la fonction u ε appartient à D() dès que ε < δ = dist(k, R n \ ) Si, de plus, u est supposée continue alors u ε tend vers u uniformément quand ε tend vers 0 (ii) Soit u une fonction de L p (), 1 p <, alors, u ε tend vers u dans L p Remarque 36 Il résulte en particulier de ce théorème que l on peut remplacer C 0 0() par D() dans les énoncés de la Proposition 24 et du Corollaire 25 Notations Soit α N n un multi-entier, avec α = (α 1,, α n ) On note x α le monôme x α1 1 xαn n, de degré α = α α n, on note α ou x l opérateur de dérivation (d ordre α ) α x α 1 1 on note j l opérateur de dérivation x j 4 Notion de dérivée faible x αn n, Soient un ouvert de R n et α N n Soit u L 1 loc () On dit que la fonction v L1 loc () est la dérivée faible d ordre α de la fonction u si (8) f D(), u α f dx = ( 1) α v f dx Il résulte de la Remarque 36 que la fonction v, si elle existe, est déterminée de manière unique dans L 1 loc par la formule (8) Si la fonction u est de classe C α dans, on a immédiatement v = α u presque partout dans Dans le cas général, on écrira 4

5 v = α u au sens faible, ou bien v w = α u On dit qu une fonction u L 1 loc () est faiblement différentiable si elle admet des dérivées premières j u, 1 j n au sens faible On dit qu une fonction u L 1 loc () est k-fois faiblement différentiable, k 1, si elle admet des dérivées partielles d ordre inférieur ou égal à k au sens faible Exercice 41 Soit u(x) = x Montrer que cette fonction est dérivable au sens faible sur R et déterminer la dérivée faible Exercice 42 On appelle fonction de Heaviside la fonction Y : R R définie par { 1 si x > 0, Y (x) = 0 si x 0 La fonction de Heaviside est-elle faiblement dérivable sur R? Exercice 43 Soient u, v L 1 loc () Montrer que v w = α u si et seulement s il existe une suite {u m } de fonction C () telle que u m L 1 (ω) u, et α u m L 1 (ω) v 5 Espaces de Sobolev Notation Pour k N et 1 p <, introduisons l espace (9) C, k, p () = { u C () β u L p () pour tout β k }, et munissons le de la norme (10) u k,p = ( α k α u p L p ) 1/p Quand p = 2, cette norme provient d un produit scalaire Il y a deux manières classiques d introduire les espaces de Sobolev Définition 51 Pour tout k N et pour tout 1 p <, on définit l espace de Sobolev H k,p () comme étant le complété de l espace C, k, p () pour la norme k,p Pour tout k N et pour tout 1 p <, on définit l espace de Sobolev W k,p () comme (11) W k,p () = {u L p () α, α k, v α L p (), tq v α = α u au sens faible} 5

6 On a ainsi deux manières naturelles de définir les espaces de Sobolev Il se trouve que les deux définitions ci-dessus sont équivalentes Cela n a été découvert que relativement tardivement Plus précisément, on a le résultat suivant dû à N Meyers et J Serrin (1964), Théorème 52 ([3], Theorem 79, p 154) Pour tout ouvert de R n, pour tout k N et pour tout 1 p <, on a H k,p () = W k,p () Il est facile de voir que W k,p (), muni de la norme k,p, est un espace de Banach séparable et que H k,p () W k,p () La réciproque se démontre par régularisation 6 Les espaces H k Dans ce cours, nous nous limiterons au cas où p = 2 et nous utiliserons le Théorème 52 chaque fois que cela sera nécessaire Par commodité, nous introduisons la notation suivante Définition 61 Étant donné k N, nous désignerons par Hk () l espace de Sobolev (12) H k () = { u L 2 () α, α k, v α L 2 (), tq v α = α u au sens faible }, On introduit sur H k le produit scalaire (13) u, v k = α u, α v, α k et la norme associée u k = u, u k (ici,, désigne le produit scalaire usuel sur L 2 ()) Théorème 62 Soit un ouvert de R n et soit k N L espace H k () muni du produit scalaire (13) est un espace de Hilbert séparable Remarque L intérêt d avoir un espace séparable est de pouvoir construire une base hilbertienne dénombrable Exercices 63 1) Soit u : R R la fonction 0, si x 1, 1 + x, si 1 x 0, u(x) = 1 x, si 0 x 1, 0, si 1 x Montrer que u H 1 (R) Montrer que la fonction v = 1 u est dans H 1 ([ 2, 2]), mais qu elle n est pas dans H 1 (R) 2) Montrer que l on a l inclusion C 1 () H 1 () pour tout ouvert borné R n Plus généralement, montrer que si u C 1 () et si u, j u L 2 (), 1 j n, alors u H 1 () 6

7 3) Soit [a, b] un intervalle de R Montrer qu il existe une injection continue de H 1 (]a, b[) dans C 0 ([a, b]) 4) Pour 0 < a < 1 donné, on pose = B(0, a) R 2 Pour k > 0, on définit (sauf en 0) la fonction u : R par u(x, y) = ( ln x 2 + y 2 ) k Montrer que la fonction u est dans L 2 pour tout k > 0 et qu elle n admet pas de représentant continu sur Montrer que u H 1 () si k < 1/2 Déduire de ce qui précède que H 1 () C 0 () Proposition 64 Pour tout m N et pour tout α N n tel que α m, l opérateur de dérivation α est un opérateur linéaire continu de H m () dans H m α () Définition 65 Pour m N, on note H m 0 () l adhérence de D() dans H m () Exercices 66 1) Montrer que H 1 0 (]a, b[) H 1 (]a, b[) 2) Soient u H 1 () et f D() Montrer que f u H 1 0 () Théorème 67 Pour tout m N, l espace D(R n ) est dense dans H m (R n ) Autrement dit, H m 0 (R n ) = H m (R n ) Remarque borné de R n Nous montrerons dans la Section 7 que H 1 0 () H 1 () si est un ouvert Définition 68 Étant donnée u une fonction définie sur un ouvert R n, on note ũ la fonction qui prolonge u par 0 sur R n \ Proposition 69 Si u H m 0 (), alors ũ H m (R n ) 7 Inégalité de Poincaré L inégalité ci-dessous, dite inégalité de Poincaré, joue un rôle important dans l étude des problèmes variationnels Théorème 71 Soit un ouvert de R n, borné dans une direction Alors, il existe une constante C() > 0 telle que (14) u H 1 0 (), n u 0, C() j u 2 0, j=1 1/2 7

8 Remarque Le théorème précédent est faux pour H 1 () (prendre pour un domaine borné et pour u la fonction identiquement égale à 1) Ceci montre en particulier que les espaces H0 1 et H 1 sont distincts en général Corollaire 72 Soit un ouvert de R n, borné dans au moins une direction La semi-norme n u 1, = j u 2 0, j=1 est une norme sur H 1 0 (), équivalente à la norme 1 1/2 Remarque L inégalité de Poincaré permet d affirmer que la forme bilinéaire D() D() (u, v) du, dv dx est coercive Complément Dans le cas d un ouvert borné, on peut caractériser la meilleure constante C() dans l inégalité de Poincaré comme étant δ 1 () 1/2, où δ 1 () est la plus petite valeur propre du Laplacien avec condition de Dirichlet dans, (15) { u = λ u dans, u = 0 8 Théorèmes de trace Étant donnés un ouvert de R n et m N { }, nous introduisons les notations (16) C m () = { f : R 1 O(R n ), 1, f 1 C m ( 1 ) tq f 1 = f }, et (17) C m 0 () = { f : R 1 O(R n ), 1, f 1 C m 0 ( 1 ) tq f 1 = f } 81 Théorème de trace pour R n + et applications Dans cette section, nous traitons le cas où (18) { = R n + := {x = (x, x n ) = (x 1,, x n ) R n x n > 0}, Γ := = R n 1 {0} Proposition 81 L espace C 0 (R n +) est dense dans H 1 (R n +) 8

9 On peut bien-sûr parler de la trace d une fonction v de C 0 (R n +) sur R n 1 {0} : on définit γ 0 (v) par (19) γ 0 (v)(x ) = v(x, 0), pour tout x R n 1 Il est clair que l on a γ 0 (v) C 0 (R n 1 ) On a le lemme important suivant Lemme 82 Pour toute v C 0 (R n +), on a γ 0 (v) 0,R n 1 v 1,R n + Corollaire 83 L application γ 0 définie par (19) s étend en une application linéaire continue de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ), telle que v H 1 (R n +), γ 0 (v) 0,R n 1 v 1,R n + Remarque Nous utiliserons également la notation u R n + à la place de γ 0 (u) Théorème 84 Soit γ 0 l application trace de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ) Pour tous u et v dans H 1 (R n +), on a les égalités (formules de Green) R n + R n + v(x) j u(x) dx = R n + u(x) j v(x) dx, 1 j n 1, v(x) n u(x) dx = R n + u(x) n v(x) dx R n 1 γ 0 (v)(x ) γ 0 (u)(x ) dx Théorème 85 Soit γ 0 l application trace de H 1 (R n +) dans L 2 (R n 1 ) On a l égalité H 1 0 (R n +) = { u H 1 (R n +) γ 0 (u) = 0 } 82 Théorème de trace pour un ouvert et applications Nous admettrons le résultat suivant, dont la démonstration est plus technique, que difficile Théorème 86 ([4], Théorème 132, p 25) Soit un ouvert borné de R n dont la frontière est une sous-variété fermée de classe C k (avec k 1) et de dimension (n 1) Alors, C () est dense dans H 1 () et l application qui à v dans C () associe γ 0 (v) = v se prolonge en un opérateur linéaire continu γ 0 de H 1 () dans L 2 ( ), appelé opérateur de trace Théorème 87 Soit γ 0 l application trace de H 1 () dans L 2 ( ) Pour tous u, v H 1 (), on a l égalité (formule de Green) v(x) j u(x) dx = u(x) j v(x) dx γ 0 (v)(x ) γ 0 (u)(x ) ν j σ(dx ), où ν = (ν 1,, ν n ) est la normale unitaire à dirigée vers l intérieur de et où σ désigne la mesure naturelle sur 9

10 Théorème 88 ([4], Théorème 132, p 25) Soit γ 0 l application trace de H 1 () dans L 2 ( ) On a l égalité H 1 0 () = { u H 1 () γ0 (u) = 0 } Remarque Les résultats précédents s étendent au cas où la frontière est seulement C 1 par morceaux (penser au cas où est l intérieur d un rectangle de R 2 ou bien d un parallélépipède de R 3 ) 83 Cas de l espace H 2 Soit un ouvert de R n dont la frontière est assez régulière et soit u H 2 () En particulier, u est dans H 1 () et on peut donc définir sa trace γ 0 (u) sur le bord de l ouvert Les fonctions j u, pour 1 j n sont également dans H 1 () et on peut donc définir leurs traces γ 0 ( j u) sur le bord de On définit la dérivée normale intérieure de u le long de (au sens faible) par γ 1 (u) = n ν j γ 0 ( j u), j=1 et on utilisera également les notations ν u et u ν (comme ci-dessus, le vecteur normal unitaire le long de est dirigé vers l intérieur et noté ν = (ν 1,, ν n )) Si u, v H 2 () et si la frontière est assez régulière, on a la formule de Green v u dx = du, dv dx + (ν u) v σ(dx) 9 Théorèmes de compacité Théorème 91 (Théorème de Rellich, [3], Theorem 722 p 167) Soit un ouvert borné de R n Alors, l injection canonique j de H 1 0 () dans L 2 () est un opérateur compact Théorème 92 ([3], Theorem 726 p 171) Soit un ouvert borné de R n, de frontière de classe C 1 Alors, l injection canonique j de H 1 () dans L 2 () est un opérateur compact Remarque Remarquons qu il n y a aucune hypothèse sur la régularité du bord de dans le Théorème 91 Par contre, il existe des ouverts bornés non réguliers de R n pour lesquels l inclusion du Théorème 92 n est pas compacte (mais le théorème s étend au cas des domaines C 1 par morceaux) 10 Théorème de régularité Mentionnons le théorème de régularité Théorème 101 ([3], Theorem 726 p 171) Soit un ouvert borné de classe C 1 dans R n Pour m > k + n/2, il y a une injection continue de H m () dans C k () On pourra trouver une étude exhaustive des espaces de Sobolev dans [1] et des applications dans [3] et [4] (ce dernier ouvrage est orienté vers les applications numériques) 10

11 Références [1] Adams, RA Sobolev spaces, Academic Press 1975 [2] Brezis, Haïm Analyse fonctionnelle Théorie et Applications, Masson 1973 [3] Gilbarg, David Trudinger, Neil S Elliptic partial differential equations of second order, Grundlehren 224, Springer 1983 [4] Raviart, Pierre-Arnaud Thomas, Jean-Marie Introduction à l analyse numérique des équations aux dérivées partielles, Masson 1983 Pierre Bérard Institut Fourier UMR 5582 UJF CNRS www-fourierujf-grenoblefr/~pberard/notes_courshtml 11

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Notes de cours M2 Équations aux dérivées partielles elliptiques. Hervé Le Dret

Notes de cours M2 Équations aux dérivées partielles elliptiques. Hervé Le Dret Notes de cours M2 Équations aux dérivées partielles elliptiques Hervé Le Dret 4 mars 2010 2 Table des matières 1 Rappels en tous genres 7 1.1 Les théorèmes de convergence de Lebesgue............ 7 1.2

Plus en détail

Cours de Master 1ère année Filière : Ingénierie Mathématique à Toulouse. Approximation des équations aux dérivées partielles, 24h de cours, 24h de TDs

Cours de Master 1ère année Filière : Ingénierie Mathématique à Toulouse. Approximation des équations aux dérivées partielles, 24h de cours, 24h de TDs Cours de Master 1ère année Filière : Ingénierie Mathématique à Toulouse Approximation des équations aux dérivées partielles, 24h de cours, 24h de TDs Marie Hélène Vignal Université Paul Sabatier, UPS,

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Introduction à la. Points Critiques. Otared Kavian. et Applications aux Problèmes Elliptiques. Springer-Verlag

Introduction à la. Points Critiques. Otared Kavian. et Applications aux Problèmes Elliptiques. Springer-Verlag Otared Kavian Introduction à la Théorie des Points Critiques et Applications aux Problèmes Elliptiques Springer-Verlag Berlin Heidelberg NewYork London Paris Tokyo Hong Kong Barcelona Budapest Avant propos

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

4 Espaces topologiques vectoriels

4 Espaces topologiques vectoriels 4 Espaces topologiques vectoriels Il existe des exemples importants d espaces vectoriels pour lesquels la notion naturelle de convergence n est pas engendrée par une norme. C est le cas, par exemple, de

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Introduction à la méthode des éléments finis

Introduction à la méthode des éléments finis ÉCOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS Introduction à la méthode des éléments finis Michel KERN 1 2004 2005 S3733 / S3735 1 Inria, Rocquencourt, BP 105, 78153 Le Chesnay, Michel.Kern@inria.fr 2

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 211-212 JPV Lycée international de Valbonne Sophia-Antipolis E-mail address: jean-paul.vincent@prepas.org 3 Résumé. Ce fascicule développe le programme officiel

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM365 Intégration 2 Année 2011 12 Théorie de la Mesure et Intégration Amaury Lambert 1 1. Responsable de l UE. Mél : amaury.lambert@upmc.fr

Plus en détail

Régularité des Solutions d EDPs Elliptiques : Inégalité de Caccioppoli

Régularité des Solutions d EDPs Elliptiques : Inégalité de Caccioppoli République Algérienne Démocratique et Populaire Université Abou Bekr Belkaïd - Tlemcen Faculté des Sciences Département de Mathématiques Projet de fin d études pour l obtention du diplôme de Master. Option

Plus en détail

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. 203-204 Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris, SAMM) Email: bardet@univ-paris.fr Page oueb: http://samm.univ-paris.fr/-jean-marc-bardet-

Plus en détail

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours MSUR T INTÉGRATION N UN DIMNSION Notes de cours André Giroux Département de Mathématiques et Statistique Université de Montréal Mai 2004 Table des matières 1 INTRODUCTION 2 1.1 xercices.............................

Plus en détail

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires M. Bergounioux & E. Trélat MAPMO Université d Orléans Journées du GDR - MOA Porquerolles 19-21 Octobre

Plus en détail

Produits d espaces mesurés

Produits d espaces mesurés Chapitre 7 Produits d espaces mesurés 7.1 Motivation Au chapitre 2, on a introduit la mesure de Lebesgue sur la tribu des boréliens de R (notée B(R)), ce qui nous a permis d exprimer la notion de longueur

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions de plusieurs variables Bernard Ycart Ce chapitre contient des techniques que vous utiliserez très souvent en physique, mais les justifications

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles

Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles Espaces de Sobolev et introduction aux équations aux dérivées partielles A. Munnier 1 Institut Élie Cartan 27-28 1 Maître de conférences, Institut Élie Cartan, Université Henri Poincaré, Nancy 1, B.P.

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Équations aux Dérivées Partielles. Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic

Équations aux Dérivées Partielles. Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic Équations aux Dérivées Partielles Pedro Ferreira et Sylvie Mas-Gallic 11 décembre 21 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Exemple d une équation aux dérivées partielles........... 3 1.2 Rappels sur

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie

Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie Gabriel Fraisse et Sylvie Viguier-Pla Université de Perpignan, IUT, Domaine d Auriac, Carcassonne Laboratoire de Statistique et Probabilités,

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Les séries de Fourier

Les séries de Fourier . Les séries de Fourier Daniel Perrin La raison d être de ce cours est la présence des séries de Fourier au programme de nombreuses sections de BTS (électronique, optique, etc.) et, partant, au programme

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES par Jean-Pierre Puel 1. Introduction Pourquoi équations aux dérivées partielles et pourquoi contrôle? Les équations aux dérivées partielles, associées à certaines

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Algèbre Linéaire. Victor Lambert. 24 septembre 2014

Algèbre Linéaire. Victor Lambert. 24 septembre 2014 Algèbre Linéaire Victor Lambert 24 septembre 2014 Table des matières 1 Généralités 2 1.1 Espaces vectoriels............................ 2 1.2 Applications linéaires.......................... 4 1.3 Familles

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Scientifique (ECS) Discipline : Mathématiques- Informatique Seconde année Ministère de l enseignement

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Cours de mathématiques ECS 1 ère année. BÉGYN Arnaud

Cours de mathématiques ECS 1 ère année. BÉGYN Arnaud Cours de mathématiques ECS 1 ère année BÉGYN Arnaud 12/11/2012 2 Introduction Ce manuscrit regroupe des notes de cours de mathématiques pour une classe d ECS première année. J ai écris ces notes lors de

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option Economique

MATHEMATIQUES Option Economique Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires MATHEMATIQUES Option Economique La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail