LA PRESENTATION DU BASSIN VERSANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PRESENTATION DU BASSIN VERSANT"

Transcription

1 Syndicat Intercommunal des Paillons L PRESENTTION DU BSSIN VERSNT

2 L PRESENTTION DU BSSIN VERSNT Carte 01 Carte 02 Carte 03 Carte 04 Carte 05 Carte 06 Carte 07 Carte 08 Carte 09 Carte 10 Carte 11 Carte 12 Carte 13 Carte 14 Carte 15 Carte 16 Carte 17 Carte 18 Carte 19 Carte 20 Carte 21 Carte 22 L LOCLISTION LES COURS D EU PRINCIPUX LES SOUS-BSSINS LES COMMUNES LES ETBLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERTIONS INTERCOMMUNLES LES SYNDICTS DE GESTION DE L EU L GEOLOGIE L VEGETTION L RIPISYLVE LE PTRIMOINE NTUREL SENSIBLE LES CRUES LES SSECS L FUNE PISCICOLE LES XES DE CIRCULTION LES CTIVITES ECONOMIQUES LE PYSGE L QULITE DES COURS D EU LES STTIONS D EPURTIONS L'EMBOUCHURE DU PILLON LES INCENDIES L DIRECTIVE CDRE EUROPEENNE SUR L EU SYNTHESE

3

4 L LOCLISTION Situé dans le département des lpes Maritimes, le Paillon est un fleuve côtier typiquement méditerranéen. près avoir pris naissance dans les Préalpes Niçoises, le Paillon traverse l agglomération niçoise avant de se jeter dans la Méditerranée au centre de la Baie des nges. Le Paillon draine une bassin versant de 250 km² environ très compact et fortement accidenté. Sa particularité est de présenter une alternance entre des étiages extrêmement faibles et persistants pouvant aller jusqu à l assec et des crues soudaines et violentes. Le Paillon ou les Paillons, appellation souvent retenue en raison de ces diverses ramifications, est constitué principalement de 5 bras : le Paillon de L Escarène, le Paillon de Contes, le Laghet appelé aussi Paillon du Laghet, la Banquière appelé aussi Paillon de Levens et le Paillon de Nice. La colonisation de la plaine alluviale du Paillon est très ancienne et la demande de protection a été rapidement très pressante. L endiguement progressif du Paillon a répondu à cette attente et sa couverture actuelle dans la traversée de Nice est l aboutissement de cette conquête par l homme sur l aire de jeu du Paillon. Les vallées du Paillon, qui a toujours été un lieu de passage, est de plus en plus investie par des activités diverses qu il faut implanter, relier par des voies de communication. insi, le lit du Paillon est convoité et très souvent utilisé. Le haut du bassin versant, grâce à son relief escarpé, a su conserver son aspect naturel et abrite une forêt dense.

5

6 LES COURS D EU PRINCIPUX Le Paillon est décomposable en 5 affluents principaux. Le Paillon de L Escarène : De direction nord-sud, le Paillon de L Escarène prend sa source sur la commune de Lucéram au pied du massif de Peïra-Cava à 950 m d altitude. D une longueur de 23 km environ, le Paillon de L Escarène est un cours d eau naturel. Il possède plusieurs affluents importants : la Pighièra, le Redebraus, l Erbossièra, le Faquin et le Galambert. Le Paillon de Contes : De direction nord-sud, le Paillon de Contes rejoint le précédent au pont de Peille. Il prend sa source sur la commune de Lucéram au pied du col Saint Roch à 850 m d altitude. D une longueur de 19 km environ, le Paillon de Contes est un cours d eau naturel sur sa partie amont. partir de Contes, il devient artificiel par des endiguements et le passage de la Pénétrante dans son lit. Il possède deux affluents importants : la Garde et la Vernéa. Le Paillon du Laghet ou Laghet : De direction est-ouest, le Laghet prend sa source sur la commune de Peille au pied du Mont gel à 750 m d altitude et coule sur la commune de La Trinité entre le plateau Tercier et la Grande Corniche. D une longueur de 10.5 km, le Laghet est un cours d eau partiellement naturel sauf sur les 900 derniers mètres où il est couvert à La Trinité. Le Paillon de Levens ou La Banquière : De direction nord-ouest - sud-est, la Banquière prend sa source sur la commune de Levens au pied du mont Férion à 800 m d altitude. D une longueur de 17 km, la Banquière est un cours d eau naturel à l exception de la traversée de Saint ndré de la Roche où il est artificialisé par des digues. Son principal affluent est le Rio Sec. Le Paillon de Nice : D une longueur de 11.5 km, le Paillon de Nice est constitué au Pont de Peille, par la confluence du Paillon de Contes et du Paillon de l Escarène, puis du Laghet en rive gauche à la Trinité et de La Banquière en rive droite au quartier Bon Voyage. Son cours d eau est complètement artificialisé par des digues et des radiers, puis par la couverture en béton sur les deux derniers kilomètres à Nice. Outre les quatre principaux affluents, il possède un affluent secondaire, le vallon de Cantaron.

7

8 LES SOUS-BSSINS Le bassin versant des Paillons couvre une surface de 250 km² environ. Ce bassin est composé de quatre vallées encaissées et une plaine alluviale. Tableau 01 : Décomposition du bassin versant Sous-bassin Superficie Vallées encaissées Paillon de L'Escarène Paillon de Contes Laghet Banquière 94 km² 71 km² 16 km² 41 km² Plaine alluviale Paillon Nice 26 km² Tableau 02 : Proportion entre la superficie de la commune et le bassin versant Communes Bendejun Berre les lpes Blausasc Cantaron Chateauneuf-Villevieille Coaraze Contes Drap Duranus Falicon L'Escarène La Trinité Levens Lucéram Nice Peille Peillon Saint ndré de la Roche Touët de L'Escarène Tourrette-Levens utres(1) Superficie du bassin versant occupée par la commune 2.60% 3.90% 4.10% 3.00% 3.40% 6.90% 7.90% 2.20% 1.80% 1.60% 4.30% 6.00% 3.90% 13.30% 4.50% 14.40% 3.60% 1.20% 1.90% 6.70% 2.80% (1) Les communes d spremont, Castagnier, Eze, La Turbie et VilleFranche sur Mer.

9

10 LES COMMUNES Les Paillons arrosent principalement 20 communes (cf. tableau ci-dessous) qui occupent 97,2 % du bassin versant. Population Bendejun Superficie ltitude Canton ha 350 m Contes Berre les lpes ha 700 m Contes Blausasc ha 300 m L'Escarène Cantaron ha 100 m Contes Chateauneuf-Villevieille ha 600 m Contes Coaraze ha 650 m Contes Contes ha 250 m Contes Drap ha 100 m Contes Duranus ha 500 m Levens Falicon ha 320 m Nice L'Escarène ha 370 m L'Escarène La Trinité ha 71 m Nice Levens ha 600 m Levens Lucéram ha 654 m L'Escarène ha 0m Peille ha 630 m L'Escarène Peillon ha 200 m L'Escarène Saint ndré de la Roche ha 70 m Nice ha 415 m L'Escarène ha 370 m Levens Nice Touët de L'Escarène Tourrette-Levens Nice

11

12 LES ETBLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERTIONS INTERCOMMUNLES Trois établissements publics de coopération intercommunales interagissent sur le bassin versant des Paillons La Communauté d gglomération de Nice Côte d zur : Créée le 1er janvier 2002, elle regroupe aujourd hui 24 communes, spremont, Beaulieu, Cagnes sur Mer, Cap d il, Castagnier, Coaraze, Colomars, Duranus, Eze, Falicon, La Gaude, Levens, Nice, La Roquette sur Var, Saint ndré de la Roche, Saint Blaise, Saint Jean Cap Ferrat, Saint Jeannet, Saint Laurent du Var, Saint Martin du Var, Tourrette-Levens, La Trinité, Vence et Villefranche su Mer pour une population de habitants(1). Compétences obligatoires : développement économique, aménagement de l espace communautaire, équilibre social de l habitat et politique de la Ville dans la Communauté. Compétences optionnelles : assainissement, eau potable, environnement et cadre de vie, voirie d intérêt communautaire et équipement culturels et sportifs d intérêt communautaire. Compétences facultatives : qualité de l eau, études générales portant sur les écosystèmes naturels, les risques, le paysage et les eaux pluviales. La Communauté de Communes du Pays des Paillons : Créée le 24 novembre 2003, elle regroupe les communes de Bendejun, Berre les lpes, Blausasc, Cantaron, Châteauneuf Villevieille, Contes, Drap, L Escarène, Lucéram, Peillon et Touët de L Escarène pour une population de habitants(1). Compétences obligatoires : développement économique et aménagement de l espace communautaire. Compétences optionnelles : voirie d intérêt communautaire et logement social d intérêt communautaire. Compétences facultatives : déchets des ménages, petite enfance et jeunesse. La Communauté d gglomération de la Rivièra Française : Créée le 27 septembre 2001, elle regroupe aujourd hui 10 communes, Beausoleil, Castillon, Gorbio, Menton, Moulinet, Peille, Roquebrune Cap Martin, Saint gnès, Sospel et La Turbie pour une population de habitants (1). Compétences obligatoires : développement économique, aménagement de l espace communautaire, équilibre social de l habitat et politique de la Ville dans la Communauté. Compétences optionnelles : voirie d intérêt communautaire, gestion de parcs de stationnement d intérêt communautaire, protection et mise en valeur de l environnement et gestion équipement culturels et sportifs d intérêt communautaire. (1) Population de 1999.

13

14 LES SYNDICTS DE GESTION DE L EU Quatre structures intercommunales interagissent sur le bassin versant des Paillons. Le SILCEN : Créé en juin 1935, il a pour vocation d étudier des dossiers confiés par les communes membres concernant la construction de réseaux et gestion d eau potable et d assainissement principalement. Les communes membres du syndicat actuellement sont L Escarène, Blausasc, Lucéram, Peille, Peillon, Touët de L Escarène, Contes, Bendejun, Berre les lpes, Cantaron et Châteauneuf-Villevieille. Le SICTEU : Crée en mai 1966, il a pour vocation de construire toute installation nécessaire au traitement des eaux usées. Il est chargé de l entretien du réseau syndical qu il exploite. Les communes membres du syndicat sont Bendejun, Drap, Cantaron, Blausasc, Peillon, Peille, Contes et Châteauneuf-Villevieille. Le SIVOM Val de Banquière : Créé en mars 1995, il a pour vocation l étude de l aménagement, puis l exécution des travaux d entretien et d aménagement de la Banquière (Paillon de Levens) dans son cours inférieur. Il s est lancé en 1999 dans un schéma d aménagement, de restauration et de gestion de la Banquière. Les communes membres du syndicat sont : St ndré de la Roche, Tourrette Levens, Falicon, ChateauneufVillevieille, Levens Duranus, spremont, Castagniers, Colomars, St Blaise et La Roquette sur Var. Le Syndicat Intercommunal des Paillons : Créé en décembre 1996, il a pour vocation la prévention contre les inondations et la mise en valeur du milieu et du paysage. Il s est lancé en 1998 dans un schéma d aménagement, de restauration et de gestion sur les Paillons de Contes, L Escarène, Nice et du Laghet. Les communes membres du syndicat sont : Blausasc, Cantaron, Contes, Drap, L Escarène, Nice, Peille, Peillon et La Trinité.

15

16 L GEOLOGIE Le bassin du Paillon s inscrit en partie orientale des chaînes subalpines méridionales dont la structure est directement héritée des mouvements tectoniques alpins (rc de Nice). Son ossature est constituée de diverses roches sédimentaires qui s étagent du Trias supérieur au Quaternaire et dont l agencement et la répartition ont subi de nombreuses déformations lors des mouvements alpins (plis, failles, chevauchements). le Trias supérieur : Il s agit d une puissante assise de marne argileuse bariolée, incluant des lentilles éparses de dolomie, cargneule et gypse et dont la plasticité d ensemble a facilité le décollement de la série sédimentaire. Il affleure sur le site même de Nice (Cimiez, Carabacel) et montre un développement accru dans certains secteurs périphériques du bassin (St Blaise-Levens, Beausoleil-Ste gnès, Sospel). le Jurassique : Il est représenté par un ensemble relativement homogène de calcaires et dolomies en gros bancs, d une puissance totale de l ordre de 500 à 600 mètres. Il arme dans le paysage les principales lignes de crête (Monts Chauve, Massifs du Férion et de Rocca-Serra, monts gel, Méras et Ours,...). le Crétacé : Il comprend plusieurs niveaux bien différenciés constituant l essentiel du bassin entre La Pointe-de-Contes et St ndré. Le Cénomanien: marne grise, intercalée de lits calcaires. Le Turonien: calcaire gris en petits bancs, intercalé de lits marneux à la base et au sommet. Le Sénonien: alternance irrégulière de bancs calcaires et marno-calcaires et de niveaux marneux. le Nummulitique : Il n est représenté qu au cœur des cuvettes synclinales de Contes, PeïraCava et Braus où il correspond à une trilogie caractéristique. Le Lutétien: calcaire gris-bleu, parfois gréseux ou marneux. Le Priabonien: marno-calcaire, puis marne grise. L Oligocène: flysch marnogréseux surmonté par des grés massifs (grés d nnot). le Pliocène : Il n affleure qu en partie inférieure du cours du Paillon (La Trinité, Nice) et jusqu à Tourette-Levens et spremont. Il est constitué de marnes parfois sableuses, surmontées d une épaisse série de cailloutis et conglomérats. le Quaternaire : Il s agit des dépôts les plus récents qui coiffent indifféremment les diverses assises rocheuses précitées, mais n ont souvent qu une extension très limitée. Sur les Paillons, on distingue deux formations. Les éboulis de pente, accumulés en pied de versant ; ils sont représentés par des faciès divers (cailloutis à matrice argileuse, brèche de pente, blocs épars), agencés de façon complexe, et peuvent atteindre quelques dizaines de mètres d épaisseur. Les alluvions fluviatiles qui comblent l ancienne vallée du Paillon, surcreusée dans les formations ante quaternaires lors des principales phases de régression. Le remplissage alluvionnaire est assuré par des galets, des graviers et des sables à matrice argileuse plus ou moins abondante. Son épaisseur augmente progressivement vers l aval et atteint 20 à 30 m dans l axe dans le secteur de la Condamine et 50 à 60 m à l entrée de Nice (ancienne usine à gaz).

17

18 L VEGETTION Le taux de boisement du bassin des Paillons a évolué considérablement depuis le début du siècle dernier. Cette reprise de la végétation naturelle se fait sur de vastes surfaces autrefois vouées à la culture ou aux parcours d élevage. Les espèces arborescentes principales sont : Le chêne pubescent qui semble avoir eu une extension plus grande dans tout l étage méditerranéen avant l intervention humaine et en a sans doute constitué le climax. Le charme houblon est souvent présent sur les pentes à l'ubac, pouvant coloniser des sols profonds. Il donne surtout des taillis. Le pin d'lep forme des forêts de substitution installées à l'emplacement des chênaies antérieures. Ces forêts claires ne fournissent qu'une couverture partielle et ces peuplements sont très sensibles au feu. Le pin maritime est encore assez fréquent dans le bassin mais son rôle et son avenir sont compromis car victime d'une cochenille. Il est encore abondant en peuplements étendus : (col de Braus, Luceram), mais menacés. Le pin sylvestre est un participant banal dans l'étage montagnard, formant des peuplements (col de l'orme) étendus. Il recolonise les surfaces abandonnées par la culture et le pâturage. Le pin noir d'utriche a été très utilisé pour reboiser les secteurs les plus dégradés, aux étages supraméditerranéen et montagnard. Le mimosa, espèce introduite qui a envahi les substrats siliceux du synclinal de Berre les lpes. Il a colonisé ces sols acides et arrive à éliminer la quasi-totalité des autres participants, donnant des taillis purs. Les garrigues sont des formations de dégradation et couvrent les pentes dégradées, composées d'individus buissonnants avec : la cistaie à ciste blanchâtre et brachypode rameux sur les sols calcaires des fruticées à genêt d'espagne sur restanques, la garrigue à romarin sur terrains marneux, et la lande à genêt cendré. Les pelouses à Brachypodium ramosum, et Brachypodium phoenicoides dans les cultures abandonnées, les anciennes terrasses. La pelouse à aphyllanthe de Montpellier et dorycnium sur sol profond est très répandue au-dessus de 500 m sur marno-calcaires crétacés. Les éboulis portent en général une végétation ouverte où l'infiltration est assurée et le ruissellement nul. Les cultures occupent actuellement des surfaces réduites dans le bassin, hormis l'oliveraie qui, en plus de sa dimension culturelle, participe à l'économie. L'oléiculture a été une des activités importantes et a marqué le paysage en déforestation et l'organisation des pentes en terrasses sur les terrains assez meubles (marno-calcaires). ujourd hui, un grand nombre d oliveraies sont laissées à l abandon.

19

20 L RIPISYLVE Il y a essentiellement 3 grands types de ripisylves : la ripisylve à dominance Charme houblon et ulne glutineux. Ce type de ripisylve est constitué de strate herbacée, arbustive et arborée, lui conférant un attrait paysager important. Elle constitue un écosystème intéressant par sa diversité végétale et pour son rôle d habitat pour la faune. Elle occupe les berges et est localisé principalement dans le haut et moyen bassin où l emprise de l homme est faible. la ripisylve à dominance peuplier noir, saules blanc et pourpre. Elle se retrouve principalement dans le bas et moyen bassin où l emprise de l homme et l activité sédimentaire sont importantes. Elle s implante sur les berges mais également dans le fond du lit sur les secteurs régulièrement assecs ou qui subissent des étiages sévères. la ripisylve artificielle. Elle a un faible rôle écologique mais marque le paysage du fait des essences choisies (platane, frêne ). Elle est essentiellement située en zone urbaines et se caractérise par des plantations d espèces arborées introduites et par des alignements. Parmi les essences locales on trouve des plantes adventices ou exogènes qui peuvent présenter des inconvénients dans les compositions végétales de la ripisylve. La canne de Provence qui forme des peuplements denses fortement ancrés par leurs rhizomes ; le robinier faux acacia ; l'ailante qui se multiplient par drageons et colonisent activement les berges ; le buddleia qui croit fortement dans les sections où les matériaux se déposent. Le lit et les berges des Paillons sont occupés par une ripisylve luxuriante et non entretenus par les riverains. Cette végétation est génératrice d embâcles en cas de crue pouvant provoquer de nombreux dégâts. fin d adopter une démarche sectorisée d'entretien sur le cours d'eau, un plan d'objectifs d'entretien a été réalisé en 2003.

21

22 Code Nom de la zone Communes concernées sur le bassin Type FR Corniche de la Rivièra La Trinité, Nice Natura 2000 (psic) B FR Vallée du Caraï Collines de Castillon Peille Natura 2000 (psic) C 0616Z00 Mont Gros,Eze, Tête de chien Drap, Nice, Peillon, La Trinité ZNIEFF type 1 D 0618Z00 Mont Chauve, Mont Macaron Contes, Châteauneuf Villevieille, Cantaron, Tourrette Levens, Falicon, Nice ZNIEFF type 1 E 0623P00 Col de Braus L'Escarène, Lucéram, Peille, Touët de L'Escarène ZNIEFF type 2 F 0624Z01 Baisse de la Cabanette Col de l'ble Lucéram ZNIEFF type 1 G 0620Z00 Chaîne du Férion Bendejun, Châteauneuf Villevieille, Coaraze, Duranus, Levens, Lucéram, Tourrette Levens ZNIEFF type 1 H Grande Corniche Plateau de la Justice La Trinité, Nice ZNIEFF type 1 I Plateau Tercier La Lare Cime de Rastel Drap, Peille, Peillon, La Trinité ZNIEFF type 1 J Gorges du Paillon Blausasc, L'Escarène, Peille ZNIEFF type 1 K Mont Farghet Col de Braus L'Escarène, Lucéram, Peille, Touët de L'Escarène ZNIEFF type 1 L Mont Vinaigrier Observatoire La Trinité, Nice ZNIEFF type 2 M Mont Chauve Falicon, Nice, Tourrette Levens ZNIEFF type 2 N Mont Macaron Mont de l'ubac Cantaron, Châteauneuf Villevieille, Contes, Tourrette Levens ZNIEFF type 2 O Forêt de Blausasc Blausasc, Contes, Peillon ZNIEFF type 2 P Chaîne du Férion Mont Cima Bendejun, Châteauneuf Villevieille, Coaraze, Duranus, Levens, Lucéram, Tourrette Levens ZNIEFF type 2 Q Forêt de Lucéram Bendejun, Berre les lpes, Coaraze, Contes, Duranus, L'Escarène, Lucéram, Touët de L'Escarène ZNIEFF type 2 2ème génération N carte 1ère génération LE PTRIMOINE NTUREL SENSIBLE Le bassin versant ne comporte pas de ZICO, de réserve naturelle, de parc national ou de parc naturel régional.

23

24 LES CRUES L hydrologie des Paillons est marquée par des crues extrêmement violentes, quoique rares. La rareté de ces épisodes de crues s explique tout à la fois par l influence méditerranéenne et par la morphologie spécifique du bassin versant, peu ouvert aux influences météorologiques marines. En effet, du fait de la barrière montagneuse située au sud et à l est du bassin, une part importante des précipitations n atteint pas le cœur de celui-ci avec une pluviométrie moyenne beaucoup plus forte sur la frange côtière sud qu à l intérieur du bassin versant. Par contre, les épisodes extrêmes, qui dépassent ces effets orographiques peuvent entraîner de très fortes crues sur le bassin. Les plus grandes crues recensées sont intervenues soit à l automne, généralement de manière concomitante avec les grands bassins régionaux (Var, Durance ), soit de manière beaucoup plus aléatoire au cours de l année, à l occasion d épisodes météo-climatiques extrêmes localisés. La brutalité des crues des Paillons apparaît comme une constante historique, et aucun élément ne permet de penser que les modifications récentes très sensibles de l occupation du sol (reforestation, urbanisation, déprise agricole, ) n aient entraîné d effet majeur sur les conditions de formation de ces crues ou sur leur célérité. Le bassin versant des Paillons à fait l objet de très nombreuses études, du point de vue hydraulique, principalement liées à des projets de construction d ouvrages ou à des procédures réglementaires (PER, PPR). Les principaux désordres recensés suite aux crues sont, de manière générale : des érosions de berge dues aux très fortes vitesses d écoulement ; des affouillements d ouvrages existants dues aux très fortes vitesses d écoulement et aux embâcles ; des embâcles au niveau des ponts dus à une ripisylve luxuriante et quasiment pas entretenue ; des débordements dus à un lit non entretenu et une urbanisation importante occupant une partie du lit ; Dysfonctionnement de certains vallons considérés comme sec dû à leur colonisation et à leur remblaiement progressif. Il n a pas été recensé sur le cours des Paillons de zone d expansion des crues. Cette absence s explique par un important relief constituant le bassin et une forte occupation des vallées par l homme.

25

26 LES SSECS Dans la basse vallée, le réseau hydrographique des Paillons subit des diminutions sensibles de son débit pouvant conduire à l assèchement de certains tronçons lors des périodes de sécheresse, en particulier en été. Cet état résulte de pertes plus ou moins prononcées des eaux de surface au profit de la nappe alluviale, ce qui correspond à un véritable sous-écoulement occulte dans le remplissage alluvial sous-jacent (Cf. figure ci-dessous). Il s agit d un processus d échange tout à fait naturel qui n a rien d exceptionnel, ni de nouveau, mais qui semble accru depuis quelques décennies par les conditions climatique et d exploitation des ressources en eau du bassin : d une part une réduction des apports amont, liée au captage des diverses sources de rives, privées de surverse en périodes de pointe, d autre part une augmentation très importante des prélèvements le long du cours et à l aval, en liaison avec le développement excessif des forages. Toutefois certains rejets anthropiques limitent l impact des assecs (Cf. tableau ci-dessous). N carte Type de rejet Localisation Rejet du canal de la Vésubie mont du lycée de l'est Rejet de Super Rimier Sous le pont autoroutier Rejet de la STEP de Tourrette Levens mont de la clue Rejet de la STEP de Drap val de la traversée de Drap Rejet d'une entreprise mont du seuil n 2

27

28 LES POISSONS Entre les mois de mai et juillet 2005, la Fédération de pêche des lpes Maritimes a réalisé un inventaire piscicole des Paillons. Neuf stations ont été retenues en fonction de leur accessibilité et de leur positionnement par rapport aux stations physico-chimiques et hydrobiologiques (Cf. carte). Tous les inventaires ont été effectués par pêche électrique à pied. Cette campagne a donné lieu aux observations suivantes : Station 1 : Cette station se situe en aval du rejet de la station d épuration de Lucéram. Seulement deux espèces piscicoles sont présentes, la faible quantité de poissons présents, les populations de barbeaux déstructurées au niveau des classes de taille et leur mauvais état sanitaire, confirment l'état perturbé du secteur, Station 2 : Cette station se situe en amont du rejet de la station d épuration de L Escarène. La belle population piscicole est très saine sans trace hémorragique,présence de la truite fario dans ce secteur, la biomasse totale est importante, toutes les classes de tailles sont représentées chez le barbeaux, Station 3 : Cette station se situe en aval du rejet de la station d épuration de L Escarène. Si l'on compare les résultats de cette pêche par rapport à la station amont, on note la disparition de la truite fario et du blageon qui sont les deux espèces les plus sensibles aux pollutions, Sur ce secteur les densités sont faibles ainsi que les biomasses, Les classes de tailles pour les barbeaux ne sont pas structurées comme en amont, De plus l'état sanitaire des poissons est déplorable, De nombreux ulcères et plaies sont visibles, La qualité d'eau de la step perturbe profondément l'hydrosysthéme à l'aval, Station 4 : La quantité de poissons présente est bonne ou très bonne en fonction des espèces, L'état sanitaire des poissons en particulier des barbeaux et des chevesnes, est problématique, de nombreuses présence d ulcère et d hémorragie sur les flancs. Station 5 : Cette station se situe en amont du rejet de la station d épuration de Coaraze. La productivité du milieu est plus faible qu'en aval, La présence d'une truite signale la bonne qualité de l'eau, Le bon état sanitaire des poissons du secteur confirme l'état conforme du milieu, Station 6 : Cette station se situe en aval du rejet de la station d épuration de Coaraze. L'impact de la station d'épuration est notable sur les espèces piscicoles présentes, La disparition de la truite fario, la très faible quantité de chevesnes et le manque de structure de taille chez le barbeau confirment l'état perturbé du secteur, Station 7 : Très forte productivité du milieu, la population de barbeaux est exceptionnelle, ainsi que l'état sanitaire des poissons, La présence de truites même en faible nombre témoigne du bon état du secteur amont, Station 8 : Cette station se situe en amont du rejet de la station d épuration de Drap. La présence de 4 espèces témoignent de l'état satisfaisant du secteur, Les nombreux travaux en amont et le manque d'eau limitent grandement la biomasse, La population de barbeaux est bien structurée et confirme l'état général de cette station, Station 9 : Cette station se situe en aval du rejet de la station d épuration de Drap. Le milieu est dégradé par le rejet de la step en amont. Malgré la présence de 4 espèces, les populations sont faibles.

29

30 LES XES DE CIRCULTION Chaque vallée des Paillons possède une route qui longe son cours d eau. Dans le passé, certaines d entre elles avaient un rôle majeur. u Moyen ge, certaines de ces voies constitués le réseau des Routes du Sel qui permettaient l acheminement du sel des marais d Hyères transbordé au port de Nice vers les villes du Piémont. Citons l itinéraire (D19) qui passait par Saint ndré et Tourrette Levens puis franchissait le Férion et remontait la Vésubie ou encore l itinéraire (D2204) qui passait par la Pointe de Contes et L Escarène puis franchissait le Col de Braus et remontait la Roya. La voir romaine Via Julia ugusta qui reliait Rome à l Espagne par la Narbonnaise empruntait la route du Laghet (D2204). Ces moyens de communications ont été complété par la construction du chemin de fer Nice-Coni inauguré en Cette voie ferrée emprunte le Paillon de L Escarène jusqu à Touët de L Escarène où elle continue sous un tunnel de 6 km avant de déboucher sur Sospel. L autoroute 8 a été mis en service en 1976 pour la section du contournement de Nice et en 1978 pour la section entre Nice et la Turbie. fin de soulager la D2204 qui demeure l artère principale entre la Pointe de Contes et Nice et d améliorer les conditions de circulation, il est construit à partir des années 80 une voie sur berge (La Pénétrante). La dernière section entre le Palais des Expositions et le lycée de l Est est en cours de construction. Cette voie qui emprunte le lit du fleuve et l arche en rive gauche de la couverture de Nice est submersible. fin de protéger les utilisateurs de cette voie, il a été implanté un système d annonces des crues des Paillons. Ce réseau est constitué de 12 stations de mesures réparties sur les différents bassins versant et il comprend des limnimètres et des pluviomètres. Les données des stations sont centralisé au Poste de Contrôle de Cimiez qui se mettra : en phase de vigilance lorsque le cumul de la pluie moyenne efficace dépasse la capacité potentiel d absorption du sol ce qui implique une veille attentive des opérateurs du CRT, en phase de pré-alerte lorsque le niveau d eau en amont dépasse 75 cm ou lorsque le débit dépasse 200 m3/s à la station la plus proche du tunnel. Cette phase entraîne la fermeture du tunnel à la circulation et de la voie sur berges par des barrières. en phase d alerte lorsque le niveau dépasse 180 cm ou le débit dépasse 300 m3 /s à la station la plus proche du tunnel. Cette phase impose une fermeture des portes étanches du tunnel. ctuellement suite à la construction du dernier tronçon de la Pénétrante dans Nice, ces niveaux d alerte ont été modifiés. Enfin, un nouvel axe de circulation verra prochainement le jour sur le bassin versant des Paillons c est la ligne du tramway.

31

32 LES CTIVITES ECONOMIQUES Jusqu à la fin des années 1950, le bassin versant des Paillons a été la principale zone d approvisionnement de la ville de Nice en produits agricoles. ujourd hui, cette activité a fortement régressé au point d être quasiment inexistante. Ce phénomène s explique d une part par un déplacement progressif de l activité dans la plaine du Var, et d autre part sous la pression urbanistique induite par Nice et du fait des mutations des activités, les terres agricoles ont été remplacées peu à peu par divers pôles d urbanisation. Selon le recensement agricole de 1988, la surface agricole utile représentait 16% du bassin versant répartie de la manière suivante : 87% le pastoralisme, 8% l oléiculture, 2% l arboriculture autres que les oliviers, 2.5% les jardins familiaux et 0.5% le maraîchage. En outre, l activité de l élevage est considéré comme marginal. Les activités industrielles et artisanales sont bien représentés sur le bassin versant des Paillons avec la particularité suivante : à l exception du Paillon de Nice, chaque bras du cours d eau possède sa carrière. ctuellement, on recense principalement comme activités sur le bassin versant des Paillons : Paillon de L Escarène : La carrière et la cimenterie Vicat ; une extension de la carrière de Lafarge et la Zone d ctivité du Pont de Peille avec des entreprises de transports, de travaux publics, une déchetterie industrielle Paillon de Contes : La carrière et la cimenterie LFRGE, la Zone d ctivité la Roseyre avec des entreprises de traitements de surfaces, de menuiseries, de transports La Banquière : La carrière de la Société d Exploitation des Carrières et la Zone d activités. de St ndré avec des artisans (plombier, carrossier, menuisier ), un dépôt de produits pétroliers Le Laghet : La carrière de Somat et la zone d activité du Papaton Paillon de Nice : La Zone d ctivité natole France avec des artisans (chaudronnier, menuisier, électricien ), une entreprise de transports pétroliers, une déchetterie Les pollutions d origines industrielles ont fortement diminué depuis les années 80. Cette diminution est due aux décrets d applications de la loi du 10 juillet 1976 (installations classées ) relative à la protection de la nature (repris dans le Code de l Environnement).

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE :

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : Bassin versant de l Èvre : - Superficie : 573 km² - 45 communes concernées - Longueur de cours d eau cumulée

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS

SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS SYNDICAT MIXTE D AMENAGEMENT DE LA BLEONE SCHEMA DE RESTAURATION ET DE GESTION DE LA BLEONE ET DE SES AFFLUENTS ETAT DES LIEUX DIAGNOSTIC : N 860070 R3 Burea u d 'étud e Gestion et Restauration des cours

Plus en détail

entreprise-de-terrassement-jc-faraut-aspremont

entreprise-de-terrassement-jc-faraut-aspremont Entreprise de Terrassement JC Faraut / Aspremont (06790). Travaux de terrassements et d'enrochements. Travaux publics. Travaux agricoles. Forages. VRD. Démolition. Sourcier. Transport mécanique d'engins

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun 2nd COMITE DE RIVIERE «BLEONE ET AFFLUENTS» 21 juin 2012 Salle Henri Rochette - Aiglun Le torrent de Val Haut à Barles Contenu du dossier de séance : - Ordre du jour Planning général Liste des études complémentaires

Plus en détail

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR Atelier GT 4 - Vulnérabilités du territoire 13 décembre 2011 2 ORDRE DU JOUR DE L ATELIER 4 Tour de table des participants Organisation des ateliers Définition et périmètre

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

PLAN DE SURVEILLANCE Concept général

PLAN DE SURVEILLANCE Concept général PLAN DE SURVEILLANCE Concept général 1 Concept de surveillance - Généralités Concept général En cas de crue importante sur le Rhône avec une montée en puissance du risque, un plan de surveillance est mis

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Check-list à l'attention des chargés d'étude réalisant le Porter à Connaissance Cocher les lignes si le territoire

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides»

COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» COMMISSION THEMATIQUE «Protection des milieux aquatiques : cours d eau et zones humides» - 1-4 AVRIL 2013 MALICORNE-SUR-SARTHE COMPTE-RENDU DE REUNION Ordre du jour 1. Qu est ce qu un SAGE? Quel est le

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT E1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT 28 E1 RESUME NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT 28 1. - PRESENTATION DE L OPERATION 2. - APPRECIATION DES IMPACTS DU PROGRAMME 3. - AUTEURS DES ETUDES 4. - ETAT

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

Le village de Luynes et ses extensions

Le village de Luynes et ses extensions Diagnostic, enjeux et orientations Le village de Luynes et ses extensions Décembre 2012 DOCUMENT PROVISOIRE 1 DOCUMENT PROVISOIRE 2 Le village de Luynes et ses abords est situé dans l extrême sud de la

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL A. PRÉSENTATION : BEST ENTREPRISE SARL est une société de droit sénégalais qui intervient dans les Bâtiments/Travaux Publics, le

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T

1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 1. BESOINS DE LA SOCIETE SO.BA.MA.T 2. RECHERCHE DE SITES 2.1 Les objectifs 2.2 Les contraintes environnementales liés à l aménagement du territoire liées au transport liés aux documents d urbanisme 3.

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord

Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord Sdage Loire-Bretagne 2010-2015 Tableau de bord Octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES Evaluation de l état des eaux et atteinte des objectifs définis dans le Sdage... 3 Linéaire de cours d eau restauré ou entretenu

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis no 29 15 août 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant une demande de crédit d investissement de fr. 735'000.- pour le curage des

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Stéphanie Poligot-Pitsch Olivier Nauleau DREAL Pays de la Loire DREAL Bretagne Qu est

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte ANNEXE G Méthode de traversée des rivières Etchemin, Chaudière et Beaurivage en tranchée ouverte MÉTHODE DE TRAVERSÉE DES RIVIÈRES EN TRANCHÉE OUVERTE Cette annexe présente les principales étapes à réaliser

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro

CISSE INF EAU N 13. Edito du vice -président. Dans ce numéro CISSE INF EAU N 13 Bulletin d information du bassin de la Cisse 1er trimestre 2015 Votre Cisse Inf eau change de style Après 2 ans et demi d existence, et pour anticiper l évolution de la chartre graphique

Plus en détail

Les toitures-terrasses

Les toitures-terrasses Les toitures-terrasses Le principe consiste à retenir grâce à un parapet en pourtour de toiture, une certaine hauteur d eau puis à la relâcher à faible débit. Le stockage se fait sur toits le plus souvent

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

TITRE III - MESURES DE PREVENTION DE PROTECTION ET DE SAUVEGARDE

TITRE III - MESURES DE PREVENTION DE PROTECTION ET DE SAUVEGARDE TITRE III - MESURES DE PREVENTION DE PROTECTION ET DE SAUVEGARDE En application de l'article 40-1-3 de la loi n 87-565 modifiée du 22 juillet 1987, le P.P.R. a pour objectif de définir des mesures de prévention,

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail