L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie"

Transcription

1 Notre étude donne un aperçu des points forts, des défis et de l importance des entreprises familiales dans le monde L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

2

3 Notre étude donne un aperçu des points forts, des défis et de l importance des entreprises familiales dans le monde L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

4 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie Edité par PricewaterhouseCoopers SA Société d audit Par Christina Müller Novembre 2012, 44 pages, 24 illustrations, softcover Toutes duplications et reproductions ainsi que tous enregistrements sur microfilms et traitements électroniques sont interdits sans l autorisation de l éditeur. Le contenu de la présente brochure est destiné à l information de notre clientèle. Il correspond à l état des connaissances des auteurs au moment de la publication. Pour résoudre des problèmes particuliers, veuillez vous référer aux sources indiquées dans la brochure ou vous adresser aux interlocuteurs mentionnés. Les opinions exprimées dans la brochure appartiennent aux seuls auteurs. Remerciements Nous remercions vivement ici toutes les personnes qui ont participé à l enquête Family Business Survey de cette année. Nous adressons un remerciement particulier à celles qui nous ont autorisés à les citer dans notre rapport.

5 Avant-propos Avant-propos Les entreprises familiales sont la charpente de nos économies, elles créent des emplois, stabilisent l économie, s engagent pour leur région et pour la société et font la preuve chaque jour de leur force d innovation. Par leur souplesse et leur résistance, elles ont permis à de grandes économies européennes, en particulier l Allemagne, l Autriche et la Suisse (ci-après «région DACH»), de mieux surmonter la crise que d autres pays. Les entreprises familiales se démarquent par leur proximité du client, par leurs services et par leurs activités sur des marchés de niche. Mais leurs prestations de pointe et leurs performances sont rarement considérées à leur juste valeur. Pourtant, les groupes internationaux pourraient s en inspirer et les gouvernements devraient leur apporter un soutien plus efficace. Au travers de la présente enquête, PwC s est penchée pour la quatrième fois sur les atouts particuliers des entreprises familiales, sur le regard qu elles posent sur leur avenir économique et sur les défis spécifiques qu elles doivent relever. Près de 2000 entreprises, dont 250 sont domiciliées en Allemagne, en Autriche et en Suisse, ont participé à l enquête conduite en été Cette année, l enquête s est plus particulièrement penchée sur la question de savoir comment les entreprises familiales conçoivent leur rôle dans la société et dans quelle mesure les gouvernements des différents pays apprécient et soutiennent leurs mérites. Les réponses montrent que l État est davantage sollicité pour garantir la pérennité des entreprises familiales. Des allègements fiscaux, moins de bureaucratie, des conditions politiques et économiques favorables aux innovations et un accès aux capitaux plus facile sont quelques mesures importantes pour les entreprises familiales. De telles initiatives profiteraient aussi à l État, car il ne faut pas oublier que les entreprises familiales d Allemagne, d Autriche et de Suisse participent pour plus de 50% à la performance économique du pays et représentent 60% des emplois. Une situation à préserver. Nous vous souhaitons une bonne lecture. Peter Bartels PwC Allemagne Karl Hofbauer PwC Autriche Stefan Gerber PwC Suisse L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 5

6 Sommaire Sommaire Liste des illustrations...7 A Principaux résultats...8 B Situation économique et perspectives Douze derniers mois rétrospective Évolution pour les cinq années à venir Principaux défis internes pour les douze prochains mois Principaux défis externes pour les douze prochains mois Principaux défis pour les cinq années à venir...15 C Croissance au-delà des marchés intérieurs Internationalisation aujourd hui et dans cinq ans Rouages déterminants de l internationalisation...19 D Spécificités des entreprises familiales Atouts des entreprises familiales Talon d Achille des entreprises familiales Intégration de managers étrangers à la famille Regard sur l avenir...25 E Gestion des conflits et planification de la succession Famille et entreprise Planification de la succession Freins à la transmission Conflits familiaux...30 F G Entreprises familiales et rôle de l État...32 Conclusion et perspectives...35 H Procédure adoptée À propos de la Family Business Survey À propos des entreprises À propos des personnes interviewées...39 Vos interlocuteurs L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

7 Liste des illustrations Liste des illustrations Illustration 1: Évolution du chiffre d affaires durant le dernier exercice financier...10 Illustration 2: Objectifs de croissance pour les cinq années à venir...11 Illustration 3: Principaux défis internes pour les douze prochains mois...12 Illustration 4: Principaux défis externes pour les douze prochains mois...15 Illustration 5: Principaux défis pour les cinq années à venir...16 Illustration 6: Part du chiffre d affaires réalisée à l étranger Illustration 7: Futurs marchés étrangers...18 Illustration 8: Part future du chiffre d affaires réalisée à l étranger...18 Illustration 9: Défis de l internationalisation...20 Illustration 10: Atouts des entreprises familiales...21 Illustration 11: Spécificités des entreprises familiales...23 Illustration 12: Membres de la famille dans les entreprises familiales...27 Illustration 13: Succession dans les entreprises familiales...28 Illustration 14: Méfiance lors de la transmission...29 Illustration 15: Mécanismes de lutte contre les conflits dans les entreprises familiales...30 Illustration 16: Rôle de l État pour les entreprises familiales...32 Illustration 17: Requêtes présentées aux gouvernements...34 Illustration 18: Entreprises par chiffre d affaires...37 Illustration 19: Entreprises par ancienneté...38 Illustration 20: Entreprises par génération...38 Illustration 21: Entreprises par secteur d activité...39 Illustration 22: Rôle des personnes interviewées dans l entreprise...39 Illustration 23: Appartenance à la famille...40 Illustration 24: Âge des personnes interviewées...40 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 7

8 Principaux résultats A Principaux résultats Situation économique et perspectives En 2011, les entreprises familiales de la région DACH ont enregistré une croissance plus rapide que celles du reste du monde. 70% (65% dans le monde) ont mentionné une hausse de leur chiffre d affaires durant les douze derniers mois et 75% tablent sur une poursuite de la croissance dans les cinq ans à venir. Les entreprises suisses sont moins optimistes que leurs homologues allemandes et autrichiennes face à l avenir, car la moitié seulement d entre elles ont pu accroître leur chiffre d affaires durant les douze derniers mois, et 26% ont même accusé un recul. C est pourquoi elles ne sont «que» 57% à attendre de la croissance dans les douze prochains mois (contre 85% en Allemagne et même 92% en Autriche) et 40% à espérer une consolidation. Sans changement par rapport à la dernière enquête, les entreprises familiales de la région DACH, mais aussi celles du reste du monde, voient dans la pénurie de main-d œuvre qualifiée un des principaux défis à relever. Par rapport à 2010, la situation a même empiré (de 38% en 2010 à 43% en 2012 dans le monde, et de 33% à 47% dans la région DACH). À peine 60% des entreprises familiales dans le monde, et 70% de celles domiciliées en Allemagne, en Autriche et en Suisse, indiquent que trouver une main-d œuvre correctement qualifiée restera une préoccupation essentielle dans cinq ans. Par ailleurs, la nécessité de fidéliser les collaborateurs-clés dans l entreprise va croître à l avenir. Les entreprises familiales ressentent également la pression du contexte économique actuel, la concurrence des prix et la nécessité de faire avancer l innovation. La crise actuelle de la dette et de l euro pèse particulièrement sur les entreprises familiales autrichiennes et allemandes (31% des entreprises allemandes et 24% des autrichiennes la considèrent comme un défi majeur), alors que les entreprises suisses voient dans le taux de change un obstacle essentiel à la future croissance (particulièrement important pour 39%). La réorganisation de l entreprise préoccupe en particulier les dirigeants des entreprises familiales autrichiennes (32%) et allemandes (36%), alors que les entreprises suisses placent la gestion des liquidités et le contrôle des coûts en tête de la liste de leurs inquiétudes. L explication de ces divergences réside notamment dans le développement économique différent des entreprises helvétiques par rapport aux entreprises autrichiennes et allemandes qui nécessite des mesures différentes en interne. Internationalisation Les entreprises familiales interrogées dans le monde génèrent actuellement un quart de leur chiffre d affaires à l étranger; cette part devrait progresser pour atteindre 30% dans cinq ans. Dans la région DACH, les plus orientées vers l étranger sont les entreprises autrichiennes (la moitié environ des chiffres d affaires sont générés hors de l Autriche), alors qu un tiers des entreprises suisses n exercent aucune activité à l étranger. Un quart des entreprises familiales dans le monde (17% dans la région DACH) veulent rester actives uniquement sur le marché domestique et n envisagent aucune activité d exportation à l avenir. 44% prévoient toutefois une plus forte internationalisation dans les cinq ans à venir. 8 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

9 Principaux résultats Lorsqu elles exercent des activités à l étranger, les entreprises familiales se concentrent sur le proche étranger et sur les pays historiquement liés au leur. Mais à l avenir, l importance de l espace Asie-Pacifique augmentera pour les entreprises de la région DACH aussi, même si l Europe reste la région-clé. Le plus grand défi consistera à comprendre les différentes cultures et les usages locaux, mais aussi à recruter des collaborateurs qualifiés sur place. Spécificités des entreprises familiales Les entreprises familiales sont convaincues d avoir un certain nombre d avantages essentiels sur d autres formes d entreprises. Elles ont une pensée davantage axée sur l entreprise, sur le long terme et sur la durabilité que les groupes internationaux; elles bénéficient de processus décisionnels rapides et souples et disposent d une culture axée sur les collaborateurs. En outre, elles se démarquent des grands groupes internationaux par leur engagement social et personnel ainsi que par leur ancrage local. En Allemagne, les entreprises familiales insistent particulièrement sur leur force d innovation et leur attitude face au risque plus marquées comme autres facteurs de différenciation. Mais les entreprises familiales ont aussi leurs faiblesses : la question de la succession lorsqu elle n est pas réglée, l accès plus difficile aux capitaux, les conflits familiaux potentiels et la difficulté à s imposer face aux groupes internationaux. Les entreprises familiales reconnaissent jusqu à un certain point avoir besoin du soutien de dirigeants étrangers à la famille, pourtant seules 20% des entreprises de la région DACH leur ont accordé des parts de l entreprise (contre 31% dans le monde). Entreprises familiales et rôle de l État Les entreprises familiales ont conscience de la contribution éminente qu elles apportent aux économies dans le monde : par la création d emplois, la stabilisation de l économie ainsi qu au travers de leur engagement social et régional. Cette opinion est particulièrement marquée dans la région DACH, surtout parmi les entreprises allemandes. D une manière générale, les entreprises de la région DACH estiment que leurs gouvernements reconnaissent l importance des entreprises familiales (surtout en Suisse et en Autriche, un peu moins en Allemagne). Pourtant, 6 sur 10 trouvent que l État devrait faciliter l accès aux capitaux et 10% seulement estiment que le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider les entreprises familiales. Planification de la succession et gestion des conflits Plus de la moitié des entreprises familiales en Allemagne et en Autriche souhaitent transmettre leurs affaires à la génération suivante; pour les entreprises suisses, la probabilité d une vente ou d une entrée en bourse est toutefois plus de deux fois plus élevée que pour les entreprises allemandes ou autrichiennes (19% contre respectivement 7% et 8%). C est aux entreprises allemandes que la transmission pose le moins de problèmes car elles sont nombreuses à avoir déjà surmonté avec succès la transmission intergénérationnelle et mis en place les structures correspondantes. En Suisse, on observe davantage de réticences, en raison surtout du manque de qualification ou du peu d intérêt des générations suivantes pour l entreprise familiale. Dans la région DACH, 86% des entreprises familiales ont mis en place des mécanismes pour gérer les conflits familiaux. C est mieux que dans le reste du monde. Elles ont aussi davantage tendance à conclure des contrats d associés et à prendre des mesures de précaution contre le décès soudain ou l incapacité de travail. Elles sont cependant moins de 20% à avoir mis en place des chartes familiales. L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 9

10 Situation économique et perspectives B Situation économique et perspectives 1 Douze derniers mois rétrospective Malgré la crise de la dette et la crise de l euro qui touchent les pays membres de la zone euro et s accompagnent d un environnement économique difficile, la majorité des entreprises familiales dans le monde a clôturé le dernier exercice financier de manière satisfaisante : 65% des entreprises familiales interrogées dans le cadre de l enquête ont pu accroître leur chiffre d affaires dans les douze derniers mois (contre un peu moins de la moitié en 2010). La croissance a particulièrement bénéficié aux entreprises domiciliées en Europe de l Est, en Amérique latine et au Proche-Orient. En Allemagne, en Autriche et en Suisse, les entreprises familiales ont elles aussi bénéficié de douze mois prospères : en moyenne, 70% déclarent des chiffres d affaires en hausse, particulièrement en Allemagne (79%) et en Autriche (70%). Illustration 1 : Évolution du chiffre d affaires durant le dernier exercice financier nettement 3 % plus faible 5 % un peu 12 % plus faible 15 % sans 15 % changement 15 % un peu plus forte 43 % 42 % nettement plus forte 27 % 24 % région DACH monde En Suisse en revanche, l année dernière n a pas été aussi confortable. 51% des entreprises familiales n ont enregistré aucune augmentation du chiffre d affaires, et 26% ont même accusé un recul de celui-ci. Les Suisses ont ainsi terminé l exercice nettement moins bien que leurs voisins germanophones : 16% seulement des entreprises en Autriche et 10% en Allemagne ont accusé une baisse de leur chiffre d affaires. La moyenne mondiale se situe à 19% (contre 30% dans la région DACH en 2010 et 34% dans le monde). 10 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

11 Situation économique et perspectives 2 Évolution pour les cinq années à venir Ces résultats influent aussi sur les attentes face aux cinq années à venir : plus de 80% des entreprises familiales dans le monde envisagent une croissance stable, voire rapide et agressive. Elles sont 85% en Allemagne et même 92% en Autriche à tabler sur une poursuite de la croissance dans les cinq années à venir. L ambiance est moins enthousiaste en Suisse, où 57% seulement des entreprises familiales espèrent une augmentation du chiffre d affaires. 40% des Suisses interrogés croient cependant à une consolidation (contre 11% seulement en Allemagne et 6% en Autriche) et 3% craignent un recul des affaires. Les entreprises familiales ont de grandes ambitions de croissance et regardent vers l avenir avec confiance. Malgré cela, pratiquement toutes les entreprises familiales de la région DACH (94%) sont confiantes et pensent qu elles atteindront leurs objectifs de croissance. Les plus optimistes sont les autrichiennes (98%), suivies des allemandes (95%) et des suisses (86%). Cet optimisme est partagé par l ensemble des entreprises familiales dans le monde, où 93% estiment avec confiance qu elles pourront réaliser leurs objectifs de croissance dans les cinq années à venir. L évolution différente et les perspectives économiques des entreprises suisses par rapport aux entreprises allemandes et autrichiennes résultent jusqu à un certain point de conditions-cadres différentes dans les deux pays de la zone euro par rapport à la Suisse et à son franc fort. Les entreprises autrichiennes et allemandes ont pu profiter d un euro faible et d une bonne demande, et notamment d un marché intérieur soutenu par un marché de l emploi solide, un taux d intérêt faible et une économie stable. En 2010 et 2011, l économie avait par exemple atteint une croissance d au moins 3% en Allemagne. Le franc fort, un handicap pour les entreprises suisses. Illustration 2 : Objectifs de croissance pour les cinq années à venir Croissance rapide et agressive 4 % 12 % Croissance 76 % continue 69 % Consolidation 17 % 16 % Diminution 1 % 2 % région DACH monde L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 11

12 Situation économique et perspectives 3 Principaux défis internes pour les douze prochains mois Le recrutement de collaborateurs qualifiés et la pénurie de main-d œuvre placent les entreprises familiales devant de gros problèmes. Pour réaliser leurs objectifs de croissance, les entreprises familiales doivent relever de nombreux défis. La menace de pénurie de main-d œuvre qualifiée à l échelle mondiale sera leur plus grand souci dans les douze prochains mois. Par rapport à 2010, le manque de collaborateurs bien formés s est même accru. Dans la région DACH, cet aspect constitue le défi majeur à relever pour près de la moitié (47%) des entreprises pour l année à venir (contre 33% en 2010). Dans le reste du monde, 43% des entreprises familiales (38% en 2010) le considèrent comme le plus grand défi interne. La raison est connue : l évolution démographique prive toujours plus les entreprises familiales de main-d œuvre spécialisée. Dans la course aux talents, elles se trouvent en concurrence avec les grands groupes qui versent parfois des salaires plus élevés, peuvent offrir des perspectives de carrière plus attrayantes ou un siège social mieux situé. Aujourd hui déjà, de nombreuses entreprises ne peuvent pas pourvoir leurs postes vacants, souvent par manque de candidats suffisamment qualifiés. «Trouver de bons collaborateurs est un problème sérieux, car les grandes entreprises paient davantage. Or, les bons collaborateurs sont la clé de la réussite; il nous faut donc d abord les convaincre de travailler pour nous» confirme Rudolf Donauer, directeur de l entreprise allemande Donauer Solartechnik Vertriebs GmbH. En Suisse, une entreprise sur deux se sent désormais menacée par la pénurie de main-d œuvre qualifiée, alors que cet aspect n était pas considéré comme prioritaire il y a deux ans. Mais la situation a fondamentalement changé. La principale raison est à rechercher dans le fait que les entreprises suisses ont, dans le passé, recruté sciemment des collaborateurs qualifiés à l étranger et que, désormais, le problème touche aussi les pays voisins. Daniel Fuchs, directeur de Kestenholz Holding AG, Suisse, ne peut qu acquiescer : «Recruter du personnel qualifié, en particulier des mécaniciens pour nos camions, représente l un de nos plus grands défis. Actuellement, nous allons jusqu en Autriche pour les trouver. Nous recherchons des collaborateurs capables de s investir vraiment.» Illustration 3 : Principaux défis internes pour les douze prochains mois Manque de main-d œuvre Organisation de l entreprise Développement de l entreprise/des produits Gestion des liquidités/ contrôle des coûts Planification de la succession Disponibilité des capitaux 11 % 10 % 10 % 10 % 8 % 9 % 14 % 17 % 21 % 31 % 47 % 43 % région DACH monde 12 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

13 Situation économique et perspectives Un tiers environ des entreprises familiales de la région DACH, et plus de 20% des entreprises dans le monde (contre 22% en 2010), mentionnent le changement ou la réorientation des structures organisationnelles comme autres défis internes importants, en plus de la pénurie de personnel. Les entreprises allemandes (36%) et autrichiennes (32%) en particulier y voient un facteur critique de réussite pour l évolution future. En effet, si elles ont enregistré une croissance ces dernières années, leurs structures et leurs processus internes peinent à garder le rythme. Elles doivent donc accroître leur efficience. Les structures organisationnelles doivent être adaptées. À votre avis, quels sont les trois principaux problèmes et défis internes qui affecteront votre entreprise au cours des douze prochains mois? «Les augmentations de productivité, l automatisation et le recrutement de collaborateurs qualifiés» répond Andreas Brenner, associé gérant de l entreprise autrichienne Seidel Consult GmbH. «Trouver, fidéliser et motiver des collaborateurs, mettre en place de manière professionnelle et efficiente des contrôles de qualité internes» complète Andrej Cvacho, vice-président du conseil d administration de befair partners AG, Suisse. En revanche, l importance de la gestion des liquidités et du contrôle des coûts est en recul, du moins auprès des entreprises autrichiennes et allemandes. Dans l ensemble, seule une entreprise familiale sur dix en Allemagne et en Autriche considère la question comme un gros problème. Avec 16%, les Suisses constituent une exception en la matière (17% dans le monde). L évolution relativement faible des chiffres d affaires l année dernière, qui a placé les entreprises familiales suisses sous pression, peut sans doute être avancée comme explication. Cette idée est étayée par le fait que 18% des entreprises helvétiques considèrent aussi leur rentabilité ou leur marge comme un facteur critique de succès. La gestion des liquidités, le contrôle des coûts et les marges préoccupent surtout les entreprises suisses. La succession est elle aussi considérée comme moins problématique actuellement, mais gagne en importance à moyen terme dans la plupart des entreprises de la région DACH : seule une entreprise familiale sur dix y voit un défi majeur pour les douze prochains mois, mais une sur quatre pour les cinq prochaines années. 4 Principaux défis externes pour les douze prochains mois Les conditions actuelles de marché et l environnement économique en général inquiètent grandement plus de la moitié des entreprises familiales dans le monde et 44% de celles de la région DACH, malgré une tendance à la baisse (en 2010, ces deux facteurs représentaient le plus grand problème pour 68% des entreprises dans le monde et pour 55% de celles de la région DACH). À l époque, cette inquiétude était due à la crise financière et économique qui, depuis, a cédé la place à la crise de l euro mais touche moins de pays. L environnement de marché difficile est un sujet d inquiétude. L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 13

14 Situation économique et perspectives La crise de l euro préoccupe les entreprises allemandes et autrichiennes. Les entreprises familiales de la région DACH, et notamment celles d Allemagne (31%) et d Autriche (24%), mentionnent plus souvent que la moyenne l évolution de l euro comme principal défi externe. Martin Hampe, directeur de Steiff Beteiligungsgesellschaft mbh, Allemagne, confirme : «L euro et la crise financière, ou l endettement public en général, constituent certainement le plus grand problème. Pour nous, il s agit d un thème crucial.» Quant aux entreprises familiales suisses, c est surtout l évolution du change (principal défi pour 39%) qui les inquiète. Cette crainte des entreprises suisses qui doivent lutter contre une monnaie forte, aux effets négatifs sur l industrie exportatrice mais aussi sur l économie nationale (surtout sur le secteur du tourisme), n a rien d étonnant. C est d ailleurs pour prévenir la menace qui pèse sur l économie suisse et une évolution déflationniste que la Banque nationale suisse a fixé, en septembre 2011, un cours plancher de 1,20 franc pour un euro. À votre avis, quels sont les trois principaux problèmes et défis externes qui affecteront votre entreprise au cours des douze prochains mois? Pour Hansruedi Wandfluh, directeur de Wandfluh Holding AG, Suisse, la réponse est sans ambiguïté : «La situation en matière de change, rien d autre». Pour Alain Balthasar, directeur adjoint, responsable Outlet, Balthasar & Co., Suisse : «Le taux de change entre l euro, le dollar et le franc suisse, ainsi que la fluctuation des prix des matières premières». Les prix des matières premières et le financement inquiètent actuellement moins. En revanche, l évolution des prix des matières premières n a plus la même importance; en 2010, près de 30% des entreprises de la région DACH la ressentaient encore comme inquiétante, alors qu elles ne sont plus que 10% en Autriche et 12% en Allemagne à considérer ce point comme important en À l époque, le prix du pétrole s était envolé. En même temps, la forte demande persistante des pays émergents, Chine en tête, et les prix élevés du cuivre, de l acier et de l aluminium causaient bien du souci aux entreprises. Actuellement, les entreprises familiales de la région DACH craignent moins les difficultés de financement et de succession et ce, bien qu elles attendent davantage de soutien de leur gouvernement pour accéder aux capitaux. Dietmar Puschkeit, directeur de VEM Holding GmbH, Allemagne, fait part de ses préoccupations : «Je crois que nous avons une relative indépendance en matière de financement. Mais rien n est jamais acquis, et il semble aujourd hui que les financements possibles à partir de sources externes deviendront plus complexes à l avenir.» 14 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

15 Situation économique et perspectives Illustration 4 : Principaux défis externes pour les douze prochains mois Conditions du marché Concurrence Incertitudes concernant l euro Réglementation/ endettement des États Taux de change Coût des matières premières 10 % 7 % 14 % 19 % 15 % 17 % 28 % 27 % 26 % 27 % 44 % 54 % région DACH monde 5 Principaux défis pour les cinq années à venir Dans les cinq années à venir, l environnement économique général, la concurrence des prix ainsi que le recrutement de collaborateurs qualifiés influenceront fortement l évolution des entreprises familiales dans le monde. Dans la région DACH, ces facteurs sont tendanciellement plus importants (70% les citent comme principaux défis) que pour les autres entreprises familiales dans le monde (environ 60%). En Autriche, le recrutement de collaborateurs qualifiés est même, avec 76%, le plus grand défi à relever dans les cinq années à venir. La pénurie de main-d œuvre qualifiée, l environnement économique et la concurrence en matière de prix mettent les entreprises sous pression. Près des deux tiers des entreprises familiales d Allemagne, d Autriche et de Suisse considèrent la capacité d innovation permanente comme un autre axe important de leur évolution future. L explication réside essentiellement dans le fait que seules les entreprises qui se réinventent en permanence et encouragent les innovations réussiront sur les marchés mondiaux et pourront s affirmer face à leurs concurrents. Cette condition s applique avant tout à des pays de taille modeste comme la Suisse et l Autriche, mais aussi à l Allemagne. Pour les entreprises suisses, le respect des lois, les nouvelles technologies et la planification de la succession revêtent moins d importance que pour celles du reste du monde, même si la transmission à la génération suivante demeure tout de même un levier important pour un quart des entreprises familiales de la région DACH. C est ce que confirme Serge Chevalley, directeur du Garage de Nyon, A&S Chevalley SA, Suisse : «Je travaille actuellement sur ma succession et me préoccupe avant tout de la cohérence avec le nouveau management. Parti de rien, j ai maintenant deux beaux bâtiments; tout le monde me connaît et je sens l inquiétude de certains de mes collaborateurs à l idée de me voir partir. J ai toujours représenté la figure du père pour eux et, lorsque le torchon brûlait, j étais le premier à tout faire pour l éteindre. La nouvelle direction sera plus stricte et je ne serai pas surpris que certains de mes collaborateurs quittent l entreprise.» La compliance et les nouvelles technologies ne posent guère de problèmes. L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 15

16 Situation économique et perspectives Illustration 5 : Principaux défis pour les cinq années à venir Environnement économique général Concurrence en matière de prix Collaborateurs qualifiés Capacité d innovation Fidélisation des collaborateurs-clés Concurrence Respect des lois/ directives Nécessité de nouvelles technologies Planification de la succession Fournisseurs/chaîne d approvisionnement Conflits entre membres de la famille 7 % 9 % région DACH 19 % 25 % 32 % 27 % 37 % 40 % 34 % 39 % 31 % 37 % monde 53 % 46 % 59 % 58 % 70 % 66 % 64 % 62 % 69 % 68 % 16 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

17 Croissance au-delà des marchés intérieurs C Croissance au-delà des marchés intérieurs 1 Internationalisation aujourd hui et dans cinq ans Deux tiers des entreprises familiales dans le monde et 80% de celles de la région DACH exercent des activités internationales. Avec en moyenne 35% de leur chiffre d affaires réalisés à l étranger, les entreprises de la région DACH dépassent de 10% celles du monde. Les entreprises autrichiennes réalisent même près de 50% de leur chiffre d affaires à l international. Cela est dû avant tout au taux d internationalisation élevé des entreprises du pays, où 12% seulement d entre elles n exercent aucune activité à l étranger. En Suisse, en revanche, une entreprise familiale sur trois et, en Allemagne, une sur cinq n exerce ses activités que dans son propre pays. Les entreprises familiales concentrent l essentiel de leurs activités internationales sur le proche étranger ou sur les pays historiquement liés avec le leur. Cette constatation n est pas surprenante, car les entreprises connaissent habituellement mieux les traditions et les usages des pays voisins et sont donc mieux à même d apprécier l évolution de ces marchés. Par ailleurs, l expansion vers le proche étranger requiert moins de personnel et engendre moins de coûts, ce qui profite surtout aux petites entreprises. Dans cette logique, les entreprises familiales autrichiennes tissent des liens particuliers avec la Hongrie et la Suisse, les allemandes avec l Autriche et la Pologne et les suisses avec l Autriche, l Italie et l Allemagne. Les entreprises autrichiennes sont particulièrement engagées à l étranger. Les liens traditionnels et régionaux déterminent les activités à l étranger. Illustration 6 : Part du chiffre d affaires réalisée à l étranger Actuellement 25 % 35 % 31 % Allemagne 48 % Autriche 32 % Suisse Dans 5 ans 30 % 40 % 37 % Allemagne 52 % Autriche 33 % Suisse région DACH monde L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 17

18 Croissance au-delà des marchés intérieurs Illustration 7 : Futurs marchés étrangers Région Asie-Pacifique 31 % Amérique 23 % Europe 40 % Afrique 6 % Proche-Orient/ région du Golfe Aucun nouveau pays 7 % 23 % La région Asie-Pacifique devient toujours plus importante. Les pays affichant des taux de croissance plus élevés gagneront en importance dans les cinq années à venir car les entreprises familiales entendent poursuivre l expansion de leurs activités internationales. L Europe reste la destination privilégiée pour les entreprises de la région DACH (surtout pour les autrichiennes). Les entreprises allemandes et suisses intègrent toutefois de plus en plus la région Asie-Pacifique (Inde : 12%) dans leurs plans d expansion future. L Afrique et le Proche-Orient sont en revanche moins prisés. Illustration 8 : Part future du chiffre d affaires réalisée à l étranger Aucune exportation, à l avenir non plus Augmentation des exportations 17 % 44 % Autriche Allemagne Suisse 12 % 14 % 29 % 48 % 47 % 33 % Part inchangée 29 % 32 % 28 % 29 % Baisse des exportations 6 % 4 % 8 % 5 % Ne sais pas 4 % 4 % 3 % 4 % 18 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

19 Croissance au-delà des marchés intérieurs 2 Rouages déterminants de l internationalisation Si elles veulent continuer à exercer avec succès des activités à l étranger, les entreprises familiales doivent s adapter aux cultures différentes des pays cibles et comprendre les pratiques commerciales locales. Pour Stephan Jantscher, directeur de KWB Kraft und Wärme aus Biomasse GmbH, Autriche : «Un nouveau pays, c est aussi une nouvelle culture. Il faut trouver les bons partenaires et canaux commerciaux pour faire des affaires». Connaître les forces du marché et les usages commerciaux locaux est donc un défi majeur à relever pour une future internationalisation. Cette vision face aux risques économiques susceptibles de surgir de fossés culturels sous-estimés ou négligés entre le pays d origine d une entreprise et les régions cibles de ses activités à l étranger fait pratiquement l unanimité des entreprises familiales dans le monde. 1 La compréhension de la culture est indispensable au succès d une activité à l étranger. Quels sont, à votre avis, les trois principaux défis qui se posent dans un environnement toujours plus international? «Pour nos collaborateurs, ce sont la langue, le contact avec les habitants et les usages locaux. Notre marketing doit s adapter à la région et à la demande spécifique. Il est toujours très anglo-saxon et européen, mais il doit dorénavant s orienter sur l Asie» souligne Jochen E. Köppen, directeur de l entreprise allemande Köppen GmbH. Pour Theodor Burckhardt, directeur de Burckhardt AG, Suisse, les plus grandes difficultés à maîtriser dans les affaires à l international résident dans «la compréhension culturelle, la manière de négocier ou d interagir avec les clients, surtout au niveau linguistique». Mais les cultures et usages différents ne sont pas seuls à influencer les activités à l étranger. Les Suisses doivent tout particulièrement lutter contre la pénurie menaçante de main-d œuvre spécialisée confirme Karl Stadler, président du conseil d administration de Polygena AG, Suisse. Recruter sur place de bons collaborateurs qualifiés est un problème majeur car, «en tant que PME, nous sommes souvent trop petits pour faire face jusqu au bout». Sans compter le défi non négligeable de la force du franc qui affaiblit la compétitivité des produits suisses sur les marchés mondiaux. À l étranger aussi, il faut du bon personnel. Hans-Georg Hof, CEO de Hof Sonderanlagenbau GmbH, Allemagne, parle des problèmes d ordre purement pratique susceptibles de se poser aux entreprises familiales en cas d internationalisation : «Il faut tenir compte de la situation dans le pays même. Deux de nos collaborateurs reviennent tout juste d Inde, complètement effarés par les conditions de travail qui règnent dans ce pays. Il n est pas facile non plus de trouver des collaborateurs prêts à beaucoup voyager.» 1 Voir aussi l étude de PwC «Deutscher Mittelstand im Ausland Erwartungen und Erfahrungen» publiée en 2010 (en allemand seulement). L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie 19

20 Croissance au-delà des marchés intérieurs Illustration 9 : Défis de l internationalisation Compréhension des différentes cultures/ pratiques commerciales Concurrence 18 % 19 % 21 % 20 % Personnel 12 % 18 % Compréhension et respect des directives locales 15 % 19 % Taux de change 13 % 16 % Coûts 10 % 11 % Compréhension des clients sur les marchés locaux 9 % 12 % Cadres économiques 8 % sur d autres marchés 16 % Cadres politiques 8 % locaux 7 % région DACH monde Préserver l identité. Malgré ces défis, Matthias Bodry, directeur de Bytec Bodry Technology GmbH, Allemagne, recommande de garder la tête froide face à l actuel «délire mondialiste» : «Notre concurrent le plus important est une entreprise de 25 milliards d euros qui, malgré tout, n a aucune chance dans le domaine où nous nous sommes spécialisés.» Le plus grand défi consiste à «préserver les différences culturelles, ce que les groupes internationaux ne sont pas en mesure de faire. Ils agissent tous de la même manière.» 20 L avenir des entreprises familiales au cœur de l économie

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Livre Blanc e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Optimisation des opportunités en ligne pour les PME Opportunités en ligne La conjoncture n a jamais été aussi favorable

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet.

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet. Signaux de vente... En 2010, les commerciaux continuent de batailler sur tous les fronts. En suivant cette idée, Krauthammer, avec l'aide du Groupe ESC Clermont, a réalisé trois rapports d étude de «l'état

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer

d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Créer de la valeur dans le secteur d e l a s s urance g r â ce a u «C u s t omer Analytics» L

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE 1 Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique JeanPierre THOMAS Président du Cercle de l'epargne Philippe CREVEL Directeur

Plus en détail

«The Intelligent. Une perspective canadienne. Mai 2013

«The Intelligent. Une perspective canadienne. Mai 2013 «The Intelligent Insurer» Une perspective canadienne Mai 2013 Présentation d aujourd hui NOS CONSTATS Fondées sur «The Intelligent Insurer» et d autres enquêtes réalisées par KPMG-SECOR VOTRE POINT DE

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent 8 L enquête souligne la prépondérance accordée à la création de valeur ajoutée par rapport aux réductions de coûts, ainsi que la prédominance des investissements dans le Big Data, le Cloud et la sécurité.

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer Solutions PD Parez au risque Rente sans rachat des engagements (Assurente MC ) Transfert des risques pour régimes sous-provisionnés Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in»)

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts.

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. Audit des Ressources Humaines ATELIER D UNE DEMI-JOURNEE Introduction ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. ima signifie Identifier, Modifier, Adapter : les

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique www.itjobboard.be T: + 32 (0)2 5035 364 Contexte L objectif de ce rapport est de résumer la situation actuelle du marché de l emploi informatique

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Introduction & «raison d être» de l étude

Introduction & «raison d être» de l étude 1 Introduction & «raison d être» de l étude Le RTB (Real Time Bidding) est un nouveau mode d achat média programmatique, arrivé sur le marché de la publicité digitale depuis 2010. Basé sur l achat d espaces

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Perspectives: un exercice 2015 exigeant

Perspectives: un exercice 2015 exigeant Communiqué de presse Cicor enregistre une nouvelle croissance et augmente encore son résultat opérationnel au titre de l exercice 2014 Cicor nomme Dr. Jürg Dübendorfer nouveau CEO Zurich, le 11 mars 2015.

Plus en détail

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas.

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas. Pour publication immédiate Le 12 septembre 2011 Connaissances limitées en matière de finances : un obstacle au remboursement des dettes Selon un sondage sur l endettement mené pour la Banque Manuvie du

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés COMMUNIQUE DE PRESSE Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés Sondage Harris Interactive pour Gecina Enquête réalisée en ligne du 5 au 11 mai 2011. Echantillon représentatif

Plus en détail

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé

assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Notre objectif: être un assureur de classe, engagé et efficace. Le rapport de gestion 2010 en abrégé Chiffres-clés Données en milliers de CHF 2010 2009 Effectif des assurés 882 023 830 115 Effectif du

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Gérer votre patrimoine.

Gérer votre patrimoine. Gérer votre patrimoine. Planifier votre avenir. Nous vivons dans un monde en constante évolution. 2 Introduction Introduction 3 Gérer votre patrimoine dans un monde en constante évolution. Nous vivons

Plus en détail

S assurer ou pas? LIVRE BLANC

S assurer ou pas? LIVRE BLANC LIVRE BLANC S assurer ou pas? L assurance crédit vous protège si vos créances à l étranger ne vous sont pas payées. C est une excellente façon de gérer les risques, mais elle a un prix. Quand des exportateurs

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail