ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER"

Transcription

1 ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008

2 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique Statut (privé-public) Type de l établissement (CHU, CH, CHS, HL, PSPH, Ets privé à but lucratif) Nombre de lits et places (préciser la répartition des lits par activité, non par service (MCO, SSR, USLD)) Nombre de sites (de l ES et leur éloignement s il y a lieu) Activités principales (par exemple ; existence d une seule activité ou d une activité dominante) Activités spécifiques (urgences, soins ambulatoire, consultations externes spécialisées, hospitalisation sous contrainte, etc ) Sec Secteurs faisant l objet d une reconnaissance externe de la qualité Centre Hospitalier Ville : Saint Nicolas de Port Département : 54 Public CH Région : LORRAINE Psychiatrie 45 lits et 45 places SSR 50 lits SLD 90 lits Hors champs de la certification : Hébergement de personnes âgées (154 lits), SSIAD (50 lits) 1 site principal, 3 CMP (centres médicaux psychologiques), 2 maisons de retraite, 1 SSIAD Activités psychiatriques et gériatriques et SSR polyvalent Psychiatrie de secteur, y compris HO et 3 CMP hors de l ES Unité pour patients dépendants en cours de mise en place SSIAD Page 2 sur 21

3 Coopération avec d autres établissement (GCS, SIH, conventions ) Origine géographique des patients (attractivité) Transformations récentes (réalisées ou projetées, ou projets de restructuration) Réseau ONCOLOR (oncologie) depuis 2000 Institut régional de réadaptation UGECAM depuis 2002 Astreinte pharmaceutique avec le Centre Hospitalier de Lunéville Consultations «mémoire» depuis 2004 avec le CH de Lunéville Prévention et suivi psychiatrique auprès de résidants de maisons de retraite et foyers spécialisés de Ludres, Rosières aux Salines, Neuves-Maisons Prise en charge des urgences psychiatriques avec le CHU de Nancy depuis 1999 Réseau EVALOR pour l EPP Réseau gérontologique régional Pour la psychiatrie, patients essentiellement du secteur 54G07 ( habitants) Pour le SSR et le SLD, essentiellement les communes environnantes (70 %) et le reste du département. Origine hors département pour 2-3 % des patients. Restructuration du site intra hospitalier de psychiatrie Reconstruction du SSR Identification de l activité «soins palliatifs» Mise en réseau informatique Mise en place (en cours) d une unité pour personnes dépendantes Ouverture d un secteur de Cohorting ERV de 13 lits du 15 octobre 2007 au 15 février 2008 dans le cadre d un partenariat avec l Agence Régionale de l Hospitalisation de Lorraine et le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy (pris en charge de patients colonisés par le Virus Résistant à la Vancomycine) Page 3 sur 21

4 PARTIE 2 RAPPEL DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Certification avec suivi Au vu des éléments contenus dans le rapport de certification issu des résultats de l auto-évaluation et de la visite sur site, la HAS prononce une certification avec suivi. Le suivi est assuré par un rapport de suivi transmis par l établissement dans un délai de 14 mois qui porte sur les points suivants : - Formaliser une politique globale du dossier patient (4 e) ; - Garantir une identification fiable et unique du patient (22 a, 22 b, 22 c) ; - Elaborer, mettre en place et évaluer un dossier du patient sur l ensemble des services (24 a, 24 c, 24 d) ; - Formaliser, mettre en place et évaluer la traçabilité de la réflexion bénéfices-risques dans tous les dossiers du patient (29 d) ; - Assurer la traçabilité de l information donnée au patient et le recueil de son consentement (31 c, 31 d, 31 e). Par ailleurs la HAS invite l établissement à poursuivre sa démarche d amélioration de la qualité sur les points suivants : - Formaliser et mettre en œuvre un système de management de la qualité (13 b, 13 c, 13 f) ; - Garantir la traçabilité de la prise médicamenteuse per os dans les unités de psychiatrie (36 c) ; - Evaluer la gestion du dossier patient (49 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation du programme d amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques (50 a, 50 b, 50 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation de la satisfaction du patient et de son entourage (51 a, 51 b, 51 c, 51 d). Page 4 sur 21

5 PARTIE 3 CONSTATS Décision : Formaliser une politique globale du dossier patient (04 e) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 4e : Une politique du dossier patient est définie afin d assurer la qualité et la continuité des soins Définition d une politique du dossier du patient en cohérence avec les orientations stratégiques (Présent :, EN Lors de la visite initiale de certification, cette politique n était pas arrêtée. Depuis, le CPOM datant de mars 2007, mentionne dans une annexe, 4 axes nécessaires au développement et à la mise en œuvre de la politique globale du dossier du patient. Un dossier «papier» patient partagé a été mis en place en mars 2008 et concerne la totalité des services de soins et d hébergement. La mise en œuvre du dossier patient partagé a été inscrite dans les objectifs du plan pluriannuel d amélioration de la qualité validé par les instances compétentes. Enfin, un projet d informatisation du dossier patient figure parmi les orientations du Schéma Directeur du Système d Information d Etablissement Ainsi, des éléments concernant le dossier patient partagé apparaissent dans plusieurs documents (CPOM, schéma directeur du SI, plan pluriannuel d amélioration de la qualité et de la gestion des risques) mais l établissement n a pas rédigé un document unique de la politique du dossier, rassemblant tous les aspects de mise en œuvre du dossier partagé et son application. B Page 5 sur 21

6 Association des différents professionnels et instances dans son élaboration (instances ou groupes de travail sur le dossier du patient) Politique favorisant la confidentialité, la fiabilité, l accessibilité et le stockage des informations ainsi que la coordination des professionnels et des secteurs d activité L établissement a impliqué différents professionnels et les instances dans l élaboration et la mise en œuvre du dossier patient partagé, grâce au groupe projet multidisciplinaire et représentatif des différents secteurs concernés. Une expérimentation du dossier patient partagé et des évaluations (sur le dossier et sur le diagramme de soins) ont été réalisées auprès des utilisateurs (aides-soignants, infirmiers, médecin). La CME a été régulièrement informée sur les propositions et travaux réalisés, et a été force de propositions sur l ensemble de la démarche et plus particulièrement sur la constitution du dossier et sur les modalités d archivage. La fiabilité des informations est favorisée par l identification unique du dossier (NPP : numéro patient permanent) et la mise en œuvre du dossier partagé s appliquant à la totalité des services de soins et d hébergement. L établissement a rédigé la première version d un guide d utilisation du dossier patient destiné à l ensemble des acteurs concernés. Ce document rappelle les obligations des professionnels en matière du respect de la confidentialité. Ce guide précise par ailleurs les notions de responsabilité en matière de conservation et de communication du dossier. Page 6 sur 21

7 Décision : Garantir une identification fiable et unique du patient (22 a, 22 b, 22 c) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22a : Une politique d identification du patient est définie Existence d un état des lieux portant sur le recensement des modalités, des besoins et des dysfonctionnements liés à l identification du patient : gestion de la base patient (doublon, perte de données, etc.), documents et dispositifs nominatifs utilisés (tubes de prélèvement, pièces du dossier, etc.), moyens spécifiques d identification du patient. Existence d une politique d identification Identification des responsables (Présent :, EN Les besoins en matière d identification du patient ont fait l objet d un recensement préalable décrit notamment dans le cahier des charges de l appel d offre concernant le renouvellement du logiciel du bureau des mouvements. Ce logiciel est en concordance avec les principes et les objectifs énoncés dans de la charte d identification du patient de l établissement. A partir de ce serveur, le système permet la création et la gestion d une identification unique et permanente (création d un Numéro Patient Permanent) en temps réel. La politique d identification définie s applique à tous les services et à toutes les activités. Elle s appuie sur la création et l utilisation d un identifiant unique et permanent. A cet égard, des connexions ont été réalisées entre le serveur d identité et le logiciel de Valorisation de l Activité en Psychiatrie, le logiciel de PMSI en SSR et le logiciel du circuit du médicament, pour garantir une identification unique et fiable. Elles permettent d intégrer l activité des structures extérieures en psychiatrie ou les consultations mémoire en SSR. Ces différentes applications récupèrent l identification générée à l entrée par le serveur d identités. La charte d identification du patient a prévu deux instances chargées de l application et du suivi de la politique d identification : - l autorité de gestion des identifications (AGI) - la cellule d identito-vigilance (CIV) B Page 7 sur 21

8 La composition et les différentes missions de ces deux instances ont été définies et la désignation des différents membres est en cours. Dans l attente, un groupe pluridisciplinaire (responsable administratif, responsable informatique, secrétaire médicale, médecin chef de service, cadre supérieur de santé, responsable qualité) s assure des bonnes conditions de la mise en œuvre de la politique d identification plus précisément pour ce qui concerne l identification relevant de l activité ambulatoire. Page 8 sur 21

9 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22b : Des procédures de contrôle de l identification du patient sont mises en œuvre Existence de procédures permettant de contrôler l identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge Organisation permettant leur diffusion et leur mise en œuvre impliquant personnels administratifs et soignants Evaluation de leur mise en œuvre (Présent :, EN NON En semaine, l identification du patient est gérée par le bureau des mouvements lors de chaque admission (création d un NPP à chaque admission initiale et édition d étiquettes). En cas d admission d un patient déjà connu, le système procède à une recherche d antériorité et effectue une reprise automatique des informations concernant ce patient. Le week-end, pour garantir une identification en temps réel lors d hospitalisations non programmées en psychiatrie, cette mission est déléguée au personnel des unités d hospitalisation de ce service. Une procédure (écrite en octobre 2007) relative à la saisie simplifiée des mouvements en psychiatrie permet une identification du patient dès son entrée dans le service et l édition d étiquettes comportant le NPP. L établissement n a pas répondu à cet élément d appréciation, cependant il est précisé que le personnel infirmier a bénéficié d une formation sur site délivrée par le bureau des mouvements. Un audit portant sur l utilisation du dossier patient est prévu (pas de date précisée). Une évaluation de la procédure relative à la saisie simplifiée des mouvements en psychiatrie est programmée (pas de date précisée). C Page 9 sur 21

10 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22c : Lorsque l établissement échange des données personnelles avec une autre structure sanitaire, il veille à mettre en concordance les identités que les deux structures utilisent (rapprochement). (Présent :, EN Existence de modalités de mise en concordance des identités lors des échanges de données Modalités de suivi et d évaluation NON L établissement n échange pas pour l instant de données informatiques personnelles de santé avec le système d information d autres structures sanitaires. En cas de transfert d un patient vers un autre établissement de santé, une fiche de liaison est identifiée à l aide d une étiquette patient. En cas de besoin, le bureau des mouvements peut éditer une fiche d identification «dossier administratif» et des bulletins de situation à partir du serveur d identité. En cas d analyses de biologie médicale, les demandes et les tubes sont identifiés à l aide d une étiquette patient. L établissement ne présente pas de modalités de suivi et d évaluation. C Page 10 sur 21

11 Décision : Elaborer, mettre en place et évaluer un dossier du patient sur l ensemble des services (24 a, 24 c, 24 d) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24a : Les règles de tenue du dossier du patient sont connues des différents intervenants. Outils élaborés (guide, procédures, etc.) précisant le contenu du dossier (pièces définies par la réglementation) ainsi que sa tenue. Information des professionnels sur les règles de tenue du dossier Mise en œuvre de ces règles par les différents intervenants Evaluation de l utilisation de ces règles (Présent :, EN NON Un guide détaillé, destiné aux différents professionnels concernés, regroupe l ensemble des informations nécessaires à l utilisation et à la tenue du dossier du patient. Il précise notamment le contenu conformément à la réglementation, les responsabilités, les modalités d utilisation. Il est disponible et consultable dans tous les services. Ce guide a fait l objet d une présentation aux différents utilisateurs. Le nouveau dossier patient partagé commun à tous les services est opérationnel depuis mars Un plan de communication a été élaboré en lien avec la direction des soins et le service qualité pour accompagner la mise en place du dossier patient partagé autour de la présentation du guide d utilisation. Deux réunions plénières destinées à l ensemble des utilisateurs ont été organisées. L établissement n a pas répondu à cet élément d appréciation. Les nouvelles règles étant très récentes, il n est pas possible de se prononcer sur cette mise en œuvre. L audit sur le dossier patient permettra d y répondre. Un audit portant sur l utilisation du dossier patient est prévu (pas de date précisée). B Page 11 sur 21

12 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24c : Les règles de conservation du dossier du patient sont connues des professionnels concernés. Définition des règles de conservation applicables au dossier du patient. Identification des professionnels concernés. Information et/ou formation des professionnels concernés. Implication des instances et des responsables de secteur dans le dispositif. (Présent :, EN Des règles de conservation du dossier sont énoncées dans le guide d utilisation. Elles sont définies pour la conservation du dossier pendant et après le séjour du patient. Après le séjour, les dossiers sont archivés et centralisés dans un local d archives unique, adapté et sécurisé. Ce regroupement a été totalement réalisé pour les dossiers anciennement archivés dans le service SLD, il est en cours d achèvement pour les dossiers du service SSR. Si le guide d utilisation rappelle que le dossier du patient pendant le séjour se trouve dans un local fermé et accessible uniquement aux personnels autorisés et identifiés dans ce même guide, la procédure précise les conditions et les modalités d accès aux archives médicales de l établissement et notamment les personnels concernés. L information relative aux règles de conservation du dossier est disponible auprès des professionnels dans tous les services. (mise à disposition du guide d utilisation et de la procédure relative à l accès aux archives médicale). Ces règles ont été rappelées à l occasion de la présentation du dossier patient partagé au personnel. Les différents chefs de services ont été sollicités quant aux hypothèses possibles en matière d archivage à partir des réflexions du groupe de travail «classement et accessibilité» et la CME a finalement adopté au cours d un vote le principe d une centralisation et d un classement des archives médicales à partir de la généralisation des modalités d archivage actuellement en cours en psychiatrie. A Page 12 sur 21

13 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24d : Les professionnels connaissent leurs responsabilités dans la préservation de la confidentialité des données personnelles. Identification des professionnels concernés par la préservation de la confidentialité des données et traduction de cette contrainte en termes de responsabilités (fiches de fonction, fiches de poste, etc.) Identification des règles de préservation de la confidentialité en fonction des activités et des besoins (lois, règlement, circuits de gestion du dossier, communication intersecteurs, destruction, demandes des patients ou de l entourage, etc.) Organisation d une communication et/ou d une formation adaptées aux professionnels concernés (Présent :, EN Les professionnels concernés par la préservation de la confidentialité des données personnelles sont identifiés. Les experts avaient constaté lors de la visite initiale que dans certaines unités, des dossiers étaient classés dans des armoires non fermées à clefs ; les règles de conservation du dossier énoncées dans le guide d utilisation, prévoient que pendant le séjour, le dossier du patient est rangé dans le service dans une armoire ou un chariot sécurisé se trouvant dans un local fermé, accessible uniquement au personnel autorisé. A cet égard, des travaux et des investissements nécessaires ont été réalisés afin de garantir ce principe. Le système de fermeture des armoires destinées à la conservation des dossiers du service de psychiatrie a été revu (pose de serrures sur les armoires en psychiatrie) et une sécurisation de l accès des bureaux infirmiers en SLD à été réalisée (utilisation de cartes magnétique pour le personnel autorisé). Les règles de préservation de la confidentialité sont identifiées, notamment dans la charte de l information médicale, dans la procédure relative à l accès au dossier médical. La communication sur la préservation de la confidentialité est réalisée à l occasion de chaque entretien de recrutement par les cadres supérieurs de santé et par le biais d un livret d accueil du personnel hospitalier (FHF). A Page 13 sur 21

14 Décision : Formaliser, mettre en place et évaluer la traçabilité de la réflexion bénéfices-risques dans tous les dossiers du patient (29 d) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En psychiatrie il existe des échanges hebdomadaires formalisés «réunions cliniques» réunissant les différents professionnels. Les questions soulevées comme les orientations thérapeutiques sont tracées dans un compte rendu de réunion. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. PSY C Page 14 sur 21

15 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En SSR, des réunions de synthèse pluridisciplinaires au cours desquelles sont évoqués différents problèmes (médicaux sociaux ) ont lieu chaque semaine. Les conclusions émanant de ces réunions sont désormais tracées dans le dossier des patients concernés par le médecin du service. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. SSR C Page 15 sur 21

16 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En SLD la majorité des résidants accueillis présentent le plus souvent des troubles cognitifs ne permettant pas de participer à l élaboration de leur projet de soins. L information est alors transmise à une personne référente (le plus souvent un membre de la famille), la trace de cette information apparait systématiquement dans le dossier. Au moment des transmissions, des échanges permettent des réajustements des prises en charge. Ces modifications font l objet d une trace dans le dossier. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. SLD C Page 16 sur 21

17 Décision : Assurer la traçabilité de l information donnée au patient et le recueil de son consentement (31 c, 31 d, 31 e) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31c : Le patient désigne les personnes qu il souhaite voir informées. Information du patient sur la possibilité de designer une personne à informer (personne à prévenir, personne de confiance) Existence d une organisation et de supports d information (livret d accueil, recueil des coordonnées, possibilité de révocation, etc.) Traçabilité dans le dossier (Présent :, EN Pour toute hospitalisation, le patient a la possibilité de désigner une personne de confiance. Les modalités et les conditions de cette désignation sont précisées dans la procédure «désignation de la personne de confiance» du 30 avril Ce dispositif a fait l objet d une première évaluation à partir d un audit réalisé en septembre Cette évaluation montre que la procédure est inégalement appliquée selon les services. Les raisons évoquées sont la difficulté de mise en œuvre du fait de la population accueillie. Plusieurs axes d amélioration ont été retenus et une prochaine évaluation sera conduite en L organisation et l utilisation des différents supports nécessaires à son application et à l information sont décrites dans la procédure précitée. Un formulaire est présenté au patient, ce document comporte un extrait de la loi du 04 mars 2002 relative aux droits du malade. Deux autres formulaires son prévus, le premier en cas de refus de désignation le second en cas de révocation. Les formulaires de désignation, de refus ou de révocation sont classés et conservés dans le dossier, et les coordonnées de la personne de confiance en cas de désignation sont tracées dans la première page du dossier patient. L'audit de septembre 2007 montre que la traçabilité dans le dossier du patient n est pas systématique. PSY, SSR, SLD B Page 17 sur 21

18 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31d : Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est requis pour toute pratique le concernant. Information préalable à la demande de consentement (bénéfice-risque, degré d urgence, alternatives et conséquences prévisibles en cas de refus, etc.). Identification du représentant légal. Recueil systématique et traçabilité du consentement éclairé. (Présent :, EN Le patient ou son représentant est systématiquement informé des actes le concernant. La traçabilité de la recherche de consentement est actuellement réalisée pour le dépistage VIH et les situations particulières nécessitant le consentement du patient ont été identifiées par le groupe de travail. Ces situations devront faire l objet de procédures spécifiques prévoyant la traçabilité dans tous les dossiers. Dans le nouveau dossier patient, et plus précisément sur la première page intitulée «renseignements généraux» doit obligatoirement figurer l identification du représentant légal (personne à prévenir, personne de confiance, tuteur ou curateur). Ces éléments sont recueillis et transcrits lors de l entretien d admission. Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est recherché mais ne fait pas encore systématiquement l objet d une traçabilité dans le dossier du patient. PSY, SSR, SLD C Le groupe de travail «bénéfices-risques et consentement» a prévu dans ses objectifs la définition de modalités de recueil et de traçabilité du consentement. Page 18 sur 21

19 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31e : Un consentement éclairé du patient est formalisé dans les situations particulières Information préalable du patient et de son représentant légal, le cas échéant, à la demande de consentement (bénéfice-risque, degré d urgence, alternatives et conséquences prévisibles en cas de refus, etc.). Recueil écrit systématique du consentement éclairé dans les situations particulières (recherche biomédicale, chirurgie plastique, autorisation parentale en cas de patient mineur, autorisation pour un patient majeur protégé, etc.). Existence d une procédure formalisée de recueil du consentement pour un dépistage VIH, ou de consultation du registre des refus pour un prélèvement d organe ou de tissus, etc. (Présent :, EN La réflexion menée par le groupe de travail «bénéficerisque» a dans un premier temps permis d identifier, au niveau des différents services, les principales situations pour lesquelles il s agira de formaliser un consentement. Lors d un dépistage VIH, le patient ou son représentant est informé et son consentement requis. Ces informations sont tracées et conservées dans le dossier. Le service de psychiatrie, qui peut parfois accueillir des patients mineurs, dispose d un enregistrement «autorisation de soins pour enfant mineur». Ce document est signé par le représentant de l autorité parentale puis conservé dans le dossier. En cas de besoin, le responsable légal d un incapable majeur est contacté. Cette démarche fait l objet d un écrit dans le dossier du patient sous forme d une observation médicale, infirmière ou sociale. Lors des essais cliniques réalisés par le service SSR concernant des patients ambulatoires, le consentement fait l objet d un document écrit conservé dans le dossier du suivi de l étude. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation concernant l application de ces règles. L établissement a formalisé une procédure de recueil du consentement d un patient en cas de dépistage VIH. Cette procédure précise l obligation pour un médecin de recueillir le consentement du patient après lui avoir délivré une information claire en cas de nécessité d un dépistage VIH. La traçabilité de cette information est assurée à l aide d un formulaire conservé dans le dossier du patient. PSY, SSR, SLD C Page 19 sur 21

20 Connaissance des professionnels concernant les situations nécessitant un consentement formalisé. La procédure relative au recueil du consentement lors d un dépistage VIH a fait l objet d une diffusion et d une information dans les différents services. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation quant à la connaissance des professionnels concernant les situations nécessitant un consentement formalisé. Page 20 sur 21

21 PARTIE 4 DECISIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE Certification Au vu des éléments mentionnés dans le présent additif au rapport de certification issus du rapport de suivi, la HAS prononce la certification. La HAS invite l établissement à poursuivre sa démarche d amélioration de la qualité sur les points suivants : - Formaliser et mettre en œuvre un système de management de la qualité (13 b, 13 c, 13 f), - 22 b (Des procédures de contrôle de l identification du patient sont mises en œuvre) ; 22 c (Lorsque l établissement échange des données personnelles avec une autre structure sanitaire, il veille à mettre en concordance les identités que les deux structures utilisent (rapprochement), - 29 d, PSY, SSR, SLD (La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient), - 31 d, PSY, SSR, SLD (Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est requis pour toute pratique le concernant) ; 31 e (Un consentement éclairé du patient est formalisé dans les situations particulières), - Garantir la traçabilité de la prise médicamenteuse per os dans les unités de psychiatrie (36 c), - Evaluer la gestion du dossier patient (49 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation du programme d amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques (50 a, 50 b, 50 c), - Mettre en place une politique d évaluation de la satisfaction du patient et de son entourage (51 a, 51 b, 51 c, 51 d). Page 21 sur 21

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES Place du Professeur Debré 30029 NÎMES CEDEX 9 Mai 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE PLACE DU CHAMP DE FOIRE 16110 La Rochefoucauld France Démarche

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Raoul Pignard, Directeur Général et Délégué Régional FHF Dominique Rochelle, Responsable Système d Information RETOUR D EXPÉRIENCE DU CH DE CHARTRES

Raoul Pignard, Directeur Général et Délégué Régional FHF Dominique Rochelle, Responsable Système d Information RETOUR D EXPÉRIENCE DU CH DE CHARTRES Raoul Pignard, Directeur Général et Délégué Régional FHF Dominique Rochelle, Responsable Système d Information RETOUR D EXPÉRIENCE DU CH DE CHARTRES Sommaire Présentation CH Chartres Constat Lancement

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Fabrice Dubost fabrice.dubost@ujf-grenoble.fr BDGL TIS2 2008/2009 - F Dubost 1 Cadre pédagogique Objectifs : connaître les différents

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER. 411 Grande Rue 74930 REIGNIER

RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER. 411 Grande Rue 74930 REIGNIER RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER 411 Grande Rue 74930 REIGNIER Mars 2010 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT...4 PARTIE 1 DÉMARCHE QUALITÉ ET CERTIFICATION 5 I Historique

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DE LA RÉGION MANTAISE. 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MANTES-LA-JOLIE

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DE LA RÉGION MANTAISE. 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MANTES-LA-JOLIE RPPORT DE CERTIFICTION DE L POLYCLINIQUE DE L RÉGION MNTISE 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MNTES-L-JOLIE Février 2007 S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 5 Chapitre IV Évaluations et dynamiques

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé?

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? P.FRESSY, Cellule Qualité, Vigilances et Gestion des risques liés aux soins, ARS d Auvergne Ambert 2011 L identitovigilance? De quoi parlons

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard

AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD. Frank Girard AUTOMATISATION DE LA DISPENSATION NOMINATIVE DANS LES EHPAD Frank Girard 33 emes journées ACPPHOS Saint Jean d Angely le 14 Novembre 2013 Contexte Prérequis Objectifs Choix de l automate Bilan Contexte

Plus en détail

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS

INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS INTÉRÊT DE L APPROCHE MARKETING HOSPITALIER POUR COMMUNIQUER AUPRÈS DES MÉDECINS Jean-Mathieu DEFOUR, Directeur Centre Hospitalier Ariège-Couserans 2nde Journée Internationale du Marketing Santé Vendredi

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Retour d expérience CHU de Nîmes CAREMEAU - MCO 853 lits - SSR 182 lits - Psy 110 lits SERRE CAVALIER - SLD, EHPAD 500 lits 1845 lits

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE CONTI. 13-15, Avenue de Paris 95290 L ISLE-ADAM

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE CONTI. 13-15, Avenue de Paris 95290 L ISLE-ADAM RPPORT DE CERTIFICTION DE L CLINIQUE CONTI 13-15, venue de Paris 95290 L ISLE-DM Septembre 2008 HS/Rapport de certification 2 e procédure V2007 PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT...4 PRTIE 1 DÉMRCHE QULITÉ

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS

COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS RESTITUTION DE L ENQUETE REGIONALE SUR LA SÉCURITÉ DES SYSTEMES D INFORMATION EN SANTÉ CRSSIS Poitou-Charentes Vincent PASCASSIO GCS Esanté Poitou-Charentes Le 16 décembre

Plus en détail

EOHH inter établissements en Bretagne

EOHH inter établissements en Bretagne EOHH inter établissements en Bretagne Une politique régionale et territoriale 1 Programme régional de LIN 2001 Coopération hygiène inter établissements A l initiative d un groupe ARH/ DRASS/réseau régional

Plus en détail

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque ² SERVICE DE LA CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque V2014 Septembre 2015 Haute Autorité de santé Service Certification des Établissements

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 Centre de Soins de Suite et de Réadaptation 87430 Verneuil sur Vienne Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 «Analyse de la pertinence des prescriptions conditionnelles de paracétamol

Plus en détail

MON PARCOURS PROFESSIONNEL MES PRINCIPALES REALISATIONS

MON PARCOURS PROFESSIONNEL MES PRINCIPALES REALISATIONS Marie -Noëlle GERAIN BREUZARD Directeur d'hôpital hors classe 5 ème échelon- hors échelle B bis 3 ème chevron Agrément Classe fonctionnelle-2010 55 ans Mariée, un enfant de 20 ans Coordonnées professionnelles

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT

PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT PROCEDURE SUR DEMANDE D UN TIERS OU EN CAS DE PERIL IMMINENT Thème ANCIENNES DISPOSITIONS NOUVELLES DISPOSITIONS Appellation Hospitalisation sur demande d un tiers Soins psychiatriques sur demande d un

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Janvier 2015 La HAS est l auteur de ce document. Ce document, comme l ensemble des publications, est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Fondation Saint-François Haguenau. Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident)

Fondation Saint-François Haguenau. Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident) Fondation Saint-François Haguenau Établissement MCO Structure HAD Centres de soins infirmiers (Réseau Handident) Pourquoi une démarche ISO Qu est-ce que ISO? Comment appliquer cette norme dans un établissement

Plus en détail

Más información, consultar en la web de EURES. Nº referencia nacional 4881594 (Francia)

Más información, consultar en la web de EURES. Nº referencia nacional 4881594 (Francia) Pôle Gériatrique Val de Marne (Île de France) Le pôle gériatrique Val de Marne ( SSRSLD91) comporte des lits d hospitalisation de plus de 24 heures dont 44 lits de court séjour gériatrique, 377 lits de

Plus en détail

EXPÉRIENCE DU GCS PHARMACIE

EXPÉRIENCE DU GCS PHARMACIE Les Coopérations Hospitalières APHAL Mardi 4 Juin 2013 - Strasbourg EXPÉRIENCE DU GCS PHARMACIE DE GUEBWILLER Anne-Cécile Michallat Pharmacien TRANSFORMATION DU GCS 1 er janvier 2012 GCS Florival Harth

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Résultat de l enquête «Archives hospitalières 2006»

Résultat de l enquête «Archives hospitalières 2006» Résultat de l enquête «Archives hospitalières 2006» L e Centre National de l Expertise Hospitalière, en partenariat avec la société a lancé une étude sur les archives hospitalières et leurs indicateurs

Plus en détail

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014 Présentation du Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent et du Centre de Référence des Troubles du Langage et des Apprentissages du CHU de Clermont-Ferrand Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

Programme Hôpital numérique

Programme Hôpital numérique Programme Hôpital numérique Boite à outils pour l atteinte des pré-requis Fiches pratiques Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire 1. LE PROGRAMME HOPITAL NUMERIQUE... 3 2. LE SOCLE

Plus en détail

Version synthétique des rapports de certification. Méthodologie. (Janvier 2010)

Version synthétique des rapports de certification. Méthodologie. (Janvier 2010) Version synthétique des rapports de certification Méthodologie (Janvier 2010) RAPPEL DU CONTEXTE 2 RAPPEL DU CONTEXTE La HAS en quelques mots La Haute Autorité de santé (HAS) est une autorité publique

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE DE CHIRURGIE AMBULATOIRE DES HAUTS-D AVIGNON. 275, avenue Charles-de-Gaulle 30133 LES ANGLES

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE DE CHIRURGIE AMBULATOIRE DES HAUTS-D AVIGNON. 275, avenue Charles-de-Gaulle 30133 LES ANGLES RPPORT DE CERTIFICTION DU CENTRE DE CHIRURGIE MBULTOIRE DES HUTS-D VIGNON 275, avenue Charles-de-Gaulle 30133 LES NGLES Janvier 2008 S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 5 Chapitre III Prise

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION

ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION AFN ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET LA RECONVERSION ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER ACCOMPAGNEMENT DANS LE RECLASSEMENT PROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale

CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale 1 CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale I. Montet, J.-P Salvarelli, J.-C Pénochet, J. Trévidic. Discutée du 10 février au 18 mars, la loi HPST votée à l

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Formation. Spécial Sud. Gouvernance. Management. Management. JuriSanté. Risques. Facturation. Pharmacie. Qualité Concours. Finances.

Formation. Spécial Sud. Gouvernance. Management. Management. JuriSanté. Risques. Facturation. Pharmacie. Qualité Concours. Finances. psy Spécial Sud Management Information médicale Facturation Contrôle de gestion Activités médico-techniques Pharmacie Ressources humaines Hygiène Management des pôles Développement durable Qualité Concours

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Le Centre Hospitalier de Maubeuge Présentation 300 lits MCO,

Plus en détail

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand Unité Mobile de Gériatrie : Quel(s) rôle(s) en EHPAD? «Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand UMG : Quelques

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

LA GESTION DES LITS EN HÔPITAL

LA GESTION DES LITS EN HÔPITAL DOSSIER SPÉCIAL Sham Repères n 07 - OCT/NOV. 13 LA GESTION DES LITS EN HÔPITAL UN VÉRITABLE ENJEU POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ + 17 M En 2010, plus de 17 millions de personnes franchissaient la porte

Plus en détail

la newsletter de la e-santé en Martinique - La e-santé en marche - M. Yvon Marie-Sainte Directeur du GCS SIS Martinique

la newsletter de la e-santé en Martinique - La e-santé en marche - M. Yvon Marie-Sainte Directeur du GCS SIS Martinique la newsletter de la e-santé en Martinique ÉDITION #6 Juin - La e-santé en marche - édito a marqué une étape importante de la e-santé en Martinique. Un nouveau projet, innovant par sa technologie, par son

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais Livret d accueil Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 PRESENTATION DE L HOSPITALISATION A DOMICILE MBC Hospitalisation à Domicile Mauges

Plus en détail

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 1 Le GCS Télésanté Lorraine La télésanté en lorraine Groupement de Coopération Sanitaire créé en

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le CHU de Toulouse assure 4 missions : le Soin, la Prévention, l Enseignement, la Recherche 4 ème CHU de France!180 000 patients hospitalisés!500 000 consultants!118

Plus en détail

Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse

Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse Gérer les risques Automatiser la délivrance nominative des médicaments Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse J. Jouglen P. Cestac HOMERUS Historique (2004-2010) Pôle

Plus en détail

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR

Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Lits identifiés ou l identité des Soins Palliatifs à La Marteraye : une approche originale des LISP en SSR Journée Mondiale des Soins Palliatifs 9 octobre 2013 Dr Aurélie Laurent-Baraldi La Marteraye Centre

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

FOURNITURE, INSTALLATION, MISE EN SERVICE ET MAINTENANCE

FOURNITURE, INSTALLATION, MISE EN SERVICE ET MAINTENANCE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE POUR FOURNITURE, INSTALLATION, MISE EN SERVICE ET MAINTENANCE D UN LOGICIEL DE GESTION DU CIRCUIT DE PRESCRIPTION, FABRICATION, ADMINISTRATION DES POCHES DE NUTRITION PARENTERALE

Plus en détail

Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet)

Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet) Sophie TRAMIER (Contrôleur de gestion, CH de Montfavet) Présentation I - Démarche DGOS Un Nouveau guide Complété par des fiches techniques II - Réalisation des fiches Déroulement du travail Liste des fiches

Plus en détail

PRÉSENTATION TECHNIQUE DES LOGICIELS AGRÉÉS «AUDIPOG» - version 2014 -

PRÉSENTATION TECHNIQUE DES LOGICIELS AGRÉÉS «AUDIPOG» - version 2014 - Association des Utilisateurs de Dossiers Informatisés en Pédiatrie, Obstétrique et Gynécologie PRÉSENTATION TECHNIQUE DES LOGICIELS AGRÉÉS «AUDIPOG» - version 2014 - AUDIPOG Faculté de médecine Lyon Est

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail