Etude de marché des disposi>fs médicaux en Russie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de marché des disposi>fs médicaux en Russie"

Transcription

1 Etude de marché des disposi>fs médicaux en Russie Allan Rodriguez Mathieu Cynober 01 décembre 2012

2 Sommaire 1. Introduc1on 2. Etat des lieux et tendances 3. Analyse macro, structure et acteurs 4. Réglementa>on et accès au marché 5. Modes de pénétra>on envisageables 6. Facteurs clés de succès 7. Synthèse et recommanda>ons 2

3 La Fédéra1on de Russie Plus grand territoire au monde en terme de superficie, la Russie est également une forte puissance économique. Avec de vastes ressources naturelles, une importante popula>on (8 ème plus peuplé avec près de 140 M d habitants) et un système de santé naissant (seuls 20 % des citoyens ont accès à des soins de qualité et le système de santé dans son ensemble est classé 130 ème au monde, à 4 places au dessus du Soudan), le pays offre des opportunités intéressantes pour les entreprises étrangères souhaitant s y développer. En 2011, le Président russe Dmitry Medvedev a engagé une large réforme visant à augmenter les dépenses directes de l état en terme de santé de 13,6 Mi en 2010 à 36 Mi en Plus par>culièrement, 4 Mi seraient dédiés aux équipements médicaux d ici 2013 et la procédure d accès au marché pour les disposi>fs d import serait simplifiée. On constate cependant sur le terrain un écart entre ces déclara>ons et la réalité. Notons également que la Russie est cons>tuée de différentes catégories de subdivisions (83 «sujets» en tout) variant en autonomie, taille, etc. pouvant impacter les stratégies d accès au marché. Enfin, les centres majeurs de popula>on où se regroupent les principaux établissements de santé sont Moscou (10,5 M d habitants), St Petersburg (4,6 M), Novossibirsk (1,4 M), Ekaterinbourg (1,3 M) et Nijni Novgorod (1,3 M). Enfin, la Russie est un pays vieillissant avec une popula>on totale en contrac>on depuis En effet, on compte désormais un écart de près de entre le nombre de décès et celui de naissances chaque année. Source : Organisa/on Mondiale de la Santé, EasyLink Business Sevices, Recensement et état civil russe, 1 = 1,25 $US 3

4 Sommaire 1. Introduc>on 2. Etat des lieux et tendances 3. Analyse macro, structure et acteurs 4. Réglementa>on et accès au marché 5. Modes de pénétra>on envisageables 6. Facteurs clés de succès 7. Synthèse et recommanda>ons 4

5 La demande de soins en Fédéra1on de Russie L un des problèmes majeurs du système de santé russe réside dans le mauvais état des infrastructures de soin. En effet, la disponibilité des équipements médicaux de base est entre trois et cinq fois inférieure à celle des pays développés avec en par>culier, pour certains hôpitaux, des équipements vitaux qui datent de l époque sovié>que. Cet écart s accentue sur les équipements lourds comme l imagerie où la Russie possède environ 15 fois moins de disposi>fs que les pays d Europe de l Ouest. Enfin, un >ers des hôpitaux n ont pas l eau courante et la stérilisa>on des disposi>fs n est que peu ou pas réalisée. Plus encore, les maladies cardiovasculaires représentent un problème de santé publique majeur avec un taux de mortalité standardisé sur l âge nedement plus élevé en Fédéra>on de Russie (700 pour habitants) que dans d autres pays en voie de développement (400 pour le Pakistan et 300 pour le Brésil) ou développés (environ 150 pour le Canada et 175 pour le RoyaumeUni). De manière plus large, la perte de revenu imputable aux cardiopathies, AVC et au diabète a été évalué à 240 milliards d entre 2005 et 2015 contre moins de 30 milliards en Grande Bretagne. Par ailleurs, notons que 60 % des hommes font de l hypertension et que des souches mul>résistantes de tuberculose ont fait leur appari>on au sein du pays. De manière similaire, la prise en charge des affec>ons de longue durée y est encore nedement insuffisante avec un taux de mortalité standardisé sur l âge chez les 30 à 60 ans également bien supérieur (1 000 pour en Russie contre 600 au Pakistan et 300 au Canada en 2005). Source : Federal State Sta>s>cs Service, CDC, OECD Health, World Bank, Global Health Facts, Rostat, Organisa>on Mondiale de la santé, 1 = 1,25 $US 5

6 Augmenta1on des dépenses fédérales en santé Evolu1on des dépenses directes et indirectes de santé en Russie (en Mi ) Cede augmenta>on touche autant les disposi>fs médicaux que l industrie pharmaceu>que. En par>culier, selon les informa>ons contenues dans le programme adopté par le gouvernement en 2009 (Pharma 2020 Strategy), le domaine biopharma serait en croissance de % par an pour adeindre 25 à 40 Mi en Selon les données du Ministère de la Santé Russe, le nombre de lit serait quant à lui stable (autour de 1,3 millions) et quasiexclusivement publics (l offre de soin privée ne représentant que 6% du nombre de lits). De même, le nombre de pra>ciens entre 2010 et 2015 devrait rester stable aux alentours de Source : World Health Sta/s/cs, McKinsey & Company, Index Mundi, Department of Health, Economist Intelligence Unit, Espicom 6

7 Décomposi1on de la demande de soin (h.g.), du marché pharma (b.g.) et principales causes de mortalité (d.) Accidents et meurtres 10% Maladies gastriques 4% Maladies respiratoires 4% Autres maladies 10% Maladies contagieuses 2% Oncologie 15% Maladies cardio- vasculaires 55% 60.00% 50.00% 40.00% 30.00% 20.00% EtatsUnis France Russie Immuno. 4% Autre 12% Dermatologie 5% An>bactérien 7% Génital 7% Voies alimentaires et métabolisme 20% Système nerveux 13% 10.00% 0.00% Musculo- squelerque 7% Respiratoire 12% Cardio- vasculaire 13% Source : CDC, INSEE, Pharmopolis, Ministère de la santé russe 7

8 Les réformes de santé depuis l URSS Alors que la Russie produisait 70 % de la consomma>on locale de produits pharmaceu>ques durant l ère sovié>que, le niveau de fabrica>on actuel est retombé à celui de En effet, le manque d installa>on moderne et de ma>ère première ont poussé les acteurs à importer de plus en plus de produits pour adeindre 7,36 Mi en Les soins ambulatoires et/ou spécialisés devraient profiter le plus des réformes de santé de par la surcharge actuelle des dépenses hospitalières (soins qui sont en général inefficients et de moindre qualité en Russie). Ce développement sera également soutenu par la montée des assurances complémentaires et la diminu>on des paiements OOP (out of pocket). 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Décomposi1on des dépenses de soins, 2011 Germany USA Russia Enfin, la Russie devrait implémenter une réforme des remboursements dans la décennie à venir car, bien que l état dépense plus de 20 % de son budget dans les produits pharmaceu>ques, cesderniers sont encore supportés financièrement à plus de 70 % par les pa>ents. Source : Ins/tut de Pharmacologie de l Académie des Sciences Russe, WHO, Rosstat, Roland Berger, 1 = 1,25 $US 8

9 Facteurs de sou1en pour la filière santé L améliora>on du système de santé russe était l une des priorités de la présidence de Vladimir Pou>ne en tant que moteur de développement économique. A ce >tre fut créé en 2005, un Na>onal Priority Project pour développer le secteur et impactant tant les filières pharma et disposi>fs médicaux. Il fut alimenté par 9,6 Mi en 2008 puis 7,84 Mi entre 2009 et 2011 et devrait recevoir 12,08 Mi entre 2011 et Plus encore, ce sont 3,84 Mi qui devraient être dirigés vers les équipements médicaux à haute technologie entre 2008 et Plus largement 2,64 Mi devraient être alloués en pour l achats de équipements médicaux. Par ailleurs, le programme fédéral «Healthcare Development Concept 2020» a pour objec>fs de diminuer la mortalité de 4% au sein de la popula>on ac>ve, d augmenter l espérance de vie à 75 ans et d augmenter la popula>on pour adeindre 145 M d habitants. Ce plan prévoit en par>culier la modernisa>on profonde du système de soins russe en medant l accent sur le diagnos>c médical et le traitement des maladies en aval. Un autre facteur de sou>en touche aux différents projets dans le domaine des TIC en santé avec en par>culier une volonté de créer une véritable infrastructure informa>que na>onale d ici 2014 dans le champ de la santé. En ce sens, la télémédecine pourrait connaître une forte croissance. Enfin, la présence de grands pôles de popula>on et de déserts médicaux pourrait agir en tant que moteur d innova>on pour appliquer de nouvelles technologies à ces deux environnements différents. Source : XXX, 1 = 1,25 $US 9

10 Challenges pour la filière santé De manière globale, les équipements au sein des hôpitaux, la qualité et l accès aux soins restent largement insuffisants limitant la diffusion d innova>ons au profit des équipements «de base» ou «lourds» permedant, dans un premier temps, de remedre le système de santé à niveau. En effet, comme évoqué, la plupart des structures de soin sont de grande taille avec des équipements obsolètes. Plus encore, 20% des établissements ne sont pas munis de services de base comme l eau chaude. En revanche, en 2009, il y avait en moyenne 43,1 médecins et 85,2 infirmiers pour pa>ents soit plus que dans de nombreux pays européens. Enfin, que ce soit à cause de la forma>on des pra>ciens ou bien des ou>ls u>lisés, les diagnos>cs sont régulièrement incorrects, conduisant à des gaspillages de fonds publics et à la mise en danger de pa>ents (risque iatrogène). De plus, il n existe historiquement que peu de respect de la protec>on intellectuelle (de nouvelles lois garan>ssent désormais mieux la sécurité de la PI à condi>ons que les trademarks et autres droits soient bien enregistrés en Russie) et un manque de compréhension des procédures et des pra>ques d affaires occidentales n incitent pas les acteurs étrangers à s installer en Russie ou à coopérer avec des acteurs locaux. Les axes stratégiques iden>fiés par le gouvernement dans le domaine de la santé ciblent 57 produits pharmaceu>ques qui devraient être fabriqués localement et non importés. En dehors de l aspect industriel, cede stratégie pourra prendre la forme d un protec>onnisme réglementaire renforcé (la perte poten>elle pour les société pharmaceu>ques interna>onales est es>mée à 560 millions d ). La réforme de santé porte à controverse faisant évoluer le système d un état d esprit sovié>que (volume) à occidental (qualité/coût) et poussant en ce sens au licenciement possible de près de spécialistes. Source : Pharmopolis, Frost & Sullivan, George Mason University 10

11 Principaux inves1ssements entre 2005 et 2008 Date Nom de la cible Nom de l acheteur Valeur (en millions d ) Commentaires 2008 European Medical Center Igor Shilov MEDSI, MedExpress, American Medical Center SISTEMA n.a. EMC est une clinique VIP à Moscou vendue à 36.6 Pharmacy en 2006 puis revendue à un inves>sseur unique en MEDSI possède trois polycliniques, AMC est une clinique VIP et Medexpress possède plus de 15 cliniques Nizhpharm STADA 80 Valorisé à 2x les ventes en Makiz Pharma STADA 125 Valorisé à 2,4x les ventes en Akrihin Polpharma 120 Prise de 80% du capital valorisé à 2x les ventes de SIA Interna>onal Texas Pacific Group 800 TPG est entré au capital à hauteur de 50% 2004 NaturProdukt Renova Capital 25 Prise de 40% du capital Il est possible de diviser l origine des financements en trois catégories d acteurs : Les VC : une dizaine d acteurs locaux ou régionaux, dont 1 3 dédiés à la santé, conduisant des deals de moins de 2,5 M pour des fonds de 30 à 50 M alimentés par des par>culier. Les Lower Mid. Market : une dizaine d acteurs sur l Europe de l Est dédiés à cede région, inves>ssant en moyenne 8,4 M pour des fonds de 50 à 200 M et alimentés par des VC. Les Mid. Mid. Market et plus : une dizaine d acteurs dédiés sur la zone et une dizaine d acteurs mondiaux, la plupart occidentaux, inves>ssant en moyenne 22 M pour des fonds entre 150 et M. Source : Thomson Reuters, Fac/via, ISI Emerging Markets, Boston Clinic 11

12 Demande en disposi1fs médicaux En 2009, malgré une contrac>on du PIB réel de près de 8%, le volume total d équipements médicaux et de consommables a augmenté de 38% pour adeindre 2,64 Mi. Selon le Ministère de l Industrie et du Commerce, le marché des disposi>fs médicaux aurait adeint 4,54 Mi en 2011 (soit moins de 2% du marché mondial, entre 7 et 6% des dépenses de santé ou encore une dépense par habitant de l ordre de 32 ) grâce à la forte croissance des dépenses fédérales en santé et le lancement de programmes de modernisa>on des centres de soin à travers la Russie. En terme de projec>ons du marché, il est intéressant de noter que la croissance devrait perdurer dans les années à venir à un rythme moyen compris entre 8,9 % et 13,8 % Evolu1on du marché des équipements médicaux en Russie (en M ) Source : MedProm 2020, Ministry of Industry and Trade, Espicom, Russian Department of Health, The Lighthouse Group, 1 R = 0,025 12

13 Evolu1on des différents segments du marché (en M d ) Soin des plaies Seringues, aiguilles et cathéters Autres consommbales Electrodiagnos>que Imagerie X Forets, chaises et imagerie dentaire Instruments dentaires Orthopédie et implants Source : Espicom, MedProm 2020, Ministry of Industry and Trade of the Russian Federa/on, 1 = 1,25 $US 13

14 Données économiques complémentaires Autre décomposi1on de la structure du marché Equipements hospitaliers de base 5% Dialyse 5% Autre 5% Il est par ailleurs important de noter que trois grands types d équipements se distinguent au sein du marché des DM en Russie : l imagerie qui ressort clairement ainsi que, de manière transversale, les dispositifs cardiovasculaires et ceux d urologie néphrologie, évalués respectivement à 288 et 360 millions d en Au niveau de l imagerie, il s agit en effet d un rattrapage du retard accumulé au sein des centres de soin avec un besoin estimé de CT et IRM. DMDIV 6% Imagerie X 12% Chirurgie et soins intensifs 18% Imagerie diagnos>que 49% Par ailleurs, en 2010, le marché des TIC en santé était évalué à environ 192 millions d et devrait atteindre 352 millions d d ici 2014 grâce aux relances du gouvernement. Notons cependant qu aucune réglementation adaptée n est pour le moment mise en place dans ce domaine et que, en 2009, seul 20% des hôpitaux russes étaient équipés de systèmes informatiques modernes. Ainsi, avec en moyenne 37 ordinateurs par hôpital, ce sont 4 à 5 personnels de santé qui doivent se partager un poste informatique. A l opposé, la majorité des cliniques privées russes auraient des systèmes informatiques prenant en charge la comptabilité, la collecte de données statistiques, etc. Source : Ministry of Industry and Trade, Ministry of Health, Frost & Sullivan et traitement Tech2Market 14

15 Evolu1on de la recherche en Russie Source : Analyse PubMed de Tech2Market sur les théma/ques «device» et «russia», GoPubMed, le «rela/ve research interest» correspondant à la produc/on scien/fique rela/ve sur les théma/ques étudiées au regard de la produc/on scien/fique totale en santé 15

16 Principaux auteurs et journaux Les principales revues scientifiques traitant des thématiques de dispositifs médicaux en lien avec la Russie sont : - Meditsinskaia tekhnika - Mikrobiologiya - Zhurnal Mikrobiologii, Epidemiologii i Immunobiologii - Radiatsionnaia biologiia, radioecologiia - Voenno-meditsinskii zhurnal Il pourrait donc être pertinent pour les acteurs souhaitant se positionner sur ce marché de mettre en place une veille sur ces publications en Russe afin d évaluer les évolutions technologiques et cliniques et ainsi détecter les opportunités et menaces. De plus, on remarque que très peu d auteurs étrangers sont associés aux publications. Source : Analyse PubMed de Tech2Market sur les théma/ques «device» et «russia», GoPubMed 16

17 Principaux partenaires commerciaux de la Russie (tout domaine confondu) Le marché russe des disposi>fs médicaux dépend de l importa>on et ses principaux fournisseurs sont l Allemagne et la Chine. La France est quant à elle réputée au niveau de la qualité de l offre, ses produits se situant dans le moyen et le haut de gamme. De manière plus large, l Allemagne reste le partenaire économique principal du pays avec dans ce cadre une concurrence réelle pour les autres entreprises étrangères que ce soit dans le champ des sciences du vivant ou d autres domaines industriels : A l'import A l'export Autre 57% Allemagne 15% Chine 13% Ukraine 5% Autre 69% Allemagne 9% PaysBas 6% EtatsUnis 6% Chine 5% Turquie 5% Italie 5% Belarus 5% Source : Ministry of Industry and Trade et traitement Tech2Market 17

18 Marché des disposi1fs médicaux en Russie selon leur provenance à l import, 2009 Italie 5% France 5% Japon 10% Autre 15% EtatsUnis 23% Allemagne 42% Alors que l Allemagne ne représente que 15% des importa>ons globales du pays, ils comptent pour près de la moi>é du marché des disposi>fs médicaux. Ainsi, avec les acteurs américains, ils ont déjà pu développer une forte présence commerciale. La France quant à elle reste loin derrière avec seulement 5% des importa>ons. De manière stable, la produc>on intérieure russe dans le domaine des disposi>fs médicaux représente moins de 19% de la consomma>on locale et se concentre aux alentours de Moscou et Saint Petersburg. Plus encore, sur un total de près de DM enregistrés, seuls ont la possibilité d être produits localement. Notons par ailleurs qu un plan gouvernemental vise à faire croitre jusqu à 40% la part des équipements médicaux domes>ques sur le marché. Il est également à noter que la Chine et le Pakistan fournissent de plus en plus de disposi>fs LowTech. Source : Ministry of Industry and Trade, Social Policy Commicee of the Russian Federal Council et traitement Tech2Market 18

19 Evolu1on globale des importa1ons Si l on analyse les flux économiques, on constate que les EtatsUnis exportaient vers la Russie plus de 760 millions d de disposi>fs médicaux en Fortement impactés par la crise, ces échanges sont tombés aux alentours de 480 millions d en 2009 (de par la place occupée par les domaines liés aux équipements lourds nécessitant des inves>ssements plus importants) avant de remonter aux alentours de 560 millions d en De plus, on a pu constater une forte évolu>on du taux d importa>on dans différents domaines : Evolu1on des importa1ons par type de produits, tout pays confondu, (en k de $US) Consommables Imagerie diagnos>que Produits dentaires Orthopédie Autre Source : Interna/onal trade administra/on, Global Trade Atlas et Espicom 19

20 Principales des1na1ons pour les exporta1ons russes Union Européenne, 5.60% Uzbekistan, 5% EtatsUnis, 0% Allemagne, 0% Consommables Ukraine, 40.20% Kazakhstan, 26.70% Imagerie diagnos1que EtatsUnis, 1.50% Kazakhstan, 19.80% Allemagne, 0.60% Produits dentaires Uzbekistan, 2.20% Ukraine, 35.10% Union Européenne, 7.40% Kazakhstan, 41.10% Union Européenne, 23.50% Orthopédie Union Européenne, 47.30% Ukraine, 5% Uzbekistan, 7.20% Kazakhstan, 24.30% Uzbekistan, 2.70% EtatsUnis, 0.50% Ukraine, 18.00% EtatsUnis, 6.90% Allemagne, 36.90% Allemagne, 8.90% Source : Episcom, traitement Tech2Market 20

21 Principales des1na1ons pour les exporta1ons russes et tendances Principales des1na1ons des produits médicaux, 2008 (en M ) Kazakhstan Ukraine Allemagne EtatsUnis Uzbekistan Union Européenne Autre Orthopédie Produits dentaires Imagerie diagnos>que Consommables Evolu1on des exporta1ons entre 2004 et 2008 (en M ) Consommables Imagerie diagnos>que Produits dentaires Orthopédie Autres Source : Episcom et traitement Tech2Market 1 = 1,25 $US 21

22 Evolu1on globale des exporta1ons Evolu1on des exporta1ons par type de produits (en millions d ) Consommables Imagerie diagnos>que Produits dentaires Orthopédie Aure Evolu1on des exporta1ons (%) Malgré des exporta>ons en croissance (c.àd. passant d environ 52 millions d en 2004 à 97 millions en 2008), le rythme est aujourd hui inférieur au développement global du domaine avec environ 8% de croissance. Plus encore, seulement 20 à 30 % des disposi>fs produits en Russie seraient compé>>fs au niveau interna>onal. Source : Episcom, Technomedica 22

23 Focus sur le segment de la neurologie Il existe des centres de référence ayant une ac>vité forte de recherche (par exemple dans les champs des fonc>ons cérébrales ou des pathologies neurovasculaires) qui reçoivent des financements de l état selon une démarche se rapprochant des centres hospitalouniversitaires ou ins>tuts hospitalouniversitaires comme nous les connaissons. Plus encore, ces centres ont noués des partenariats avec des entreprises étrangères afin de réaliser les essais cliniques nécessaires à l entrée sur le marché Russe (dans le domaine pharma il s agit par exemple de BristolMyers Sqiubb, d Ipsen, de Pharmacia HB/CA, de Novar>s, de Schering ou de Gedeon Richter). Divers soussegments concentrent par ailleurs les efforts des par>es prenantes de la filière : Accidents vasculaires cérébraux ischémiques Hémorragie intracérébrale AVC chez les adolescents et jeunes adultes Traitement des formes sévères d AVC Démence vasculaire Réhabilita>on postavc Préven>on primaire et secondaire des AVC Epidémiologie des AVC Source : Russian Stroke Center 23

24 Focus sur le segment des implants Que ce soit dans le domaine cardiovasculaire (par exemple avec le marché des stents) ou dans celui de l orthopédie (par exemple sur le segment des prothèses de hanche), on retrouve les acteurs interna>onaux de la filière comme Abbod, Boston Scien>fic, Johnson & Johnson (Cordis), Zimmer, Dentsply ou Smith & Nephew et, dans une moindre mesure, des acteurs de plus pe>te taille. Répar11on du marché des stents coronariens, 2011 Evolu1on du marché des prothèses de hanches (en nb. d'unités vendues), 2011 Source : Medtechexpert, Pharmexpert 24

25 Focus sur le segment de l automa1sa1on du laboratoire Ce segment est poussé par le développement des capacités de produc>on locales des acteurs de l industrie pharmaceu>que mais n est pas encore u>lisé de manière clinique dans les hôpitaux. En effet, de par le retard accumulé dans l équipement lourd et les consommables, les disposi>fs d automa>sa>on des laboratoires ne sont pas actuellement une priorité afin d amener à niveau les services de biologie et autres plateformes techniques. Plus encore, durant l aire sovié>que, la tendance étant à la couverture géographique maximum du pays afin d avoir des centres de soin de proximité, la no>on de mutualisa>on des moyens n existait pas. En ce sens, la robo>que de laboratoire a accumulé un retard important dès cede période contrairement aux autres domaines qui eux étaient un peu plus répandu. Enfin, les démarches de préven>on mises en place par le gouvernement (ex : screening de biomarqueurs du cancer ou dépistage du virus du SIDA) devraient soutenir le développement du domaine dans les années à venir. Ainsi, il est possible de projeter une augmenta>on de l u>lisa>on des solu>ons automa>sées de laboratoire à moyen terme afin de radraper ce retard accumulé, de limiter les coûts, d améliorer la qualité et de garan>r un meilleur accès aux soins mais il reste difficile de l es>mer. Source : Frost & Sullivan 25

26 Facteurs de sou1en pour les disposi1fs médicaux Les différents plans de sou>en à la filière des disposi>fs médicaux en Russie devraient prendre la forme d incita>ons pour arrer les entreprises étrangères et les pousser à développer des capacités de produc>on ou des joint ventures avec des acteurs locaux. Par ailleurs, près des 2/3 des équipements u>lisés actuellement en hôpital ont plus de 10 ans et on devrait donc constater une vague de renouvellement des produits dans les années à venir. Le marché étant encore largement dépendant des importa>ons, cede opportunité devrait principalement profiter aux sociétés étrangères. D autre part, les personnels soignants russes ont une bonne forma>on et ils s intéressent fortement aux nouvelles technologies facilitant ainsi l adop>on d innova>ons indépendamment de leur provenance. En effet, les études de médecine en Russie exploitent autant les méthodes européennes qu américaines et sont sensibles aux principaux key opinion leaders. L entrée de la Russie dans l OMC devrait progressivement permedre la créa>on d un équilibre entre les producteurs locaux et les sociétés étrangères (telles que des inspec>ons supplémentaires ou des adentes supérieures), une transparence dans les procédures d appels d offres et un meilleur respect des droits de propriété intellectuelle. Source : Pharmopolis 26

27 Challenges pour les disposi1fs médicaux L un des freins au développement des disposi>fs médicaux en Russie est l existence de «sociétés éphémères». Ces dernières sont des organisa>ons commerciales u>lisées à des fins souvent délictueuses, créées à l aide de passeports perdus ou appartenant à des personnes défavorisées. Ce sont des organisa>ons qui permedent, entre autre, des op>misa>ons fiscales. Malgré cela, ces entreprises remportent la majorité des appels d offres et les collabora>ons avec de telles sociétés sont légales. En général, les hôpitaux et cliniques se reposent sur leur trésorerie afin d acquérir de nouveaux disposi>fs (souvent des équipements ou produits peu coûteux). Les inves>ssements plus conséquents doivent passer par des aides locales ou fédérales pour lesquelles l accès par des sociétés étrangères est limité. Les évolu>ons fréquentes et rapides du système de santé russe créent un environnement incertain ne facilitant pas la prise de décision et le posi>onnement des acteurs de la filière. Les fonds annoncés dans le cadre des grands plans gouvernementaux devraient principalement être alloués à des programmes de remise en état des établissements de santé et donc à l acquisi>on de consommables ou, à l opposé, d équipements lourds. Ainsi, la filière des DM de manière globale ne devrait que moyennement >rer profit de cede source de revenus. Source : CMS Russie 27

28 Le poten1el des pays voisins (le cas de l industrie pharmaceu1que) Source : Frost & Sullivan 28

29 Sommaire 1. Introduc>on 2. Etat des lieux et tendances 3. Analyse macro, structure et acteurs 4. Réglementa>on et accès au marché 5. Modes de pénétra>on envisageables 6. Facteurs clés de succès 7. Synthèse et recommanda>ons 29

30 Analyse poli1que et réglementaire En Russie, deux ministères sont en charge du développement de la science et de la technologie : Ø Le ministère de la communica>on et des télécommunica>ons de masse (ou Ministère de l informa>on et de la communica>on) a été créé en Il est la fusion de l ancien ministère de l informa>on et des communica>ons et du ministère de la culture et des communica>ons de masse. Ø Le ministère de l éduca>on et de la science a été créé en Il est spécialiste des ac>vités scien>fiques et technologiques. La réglementa>on est gérée par le ministère de la santé publique et du développement social de la Fédéra>on de Russie. Le service fédéral de contrôle des soins médicaux et du développement social (Roszdravnadzor) est responsable de la sécurité sanitaire, des disposi>fs médicaux, des équipements et des processus d enregistrement (département de l enregistrement des équipements et des disposi>fs médicaux) auprès de l état. L agence fédérale de réglementa>on technique et de métrologie (GosStandart) contrôle l importa>on des disposi>fs médicaux et vérifie obligatoirement si ces derniers répondent aux réglementa>ons russes. L importa>on des disposi>fs médicaux en Russie est soumise à un enregistrement auprès du ministre de la santé. De plus, un cer>ficat de conformité (GOSTR) ainsi que de respect des exigences de qualité et de sécurité doivent être obtenus auprès de GosStandart. Par ailleurs, les produits ayant déjà obtenus le marquage CE ou ayant été approuvés par la FDA doivent être testés de nouveau en Russie. Ces différentes procédures retardent fortement l entrée des disposi>fs médicaux au sein du pays et nous pouvons donc évaluer à fort la contrainte poli>que et réglementaire. Source : Frost et Sullivan «Economic 360 for Russia: Growth Prospects and Emerging Opportuni/es in the Russian Healthcare Industry» 30

31 Organisa1on administra1ve de la santé en Russie Supervision in the Sphere of Consumer Rights and Human Wellbeing Federal Service Supervision in the Field of Health Care and Social Development Federal Service Federal Service for Labour and Employment Federal Medical and Biological Agency Ministry of Health and Social Development Source : Council of Europe, Grenoble Ecobiz Pension Fund of the Russian Federa>on Social Insurance Fund of the Russian Federa>on Obligatory Medical Insurance Fund of the Russian Federa>on Durant l ère sovié>que, le système de santé était cependant différent avec de nombreux médecins, une démarche de préven>on et une prise en charge complète. Le système de santé public est répar> en plusieurs échelons construit après l aboli>on du modèle sovié>que et qui prend progressivement forme depuis les réformes ayant débutées il y a 5 ans (à noter également une régionalisa>on de cede organisa>on qui finance les établissements de santé, les centres de forma>on et de recherche dans le domaine). En par>culier, le gouvernement fédéral est responsable de la poli>que sanitaire et sociale et contrôle directement 5% des affecta>ons du budget de la santé. 31

32 Contraintes règlementaires à l import La Russie est le pays où la réglementa>on est la plus stricte concernant les importa>ons. De manière plus large, sur un indice variant de 0 à 6 et évaluant la réglementa>on des marchés de produits en 2008, la Russie se situait comme l un des pays les plus contraints : Source : Base de données des indicateurs OCDE de réglementa/on des marchés de produits 32

33 Economique et industriel Au niveau des soins, les structures privées ne représentent que 4 à 7% de l offre (contre en moyenne 15% au sein de l Union Européenne). En forte augmenta>on, (de 192 en 2008 à 248 en 2010), elles devraient con>nuer à se développer pour répondre aux besoins de la popula>on plus exigeante et vieillissante. Bien que seule une faible par>e de la popula>on puisse s offrir des soins en structures privées, il pourrait s agir d une opportunité pour les sociétés posi>onnées sur des disposi>fs techniques et à forte valeur ajoutée. Par ailleurs, les régions étant responsables de la mise en œuvre des procédures de cer>fica>ons des ac>vités médicales et pharmaceu>ques et contrôlant environ deux >ers du financement, l accès au marché devra se faire en forte synergie avec cesderniers. Au niveau assuran>el, à par>r de 2011, la taxe obligatoire d assurance maladie versée par les compagnies d assurance est passée de 3,1 % à 5,1 % ayant un impact direct sur les marges et les tarifs de ces sociétés. Au niveau industriel, les acteurs locaux se concentrent d avantages sur la fabrica>on de produits peu couteux et à faible technicité, les systèmes «HiTech» étant pour la plupart importés. Il existerait à ce >tre entreprises locales dans le domaine de la santé et du social (contre 2,5 millions aux US). Par ailleurs, notons la probléma>que posée par les villes dont l économie repose sur une seule entreprise ou usine. En ce sens, l organisa>on du territoire peut être profondément modifiée selon les aléas des restructura>ons. Il en va ainsi de même pour l offre de soin en dehors des grandes villes. Source : Frost & Sullivan, The Lighthouse Group 33

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

VEILLE LE MARCHE RUSSE DES EQUIPEMENTS ET DISPOSITIFS MEDICAUX. Sommaire. Veille stratégique sur la bio-santé. Plus d infos sur www.eurasante.

VEILLE LE MARCHE RUSSE DES EQUIPEMENTS ET DISPOSITIFS MEDICAUX. Sommaire. Veille stratégique sur la bio-santé. Plus d infos sur www.eurasante. 2014 / numéro 33 VEILLE Veille stratégique sur la bio-santé LE MARCHE RUSSE DES EQUIPEMENTS ET DISPOSITIFS MEDICAUX Sommaire La Russie en bref P02 Le plan Santé 2020 P05 Introduction P03 Le marché des

Plus en détail

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers

Le secteur de la Mutualité. Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers Le secteur de la Mutualité Présenta*on des organismes Structure et caractéris*ques des emplois Zoom sur les mé*ers 1 La protec*on sociale Ensemble des moyens mis en œuvre par un pays pour protéger ses

Plus en détail

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014.

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014. Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL Les projets et Démarches de dématérialisa3on Séminaire de restitution 29 Mars 2014! M2M Group Dématérialisa+on: Défini+on et Impacts Directs Dématérialisa+on

Plus en détail

La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé

La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé La stratégie na,onale e- santé : les SI au service de la qualité des soins et de l efficience du système de santé Dr Brigi?e Séroussi Déléga&on à la Stratégie des Systèmes d Informa&on de Santé (DSSIS)

Plus en détail

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine?

Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? La Conférence Maghrébine de l'appren)ssage Numérique et l'innova)on dans l'educa)on 08-10 Décembre 2014 Quelle évolu)on du e- learning à l Université Marocaine? Pr. Rachida AJHOUN r.ajhoun@um5s.net.ma

Plus en détail

Actualisation du Baro Métropole

Actualisation du Baro Métropole Actualisation du Baro Métropole Jeudi 4 avril 2013 www.rennes- metropole.fr 1 Pourquoi un Baro Métropole? Disposer d un ou0l transversal de suivi et de pilotage de la stratégie de développement durable

Plus en détail

Financer sa propriété intellectuelle : ou1ls d aujourd hui et de demain

Financer sa propriété intellectuelle : ou1ls d aujourd hui et de demain Financer sa propriété intellectuelle : ou1ls d aujourd hui et de demain Présenta1on des ou1ls régionaux de financement de la PI Présenta1on des ou1ls de financement na1onaux de la PI Q&A Réflexion collabora1ve

Plus en détail

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015

e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 e santé santé connectée - cabinet médical innovant Sébas2en Robineaux JMGIF Bichat 30 mai 2015 les probléma2ques 2 les jeunes médecins: proposi2on la plus vraie? l intervalle moyen entre thèse et installa2on

Plus en détail

Objec&f. Démontrer la réalité d une négocia&on dans une entreprise en difficulté financière et la diversité des intérêts en cause

Objec&f. Démontrer la réalité d une négocia&on dans une entreprise en difficulté financière et la diversité des intérêts en cause Objec&f Démontrer la réalité d une négocia&on dans une entreprise en difficulté financière et la diversité des intérêts en cause Mais d abord il faut comprendre.. 1 2 Qu est- ce que la LACC? La Loi sur

Plus en détail

Pharmacien HPST. Territoire de santé Soins de premiers recours. Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle.

Pharmacien HPST. Territoire de santé Soins de premiers recours. Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle. Pharmacien HPST Territoire de santé Soins de premiers recours Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle Pharma-MaDi Un dispositif territorial innovant pour la contribution du

Plus en détail

Se former aux méthodes et outils

Se former aux méthodes et outils Se former aux méthodes et outils du développement commercial Les ouls concrets du développement commercial La forma!on débute par 4 demi-journées où nous abordons les fondamentaux du développement commercial

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP

Fiche pra*que 3. Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP Fiche pra*que 3 Renforcement du rôle d informa*on et de consulta*on des IRP La loi vise à favoriser la négocia2on collec2ve et l informa2on des instances représenta2ves du personnel (IRP) sur la forma2on

Plus en détail

Evolutions concernant la politique du médicament dans les structures d accueil pour personnes âgées belges

Evolutions concernant la politique du médicament dans les structures d accueil pour personnes âgées belges Evolutions concernant la politique du médicament dans les structures d accueil pour personnes âgées belges Belgische evoluties m.b.t. het medicatiebeleid in ouderenzorgstructuren Bertrand Dirié Ins.tut

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013

Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal. Lundi 23 septembre 2013 Conférence 1. Introduc0on au droit du commerce interna0onal Lundi 23 septembre 2013 Rappel : les normes du droit français Primauté des normes supérieures sur les normes inférieures (hiérarchie des normes)

Plus en détail

HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO

HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO DROIT DES AFFAIRES HECTOR FARINA AVOCATS SELAS AU CAPITAL DE 20.000 EURO 23, rue Vernet 75008 Paris France Tél: + 33 (0)1 82 28 95 90 Fax: +33 (0)1 82 28 95 95 TABLE DES MATIERES Le Cabinet Pra5que du

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne.

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. 1 Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. À la fin de la présenta2on, vous en saurez davantage sur

Plus en détail

Innova'on «sociétale» : une opportunité pour la compé''vité des entreprises?

Innova'on «sociétale» : une opportunité pour la compé''vité des entreprises? Innova'on «sociétale» : une opportunité pour la compé''vité des entreprises? Midis de l Innova.on 6 octobre 2015 Annick Cas'aux Plan de la présenta'on Responsabilité sociétale, innova'on et performance

Plus en détail

FORMATION NATUROPATHE

FORMATION NATUROPATHE FORMATION NATUROPATHE Premier degré P 1 2015-2016 A qui s adresse la forma'on de Naturopathe? pour tout public : parculiers (hygiène de vie, hygiène alimentaire, connaissances personnelles) Praciens de

Plus en détail

Xtra Power Système Énergé3que

Xtra Power Système Énergé3que Xtra Power Système Énergé3que Présenté à Pradeep Du:a Renée Durocher Kyriam Lachapelle Amy Laliberté Dominic Chaîné ConsULtants Laval Xtra Power Système Énergé3que MANDAT: Évaluer le besoin de réaménager

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma La chaîne du financement des start-up biotech pharma ne fonctionne plus en France car l absence de relais suffisants

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Traitement local du cancer et sciences de l ingénieur

Traitement local du cancer et sciences de l ingénieur de posi4on d images Fluoroscopie, de contraste Sciences I Caractériser pour II Cibler et guider III Détruire plus Radiofréquences / μ- ondes V r et évaluer, IRM, 1 de contraste I - Caractériser pour Couplage

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI

Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Workshop HPC - AMIES / CEMRACS h4p://www.ini:a:ve- hpc- pme.org/ Stéphane Requena - GENCI Le calcul intensif Un ou&l stratégique pour la compé&&vité q Aux Etats- Unis (1er top500 juin 2012), au Japon (1er

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 017/MPT/2013/UCP/CAB RECRUTEMENT D UN CONSULTANT INDIVIDUEL POUR LA REALISATION DE L ETUDE SUR LA PORTABILITE SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS EN REPUBLIQUE DU CONGO

Plus en détail

Connaissance de l entreprise

Connaissance de l entreprise Connaissance de l entreprise Département Ingénierie Spécialité : Systèmes énergé9ques Cursus : Ecole Ingénieur 1 ere année Claudya PARIZE- SUFFRIN, MCF Sciences de Ges9on, Université des An9lles Année

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE

PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE PROGRAMME FORMATION PREVENTION DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX NUTRITION ET HYGIENE DE VIE COMMUNICATION PSYCHOLOGIE Nutri&on parculiers (meilleure hygiène alimentaire) Praciens de santé Objec&f de la forma&on

Plus en détail

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille 0 L AP-HM un CHU dans son environnement en région PACA 1 3 397 lits et places 2 2 CHU, 33 CH (+ 2 hôpitaux militaires) et 2 centres

Plus en détail

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Point d information 10 mars 2011 Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Depuis 2004, la progression des dépenses d assurance maladie et notamment des soins de ville s est

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables

Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables Rôle de l employeur en matière de soins de santé durables Objectifs Comprendre la résilience Comprendre les facteurs contribu4fs qui nous rendent résilients Comment iden4fier les problèmes de résilience

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Atouts du vélo en entreprise Pour l employeur Allégement de la pression sur le sta/onnement Meilleure produc/vité

Plus en détail

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services.

H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Notre Société H2PS engage ses compétences auprès des entreprises et des parculiers par la mise en place de soluons d accompagnements et de services. Nos Engagements: Nous uliserons nos connaissances, expériences

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

AMORCE. Plus de 700 adhérents :

AMORCE. Plus de 700 adhérents : P.1 AMORCE Plus de 700 adhérents : - Près de 500 collec

Plus en détail

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1

Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Montage Couv def_mise en page 1 15/02/12 11:01 Page1 Le «Projet Personnel et Professionnel» est apparu dans toutes les spécialités de Diplôme Universitaire de Technologie en 2005. Cee introducon généralisée,

Plus en détail

Guide juridique : La réforme en pra3que

Guide juridique : La réforme en pra3que Guide juridique : La réforme en pra3que Fiche pra3que 1 Le compte personnel de forma3on Le compte personnel de forma0on Principes fondamentaux C est un compte universel a7aché à la personne pendant les

Plus en détail

Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé

Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé Rencontre de la Coopération Hospitalière Mali - France Le Modèle ESTHER : des partenariats pour le développement des capacités en santé Farid Lamara, PhD (Responsable des affaires internationales et institutionnelles)

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Grappes d entreprises : quelle utilité pour les TPE/PME calédoniennes?

Grappes d entreprises : quelle utilité pour les TPE/PME calédoniennes? Grappes d entreprises : quelle utilité pour les TPE/PME calédoniennes? mercredi 11 décembre 2013 des «Grappes» et intérêt pour les entreprises calédoniennes Nouméa, le 11 déc. 2013 xavier.roy@franceclusters.fr

Plus en détail

e-santé à la recherche de modèle économiques viables

e-santé à la recherche de modèle économiques viables e-santé à la recherche de modèle économiques viables La technologie ouvre de nouvelles perspectives séduisantes pour les soins de santé. Toutefois, malgré l arrivée de nombreux nouveaux produits de santé

Plus en détail

Étude qualita+ve du marché individuel du solaire photovoltaïque en France

Étude qualita+ve du marché individuel du solaire photovoltaïque en France Étude qualita+ve du marché individuel du solaire photovoltaïque en France Avec le sou+en de : Observ'ER 2013 Suivi du marché des installa

Plus en détail

Modifica(ons de normes et de prescrip(ons légales : leur impact sur les Stérilisa(ons centrales

Modifica(ons de normes et de prescrip(ons légales : leur impact sur les Stérilisa(ons centrales Modifica(ons de normes et de prescrip(ons légales : leur impact sur les Stérilisa(ons centrales 18 juin 2015 11 es Journées na2onales suisses sur la Stérilisa2on, SSSH 2015 Contenu - Principe fondamental

Plus en détail

La santé. en Tunisie. Le secteur de la santé a toujours occupé une place privilégiée dans LES INVESTISSEMENTS LES INDICATEURS DE SANTÉ

La santé. en Tunisie. Le secteur de la santé a toujours occupé une place privilégiée dans LES INVESTISSEMENTS LES INDICATEURS DE SANTÉ La santé en Tunisie Le secteur de la santé a toujours occupé une place privilégiée dans la politique économique et sociale de la Tunisie. L état Tunisien considère la santé publique comme l une des priorités

Plus en détail

FORMATION NATUROPATHE

FORMATION NATUROPATHE FORMATION NATUROPATHE Premier degré P 1 2015-2016 A qui s adresse la forma'on de Naturopathe? pour tout public : parculiers (hygiène de vie, hygiène alimentaire, connaissances personnelles) Praciens de

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Conférence AdvaMed 2011 Rencontres B to B

Conférence AdvaMed 2011 Rencontres B to B En partenariat avec : Conférence AdvaMed 2011 Rencontres B to B ETATS-UNIS / Washington D.C. Du 26 au 28 septembre 2011 Une conférence dédiée aux entreprises MEDTECH innovantes 3 JOURS consacrés aux RDV

Plus en détail

La référence en achat et vente d entreprises. Pour changer de page, appuyer sur la touche espace de votre clavier.

La référence en achat et vente d entreprises. Pour changer de page, appuyer sur la touche espace de votre clavier. La référence en achat et vente d entreprises Pour changer de page, appuyer sur la touche espace de votre clavier. La vente d une entreprise ne s improvise pas. Elle nécessite une planifica>on rigoureuse

Plus en détail

Évolu>on et maintenance

Évolu>on et maintenance IFT3912 Développement et maintenance de logiciels Évolu>on et maintenance Bruno Dufour Université de Montréal dufour@iro.umontreal.ca Modifica>on des logiciels Les modifica>ons sont inévitables Des nouveaux

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

La poli(que municipale sous l emprise de la finance

La poli(que municipale sous l emprise de la finance La poli(que municipale sous l emprise de la finance Louis Gaudreau École de travail social Université du Québec à Montréal Colloque Les conséquences de la crise financière pour les collec3vités territoriales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Le contrôle fiscal anno 2013

Le contrôle fiscal anno 2013 Le contrôle fiscal anno 2013 Carlos SIX! Administrateur général de la Fiscalité SPF Finances Ges$on des risques Contrôle fiscal CRM & Tolérance zéro ONDEMENT OBJECTIFS STRATEGIQUES Etude externe 2010 constata$ons

Plus en détail

Perspectives économiques internationales et conjoncture belge, quels défis pour la Wallonie?

Perspectives économiques internationales et conjoncture belge, quels défis pour la Wallonie? Parole d experts Perspectives économiques internationales et conjoncture belge, quels défis pour la Wallonie? Lionel ARTIGE, HEC-ULg / Sciences Economiques Avec le soutien de : Perspectives économiques

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE L hôpital est administré et géré par la Fondation hôpital Saint-joseph, qui poursuit l œuvre entreprise par les fondateurs de l hôpital dans le même esprit de

Plus en détail

Constats et perspectives des industries et technologies de santé en France

Constats et perspectives des industries et technologies de santé en France Constats et perspectives des industries et technologies de santé en France Daniel VASMANT Praticien attaché à l hôpital d enfant Armand Trousseau (PARIS) Responsable de programme à l Agence Nationale pour

Plus en détail

Un regard international: Politiques et expériences étrangères

Un regard international: Politiques et expériences étrangères Un regard international: Politiques et expériences étrangères Valérie Paris - OCDE Rencontres Economiques, Mardi 16 octobre 2012 «Le système de santé français à l épreuve de la crise» LES POLITIQUES DE

Plus en détail

Le Centre de documentation du C.H.T. Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa.

Le Centre de documentation du C.H.T. Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa. Le Centre de documentation du C.H.T Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa Horaires : Ouvert du lundi au Jeudi : 8h00-16h00 et le vendredi : 8h00-15h00 Pour

Plus en détail

Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé

Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé Delphine POULAIN, Conseillère Export Santé, Services UBIFRANCE Espagne delphine.poulain@ubifrance.fr

Plus en détail

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Seraing, 18 octobre 2013 SOMMAIRE 1. 1I. Les Chiffres d Ogeo 1. Chiffres clés 2. Ogeo évolu+on Le Modèle Ogeo 1. Un fonds de pension novateur

Plus en détail

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe Commercialisation et privatisation de la santé en Europe 1. Espagne Madrid, mars 2013: un hôpital a ouvert un stand d informations pour la vente de traitements médicaux et chirurgicaux bénins dans une

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Guide des garanties ExpatPlus Valide à partir du 1 er janvier 2008

Guide des garanties ExpatPlus Valide à partir du 1 er janvier 2008 Les tableaux ci-dessous récapitulent les garanties offertes par chaque module. Pour le détail des garanties et des définitions, veuillez vous référer au texte de la police d assurance. Toutes les garanties

Plus en détail

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme

22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011. Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme 22ème Conven*on na*onale de l Intercommunalité 14 octobre 2011 Mutualisa*on : déployer les nouveaux ou*ls de la réforme Grand Dole (Pdt : Claude Chalon) Créé en 2008, issu d une fusion, 41 communes, 53

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Fiche INDUSTRIES ET TECHNOLOGIES DE SANTE

Fiche INDUSTRIES ET TECHNOLOGIES DE SANTE Fiche INDUSTRIES ET TECHNOLOGIES DE SANTE 1. Etat des lieux de la filière Chiffres clés Bien que les échanges au niveau mondial se soient tassés, la croissance du marché des dispositifs et instruments

Plus en détail

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a

Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée. 3 principes. Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a Annexe 3 Présenta4on de l organisa4on du mouvement Des régions au cœur d'une organisa-on décentralisée 3 principes Simplicité : On ne repart pas de zéro, on garde ce qui a fonctionné, et on corrige ce

Plus en détail

Contrat pluriannuel d objectifs et de moyens 2015-2019 de l IUT d ORSAY

Contrat pluriannuel d objectifs et de moyens 2015-2019 de l IUT d ORSAY Contrat pluriannuel d objectifs et de moyens 2015-2019 de l IUT d ORSAY Présentation aux conseils centraux de l Université Paris-Sud, 15/9/2014 Nelly Bensimon, Directrice Contrat pluriannuel d Objec3fs

Plus en détail

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites)

Préven(on de la pénibilité au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) au travail (loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010, portant réforme des retraites) 1 - Le renforcement de la préven4on La loi sur les retraites a généralisé l obliga(on de préven(on de la pénibilité: - En

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Révélateur de nouvelles mobilités modifiant le travail Quelques «idées» sur l évolu=on du travail vers plus ou moins de mobilité au service de la créa=on d avantages

Plus en détail

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous!

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Présentateur Joël Villeneuve Vice- président, Vente et Marke:ng Josée Boudreault Directrice stratégique L internet n a pas changé que les TIC,

Plus en détail

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France Les équipements hospitaliers 2.1 Le contexte En France, les équipements hospitaliers ont beaucoup évolué depuis une dizaine d'années sous l effet de différents facteurs souvent liés entre eux : les progrès

Plus en détail

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience

Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Brevet fédéral de spécialiste en ges2on de PME par Valida2on des acquis de l expérience Diane Reinhard, Femmes PME Suisse, 5 décembre 2014, AGC Suisse, Bienne La VAE et Femmes PME Suisse Objec2f général

Plus en détail

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé?

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé? UNAMEC est l association professionnelle belge des fabricants, importateurs et distributeurs de dispositifs médicaux et compte plus de 200 firmes, bon pour 80% du marché concerné. Les membres sont subdivisés

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013

Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances. Janvier 2013 Les Français, l épargne et l assurance vie Une enquête Ipsos pour la Fédéra;on Française des Sociétés d Assurances Janvier 2013 Fiche technique Sondage effectué pour : La Fédéra;on Française des Sociétés

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007 Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF IACE 31 Octobre 2007 SOMMAIRE Présentation du nouveau mode de calcul du modèle du WEF Le classement 2006-2007 révisé selon

Plus en détail

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité

Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité Pe#t déjeuner Prévention des risques professionnels dans la Mutualité 15 mai 2014 Intervenantes: Emmanuelle Paradis, Chef de projet Préven#on et santé au travail CHORUM - CIDES Carole Hazé, Responsable

Plus en détail

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Application N o :. Form RE- 01 Numéro de demande REGISTRATION EXERCISE / EXERCICE D ENREGISTREMENT Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Section 1: Identification *First

Plus en détail

Choisir son prestataire de services en Outplacement

Choisir son prestataire de services en Outplacement Choisir son prestataire de services en Outplacement Pascal L Favre Eva von Rohr Jacques Bussy Salon RH Genève 30 septembre 2015 ACF Switzerland Fondée en 2004, Associa1on à but non lucra1f inscrite au

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé

COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé COMPÉTENCES ET PROFILS AVANCÉ DES SOINS INFIRMIERS pour améliorer les résultats d'accès et de santé Granada, 4-6 de septiembre Susana Rodríguez Gómez Plan Integral de Cuidados. Servicio Andaluz de Salud

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir?

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Prof. Antoine Bailly Président forumsante.ch Prix Vautrin Lud, «Nobel» de Géographie Un système de santé apprécié et critiqué Toutes les

Plus en détail