Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009"

Transcription

1 Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

2 Néphropathie Chronique d Allogreffe Chapman et al. J Am Soc Nephrol 2005;16(10):

3 Néphropathie Chronique d Allogreffe Conférence de Banff 1997 Dysfonction chronique du greffon Joosten SA et al. Kidney Int 2004; 65(5):

4 Néphropathie Chronique d Allogreffe Conférence de Banff 2005 Rejet humoral chronique actif (médié par les anticorps) Lésions histologiques spécifiques - Duplication de la membrane basale glomérulaire, - Lamination de la membrane basale des capillaires péri-tubulaires - Épaississement fibreux de l intima des artères, sans duplication de la limitante élastique interne - Fibrose interstitielle et atrophie tubulaire, avec parfois disparition des capillaires péri-tubulaires Dépôts de C4d dans les capillaires péri-tubulaires Détection d anticorps anti-hla donneur spécifiques Rejet cellulaire chronique (médié par les lymphocytes T) - Lésions vasculaires avec artériopathie, fibrose intimale et infiltration cellulaire - Infiltrats inflammatoires de cellules mononuclées dans les capillaires péri-tubulaires - Infiltrats cellulaires de l interstitium Fibrose interstitielle et atrophie tubulaire non spécifique (FI/AT) IF/TA-NOS

5 Néphropathie Chronique d Allogreffe Facteurs Non immunologiques Donneur Age Cause de décès Hyperfiltration Lésions d ischémie-reperfusion Nécrose tubulaire aigue

6 Néphropathie Chronique d Allogreffe Facteurs Non immunologiques Donneur Receveur Retard de reprise de fonction du greffon Facteurs de risques cardio-vasculaires HTA Dyslipidémie Diabète Obésité Tabac

7 Néphropathie Chronique d Allogreffe Infections BK virus CMV Néphropathies de novo ou récurrentes Facteurs Non immunologiques Donneur Receveur Uropathie

8 Néphropathie Chronique d Allogreffe Infections Anti-calcineurines Néphropathie de novo ou récurrentes Facteurs Non immunologiques Donneur Receveur Uropathie

9 Néphrotoxicité des Anti-Calcineurines Inclusions cellulaires Dépôts nodulaires hyalins Nankivell et al. Transplantation 2004;78(4): Micro-calcifications Vacuolisation tubulaire Kamar et al. Nephrol Ther 2008;4 Suppl 1:S13-S17.

10 Néphropathie Chronique d Allogreffe Rejet Infra-clinique Facteurs Immunologiques Rejet Aigu Répétés Tardif Humoral Cortico-résistant Traitement incomplet Rejet Chronique

11 Facteurs immunologiques Rejet infra-clinique Ibernon et al. Kidney Int 2006;70(3): Nankivell et al. Transplantation 2004; 7

12 Facteurs Immunologiques Rejet Chronique Rejet humoral chronique actif (médié par les anticorps) Rejet cellulaire chronique (médié par les lymphocytes T) Accomodation Néogenèse lymphoïde Présentation antigénique indirecte

13 Facteurs immunologiques Détection d anticorps anti-hla donneur spécifique Dépôts péritubulaires de C4d Lamination des CPT Rejet Humoral Chronique Actif Lésions histologiques chroniques actives Artériopathie d allogreffe Infiltration des CPT par des cellules mononuclées Glomérulopathie d allogreffe

14 Étude

15 Objectif Receveur 58 patients > 3 mois de transplantation Lésions histologiques de NCA Donneur Transplantation Biopsie - Caractéristiques des patients porteurs de NCA - Facteurs de risques associés aux dépôts péri-tubulaires de C4d - Valeurs pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d

16 Méthodes Receveur 58 patients > 3 mois de transplantation Lésions histologiques de NCA - Sexe et Age à la transplantation - Néphropathie initiale - Évènements immunisants avant transplantation - Statut immunologique avant transplantation - Devenir de la fonction rénale et retour en dialyse

17 Méthodes 58 patients > 3 mois de transplantation Lésions histologiques de NCA Donneur - Age - Cause du décès

18 Méthodes 58 patients > 3 mois de transplantation Lésions histologiques de NCA Transplantation - Compatibilités HLA - Ischémie totale - Crossmatch - Statut immunologique à la transplantation - Épisode de rejets aigus - Missmatch CMV

19 Méthodes 58 patients > 3 mois de transplantation Lésions histologiques de NCA Biopsie - Délai après transplantation - Motif de réalisation - Créatininémie et Protéinurie - Statut immunologique à la biopsie - Traitements immunosuppresseurs - Lésions Histologiques (Classification de Banff) - Marquage C4d par immunofluorescence

20 Résultats 58 biopsies 19% 8,6% 19% 5,2% 8,6% 5,2% 34,5% 40 biopsies C4d- 14 biopsies C4d+

21 Avant la greffe C4d- N=40 C4d+ N=14 P Sexe masculin N=21/40 (52,5%) N=9/14 (64,3%) Age à la transplantation 42,5 ± 12,5 ans (13 ans 66 ans) 38 ± 11,7 (22 ans - 63 ans) Transplantation antérieure N=5/40 (12,5%) N=2/14 (14,3%) Transfusions N=30/38 (78,9%) N=10/12 (83,3%) Nombre de transfusions 5,4 ± 7,2 (0 à 26 transfusions) Grossesses N=17/19 (89,5%) Nombre de grossesses 3 ± 2,6 (0 à 9 grossesses) Immunisation avant transplantation (Lymphocytotoxicité>30% et/ou Elisa positif) Lymphocytotoxicité ELISA N=13 / 39 (33,3%) N=19 / 35 (54%) N=4 / 14 (28%) 3,4 ± 3,5 (0 à 11 transfusions) N=4/5 (80%) 2,4 ± 1,8 (0 à 4 grossesses) N=3 / 14 (21,4%) N=4 / 14 (28,5%) N=1 / 2 (50%)

22 Avant la greffe C4d- N=40 C4d+ N=14 P Sexe masculin N=21/40 (52,5%) N=9/14 (64,3%) Age à la transplantation 42,5 ± 12,5 ans (13 ans 66 ans) 38 ± 11,7 (22 ans - 63 ans) 0,2 Transplantation antérieure N=5/40 (12,5%) N=2/14 (14,3%) Transfusions N=30/38 (78,9%) N=10/12 (83,3%) Nombre de transfusions 5,4 ± 7,2 (0 à 26 transfusions) Grossesses N=17/19 (89,5%) Nombre de grossesses 3 ± 2,6 (0 à 9 grossesses) Immunisation avant transplantation (Lymphocytotoxicité>30% et/ou Elisa positif) Lymphocytotoxicité ELISA N=13 / 39 (33,3%) N=19 / 35 (54%) N=4 / 14 (28%) 3,4 ± 3,5 (0 à 11 transfusions) N=4/5 (80%) 2,4 ± 1,8 (0 à 4 grossesses) N=3 / 14 (21,4%) N=4 / 14 (28,5%) N=1 / 2 (50%)

23 Avant la greffe C4d- N=40 C4d+ N=14 P Sexe masculin N=21/40 (52,5%) N=9/14 (64,3%) Age à la transplantation 42,5 ± 12,5 ans (13 ans 66 ans) 38 ± 11,7 (22 ans - 63 ans) 0,2 Transplantation antérieure N=5/40 (12,5%) N=2/14 (14,3%) Transfusions N=30/38 (78,9%) N=10/12 (83,3%) Nombre de transfusions 5,4 ± 7,2 (0 à 26 transfusions) Grossesses N=17/19 (89,5%) Nombre de grossesses 3 ± 2,6 (0 à 9 grossesses) Immunisation avant transplantation (Lymphocytotoxicité>30% et/ou Elisa positif) Lymphocytotoxicité ELISA N=13 / 39 (33,3%) N=19 / 35 (54%) N=4 / 14 (28%) 3,4 ± 3,5 (0 à 11 transfusions) N=4/5 (80%) 2,4 ± 1,8 (0 à 4 grossesses) N=3 / 14 (21,4%) N=4 / 14 (28,5%) N=1 / 2 (50%) 0,5

24 A la transplantation Donneur C4d- N=40 C4d+ N=14 P Age du donneur Donneur de plus de 50ans Cause de décès vasculaire 38,9 ± 12,5 ans (11ans - 63ans N=9 / 40 (22,5%) N=14 / 40 (35%) Compatibilités HLA 2,4 ± 1,4 (0 6 compatibilités) Compatibilités DR Ischémie totale Traitement d induction Sérum anti-lymphocytaire Anti-interleukine 2 Missmatch CMV 0,98 ± 0,7 (0-2 compatibilités) 17,7 ± 7,7 heures (0,2h 32,3h) N=28 / 40 (70%) N=11 / 40 (27,5%) N=7 / 38 (18,4%) 34±11,7 ans (18ans 51ans N=1 / 14 (7,1%) N=9 / 14 (64,3%) 2,1 ± 1,3 (0 4 compatibilités) 1 ± 0,68 (0-2 compatibilités) 19,4 ± 7,3 heures (1h 29h) N=13 / 14 (93%) N=1 / 14 (7,1%) N=3 / 14 (21,4%)

25 A la transplantation Donneur C4d- N=40 C4d+ N=14 P Age du donneur Donneur de plus de 50ans Cause de décès vasculaire 38,9 ± 12,5 ans (11ans - 63ans) N=9 / 40 (22,5%) N=14 / 40 (35%) Compatibilités HLA 2,4 ± 1,4 (0 6 compatibilités) Compatibilités DR Ischémie totale Traitement d induction Sérum anti-lymphocytaire Anti-interleukine 2 Missmatch CMV 0,98 ± 0,7 (0-2 compatibilités) 17,7 ± 7,7 heures (0,2h 32,3h) N=28 / 40 (70%) N=11 / 40 (27,5%) N=7 / 38 (18,4%) 34±11,7 ans (18ans 51ans) N=1 / 14 (7,1%) N=9 / 14 (64,3%) 2,1 ± 1,3 (0 4 compatibilités) 1 ± 0,68 (0-2 compatibilités) 19,4 ± 7,3 heures (1h 29h) N=13 / 14 (93%) N=1 / 14 (7,1%) N=3 / 14 (21,4%) 0,26

26 A la transplantation Donneur C4d- N=40 C4d+ N=14 P Age du donneur Donneur de plus de 50ans Cause de décès vasculaire 38,9 ± 12,5 ans (11ans - 63ans) N=9 / 40 (22,5%) N=14 / 40 (35%) Compatibilités HLA 2,4 ± 1,4 (0 6 compatibilités) Compatibilités DR Ischémie totale Traitement d induction Sérum anti-lymphocytaire Anti-interleukine 2 Missmatch CMV 0,98 ± 0,7 (0-2 compatibilités) 17,7 ± 7,7 heures (0,2h 32,3h) N=28 / 40 (70%) N=11 / 40 (27,5%) N=7 / 38 (18,4%) 34±11,7 ans (18ans 51ans) N=1 / 14 (7,1%) N=9 / 14 (64,3%) 2,1 ± 1,3 (0 4 compatibilités) 1 ± 0,68 (0-2 compatibilités) 19,4 ± 7,3 heures (1h 29h) N=13 / 14 (93%) N=1 / 14 (7,1%) N=3 / 14 (21,4%) 0,26 0,66

27 A la transplantation Anticorps anti-hla au moment de la transplantation (2 techniques confondues) Lymphocytotoxicité C4d- N=40 N=12 / 37 (32,4%) N= 7 / 25 (28%) ELISA classe I N= 4 / 19 (21,1%) ELISA classe II N=5 / 19 (26,3%) C4d+ N=14 P N=2 / 14 (14,3%) N= 2 / 4 (50%) N=0 / 3 (0%) N=1 / 3 (33%) Rejet aigu Épisodes de rejet N=17 / 38 (44,7%) Délai Rejet sévère 7,4 ± 12,9 mois (12 jours- 53mois) N=5/17 (29%) N=9 / 14 (64,2%) 21,6 ± 35,9 mois (6 jours- 89 mois) N=3/9 (33,3%)

28 A la transplantation Anticorps anti-hla au moment de la transplantation (2 techniques confondues) Lymphocytotoxicité C4d- N=40 N=12 / 37 (32,4%) N= 7 / 25 (28%) ELISA classe I N= 4 / 19 (21,1%) ELISA classe II N=5 / 19 (26,3%) C4d+ N=14 P N=2 / 14 (14,3%) N= 2 / 4 (50%) N=0 / 3 (0%) N=1 / 3 (33%) Rejet aigu Épisodes de rejet N=17 / 38 (44,7%) Délai Rejet sévère 7,4 ± 12,9 mois (12 jours- 53mois) N=5/17 (29%) N=9 / 14 (64,2%) 21,6 ± 35,9 mois (6 jours- 89 mois) 0,63 N=3/9 (33,3%)

29 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Délai entre transplantation et biopsie index 79,5 ± 72,2 mois (4,6 mois mois) 65,5 ± 48,6 mois (12,2 mois 16 mois) Créatininémie à la biopsie Protéinurie à la biopsie Anticorps anti-hla au moment de la biopsie Lymphocytoxicité ELISA classe I ELISA classe II ELISA classe I et II Anticorps dirigés contre le donneur 275 ± 159 µmol/l (94 µmol/l 69 µmol/l) 1,6 ± 1,8 g/l (0 5 g/l) N=14 / 32 (43,8%) N=1 / 7 (14%) N= 10 / 32 (31,3%) N= 8 / 32 (25%) N=4 / 32 (12,5%) N= 2 / 14 (14,2%) 302 ± 233 µmol/l (129 µmol/l 1053 µmol/l) 2,8 ± 3,6 g/l (0 12,7g/L) N=7 / 10 (70%) N=2 / 4 (50%) N= 3 / 8 (37,5%) N= 4 / 8 (50%) N= 1 / 8 (12,5%) N= 3 / 7 (42,8%)

30 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Délai entre transplantation et biopsie index 79,5 ± 72,2 mois (4,6 mois mois) 65,5 ± 48,6 mois (12,2 mois 16 mois) Créatininémie à la biopsie Protéinurie à la biopsie Anticorps anti-hla au moment de la biopsie Lymphocytoxicité ELISA classe I ELISA classe II ELISA classe I et II Anticorps dirigés contre le donneur 275 ± 159 µmol/l (94 µmol/l 69 µmol/l) 1,6 ± 1,8 g/l (0 5 g/l) N=14 / 32 (43,8%) N=1 / 7 (14%) N= 10 / 32 (31,3%) N= 8 / 32 (25%) N=4 / 32 (12,5%) N= 2 / 14 (14,2%) 302 ± 233 µmol/l (129 µmol/l 1053 µmol/l) 2,8 ± 3,6 g/l (0 12,7g/L) 0,26 N=7 / 10 (70%) N=2 / 4 (50%) N= 3 / 8 (37,5%) N= 4 / 8 (50%) N= 1 / 8 (12,5%) N= 3 / 7 (42,8%)

31 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Délai entre transplantation et biopsie index 79,5 ± 72,2 mois (4,6 mois mois) 65,5 ± 48,6 mois (12,2 mois 16 mois) Créatininémie à la biopsie Protéinurie à la biopsie Anticorps anti-hla au moment de la biopsie Lymphocytoxicité ELISA classe I ELISA classe II ELISA classe I et II Anticorps dirigés contre le donneur 275 ± 159 µmol/l (94 µmol/l 69 µmol/l) 1,6 ± 1,8 g/l (0 5 g/l) N=14 / 32 (43,8%) N=1 / 7 (14%) N= 10 / 32 (31,3%) N= 8 / 32 (25%) N=4 / 32 (12,5%) N= 2 / 14 (14,2%) 302 ± 233 µmol/l (129 µmol/l 1053 µmol/l) 2,8 ± 3,6 g/l (0 12,7g/L) 0,26 N=7 / 10 (70%) N=2 / 4 (50%) N= 3 / 8 (37,5%) N= 4 / 8 (50%) N= 1 / 8 (12,5%) N= 3 / 7 (42,8%) 0,28

32 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Traitement à la biopsie N=24 / 40 (60%) N=9 / 14 (64%) Ciclosporine Dose prescrite 198 ± 64 mg (100 à 325 mg/j) 268 ± 50 mg) (200 à 350 mg/j) p=0,01 Résiduelle 120 ± 53 mg (60 à 236 mg) 94 ± 59 mg (0 à 165 mg) 0,38 N=14 / 40 (35%) N=6 / 14 (42%) Tacrolimus Dose prescrite 4,96 ± 2,9 mg/j (2 à 10 mg/j) 5 ± 0,7 mg/j (4 à 6 mg/j) 0,39 Résiduelle 9,4 ± 3,9 mg (5,8 à 17,3 mg) 8,14 ± 5,4 mg (2,5 à 16,6 mg) 0,49 Total 40 patients 14 patients

33 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Traitement à la biopsie N=24 / 40 (60%) N=9 / 14 (64%) Ciclosporine Dose prescrite 198 ± 64 mg (100 à 325 mg/j) 268 ± 50 mg (200 à 350 mg/j) p=0,01 Résiduelle 120 ± 53 mg (60 à 236 mg) 94 ± 59 mg (0 à 165 mg) N=14 / 40 (35%) N=6 / 14 (42%) Tacrolimus Dose prescrite 4,96 ± 2,9 mg/j (2 à 10 mg/j) 5 ± 0,7 mg/j (4 à 6 mg/j) Résiduelle 9,4 ± 3,9 mg (5,8 à 17,3 mg) 8,14 ± 5,4 mg (2,5 à 16,6 mg) Total 40 patients 14 patients

34 A la biopsie C4d- N=40 C4d+ N=14 P Traitement à la biopsie N=24 / 40 (60%) N=9 / 14 (64%) Ciclosporine Dose prescrite 198 ± 64 mg (100 à 325 mg/j) 268 ± 50 mg (200 à 350 mg/j) p=0,01 Résiduelle 120 ± 53 mg (60 à 236 mg) 94 ± 59 mg (0 à 165 mg) N=14 / 40 (35%) N=6 / 14 (42%) Tacrolimus Dose prescrite 4,96 ± 2,9 mg/j (2 à 10 mg/j) 5 ± 0,7 mg/j (4 à 6 mg/j) Résiduelle 9,4 ± 3,9 mg (5,8 à 17,3 mg) 8,14 ± 5,4 mg (2,5 à 16,6 mg) Total 40 patients 14 patients

35 Lésions Histologiques Lésions aigues p=0,003 Lésions chroniques

36 Survie rénale Retour en dialyse RR=4 ( IC: 1,05-15,4) Délais Groupe C4d- Groupe C4d+ Majoration 25% 30,67 mois (17,10-98,60) 50,13 mois (9,83-72,93) Majoration 50% 122,40 mois (85,40-155,30) 53,57 mois (16,27-89,20) Majoration 100% 204,53 mois (153,33-208,00) 102,53 mois (61,00-115,6) Retour en Hémodialyse 211,50 mois (147,47-241,90) 147,27 mois (102,53-182,73) 25% 50% 100% HMD p = 0,22 p = 0,027 p = 0,058 p = 0,035 25% 50% 100% Hémodialyse

37 Discussion

38 Incidence des dépôts de C4d C4d+ Glomérulopathie d allogreffe Association avec ROUEN 26% Non Capillarite péritubulaire P<0.001 David-Neto Transplantation 2007; 84: % Exclues de l étude Protéinurie Mauiyyedi J Am Soc Nephrol 2001; 12: % Non Protéinurie Anticorps anti-hla (DSA) Ranjan Nephrol Dial Transplant 2007; 23: % Oui p=<0.05 Worthington Transplantation 2007; 83: % Non Capillarite péritubulaire Anticorps anti-hla (DSA) Regele J Am Soc Nephrol 2002; 13: % Oui p< Capillarite péritubulaire Lamination des cpt p=<0.001

39 Rejet aigu tardif Nankivell et al. N Engl J Med 2003;349(24): Vadivel et al. Semin Nephrol 2007;27(4): Regele et al. Nephrol Dial Transplant 2001;16(10): Sijpkens et al. Kidney Int 2004; 65: Caractéristiques cliniques Patients plus jeune à la transplantation Réponse immunologique plus sensible Compliance Regele et al. Nephrol Dial Transplant 2001;16(10): Donneur plus âgé Sénescence Joosten et al. Kidney Int 2004;65(5): Lésions d ischémie-reperfusion Yilmaz et al. Transplantation 2007;83(6):

40 Anticorps anti-hla Différence de prise en charge? Patients C4d- immunisés avant transplantation Patients C4d+ immunisés à la biopsie Dépôts de C4d sans anticorps anti-hla Limite de la technique Anticorps fixés au niveau du greffon Bocrie et al. Transpl Immunol 2007;17(3): Martin et al. Transplantation 2003;76(2): Anticorps non-hla Anti-Agrin Joosten et al. Am J Transplant 2005;5(2):383. Anticorps Anti-endothéliaux: MICA (Major Histocompatibility Complex Class 1 related chain A) Mizutani et al. Am J Transplant 2005;5(9):2265. Anti-Vimentine Yang et al. Transplant Proc 2008;40(8):2786.

41 Survie rénale Facteurs Associés: - Dépôts péri-tubulaires de C4d - Immunisation avant transplantation - Prolifération intimale P = 0,032 David-Neto et al. Transplantation 2007; 84(11):

42 Seron D et al.nephrol Dial Transplant 2008;23(8): Prévention Éviction et traitement des rejets aigus Biopsie systématique Et rejet infra-clinique Épargne des anti-calcineurines - MMF - Inhibiteurs de prolifération - Bélatacept Néphropathie Chronique d Allogreffe Contrôle des facteurs de risques et comorbidités: - HTA - Diabète - Dyslipidémie Optimisation du risque immunitaire: - Nombre de compatibilités HLA - Lésions ischémie-reperfusion - Reprise de fonction du greffon - Surveillance en cas de donneur marginal

43 Conclusion Dépôts péri-tubulaires de C4d, Marqueurs de l immunité humorale

44 Conclusion Dépôts péri-tubulaires de C4d, Marqueurs de l immunité humorale Valeur pronostique négative des dépôts péri-tubulaires de C4d Dans le cadre de la néphropathie chronique d allogreffe

45 Conclusion Dépôts péri-tubulaires de C4d, Marqueurs de l immunité humorale Valeur pronostique négative des dépôts péri-tubulaires de C4d Dans le cadre de la néphropathie chronique d allogreffe Absence de consensus quant à la prise en charge des phénomènes Immunologiques chroniques

46 Conclusion Dépôts péri-tubulaires de C4d, Marqueurs de l immunité humorale Valeur pronostique négative des dépôts péri-tubulaires de C4d Dans le cadre de la néphropathie chronique d allogreffe Absence de consensus quant à la prise en charge des phénomènes Immunologiques chroniques Maîtriser les facteurs de risques non immunologiques De néphropathie chronique d allogreffe

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

Transplantation Rénale

Transplantation Rénale Transplantation Rénale Maïté JAUREGUY 20/11/2013 Transplantation rénale Avantages * Moins de contraintes -Temps - Régime, restriction hydrique * Restauration fonction endocrine (possibilité de grossesse)

Plus en détail

Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008

Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008 Pathologie de la transplantation Françoise Berger mai 2008 Pathologie de la transplantation Généralités Progrès immunologie et utilisation immunosuppresseurs + progrès de la chirurgie et de la réanimation

Plus en détail

Techniques de désensibilisation. Gwenaelle Roussey, CHU Nantes

Techniques de désensibilisation. Gwenaelle Roussey, CHU Nantes Techniques de désensibilisation Gwenaelle Roussey, CHU Nantes APNP, Paris 2015 Introduction Désensibilisation = épurer des anticorps toxiques pour une greffe Quels anticorps? antia/ antib: pour une greffe

Plus en détail

Contexte Prise en compte récente du ti-score dans l analyse histologique des biopsies rénales 1,2

Contexte Prise en compte récente du ti-score dans l analyse histologique des biopsies rénales 1,2 Profil clinique et évolution défavorable des lésions de Fibrose Interstitielle et Atrophie Tubulaire inflammatoire isolée (FIAT-i) sur les biopsies systématiques à 1 an Grégoire Couvrat-Desvergnes, Karine

Plus en détail

Histopathologie du rein transplanté

Histopathologie du rein transplanté Histopathologie du rein transplanté DIU Néphrologie pédiatrique 14 avril 2011 F. Dijoud - CPE LYON PBR greffon rénal Nombreuses lésions histologiques PBR Dégradation de fonction rénale, protéinurie Protocoles

Plus en détail

Indications et contre-indications de la BR

Indications et contre-indications de la BR ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES en TRANSPLANTATION RÉNALE --------- CLASSIFICATION DE BANFF Marion RABANT AHU Service d Anatomopathologie Hôpital NECKER CUEN-Décembre 2010 Indications et contre-indications de

Plus en détail

Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor

Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor Cas clinique Donneur Homme, DNID depuis 5 ans sous IEC, protéinurie 0,2 décès traumatisme cérébral, DFG = 62 ml/mn (132µmol/l) Receveur Homme de 63 ans

Plus en détail

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui Professeur Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique CHU de Nantes La transplantation rénale La transplantation rénale

Plus en détail

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes Campan Anne-sophie Gélébart Clémentine 01/03/12 EC immunodepression aspect anatomo pathologique des greffes d organes, Dr. N. Rioux-Leclercq Le diaporama sera disponible sur le réseau pédagogique Aspects

Plus en détail

Néphrotoxicité des inhibiteurs de la calcineurine : Spécificité des lésions et mécanismes toxiques

Néphrotoxicité des inhibiteurs de la calcineurine : Spécificité des lésions et mécanismes toxiques Néphrotoxicité des inhibiteurs de la calcineurine : Spécificité des lésions et mécanismes toxiques Catherine FELIU Assistant Hospitalo-universitaire Laboratoire de pharmacologie et de toxicologie CHU de

Plus en détail

Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste

Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste Diagnostic de rejet Diagnostic des complications : Infectieuses Tumorales Insuffisance rénale : toxicité rénale des immunosuppresseurs Pathologie de la

Plus en détail

CLASSIFICATION DE BANFF : REJETS CELLULAIRE ET HUMORAL

CLASSIFICATION DE BANFF : REJETS CELLULAIRE ET HUMORAL CLASSIFICATION DE BANFF : REJETS CELLULAIRE ET HUMORAL par L.C. RACUSEN* L allogreffe rénale est une situation complexe susceptible d être affectée par des lésions aiguës et chroniques liées à des mécanismes

Plus en détail

TRANSPLANTATION HEPATIQUE

TRANSPLANTATION HEPATIQUE TRANSPLANTATION HEPATIQUE Dr Maryvonnick Carmagnat Laboratoire Régional d Histocompatibilité Hôpital Saint Louis, Paris Le 08/04/2015 Généralités Complexe Majeur d Histocompatibilité Découverte Propriétés

Plus en détail

Immun u i n t i é t d es G reff f es Objectifs

Immun u i n t i é t d es G reff f es Objectifs Objectifs Savoir définir ce qu est: une autogreffe, une greffe syngénique, une greffe allogénique, une greffe xénogénique Connaître les caractéristiques de la réaction Allogénique in vitro et in vivo Connaître

Plus en détail

Transplantation d organes. Quelles voies de recherche?

Transplantation d organes. Quelles voies de recherche? Transplantation d organes Quelles voies de recherche? Transplantation d organes - Quelles voies de recherche? ISBN 978-2-85598-873-X Les éditions Inserm, 2009 101 rue de Tolbiac, 75013 Paris Dans la même

Plus en détail

Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation

Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation Colloque de Néphrologie, mai 2010 Dr.Karine Hadaya Service de Néphrologie Service de Transplantation Hôpitaux Universitaires de Genève Historique Récidive

Plus en détail

B Hurault de Ligny CHU Caen

B Hurault de Ligny CHU Caen B Hurault de Ligny CHU Caen CUEN Transplantation 212 Infections à vbk en transplantation rénale 1 Les infections à vbk Probabilité de survenue de l infection et de la néphropathie à vbk 16 23 28 Hirsch

Plus en détail

La microscopie moléculaire en transplantation rénale: phénomène de mode ou réelle avancée?

La microscopie moléculaire en transplantation rénale: phénomène de mode ou réelle avancée? La microscopie moléculaire en transplantation rénale: phénomène de mode ou réelle avancée? Colloque du vendredi Service de Néphrologie 19.09.2014 Dr Yassine Bouatou Plan Cas clinique Introduction Diagnostic

Plus en détail

Marie-Christine MAZERON

Marie-Christine MAZERON Place des tests virologiques et immunologiques dans la surveillance des infections à CMV des receveurs de greffe d organe et de cellules souches hématopoïétiques Marie-Christine MAZERON Cytomégalovirus

Plus en détail

Chromosome 6: Région HLA

Chromosome 6: Région HLA Transplantation rénale Bilan d Histocompatibilité C Suberbielle Boissel Laboratoire Régional d Histocompatibilité PARIS Chromosome 6: Région HLA DP DQ DR 21oh C4 Bf C2 hsp TNF B C A HLA Classe II 32 gènes

Plus en détail

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 L immunité L immunité est définie comme l ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme d assurer son intégrité en éliminant ses propres

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

La transplantation rénale chez des patients

La transplantation rénale chez des patients La transplantation rénale chez des patients atteints de PKHR Matthias Büchler CJN, Avignon, 2009 Aucun conflit d intérêts (Malheureusement!) La transplantation rénale chez un patient atteint de PKR Est

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 7/12/2014 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant Suivi après Transplantation rénale chez l enfant bruno.ranchin@chu-lyon.fr APNP Toulouse 20-21 Octobre 2007 Epidémiologie France 2006 Malades greffés en France 2006 (inscrits < 16 ans) n = 84 3,1 % du

Plus en détail

Immunosuppression en transplantation hépatique. François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon

Immunosuppression en transplantation hépatique. François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon Immunosuppression en transplantation hépatique François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon LFA3 CD40 CD80 CD86 APC MHC ICAM CD2 CD154 CTLA4 CD28 TCR CD4 LFA1 CD11a cytokine

Plus en détail

ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES en TRANSPLANTATION RÉNALE CLASSIFICATION DE BANFF

ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES en TRANSPLANTATION RÉNALE CLASSIFICATION DE BANFF ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES en TRANSPLANTATION RÉNALE --------- CLASSIFICATION DE BANFF Marion RABANT MCU-PH Laboratoire d Anatomie et Cytologie Pathologiques Hôpital Necker-Enfants malades CUEN-Décembre

Plus en détail

Evaluation d un protocole de plasmaphérèse dans le traitement du rejet humoral après transplantation pulmonaire ou cardiopulmonaire

Evaluation d un protocole de plasmaphérèse dans le traitement du rejet humoral après transplantation pulmonaire ou cardiopulmonaire Evaluation d un protocole de plasmaphérèse dans le traitement du rejet humoral après transplantation pulmonaire ou cardiopulmonaire Diane Osinski Réanimation Adulte Centre Chirurgical Marie Lannelongue

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

Messages clés. Véronique Phan et Prosanto Chaudhury

Messages clés. Véronique Phan et Prosanto Chaudhury + Messages clés Véronique Phan et Prosanto Chaudhury + Pharmaco Interaction médicamenteuse possible entre IS et Antibiotique: macrolide en autre Antifongique IPP Nourriture Utiliser les outils en ligne

Plus en détail

Hépatites Autoimmunes (HAI)

Hépatites Autoimmunes (HAI) Hépatites Autoimmunes (HAI) Groupe (sans doute hétérogène) de maladies de cause(s) inconnue(s), caractérisées par des lésions hépatocytaires nécrotico-inflammatoires, la présence d'autoanticorps particuliers

Plus en détail

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Reins et connectivites Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Introduction Les glomérulopathies inflammatoires Les glomérulonéphrites immunes : LED, pauci-immunes, anti-gbm

Plus en détail

ANTIGEN PRESENTING CELL

ANTIGEN PRESENTING CELL ANTIGEN PRESENTING CELL CD4 + T CELL CYTOKINE PRODUCTION CLONAL EXPANSION ACTIVATED MACROPHAGES ACTIVATED B CELLS CD8+ T CELLS THE 4 STAGES OF ACUTE REJECTION ALLO-ANTIGEN RECOGNITION BY TCR T CELL ACTIVATION

Plus en détail

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Allogreffes de CSH et transfusion Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Recommandations HAS novembre 2014 PSL irradiés: à partir de 7 jours avant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques. Si greffe:

Plus en détail

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Recevoir un rein après 70 ans Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Greffe après 70 ans: une réalité en France Les plus de 70 ans en 2012: - 5,1 % des patients en attente

Plus en détail

Néphropathie induite par le BK virus. Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez.

Néphropathie induite par le BK virus. Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez. Néphropathie induite par le BK virus Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez. Polyomavirus Petits virus à ADN. Chez l homme, pathogènes chez les

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

Transplantation rénale: prise en charge clinique et tests de laboratoire

Transplantation rénale: prise en charge clinique et tests de laboratoire Transplantation rénale: prise en charge clinique et tests de laboratoire Formation continue mardi 27 avril 2010 Dr. Karine Hadaya Hôpitaux Universitaires de Genève Service de Néphrologie Service de Transplantation

Plus en détail

thématique Le rejet aigu est considéré avant tout D OSSIER Place de la médiation humorale dans le rejet de transplantation d organe

thématique Le rejet aigu est considéré avant tout D OSSIER Place de la médiation humorale dans le rejet de transplantation d organe Place de la médiation humorale dans le rejet de transplantation d organe Coordinateur : J. Dantal, INSERM, CHU Hôtel-Dieu de Nantes, 44093 Nantes Cedex 1 " Diagnostic anatomopathologique du rejet humoral

Plus en détail

Canalicule Cholangiole = ductule Artère hépatique Canal Biliaire Interlobulaire Veine porte Ponction biopsie hépatique Nombre de canaux biliaires interlobulaires Foie normal Absence de canal biliaire interlobulaire

Plus en détail

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Quoi de neuf en 2010? M.S. Gavard Courchevel, Avril 2010 Cibles d hémoglobine 1 Historique Chez l hémodialysé 2003: Taux

Plus en détail

Indications de transplantation

Indications de transplantation Indications de transplantation Indications de transplantation hépatique: Beaujon 2000-10 13% 16% 17% Cirrhose alcool Cirrhose VHC Cirrhose VHB Biliaires CHC Fulminantes 34% 5% 4% 11% Autres Survie post-transplantation

Plus en détail

Peut-on Transplanter Sans Stéroides?

Peut-on Transplanter Sans Stéroides? Peut-on Transplanter Sans Stéroides? Philippe LANG CHU Henri Mondor CRETEIL Utilisation des stéroïdes aux USA (1ere greffe rénale) Absence de corticoïde Sevrage des corticoïdes à 1 an Donneur vivant Rein

Plus en détail

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 Le C4d en transplantation rénale Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 1 Anti-C4d Classification de Banff 1991 Normal Rejet hyperaigu Lésions frontières (borderline) Rejet aigu cellulaire (grade

Plus en détail

Epidémiologie de la néphropathie diabétique

Epidémiologie de la néphropathie diabétique Epidémiologie de la néphropathie diabétique Dr. Cécile Couchoud, Registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) Agence de la Biomédecine Estimation pour 2007: 4% de la population était

Plus en détail

- Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène?

- Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène? Mécanismes du rejet - Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène? - Les cellules présentant l antigène proviennent elles

Plus en détail

HEPATITE AUTOIMMUNE :

HEPATITE AUTOIMMUNE : Séminaire Atelier National de formation en Hépato-gastroentérologie Alger le 12-13 Janvier 2011 HEPATITE AUTOIMMUNE : TRAITEMENT Dr M.BELKAHLA / Pr C.MANOUNI Service d Hépato-gastro-entérologie Pr BOUASRIA

Plus en détail

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 Mortalité après transplantation rénale Diabètique : patient à haut risque Cohorte Mayo

Plus en détail

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Rein Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le rein normal 1700 l de sang > 1 l d urine Homéostasie du milieu liquide Rôle endocrine: Erythropoïétine

Plus en détail

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 «Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 Plan détaillée de la présentation I- Introduction aux cellules dendritiques

Plus en détail

Mise au point sur le traitement des glomérulopathies à dépôts de C3

Mise au point sur le traitement des glomérulopathies à dépôts de C3 Mise au point sur le traitement des glomérulopathies à dépôts de C3 Bibliographie Le 19/04/2016 Service de néphrologie Mathilde Lemoine Voie alterne du complément C3a C3 C3b Voie alterne du complément

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Rupture de la tolérance du «soi» Réaction inflammatoire chronique et prolongée contre un auto-antigène Destruction de la structure cellulaire normale qui porte l auto-antigène

Plus en détail

Cellules souches mésenchymateuses

Cellules souches mésenchymateuses Cellules souches mésenchymateuses Peu nombreuses Moelle osseuse Tissu adipeux, placenta, liquide amniotique, poumons fœtal, peau, coeur Capacité réplicative Pluripotentes Os, cartilage, tissu adipeux,

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Contribution à l étude de la dysfonction chronique des greffons en allo- transplantation rénale

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Contribution à l étude de la dysfonction chronique des greffons en allo- transplantation rénale UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Contribution à l étude de la dysfonction chronique des greffons en allo- transplantation rénale THESE DE DOCTORAT Ecole doctorale : CHIMIE-BIOLOGIE Discipline :

Plus en détail

RECEVEUR LIMITE. B Hurault de Ligny CHU de CAEN

RECEVEUR LIMITE. B Hurault de Ligny CHU de CAEN RECEVEUR LIMITE B Hurault de Ligny CHU de CAEN CUEN, décembre 2010 Observation Homme, 69 ans, groupe sanguin O, aucune doléance Néphropathie vasculaire, hémodialyse depuis 6 mois Sédentaire, 88 kg/1,65

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION jonathan.visentin@chu-bordeaux.fr J. VISENTIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux ImmunoConcEpT, UMR CNRS 5164,

Plus en détail

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015 20 ans DIVAT Utilisation de la survie relative pour comparer le risque de décès des patients transplantés rénaux par rapport aux patients restés en dialyse après inscription sur liste d attente Marine

Plus en détail

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment?

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Liens d intérêt Echosens Supersonic Imagine Pourquoi faut-il évaluer la fibrose?

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Indications et contre-indications de la transplantation rénale 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Transplantation rénale Traitement de choix de l insuffisance rénale chronique terminale (IRCT)

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE NEPHROLOGIE. 1. Organisation générale

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE NEPHROLOGIE. 1. Organisation générale DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE NEPHROLOGIE 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation : Former un spécialiste en néphrologie La néphrologie est une spécialité médicale qui nécessite

Plus en détail

Immunologie de la transplantation et des greffes

Immunologie de la transplantation et des greffes DELAMARE Chloé G.Thibault NORMAND Amélie Immunologie le 22/03/11 Immunologie de la transplantation et des greffes I-Introduction Les premières greffes et transplantations (années 40-50) nécessitaient une

Plus en détail

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Jacques Dantal, Professeur de Néphrologie d Adulte, CHU de Nantes Pierre Cochat, Professeur de Néphrologie Pédiatrique,

Plus en détail

Atteinte Pulmonaire au cours de la sclérodermie systémique

Atteinte Pulmonaire au cours de la sclérodermie systémique Atteinte Pulmonaire au cours de la sclérodermie systémique D. Si Ahmed-Bouali, F. Bouali, A. Tidjani, N. Ouzani, A. Kherra, Z. Lerari, S. Oudrar, F. Haddoum, F. Otmani, M. Arrada. Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Du Lundi au Jeudi de 9h à 18h00 Le Vendredi, merci de nous contacter avant 16h00 Quand adresser le patient pour prise

Plus en détail

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE?

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? FAUTIL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Dr Milicevic Martina Service de néphrologie, dialyse et hypertension CHR Citadelle, Liège Le 26 novembre

Plus en détail

Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse

Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse Philippe RIEU Service de Néphrologie, CHU REIMS La glomérulopathie extramembraneuse (GEM) est la cause la plus fréquente de syndrome néphrotique

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

Malakoplakie rénale. Une cause d infiltration rénale pseudo-tumorale. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie -

Malakoplakie rénale. Une cause d infiltration rénale pseudo-tumorale. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - Malakoplakie rénale Une cause d infiltration rénale pseudo-tumorale Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.com Patiente de 66 ans qui se présente chez un nouveau médecin pour une

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION jonathan.visentin@chu-bordeaux.fr J. VISENTIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164, Université de Bordeaux

Plus en détail

Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse

Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse Philippe RIEU Service de Néphrologie, CHU REIMS [Re Relecteurs E Daugas (Paris) et Bruno Hurault de Ligny (Caen)] I. Tableau clinique 2 I.1. Epidémiologie:...

Plus en détail

L écho-doppler permet-il de se passer de la biopsie d artère temporale au cours de la maladie de Horton?

L écho-doppler permet-il de se passer de la biopsie d artère temporale au cours de la maladie de Horton? L écho-doppler permet-il de se passer de la biopsie d artère temporale au cours de la maladie de Horton? Dr Benhamou Ygal Médecine interne-médecine Vasculaire CHU de Rouen Membre du GEFA Les critères de

Plus en détail

Quels switchs: Quand et comment?

Quels switchs: Quand et comment? Quels switchs: Quand et comment? Villemain Angers 1 Les avantages et inconvénients des différents immunosuppresseurs 2 CICLOSPORINE - NEORAL Avantages Inconvénients Pierre angulaire de la transplantation

Plus en détail

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon?

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? V Garrigue Service de Néphrologie et Transplantation Rénale et Pancréatique Hôpital Lapeyronie Montpellier La prévalence

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Conduite à tenir devant l'apparition d'un DSA de novo isolé en transplantation rénale. Expérience locale à partir de 28 cas.

Conduite à tenir devant l'apparition d'un DSA de novo isolé en transplantation rénale. Expérience locale à partir de 28 cas. UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2015 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Conduite à tenir devant l'apparition d'un DSA de novo isolé en transplantation

Plus en détail

Définition. Implantation dans l organisme d un rein prélevé. soit à partir d un donneur cadavérique :

Définition. Implantation dans l organisme d un rein prélevé. soit à partir d un donneur cadavérique : Définition Implantation dans l organisme d un rein prélevé soit à partir d un donneur cadavérique : cœur battant : mort cérébrale) cœur arrêté : protocole dans quelques CHU soit à partir d un donneur vivant

Plus en détail

L INFECTION À CMV QUOI DE NEUF?

L INFECTION À CMV QUOI DE NEUF? DES NÉPHROLOGIE, 7 DÉCEMBRE 2010 CUEN TRANSPLANTATION L INFECTION À CMV QUOI DE NEUF? Pierre Merville CHU Bordeaux - Université Bordeaux 2 UMR-CNRS 5164 PLAN I. Réponse immune II. Effets indirects III.

Plus en détail

Le pathologiste et la transplantation hépatique. Avant la greffe Pendant la greffe Après la greffe

Le pathologiste et la transplantation hépatique. Avant la greffe Pendant la greffe Après la greffe Le pathologiste et la transplantation hépatique Avant la greffe Pendant la greffe Après la greffe Avant la greffe Contribution au diagnostic de la maladie hépatique ayant conduit à l indication de transplantation

Plus en détail

Rôle Pronostic Des Anticorps Anti-HLA. En Transplantation Rénale : Approches En Population

Rôle Pronostic Des Anticorps Anti-HLA. En Transplantation Rénale : Approches En Population UNIVERSITE PARIS V RENÉ DESCARTES ÉCOLE DOCTORALE 420 DOCTORAT DE SANTÉ PUBLIQUE ÉPIDÉMIOLOGIE ET RECHERCHE CLINIQUE Rôle Pronostic Des Anticorps Anti-HLA En Transplantation Rénale : Approches En Population

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

La maladie rénovasculaire athéroscléreuse

La maladie rénovasculaire athéroscléreuse La maladie rénovasculaire athéroscléreuse Comment la dépister et la prévenir? Dominique Stephan, service d hypertension artérielle et des maladies vasculaires, CHRU Strasbourg Je n ai aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats?

Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats? Transplantation rénale à partir de Donneurs décédés d un arrêt cardiaque (DDAC) Pourquoi, comment, pour quels résultats? La demande de greffon et l offre de greffe : Rein Nombre de donneurs prélevés Nombre

Plus en détail

Dossier 2 TRANSPLANTATION. Dr Thomas BACHELET CCA Transplantation rénale

Dossier 2 TRANSPLANTATION. Dr Thomas BACHELET CCA Transplantation rénale Dossier 2 TRANSPLANTATION Dr Thomas BACHELET CCA Transplantation rénale Enoncé Mme M. est de groupe sanguin O-. Son mari, 55 ans, sans antécédents hormis une HTA traitée, est volontaire pour lui faire

Plus en détail

Infection à Virus BK après transplantation rénale

Infection à Virus BK après transplantation rénale Infection à Virus BK après transplantation rénale Sophie Caillard Service de Néphrologie et Transplantation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Inserm UMR_S1109 Historique BK virus découvert en 1971

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie auto-immune due à une intolérance au gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. C est une maladie multigénique associée en particulier aux molécules

Plus en détail

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature Mémoire d attestation de formation spécialisée en Médecine interne Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la

Plus en détail

Glomérulopathies extramembraneuses et anticorps anti-pla2r : une avancée majeure de la recherche translationnelle

Glomérulopathies extramembraneuses et anticorps anti-pla2r : une avancée majeure de la recherche translationnelle Glomérulopathies extramembraneuses et anticorps anti-pla2r : une avancée majeure de la recherche translationnelle Pierre Ronco INSERM UMR_S 1155 Service de Néphrologie et Dialyses, Hôpital Tenon, Paris

Plus en détail

UE07/N 190 LUPUS ÉRYTHÉMATEUX DISSÉMINÉ

UE07/N 190 LUPUS ÉRYTHÉMATEUX DISSÉMINÉ UE07/N 190 LUPUS ÉRYTHÉMATEUX DISSÉMINÉ 1. Lesquels des facteurs ci-dessous contribuent-ils au déclenchement et à l entretien du lupus? a. Déficit en composés de la voie alterne du complément b. Sexe masculin

Plus en détail

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP HTA d origine rénale parenchymateuse Alexandre Karras Néphrologie HEGP INTRODUCTION Les néphropathies chroniques parenchymateuses sont la 1 ère cause d HTA secondaire (3 à 5 %) Toute HTA doit conduire

Plus en détail

07/07/2011. Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

07/07/2011. Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Quand débuter l épuration extrarénale? Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Débuter la dialyse, pourquoi? Augmenter la survie Améliorer la qualité de vie Permettre

Plus en détail

L aspirine ralentit la progression de la fibrose hépatique lors de la récidive virale C après transplantation hépatique

L aspirine ralentit la progression de la fibrose hépatique lors de la récidive virale C après transplantation hépatique L aspirine ralentit la progression de la fibrose hépatique lors de la récidive virale C après transplantation hépatique Armelle Poujol-Robert 1, Pierre-Yves Boëlle 2, Filomena Conti 3, François Durand

Plus en détail

Nutrition perdialytique: what else?

Nutrition perdialytique: what else? Nutrition perdialytique: what else? Z.Fumeaux Hôpital de Nyon Colloque HUG 15.10.2010 Plan Dénutrition en dialyse: généralités Recommandations internationales sur l évaluation et le suivi de l état nutritionnel

Plus en détail

La transplantation rénale à Necker, cinquante ans après. Les donneurs vivants.

La transplantation rénale à Necker, cinquante ans après. Les donneurs vivants. André et Georges S Jean Hamburger 1909-1992 La transplantation rénale à Necker, cinquante ans après. Les donneurs vivants. 240 220 200 120 113 100 80 60 44 46 41 40 33 20 242316 12 23 France Necker 13

Plus en détail

Retour en dialyse des patients en échec de transplantation rénale ou chronique d une mort néphronique annoncée...

Retour en dialyse des patients en échec de transplantation rénale ou chronique d une mort néphronique annoncée... Retour en dialyse des patients en échec de transplantation rénale ou chronique d une mort néphronique annoncée... Ph. Remy, Ph. Grimberg,V. Audart, M. Matignon, D. Dahmane, B.Bentarrit, D. Sahali, Ph.

Plus en détail

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS

PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS PNEUMOCYSTOSE : EPIDEMIOLOGIE,TRANSMISSION, INVESTIGATION DE CAS GROUPÉS Dr Nathalie Pestourie-Penault Assistant spécialiste Unité d Hygiène Hospitalière CHU de Limoges JNI 15 juin 2012 Généralités P.

Plus en détail