COMMUNE DE SAINT CYR L ECOLE Analyse financière rétrospecave ( ) et prospecave ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNE DE SAINT CYR L ECOLE Analyse financière rétrospecave (2011-2014) et prospecave (2015-2020)"

Transcription

1 COMMUNE DE SAINT CYR L ECOLE Analyse financière rétrospecave ( ) et prospecave ( ) MARS rue Galilée PARIS Cedex 16 Tél. : Web : 0 Mail :

2 PRESENTATION DU CABINET MICHEL KLOPFER Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient à 100% à ses consultants et salariés.! Spécialisé en gestion financière des collectivités locales, le cabinet a réalisé plus de missions auprès de quelque 800 collectivités parmi lesquelles! -34 des 41 villes de plus de habitants! - 83 des 101 conseils généraux! - 24 des 27 conseils régionaux! -14 des 16 communautés urbaines et métropoles! -109 des 222 communautés d agglomération etc.! Ses consultants sont également intervenants et formateurs auprès de nombreux organismes, dont le Sénat, le Ministère des Finances, le Ministère de l Intérieur, le Ministère de l Equipement et la Cour des Comptes.!! Ils sont auteurs de Gestion financière des collectivités locales 6 ème édition, parue en avril 2014 aux Editions du Moniteur ainsi que d articles dans différentes publications dont Les Notes Bleues de Bercy et la Revue du Trésor.! 1

3 INTRODUCTION : INDICATEURS D ANALYSE! L EPARGNE BRUTE DEPENSES RECETTES Solde des recettes réelles de fonctionnement après règlement des dépenses réelles de fonctionnement, l épargne brute témoigne tout à la fois : " de l aisance de la section de fonctionnement ; " et de la capacité de la collectivité à se désendetter ou à investir (avec un effet de levier de 1 à 10). Cet effet de levier s explique comme suit : - 1 d épargne brute représente : soit une marge de manœuvre potentielle de 1 en fonctionnement, soit une ressource de 1 directement mobilisable en section d investissement ; FONCTIONNEMENT Dépenses de fonctionnement dont frais financiers EPARGNE BRUTE Recettes de fonctionnement - cette ressource de 1 permet de gager (à condition qu elle soit récurrente) une annuité d emprunt du même montant ; - elle permet donc de contracter un emprunt de 10 (qui occasionne en gros 1 d annuité sur 15 ans Mais cet effet de levier joue dans les deux sens : 1 de perdu en fonctionnement représente 10 de moins de capacité à investir. INVESTISSEMENT Dépenses d'investissement dont remboursement en capital de la dette EPARGNE BRUTE Recettes d'investissement dont emprunts 2

4 INTRODUCTION : INDICATEURS D ANALYSE! LE TAUX D EPARGNE BRUTE " Mode de calcul : ratio épargne brute / recettes réelles de fonctionnement (exprimé en %). " Signification : part de ses recettes courantes qu une collectivité est en mesure d épargner chaque année sur son cycle de fonctionnement (en vue de financer sa section d investissement). Indicateur implicite de sa capacité à équilibrer son budget. " Seuils retenus : # seuil minimal (empirique) : 7% ; # zone d alerte : 10%.! LA CAPACITE DE DESENDETTEMENT " Mode de calcul : ratio dette / épargne brute (exprimé en années). " Signification : principal indicateur de solvabilité (capacité de la collectivité à rembourser sa dette). " Seuils retenus : # seuil maximum : 15 ans, soit la durée de vie moyenne résiduelle du patrimoine public local et des emprunts mobilisés pour le financer ; # zone d alerte : entre 8 et 12 ans en fonction de la situation financière «de départ» de la collectivité. 3

5 PREMIERE PARTIE PREMIERE PARTIE ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE ( ) 4

6 ANALYSE RETROSPECTIVE $ ELEMENTS DE METHODE! Champ d analyse L analyse porte sur les exercices Elle est réalisée à partir des documents budgétaires afférents au budget principal, les budgets des services publics industriels et commerciaux s équilibrant sur l usager.! Retraitements Les données «brutes» comptables font l objet de divers retraitements, dont le principal objectif est d apprécier de manière plus fine le niveau et la trajectoire passés des dépenses et recettes réelles de fonctionnement, et de l épargne brute. Ceci se traduit notamment par : " le transfert en section d investissement des mouvements exceptionnels ayant affecté la section de fonctionnement. Il s agit ici des produits de cession de 2012 (12 k ) et du versement d un reliquat de rôles supplémentaires des années 2010 à 2012 par VGP à hauteur de 114 k en 2013 et de 155k de recettes exceptionnelles en 2014 " L imputation en investissement des titres admis en non valeur en 2013 et qui ont atteint cette année là une pointe de 164 k contre autour de 10 k sur les autres exercices. " La revalorisation de l encours de dette libellé en franc suisse sur la base des parités de change à la fin de chaque exercice (1,25 à fin 2010, 1,20 entre fin 2011 et fin 2013 et 1,04 cours actuel pour la dette au 31/12/14, alors que ce contrat en franc suisse reste toujours valorisé à un cours de 1 = 1,51 CHF Pour 2014 cela revalorise le stock de dette de 1 M! Comparaisons L échantillon retenu comprend 36 communes de 15 à habitants membres de communautés d agglomération de la Grande Couronne (Seine et Marne, Yvelines, Essonne, Val d Oise) 5

7 RETROSPECTIVE 2013 $ EPARGNE PRÉSENTATION DU CA 2013 RETRAITÉ (M ) DÉPENSES RÉELLES DE FONCTIONNEMENT RECETTES RÉELLES DE FONCTIONNEMENT! En 2013, le compte administratif (retraité) de St Cyr l Ecole a la structure suivante : " les recettes réelles de fonctionnement totalisent 24,1 M ; " les dépenses réelles de fonctionnement représentent quant à elles 20 M, dont 0,2 M de frais financiers ; " il en résulte une épargne brute de 4,1 M, soit 17% des recettes réelles de fonctionnement très au-dessus du seuil d alerte fixé à 10%) ; " cette épargne permet de couvrir à elle seule les deux tiers des besoins de section d investissement. " A le faveur d un prélèvement sur le fonds de roulement, la commune n a pas besoin de mobiliser d emprunt " avec un encours de dette réévalué de 3,6 M, la commune présente enfin une capacité de désendettement de 0,9 ans, témoignant de marges de manœuvre appréciables. Charges de gestion 19,8 6 Frais financiers 0,2 Epargne brute 4,1 DÉPENSES RÉELLES D'INVESTISSEMENT Capital de la dette 0,3 Autres dépenses d'investissement 5,9 Recettes de gestion 24,1 RECETTES RÉELLES D'INVESTISSEMENT Epargne brute 4,1 Recettes d'invest. hors dette 1,2 Nouveaux emprunts 0,0 DRI-RRI = 0,9 Consommation de fonds de roulement

8 RETROSPECTIVE 2014 $ EPARGNE! Avec toutes les précautions à prendre sur un compte administratif anticipé, l exercice 2014 se caractériserait par une chute d un tiers de l épargne brute qui revient de 4,1 à 2,8 M.! La baisse de la DGF (0,2 M ), la forte hausse des charges de personnel (0,8 M soit + 6,6%) et le recul du produit fiscal de 0,2 M dû à une baisse des taux d imposition sont les principaux facteurs d explication. SECTION DE FONCTIONNEMENT PRÉSENTATION DU CA 2014 ANTICIPE (M ) DÉPENSES RÉELLES DE FONCTIONNEMENT Charges de gestion 21,0 Frais financiers 0,2 RECETTES RÉELLES DE FONCTIONNEMENT Recettes de gestion 24,1! Les investissements ayant été eux-mêmes en repli, la ville n a toujours pas besoin d emprunter et elle parvient même à réalimenter son fonds de roulement qui atteint 12 M! Si ces chiffres sont vérifiés, la capacité de désendettement resterait très satisfaisante à 1,3 ans mais le taux d épargne revient à 11,8% plus très loin du premier seuil de vigilance. SECTION D'INVESTISSEMENT Epargne brute 2,8 DÉPENSES RÉELLES D'INVESTISSEMENT Capital de la dette 0,3 Autres dépenses d'investissement 2,8 RECETTES RÉELLES D'INVESTISSEMENT Epargne brute 2,8 Recettes d'invest. hors dette Nouveaux emprunts 1,5 0,0 DRI-RRI = -1,2 Consommation de fonds de roulement 7

9 ANALYSE RETROSPECTIVE $ EPARGNE BRUTE! Sous réserve de la représentativité du Pré CA 2014 établi en janvier, l épargne brute aurait perdu 60% de son montant depuis 2012 et en deux ans elle serait revenue de 26% à moins de 12% des recettes réelles de fonctionnement. Evolution de l'épargne brute de la commune sur la période (données en M ) " Epargne brute (échelle de droite)! RRF (échelle de gauche)! DRF (échelle de gauche)! 35! 7! 30! 6! 25! 20! 15! 4,5! 21,9! 17,4! 25,2! 18,6! 6,5! 24,1! 24,1! 20,0! 21,2! 5! 4! 3! 10! 4,1! 2! 2,8! 5! 1! 0! 2011! 2012! 2013! 2014 (anticipé)! 0! 8

10 ANALYSE RETROSPECTIVE $ EPARGNE BRUTE Le taux d épargne brute atteint en 2014 approche du seuil de vigilance et il pourrait à terme s avérer insuffisant pour prendre en charge les dotations aux amortissements, mettant la commune en difficulté sur le plan de l équilibre budgétaire. 30%! 25%! Evolution des taux d'épargne de la commune sur la période ! 26,9%! 26,0%! TAUX D'EPARGNE BRUTE! TAUX D'EPARGNE DE GESTION! 21,7%! 20,5%! 20%! 18,0%! 17,1%! 15%! 10%! Seuil de vigilance = 10%! 12,6%! 11,8%! Seuil limite = 7%! 5%! 0%! 2011! 2012! 2013! 2014 (anticipé)! 9

11 ANALYSE RETROSPECTIVE $ EPARGNE BRUTE En 2013, dernière année pour laquelle des comparaisons nationales sont disponibles, le taux d épargne brute de St Cyr l Ecole se positionnait favorablement à 15% au-dessus de la moyenne des communes de l échantillon. 40%% 35%% Taux%d'épargne%brute%2013%des%communes%de%15%à%25.000%habitants%membres% de%ca%de%grande%couronne% SAINT!CYR!L'ECOLE%=% 16,8%% (hors%retraitement)% 30%% 25%% 20%% 15%% 10%% 5%% 0%%!5%%!10%% CARRIERES!SOUS!P;% NOISIEL% SOISY!SOUS!MONTM,% JOUY!LE!MOUTIER% % CHAMPS!S/MARNE% TORCY% JUVISY!S/ORGE% CHILLY!MAZARIN% LONGJUMEAU% ST!MICHEL!S/ORGE% DEUIL!LA!BARRE% ROISSY!EN!BRIE% OSNY% ST!GRATIEN% LAGNY% ORSAY% ERAGNY% LA%CELLE!ST!CLOUD% MANTES!LA!VILLE% GIF!S/YVETTE% MORSANG!S/ORGE% DAMMARIE!LES!LYS% VELIZY!VILLAC,% BRETIGNY!S/ORGE% SAINT!CYR!L'ECOLE% 10 Moyenne%=%14,6%% VERRIERES!LE!B,% MONTIGNY!LES!C,% LE%MEE!S/SEINE% MONTGERON% VERNEUIL!S/SEINE% CORMEILLES!EN!P,% VIROFLAY% EAUBONNE% ST!OUEN!L'AUMONE% ST!LEU!LA!FORET% MONTMORENCY%

12 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT En 2013, St Cyr l Ecole disposait de 7% de moins de recettes que la moyenne de l échantillon. L écart doit être encore plus important en 2014 compte tenu de la stagnation des ressources. 3"500" ReceDes"réelles"de"foncMonnement"par"habitant"des"communes"de"15"à"25.000" habitants"membres"de"ca"de"grande"couronne"en"2013"( )" 3"000" 2"500" " SAINT+CYR+L'ECOLE"="1"348" / hab." (hors"retraitements)" 2"000" 1"500" 1"000" 500" 0" ST+LEU+LA+FORET" SOISY+SOUS+MONTM," MORSANG+S/ORGE" DEUIL+LA+BARRE" LAGNY" Moyenne"="1"444" /hab." EAUBONNE" ST+MICHEL+S/ORGE" VERNEUIL+S/SEINE" MANTES+LA+VILLE" ST+GRATIEN" ROISSY+EN+BRIE" MONTIGNY+LES+C," MONTGERON" OSNY" CARRIERES+SOUS+P;" SAINT+CYR+L'ECOLE" JOUY+LE+MOUTIER" GIF+S/YVETTE" CORMEILLES+EN+P," JUVISY+S/ORGE" CHAMPS+S/MARNE" ERAGNY" LONGJUMEAU" VERRIERES+LE+B," 11 VIROFLAY" TORCY" BRETIGNY+S/ORGE" NOISIEL" ST+OUEN+L'AUMONE" LA"CELLE+ST+CLOUD" DAMMARIE+LES+LYS" LE"MEE+S/SEINE" ORSAY" MONTMORENCY" CHILLY+MAZARIN" VELIZY+VILLAC,"

13 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT St Cyr l Ecole se caractérise par une part relativement importante de produits d exploitation (15% des recettes) Structure des recettes réelles de fonctionnement de la commune en 2014! (CA anticipé)! Autres)dota5ons)et) par5cipa5ons) DGF)parts)péréqua5on) 9%) (DSU)et)DNP)) 3%) DGF)forfaitaire) 15%) Autres)produits)divers) 1%) Produits)des)services)et) du)domaine) 14%) Autres)produits)fiscaux) 4%) Péréqua5on)horizontale) (FSRIF)) 4%) Reversements)fiscaux)VGP) (AC)et)DSC)) 7%) Contribu5ons)directes)(et) compensa5ons)) 43%) 12

14 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT En 2013 la part de la fiscalité était modeste par rapport à la moyenne des 36 communes, l écart relatif a dû encore s accentuer en 2014 en raison de la baisse des taux d imposition et de la faible croissance des bases. ComposiMon#des#receSes#de#foncMonnement#2013#des#communes#de#15#à# #habitants#membres#de#CA#de#Grande#Couronne# #fiscalité# #DotaMons#et#retours#communautaires# #tarifs# #autres# 100%# 90%# 80%# 70%# 60%# 50%# 40%# 30%# 20%# 10%# 0%# LE#MEE0S/SEINE# TORCY# NOISIEL# CHILLY0MAZARIN# CHAMPS0S/MARNE# ST0GRATIEN# SAINT0CYR0L'ECOLE# MANTES0LA0VILLE# JOUY0LE0MOUTIER# DAMMARIE0LES0LYS# MONTIGNY0LES0C,# CORMEILLES0EN0P,# LONGJUMEAU# ROISSY0EN0BRIE# MORSANG0S/ORGE# BRETIGNY0S/ORGE# CARRIERES0SOUS0P;# VIROFLAY# MONTMORENCY# EAUBONNE# JUVISY0S/ORGE# ST0MICHEL0S/ORGE# ST0LEU0LA0FORET# LAGNY# SOISY0SOUS0MONTM,# VERNEUIL0S/SEINE# 13 DEUIL0LA0BARRE# GIF0S/YVETTE# LA#CELLE0ST0CLOUD# ERAGNY# MONTGERON# ST0OUEN0L'AUMONE# ORSAY# VERRIERES0LE0B,# OSNY# VELIZY0VILLAC,#

15 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT Sur les dernières années aucun des postes ne tire fortement les recettes à la hausse ce qui est inquiétant au moment où s annoncent trois années consécutives de baisses des dotations. Contribution des différents postes à l'évolution totale des recettes réelles de fonctionnement sur la période (en M )" Produits"des"services"et"du"domaine" ContribuAons"directes"(et"compensaAons)" Reversements"fiscaux"CAPCVM"(AC"et"DSC)" PéréquaAon"horizontale"(FSRIF)" Autres"produits"fiscaux" +0,2"M "(soit"1,6%/an)" +0,6"M "(soit"1,9%/an)" +0,2"M "(soit"3,4%/an)" +0,2"M "(soit"1,6%/an)" 0,1"M "(soit"3,0%/an)" DGF"forfaitaire" 60,2"M "(soit"62,0%/an)" DGF"parts"péréquaAon"(DSU"et"DNP)" Autres"dotaAons"et"parAcipaAons" Autres"produits"divers" +0"M "(soit"1,6%/an)" 0"M "(soit"4,0%/an)" +0,5"M "(soit"8,8%/an)" 62,0" 61,5" 61,0" 60,5" 0,0" 0,5" 1,0" 1,5" 14

16 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT Le graphique ci-dessous identifie les principaux facteurs d évolution des recettes de fonctionnement de la Ville pour chaque année de la rétrospective. La baisse enregistrée en 2013 et la stagnation de 2014 sont des facteurs d autant plus marquants qu elles ne sont attendues par les collectivités que sur les années A noter que la baisse de 2013 est principalement due à un moindre versement de FDPTP en provenance du Conseil Général des Yvelines par rapport au produit important de Décomposition de l'évolution des recettes réelles de fonctionnement sur la période (en M )" 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% 2,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0%!0,5%!1,0%!1,5% Produits des services et du domaine" Contributions directes (et compensations)" Reversements fiscaux CAPCVM (AC et DSC)" Péréquation horizontale (FSRIF)" Autres produits fiscaux" DGF forfaitaire" DGF parts péréquation (DSU et DNP)" Autres dotations et participations" Autres produits divers" TOTAL" 3,3# $1,0# 2012% 2013% 2014%(an-cipé)% $0,1# 4,0% 3,5% 3,0% 2,5% 2,0% 1,5% 1,0% 0,5% 0,0%!0,5%!1,0%!1,5% 15

17 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Le potentiel fiscal 4 taxes de la commune est inférieur de 18% à la moyenne de l échantillon de référence 1"600" 1"400" 1"200" 1"000" 800" 600" 400" 200" 0" ROISSY-EN-BRIE" LE"MEE-S/SEINE" PotenFel"fiscal"des"communes"de"15"à"25.000"habitants"membres"de"CA"de" Grande"Couronne"2014" MORSANG-S/ORGE" MONTIGNY-LES-C," SAINT-CYR-L'ECOLE" ="867" /hab." " (données"fiscales"2013"en" /hab.)" "potenfel"fiscal"3"taxes" "fiscalité"professionnelle" Moyenne"="1"063" /hab." ST-GRATIEN" DEUIL-LA-BARRE" EAUBONNE" ST-LEU-LA-FORET" MONTGERON" VERNEUIL-S/SEINE" SAINT-CYR-L'ECOLE" CORMEILLES-EN-P," DAMMARIE-LES- MONTMORENCY" SOISY-SOUS- ST-MICHEL-S/ORGE" LAGNY" JUVISY-S/ORGE" LA"CELLE-ST- ERAGNY" MANTES-LA-VILLE" 16 CARRIERES-SOUS- LONGJUMEAU" BRETIGNY-S/ORGE" VIROFLAY" OSNY" JOUY-LE-MOUTIER" ORSAY" GIF-S/YVETTE" VERRIERES-LE-B," ST-OUEN- TORCY" NOISIEL" CHAMPS-S/MARNE" CHILLY-MAZARIN" VELIZY-VILLAC,"

18 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE La valeur locative moyenne de l habitat Saint Cyrien est en retrait de 18% sur la moyenne de l échantillon 1"200" Valeur"locaJve"moyenne"2013"des"communes"de"15"à"25.000"habitants" membres"de"ca"de"grande"couronne"(en" )" 1"000" 800" 600" 400" 200" 0" Moyenne"="567" " NOISIEL" TORCY" CHAMPS6S/MARNE" LAGNY" ST6OUEN6L'AUMONE" DAMMARIE6LES6LYS" SAINT6CYR6L'ECOLE" ="464" " " MANTES6LA6VILLE" ROISSY6EN6BRIE" BRETIGNY6S/ORGE" ERAGNY" ST6MICHEL6S/ORGE" MORSANG6S/ORGE" SAINT6CYR6L'ECOLE" OSNY" CHILLY6MAZARIN" MONTGERON" CARRIERES6SOUS6P;" DEUIL6LA6BARRE" MONTIGNY6LES6C," SOISY6SOUS6MONTM," JOUY6LE6MOUTIER" ST6GRATIEN" VIROFLAY" ORSAY" 17 LE"MEE6S/SEINE" LONGJUMEAU" LA"CELLE6ST6CLOUD" GIF6S/YVETTE" VERRIERES6LE6B," JUVISY6S/ORGE" ST6LEU6LA6FORET" VERNEUIL6S/SEINE" VELIZY6VILLAC," EAUBONNE" CORMEILLES6EN6P," MONTMORENCY"

19 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Les recettes fiscales de la commune se situaient en 2013 à plus de 20% au-dessous de la moyenne de l échantillon de référence. L écart s accroit vraisemblablement en 2014 compte tenu du recul des taux et de la faible croissance des bases. 2"500" ReceCes"de"fiscalité"directe"par"habitant"des"communes"de"15"à"25.000" habitants"membres"de"ca"de"grande"couronne"en"2013"( )" "fiscalité"directe" "fiscalité"indirecte" 2"000" 1"500" " SAINT)CYR)L'ECOLE" ="547" /hab." 1"000" 500" 0" LE"MEE)S/SEINE" TORCY" ST)GRATIEN" Moyenne"="688" /hab." MANTES)LA)VILLE" CHAMPS)S/MARNE" MORSANG)S/ORGE" NOISIEL" MONTIGNY)LES)C," SAINT)CYR)L'ECOLE" JOUY)LE)MOUTIER" ROISSY)EN)BRIE" CORMEILLES)EN)P," SOISY)SOUS)MONTM," CARRIERES)SOUS)P;" EAUBONNE" ST)MICHEL)S/ORGE" DEUIL)LA)BARRE" LONGJUMEAU" LAGNY" ST)LEU)LA)FORET" CHILLY)MAZARIN" DAMMARIE)LES)LYS" VERNEUIL)S/SEINE" VIROFLAY" BRETIGNY)S/ORGE" 18 JUVISY)S/ORGE" GIF)S/YVETTE" MONTGERON" MONTMORENCY" ERAGNY" OSNY" LA"CELLE)ST)CLOUD" VERRIERES)LE)B," ST)OUEN)L'AUMONE" ORSAY" VELIZY)VILLAC,"

20 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Sur la taxe d habitation, la baisse de taux de 2013 est compensée par la revalorisation légale et la hausse du physique mais ce n est plus le cas en 2014, année où la revalorisation légale décidée par le Parlement revient de 1,8% à 0,9% et l effet richesse fiscale (construction de logements et revalorisation de l habitat) fléchit fortement. Décomposition des variations de produit de TH! pour la période (en milliers d'euros)!. 200! Variation globale! Effet Loi de finances! Effet richesse fiscale! Effet taux! 173! 150! 100! 93! 50! 0! -50! -100! -150! -115! -200! 2012/11! 2013/12! 2014/13! 19

21 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE L effet est encore plus accentué sur le foncier bâti où la hausse du physique fléchit dès 2013 pour s annuler quasi complétement en 2014 Décomposition des variations de produit de FB! pour la période (en milliers d'euros)! 300! 250! Variation globale! Effet Loi de finances! Effet richesse fiscale! Effet taux! 252!. 200! 150! 100! 50! 25! 0! -50! -100! -150! 2012/11! 2013/12! 2014/13! -91! 20

22 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Au total le produit fiscal trois taxes progresse de 0,4 M en 2012, de seulement 0,1 M en 2013 et régresse de 0,2 M en ! 400! 420! Décomposition des variations de produit de fiscalité 3 taxes! pour la période (en milliers d'euros)! Variation globale! Effet Loi de finances! Effet richesse fiscale! Effet taux!. 300! 200! 100! 118! 0! -100! -200! -300! -206! -400! 2012/11! 2013/12! 2014/13! 21

23 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Le taux global de taxe d habitation acquitté par le contribuable Saint Cyrien était en 2013 de 4,4% inférieur à la moyenne, ce chiffre ayant dû être porté autour de 6,8% en %# 25%# Taux#de#taxe#d'habitaLon#2013#des#communes#de#15#à#25.000#habitants# membres#de#ca#de#grande#couronne# #commune# #syndicat# #EPCI# SAINT*CYR*L'ECOLE# =#22,54%# Moyenne#=#23,57%#. 20%# 15%# 10%# 5%# 0%# # ST*OUEN*L'AUMONE# VELIZY*VILLAC,# JOUY*LE*MOUTIER# JUVISY*S/ORGE# LA#CELLE*ST*CLOUD# OSNY# VIROFLAY# ST*GRATIEN# CORMEILLES*EN*P,# ERAGNY# CHILLY*MAZARIN# SAINT*CYR*L'ECOLE# EAUBONNE# CARRIERES*SOUS*P;# LE#MEE*S/SEINE# ST*LEU*LA*FORET# MONTIGNY*LES*C,# VERRIERES*LE*B,# SOISY*SOUS*MONTM,# DEUIL*LA*BARRE# 22 NOISIEL# GIF*S/YVETTE# LAGNY# VERNEUIL*S/SEINE# CHAMPS*S/MARNE# MANTES*LA*VILLE# BRETIGNY*S/ORGE# DAMMARIE*LES*LYS# MORSANG*S/ORGE# ST*MICHEL*S/ORGE# TORCY# ORSAY# MONTMORENCY# ROISSY*EN*BRIE# MONTGERON# LONGJUMEAU#

24 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE L écart est nettement plus important sur le foncier bâti, et aux yeux du contribuable, il est également accentué par le fait que les Yvelines sont le 3 ème département le moins imposé de France (7,58% en 2014 contre 12,69% en Essonne, 13,25% dans le Val d Oise et 15,70% en Seine et Marne,) Taux#de#foncier#bâQ/TEOM#2013#des#communes#de#15#à#25.000#habitants# membres#de#ca#de#grande#couronne# #commune# #syndicat# #EPCI# #TEOM#. 50%# 45%# 40%# 35%# 30%# 25%# 20%# 15%# 10%# 5%# 0%# SAINT/CYR/L'ECOLE# =#21,22%# # VELIZY/VILLAC,# LA#CELLE/ST/CLOUD# CHILLY/MAZARIN# SAINT/CYR/L'ECOLE# CORMEILLES/EN/P,# ST/OUEN/L'AUMONE# MANTES/LA/VILLE# SOISY/SOUS/MONTM,# VIROFLAY# MONTIGNY/LES/C,# LONGJUMEAU# ST/GRATIEN# VERRIERES/LE/B,# ST/LEU/LA/FORET# GIF/S/YVETTE# ST/MICHEL/S/ORGE# MORSANG/S/ORGE# BRETIGNY/S/ORGE# VERNEUIL/S/SEINE# EAUBONNE# Moyenne#=#28,01%# DEUIL/LA/BARRE# MONTGERON# MONTMORENCY# CARRIERES/SOUS/P;# LAGNY# OSNY# JOUY/LE/MOUTIER# 23 ORSAY# LE#MEE/S/SEINE# TORCY# CHAMPS/S/MARNE# DAMMARIE/LES/LYS# ERAGNY# ROISSY/EN/BRIE# NOISIEL# JUVISY/S/ORGE#

25 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE St Cyr l Ecole pratique un abattement à la base au maximum légal de 15% comme 13 autres des 36 communes de l échantillon. En 2014 cet abattement à la base représente une perte de recettes fiscales de 772 k. Les abattements pour charge de famille sont au minimum légal de respectivement 10% (rang 1 et 2) et 15% (rang 3 et +). L abattement handicapé ne profite qu à 4 foyers. 90%# 80%# 70%# 60%# 50%# 40%# 30%# 20%# 10%# 0%# CHAMPS3S/MARNE# NOISIEL# ERAGNY# Taux#des#abaOements#à#la#taxe#d'habitaWon#des#communes#de#15#à#25.000# habitants#membres#de#ca#de#grande#couronne#en#2013#. ##AGB# ##PAC#132# ##PAC#>3# ##ASB# ##handicapé# ST3OUEN3L'AUMONE# # SAINT3CYR3L'ECOLE#:# général#à#la#base#:#15%# personnes#à#charge#1#&#2#:#10%# personnes#à#charge#3#et#+#:#15%# handicapés#:#10%# MONTGERON# SOISY3SOUS3MONTM,# ROISSY3EN3BRIE# TORCY# DEUIL3LA3BARRE# DAMMARIE3LES3LYS# JOUY3LE3MOUTIER# ST3GRATIEN# LAGNY# LE#MEE3S/SEINE# CARRIERES3SOUS3P;# LA#CELLE3ST3CLOUD# SAINT3CYR3L'ECOLE# BRETIGNY3S/ORGE# CHILLY3MAZARIN# MORSANG3S/ORGE# MONTIGNY3LES3C,# MONTMORENCY# OSNY# MANTES3LA3VILLE# 24 CORMEILLES3EN3P,# EAUBONNE# VIROFLAY# JUVISY3S/ORGE# ORSAY# ST3MICHEL3S/ORGE# GIF3S/YVETTE# ST3LEU3LA3FORET# VERNEUIL3S/SEINE# LONGJUMEAU# VERRIERES3LE3B,# VELIZY3VILLAC,#

26 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE Au total, l effort fiscal de la commune est en retrait de 17% sur la moyenne de l échantillon 1,8# 1,6# 1,4# 1,2# Effort#fiscal#2014#des#communes#de#15#à#25.000#habitants#membres#de#CA#de# Grande#Couronne# SAINT/CYR/L'ECOLE#=# 0,887# Moyenne#=#1,074#. 1,0# 0,8# 0,6# 0,4# 0,2# 0,0# VELIZY/VILLAC,# LA#CELLE/ST/ CHILLY/ VIROFLAY# SAINT/CYR/ CORMEILLES/EN/ MANTES/LA/ VERRIERES/LE/B,# GIF/S/YVETTE# MONTIGNY/LES/ JOUY/LE/ ST/GRATIEN# ST/OUEN/ SOISY/SOUS/ MORSANG/S/ EAUBONNE# LONGJUMEAU# ST/LEU/LA/ CARRIERES/ VERNEUIL/S/ ST/MICHEL/S/ BRETIGNY/S/ OSNY# DEUIL/LA/BARRE# 25 MONTMORENCY# LE#MEE/S/SEINE# LAGNY# JUVISY/S/ORGE# ERAGNY# MONTGERON# ORSAY# DAMMARIE/LES/ CHAMPS/S/ TORCY# ROISSY/EN/BRIE# NOISIEL#

27 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNEMENT- FISCALITE En 2014, l épargne brute aurait été de 21% supérieure en l absence de toute variation de la fiscalité 7# 6# 5# 4# 3# Evolution de l'épargne brute communale avec et sans les variations de taux d'imposition (M )" " Epargne#brute#constatée# 6,5# 4,4# Epargne#brute#en#l'absence#d'une#varia?on# des#taux#d'imposi?on#. 3,4# 2# 4,4# 4,1# 1# 2,8# 0# 2011# 2012# 2013# 2014# 26

28 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT. - FISCALITE INDIRECTE Les recettes de fiscalité indirecte stagnent globalement sur la période. Evolu2on%des%autres%produits%de%fiscalité%sur%la%période%rétrospec2ve%(en%M )%% Taxe%addi2onnelle%aux%droits%de%muta2on% Taxe%sur%la%consomma2on%finale%d'électricité% Autres%taxes% TOTAL% 1,0% 0,9% 0,8% 0,92% 0,85% 0,92%. 0,90% 0,7% 0,6% 0,5% 0,61% 0,53% 0,57% 0,56% 0,4% 0,3% 0,2% 0,25% 0,26% 0,29% 0,28% 0,1% 0,0% 0,06% 0,06% 0,06% 0,06% 2011% 2012% 2013% 2014% 27

29 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT. - FISCALITE INDIRECTE Les droits de mutation sont inférieurs de 10% par rapport à la moyenne de l échantillon 70" 60" DMTO"par"habitant"des"communes"de"15"à"25.000"habitants"membres"de"CA" de"grande"couronne"en"2013"( )" SAINT1CYR1L'ECOLE"="32" /hab.". 50" 40" Moyenne"="36" /hab." 30" 20" 10" 0" NOISIEL" LE"MEE1S/SEINE" MANTES1LA1VILLE" CHAMPS1S/MARNE" DAMMARIE1LES1LYS" CARRIERES1SOUS1P;" TORCY" MORSANG1S/ORGE" MONTIGNY1LES1C," JOUY1LE1MOUTIER" VELIZY1VILLAC," JUVISY1S/ORGE" SAINT1CYR1L'ECOLE" ROISSY1EN1BRIE" OSNY" LONGJUMEAU" ST1MICHEL1S/ORGE" DEUIL1LA1BARRE" " ST1GRATIEN" LAGNY" VERNEUIL1S/SEINE" MONTGERON" ORSAY" EAUBONNE" SOISY1SOUS1MONTM," 28 ST1LEU1LA1FORET" GIF1S/YVETTE" BRETIGNY1S/ORGE" CHILLY1MAZARIN" CORMEILLES1EN1P," VERRIERES1LE1B," ERAGNY" MONTMORENCY" ST1OUEN1L'AUMONE" LA"CELLE1ST1CLOUD" VIROFLAY"

30 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT. REVERSEMENTS DE VGP! En 2014, les reversements fiscaux en provenance de la CA Versailles Grand Parc totalisent 1,6 M (soit 6,7% des recettes de fonctionnement). Ces reversements intègrent deux composantes : " l attribution de compensation (AC), qui constitue une dépense obligatoire de la communauté d agglomération (ce reversement a pour objectif, lors du passage en FPU ou lors de tout nouveau transfert de charges, d assurer la neutralité budgétaire instantanée pour la commune et pour le groupement). La part de St Cyr l Ecole a été revalorisée en 2013 par des rôles supplémentaires pérennisés. " la dotation de solidarité communautaire (DSC), qui revêt pour sa part un caractère facultatif (comme son nom l indique, elle contribue à organiser la péréquation des ressources sur le territoire communautaire). Elle a été majorée en 2014 pour prendre en compte une participation de VGP aux prélèvements sur recettes Evolution des reversements de fiscalité de la CA Versailles Grand Parc! sur la période (en milliers d'euros)! 1 800! 1 600! 1 400! Total reversements! Attribution de compensation! Dotation de solidarité communautaire! 1 463! 1 550! 1 599! 1 445! ! 1 000! 800! 600! 400! 200! 0! ! 2012! 2013! 2014! 29

31 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT.- REVERSEMENTS DE VGP L attribution de compensation de St Cyr l Ecole représente 6,3% de ses recettes ce qui est modeste par rapport à la moyenne de l échantillon. Toutefois il faut prendre en compte le fait que la commune ne perçoit en 2013 que 4,1% de l AC totale versée par VGP (36,3 M ) en raison de bases fiscales historiques inférieures à la moyenne de la communauté (St Cyr L Ecole représente 7,3% de la population de la communauté d agglomération) 35%# Part#de#l'aIribuMon#de#compensaMon#(figée)#dans#les#receIes#courantes#en#2013# 30%# 25%# 20%# 15%# 10%# 5%# 0%# Moyenne#=#9,1#%# LA#CELLE,ST,CLOUD# VELIZY,VILLAC,# VERNEUIL,S/SEINE# MORSANG,S/ORGE# ST,MICHEL,S/ORGE# LE#MEE,S/SEINE# ST,OUEN,L'AUMONE# EAUBONNE# ST,LEU,LA,FORET# MONTMORENCY# DEUIL,LA,BARRE# MONTGERON# GIF,S/YVETTE# ST,GRATIEN# SAINT,CYR,L'ECOLE# # SAINT,CYR,L'ECOLE#=# 6,3#%# OSNY# ORSAY# ROISSY,EN,BRIE# VERRIERES,LE,B,# ERAGNY# SOISY,SOUS,MONTM,# MANTES,LA,VILLE# VIROFLAY# JUVISY,S/ORGE# DAMMARIE,LES,LYS# 30 CORMEILLES,EN,P,# MONTIGNY,LES,C,# BRETIGNY,S/ORGE# CARRIERES,SOUS,P;# JOUY,LE,MOUTIER# TORCY# LAGNY# NOISIEL# CHAMPS,S/MARNE# LONGJUMEAU# CHILLY,MAZARIN#

32 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT - REVERSEMENTS DE VGP La DSC définie par Versailles Grand Parc, outre le fait qu elle est très défavorable à St Cyr l Ecole, commune la plus pauvre du territoire, puisqu elle est proportionnelle au potentiel financier, ne respecte pas les règles légales fixées à l article 1609 nonies C du CGI qui veulent que les critères de population et de potentiel fiscal ou financier (calculés de manière inversement proportionnelle et non proportionnelle comme ici) doivent être prioritaires. 2"500" " 2"250" " Poten.el"financier"des"communes"de"VGP"( /hab)" 2"232" " 2"396" " 2"000" " 1"750" " PotenIel"financier" PotenIel"financier"moyen:"1384" " 1"539" " 1"622" " 1"634" " 1"763" " 1"876" " 1"500" " 1"250" " 1"074" " 1"110" " 1"220" " 1"252" " 1"306" " 1"307" " 1"316" " 1"324" " 1"356" " 1"378" " 1"396" " 1"000" " 750" " 500" " 250" " 0" " SAINT2CYR2L'ECOLE" RENNEMOULIN" FONTENAY2LE2FLEURY" NOISY2LE2ROI" BOUGIVAL" CELLE2SAINT2CLOUD" BOIS2D'ARCY" VIROFLAY" JOUY2EN2JOSAS" CHESNAY" VERSAILLES" BAILLY" LOGES2EN2JOSAS" CHATEAUFORT" ROCQUENCOURT" TOUSSUS2LE2NOBLE" BIEVRES" BUC" 31

33 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCT - FPIC BILAN$NET$PAR$HABITANT$ 30$ $ 20$ $ 10$ $ 0$ $!10$ $!20$ $!30$ $!40$ $!50$ $!60$ $!70$ $!80$ $!90$ $!100$ $ SOLDE$DU$FPIC$PAR$HABITANT$2014$DES$2195$TERRITOIRES$ VGP 20.6 /hab Versailles Grand Parc est assujettie au FPIC pour k en 2014 soit 20,6 /hab Sur ce montant 83% est refacturé aux communes en raison de la très faible intégration fiscale de la communauté (16,9%) mais la communauté prend en sus de sa part en charge le montant du FSRIF payé par les 6 communes contributrices (principalement Buc et Bièvres). En raison de son potentiel financier modeste, St Cyr l Ecole acquitte la part la plus faible (13 /hab) soit en 2014., si l on exclut bien entendu les communes dont le prélèvement est pris en charge par l intercommunalité. 32

34 ANALYSE RETROSPECTIVE $ RECETTES DE FONCTIONNT - FSRIF! En 2014, la commune bénéficie d un versement du Fonds de solidarité de la Région Ile-de-France pour un montant de (soit 3.9 % des recettes de fonctionnement). Depuis 2011 ce versement a augmenté de manière particulièrement dynamique, à +7% par an en moyenne.! Pour mémoire, le dispositif du FSRIF a été profondément réformé en Désormais :!! # l enveloppe est préfixée et croît de 20 M par an jusque 2015 (270 M cette année-là) ;! # l indice synthétique calculé pour identifier les communes éligibles est composé pour 50% du potentiel financier, pour 25% du taux de logements sociaux et pour 25% du revenu par habitant ;! # les communes éligibles sont celles de plus de habitants dont l indice est supérieur à la médiane (soit la première moitié des communes classées par ordre décroissant d indice).!! => En 2014 St Cyr l Ecole se classe au 82 ème rang sur un total de 165 communes éligibles, soit un positionnement relativement «sécurisé». Sur tous les critères de calcul de l indice synthétique, la Ville apparaît en effet comme défavorisée : potentiel financier par habitant inférieur de plus de 30% à la moyenne d IDF, taux de logement sociaux supérieur de 43% à la moyenne et revenu par habitant inférieur de 14%. Commune Population)DGF 18) Moyenne))))))))) Coefficient) IDF pour)is Pondération Poids+pour ST+CYR+ Potentiel)financier)/)habitant 1)074 1)534 1,43 50% 52% Part)de)logements)sociaux 36,66% 25,56% 1,43 25% 26% Revenu)/)habitant 15)119 17)847 1,18 25% 22% Indice)synthétique)de)la)commune): Indice)synthétique)médian): =>&Commune&bénéficiaire&? Rang)de)la)commune): Rang)limite)d'éligibilité): 1, % 1,182 OUI

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer.

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer. Impact de la baisse des concours d Etat sur la situation financière des collectivités locales et données financières des communes et communautés du Cantal Mauriac, samedi 30 mai 2015 4, rue Galilée 75116

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Structure tarifaire en Ambulance et Véhicule Sanitaire Léger.

Structure tarifaire en Ambulance et Véhicule Sanitaire Léger. Structure tarifaire en lance et Véhicule Sanitaire Léger. TARIFS APPLICABLES A COMPTER DU 01 FEVRIER 2013. Chaque entreprise applique le tarif défini pour le département ou se situe le siège social de

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi Art. 53 (4 ) de la loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances Note explicative Cette annexe présente les évaluations préalables

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2014 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Exploitant Promoteur Constructeur Investisseur Mandat de vente d un fonds de commerce hôtelier sous enseigne Mandat

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL

ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE PROJET DE LOI DE FINANCES 2015 : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LE BLOC COMMUNAL Intervention de Stéphane GUERIN Support réalisé par l équipe de Stratorial

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013

Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC. Jeudi 17 janvier 2013 Fonds de péréquation intercommunale et communale FPIC Jeudi 17 janvier 2013 Le Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales (FPIC) CADRE GÉNÉRAL Principes fixés en LFI 2010 / Opérationnel

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances Ville de Brest 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des

Plus en détail