Vers un marché alternatif régulé?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers un marché alternatif régulé?"

Transcription

1 INEUM Kurt Salmon DIRECTIVE AIFM Vers un marché alternatif régulé? Edito Sommaire La directive AIFM (directive 2011/61/ UE du 8 juin 2011) a pour but de Hubert de VAUPLANE 2 donner un cadre réglementaire aux gestionnaires de fonds d investissement Alban JARRY 4 alternatifs (FIA), de surveiller ce Phillipe RICARD 5 Jean-Fabrice Feuillet Maxime Gaudin Hubert de Vauplane marché et ainsi limiter les risques Associé - Associé - Associé banque finance - Kurt Salmon Kurt Salmon Kramer Levin Daniela KLASEN-MARTIN 6 systémiques. Elle soumet notamment les gestionnaires à une obligation d agrément, à des contraintes régulant leurs modèles organisationnels et opérationnels, à des règles harmonisées de gestion des FIA, à des obligations de reporting aux investisseurs et régulateurs, impliquant des adaptations considérables de leur organisation. La mise en place progressive de cette directive, transposée en France fin juillet 2013, renforce notamment les responsabilités des sociétés de gestion en matière de gestion des risques, de rémunération, de valorisation, de gestion de la liquidité des FIA ouverts. En outre, dans l intérêt des porteurs, les gestionnaires doivent repenser leur organisation pour assurer l indépendance des fonctions de gestion des risques et d évaluation des actifs, et ainsi limiter les risques de conflits d intérêts. En parallèle, le rôle des dépositaires est largement renforcé avec des impacts majeurs sur leur offre de services. En contrepartie, AIFMD permet aux sociétés de gestion agréées au titre de la directive, de pouvoir bénéficier du passeport européen pour les fonds qu elles gèrent, et ouvre ainsi de nouvelles opportunités de commercialisation de leurs fonds alternatifs à l échelle européenne. La directive doit ainsi permettre l émergence d un véritable marché unique européen des fonds alternatifs, au bénéfice des gérants de hedge funds, mais aussi de fonds immobiliers, de private equity ou d infrastructures et la création progressive d un label FIA, au même titre que le label UCITS, pouvant séduire une clientèle d investisseurs étrangers hors UE. Rappelons que début 2013, on décomptait 9000 FIA sur les fonds d investissement gérés en France (source AFG rapport d activité ). Cependant, dans un contexte réglementaire fluctuant et évolutif, AIFMD apparaît comme une directive de plus dans le panel existant, et sa complexité semble freiner les gestionnaires de FIA dans sa mise en œuvre. En effet, depuis la transposition en droit français de la directive, et la publication des Guidelines de l ESMA concernant le Reporting, et même si toutes les modifications du Livre IV du RGAMF ne sont pas encore publiées, il est possible pour les sociétés de gestion de demander leur agrément en tant que AIFM. La France arrive toutefois en tête vis-à-vis des autres pays de l UE, puisque début novembre, une vingtaine de société de gestion avait déjà demandé et obtenu un tel agrément au titre de la directive. Compte tenu des travaux nécessaires au sein de chaque SGP pour déposer son dossier, il devient urgent de lancer le chantier pour toutes celles qui n ont pas encore demandé leur agrément. A cet égard, Kurt Salmon et Kramer Levin ont chacun dans leur domaine développé leur expertise pour assister les sociétés de gestion dans cette transformation. Les impacts opérationnels, organisationnels et structurels sont conséquents pour les sociétés de gestion qui doivent ou ont choisi de se soumettre à l ensemble des exigences de la directive, et le planning semble serré avant l entrée en vigueur au 22 juillet Le 12 novembre dernier, Kurt Salmon et le cabinet d avocats Kramer Levin ont constitué un panel d intervenants, lors d une conférence présentant l ensemble des changements auxquels les acteurs de la gestion alternative et des asset servicers doivent faire face. Nous avons choisi, dans cette Newsletter, de soulever et nous l espérons, grâce à ces même intervenants, d éclairer davantage, certains des sujets qui avaient particulièrement retenu l attention de l auditoire, notamment la rémunération, la gestion des risques, le reporting, et essayer ainsi de comprendre les raisons d un certain attentisme que la directive suscite. En parallèle, Kurt Salmon lancera dans quelques jours, en collaboration avec l AFG, une vaste enquête auprès des acteurs de la gestion alternative, concernant leur état d avancement dans la mise en œuvre de la directive.

2 Une nouvelle politique de rémunération Hubert de Vauplane Associé banque finance - Kramer Levin Quels sont les buts de la réglementation? Il s agit d empêcher que des structures de rémunération mal conçues puissent nuire à la qualité de la gestion des risques et à la maîtrise des prises de risque au sein des gestionnaires de FIA. Ces derniers ont désormais l obligation de mettre en place et de maintenir, pour les catégories du personnel dont les activités professionnelles ont une incidence substantielle sur le profil de risque des FIA qu ils gèrent, des politiques et des pratiques de rémunération compatibles avec une gestion saine et efficace des risques, de manière à ce que ne soit pas encouragé une prise de risque incompatible avec le FIA géré et que soient respectés les intérêts des FIA gérés ainsi que de leur porteurs de parts ou actionnaires. Ces pratiques s inscrivent dans une logique applicable également dans le secteur bancaire avec la directive CRD IV. Quelle est la nouvelle donne en matière de rémunération? Au moins la moitié de la composante variable de la rémunération doit être versée sous forme de parts ou actions du FIA géré (ou en une participation équivalente). En outre, au moins 40 % de cette composante variable doit être reportée sur une période de 3 à 5 ans (à moins que le cycle de vie du FIA soit plus court). Si la composante variable représente un montant particulièrement élevé, ce n est plus 40 % mais 60 % de cette composante qui doit être reporté. A noter toutefois qu aucune limite n est fixée dans le montant de la part variable. Concrètement, un équilibre approprié doit être établi entre les composantes fixes et variables de la rémunération globale et la composante fixe doit représenter une part suffisamment élevée pour qu il soit possible de ne payer aucune composante variable. Quels sont les textes de référence en droit français? Les exigences des dispositions de la directive AIFM sont transposées à l article L du code monétaire et financier ainsi qu aux articles et suivants du règlement général de l AMF. La mise en œuvre devra en outre respecter les dispositions issues du droit du travail, notamment celles concernant les IRP (institutions représentatives du personnel). A qui s applique la réglementation? Elle s applique en principe à tous les gestionnaires de FIA, c est-àdire les sociétés de gestion de portefeuille, les sociétés de gestion et véhicules autogérés (les FIA eux-mêmes), au-dessus des seuils ou sur option, ainsi qu à leur personnel identifié. Cependant, un principe de proportionnalité permet, sous certaines conditions de taille, d organisation interne et de nature des activités, et sous réserve de justification, de ne pas appliquer certaines règles relatives au processus de paiement de la rémunération variable et à l obligation de créer un comité de rémunération. Notons que les SGP qui souhaiteraient bénéficier du principe de proportionnalité devront se montrer vigilantes dans la rédaction de leur politique de rémunération. Qui sont les personnels identifiés? Les dirigeants ; Les membres exécutifs et non exécutifs de l organe de direction du gestionnaire de FIA ; Les preneurs de risques (responsables de la gestion de portefeuille ; gérants financiers) ; Les personnes exerçant une fonction de contrôle ; Les responsables des fonctions support (responsables marketing, des ressources humaines, administratifs, juridiques, financiers, développement) sauf s ils n ont pas un impact significatif sur le profil de risque du gestionnaire ou des FIA gérés ; Tout employé qui, au vu de sa rémunération globale, se situe dans la même tranche de rémunération que la direction générale et les preneurs de risques, dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque gestionnaire de FIA ou les profils de risque du FIA qu il gère ; Le personnel des entités auxquelles les activités de gestion du portefeuille ou de gestion des risques ont été déléguées par le gestionnaire de FIA, dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur les profils de risque du FIA que le gestionnaire de FIA gère. Quand la politique de rémunération devra s appliquer? Trois cas peuvent se présenter : 1) Pour les gestionnaires de FIA obtenant leur agrément AIFM entre le 22 juillet 2013 et le 31 décembre 2013 : les mesures prévues pour la politique de rémunération s appliqueront sur l exercice comptable de 2014 pour les rémunérations variables versées en ) Pour les gestionnaire de FIA n obtenant leur agrément AIFM qu entre le 1er janvier 2014 et le 22 juillet 2014 : les mesures s appliqueront sur l exercice comptable de 2015 pour les rémunérations variables versées en ) Par la suite, les nouveaux gestionnaires de FIA obtenant leur agrément AIFM en année N, après le 22 juillet 2014, se verront appliquer la même logique : le premier exercice comptable à prendre en compte pour appliquer les mesures prévues sera l exercice N+1 pour les rémunérations variables versées en N+2. 2

3 Qu est-ce qu une rémunération? Une rémunération se définit comme : 1) toutes les formes de paiements ou d avantages payés par le gestionnaire de FIA, 2) toute somme payée par le FIA lui-même, y compris certains types de «carried interest», et 3) tout transfert de parts ou d actions du FIA, en contrepartie de services professionnels rendus par le personnel identifié du gestionnaire de FIA Quelles sont les pratiques désormais interdites? Sont prohibés : Les rémunérations variables garanties, sauf si elles sont accordées à l occasion de l embauche d un nouveau membre du personnel et limitées à la première année ; Les parachutes dorés sans condition : ils doivent récompenser une performance durable et ne peuvent être accordés en cas d échec ; Les rémunérations variables versées par le biais d instruments ou de méthodes qui facilitent le contournement des règles en la matière, comme par exemple le fait de : recourir à des personnes qui ne seraient pas considérés comme des personnels identifiés au sens de la réglementation, comme des consultants externes ou collaborateurs qui ne seraient pas des salariés du gestionnaire de FIA ; Le hedging personnel : le personnel ne peut pas s assurer ou utiliser des stratégies de couverture (comme par exemple des options ou produits dérivés) dans le but de se protéger du risque d un ajustement à la baisse de sa rémunération variable Le versement d une rémunération variable qui serait incompatible avec la situation financière du gestionnaire de FIA ou injustifiée au regard des performances du FIA, de la personne concernée ou de son unité opérationnelle 9. La politique de rémunération définie dans la directive AIFM doit-elle s appliquer pour l intégralité de l activité d une société de gestion de portefeuille qui serait soumise à la fois à la directive AIFM et à la directive UCITS IV (2009/65/CE)? Les dispositions de la directive AIFM n ont pas vocation à s appliquer à la gestion d OPCVM coordonnés. Il en résulte que les dispositions relatives à la politique de rémunération s appliquent à la société de gestion de portefeuille agréée conformément à la directive AIFM uniquement pour son activité de gestion de FIA. Précisons toutefois que le projet de directive UCITS V prévoit des dispositions en matière de rémunération. externaliser des services à des entités tierces qui ne seraient pas assujetties aux dispositions issues de la directive AIFM ; Paris AIF catégories : a comprehensive range of funds Real estate investment companies (SCPI) 3% Retail investiment funds 21% Real estate collective investiment undertakings (OPCI) 3% 4% Private equity funds (FCPR) Employee investment funds 10% 860 billion at end % Professional investment funds (PIF) Securisation funds 21% Source : AMF (Autorité des Marchés Financiers) 3

4 Alban Jarry Président du groupe de travail «Reporting AIFMD / ESMA» à l AFG. Directeur du Programme Solvency 2, La Mutuelle Générale AIFMD semble une directive de plus dans l horizon de la gestion d actif, et reprend un certain nombre de règles déjà présentes dans d autres directives MIF ou UCITS, notamment : La Best Execution, Gestion des conflits d intérêts, Contrôles et conformité, Gestion des risques. De même la délégation de certaines fonctions et la gestion de la liquidité, existaient déjà, mais ont été précisées et renforcées dans la directive AIFM. Quelles fonctions sont les plus innovantes ou nouvelles pour les sociétés de gestion et avoir le plus d impacts d organisationnels et opérationnels? Le principal impact opérationnel d AIFMD sera lors de la production des états à destinations des autorités de tutelle avec un risque de ne pouvoir le faire dans les délais impartis. Il est important d anticiper dans les plannings ces nouvelles tâches. Ces reportings nécessitent, dès à présent, une adaptation des systèmes d informations pour être en mesure de retranscrire les positions front office. De nouveaux champs sont à intégrer pour qualifier, notamment, les stratégies de couvertures ou d expositions. Les plus importantes sociétés de gestion devraient pouvoir absorber ces contraintes par une automatisation accrue de leur système de production. La difficulté devrait être plus importante pour les structures de plus petites tailles qui sont moins habituées, jusqu à présent, aux reportings règlementaires. De nouvelles règles concernent la rémunération, le calcul de l effet de levier, l évaluation indépendante de tous les actifs. En outre les FIA n étant pas régulés, l obligation de dépositaire, pourtant bien connu, n existait pas sur diverses gestions (notamment SCPI, SEF) Effectivement, l impact sur la fonction dépositaire et le renforcement des obligations nécessitera l ajout de contrôles complémentaires et des coûts non négligeables. Les responsabilités du dépositaire sont accrues dans le cadre d AIFMD. Les principaux acteurs de la Place et européens anticipent ces évolutions depuis de nombreux mois en s y adaptant. Parmi les contraintes opérationnelles, AIFMD exige une transparence en termes de niveau d effet de levier. Les AIFM devront donc définir les limites de levier par fonds, mettre en place un process de calcul périodique de l effet de levier, communiquer dans le rapport annuel sur le niveau effectif d effet de levier, et inclure dans le reporting au régulateur ce niveau s il dépasse 3. Le calcul de la valeur nette d inventaire par part ou action devra en outre être calculé périodiquement. En outre, les Guidelines publiées début octobre par l Esma ont confirmé le niveau très complexe de reporting à produire par fonds, nécessitant pour les gestionnaires de disposer de référentiels, d outils de calculs, et d utiliser des données non standardisées au regard des données requises par d autres réglementation (position front, codes spécifiques ) Comment les AIFM, notamment de taille réduite, ne disposant pas des référentiels ni des outils de calculs nécessaires vont-elles pouvoir répondre dans les délais impartis, à ces défis opérationnels? Pour les plus petites structures, ayant peu de FIA, les traitements devraient être dégradés pour réaliser les premiers reportings de chaque FIA. Afin d optimiser la production, il existe aujourd hui des outils, adaptés à leurs tailles, qui peuvent leur permettre d automatiser ces nouveaux processus et leur permettre de rencontrer moins de difficultés dans la mise en œuvre. AIFMD exige que l évaluation en interne des actifs soit subordonnée à l indépendance sur le plan fonctionnelle de la gestion financière. De même, la séparation de la fonction de gestion des risques sur le plan fonctionnel et hiérarchique est nécessaire afin de garantir l indépendance de la fonction, assurer la représentation au comité de direction et limiter les risques potentiels de conflits d intérêts Les sociétés de gestion ne pouvant s organiser en interne pour assurer ces tâches, ont la possibilité de recourir à des prestataires externes spécialisés dans l évaluation des actifs, ou la gestion des risques ; à quelle responsabilité seront elle tenues vis-à-vis de ces prestataires? Les sociétés de gestion françaises sont déjà dans un schéma proche de la cible d AIFMD sur ce plan. Il ne devrait pas y avoir de bouleversements. La responsabilité demeure sur la société de gestion qui peut déléguer tout ou partie de ces taches. Quid de la définition des politiques d évaluation et de gestion des risques? Qui est en charge en cas de délégation de la rédaction des procédures et de leur contrôle? La responsabilité est du ressort de la société de gestion, elle peut déléguer la mise en œuvre de ces points tout en l intégrant in fine dans sa politique de contrôle des risques. De même, en cas de délégation de gestion à un tiers, les obligations de reporting restent bien de la responsabilité de la société de gestion en titre du FIA? Effectivement, le schéma de responsabilité reste identique Concernant les données à intégrer dans les reportings AIFM, avez-vous constaté des difficultés? La mise en place de données non standardisées et spécifiques au reporting AIFM, par rapport aux autres réglementations européennes, entraîne des coûts et des difficultés de mise en place complémentaires. Par exemple, alors que le code CIC semblait devenir un standard sur la typologie d instruments, l ESMA a fait le choix de proposer une nouvelle nomenclature qu aucun fournisseur de données habituel n avait prévu et pu anticiper. Le LEI devient une donnée incontournable dans toutes les réglementations, qu en pensez-vous? La codification LEI (Legal Identity Identifier) aide à mieux gérer le risque de contrepartie. Les réglementations financières, qui sont orientées pour anticiper un éventuel risque systémique, s appuient, ou vont s appuyer, sur cette nouvelle codification internationale qui vise à identifier tous les intervenants sur les marchés financiers. L implémentation de cette nouvelle codification dans les systèmes d informations front, middle et back sera progressivement mise en œuvre et rendue obligatoire dans tous les passages d ordres sur les marchés financiers. Grâce à elle, les autorités européennes devraient avoir une meilleure vision consolidée du risque de contrepartie. 4

5 Dans le document de Q&A du 18 novembre, l AMF a précisé certains points paraissant flous pour les acteurs de la gestion : Les obligations réglementaires issues de la transposition de la directive s appliqueront dès le 22 juillet 2014 pour les SdG en titre (et non pas par délégation) des FIA agréées au titre de la Directive, donc celles au-dessus des seuils de 100 et 500 millions d euros ou inférieures aux seuils mais qui ont opté pour l application intégrale de la directive. De même, les déclarations de franchissement de seuils (à la hausse comme à la baisse) et de prise de contrôle d une entité ne s appliquent qu aux sociétés de gestion agréées au titre de la directive. Cependant, la transposition prévoit que les gestionnaires en dessous des seuils ne sont pas complètement exclus de la directive puisqu ils doivent être agréés en tant que société de gestion, nommer un dépositaire pour leurs fonds, et se soumettre à l obligation d un reporting allégé. En contrepartie, de quels avantages pourront bénéficier ces sociétés de gestion, et qui pourraient inciter les gestionnaires à ne pas transformer une partie de leur gamme en Ucits pour rester sous les seuils et s exonérer des autres obligations? Les sociétés de gestion gérant des FIA_OPC sous les seuils sont effectivement exonérées des autres contraintes de la Directive, mais ne pourront pas bénéficier des avantages du passeport européen. Le principal intérêt repose sur la commercialisation internationale des FIA et l enregistrement dans les pays européens. C est une opportunité de trouver de nouveaux types de clients et des relais de croissance. Est-ce que l intérêt que représente la possibilité de commercialisation transfrontalière, associée à garantie d un label (au même titre qu on a vu la création du label Ucits) qui revêt une importance particulière notamment pour les investisseurs hors UE, peut contre balancer les contraintes de la directive? Tout dépendra de la position de chaque établissement et de sa volonté de commercialiser à l international. Ce type de commercialisation entraîne des coûts fixes importants qu il faut mesurer au préalable. Vous abordez souvent dans vos interventions la problématique du «mur réglementaire» qui se profile. J ai effectivement titré un article en utilisant cette expression. En analysant la situation de l asset management, on remarque qu il est lié ou soumis à toutes les réglementations financières, soit directement : AIFMD, UCIT, EMIR, soit indirectement : Solvency 2, Bale3, Fatca, Dodd Frank, A ce stade, et compte tenu des délais très courts demandés par les régulateurs (ESMA et EIOPA), un engorgement dans les productions et les charges de travail est à prévoir en début de chaque année et certainement de trimestre. Ces charges ponctuelles devraient entrainer une difficulté accrue pour gérer les priorités de production et les choix à faire entre les demandes des clients et des régulateurs. Propos recueillis par Charlotte Leclerc Philippe Ricard Responsable Asset and Fund Services BNP Paribas Securities Services AIFMD renforce considérablement le rôle du dépositaire, mais également son périmètre, puisque chaque AIFM devra désigner un dépositaire pour chacun de leurs FIA. Les gestionnaires commencent à se mobiliser et à effectuer les démarches d agrément auprès du régulateur. Ont-ils initié en parallèle les travaux avec leur dépositaire? Avec AIFMD, les sociétés de gestion sont confrontées à de nouvelles normes en termes d organisation, de conditions d exercice et de transparence notamment. Nous avons mis au point une solution de transition vers la directive AIFM pour accompagner nos clients tout au long du processus et pour garantir une transition sans heurts, cela quels que soient le type de fonds et le territoire concernés. Cette solution comprend plusieurs volets : - une méthodologie complète pour initier la transition vers la directive AIFM pour chaque type de fonds (standard, hedge funds, capital-investissement ou fonds immobiliers), - une boîte à outils permettant la mise en œuvre de la transition, - un planning détaillé prêt à l emploi. Nous avançons efficacement avec nos clients en utilisant ce dispositif. Notre enjeu est aujourd hui d anticiper au maximum les travaux avec nos clients et pour cela, nous avons besoin de visibilité sur leur planning de transition. A côté de ses responsabilités actuelles de conservation des actifs et de contrôle, le dépositaire de FIA doit garantir un suivi adéquat et efficace des flux de liquidité des FIA. Comment organiser un suivi précis de ces flux? Les dépositaires doivent effectivement se doter de plates-formes pour procéder à ces vérifications et mettre en place des filtres, le suivi des apurements et lancer éventuellement des processus d escalades. Nous procédions déjà à un contrôle des inventaires, mais pas des flux de liquidité. Nous allons pour notre part mutualiser les outils utilisés dans d autres départements de BNP Paribas Securities Services et réaliser des développements connexes pour intégrer ces nouvelles fonctionnalités. Nous anticipons de plus nombreuses sollicitations de la part des services comptables des sociétés de gestion, aussi les équipes France ont été renforcées et nous créons une équipe spécifiquement dédiée au suivi des flux de liquidités. La directive AIFM prévoit désormais une obligation d extension par transparence des obligations de conservation des actifs et de tenue de registre pour les actifs détenus par des sociétés contrôlées directement ou indirectement par le fonds ou la société de gestion. Quels impacts opérationnels sont à prévoir? Les dépositaires seront-ils en capacité d y répondre dans les délais? Les processus opérationnels de conservation et de tenue de registre sont identiques pour un FIA et pour une structure contrôlée. Cependant pour la conservation, la structure contrôlée doit ouvrir un compte titres auprès du dépositaire. 5

6 L obligation de désigner un dépositaire s étendant à tous les FIA, les gestionnaires de SCPI devront s y plier. Cette fonction n existant pas avant AIFMD au sein des banques dépositaires, celles-ci sont-elles en capacité actuellement à remplir l ensemble de leurs obligations sur ces nouveaux actifs? Comment vont être répercutés les coûts de cet investissement sur les prestations proposées aux SCPI? Les dépositaires ont déjà développé l expertise et les solutions pour assurer leur fonction de contrôle et de garde des actifs des OPCI. Nos solutions sont étendues aux SCPI en intégrant les spécificités de ces instruments (comptabilité des sociétés) et les pratiques du marché (comptabilité et gestion des associés internalisés chez les sociétés de gestion). Les investissements les plus significatifs concernent les nouvelles obligations du dépositaire en matière de tenue de registre, étendues aux actifs immobiliers réels, et de suivi des liquidités. Ces investissements recouvrent de nouvelles prestations, pour les SCPI mais aussi d autres FIA, qui feront l objet d une tarification adaptée. Nos solutions sont opérationnelles et nos équipes renforcées et nous serons en mesure d assurer la fonction dépositaire des SCPI lorsque les premiers agréments AIFM seront effectifs. Plusieurs sociétés de gestion nous ont d ores et déjà retenus comme partenaires sur cette activité. Reporting : les Guidelines de l Esma publiées le 1er octobre ont confirmé la complexité du reporting au régulateur que les AIFM devront produire par FIA, nécessitant de disposer de référentiels complexes, outils de reporting, et surtout de l ensemble des informations. Avoir recours à un prestataire externe paraît être la solution pour certains managers. Quelle offre de service pourra proposer le dépositaire? Le reporting est complexe dans la mesure où tous les FIA sont concernés et les données trouvent leur source chez des acteurs différents et doivent être transformées. Dans ce cadre, nous disposons en effet d une partie des données nécessaires. Notre prestation de services consiste en leur extraction des différents systèmes concernés, leur retraitement (tri, classification, calculs, ), leur consolidation et la mise au format requis pour les livrer à la société de gestion Un certain nombre de règles ont été définies par la directive et reprises dans le livre III du RGAMF concernant la gestion de la liquidité des FIA. En effet, les sociétés de gestion doivent veiller à la cohérence entre la stratégie d investissement, le profil de liquidité du FIA et sa politique de rachat. Quels services pouvez-vous proposer pour aider les AIFM à répondre à cette exigence? En tant que prestataire de service, nous mettons à disposition des AIFM un reporting comportant des indicateurs quantitatifs du profil de liquidité du FIA. Ce reporting permet de mesurer le risque de marché intrinsèque porté à l actif par le FIA (VaR) et le risque supplémentaire en cas de rachat au passif (temps et coût de liquidation) par classe d actif et pour chacune des positions du FIA. Enfin, ces deux mesures de risque, à l actif et au passif, sont synthétisées dans l indicateur bâlois de liquidité LCR (Liquidity Coverage Ratio). Propos recueillis par Charlotte Leclerc Daniela KLASEN- MARTIN Managing Director, Country Head, Luxembourg CRESTBRIDGE AIFM demande une fonction globale et permanente de gestion des risques. Quelles sont les responsabilités de la fonction de risque? Mettre en œuvre des politiques et procédures efficaces de gestion des risques afin de détecter, mesurer, gérer et suivre en permanence tous les risques liés à la stratégie d investissement de chaque FIA et auxquels chaque FIA est exposé ou susceptible d être exposé. Veiller à ce que le profil de risque du FIA communiqué aux investisseurs, soit compatible avec les limites de risque fixées. Contrôler le respect des limites de risque fixées et, si elle considère que le profil de risque du FIA est incompatible avec ces limites ou qu il existe un risque sensible qu il le devienne, informer rapidement la Direction Générale. Communiquer à la Direction Générale, à intervalles réguliers et selon une fréquence adaptée à la nature, à la taille et à la complexité des activités du FIA ou du gestionnaire, des informations actualisées sur les points suivants : la conformité du profil de risque du FIA communiqué aux investisseurs l adéquation et l efficacité de la méthode de gestion des risques, en indiquant notamment si des mesures correctives appropriées ont été prises ou seront prises en cas de défaillance effective ou prévue; Communiquer régulièrement aux instances dirigeantes des informations actualisées sur le niveau de risque actuel encouru par chaque FIA géré et sur tout dépassement effectif ou prévisible des limites de risque fixées, afin que des mesures rapides et appropriées puissent être prises. Comment organiser cette fonction? Cette fonction devra couvrir l ensemble des risques auxquels sont exposés les FIAs gérés: le risque de marché, le risque de crédit, le risque de liquidité, le risque de contrepartie, mais aussi le risque opérationnel, et les risques «corporate», liés par exemple à l adéquation des fonds propres à la taille du portefeuille, y compris la couverture du risque en matière de responsabilité professionnelle, si cette option est choisie ; Si une fonction de risque proprement dite n est pas encore existante, il sera nécessaire de regrouper l ensemble des tâches liées au Risques au sein d une même Direction, et vérifier que les effectifs sont suffisants au regard des nouvelles tâches spécifiées par AIFMD. Si plusieurs classes d actifs sont gérés au sein de l AIFM, il sera nécessaire de renforcer l expertise de l équipe de gestion de risque sur chaque classe d investissement, y compris les classes non-financières, telles que les investissements immobiliers et les participations financières (Private Equity Investments). 6

7 AIFMD exige la séparation de la fonction des Risques sur le plan fonctionnel et hiérarchique. Comment garantir l indépendance de la fonction tout en lui accordant suffisamment de pouvoir pour effectuer les contrôles nécessaires? Proposer un rattachement direct de la fonction de risque à la Direction Générale afin d assurer son indépendance et sa représentation au comité de direction, et limiter les risques potentiels de conflits d intérêts Organiser l accès complet de la Direction des Risques à l ensemble de l information nécessaire. Pour ceci, il sera nécessaire de bien établir des procédures de reporting de chaque département au responsable du risque. Ceci va de même pour toute fonction déléguées à des prestataires externes. Définir les modalités de reporting au comité de Direction et au conseil d Administration. Parmi les exigences de la Directive, l évaluation de la politique de gestion des risques, le contrôle et la vérification des systèmes de gestion des risques tient une part importante. Que préconisez-vous pour l organiser? L ensemble des activités de gestion des risques dans une et même politique de gestion des risques, à faire valider en comité de direction. Cette politique devra être réexaminée annuellement par la fonction de risque et/ou par le comité de Risk Management (si existant) et toute adaptation nécessaire devra être présentée en comité de direction et au conseil d administration, pour approbation avant de la transmettre au régulateur. Prévoir également dans la politique, les modalités de notification à l AMF de tout changement conséquent apportés au dispositif de gestion. La politique de gestion des risques doit préciser les limites qualitatives et quantitatives des fonds et des fonds de fonds sous gestion, et le contrôle de leur respect et de leur adéquation avec le profil de risque communiqué aux investisseurs. Comment mettre en œuvre de manière opérationnelle ces limites? Les AIFM sont-ils équipés des outils adéquats et formés aux calculs nécessaires? Il faut que les AIFM mettent en place des outils adéquats de mesures des risques d investissement (incluant les stress tests à effectuer périodiquement) sur l ensemble du périmètre de gestion. Pour chaque catégorie de risque, le gestionnaire doit établir des limites quantitatives, qui sont en ligne avec le profil de risque qui a été communiqué aux investisseurs. Si une limite quantitative ne peux pas être établie, il faut définir des limites qualitatives et justifier son choix auprès du régulateur. De nombreuses asset manager devront investir car ils ne sont pas équipés aujourd hui, ou alors choisir d externaliser cette fonction à un prestataire externe. Certaines difficultés sont à entrevoir, notamment sur certains actifs moins liquides, qui nécessiteraient d autres types de systèmes et surtout d autres compétences. Les fonctions clés effectuées par un AIFM sont la gestion du portefeuille et la gestion des risques. Es-ce que le gestionnaire peut déléguer la gestion des risques? Il est possible de déléguer entièrement ou partiellement la fonction de risque pourvu que la SdG garde une majorité des autres fonctions clé en interne. Le gestionnaire doit alors communiquer aux autorités compétentes les raisons objectives qui motivent la délégation; celles-ci seront décrites, expliquées et justifiées en détail. Si l option de délégation est choisie, il est impératif de garder les compétences et les outils nécessaires à une supervision adéquate des délégations, afin d éviter de devenir une «boite au lettres». Il est conseillé de nommer un membre du comite de direction en charge de la surveillance des délégations. La fonction de gestion des risques doit effectuer également une revue de la politique de valorisation. De même, l évaluation des actifs doit être effectuée de manière indépendante de la gestion. Quel est le niveau de préparation des AIFM sur ces sujets? A quelles difficultés majeures vont-ils être confrontés? Organisationnelles, ou plutôt techniques, notamment sur certains actifs non financiers (SCPI, SEF )? Le gestionnaire est responsable de la mise en œuvre d une politique d évaluation solide et transparente. Cependant, l évaluation des actifs peut être effectuée par l AIFM ou délégué en externe. Si la tâche d évaluation est effectuée en interne, le gestionnaire doit s assurer qu elle soit indépendante, sur le plan fonctionnel de la gestion du portefeuille et de la politique de rémunération et que des mesures soient prises afin d éviter les potentiels conflits d intérêt. La fonction de gestion des risques examine les politiques et procédures adoptées pour l évaluation des actifs et, le cas échéant, apporte l aide nécessaire en la matière. Il reste du ressort de l AIFM de s assurer que la politique d évaluation soit conforme à la réglementation, ce qui constitue un challenge non-négligeable. Si le gestionnaire ne peut pas assurer l évaluation en interne, pour des raison d organisation et/ou de compétences, il est impératif d établir des procédures précises de contrôle du processus d évaluation, de sa périodicité (selon la liquidité des investissements sous-jacents). Propos recueillis par Charlotte Leclerc Pour plus d informations, vous pouvez contacter : Jean-Fabrice FEUILLET, Associé, Tél.: Maxime GAUDIN, Associé, Tél.: Kurt Salmon est un cabinet de conseil en transformation des entreprises. La vocation des 1400 consultants de Kurt Salmon est d apporter aux dirigeants des entreprises le conseil et les idées originales qui ont un impact direct et concret sur la réussite de leurs projets et, en particulier, sur leurs projets de transformation.nos consultants en ressources humaines mettent leur vaste expérience au service d organisations publiques et privées qui souhaitent transformer leur culture et leurs organisations afi n de renforcer leur attractivité auprès de leurs salariés et des nouvelles recrues. Nous les aidons à mettre en œuvre les programmes de changements tant sur le volet humain qu organisationnel centrés sur les meilleures pratiques. Kurt Salmon, signe d excellence depuis

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris L actualité législative et réglementaire par les services de l AMF 12 12 e e 18 d information des des RCCI et

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion

DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion 2003-2013 DIRECTIVE AIFM Guide AIFM Société de gestion Avril 2013 Guide AIFM Société de Gestion 1. Définitions et textes applicables... 3 1.1. Quels sont les textes européens de référence?... 3 1.2. Qu

Plus en détail

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire?

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? Laurence Caron-Habib Responsable Affaires Publiques, BNP Paribas Securities Services JIR ASFFOR 18 septembre 2014 1 Agenda Introduction Directive AIFM

Plus en détail

ALERTE AIFM - 23 AVRIL 2013

ALERTE AIFM - 23 AVRIL 2013 ALERTE AIFM - 23 AVRIL 2013 Consultation publique sur les textes de transposition de la directive AIFM Le 17 avril 2013, la Direction du Trésor a soumis à consultation publique 1 les projets de mesures

Plus en détail

Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM

Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM La directive AIFM vise à permettre aux régulateurs de surveiller le risque

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 15/612

CIRCULAIRE CSSF 15/612 CMMISSIN de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 5 mai 2015 A tous les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs soumis à la loi du 12 juillet 2013 relative aux gestionnaires de fonds

Plus en détail

Atelier Revue Banque. Directive AIFM : Qu est-ce qui a changé? Mardi 24 septembre 2013. equinox. equinox

Atelier Revue Banque. Directive AIFM : Qu est-ce qui a changé? Mardi 24 septembre 2013. equinox. equinox Atelier Revue Banque Directive AIFM : Qu est-ce qui a changé? Mardi 24 septembre 2013 1 Intervenants Jérôme Abisset, directeur des affaires juridiques, AFG Dana Anagnostou, associé, Kramer Levin Hubert

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

AIFMD en France. Le rendez-vous à ne pas manquer

AIFMD en France. Le rendez-vous à ne pas manquer AIFMD en France Le rendez-vous à ne pas manquer Accédez directement à la rubrique de votre choix en sélectionnant les rectangles de couleurs, le sommaire ou les flèches de navigation Sommaire LE RÉGULATEUR

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Laurent Fessmann, Baker & McKenzie Luxembourg Sandrine Leclercq, Baker & McKenzie Luxembourg Anne Landier-Juglar, Caceis Baker & McKenzie Luxembourg

Plus en détail

Private Equity. Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM

Private Equity. Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM Private Equity Le secteur du Private Equity face à la Directive AIFM Private Equity 2 Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante, spécialisée dans l audit, le conseil et les services

Plus en détail

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1

Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE. Octobre 2012 CAPTEO 2012 1 Cabinet CAPTEO PRESENTATION GENERALE Octobre 2012 1 Identité du Cabinet CAPTEO Cabinet de Conseil en Stratégie, en Organisation et en Management exclusivement dédié à la Finance Notre expertise La Banque

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

Guide OPCI Mars 2015

Guide OPCI Mars 2015 Guide OPCI Mars 2015 1 LE CADRE GÉNÉRAL 2 LES ACTEURS 3 LA CONSTITUTION ET LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES 4 PARTICULARITÉS 5 L ACTIF 6 L ENDETTEMENT 7 LA GESTION LOCATIVE 8 FRAIS ET COMMISSIONS 9 LA

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

Directive AIFM, loi Pinel, distribution via l assurance-vie : premiers bilans et scenarii post-évolutions réglementaires

Directive AIFM, loi Pinel, distribution via l assurance-vie : premiers bilans et scenarii post-évolutions réglementaires 11 retours d expérience 9h de networking 100% des acteurs présents 10 e Anniversaire de la Conférence Annuelle Directive AIFM, loi Pinel, distribution via l assurance-vie : premiers bilans et scenarii

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

3. LE LIVRE BLANC SUR LE MARCHE UNIQUE

3. LE LIVRE BLANC SUR LE MARCHE UNIQUE 3. LE LIVRE BLANC SUR LE MARCHE UNIQUE DES FONDS D INVESTISSEMENT ET LES IMPACTS PREVISIBLES POUR LES EPARGNANTS-INVESTISSEURS FRANÇAIS ÉTUDE REALISEE PAR EUROFI POUR LE COMITE CONSULTATIF DU SECTEUR FINANCIER

Plus en détail

«Transformez vos risques en valeurs»

«Transformez vos risques en valeurs» «Transformez vos risques en valeurs» Version de démonstration : pour consulter la version complète, contactez Hiram Finance Régulation des marchés financiers - Revue technique Mois d octobre 2011 (n 7

Plus en détail

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT

Fonds de placement en Suisse. Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Fonds de placement en Suisse Définitions Fonctionnement Poids économique OMPACT Table des matières Page Avant-propos 3 Définitions 4 Fonctionnement d un fonds de placement 6 Caractéristiques des fonds

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement

Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement Textes de référence : articles L. 214-12, L. 214-37, R. 214-40, R. 214-41, R. 214-53, R. 214-54, R. 214-71 et R.

Plus en détail

Analyse de la seizième résolution présentée à l assemblée générale des associés commanditaires d Altamir en date du 24 avril 2014

Analyse de la seizième résolution présentée à l assemblée générale des associés commanditaires d Altamir en date du 24 avril 2014 Moneta Asset Management Monsieur Romain Burnand 17 rue de la Paix 75002 Paris Paris, le 7 avril 2014 Lettre d opinion Analyse de la seizième résolution présentée à l assemblée générale des associés commanditaires

Plus en détail

Sommaire. Document créé le 18 décembre 2012, modifié le 4 février 2015 1/48

Sommaire. Document créé le 18 décembre 2012, modifié le 4 février 2015 1/48 Position - recommandation AMF Guide d élaboration du programme d activité des sociétés de gestion de portefeuille et des placements collectifs autogérés DOC-2012-19 Textes de référence : articles 311-1,

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel 2 Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

BNP Paribas Diversipierre. Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable. Document à caractère publicitaire

BNP Paribas Diversipierre. Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable. Document à caractère publicitaire BNP Paribas Diversipierre Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable Document à caractère publicitaire RISQUES BNP Paribas Diversipierre est un OPCI (Organisme de Placement Collectif

Plus en détail

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2014

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2014 L Agilité à votre service Rapport d activité 2014 00 Sommaire Mot des Présidents 02 Chiffres clés 03 Notre actionnariat 03 Le Conseil d Administration 04 Le Comité de Direction 05 Notre mission & nos services

Plus en détail

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise PIERRE PLUS Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable Immobilier d entreprise CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI PIERRE PLUS présente les

Plus en détail

CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS. Mercredi 26 novembre 2014

CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS. Mercredi 26 novembre 2014 CONFÉRENCE MIF II PROTECTION DES INVESTISSEURS Mercredi 26 novembre 2014 1 Sommaire 1. Conflits d intérêts pp. 3-16 Dispositions générales Gouvernance produits Placement et prise ferme Inducements (avantages)

Plus en détail

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP)

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) S informer sur Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Sommaire Quels sont les OPCVM de

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

Zoom sur la directive MiFID 2 et le règlement MiFIR

Zoom sur la directive MiFID 2 et le règlement MiFIR 1 of 7 01-04-2015 13:43 Nous vous recommendons de vérifier les paramètres de votre imprimante avant d'imprimer la newsletter électronique. Dans l'onglet 'Prévisualiser', veuillez cocher la case 'Adapter

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014

Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 Rapport sur la politique de vote de La Francaise Asset Management Exercice des Droits de Vote en 2014 1/6 SOMMAIRE CHAPITRE 1 : L ORGANISATION INTERNE DE LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT ET L EXERCICE DES

Plus en détail

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : Souscription ouverte jusqu au 21 juin 2012 sous certaines conditions* (pour les parts A1) Souscription ouverte jusqu au 31 décembre 2012 (pour les parts A2) Diversifiez votre patrimoine financier avec

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

DÉCRYPTAGE. spécial. TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE AIFM EN DROIT FRANÇAIS LES IMPACTS SUR LA FONCTION DéPOSITAIRE. Novembre 2013

DÉCRYPTAGE. spécial. TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE AIFM EN DROIT FRANÇAIS LES IMPACTS SUR LA FONCTION DéPOSITAIRE. Novembre 2013 spécial DÉCRYPTAGE Novembre 2013 TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE AIFM EN DROIT FRANÇAIS LES IMPACTS SUR LA FONCTION DéPOSITAIRE CACEIS publie les différents textes sur la fonction dépositaire (Code monétaire

Plus en détail

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2013

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2013 L Agilité à votre service Rapport d activité 2013 00 Le choix du thème de l origami pour le rapport d activité 2013 de EFA illustre notre agilité, notre expertise et notre savoir-faire. Basé sur la création

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg Siège : 49, avenue J. F. Kennedy L-1855 Luxembourg Registre du Commerce : Luxembourg, B-63.116 INFORMATION AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT Date de mise à jour : janvier 2010 POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT A titre indicatif CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE a pour objectif de réaliser une performance

Plus en détail

Gestion financière et. Assurance Vie au Luxembourg

Gestion financière et. Assurance Vie au Luxembourg Gestion financière et Assurance Vie au Luxembourg 1- IGEA Finance : Présentation de la structure IGEA Finance - Gestion financière et Assurance Vie au Luxembourg La Société de Gestion IGEA Finance La structure

Plus en détail

Ratios. Réglementation prudentielle des OPC. Juillet 2014 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT

Ratios. Réglementation prudentielle des OPC. Juillet 2014 LE CADRE GÉNÉRAL RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT LE CADRE GÉNÉRAL Réglementation prudentielle des OPC RÈGLES GÉNÉRALES DE COMPOSITION DES ACTIFS ET RATIOS D INVESTISSEMENT Ratios RÈGLES APPLICABLES PAR CATÉGORIE D OPC Juillet 2014 AUTRES RATIOS ANNEXES

Plus en détail

Forbearance et Non-Performing Exposures

Forbearance et Non-Performing Exposures Forbearance et Non-Performing Exposures Précisions sur les notions de Forbearance et Non-Performing Exposures suite à la publication de l EBA du 20 février 2014 Dans sa publication finale du 20 février

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

SICAV Agréée CSSF Code ISIN LU0685178344

SICAV Agréée CSSF Code ISIN LU0685178344 Un produit de placement différenciant et solide SICAV Agréée CSSF Code ISIN LU0685178344 RÉSERVÉ EXCLUSIVEMENT AUX INVESTISSEURS QUALIFIÉS* - NON DESTINÉ À LA COMMERCIALISATION *au sens de la directive

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

(Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 53, paragraphe 1,

(Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 53, paragraphe 1, 12.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 173/349 DIRECTIVE 2014/65/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 concernant les marchés d instruments financiers et modifiant la directive

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Les organismes de placement collectif immobilier

Les organismes de placement collectif immobilier Les organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Régime juridique Émilie Capron Avocat 5 e édition augmentée et mise à jour notamment des dispositions de la loi de régulation bancaire et financière

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Société d investissement à capital variable Siège social : 49, avenue J.F. Kennedy, L-1855 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-119.

Société d investissement à capital variable Siège social : 49, avenue J.F. Kennedy, L-1855 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-119. Société d investissement à capital variable Siège social : 49, avenue J.F. Kennedy, L-1855 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-119.899 (la «Société») AVIS IMPORTANT AUX ACTIONNAIRES DE Luxembourg, le 8 mai

Plus en détail

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS?

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS? Order Management System L Order Management System (OMS) d hier visait avant tout à automatiser les communications internes, en permettant au trader de collecter électroniquement les ordres et les instructions

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF.

Hubert de Vauplane avocat associé. Contrôle interne: les apports de la jurisprudence. Sommaire. Jurisprudence AMF. Hubert de Vauplane avocat associé Contrôle interne: les apports de la jurisprudence des commissions de sanction ACP/AMF Sommaire Jurisprudence ACP Indépendance La fonction de contrôle des risques doit

Plus en détail

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2014 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP AMUNDI FRANCE DEVELOPPEMENT 2014 investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : FIP Amundi France Développement 2014 Fonds d investissement de Proximité : Ile de France, Bourgogne, Rhône Alpes Provence Alpes Côte d Azur Parts A1 : éligibles à la réduction ISF commercialisation ouverte

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Cette politique du Groupe La Française a pour but de décrire le dispositif de suivi et de traitement des demandes d informations

Plus en détail

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes ISATIS Antin FCPI 2014 Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel Commissaire aux comptes Le capital investissement un enjeu majeur : pour notre économie, l emploi et

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS

LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS SECURITIES SERVICES LE PARTENARIAT SOCIETE GENERALE SECURITIES SERVICES CREDIT SUISSE ASSET MANAGEMENT : UNE ETUDE DE CAS Compte tenu des contraintes réglementaires grandissantes, de la complexité accrue

Plus en détail

L OPCI. Le cadre général. Les acteurs. L agrément de l OPCI. Les actifs éligibles. L évaluation des actifs MISE A JOUR SEPTEMBRE 2009

L OPCI. Le cadre général. Les acteurs. L agrément de l OPCI. Les actifs éligibles. L évaluation des actifs MISE A JOUR SEPTEMBRE 2009 Le cadre général Les acteurs L OPCI L agrément de l OPCI Les actifs éligibles L évaluation des actifs MISE A JOUR SEPTEMBRE 2009 L endettement et le financement La gestion locative La distribution La fiscalité

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS Le présent règlement, spécifique aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier.

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier. Ce texte a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seul le texte publié au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg fait foi. Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes

Plus en détail

Guide pratique des OPCVM

Guide pratique des OPCVM 2010 Guide pratique des OPCVM Service Education des Epargnants CDVM V 3 06/10/2010 Produits de gestion collective OPCVM Les OPCVM au Maroc Qu est ce qu un OPCVM Comment fonctionnent-ils? Quels sont les

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015

Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés MAI 2015 Rapport sur l application de la Loi sur les instruments dérivés mai 2015 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé,

Plus en détail

LES SOCIÉTÉS DE GESTION D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN DROIT LUXEMBOURGEOIS

LES SOCIÉTÉS DE GESTION D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN DROIT LUXEMBOURGEOIS LES SOCIÉTÉS DE GESTION D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN DROIT LUXEMBOURGEOIS Jacques Elvinger Avocat Elvinger, Hoss & Prussen Isabelle Maryline Schmit * Attaché de direction Commission de surveillance

Plus en détail