Anesthésie et estomac plein

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anesthésie et estomac plein"

Transcription

1 Anesthésie et estomac plein l estomac plein en situation d urgence mais pas seulement risque d inhalation pulmonaire élevé Dr Catherine ROYER Département d anesthésie réanimation Groupe hospitalier Pitié Salpêtrière prévention +++ peu d études scientifiques mais conduite à tenir très codifiée incidence de l inhalation pulmonaire incidence probablement sous évaluée l inhalation passe souvent inaperçue inhalation certaine si : aspiration trachéobronchique de liquide gastrique inhalation probable si : - visualisation de liquide gastrique dans les VAS - épisode periopératoire d hypoxie (SpO 2 < 90 %) - avec ou sans sibilants - radio pulmonaire postopératoire évocatrice incidence de l inhalation pulmonaire Mendelson (1946) incidence = 15 / parturientes mortalité = 0,45 / parturientes étude de Warner et coll (1985 à 1991) incidence = 3,1 / anesthésies mortalité = 0,14 / anesthésies enquête SFAR INSERM (1996 et 1999) mortalité = 0,045 / anesthésies incidence de l inhalation pulmonaire causes principales des décès d origine respiratoire totalement ou partiellement attribuables à l anesthésie incidence de l inhalation pulmonaire incidence plus élevée : - chez l enfant (x 2 ou 3) - chez les patients ASA 3 ou 4 (x 4 à 6) (d après enquête SFAR INSERM) mortalité par inhalation = 20 % de la mortalité anesthésique totale 1

2 inhalation morbidité : 50 % symptomatologie majeure = 30 % symptomatologie mineure = 52 % pas de signes cliniques =18 % mortalité : 3 à 5 % pneumopathies d inhalation inhalation de liquide gastrique acide stérile : pneumopathie chimique (syndrome de Mendelson), avec réaction inflammatoire, puis possible surinfection inhalation de liquide gastrique et/ou oropharyngé, le plus souvent colonisé ou infecté : pneumopathie bactérienne micro-inhalations répétées autour du ballonet de la sonde d intubation : pneumopathies acquises sous ventilation mécanique rappels physiologiques : vidange gastrique capacité de l estomac : 1000 à 1500 ml jusqu à 6 l de liquide estomac «plein» : 0,4 ml / kg ou 25 ml rappels physiologiques : vidange gastrique - évacuation des liquides : débute en quelques minutes, vitesse exponentielle liquides non caloriques : ½ vie d évacuation = 10 min liquides clairs sucrés : vidange = 90 min liquides non clairs = solides - évacuation des solides : temps de latence = 1 h profil de vidange linéaire vitesse liée à la densité calorique du repas 50 % des solides vidangés en 2 h liquides clairs : eau, thé, café, jus de fruits sans pulpe rappels physiologiques : vidange gastrique liquides non clairs : lait, jus avec pulpe, boissons gazeuses (temps pouvant être très allongés selon le terrain et le contexte +++) 2

3 moins de 5 % des sujets ont un estomac complètement vide après un jeûne prolongé la vacuité gastrique n est pas garantie par l augmentation de la durée du jeûne pas de différence de résidu entre jeûne classique et absorption de liquides clairs non restreinte jusqu à 2 heures avant l intervention d où recommandations actuelles en chirurgie programmée adulte jeûne de 6 heures pour les solides (repas léger) jeûne de 6 heures pour les liquides non clairs (lait, jus de fruits avec pulpe, boissons gazeuses) ni alcool, ni tabac apports de liquides clairs sucrés (jusqu à 400 ml) eau, thé et café sucrés sans lait, jus de fruits sans pulpe jusqu à 2 heures avant l intervention maintien de règles plus strictes, voire allongement de la période de jeûne pour les patients ayant un ralentissement de la vidange gastrique facteurs de risque d inhalation 3 conditions : 1. volume gastrique suffisant : > 0,4 ml / kg ou 25 ml 2. présence d un reflux gastro œsophagien pression intra gastrique > pression du sphincter inférieur de l œsophage : PIG > PSIO 3. absence de protection des VAS 1. facteurs influençant la vidange gastrique contenu du repas douleur, stress affections digestives : obstacle, hypersécrétion affections neurologiques : tétraplégie, paraplégie pathologies endocriniennes : diabète avec gastroparésie, hypothyroïdie grossesse médicaments ralentisseurs du transit : opiacés 2. présence d un RGO : PIG > P SIO 3. absence de protection des VAS PIG augmentée : post prandial toux / vomissements occlusion insufflation de gaz grossesse, diabète morphiniques avant l troubles de la conscience décurarisation incomplète au réveil PSIO diminuée : sonde gastrique hernie hiatale grossesse médicaments 3

4 vomissements : mécanisme actif stimulation médicamenteuse du centre du vomissement geste stimulant : ventilation manuelle au masque laryngoscopie avec anesthésie trop légère lors de la période de réveil régurgitations : phénomène passif reflux au travers du cardia dans l œsophage et le pharynx Circonstances de survenue Nombre de cas 133 inhalations 10 0 Induction Entretien Extubation Réveil initial Réveil tardif Kluger et coll. Anaesthesia 1999;54:19-26 facteurs de risque d inhalation Kluger et coll. Anæsthesia URGENCE 2. Anesthésie trop légère 3. Pathologie abdominale aiguë ou chronique 4. Obésité 5. Morphiniques en prémédication 6. Pathologies neurologiques avec troubles de la conscience 7. Position de Tredelenburg 8. Intubation difficile (avec ventilation au masque prolongée) 9. RGO 10. Hernie hiatale mais aussi : grossesse : 14 ème SA, jusqu au 8 ème jour post partum diabète avec gastroparésie stress, syndrome douloureux intense traumatologie, alcool jeûne non respecté pathologie œsophagienne (cancer, diverticule, achalasie) anneau gastrique consultation d anesthésie facteurs de risque d inhalation signes prédictifs d intubation difficile anneau gastrique diverticule achalasie signes prédictifs de ventilation difficile signes prédictifs de NVPO 4

5 prémédication prémédication objectifs : diminuer l acidité et le volume gastrique diminuer les conséquences d une éventuelle inhalation la période postopératoire doit être couverte antiacides : tamponne le ph acide (ph augmente de 3 à 5) 30 ml de citrate de sodium 0,3 M : délai d action de 5 à 15 minutes, durée d action de 2 à 3 heures association anti H2 + citrate de sodium - cimétidine effervescente : 400 mg - ranitidine effervescente : 600 mg molécule idéale en urgence recommandé en particulier chez la femme enceinte antagoniste des récepteurs H2 : diminue la sécrétion d acide gastrique délai d action 30 minutes, durée 4 à 6 heures prémédication type d anesthésie inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) : efficace en 4 heures : donc pas en urgence prokinétiques gastriques métoclopramide dropéridol augmentent la motilité gastrique et le tonus du SIO non recommandés car efficacité non prouvée préférer si elle est possible l anesthésie locorégionale orthopédie césarienne pas de sédation associée érythromycine : accélère la vidange gastrique 200 mg IVL en 1 h à la SE procédure spécifique : séquence rapide au moins deux personnes à vérifier avant l : mobilité de la table aspiration fonctionnelle voies veineuses fonctionnelles aspiration gastrique avant controversée diminue le volume gastrique mais ne garantit pas la vacuité de l estomac (solides) à retirer au moment de l car elle maintient la perméabilité du SIO 5

6 La séquence d rapide Pré O 2 (3 min) FeO 2 > 90 % Thiopental T 0 Perte de conscience Suxa T sec 10 N 30 N Laryngoscopie T sec Manœuvre de Sellick Intubation Ballonnet gonflé 3 capnogrammes T sec séquence d rapide ventilation interdite risque de surpression gastrique et donc de régurgitation autorisée en cas de désaturation préoxygénation pour FeO2 > 90% +++ : préoxygénation FiO 2 = 1 si extrême urgence 4 inspirations mobilisant la CV sinon 3 minutes au masque étanche monitorage : - FeCO 2 (étanchéité) - FeO 2 (> 90 %) - Vt manoeuvre de Sellick prévenir le patient compression de l œsophage contre le rachis cervical pression sur le cartilage cricoïde avant l et jusqu à la vérification de la sonde d intubation de 10N avant l de 30N à la perte de conscience la pression doit être suffisante pour engendrer une douleur à la racine du nez technique de «la seringue» : - 10 N = repère 40 ml - 20 N = repère 38 ml - 30 N = repère 33 ml 6

7 contre-indications : traumatisme du rachis cervical traumatisme laryngé vomissements actifs corps étranger des VAS trachéostomie diverticule pharyngé en cas d intubation difficile : maintenir le Sellick, en diminuant éventuellement la pression mobiliser le larynx si désaturation : ventiler avec PI basses si vomissements : arrêt du Sellick (risque de rupture œsophagienne) technique controversée n a pas fait la preuve de son efficacité souvent mal réalisée (majoration du risque de complication) nécessite un apprentissage peut augmenter les difficultés d intubation (nourrisson) pas toujours efficace (alignement cartilage cricoïde et oesophage) recommandée par les sociétés savantes : agents de l anesthésie : agents de l anesthésie hypnotique : recherche d un délai le plus court possible entre la perte de conscience et la protection des voies aériennes délai d action court : thiopental, propofol, hypnomidate thiopental : hypnotique de référence (5 à 7 mg/kg) morphinique??? - effet émétisant des morphiniques - mais réduction des réactions hémodynamiques à l intubation - amélioration des conditions d intubation en pratique : contre indiqués en cas d estomac plein si instabilité hémodynamique hypnomidate : 0,3 mg/kg kétamine : 2 à 3 mg/kg 7

8 : agents de l anesthésie curare : objectifs : délai d action court durée d action brève (reprise VS) bonnes conditions d intubation suxamethonium : 1 mg/kg seul curare ayant toutes ces qualités recommandé par les conférences de consensus sur la curarisation et l intubation contre indications au suxamethonium : allergie hyperkaliémie hyperthermie maligne atteinte neurologique : paraplégie, hémiplégie maladies neuromusculaires déficit en pseudochlolinestérases : agents de l anesthésie alternative : curare non dépolarisant de court délai d action rocuronium 1 à 1,2 mg/kg curarisation en moins de 1 minute durée d action prolongée 50 à 60 minutes indiqué si CI absolue au suxamethonium sugammadex (Bridion ) si besoin d une réversibilité immédiate contrôle des VAS = pas d alternative en cas d intubation difficile prévue : fibroscopie vigile avec AL non prévue : mandrin long masque laryngé Fastrack ventilation en maintenant le Sellick avec PI basses vérification de l intubation (capnogrammes, auscultation) puis relâchement du Sellick vidange gastrique poursuivre l : morphinique ± curare non dépolarisant La séquence d rapide Pré O 2 (3 min) FeO 2 > 90 % Thiopental T 0 Perte de conscience Suxa T sec 10 N 30 N Laryngoscopie T sec Manœuvre de Sellick Intubation Ballonnet gonflé 3 capnogrammes T sec 8

9 période à risque d inhalation extubation donc au réveil complet après décurarisation confirmée par train de quatre T4/T1 > 90% retour des réflexes de déglutition protection des VAS en cas d inhalation le traitement dépend de la gravité du tableau facteurs de gravité : débris solides, ph, volume ventilation/ oxygénothérapie adaptées : Peep, VNI, réintubation fibroscopie bronchique en cas d inhalation de solides antibiothérapie : non systématique, selon la gravité conclusion situation à risque mais fréquente technique nécessitant un apprentissage à maîtriser absolument pas de preuve scientifique de l efficacité de la séquence rapide car étude trop risquée recommandations = séquence rapide 9

Anesthésie pour estomac plein. Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012.

Anesthésie pour estomac plein. Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012. Anesthésie pour estomac plein Ilham Aglime Département Anesthésie Réanimation CHU tours 13 décembre 2012. Introduction Situation à risque ( régurgitation et inhalation); Contexte difficile(svt, mais pas

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

Anesthésie générale pour césarienne

Anesthésie générale pour césarienne Anesthésie générale pour césarienne Dominique CHASSARD LYON dominique.chassard@chu-lyon.fr En France, taux césarienne AG < 5% Quelles indications en 2011? Troubles hémorragiques/anticoagulants/aaph Plaquettes

Plus en détail

Anesthésie non obstétricale chez la femme enceinte. Alexis Soulard 14 fevrier 2013

Anesthésie non obstétricale chez la femme enceinte. Alexis Soulard 14 fevrier 2013 Anesthésie non obstétricale chez la femme enceinte Alexis Soulard 14 fevrier 2013 Etat des lieux Fréquence: 0,3 à 2% des grossesses Indications: Urgences abdominales (app, cholecystectomie, occlusions)

Plus en détail

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Introduction Les sauveteurs professionnels en formation, les services de sauvetages

Plus en détail

Généralités sur la curarisation et la décurarisation. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur la curarisation et la décurarisation. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur la curarisation et la décurarisation Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Composantes de l anesthésie Conscience Mémorisation Hypnose Réponses somatique et du SNA Antinociception Anesthésie balancée

Plus en détail

Anesthésie et estomac plein

Anesthésie et estomac plein Anesthésie et estomac plein G. Boulay, J. Hamza Service d'anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Cochin Saint-Vincent-de-Paul, 75674 Paris 14, France e-mail : j.hamza@svp.ap-hop-paris.fr POINTS ESSENTIELS

Plus en détail

Sédation et Analgésie

Sédation et Analgésie Collège de Médecine d Urgence de Bourgogne, 7 Octobre 2010 Recommandations Formalisées d experts 2010 : Sédation et Analgésie en Structure d Urgence Adultes Marc FREYSZ, Benoit VIVIEN Méthodologie Actualisation

Plus en détail

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou INTUBATION 1. DEFINITION L intubation endo-trachéale consiste à introduire une prothèse (tube) souple par les voies naturelles (bouche ou nez) à travers l orifice glottique jusque dans la trachée. 2. BUT

Plus en détail

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE Elle est définie comme un rapport T4/T1 au train de quatre sur l adducteur du pouce inférieur à 0,9 lors du réveil de l anesthésie. C est un événement potentiellement

Plus en détail

INTUBATION EN SEQUENCE RAPIDE Texte long

INTUBATION EN SEQUENCE RAPIDE Texte long N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 10 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 0 Rédacteus Dr Mathieu COCHONNEAU Date 27/02/2016 Validation Sources -Protocole

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE Lise CREVIER BUCHMAN ORL Phoniatre Hôpital Européen G. Pompidou, AP-HP PARIS SOFMER, Paris 2004 Pourquoi une canule? Ventilation assistée Temporaire Pathologie

Plus en détail

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE INTUBATION TRACHEALE Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE Pourquoi INTUBER?? Maintenir liberté voies aériennes Protection du risque d inhalation Permet ventilation mécanique Permet broncho-aspirations

Plus en détail

INTUBATION EN REANIMATION

INTUBATION EN REANIMATION INTUBATION EN REANIMATION M CHU MONTPELLIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Albert PRADES, Claudine GNIADEK, Matthieu CONSEIL Unité de Réanimation et de Transplantation Dr JUNG Département d anesthésie

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles

Plus en détail

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique Objectifs: Identifier et connaître les points clefs des surveillances lors des transports de patients intubés ainsi que l utilisation du matériel. Savoir détecter et anticiper les problèmes de manière

Plus en détail

1) intubation endotrachéale:

1) intubation endotrachéale: 1 Contrôle de l air-way: 1) intubation endotrachéale: Buts de l intubation: 1) assurer la perméabilité des voies aériennes 2) assurer la protection des voies respiratoires 3) assurer la fonction ventilatoire

Plus en détail

DRA en chirurgie maxillo-faciale. Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche

DRA en chirurgie maxillo-faciale. Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche DRA en chirurgie maxillo-faciale Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche Présentation du BO 8 salles opératoires 1 salle dédiée aux urgences (salle 3) 1 salle maxillo (salle9) PEC en urgence

Plus en détail

L INTUBATION CHEZ L ENFANT

L INTUBATION CHEZ L ENFANT L INTUBATION CHEZ L ENFANT PLAN 2 PARTICULARITÉS ANATOMIQUES ENJEUX DE L'INTUBATION PÉDIATRIQUE SONDES STANDARDS AVEC ET SANS BALLONNET SONDES SPÉCIFIQUES (POUR INSTILLATION DE SURFACTANT, AVEC CANAL D'ASPIRATION,

Plus en détail

Faut-il monitorer la curarisation?

Faut-il monitorer la curarisation? XXIX ème journée d Anesthésie-Réanimation de Picardie 20 juin 2012 Faut-il monitorer la curarisation? Dr Thibault LOUPEC Pr Bertrand DEBAENE Département d Anesthésie-Réanimation CHU de Poitiers Conflits

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein

Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein 1 Anesthésie du patient adulte à l'estomac plein I. Risques Est considéré comme estomac plein tout patient dont le volume du contenu gastrique est > 25 ml (ou > 0,4 ml/kg) et dont le ph est < 2,5. A Facteurs

Plus en détail

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires Mardi, 30 Juin 2009 20:52 Mis à jour Mardi, 30 Juin 2009 20:56 Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances

Plus en détail

INTUBATION ENDO- TRACHEALE. Séverine GONNET

INTUBATION ENDO- TRACHEALE. Séverine GONNET INTUBATION ENDO- TRACHEALE Séverine GONNET PRINCIPE ET BUT Introduire une sonde, soit par la bouche soit par le nez, à travers l'orifice glottique jusque dans la trachée, afin de maintenir la liberté des

Plus en détail

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac 05/01/2012 Marc 1 I. Généralités 1) Les repères anatomiques, le sternum et le diaphragme Œsophage C est un conduit musculo-membraneux Situé entre le

Plus en détail

Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire. Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon

Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire. Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon Pas de conflit d intérêt Contexte Chirurgie thoracique,

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

INTRODUCTION A LA REANIMATION: L INTUBATION. Dr Oana FLOREA CH Lens

INTRODUCTION A LA REANIMATION: L INTUBATION. Dr Oana FLOREA CH Lens INTRODUCTION A LA REANIMATION: L INTUBATION Dr Oana FLOREA CH Lens DEFINITION L intubation consiste à cathéteriser sous laryngoscopie, l orifice glottique et la trachée par une sonde dont l extrémité supérieure

Plus en détail

Ventilation mécanique

Ventilation mécanique Ventilation mécanique en médecine d urgence Modes ventilatoires Indications / Contre-indications Paramètres de surveillance Christelle PALIN, IDE Dr ANDRE, PH et Dr TAKUN, PH Service d Accueil des Urgences,

Plus en détail

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Préoxygénation du patient obèse sévère Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Les réserves en O₂ chez le sujet normal Total CRF Sang Tissus Campbell,

Plus en détail

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire en SSPI Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Consultation d anesthésie A distance de la chirurgie (chir programmée): au moins 48 h avant (pb médical

Plus en détail

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005 Anesthésie pour chirurgie viscérale Dominique CONCINA Octobre 2005 Chirurgie viscérale Chirurgie Digestive Urologique haute Gynécologique Hors urgence et transplantation Coeliochirurgie Risques principaux

Plus en détail

Scintigraphie du foie et de la rate

Scintigraphie du foie et de la rate Examens du système digestif Scintigraphie du foie et de la rate Cet examen permet d évaluer le métabolisme des cellules du foie et de la rate. Il est sans douleur et les effets secondaires sont très rares.

Plus en détail

LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE

LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE LES NOYADES EPIDEMIOLOGIE PRISE EN CHARGE Médecin Colonel Daniel Prost médecin chef SDIS34 DEFINITIONS Larousse : asphyxie par afflux d un liquide, en particulier à la suite d une immersion dans l eau.

Plus en détail

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Dr NACEUR MALIKA Service de pédiatrie «C» Congrès de la SPO 04 / 05 Juin 2015 Historique PH-métrie diagnostique le RGO acide PH-métrie œsophagienne a permis

Plus en détail

Prévention des Pneumopathies acquises sous Ventilation Mécanique (PAVM)

Prévention des Pneumopathies acquises sous Ventilation Mécanique (PAVM) Prévention des Pneumopathies acquises sous Ventilation Mécanique (PAVM) SIHARATH Sakhone MASSON Julie Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Claude- Bernard Paris 14 novembre 2014 Sommaire

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE 1 PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE Dr Estelle SIRACH Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Rangueil TSA 50032 31059 Toulouse cedex

Plus en détail

Traumatismes externes du larynx

Traumatismes externes du larynx Traumatismes externes du larynx Journées en Traumatologie 15 Décembre 2005 Alexandre FAURE Département Anesthésie Réanimation Hôpital Edouard Herriot Lyon Epidémiologie Rares < 1% traumatismes aigus Incidence

Plus en détail

Modifications physiologiques et anatomiques de la grossesse Ont un impact sur la conduite à tenir

Modifications physiologiques et anatomiques de la grossesse Ont un impact sur la conduite à tenir ARRET CARDIAQUE CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN SALLE DE NAISSANCE Dr Aimé décembre 2015 Epidémiologie Cardiac Arrest in Special situations: 2010 American Heart Association Circulation. 2010; 122:S829-S861 L

Plus en détail

C est quoi être à jeun avant une intervention? Vers de nouvelles règles du jeûne

C est quoi être à jeun avant une intervention? Vers de nouvelles règles du jeûne C est quoi être à jeun avant une intervention? Vers de nouvelles règles du jeûne Lionel Bouvet Service d anesthésie réanimation Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Pourquoi un jeûne préopératoire? Snow (1858)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger DEFINITIONS/GRAVITE «Polytraumatisé» C est un blessé grave ayant au moins deux lésions dont une menace le pronostic

Plus en détail

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 introduction Risques liés au patient. Risques liés au transport. L anticipation des incidents est

Plus en détail

Traiter et prévenir la malnutrition Recommandations pour le patient agressé: Apport calorique : 25 à 35 kcal/kg/j Rapport G-L : 55 à 65% - 40 à 45%

Traiter et prévenir la malnutrition Recommandations pour le patient agressé: Apport calorique : 25 à 35 kcal/kg/j Rapport G-L : 55 à 65% - 40 à 45% Dr Fabienne BIROT-JAULIN DESC de réanimation Médicale Agen, le 06.12.2007 Traiter et prévenir la malnutrition Recommandations pour le patient agressé: Apport calorique : 25 à 35 kcal/kg/j Rapport G-L :

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

SURPRESSION PULMONAIRE

SURPRESSION PULMONAIRE SURPRESSION PULMONAIRE Docteur Claudia NASI Médecine Hyperbare 1.1 Rappels de Physique La pression P = Poids 0 Surface 10 m 20 m 30 m 40 m Surface 1 P Pression ( bar ) 2 3 4 5 P 6 S S La Surpression Pulmonaire

Plus en détail

Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs

Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs Prise en charge de la trachéotomie percutanée aux soins intensifs BERNIER Françoise Soins intensifs Hôpital ERASME Médecins Infirmier(ère)s Kinésithérapeute Diététicienne Psychologue Préparation préopératoire:

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Le reflux gastroœsophagien occasionnel de l adulte Le reflux gastro-œsophagien occasionnel de l adulte Ce qu il faut savoir

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème Facteurs de risque des ISO et des INLA Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Définition Ampleur du problème 234 millions d actes / an dans le monde 6,5 millions d opérés / an en France

Plus en détail

en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Septembre 2016 Arcachon

en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Septembre 2016 Arcachon Stratégie de Prévention en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Arcachon Septembre 2016 Plan Epidémiologie PAVM et sphère buccodentaire Le

Plus en détail

VNI en urgences pour quels malades?

VNI en urgences pour quels malades? VNI en urgences pour quels malades? Dr Laura Laudrin, Urgences-SMUR, CH Chinon - PLAN Définition Avantages Indications Contre-indications Mise en place Effets indésirables et limites Conclusions 2 Définition

Plus en détail

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue)

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Hypertrophie du voile du palais Symptômes : Des symptômes allant du simple ronflement à de graves syncopes sont rencontrés dans ce syndrome.

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

Prise en charge du jeûne pré-opératoire :

Prise en charge du jeûne pré-opératoire : 1 Prise en charge du jeûne pré-opératoire : LES NOUVELLES RECOMMANDATIONS Docteur Laurent JOUFFROY, Anesthésiste, Clinique du Diaconat, Strasbourg John SOKOLOW, IADE, C.H. de Haguenau 2 INTRODUCTION Le

Plus en détail

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 Intubation difficile chez l enfant Plus rare que chez

Plus en détail

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11 Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : 21/11/11 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation,

Plus en détail

Intérêt des aspirations. des voies aériennes

Intérêt des aspirations. des voies aériennes Intérêt des aspirations des voies aériennes Ces recommandations ont été écrites par : Responsables du thème : L. FOURRIER (Lille) ; P. GRANDET (Bordeaux). Jury : L. HOLZAPFEL (Pdt, Bourg-en-Bresse) ; D.

Plus en détail

Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques. Pr Benoit Coffin

Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques. Pr Benoit Coffin Explorations de la motricité digestive en pratique clinique : intérêts diagnostiques et thérapeutiques Pr Benoit Coffin Anomalies motrices en pathologie digestive Fréquentes Impliquées dans la physiopathologie

Plus en détail

Informations médicales sur l'anesthésie

Informations médicales sur l'anesthésie Informations médicales sur l'anesthésie Ces informations vous sont normalement transmises par votre chirurgien suite à une décision d intervention. Nous vous demandons de les lire attentivement, afin de

Plus en détail

SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION. Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013

SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION. Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013 SEDATION- ANALGÉSIE- CURARISATION EN RÉANIMATION Dr Nozha BRAHMI Journées du printemps 31 mai 2013 DÉFINITIONS Sédation = Ensemble des moyens, médicamenteux ou non, destinés à assurer le confort et la

Plus en détail

Place de la phmétrie et de l impédancemétrie dans l exploration du RGO

Place de la phmétrie et de l impédancemétrie dans l exploration du RGO Place de la phmétrie et de l impédancemétrie dans l exploration du RGO clairance oesophagienne défenses muqueuses SIO relaxations spontanées sécrétion acide tonus de l estomac reflux duodéno-gastrique

Plus en détail

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Intubation difficile non prévue en situation prehospitaliere Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Quelle gestion des voies aériennes pour ce patient en préhospitalier? - IOT standard (ISR) - IOT en

Plus en détail

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO?

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Pr. M.A. BIGARD Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Professeur M.A. BIGARD Service d Hépatogastroentérologie CHU de NANCY Avant la

Plus en détail

Modifications physiologiques de la femme enceinte

Modifications physiologiques de la femme enceinte Modifications physiologiques de la femme enceinte Dr Benjamin JULLIAC Maternité - Pellegrin Introduction Modifications physiologiques nombreuses: i Hémodynamique i Respiratoire i Coagulation i Pharmacologique

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

GUIDE DE PALANQUEE NIVEAU 4 Session de mai 2005 à Niolon ACCIDENTS DE PLONGÉE

GUIDE DE PALANQUEE NIVEAU 4 Session de mai 2005 à Niolon ACCIDENTS DE PLONGÉE b) Expliquez les causes possibles, le mécanisme de cet accident ainsi que les développements à prévoir. c) Décrivez étape par étape, la conduite à tenir dans ce cas. (2 points) d) En tant que guide de

Plus en détail

SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle»

SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle» FORMATION DES INFIRMIERS ANESTHESISTES CHU DE BORDEAUX SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle» Sylvie TOINARD- Sandrine LAVERGNE N:\P12-14\ENSEIGNEMENTS P1214\UE3 - Fondamentaux de l'anesthésie

Plus en détail

UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan. Gestions des voies aériennes

UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan. Gestions des voies aériennes UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan Gestions des voies aériennes Plan : I) Rappel anatomique II) But de l intubation III) Les

Plus en détail

Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospit

Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospit IADE & CESARIENNE EN URGENCE F. Minosa IADE CHU Toulouse Paule de viguier Maternité unité d'obstétrique qui assure l accouchement et les soins de la mère et du nouveau-né Niveau 3 Concerne les moyens dhospitalisationpédiatrique

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 La ventilation non invasive Technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser de dispositif intratrachéal Ventilation en

Plus en détail

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence REALISATION PRATIQUE D UNE EPP Contexte XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence - Johan Dusautois - Ingénieur Qualité et Sécurité des Soins CHRU de Lille L EPP : Définition

Plus en détail

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE A.GUYENNON, M.CUINET, B.RICHIOUD, P.BACHMAN, P.THIESSE JFR 2011 POURQUOI UNE GASTROSTOMIE? Le but est de

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Session ide Ludovic LESAGE (Service de Réanimation CH Armentières) Quelle prise en charge infirmier en phase de sevrage ventilatoire? Diapositive 1 LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Centre hospitalier

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

Mesure du Diamètre pupillaire

Mesure du Diamètre pupillaire Mesure du Diamètre pupillaire «La Pupillomètrie» On peut monitorer la profondeur d anesthésie.. On peut monitorer la curarisation.. Jusqu à ce jour, on ne pouvait pas monitorer la douleur Pr M Beaussier

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 MALADIE THROMBO EMBOLIQUE VEINEUSE : CONSTAT DE SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

Kinésithérapie dans les bronchopathies obstructives du nourrisson

Kinésithérapie dans les bronchopathies obstructives du nourrisson Kinésithérapie dans les bronchopathies obstructives du nourrisson Indications Toutes les pathologies respiratoires sécrétantes du nourrisson : Bronchiolite Asthme Dysplasie bronchopulmonaire Mucoviscidose

Plus en détail

Infections respiratoires et hygiène buccodentaire

Infections respiratoires et hygiène buccodentaire Infections respiratoires et hygiène buccodentaire Mauvaise hygiène bucco dentaire est un risque majeur de pneumopathie d aspiration Pourquoi et comment? L infection pulmonaire résulte du développement

Plus en détail

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Conflit d intérêt Pas de lien d intérêt Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Trachéotomie et chirurgie laryngée

Trachéotomie et chirurgie laryngée Trachéotomie et chirurgie laryngée Chirurgie Soins de suites L urgence R. BREHERET OBJECTIFS Comprendre pour démystifier Comprendre les prescriptions post-opératoires Repérer la situation d urgence, savoir

Plus en détail

Anesthésie de la femme enceinte. Annick LALLIA

Anesthésie de la femme enceinte. Annick LALLIA Anesthésie de la femme enceinte Annick LALLIA Introduction 1 à 2% de femmes enceintes subissent une anesthésie pour chirurgie non obstétricale Possible grossesse méconnue: Date des dernières règles +/-

Plus en détail

Pathologie respiratoire pendant la grossesse: Existe t il des critères d extraction fœtale? Le point de vue de l anesthésiste

Pathologie respiratoire pendant la grossesse: Existe t il des critères d extraction fœtale? Le point de vue de l anesthésiste Pathologie respiratoire pendant la grossesse: Existe t il des critères d extraction fœtale? Le point de vue de l anesthésiste Marie Pierre Bonnet Service d Anesthésie Réanimation, Hôpital Cochin, Maternité

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission a réexaminé les spécialités

Plus en détail

Sédation palliative. Aspects médico-techniques

Sédation palliative. Aspects médico-techniques Sédation palliative Aspects médico-techniques Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques

Plus en détail

SEDATION EN REANIMATION

SEDATION EN REANIMATION SEDATION EN REANIMATION M.T. GATT P. TETARD GATT TETARD 2009 1 1. Quels sont les objectifs de la sédation? 1. Améliorer le confort et la sécurité du patient et de son entourage 2. Permettre la réalisation

Plus en détail

Anesthésie et système respiratoire. Anesthésie et système respiratoire. Buts de la respiration. Métabolisme et oxygénation. Quotient respiratoire

Anesthésie et système respiratoire. Anesthésie et système respiratoire. Buts de la respiration. Métabolisme et oxygénation. Quotient respiratoire système respiratoire Au cours d'une anesthésie au chloroforme, la respiration est parfois due au seul diaphragme tandis que les JF. BRICHANT CHU de Liège muscles intercostaux sont paralysés John Snow,

Plus en détail

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation

Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Réponses Techniques aux Situations Cliniques en Anesthésie-Réanimation Pr Bertrand Debaene Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale CHU de Poitiers, France b.debaene@chu-poitiers.fr Analyse de

Plus en détail

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière LA CAPNOGRAPHIE 1 Définition La capnographie permet de mesurer le contenu en CO 2 du mélange gazeux pendant tout le cycle respiratoire. La concentration de CO 2 dans les gaz inspirés et expirés est représentée

Plus en détail

Comment améliorer la tolérance de la nutrition entérale en réanimation NE : nutrition entérale VRG : volume résiduel gastrique

Comment améliorer la tolérance de la nutrition entérale en réanimation NE : nutrition entérale VRG : volume résiduel gastrique Comment améliorer la tolérance de la nutrition entérale en réanimation NE : nutrition entérale VRG : volume résiduel gastrique Enseignement du DESC de réanimation médicale Périgueux le 03 décembre 2009

Plus en détail

PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1

PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1 PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1 M.Lalande, PH Pédiatrie i infectieuse, i M.Rodiere ADV Cas clinique 1 Nourrisson de 2 mois Rhinorrhée, diarrhée, 38 5C, geignard CAT? Tout nourrisson de moins

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernies inguinales Le site du Docteur laurent bordigoni Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent-bordigoni explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernie inguinale

Plus en détail