ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER"

Transcription

1 ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER 3, rue du Jeu de Paume SAINT NICOLAS DE PORT Juin 2008

2 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique Statut (privé-public) Type de l établissement (CHU, CH, CHS, HL, PSPH, Ets privé à but lucratif) Nombre de lits et places (préciser la répartition des lits par activité, non par service (MCO, SSR, USLD)) Nombre de sites (de l ES et leur éloignement s il y a lieu) Activités principales (par exemple ; existence d une seule activité ou d une activité dominante) Activités spécifiques (urgences, soins ambulatoire, consultations externes spécialisées, hospitalisation sous contrainte, etc ) Sec Secteurs faisant l objet d une reconnaissance externe de la qualité Centre Hospitalier Ville : Saint Nicolas de Port Département : 54 Public CH Région : LORRAINE Psychiatrie 45 lits et 45 places SSR 50 lits SLD 90 lits Hors champs de la certification : Hébergement de personnes âgées (154 lits), SSIAD (50 lits) 1 site principal, 3 CMP (centres médicaux psychologiques), 2 maisons de retraite, 1 SSIAD Activités psychiatriques et gériatriques et SSR polyvalent Psychiatrie de secteur, y compris HO et 3 CMP hors de l ES Unité pour patients dépendants en cours de mise en place SSIAD Page 2 sur 21

3 Coopération avec d autres établissement (GCS, SIH, conventions ) Origine géographique des patients (attractivité) Transformations récentes (réalisées ou projetées, ou projets de restructuration) Réseau ONCOLOR (oncologie) depuis 2000 Institut régional de réadaptation UGECAM depuis 2002 Astreinte pharmaceutique avec le Centre Hospitalier de Lunéville Consultations «mémoire» depuis 2004 avec le CH de Lunéville Prévention et suivi psychiatrique auprès de résidants de maisons de retraite et foyers spécialisés de Ludres, Rosières aux Salines, Neuves-Maisons Prise en charge des urgences psychiatriques avec le CHU de Nancy depuis 1999 Réseau EVALOR pour l EPP Réseau gérontologique régional Pour la psychiatrie, patients essentiellement du secteur 54G07 ( habitants) Pour le SSR et le SLD, essentiellement les communes environnantes (70 %) et le reste du département. Origine hors département pour 2-3 % des patients. Restructuration du site intra hospitalier de psychiatrie Reconstruction du SSR Identification de l activité «soins palliatifs» Mise en réseau informatique Mise en place (en cours) d une unité pour personnes dépendantes Ouverture d un secteur de Cohorting ERV de 13 lits du 15 octobre 2007 au 15 février 2008 dans le cadre d un partenariat avec l Agence Régionale de l Hospitalisation de Lorraine et le Centre Hospitalier Universitaire de Nancy (pris en charge de patients colonisés par le Virus Résistant à la Vancomycine) Page 3 sur 21

4 PARTIE 2 RAPPEL DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Certification avec suivi Au vu des éléments contenus dans le rapport de certification issu des résultats de l auto-évaluation et de la visite sur site, la HAS prononce une certification avec suivi. Le suivi est assuré par un rapport de suivi transmis par l établissement dans un délai de 14 mois qui porte sur les points suivants : - Formaliser une politique globale du dossier patient (4 e) ; - Garantir une identification fiable et unique du patient (22 a, 22 b, 22 c) ; - Elaborer, mettre en place et évaluer un dossier du patient sur l ensemble des services (24 a, 24 c, 24 d) ; - Formaliser, mettre en place et évaluer la traçabilité de la réflexion bénéfices-risques dans tous les dossiers du patient (29 d) ; - Assurer la traçabilité de l information donnée au patient et le recueil de son consentement (31 c, 31 d, 31 e). Par ailleurs la HAS invite l établissement à poursuivre sa démarche d amélioration de la qualité sur les points suivants : - Formaliser et mettre en œuvre un système de management de la qualité (13 b, 13 c, 13 f) ; - Garantir la traçabilité de la prise médicamenteuse per os dans les unités de psychiatrie (36 c) ; - Evaluer la gestion du dossier patient (49 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation du programme d amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques (50 a, 50 b, 50 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation de la satisfaction du patient et de son entourage (51 a, 51 b, 51 c, 51 d). Page 4 sur 21

5 PARTIE 3 CONSTATS Décision : Formaliser une politique globale du dossier patient (04 e) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 4e : Une politique du dossier patient est définie afin d assurer la qualité et la continuité des soins Définition d une politique du dossier du patient en cohérence avec les orientations stratégiques (Présent :, EN Lors de la visite initiale de certification, cette politique n était pas arrêtée. Depuis, le CPOM datant de mars 2007, mentionne dans une annexe, 4 axes nécessaires au développement et à la mise en œuvre de la politique globale du dossier du patient. Un dossier «papier» patient partagé a été mis en place en mars 2008 et concerne la totalité des services de soins et d hébergement. La mise en œuvre du dossier patient partagé a été inscrite dans les objectifs du plan pluriannuel d amélioration de la qualité validé par les instances compétentes. Enfin, un projet d informatisation du dossier patient figure parmi les orientations du Schéma Directeur du Système d Information d Etablissement Ainsi, des éléments concernant le dossier patient partagé apparaissent dans plusieurs documents (CPOM, schéma directeur du SI, plan pluriannuel d amélioration de la qualité et de la gestion des risques) mais l établissement n a pas rédigé un document unique de la politique du dossier, rassemblant tous les aspects de mise en œuvre du dossier partagé et son application. B Page 5 sur 21

6 Association des différents professionnels et instances dans son élaboration (instances ou groupes de travail sur le dossier du patient) Politique favorisant la confidentialité, la fiabilité, l accessibilité et le stockage des informations ainsi que la coordination des professionnels et des secteurs d activité L établissement a impliqué différents professionnels et les instances dans l élaboration et la mise en œuvre du dossier patient partagé, grâce au groupe projet multidisciplinaire et représentatif des différents secteurs concernés. Une expérimentation du dossier patient partagé et des évaluations (sur le dossier et sur le diagramme de soins) ont été réalisées auprès des utilisateurs (aides-soignants, infirmiers, médecin). La CME a été régulièrement informée sur les propositions et travaux réalisés, et a été force de propositions sur l ensemble de la démarche et plus particulièrement sur la constitution du dossier et sur les modalités d archivage. La fiabilité des informations est favorisée par l identification unique du dossier (NPP : numéro patient permanent) et la mise en œuvre du dossier partagé s appliquant à la totalité des services de soins et d hébergement. L établissement a rédigé la première version d un guide d utilisation du dossier patient destiné à l ensemble des acteurs concernés. Ce document rappelle les obligations des professionnels en matière du respect de la confidentialité. Ce guide précise par ailleurs les notions de responsabilité en matière de conservation et de communication du dossier. Page 6 sur 21

7 Décision : Garantir une identification fiable et unique du patient (22 a, 22 b, 22 c) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22a : Une politique d identification du patient est définie Existence d un état des lieux portant sur le recensement des modalités, des besoins et des dysfonctionnements liés à l identification du patient : gestion de la base patient (doublon, perte de données, etc.), documents et dispositifs nominatifs utilisés (tubes de prélèvement, pièces du dossier, etc.), moyens spécifiques d identification du patient. Existence d une politique d identification Identification des responsables (Présent :, EN Les besoins en matière d identification du patient ont fait l objet d un recensement préalable décrit notamment dans le cahier des charges de l appel d offre concernant le renouvellement du logiciel du bureau des mouvements. Ce logiciel est en concordance avec les principes et les objectifs énoncés dans de la charte d identification du patient de l établissement. A partir de ce serveur, le système permet la création et la gestion d une identification unique et permanente (création d un Numéro Patient Permanent) en temps réel. La politique d identification définie s applique à tous les services et à toutes les activités. Elle s appuie sur la création et l utilisation d un identifiant unique et permanent. A cet égard, des connexions ont été réalisées entre le serveur d identité et le logiciel de Valorisation de l Activité en Psychiatrie, le logiciel de PMSI en SSR et le logiciel du circuit du médicament, pour garantir une identification unique et fiable. Elles permettent d intégrer l activité des structures extérieures en psychiatrie ou les consultations mémoire en SSR. Ces différentes applications récupèrent l identification générée à l entrée par le serveur d identités. La charte d identification du patient a prévu deux instances chargées de l application et du suivi de la politique d identification : - l autorité de gestion des identifications (AGI) - la cellule d identito-vigilance (CIV) B Page 7 sur 21

8 La composition et les différentes missions de ces deux instances ont été définies et la désignation des différents membres est en cours. Dans l attente, un groupe pluridisciplinaire (responsable administratif, responsable informatique, secrétaire médicale, médecin chef de service, cadre supérieur de santé, responsable qualité) s assure des bonnes conditions de la mise en œuvre de la politique d identification plus précisément pour ce qui concerne l identification relevant de l activité ambulatoire. Page 8 sur 21

9 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22b : Des procédures de contrôle de l identification du patient sont mises en œuvre Existence de procédures permettant de contrôler l identification du patient à toutes les étapes de sa prise en charge Organisation permettant leur diffusion et leur mise en œuvre impliquant personnels administratifs et soignants Evaluation de leur mise en œuvre (Présent :, EN NON En semaine, l identification du patient est gérée par le bureau des mouvements lors de chaque admission (création d un NPP à chaque admission initiale et édition d étiquettes). En cas d admission d un patient déjà connu, le système procède à une recherche d antériorité et effectue une reprise automatique des informations concernant ce patient. Le week-end, pour garantir une identification en temps réel lors d hospitalisations non programmées en psychiatrie, cette mission est déléguée au personnel des unités d hospitalisation de ce service. Une procédure (écrite en octobre 2007) relative à la saisie simplifiée des mouvements en psychiatrie permet une identification du patient dès son entrée dans le service et l édition d étiquettes comportant le NPP. L établissement n a pas répondu à cet élément d appréciation, cependant il est précisé que le personnel infirmier a bénéficié d une formation sur site délivrée par le bureau des mouvements. Un audit portant sur l utilisation du dossier patient est prévu (pas de date précisée). Une évaluation de la procédure relative à la saisie simplifiée des mouvements en psychiatrie est programmée (pas de date précisée). C Page 9 sur 21

10 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 22c : Lorsque l établissement échange des données personnelles avec une autre structure sanitaire, il veille à mettre en concordance les identités que les deux structures utilisent (rapprochement). (Présent :, EN Existence de modalités de mise en concordance des identités lors des échanges de données Modalités de suivi et d évaluation NON L établissement n échange pas pour l instant de données informatiques personnelles de santé avec le système d information d autres structures sanitaires. En cas de transfert d un patient vers un autre établissement de santé, une fiche de liaison est identifiée à l aide d une étiquette patient. En cas de besoin, le bureau des mouvements peut éditer une fiche d identification «dossier administratif» et des bulletins de situation à partir du serveur d identité. En cas d analyses de biologie médicale, les demandes et les tubes sont identifiés à l aide d une étiquette patient. L établissement ne présente pas de modalités de suivi et d évaluation. C Page 10 sur 21

11 Décision : Elaborer, mettre en place et évaluer un dossier du patient sur l ensemble des services (24 a, 24 c, 24 d) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24a : Les règles de tenue du dossier du patient sont connues des différents intervenants. Outils élaborés (guide, procédures, etc.) précisant le contenu du dossier (pièces définies par la réglementation) ainsi que sa tenue. Information des professionnels sur les règles de tenue du dossier Mise en œuvre de ces règles par les différents intervenants Evaluation de l utilisation de ces règles (Présent :, EN NON Un guide détaillé, destiné aux différents professionnels concernés, regroupe l ensemble des informations nécessaires à l utilisation et à la tenue du dossier du patient. Il précise notamment le contenu conformément à la réglementation, les responsabilités, les modalités d utilisation. Il est disponible et consultable dans tous les services. Ce guide a fait l objet d une présentation aux différents utilisateurs. Le nouveau dossier patient partagé commun à tous les services est opérationnel depuis mars Un plan de communication a été élaboré en lien avec la direction des soins et le service qualité pour accompagner la mise en place du dossier patient partagé autour de la présentation du guide d utilisation. Deux réunions plénières destinées à l ensemble des utilisateurs ont été organisées. L établissement n a pas répondu à cet élément d appréciation. Les nouvelles règles étant très récentes, il n est pas possible de se prononcer sur cette mise en œuvre. L audit sur le dossier patient permettra d y répondre. Un audit portant sur l utilisation du dossier patient est prévu (pas de date précisée). B Page 11 sur 21

12 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24c : Les règles de conservation du dossier du patient sont connues des professionnels concernés. Définition des règles de conservation applicables au dossier du patient. Identification des professionnels concernés. Information et/ou formation des professionnels concernés. Implication des instances et des responsables de secteur dans le dispositif. (Présent :, EN Des règles de conservation du dossier sont énoncées dans le guide d utilisation. Elles sont définies pour la conservation du dossier pendant et après le séjour du patient. Après le séjour, les dossiers sont archivés et centralisés dans un local d archives unique, adapté et sécurisé. Ce regroupement a été totalement réalisé pour les dossiers anciennement archivés dans le service SLD, il est en cours d achèvement pour les dossiers du service SSR. Si le guide d utilisation rappelle que le dossier du patient pendant le séjour se trouve dans un local fermé et accessible uniquement aux personnels autorisés et identifiés dans ce même guide, la procédure précise les conditions et les modalités d accès aux archives médicales de l établissement et notamment les personnels concernés. L information relative aux règles de conservation du dossier est disponible auprès des professionnels dans tous les services. (mise à disposition du guide d utilisation et de la procédure relative à l accès aux archives médicale). Ces règles ont été rappelées à l occasion de la présentation du dossier patient partagé au personnel. Les différents chefs de services ont été sollicités quant aux hypothèses possibles en matière d archivage à partir des réflexions du groupe de travail «classement et accessibilité» et la CME a finalement adopté au cours d un vote le principe d une centralisation et d un classement des archives médicales à partir de la généralisation des modalités d archivage actuellement en cours en psychiatrie. A Page 12 sur 21

13 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 24d : Les professionnels connaissent leurs responsabilités dans la préservation de la confidentialité des données personnelles. Identification des professionnels concernés par la préservation de la confidentialité des données et traduction de cette contrainte en termes de responsabilités (fiches de fonction, fiches de poste, etc.) Identification des règles de préservation de la confidentialité en fonction des activités et des besoins (lois, règlement, circuits de gestion du dossier, communication intersecteurs, destruction, demandes des patients ou de l entourage, etc.) Organisation d une communication et/ou d une formation adaptées aux professionnels concernés (Présent :, EN Les professionnels concernés par la préservation de la confidentialité des données personnelles sont identifiés. Les experts avaient constaté lors de la visite initiale que dans certaines unités, des dossiers étaient classés dans des armoires non fermées à clefs ; les règles de conservation du dossier énoncées dans le guide d utilisation, prévoient que pendant le séjour, le dossier du patient est rangé dans le service dans une armoire ou un chariot sécurisé se trouvant dans un local fermé, accessible uniquement au personnel autorisé. A cet égard, des travaux et des investissements nécessaires ont été réalisés afin de garantir ce principe. Le système de fermeture des armoires destinées à la conservation des dossiers du service de psychiatrie a été revu (pose de serrures sur les armoires en psychiatrie) et une sécurisation de l accès des bureaux infirmiers en SLD à été réalisée (utilisation de cartes magnétique pour le personnel autorisé). Les règles de préservation de la confidentialité sont identifiées, notamment dans la charte de l information médicale, dans la procédure relative à l accès au dossier médical. La communication sur la préservation de la confidentialité est réalisée à l occasion de chaque entretien de recrutement par les cadres supérieurs de santé et par le biais d un livret d accueil du personnel hospitalier (FHF). A Page 13 sur 21

14 Décision : Formaliser, mettre en place et évaluer la traçabilité de la réflexion bénéfices-risques dans tous les dossiers du patient (29 d) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En psychiatrie il existe des échanges hebdomadaires formalisés «réunions cliniques» réunissant les différents professionnels. Les questions soulevées comme les orientations thérapeutiques sont tracées dans un compte rendu de réunion. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. PSY C Page 14 sur 21

15 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En SSR, des réunions de synthèse pluridisciplinaires au cours desquelles sont évoqués différents problèmes (médicaux sociaux ) ont lieu chaque semaine. Les conclusions émanant de ces réunions sont désormais tracées dans le dossier des patients concernés par le médecin du service. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. SSR C Page 15 sur 21

16 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 29d : La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient. Définition des responsabilités des professionnels en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque Trace dans le dossier d une réflexion bénéfice-risque lors de l élaboration du projet thérapeutique Trace d une discussion multidisciplinaire, le cas échéant (Présent :, EN L établissement explique que la réflexion bénéfice-risque est menée entre un médecin et son patient ou résulte d échanges lors de réunions d équipes pluridisciplinaires. Cependant la responsabilité en matière de traçabilité de la réflexion bénéfice risque n est ni retrouvée dans le guide relatif aux règles d utilisation du dossier patient ni présentée dans un autre document de l établissement. Lors de l arrivée d un patient ou d un résidant, un entretien est organisé avec le médecin afin de l informer sur son état de santé et les soins qui lui sont proposés. La trace de cet entretien est formalisée par écrit dans le dossier patient «rubrique observations médicales» Cette information est régulièrement complétée tout au long du séjour en fonction des différentes évolutions. L établissement n a pas évalué cet aspect, ce qui ne permet pas de comparer avec le constat des experts lors de la visite initiale (la trace de la réflexion était alors peu retrouvée dans les dossiers). En SLD la majorité des résidants accueillis présentent le plus souvent des troubles cognitifs ne permettant pas de participer à l élaboration de leur projet de soins. L information est alors transmise à une personne référente (le plus souvent un membre de la famille), la trace de cette information apparait systématiquement dans le dossier. Au moment des transmissions, des échanges permettent des réajustements des prises en charge. Ces modifications font l objet d une trace dans le dossier. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation de la traçabilité. SLD C Page 16 sur 21

17 Décision : Assurer la traçabilité de l information donnée au patient et le recueil de son consentement (31 c, 31 d, 31 e) - Appréciation par la HAS de la situation de l établissement compte tenu du rapport de suivi transmis par l établissement Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31c : Le patient désigne les personnes qu il souhaite voir informées. Information du patient sur la possibilité de designer une personne à informer (personne à prévenir, personne de confiance) Existence d une organisation et de supports d information (livret d accueil, recueil des coordonnées, possibilité de révocation, etc.) Traçabilité dans le dossier (Présent :, EN Pour toute hospitalisation, le patient a la possibilité de désigner une personne de confiance. Les modalités et les conditions de cette désignation sont précisées dans la procédure «désignation de la personne de confiance» du 30 avril Ce dispositif a fait l objet d une première évaluation à partir d un audit réalisé en septembre Cette évaluation montre que la procédure est inégalement appliquée selon les services. Les raisons évoquées sont la difficulté de mise en œuvre du fait de la population accueillie. Plusieurs axes d amélioration ont été retenus et une prochaine évaluation sera conduite en L organisation et l utilisation des différents supports nécessaires à son application et à l information sont décrites dans la procédure précitée. Un formulaire est présenté au patient, ce document comporte un extrait de la loi du 04 mars 2002 relative aux droits du malade. Deux autres formulaires son prévus, le premier en cas de refus de désignation le second en cas de révocation. Les formulaires de désignation, de refus ou de révocation sont classés et conservés dans le dossier, et les coordonnées de la personne de confiance en cas de désignation sont tracées dans la première page du dossier patient. L'audit de septembre 2007 montre que la traçabilité dans le dossier du patient n est pas systématique. PSY, SSR, SLD B Page 17 sur 21

18 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31d : Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est requis pour toute pratique le concernant. Information préalable à la demande de consentement (bénéfice-risque, degré d urgence, alternatives et conséquences prévisibles en cas de refus, etc.). Identification du représentant légal. Recueil systématique et traçabilité du consentement éclairé. (Présent :, EN Le patient ou son représentant est systématiquement informé des actes le concernant. La traçabilité de la recherche de consentement est actuellement réalisée pour le dépistage VIH et les situations particulières nécessitant le consentement du patient ont été identifiées par le groupe de travail. Ces situations devront faire l objet de procédures spécifiques prévoyant la traçabilité dans tous les dossiers. Dans le nouveau dossier patient, et plus précisément sur la première page intitulée «renseignements généraux» doit obligatoirement figurer l identification du représentant légal (personne à prévenir, personne de confiance, tuteur ou curateur). Ces éléments sont recueillis et transcrits lors de l entretien d admission. Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est recherché mais ne fait pas encore systématiquement l objet d une traçabilité dans le dossier du patient. PSY, SSR, SLD C Le groupe de travail «bénéfices-risques et consentement» a prévu dans ses objectifs la définition de modalités de recueil et de traçabilité du consentement. Page 18 sur 21

19 Rappel indexé à la décision (N et libellé ): 31e : Un consentement éclairé du patient est formalisé dans les situations particulières Information préalable du patient et de son représentant légal, le cas échéant, à la demande de consentement (bénéfice-risque, degré d urgence, alternatives et conséquences prévisibles en cas de refus, etc.). Recueil écrit systématique du consentement éclairé dans les situations particulières (recherche biomédicale, chirurgie plastique, autorisation parentale en cas de patient mineur, autorisation pour un patient majeur protégé, etc.). Existence d une procédure formalisée de recueil du consentement pour un dépistage VIH, ou de consultation du registre des refus pour un prélèvement d organe ou de tissus, etc. (Présent :, EN La réflexion menée par le groupe de travail «bénéficerisque» a dans un premier temps permis d identifier, au niveau des différents services, les principales situations pour lesquelles il s agira de formaliser un consentement. Lors d un dépistage VIH, le patient ou son représentant est informé et son consentement requis. Ces informations sont tracées et conservées dans le dossier. Le service de psychiatrie, qui peut parfois accueillir des patients mineurs, dispose d un enregistrement «autorisation de soins pour enfant mineur». Ce document est signé par le représentant de l autorité parentale puis conservé dans le dossier. En cas de besoin, le responsable légal d un incapable majeur est contacté. Cette démarche fait l objet d un écrit dans le dossier du patient sous forme d une observation médicale, infirmière ou sociale. Lors des essais cliniques réalisés par le service SSR concernant des patients ambulatoires, le consentement fait l objet d un document écrit conservé dans le dossier du suivi de l étude. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation concernant l application de ces règles. L établissement a formalisé une procédure de recueil du consentement d un patient en cas de dépistage VIH. Cette procédure précise l obligation pour un médecin de recueillir le consentement du patient après lui avoir délivré une information claire en cas de nécessité d un dépistage VIH. La traçabilité de cette information est assurée à l aide d un formulaire conservé dans le dossier du patient. PSY, SSR, SLD C Page 19 sur 21

20 Connaissance des professionnels concernant les situations nécessitant un consentement formalisé. La procédure relative au recueil du consentement lors d un dépistage VIH a fait l objet d une diffusion et d une information dans les différents services. L établissement ne présente pas de résultat d évaluation quant à la connaissance des professionnels concernant les situations nécessitant un consentement formalisé. Page 20 sur 21

21 PARTIE 4 DECISIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE Certification Au vu des éléments mentionnés dans le présent additif au rapport de certification issus du rapport de suivi, la HAS prononce la certification. La HAS invite l établissement à poursuivre sa démarche d amélioration de la qualité sur les points suivants : - Formaliser et mettre en œuvre un système de management de la qualité (13 b, 13 c, 13 f), - 22 b (Des procédures de contrôle de l identification du patient sont mises en œuvre) ; 22 c (Lorsque l établissement échange des données personnelles avec une autre structure sanitaire, il veille à mettre en concordance les identités que les deux structures utilisent (rapprochement), - 29 d, PSY, SSR, SLD (La réflexion bénéfice-risque est prise en compte dans l élaboration du projet thérapeutique et est tracée dans le dossier du patient), - 31 d, PSY, SSR, SLD (Le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal est requis pour toute pratique le concernant) ; 31 e (Un consentement éclairé du patient est formalisé dans les situations particulières), - Garantir la traçabilité de la prise médicamenteuse per os dans les unités de psychiatrie (36 c), - Evaluer la gestion du dossier patient (49 c) ; - Mettre en place une politique d évaluation du programme d amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques (50 a, 50 b, 50 c), - Mettre en place une politique d évaluation de la satisfaction du patient et de son entourage (51 a, 51 b, 51 c, 51 d). Page 21 sur 21

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9

RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE 2 e PROCÉDURE POLYCLINIQUE DU GRAND SUD 350, avenue Saint-André-de-Codols 30932 NÎMES CEDEX 9 Janvier 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Dates

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE VIERZON 33 rue Léo Mérigot BP 237 18102 VIERZON CEDEX MAI 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE NOTRE DAME DE LA MERCI 215 Avenue Marechal Lyautey 83700 SAINT RAPHAEL Mars 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE 100 Traverse de la Gouffonne Route de Cassis 13009 Marseille Mai 2007 ACC01_F050_A Page 1 sur

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE LUNEVILLE. 2, Rue Level 54301 LUNEVILLE CEDEX

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE LUNEVILLE. 2, Rue Level 54301 LUNEVILLE CEDEX ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE LUNEVILLE 2, Rue Level 54301 LUNEVILLE CEDEX JUIN 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DU MONT D'OR. 6 rue Notre Dame

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DU MONT D'OR. 6 rue Notre Dame ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DU MONT D'OR 6 rue Notre Dame 69250 Albigny sur Saone Cedex MARS 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE)

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE DU CENTRE JACQUES CALVÉ (FONDATION HOPALE) 72 esplanade Parmentier 62608 ERCK-SUR-MER CEDEX Novembre 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) POLYCLINIQUE MAJORELLE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE POLYCLINIQUE MAJORELLE 1240, AVENUE RAYMOND PINCHARD 54100 NANCY CEDEX AVRIL 2007 PARTIE 1 Nom de l établissement Situation géographique

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CENTRE HOSPITALIER DE HOUDAN 42 rue de paris - 78550 - Houdan OCTOBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l EHPAD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE COULOMMIERS. 4, rue Gabriel-Péri 77527 COULOMMIERS

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE COULOMMIERS. 4, rue Gabriel-Péri 77527 COULOMMIERS RPPORT DE CERTIFICTION DU CENTRE HOSPITLIER DE COULOMMIERS 4, rue Gabriel-Péri 77527 COULOMMIERS Juin 2007 S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTLISSEMENT p. 5 Chapitre IV Évaluations et dynamiques d amélioration

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA FONDATION HÔPITAL AMBROISE-PARÉ. 1, rue d Eylau 13291 MARSEILLE CEDEX 06

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA FONDATION HÔPITAL AMBROISE-PARÉ. 1, rue d Eylau 13291 MARSEILLE CEDEX 06 RPPORT DE CERTIFICTION DE L FONDTION HÔPITL MBROISE-PRÉ 1, rue d Eylau 13291 MRSEILLE CEDEX 06 Juillet 2006 HS/Rapport de certification S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 5 Chapitre IV Évaluations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DES HOPITAUX LOCAUX DE PUGET-THENIERS (LA ROUDOULE) ET D ENTREVAUX

RAPPORT DE CERTIFICATION DES HOPITAUX LOCAUX DE PUGET-THENIERS (LA ROUDOULE) ET D ENTREVAUX RAPPORT DE CERTIFICATION DES HOPITAUX LOCAUX DE PUGET-THENIERS (LA ROUDOULE) ET D ENTREVAUX Quartier La Condamine 06260 PUGET-THENIERS «Le parc de Glandèves» 04320 ENTREVAUX JUILLET 2007 PRÉSENTATION

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Remerciements aux participants!

Remerciements aux participants! Remerciements aux participants! Enquête sur les pratiques et les relations entre les pharmacies des ETS et les pharmacies d officine auprès des pharmaciens hospitaliers de la région Bretagne 30 ETS répondeurs

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DE L INSTITUT DE MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION. Allée des Boiselles 14200 HÉROUVILLE-SAINT-CLAIR

RAPPORT DE CERTIFICATION DE L INSTITUT DE MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉADAPTATION. Allée des Boiselles 14200 HÉROUVILLE-SAINT-CLAIR RPPORT DE CERTIFICTION DE L INSTITUT DE MÉDECINE PHYSIQUE ET DE RÉDPTTION llée des Boiselles 14200 HÉROUVILLE-SINT-CLIR JUIN 2008 S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 4 Chapitre III Prise en

Plus en détail

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim.

I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. I. La politique qualité et gestion des risques de l Hôpital Local Intercommunal Soultz Issenheim. A. Les politiques 1) La politique qualité Les démarches d évaluation et d amélioration continues de la

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE PLACE DU CHAMP DE FOIRE 16110 La Rochefoucauld France Démarche

Plus en détail

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire Mardi 4 octobre 2011 dossier de presse Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire par Gilles ARTIGUES, vice-président chargé de l Education

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION Octobre 2001 comportant le SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 Clinique de la Casamance 33 boulevard des Farigoules 13675 AUBAGNE - 1/ 18- SOMMAIRE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE REEDUCATION FONCTIONNELLE «NOTRE DAME DE BON VOYAGE» 13708 LA CIOTAT Février 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE LÉON-BÉRARD 69008 LYON CEDEX JANVIER 2006. 28, rue Laennec

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE LÉON-BÉRARD 69008 LYON CEDEX JANVIER 2006. 28, rue Laennec RPPORT DE CERTIFICTION DU CENTRE LÉON-BÉRRD 28, rue Laennec 69008 LYON CEDEX JNVIER 2006 HS/Rapport de certification S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 3 Chapitre IV Évaluations et dynamiques

Plus en détail

LE CONSEIL CONSULTATIF D ETHIQUE (CCE)

LE CONSEIL CONSULTATIF D ETHIQUE (CCE) Page : 0/4 1- OBJET : Ce document a pour objet : de définir l organisation générale et le fonctionnement du Comité Consultatif d Ethique (CCE), de Présenter son rôle et ses missions 2- DESTINATAIRE / DOMAINE

Plus en détail

Présentation AG GCS TS Centre

Présentation AG GCS TS Centre Répertoire Opérationnel des Ressources Présentation AG GCS TS Centre 21 mars 2013, D. Linassier Plan Définitions Descriptions des offres de soins Modules spécialisés Organisation Les acteurs L organisation

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire

Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire Modalités techniques portant sur les enquêtes téléphoniques annuelles de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés Sommaire Les étapes de l enquête de mesure de la satisfaction des patients hospitalisés

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CH GERIATRIQUE ALEXIS BOYER Rue raymond sidois Bp 07-19140 - Uzerche MAI 2015 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification 1.PRESENTATION

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Compétences Fonctions Capacités Compétences terminales F1, F2, F3 C1 Analyser F3, F4 C2 Concevoir F2, F4 C3 Réaliser Toutes fonctions Toutes fonctions C4 S informer, informer,

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

C.I.O. Médico-Économiques

C.I.O. Médico-Économiques Les sept clefs pour réussir le changement e associé à la mise en place d'un dossier électronique patient (DEP) Pr. Ph. Kolh C.I.O. Chef du Service des Informations Médico-Économiques 2011-10-20 Table des

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C ARIMC CENTRE DE MEYZIEU 112 rue de la République 69330 MEYZIEU Foyer d accueil médicalisé CONTRAT DE SEJOUR Dispositions législatives : loi 2002-2 rénovant l action sociale et médico-sociale et les décrets

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation 17 rue d Hapéténia 64 702 Hendaye cedex Tél : 05 59 20 70 33 Fax : 05 59 48 07 63 direction@stvincentconcha.fr Bienvenue Plan d accès

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER SPÉCIALISÉ PIERRE-JAMET. 1 rue de Lavazière 81025 Albi Cedex 9

RAPPORT DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER SPÉCIALISÉ PIERRE-JAMET. 1 rue de Lavazière 81025 Albi Cedex 9 RPPORT DE CERTIFICTION DU CENTRE HOSPITLIER SPÉCILISÉ PIERRE-JMET 1 rue de Lavazière 81025 lbi Cedex 9 Février 2006 S O M M I R E PRESENTTION DE L ETBLISSEMENT p. 5 PRTIE 3 COMMENTIRES SYNTHÉTIQUES p.

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES. Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence

GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES. Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence Catherine Cerfontaine Jeanne Caudron Jean Rottner 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins?

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? «Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? Dispositif de Coordination de l Aval du court séjour hospitalier du Territoire de santé 1 des Pays de la Loire: La Loire-Atlantique Journées

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Objectifs du dossier patient. Support de l ensemble l. médicalem. Traçabilit. abilité de toutes les actions effectuées

Objectifs du dossier patient. Support de l ensemble l. médicalem. Traçabilit. abilité de toutes les actions effectuées Dossier MédicalM Généralités Objectifs du dossier patient Traçabilit abilité de toutes les actions effectuées es Outil de communication, de coordination et d'information entre les acteurs de soins et avec

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Management Certification des Établissements de santé

Management Certification des Établissements de santé Management Certification des Établissements de santé FORMER GESTION DES RISQUES ACCOMPAGNER Qualité et sécurité de la prise en charge du patient AUDITER ÉVALUATION Patient traceur Certification V2014 Pilotage

Plus en détail

Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005

Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005 Stage de GENEVE DU 5 AU 9 MARS 2005 INTRODUCTION Le réseau mère enfant de la francophonie fut créé en 2002 à Montréal. Missions: Promouvoir l accès aux soins pour les mères et les enfants de la communauté

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES Place du Professeur Debré 30029 NÎMES CEDEX 9 Mai 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Politique "qualité-sécurité-efficience" de la prise en charge médicamenteuse 1 / 13

Politique qualité-sécurité-efficience de la prise en charge médicamenteuse 1 / 13 l'indicateur ( du score) Rappel du contexte : L indicateur régional sur la lutte contre l iatrogénie médicamenteuse intitulé «ICALIAM» est calculé depuis 4 ans de 2008 à 2011. La dernière mesure de l indicateur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL :

CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : CAHIER DE REVENDICATIONS INFIRMIERES ELABORE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DE SANTE AU TRAVAIL : Introduction : L IST 1 a pour mission générale la promotion de la santé au travail. Celle-ci

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement Regards croisés sur la bientraitance Auto-évaluation établissement Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Une étude bientraitance est déployée au sein de votre établissement. Cette dernière est organisée

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS

SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS SECRETARIATS MEDICAUX MONTPELLIER - NANTES -PARIS MEDICAL INTERFACE propose un ensemble de programmes développés spécifiquement pour le personnel des Secrétariats Médicaux. Cette offre de formation constitue

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 4.1 : Universitarisation des formations paramédicales et de sages-femmes Dijon, le jeudi 14 mars 2013 Personnes

Plus en détail

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques

Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Réseau Entre la Ville et l Hôpital pour l Orthogénie www.revho.fr Convention constitutive et charte de bonnes pratiques Préambule Conformément à l article L6321-1 du Code de la Santé Publique, «Les réseaux

Plus en détail

PROJET COMMUNICATION

PROJET COMMUNICATION PROJET COMMUNICATION Projet d Etablissement 2015 2020 185 Projet d Etablissement 2015 2020 186 1.Introduction A l aube de changements importants et éminemment structurants, il est essentiel que le CH Montperrin

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires

LIVRET D ACCUEIL. U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires 1 LIVRET D ACCUEIL U.C.S.A. Unité de consultations et de soins ambulatoires 2011 2 SOMMAIRE Définition / Présentation Présentation des locaux Présentation de l équipe médicale et paramédicale Présentation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail