n Patrimoine ews SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n Patrimoine ews SOMMAIRE"

Transcription

1 n Patrimoine ews La LETTRE d information de SENEQUE PATRIMOINE 2014, l année des économies et des réformes? Le 31 décembre 2013, le Président de la République annonçait aux Français une nouvelle étape dans son quinquennat en présentant son pacte de responsabilité ; la volonté du Chef de l État est de relancer l économie française et de lui rendre sa compétitivité. La pause fiscale promise par le gouvernement ne sera pas pour 2014 Pierrick TARDIF mais pour Les lois de finances pour 2014 et de financement de la sécurité sociale pour 2014 augmentent encore la fiscalité du patrimoine, et ont modifié une nouvelle fois la fiscalité des valeurs mobilières et celle sur les plus values immobilières. Par contre, nous pouvons constater que les bourses mondiales en 2013 se sont bien comportées à l exception des bourses des pays émergents qui ont enregistré des contre-performances significatives. Votre Conseiller en Gestion de Patrimoine reste encore cette année à vos côtés pour faire évoluer votre stratégie patrimoniale, mais aussi pour vous aider à trouver les bonnes solutions. Dans ce numéro, Monsieur Xavier AFRESNE, gérant du fond KBL RICHELIEU CROISSANCE PME, vous présente ses perspectives pour Patrimoine News revient également dans son dossier patrimonial sur les nouvelles mesures fiscales prévues par la loi de finances 2014, et dans la rubrique Conseil d expert fait le point sur ce qui change au niveau des retraites en Bonne lecture MARS / mai SOMMAIRE PAGE ZOOM SUR LES MARCHéS L année 2014 sonnera-t-elle la revanche des pays développés? 1 à 2 CONSEIL d EXPERT Retraite, quoi de neuf en à 5 ACTUALITéS JURIdIQUES & FISCALES 3/4/5/6 dossier FISCAL Fiscalité... ce qui change en à 9 BON À SAVOIR Les performances des principales bourses en Pour en savoir plus : SENEQUE PATRIMOINE au ou sur le site ZOOM SUR LES MARCHÉS POINT MACROéCONOMIQUE ET RECOMMANdATIONS POUR 2014 PATRIMOINE NEwS donne la parole à Xavier AFRESNE, gérant du fond KBL RICHELIEU CROISSANCE PME. L année 2014 sonnera-t-elle la revanche des pays développés? Sans pour autant ignorer la part des pays émergents dans la croissance mondiale, 2014 semble bien être l'année de la revanche des pays développés. Leurs participations au PiB du globe sera plus importante que les années passées. Certains pays émergents, producteurs de matières premières subissent la baisse de la demande mondiale. Par ailleurs, la réduction du programme de rachat de dettes par la réserve fédérale américaine a entraîné ces derniers mois la baisse des devises de certains pays émergents et une hausse des taux qui impactera la charge de leur

2 SUITE ZOOM SUR LES MARCHÉS dette comme l activité de leurs entreprises. Sans pour autant adopter une défiance généralisée sur l ensemble des pays concernés, une dichotomie des émergents tend à s établir, selon la qualité de leurs grands équilibres économiques et la situation de leurs balances courantes. La contraction de l activité de ces pays impactera la croissance mondiale au profit des pays développés et des économies dites matures. L'activité reprend de la hauteur sur le vieux contient. La sortie de récession de la zone euro et les moindres impacts des plans d'austérité au sein des périphériques devraient permettre une croissance des bénéfices des entreprises et surtout une reprise graduelle de l'investissement, après 3 années d'immobilisme. Si les grandes entreprises subissent des effets de change négatifs des devises de certains émergents, les sociétés de taille moyenne (PmE Pmi) plus exposées à l'environnement des pays du G7 devraient encore nous apporter des performances satisfaisantes. Existe-t-,il un contexte particulier aux PME-PMI? Pendant 5 années de crise, les PmE ont montré une capacité de résistance remarquable et l année 2013 marque un tournant qui démontre que la croissance de cette classe d actif devrait s accélérer encore en Ceci s explique, d une part par l adaptation en quasi temps réel des capacités de production, de l optimisation des coûts et charges tout en maintenant un niveau de marge acceptable. de plus, les initiatives prises dans le cadre du Small Business act (SBa) pour l Europe, ont participé à l atténuation des effets de la crise et à la création d une dynamique politique favorable aux PmE dans l ensemble de l Union européenne. rien qu au cours de la période , les États membres de l UE ont mis en œuvre près de mesures destinées à soutenir les PmE. mais si les PmE européennes ont mieux résisté à la crise entre 2008 et 2011, elles ont été plus lentes à recouvrer leur niveau d activité que les grandes entreprises. ainsi, malgré des problèmes de financement et un manque de confiance lié à une volatilité accrue des politiques publiques, il existe un réel effet de rattrapage sur 2014 qui profitera évidement à la valorisation boursière de cette catégorie d actifs. dans ce contexte, comment a évolué l univers d investissement du fonds KBL Richelieu Croissance PME en 2013? Pour les petites capitalisations françaises cotées, l année 2013 s est révélée en terme d activités bien morose du fait que de nombreuses entreprises réalisent encore et dans une grande majorité des cas leurs chiffres d affaires en zone Euro ou au mieux en Europe. malgré ces résultats un peu ternes mais pas catastrophiques, il y a eu de la part des chefs d entreprise une volonté de défendre leur marge opérationnelle grâce à des plans drastiques de réductions des coûts et certaines ont bénéficié en plus de l impact positif du CiCE (1). Ce bon maintien des marges est un élément réconfortant pour la suite. Sur le plan boursier, ce segment jusqu à présent très décoté, a enfin profité d un rattrapage violent au cours du dernier quadrimestre de l année dernière en retrouvant des ratios historiques plus conformes, c est à dire de l ordre de 15 fois environ les bénéfices de l année an cours. Comment se présentent les perspectives 2014 pour KBL Richelieu Croissance PME après deux belles années boursières et une hausse de plus de 5? (2) nous restons optimistes et cela pour trois raisons. La première est d ordre général. Par défaut les investisseurs se tourneront encore vers cette classe d actifs dans la mesure où les politiques monétaires des principales banques centrales resteront accommodantes et les perspectives de gains faibles sur les produits taux. La seconde, nous le voyons bien depuis l automne dernier et en ce début d année, c est l annonce de la création du PEa-PmE. Ce nouveau dispositif a redonné un formidable coup de projecteur sur nos small caps quasiment en déshérence depuis le deuxième semestre 2011 synonyme d une forte sous exposition dans les portefeuilles. Les flux reviennent et cela constitue indéniablement aussi un fort soutien à ce marché. Enfin l élément nous paraissant le plus déterminant et qui devrait pouvoir monter en puissance au fil des trimestres et se poursuivre en 2015, c est la reprise des croissances bénéficiaires des entreprises sous l impact du cycle économique qui laisse augurer, d après les derniers chiffres, des jours meilleurs pour nos vieilles économies. nous n en sommes encore qu au tout début mais les discours des dirigeants Xavier AFRESNE laissent entendre que le point bas a été atteint et qu un début d inflexion semblerait poindre. Les entrepreneurs, après avoir fait des plans de restructurations devraient dorénavant davantage se tourner vers la croissance interne et externe. La reprise attendue des volumes d activités en 2014 aura un effet de base globalement positif. Quels sont les secteurs que vous favorisez en ce moment? depuis 22 ans que nous avons en charge ce fonds, nous ne faisons pas de choix sectoriels. nous pratiquons une gestion de conviction en sélectionnant les sociétés pour leurs qualités intrinsèques. Les critères de sélection sont simples. C est comprendre le métier de l entreprise, connaître le management, l écouter, connaitre ses objectifs moyen et long termes et la stratégie qui est mise en place pour les atteindre. En revanche, nous nous positionnons sur des thèmes qui peuvent apporter de la plus value à notre gestion. actuellement, nous favorisons les situations de niche, les valeurs qui sont positionnées sur des marchés porteurs à long terme, les sociétés qui vont chercher leur expansion à l international, les valeurs dites défensives ou encore les sociétés qui présentent des profils spéciaux du type en situation de retournement ou opéable tout en ayant un prix raisonnable. (1) Crédit d impôts pour la compétitivité et l emploi (2) Perfs cumulées + 53,44% entre le 21/12/2011 et le 31/12/2013 Source : KBL richelieu - Ce fonds présente un risque de perte en capital Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. achevé de rédiger le 19/02/2014. KBL Richelieu Croissance PME Le potentiel de croissance d une véritable classe d actifs riche et diversifiée Code ISIN : FR Classification AMF : Actions françaises Eligible au PEA date d origine : 06/11/1992 Performances cumulées (%) au 31/01/2014 net part classique en euro 1 an 3 ans 5 ans Origine 06/11/92 31/01/14 Fonds 29,97 % 23,40 % 106,01 % 752,58 % Indicateur 28,25 % 16,97 % 109,38 % 320,94 % de référence (*) (*) L indicateur était jusqu au 30/06/2005 le SBf Second marché. il a été remplacé depuis cette date par l'indice CaC Small, L indicateur est calculé dividendes nets réinvestis depuis le 01/01/2013. Source : BnP Paribas Securities Services - Ce fonds présente un risque de perte en capital Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. 2 POUR EN SAVOIR PLUS N HéSITEZ PAS À NOUS CONTACTER

3 CONSEIL D EXPERT RETRAITES : QUOI de NEUF EN 2014? Cotisations, revalorisations et versement des pensions, départs anticipés, réversion : cette nouvelle année s'annonce encore riche en changements et en débats en matière de retraites. Ce qui vous attend en 2014 côté retraites? des cotisations en hausse, de faibles revalorisations, mais aussi des trimestres plus faciles à valider et un nouveau calendrier de versement des complémentaires. tour d'horizon des bonnes et des mauvaises nouvelles pour les actifs et les retraités... Quelles revalorisations de pensions en 2014? Commençons avec une nouveauté majeure : les pensions de base ne seront pas revalorisées le 1 er avril mais le 1 er octobre. avec, bien sûr, une perte de pouvoir d'achat à la clé. Cette mesure d'économie pour les régimes a été actée dans le cadre de la réforme des retraites, adoptée en décembre. a quelle revalorisation s'attendre? on prendra en compte la prévision d'inflation pour 2014, qui sera inscrite en septembre dans le projet de budget, et on lui ajoutera ou enlèvera un léger correctif, si l'inflation 2013 avait été sous-estimée ou surestimée dans le calcul de l'an dernier. avec les prévisions d'inflation dont nous disposons actuellement, ce calcul aboutirait à une revalorisation au 1 er octobre de 0,9% (1,3% d'inflation pour l'instant prévu en 2014 et un correctif de - 0,4% avec une inflation 2013 à 0,8% au lieu du 1,2% attendu). attention, ce n'est qu'une estimation, les prévisions étant amenées à évoluer. Quant au minimum vieillesse, celui-ci est rebaptisé aspa, allocation de solidarité aux personnes âgées, il sera exceptionnellement revalorisé deux fois en 2014, en avril et octobre. il concerne ceux dont les ressources globales ne dépassent pas 787,26 par mois pour une personne seule et 1 222,27 pour un couple. En ce qui concernent les pensions complémentaires versées aux salariés du privé par l'agirc-arrco, le coup de pouce annuel interviendra bien le 1 er avril 2014 mais sera à priori très faible, quelques petits dixièmes de pourcent. Les partenaires sociaux qui copilotent ces régimes ont en effet décidé en mars dernier que la revalorisation ne compenserait pas entièrement l'inflation en 2014 et 2015 : son niveau doit être d'un point inférieur à celle-ci. ACTUALITÉS JURIDIQUES & FISCALES ISF : l'administration prend acte de l'exclusion des fonds en euros dans le calcul du plafonnement L'administration supprime ce jour dans sa doctrine notamment le paragraphe suivant : Les revenus des bons ou contrats de capitalisation et des placements de même nature, notamment des contrats d'assurance-vie, souscrits auprès d'entreprises d'assurance établies en france ou à l'étranger, sont pris en compte, chaque année, pour leur montant retenu pour les prélèvements sociaux au titre du 3 du ii de l'article L du CSS, reproduit sous l'article d du CGi. En pratique, cette disposition vise notamment les produits des contrats mono-support en euros et des compartiments en euros des contrats multisupports à raison de leur montant effectivement retenu pour l'assiette des prélèvements sociaux. (actualité BofiP du 8/01/2014) Fiscalisation de la prestation compensatoire Lorsque la consistance du patrimoine ne permet pas au débiteur de s'acquitter de la prestation compensatoire sous forme de capital, ou lorsque les parties le décident, celle-ci peut prendre la forme d'une rente. dans ce cas, les sommes versées, compte tenu de leur caractère alimentaire, bénéficient du même régime fiscal que les pensions alimentaires : elles ouvrent droit à une déduction du revenu imposable du débirentier pour le montant versé au titre de chacune des années concernées et sont imposées à l'impôt sur le revenu au nom du bénéficiaire. Ce régime fiscal favorable permet déjà de tenir compte des préoccupations exprimées. En ce qui concerne les prélèvements sociaux, les revenus d'activité ou de remplacement sont soumis à la contribution sociale généralisée (CSG) et à la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CrdS), quel que soit l'emploi ultérieur du revenu considéré. Corrélativement, les sommes versées à l'ex-conjoint à titre de prestation compensatoire ne sont pas soumises au nom de celui-ci aux contributions précitées, ce qui permet d'éviter toute double imposition aux prélèvements sociaux. (réf réponse ministérielle) IR : pas de rehaussement du plafond de déductibilité des primes versées dans le cadre des contrats d'épargne handicap. Les sommes versées dans le cadre d'un contrat d'épargne handicap par une personne handicapée ou sa famille sont susceptibles d'ouvrir droit au bénéfice d'une réduction d'impôt sur le revenu égale à 25% du montant total des primes versées dans la limite d'un plafond global fixé à 1 525, majorée de 300 par personne à Suite rubrique page 4 3 NOUS RESTONS À VOTRE disposition POUR TOUT RENSEIGNEMENT

4 SUITE ACTUALITÉS JURIDIQUES & FISCALES charge, dans les conditions prévues au 2 e du i de l'article 199 septies du code général des impôts (CGi). il n'est pas envisagé de relever le plafond de ce dispositif qui a été totalement préservé des différentes mesures adoptées les années précédentes en vue de réduire le coût des dépenses fiscales ou des niches sociales. (réf. : réponse ministérielle à la question n 27973) Fiscalité : les notaires proposent un outil pour calculer votre impôt sur les plus-values immobilières difficile pour les propriétaires de ne pas rester perplexe face au nouveau régime de taxation des plus-values immobilières. Pour les aider à estimer le montant de leur impôt lors de la vente d'un bien, la chambre des notaires Paris-ile-de-france vient de lancer un outil d'estimation en ligne entièrement gratuit. modifié à deux reprises en moins d'une année et actuellement frappé d'une mesure transitoire, le régime de taxation des plusvalues immobilières a fait perdre le nord aux propriétaires. Un vrai mille-feuille comprenant des abattements qui varient en fonction du nombre d'années de détention, un abattement fiscal exceptionnel de 25% (y compris sur la CSG), une surtaxation des plus-values supérieures à euros et enfin, les traditionnels prélèvements sociaux! Un empilement nuisible à la compréhension qui a conduit la chambre des notaires Paris ile-defrance à lancer un outil d'estimation entièrement gratuit à destination des propriétaires. Une estimation en quelques minutes Ce calculateur tient en deux parties (vente et acquisition) et en seulement huit cases. avant de le remplir, il faudra toutefois réunir divers éléments chiffrés servant à déterminer les déductions applicables au prix de vente, c'est-à-dire les frais et taxes supportés (coût des diagnostics, commission d'agence à la charge du vendeur, etc..), tout comme les frais d'acquisition et le montant des travaux réalisés si la durée de détention du bien est supérieure à 5 ans. Une fois l'ensemble des informations communiquées, l'estimation du montant de l'impôt sur les plus-values est alors calculée instantanément. Elle est même entièrement décomposée si l'on clique sur l'affichage détaillé du calcul ou si on l'imprime, précise-t-on à la chambre des notaires franciliens. Un effort pédagogique nécessaire face à la complexité du dispositif. CONSEIL D EXPERT Les nouveaux taux des cotisations vieillesse En 2014, les actifs vont payer plus de cotisations vieillesse. La faute à la récente réforme des retraites mais aussi à différentes décisions prises ces dernières années. Côté retraite de base, les salariés voient leur cotisation vieillesse déplafonnée (celle qui s'applique sur tout leur salaire) passer de 0,10 à 0,25%. Et leur cotisation plafonnée (qui s'applique jusqu'à de salaire annuel) de 6,75 à 6,8. Côté retraites complémentaires agirc-arrco, les cotisations salariales (qui sont différentes selon que vous soyez cadre ou non-cadre et selon les tranches de salaire) augmentent de 0,05 point. Pour les fonctionnaires, le taux de la cotisation vieillesse de base passe de 8,76 à 9,14%. Pour les commerçants et artisans, la cotisation vieillesse de base plafonnée passe de 16,85 à 16,95% et une cotisation déplafonnée est créée, au taux de 0,2. Quant aux libéraux (hors avocats), ils voient leur taux de cotisation pour la retraite de base grimper de 9,75 à 10,1% pour la part de revenus jusqu'à ,80, et de 1,81 à 1,87% au-delà. Les complémentaires des salariés versées chaque mois En ce début d année les retraités, ne doivent pas être surpris si le montant de leur pension complémentaire reçue en ce début janvier est bien moindre que d'ordinaire : il ne correspond qu'à un mois de prestation, contre trois habituellement. En effet, à partir de cette année, les pensions complémentaires des anciens salariés du privé sont versées par l'agirc-arrco chaque mois plutôt que chaque trimestre. L'usufruitier ne peut agir contre le nu- propriétaire pour le contraindre à exécuter les grosses réparations La Haute Juridiction dans un arrêt de cassation précise : que l'usufruitier ne peut agir 4 POUR EN SAVOIR PLUS N HéSITEZ PAS À NOUS CONTACTER

5 A suivre au cours de l année 2014 d'autres mesures de la réforme des retraites devraient entrer en vigueur dans les semaines qui viennent, quand la loi de réforme des retraites votée le 18 décembre sera promulguée et quand les décrets d'application seront publiés. il sera notamment possible de prendre une retraite progressive dès 60 ans, alors qu'il fallait jusqu'ici avoir l'âge légal de la retraite (c'est 62 ans pour ceux nés en 1955 et après). Prendre sa retraite avant l'âge légal sera en outre un peu plus simple pour ceux qui ont commencé à travailler tôt. Pour les jeunes, tous les trimestres d'apprentissage compteront. Les stagiaires pourront obtenir deux trimestres, contre versement de cotisations. Et il sera possible de racheter des trimestres d'études à prix discount en début de carrière. Les exploitants agricoles touchant une toute petite retraite auront plus facilement accès à la majoration de leur pension. La retraite complémentaire des collaborateurs d'exploitation va être améliorée. Plusieurs changements concerneront également les personnes handicapées et leurs aidants. des réformes, toujours des réformes! La réflexion sur le système se poursuit en Comment mieux compenser l'arrivée d'enfants au foyer sur la carrière et les pensions des femmes? La question doit être l'objet d'un rapport du Parlement au plus tard à l'été 2014, c'est la loi de réforme des retraites de 2013 qui le dit. des pistes avaient été avancées dans le rapport moreau, ce rapport d'experts remis en juin au gouvernement. La réforme récente n'a toutefois quasiment pas touché aux droits familiaux, seule une modification d'ordre fiscal a été décidée : les majorations de pensions accordées aux parents de trois enfants et plus ne sont plus exonérées. Elles seront donc fiscalisées dès l'impôt sur le revenu 2014, qui concerne les pensions touchées en Et puis, il y a la question des pensions de réversion, qui sont à certaines conditions versées aux conjoints survivants après le décès des assurés. Là aussi, un rapport doit être remis au Parlement par le gouvernement, dans le cours de l'année, pour une meilleure prise en compte du niveau de vie des conjoints survivants et une harmonisation entre les régimes. rappelons qu'actuellement, les règles sont très différentes selon les régimes. Et que les partenaires sociaux ont eux aussi prévu de se pencher cette année sur les paramètres de pensions de réversion à l'agirc-arrco. Un accord signé entre les syndicats et le patronat en mars 2013 stipule que des réunions paritaires doivent avoir lieu au premier semestre sur ce sujet. Qui peut partir en 2014? CONSEIL D EXPERT tous les assurés nés avant le 2 octobre 1953 pourront, s'ils le souhaitent, partir à la retraite en 2014 car ils auront l'âge légal - l'âge minimum. rappelons que ce dernier est de 61 ans et deux mois pour la génération Si vous êtes né après, vous ne pourrez, sauf cas particuliers, prendre votre retraite cette année que si vous répondez aux conditions de départ anticipé - si vous avez commencé à travailler tôt par exemple. Les chiffres qui comptent en ,50 : revenu ou salaire brut qui doit permettre de valider un trimestre pour la retraite en de revenus sur l'année suffiraient donc pour valider vos quatre trimestres (maximum possible). Un décret doit venir confirmer ces chiffres. Bonne nouvelle : le revenu nécessaire pour valider un trimestre serait ainsi bien plus faible que l'an dernier - c'était ,40 : ressources annuelles à ne pas dépasser en 2014 pour toucher une pension de réversion au régime général, au régime de base du rsi et au régime de base des agriculteurs, si vous vivez seul ,50 : montant mensuel maximum de la pension brute de base au régime général en 2014, hors majorations. Pour les anciens salariés du privé, la pension de base constitue souvent entre la moitié et deux tiers de la pension globale. SUITE ACTUALITÉS JURIDIQUES & FISCALES contre le nu-propriétaire pour le contraindre à exécuter les grosses réparations de l'ensemble soumis à l'usufruit,. dès lors elle casse l'arrêt qui indemnisait l'usufruitier pour la privation de jouissance résultant du temps à réaliser les travaux qui rendaient le lieu inhabitable. (réf. : Cass.Civ.1 du 18/12/2013 n ) Sociétés civiles non immatriculées : effets de la perte de la personnalité morale Selon la Cour de cassation, en effet, une société civile immobilière ayant perdu sa personnalité morale faute d avoir procédé à son immatriculation au registre du commerce et des sociétés avant l expiration, le 1 er novembre 2002, du délai prévu à cette fin par l article 44 de la loi n du 15 mai 2001, ses associés n étaient pas fondés à se prévaloir des dispositions de l article du code civil (la transformation régulière d une société en une société d une autre forme n entraîne pas la création d une personne morale nouvelle) pour en déduire que la société immatriculée au registre du commerce et des sociétés du Luxembourg le 23 mai 2008 n était pas une personne morale nouvelle. (réf. : Cass. Com du 7/01/2014 n ) SCI : veillez à la rédaction des statuts Une SCi, constituée entre des associés, a pour objet social l acquisition, la gestion et l administration de tous biens mobiliers ou immobiliers, ainsi que l emprunt de fonds et le cautionnement hypothécaire de toutes opérations, se rattachant directement ou indirectement à cet objet et nécessaires à la réalisation de ses objectifs. Par la suite la gérante vend un immeuble sans l accord des associés. Estimant cette vente contraire à l objet social de la SCi, un des associés en demande l annulation. La Cour de Cassation lui donne gain de cause : dès lors que les statuts sont clairs et précis sur l étendue de l objet social, le gérant ne peut pas réaliser une opération de vente qui n y est pas mentionnée. (réf. : Cass. Civ.3e ch, 23 octobre 2013 n ) Fiscalité : délai de reprise sur les plus-values immobilières des particuliers Les plus-values immobilières constituent une catégorie de revenus pour l impôt sur le revenu. Les modalités de contrôle de l impôt afférent à la plus-value et les sanctions applicables suivent donc des règles applicables pour le contrôle de l impôt sur le revenu, même si l impôt est payé selon les modalités prévues pour les droits d enregistrement. Par suite, le droit de reprise de l administration fiscale s exerce jusqu à la fin de la Suite rubrique page 6 5 NOUS RESTONS À VOTRE disposition POUR TOUT RENSEIGNEMENT

6 SUITE ACTUALITÉS JURIDIQUES & FISCALES 3 ème année suivant celle au titre de laquelle l impôt est dû, dans les conditions de l article L.169 du livre des procédures fiscales applicables à l impôt sur le revenu, et non dans celle de l article L.180 du même Livre des procédures fiscales, applicables aux droits d enregistrement, à la taxe de publicité foncière et aux droits et taxes assimilés. ainsi par exemple, pour une déclaration déposée et l impôt payé le 9 décembre 2013, l administration aura jusqu au 31 décembre 2016 pour exercer son droit de reprise. (réf. : C.E. 23 octobre 2013, n ) Retraite : 166 trimestres pour la retraite à taux plein des assurés nés en 1957 Un décret fixe à 166 trimestres, pour les assurés nés en 1957, la durée d assurance nécessaire pour obtenir une pension de retraite de base à taux plein et pour son montant entier dans le régime général. rappelons que cette durée d assurance devrait passer à 167 trimestres pour les assurés nés en 1958 et augmenter d un trimestre tous les 3 ans afin d atteindre 172 trimestres (43 ans) pour ceux nés à partir de (réf. : décret du 13 décembre 2013, Jo du 15) Fiscal : Preuve de la date de réponse à une demande d éclaircissements et de justifications Un contribuable avait fait l objet d une demande d éclaircissements et de justifications au titre de l année 2000, datée du 13 septembre Le contribuable avait répondu par courrier du 15 novembre 2001 mais l administration indiquait n avoir reçu cette réponse que le 22 novembre suivant. La Cour administrative d appel en avait déduit que le contribuable n avait pas respecté le délai de deux mois qui lui était assigné pour répondre à cette demande et que l administration était en droit de procéder à une taxation d office. a tort selon le Conseil d Etat. Pour apprécier si un contribuable a répondu dans le délai de deux mois, il convient de se fonder non sur la date à laquelle l administration fiscale soutient avoir reçu cette réponse, mais sur la date à laquelle le contribuable peut attester s être acquitté de l obligation qui lui est faite d apporter une telle réponse. (réf. : CE 13 novembre 2013, n 34404) I - IMPOT SUR LE REVENU dossier FISCAL FISCALITE, CE QUI CHANGE EN Les différentes lois fiscales ont été définitivement adoptées par le Parlement et publiées au Journal Officiel. Nous allons vous exposer les modifications que la Loi de Finances rectificative pour 2013, la Loi de Finances 2014 et la Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2014 apportent à votre situation depuis le 1 er janvier nous aborderons ce dossier en regroupant les modifications par thèmes. Au niveau du Barème : après le rétablissement de l'indexation des tranches (interrompue depuis 2 ans), le barème progressif de l'impôt sur le revenu est le suivant : PAR PART de REVENU IMPOSABLE Jusqu à 6 011e de 6 012e à e de e à e de e à e de e à e au-dela de e TAUX APPLICABLE Au niveau du quotient familial : l avantage procuré par le quotient familial est plafonné à par demi-part au lieu de en a noter que les majorations de retraite ou de pension pour charges de famille ne sont plus exonérées d impôt sur le revenu. En ce qui concerne le bénéficiaire d un contrat obligatoire et collectif de complémentaire santé au sein de l entreprise, les cotisations versées par l employeur ne sont plus déductibles des revenus et sont ajoutées à la base imposable du contribuable. Création d une taxe exceptionnelle sur les hautes rémunérations Une taxe de 5 est due par les entreprises sur la fraction supérieure à 1 million des rémunérations individuelles payées en 2013 et Les rémunérations individuelles prises en considération pour apprécier la base taxable sont, outre les rémunérations proprement dites, les primes de toute nature (y compris celles relatives au départ en retraite), la valeur des stockoptions, des actions gratuites ou des bons de souscription de parts de créateur d entreprise attribués, et les remboursements de ces mêmes éléments par d autres entités. il convient de noter que cette taxe ne concernera qu un nombre limité de contribuables. au niveau de revenus de valeurs mobilières, il est bon de rappeler que depuis 1 er janvier 2013 : les revenus de capitaux mobiliers, sauf les produits d assurance vie, sont exclusivement soumis à l imposition selon le barème progressif. il est mis en place un prélèvement à la source à titre d acompte d impôt sur le revenu : Pour les intérêts : 24% Pour les dividendes : 21% Par contre il a été maintenu l abattement de 4 pour les dividendes. 5,5% 14% 3 41% 45% II - IMPOT SUR LA FORTUNE 6 il n y a pas de grandes modifications cette année, seul deux dispositions ont été votées : Au niveau du patrimoine taxable, il n est plus possible d exclure de sa base déclarable les contrats d assurance vie qui ne comportent pas de possibilité de rachat pendant une durée prévue au contrat POUR EN SAVOIR PLUS N HéSITEZ PAS À NOUS CONTACTER

7 dossier FISCAL Au niveau du plafonnement, le Conseil d Etat a annulé la disposition émise le 14 juin 2013 par l administration fiscale concernant l inclusion des intérêts du compartiment Euros des contrats d assurance vie et de capitalisation dans les revenus servant au plafonnement. L éventuel excédent d isf payé en 2013 du fait de l application de cette mesure pourra donc être remboursé. Pour l isf 2014, le gouvernement avait à nouveau réintroduit cette mesure dans la Loi de finances rectificative Cette fois-ci, c est le Conseil Constitutionnel qui l a censurée. Les intérêts du compartiment Euros de vos contrats sont donc bien définitivement hors champ des revenus pour le plafonnement de votre isf. III - PLUS VALUES SUR CESSIONS de VALEURS MOBILIERES après la fronde du mouvement des pigeons, le gouvernement a modifié à nouveau le régime des plus-values de cessions de valeurs mobilières en instaurant un nouveau régime. ainsi, pour toutes les plus-values constatées en 2013, un abattement est appliqué aux plus values réalisées sur les cessions d actions et de parts sociales en fonction de la durée de détention des titres vendus : durée de détention inférieure à 2 ans Egale à 2 ans et inférieure à 8 ans au moins égale à 8 ans ABATTEMENT 5 65% Cet abattement n est pas déduit de la base des contributions sociales. Les plus-values de cessions d opcvm investies au moins à 75% en actions peuvent aussi bénéficier de cet abattement. Il est prévu un régime incitatif réservé aux titres de PME. Cette faculté est réservée aux actions et parts sociales qui ont été souscrites ou achetées dans les 10 premières années après la constitution de ladite société. depuis le 1er janvier 2013, un abattement est appliqué aux plus-values réalisées sur les cessions d actions et de parts sociales de PmE : durée de détention inférieure à 1 an Egale à 1 an et inférieure à 4 ans Egale à 4 ans et inférieure à 8 ans au moins égale à 8 ans ABATTEMENT 5 65% 85% Pour être éligible à cet abattement spécifique, la société doit satisfaire à toutes les conditions suivantes de façon continue depuis sa création : elle doit correspondre à la définition d une PmE l année de la souscription ou de l acquisition des titres : effectif de moins de 250 salariés, et chiffre d affaires inférieur à 50 millions ou total de bilan inférieur à 43 millions ; elle n a accordé aucune garantie en capital à ses actionnaires ou associés en contrepartie de leur souscription ; elle doit être passible de l impôt sur les sociétés (ou d un impôt équivalent) ; son siège social est dans un Etat membre de l Union Européenne (ou dans un Etat de l Espace Economique Européen ayant conclu avec la france une convention visant à lutter contre la fraude et l évasion fiscales) ; elle exerce une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, à l exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier ; si la société est une holding animatrice, l ensemble de ces conditions doit être respecté à la fois par la holding et par toutes ses participations. 7 NOUS RESTONS À VOTRE disposition POUR TOUT RENSEIGNEMENT

8 dossier FISCAL Cet abattement n est pas déduit de la base des contributions sociales. Cet abattement est également applicable pour les cessions de titres de PmE dont l acquisition ou la souscription aurait permis au détenteur de bénéficier d une réduction de son impôt sur le revenu (réduction dite madelin ). Cependant, la réduction d impôt obtenue lors de l acquisition ou de la souscription des titres est à ajouter au montant de la plus-value réalisée. Le dirigeant de PME partant en retraite continuera à bénéficier d un régime adapté. Le régime de faveur permettant d exonérer d impôt (mais pas de contributions sociales) les plusvalues constatées lors de la vente de ses titres par un dirigeant partant ou parti à la retraite (dans un délai de 2 ans) est supprimé au 1 er janvier a partir de cette date, un abattement fixe de pourra être déduit de la plus-value globale (toutes cessions confondues pour les titres d une même entreprise) avant l application de l abattement selon la durée de détention prévu par le régime incitatif décrit ci-dessus. La CSG déductible des revenus de l année suivante est plafonnée au montant des gains imposables. En ce qui concerne les Cessions intrafamiliales et la Jeune Entreprise Innovante, ces deux régimes de faveur permettant, sous conditions, d exonérer d impôt les plus-values constatées lors de la vente de titres sont supprimés au 1 er janvier IV - PLUS VALUES SUR CESSIONS d UN BIEN IMMOBILIER (Hors Résidence Principale) depuis le 1 er septembre 2013, l abattement appliqué aux plus-values réalisées sur les cessions en fonction de la durée de détention des biens vendus est différencié selon qu il s agisse de la base soumise à l impôt dite «base fiscale» ou de celle soumise à contributions sociales dite base sociale : durée de détention Jusqu'à 5 ans Abattement annuel BASE FISCALE Abattement cumulé en fin de période BASE SOCIALE Abattement annuel Abattement cumulé en fin de période de 6 ans à 21 ans 6% 96% 1,65% 26,4 La 22 ème année 4% 10 1,6 28% de 23 ans à 30 ans - - 9% 10 8 La plus-value est donc exonérée d'impôt après 22 ans et de contributions sociales après 30 ans de détention du bien. En ce qui concerne les terrains à bâtir, l abattement actuel appliqué aux plus-values réalisées sur les cessions de terrains à bâtir en fonction de la durée de détention (2% par an de la 6 e à la 17 e année de détention, 4% par de la 18 e à la 24 e année et 6% de la 25 e à la 30 e année) est maintenu (sa suppression, prévue à partir du 1 er mars 2014, a été censurée par le Conseil Constitutionnel). Il est également prévu un abattement exceptionnel pour les cessions réalisées jusqu au 31 août 2014, vous aurez la faculté d appliquer un abattement exceptionnel de 25% sur la plus-value restant après l abattement pour durée de détention évoqué ci-dessus. Cet abattement s appliquera aussi bien pour la base «fiscale» que pour la base sociale. Cet abattement exceptionnel n est cependant pas applicable aux cessions : - de terrains à bâtir ; - de titres de SCi ou de SCPi ; - faites au profit d une personne liée au cédant (conjoint, concubin, partenaire de PaCS, ascendant ou descendant) ou d une personne morale dont le cédant ou l une de ces personnes est associée. Les cessions d immeubles bâtis destinés à la démolition et situés dans les zones urbaines denses pourront également bénéficier de cet abattement exceptionnel de 25% mais pour une période plus longue. Seront ainsi concernés : les actes définitifs signés jusqu au 31 décembre 2014 ; les promesses signées jusqu à cette date avec un acte authentique signé avant le 1 er décembre POUR EN SAVOIR PLUS N HéSITEZ PAS À NOUS CONTACTER

9 dossier FISCAL V - CREATION d UN PEA-PME Le PEa actuel voit son plafond de versements relevé à il est créé un PEa-PmE. dès le 1 er janvier 2014, le contribuable a la possibilité d'ouvrir, en plus de son éventuel PEa actuel, un PEa-PmE exclusivement réservé aux investissements dans les PmE ou les Eti (Entreprises de taille intermédiaire) qui devra respecter les règles de fonctionnement suivantes : Le plafond des versements est fixé à , exclusivement en numéraire ; les sommes versées peuvent être employées dans : - des souscriptions ou des achats directs d actions ou parts sociales dans une entreprise cotée ou non ; l entreprise doit respecter 2 critères en matière de taille (effectifs < personnes ; chiffre d affaires annuel < 1,5 milliard ou total de bilan < 2 milliards ) ; - ou des souscriptions à des actions de SiCaV ou des parts de fcp ou de fcpr ; ces instruments collectifs devront être investis à au moins 75% en titres émis par les PmE ou Eti éligibles, dont les 2/3 en actions. la fiscalité applicable à ce PEa-PmE est strictement identique à celle du PEa actuel : exonération des dividendes perçus et des plus-values réalisées à l intérieur du PEa-PmE, imposition forfaitaire dégressive en cas de rachat selon l ancienneté du Plan (les contributions sociales restant dues sur la plus-value retirée). VI - MOdIFICATION de LA FISCALITE de L ASSURANCE VIE En ce qui concerne le prélèvement dû par les bénéficiaires en cas de décès a compter du 1 er juillet 2014, les capitaux issus des unités de compte investies dans les PmE, le logement social ou l'économie solidaire, bénéficieront d'un abattement de 2 et ne seront donc retenus qu'à hauteur de 8 dans la base taxable. Sur le solde taxable par bénéficiaire, le prélèvement sera calculé comme suit : - abattement de sur la fraction comprise entre et ,25% sur la fraction excédant En ce qui concerne les contributions sociales Pour les rachats effectués depuis le 26 septembre 2013, seuls les produits acquis ou constatés pendant les 8 premières années des contrats souscrits entre le 1er janvier 1990 et le 25 septembre 1997 peuvent se voir appliquer les taux historiques des contributions en fonction des années de constatation des plus-values. Pour tous les produits acquis ou constatés après 8 ans pour ces contrats (comme pour les contrats souscrits après le 25 septembre 1997), le taux des contributions sociales appliqué lors des rachats est celui en vigueur au jour du rachat. Les compagnies d assurance ont néanmoins la faculté de continuer d appliquer provisoirement ces taux historiques sur vos rachats (pour les contrats et primes concernés) jusqu au 30 avril L administration fiscale recalculera les contributions sociales qui auraient dû être décomptées au taux en vigueur aux jours des rachats et vous réclamera le différentiel avec votre impôt sur le revenu en Pour en savoir plus, sur l ensemble des modifications fiscales 2014, votre Conseil en Gestion de Patrimoine reste à votre disposition, n hésitez pas à le contacter. 9 NOUS RESTONS À VOTRE disposition POUR TOUT RENSEIGNEMENT

10 BON ÀSAVOIR LES PERFORMANCES des PRINCIPALES BOURSES Fraude fiscale : Français se sont dénoncés Le ministre délégué au Budget, a assuré mercredi à l assemblée nationale que personnes ont déposé depuis juin des demandes de régulation auprès du fisc, soit une recette potentielle de plus d un milliard d euros. répondant à une question de l écologiste Éric alauzet, le ministre a rappelé avoir signé une circulaire le 21 juin encadrant les sanctions imposées aux titulaires d un compte à l étranger non déclaré, et tenant compte notamment de l éventuelle passivité de ces personnes. Le ministre a assuré que l Etat pourrait récupérer plus d un milliard d euros grâce à la régularisation de ces comptes à l étranger. Le taux du Livret A restera bien à 1,25% Le gouverneur de la Banque de france a proposé, mercredi 15 janvier, de ramener à 1% le taux du livret a et du livret de développement durable (Ldd) à partir du 1 er février. immédiatement, le gouvernement a fait savoir que le taux resterait à 1,25%. direction de la communication du cabinet - Photos : d.r. - Conception réalisation : image & action Baisse des prix de l'immobilier de 1,7% au troisième trimestre 2013 En Île-de-france, au troisième trimestre 2013, les prix des logements anciens baissent de 1,2% sur un an, soit -1,5% pour les appartements et -0,4% pour les maisons. Sur un trimestre, ils baissent de 0,3% (en données provisoires CVS) sous l effet du recul du prix des appartements (-0,6%), qui se poursuit, tandis que ceux des maisons remontent (+0,3%). En province, la baisse sur un an au troisième trimestre 2013 atteint 1,9% ; à l inverse de l ile-de- france, elle est plus accentuée pour les maisons (-2,3%) que pour les appartements (-1%). a fin septembre 2013, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois en france métropolitaine est estimé à par le CGEdd1 ;il est en baisse de 6% sur un an et de plus de 16% sur deux ans mais en hausse de 5% depuis janvier. Le volume des ventes des logements neufs se situe en moyenne aux alentours de 13% de celui des ventes de logements anciens avec deux années hors normes : avec 18%, du fait de l effondrement des volumes dans l ancien, avec 16%, année record avec plus de logements neufs vendus. au troisième trimestre 2013, la tendance reste marquée à la baisse avec -33% de mises en vente par rapport au troisième trimestre 2012, malgré une reprise fin d'après les notaires, l'augmentation des droits de mutation ne devrait pas avoir d'impact sur les ventes au contraire de la nouvelle fiscalité qui devrait être favorable au marché. Contrairement aux idées reçues, les étrangers non-résidents constituent moins de 2% des acquéreurs sur la période : 2% en province et 1% en ile-de-france, mais leur proportion monte à 3% à Paris. malgré cela, ils peuvent jouer un rôle important localement. C est le cas dans deux types de localisations : des départements ruraux du centre et du sud-ouest où les acquéreurs nationaux sont peu nombreux et, au contraire, dans les grandes régions touristiques des alpes et de la Côte d azur, où la concurrence est vive avec les locaux. Plafonds de la Sécurité Sociale en 2014 Le plafond annuel est de , celui trimestriel de 9.387, le plafond mensuel est de 3.129, tandis que le plafond hebdomadaire se situe à 722.Le plafond jour est fixé à 172 tandis que le plafond horaire s élève à 23. Cette lettre n a qu une valeur purement informative et ne constitue pas une offre commerciale. Ce document est non contractuel. Les informations d ordre juridique, fiscal ou financier sont à jour au moment de la parution de cette lettre et sont susceptibles d être modifiées ultérieurement. 2013, les performances sont au rendez-vous Le consensus autour des actions faisait encore l unanimité début Pour autant les performances en 2013 ne furent pas toutes aussi linéaires sur les différentes places boursières. Les zones émergentes ont affiché des rendements en retrait par rapport aux zones développées. Voici les performances des principales places boursières. Indice & Bourse CaC 40 france 17,99% dax 30 allemagne 21,4 ftse 100 royaume-uni 12,13% Shanghai Composite Chine -8,18% nikkei 225 Japon 22,66% dow Jones États Unis 24,04% nasdaq États Unis 32,33% S&P 500 États Unis 23,99% msci World index en 18,74% Pour obtenir des informations complémentaires, ou faire réaliser une étude personnalisée, sans engagement de votre part, n hésitez pas à contacter : Pierrick Tardif Performance 2013 source EuroPerformance au 31/12/2013 SENEQUE PATRIMOINE 7 Parc de Béarn Saint CLoUd Mob : Fax : SENEQUE PATRIMOINE SARL - 7 Parc de Béarn Saint CLoUd - Capital Social rcs nanterre tva intra fr n orias Carte transaction immobilière n adhérent anacofi rcp n mma CoVEa risks adhérent fichier national démarchage financier n my - agrément anacofi Cif : E

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Pour les entreprises soumises à l Impôt sur les Sociétés, le dispositif Girardin Société 100 % permet de déduire du résultat imposable la

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE

CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE CALCUL ET OPTIMISATION DE VOTRE RETRAITE RETRAITE EXEMPLE Etude réalisée le 05/02/2014 1 AVANT-PROPOS Les règles régissant le système de retraite sont complexes et les différentes modifications les affectant

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Ce qui va changer pour les entreprises

Ce qui va changer pour les entreprises C A B I N E T B R A H I N DANSK-FRANSK ADVOKATFIRMA I FRANKRIG / DANISH-FRENCH LAW FIRM IN FRANCE Ce qui va changer pour les entreprises Si les entreprises profiteront d un allégement de l ordre de 11

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Dossier de presse 6 juin 2014 Une poursuite de la réduction du déficit

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Les caractéristiques de votre projet

Les caractéristiques de votre projet Les caractéristiques de votre projet Cette simulation tient compte des dispositions légales (loi de finances 2011) et contractuelles en vigueur. Votre situation initiale REVENU, compte tenu de votre situation

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Les principaux produits d épargne retraite.

Les principaux produits d épargne retraite. 1 Les principaux produits d épargne retraite. 2 Contrats individuels Nom Type de contrat Public Fonctionnement Sortie Fiscalité Versement Nb de bénéficiaires / encours Loi Madelin PREFON CRH (CGOS), à

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur SCPI Sema 2i Profitez des avantages fiscaux de la Loi Girardin en contrepartie d une conservation des parts pendant au moins 6 ans à compter de la date d achèvement du dernier logement (prévue en 2011).

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1)

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1) LA LETTRE DE N 26 Mai 2015 EDITO Optimisez votre Impôt sur le revenu! Nous vous proposons dans cette lettre d information les règles principales applicables pour déterminer et optimiser votre impôt sur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail