Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements"

Transcription

1 Traitement des Gaz Acides : E njeux et Nouveaux Développements J o u r n é e s d u P é tr o le s, P a r is o c to b r e

2 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés disponibles E njeux techniques E xemples de développements technologiques en cours en France

3 L a désacidification des gaz naturels Quoi: - e n le v e r H 2 S, C O 2 d e s g a z n a tu r e ls - m a is a u s s i le s c o m p o s é s o r g a n iq u e s s o u fr é s : C O S, R S H, Pourquoi: - c o r r o s iv ité - to x ic ité (H 2 S, C O S, R S H ) - im p a c t s u r l e n v ir o n n e m e n t - p o u v o ir c a lo r ifiq u e d u g a z /c o û t d e tr a n s p o r t - im p a c t s u r le s u n ité s e n a v a l, e x : r is q u e d e c r is ta llis a tio n d u C O 2 lo r s d e la liq u é fa c tio n d u G N, c o n c e n tr a tio n d e s C O S /R S H d a n s le s L G N Combien: - le s G N c o n tie n n e n t d e s p r o p o r tio n s tr è s v a r ia b le s d H 2 S e t/o u C O 2 : d e q q p p m à p lu s ie u r s d iz a in e s d e % - le s te n e u r s e n e s p è c e s o r g a n iq u e s s o u fr é e s v a r ie n t h a b itu e lle m e n t d e 0 à q u e lq u e s c e n ta in e s d e p p m v

4 P rincipales étapes et spécifications GN D é s a c id ific a tio n S pec. G az a c id e S pec. G az tr a ité S pec. é m is s io n U s in e à s o u fr e S pec. S o u fr e

5 S pécifications usuelles Gaz traité - H 2 S 4 p p m v (p ip e lin e ) < 1 p p m v - C O 2 : 2 % v o l (p ip e lin e ), 5 0 p p m v (liq u é fa c tio n ) < 2 0 p p m v - R S H : pp m v - S to ta l: p p m v Gaz acide - s p e c. lié e s a u C la u s e n a v a l: te n e u r s e n B T X, C O 2, R S H - s p e c. lié e s à la r é in je c tio n s e lo n l a p p lic a tio n (e x E O R ) S oufre - p u r e té : % - H 2 S r é s id u e l: 1 0 p p m w - a u tr e s : te n e u r e n c e n d r e s, e n c a r b o n e E nvironnement f(législation locale) - ta u x d e r é c u p é r a tio n d u s o u fr e : % - H 2 S e n s o r tie d in c in é r a te u r : 1 0 p p m v - B T X, C O, H C, S O 2 (c f ta u x d e r é c u p é r a tio n d u s o u fr e )

6 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés disponibles E njeux techniques E xemples de développements technologiques en cours en France

7 P rincipaux procédés de désacidification S c a v e n g e r s liq u id e s / s o lid e s (H 2 S ) A d s o r p tio n R e d o x (S u lfin t H P ) (H 2 S ) A m in e s S o lv a n ts h y b r id e s S o lv a n ts p h y s iq u e s M e m b ra n e s C r y o g é n ie 1 00 p p m v 1 00 % vo l p p m v 1 % vol T e n e u r e n g a z a c id e s 1 0 % vol

8 L e d é v e lo p p e m e n t d e s p r o c é d é s A d v A m in e T M DEA (20% ) DEA (40% ) DEA (30% ) Démarrage de la première unité à la DEA à Lacq MD 1987 Sé A E tiv c e l HiL o a d DEA Désacidification M DEAm a x e 1er Choc Pétrolier 2000 Enlèvement d H 2S E ne ze rg i d E D M A Réduction des coûts d investissement et des consommations d énergie E nergized M DEA Désacidification P lus de 140 unités référencées

9 L a chaîne soufre GN D é s a c id ific a tio n G a z a c id e H 2S / C O 2 E n r ic h is s e m e n t (O p tio n ) G N doux A tm. In c in é r a tio n CO2 H 2S C la u s A ir /O 2 G az de queue S liq u id e D égazage/ s o lid ific a tio n H 2S C la u s p o l S u lfr e e n T M S u ltim a te T M

10 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés disponibles E njeux techniques E xemples de développements technologiques en cours en France

11 Réserves de gaz acides avec CO2>2% et/ou H 2S >100ppm Total 2576 Tcf (sauf Amérique du Nord) 40% des réserves en place sont acides E x URS S 641 Tcf EUROPE 40 Tcf M OYE N-ORI ENT 1552 Tcf ASI E-OCE ANI E 249 Tcf AFRI QUE 35 Tcf AM ERI QUE DU SUD 59 Tcf CO2 H2 S CO2 + H2S S ource: Total - Iris 21 database from IHS Energy June 2004

12 E njeux liés à la production de gaz très acides U n c o û t te c h n iq u e é le v é Ordres de grandeurs indicatifs Production de GN de pipe Feed : 440 MMSCFD Raw Gas avec réinjection with H2S re -injection GN Sales export GAS Sales GAS %GN MMSCFD brut MMSCFD Gaz doux Sweet Sweet Gas Very GN trèssour 20 % acide 20 % Acid Gas Super -Sour GN super 40 % acide 40 % Acid Gas % % % CAPEX CAPEX U$ MMUS$ U$ MM MM OPEX OPEX Arbitrary MMUS$/year Arbitraryunit unit 100 % % % % % % 200 $/MMBTU $/MMBTU % 200% % Technical Cost Coût technique Technical Cost Note: Gaz acide = H2S+CO2 Source: Total U n m a r c h é d u s o u fr e s a tu r é M a lg r é u n e a u g m e n ta tio n r é c e n te tr è s fo r te d e s p r ix d u s o u fre U n e p r e s s io n c r o is s a n te p o u r r é d u ir e le s r e je t s d e C O 2

13 P rincipaux enjeux technologiques R é d u ir e le s c o û t s d e t r a ite m e n t (g lo b a le m e n t) R é p o n d r e à d e s s p é c ific a tio n s p lu s s é v è r e s, n o t a m m e n t s u r le s im p u r e té s (p a r e x. s o u fr e to ta l, a r o m a t iq u e s, ) T r a ite r le s g a z tr è s /s u p e r a c id e s R é d u ir e le s r e je ts d e C O 2 N o u v e lle s a p p lic a tio n s (e x F P S O G N L )

14 S ommaire Objectifs du traitement des gaz acides P rincipaux procédés disponibles E njeux techniques E xemples de développements technologiques en cours en France A m é lio r a tio n d e s p r o c é d é s d e la v a g e a u x a m in e s (T o ta l IF P P r o s e r n a t) S p r e x (T o ta l IF P P r o s e r n a t) N o u v e a u x s o lv a n ts p o u r l e n lè v e m e n t d e s R S H : s o lv a n t h y b r id e (T o ta l) s o lv a n t c h im iq u e à b a s e d o lé fin e s (I F P )

15 L es axes d amélioration des procédés de lavage aux amines R é d u ir e le s c o û t s : u tilis a tio n d e g a r n is s a g e s m a x im is e r le s ta u x d e c h a r g e s d e s a m in e s (m o l G A /m o l d a m in e ) p r o p o s e r d e s s c h é m a s in té g r é s d e tr a ite m e n t E n lè v e m e n t d u C O S, p a r r é a c tio n a v e c le s a m in e s s e c o n d a ir e s A m é lio r e r la r e p r é s e n ta t io n d e s p h é n o m è n e s, n o ta m m e n t p o u r le s im p u r e té s R é g é n é r a t io n s o u s p r e s s io n, e n v u e d e r é in je c t io n / r é g é n é r a t io n é ta g é e A p p lic a tio n s F P S O

16 M oyens d essais d internes de colonnes à l I FP Maquette froide : D=1m et H=5 m, caractérisation de plateaux ou garnissages Maquette Bi-Dim : étude de plateaux innovants

17 E xemple de schéma multi-fonctions intégré To Incinerator Tail Gas Absorber Flashed Acid Gas Pre-treated Gas Tail Gas SRU Hot Pre-Flash Column Flash Gas Acid Gas D é s a c id ific a tio n d u GN E n r ic h is s e m e n t p a r tie l du G A Absorber Sour Gas Regenerator Source: New Upstream Gas Treating Facilities To Maintain LNG Production Plateau B. Duchemin & M. Ilyasak Qatargas Séminaire IFP OAPEC Juin 2008 R é d u c tio n d e la te n e u r e n B T X d u G A T r a ite m e n t d u g a z d e queue

18 Un nouveau procédé pour le traitement des gaz super acides: S prex H 2S = 1 0 % S prex TEG G a z t r a ité Fuel gas -30 c H 2 S >2 5 % energizedm D E A V e rs C la u s G r o u p e fr o id GN H 2 S S o u p P u its G a z A c id e de r é in je c tio n

19 S prex : évaluation technico-économique D éb it GN M M Sm 3D 4,6 (1 6 5 M M S C F D ) P r essio n d e t r ait em en t B ar g 7 0 ( p s i g ) P r essio n d e r éin j ec t io n B ar g ( p s i g ) C o m p o sit io n G N vol % H 2 S : 3 4,9 S p ec s g az t r ait é C O 2 : 7,5 C 1 : 5 6,5 H 2S : 4 p p m v o l. C 2 + : 1,1 CO2 : 2 vol % M M U S$ 1 53 S p rex + A m in e + IAG 1 28 C o n s. élec t r iq u e MW % C o n s. V ap eu r MW % A m in e + I A G CAPEX Gain 16%

20 P oints clés validés lors du développement HSE P o s s ib ilité d o p é r e r le p r o c é d é s a n s s é c h a g e d u g a z e n a m o n t n i in je c tio n d a n ti-h y d r a te C o r r o s io n O p é r a b ilit é C h o ix d e s é q u ip e m e n ts D im e n s io n n e m e n t m o d è le C o n tr ô le d e s p e r t e s e n h y d r o c a r b u r e s (C 1 /C 2 ) p a r le ta u x d e r e b o u illa g e

21 L e pilote de L acq

22 S prex & S prex CO2 : P rincipales étapes de développement P r e m ie r b r e v e t A c q u is itio n d e d o n n é e s th e r m o d y n a m iq u e s E tu d e s d e c o r r o s io n D é v e lo p p e m e n t d e s c h é m a s d e p r o c é d é n o u v e a u x b r e v e ts 2002 D é c is io n d e fa ir e u n p ilo te à L a c q E tu d e s d e s é c u r ité C o n c e p tio n, r é a lis a tio n e t in s ta lla tio n d u p ilo te m id E s s a is p ilo te : é tu d e s c o m p lé m e n ta ir e s d a m é lio r a tio n d u p ro c é d é V a lid a tio n d u p r o c é d é S p r e x, d é b u t d e c o m m e r c ia lis a tio n p a r P ro s e rn a t E tu d e s d o p tim is a tio n (S p r e x & S p r e x C O 2 ) 2008 V a lid a tio n d u p r o c é d é S p r e x C O 2

23 S prex CO2 E x tr a p o la tio n d e la te c h n o lo g ie S p r e x p o u r l e n lè v e m e n t d u C O 2 E t u d e s d o p tim is a tio n d e s c h é m a s F o n c tio n n e m e n t e n d e h o r s d e la z o n e d e c r is ta llis a tio n d u C O 2 T e m p é r a tu r e a u b a llo n d e tê te -5 0 /-5 5 C B e s o in d u n s é c h a g e e n a m o n t d e l u n ité S p r e x C O 2 (ta m is, D r iz o ) G a z tr a ité à % C O 2 r é s id u e l (lim ite t e c h n iq u e # 1 0 % v o l) D o m a in e d in té r ê t é c o n o m iq u e : G N a v e c C O 2 > 3 5 % v o l G a in d é n e r g ie 5 0 %, p o u r u n g a z à % C O 2 /m e m b r a n e s 2 é ta g e s

24 E nlèvement des mercaptans G a z a c id e H 2S, C O 2 V e r s C la u s G a z tr a ité V e rs s é c h a g e GN S o lv a n t h y b r id e G a z a c id e H 2S, C O 2 RSH GN GN G a z a c id e H 2S, C O 2 V e r s C la u s A m in e A m in e Séchage G az doux + R SH HC BTX T a m is H 2 O /R S H C la u s T r a it. G a z re g. R S H v e r s C la u s G a z tr a ité D é g a z o l. G a z tr a ité LG N T r a it.l G N (S u lfr e x ) (+ HC?) DSO

25 Développement d un nouveau solvant hybride par Total S c r e e n in g d e n o u v e lle s m o lé c u le s p o u r u tilis a tio n e n m é la n g e : a m in e (D E A ) + s o lv a n t p h y s iq u e + e a u s é le c tio n d u n e m o lé c u le A c q u is itio n d e d o n n é e s e t m o d è le s im p lifié E s s a is s u r p ilo te d e la b o r a to ir e Im p a c t d e l a jo u t d e la m o lé c u le s u r : - M oussage OK - D é g r a d a tio n OK - C o r r o s io n OK D é m o n s tr a tio n in d u s tr ie lle p a r s w a p d e s o lv a n t (a jo u t d e la m o lé c u le s é le c tio n n é e ) s u r le s u n ité s d e L a c q : - d e ju ille t à fin (d a te d e l a r r ê t d e l U n ité T 9 ) - d e p u is fé v r ie r , a u tr e u n ité e n o p é r a tio n a v e c le n o u v e a u s o lv a n t E n c o u rs : - é v a lu a tio n s te c h n ic o -é c o n o m iq u e s e t p o s itio n n e m e n t d u p r o c é d é - d é v e lo p p e m e n t d u n o u til d e s im u la tio n r ig o u r e u x

26 P remiers résultats du swap de solvant à L acq F o n c tio n n e m e n t s ta b le B o n n e é lim in a tio n d e s R S H : 6 0 % (D E A ) 9 5 % (D E A + m o lé c u le p h y s iq u e ) F a ib le c o -a b s o r p t io n d H C : <1 % B e s o in d a u g m e n t e r le d é b it d e s o lv a n t p o u r m a in t e n ir le s p e r f. H 2 S /C O 2 (ju s q u à % ) R e b o u illa g e r é d u it S ource: Total

27 Développement d un nouveau solvant chimique pour l enlèvement des mercaptans par l I FP P r in c ip e d e b a s e : r é a c tio n d e s m e r c a p ta n s a v e c le s o lé fin e s, e x : H3C H3C + CH3 H3C R S H H3C CH3 S R R é a c tio n s é le c tiv e a v e c R S H e t H 2 S u n iq u e m e n t, e n p r é s e n c e d u n c a ta ly s e u r R é a c tio n r é v e r s ib le : le s o lv a n t e s t r é g é n é r a b le à c h a u d e n p r é s e n c e d u n c a ta ly s e u r p r o d u c tio n d u n flu x d e m e r c a p ta n s F a ib le d é b it d e s o lv a n t: c o -a b s o r p tio n H C lim ité e, m a lg r é la n a tu r e d u s o lv a n t M is e e n œ u v r e e n a v a l d e la d é s a c id ific a tio n F a is a b ilité e n c o u r s d é v a lu a tio n

28 E xemple de mise en oeuvre G a z a c id e H 2S + C O 2 A m in e G a z tr a ité G az doux + RSH R é a c te u r d a b s o r p tio n P u rg e d e s o lv a n t GN RSH R é g é n é r a tio n th e r m iq u e c a ta ly t iq u e

29 Conclusions L e t r a ite m e n t d e s g a z n a tu r e ls a c id e s c o n s tit u e u n e n je u im p o r ta n t p o u r l in d u s tr ie d u g a z n a t u r e l: - e n r a is o n d u g r a n d n o m b r e d e g is e m e n ts c o n c e r n é s - e n r a is o n d u c o û t e t d e l im p o r ta n c e d e s u n ité s d e tr a ite m e n t r e q u is e s M a lg r é l e x is te n c e d e n o m b r e u s e s s o lu tio n s t e c h n o lo g iq u e s é p r o u v é e s d im p o r ta n t s tr a v a u x d e R & D r e s t e n t n é c e s s a ir e s p o u r r é p o n d r e a u x d é fis d e : - r é d u c tio n d e s c o û ts e t c o n s o m m a tio n s d é n e r g ie s p é c ific a tio n s d e p lu s e n p lu s s é v è r e s tr a ite m e n t d e s g a z s u p e r a c id e s m in im is e r l im p a c t e n v ir o n n e m e n ta l s a d a p te r a u b e s o in d e c a p te r e t r é in je c te r le C O 2 L e s t e c h n o lo g ie s d é v e lo p p é e s e n F r a n c e d a n s c e d o m a in e s o n t b ie n p la c é e s g r â c e à : - u n e e x p é r ie n c e d e p lu s d e 5 0 a n s - u n e p r é s e n c e in te r n a tio n a le - d e s e ffo r ts d e R & D im p o r ta n ts

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

COMMUNIQUÉS DE PRESSE 2 COMMUNIQUÉS DE PRESSE Quand vous commencez à rédiger un communiqué de presse, vous vous demandez certainement Comment susciter l intérêt de la presse et des médias en ligne? Comment me différencier du

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

Cisco T e l e p r e se n ce n ou v e l l e e x p ér ie n ce col l a b or a t ion : u n e d e Mathieu in tr at Sales Business ev elo ent anag er unic at io ns nif iées in tr at@ is 2 5 Mar s 2 0 0 8 1 Cisco

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Enseigner les Sciences de l Ingénieur en CPGE Séminaire Lycée e Raspail Juillet 2011 1 Sommaire 9h30 10 h Ouverture du séminaire Claude Bergmann 10h 12h Enseignement des SII en CPGE Jacques Aïache Compétences

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

UTILISATION DU LOGICIEL DE GESTION DE PROJET PSN «Project Scheduler Network»*

UTILISATION DU LOGICIEL DE GESTION DE PROJET PSN «Project Scheduler Network»* UTILISATION DU LOGICIEL DE GESTION DE PROJET PSN «Project Scheduler Network»* * Scitor Corp. / Le Bihan et Cie 1 LOGIQUE GÉNÉRALE D UTILISATION 2 MISE EN PLACE DE LA METHODE «CPS» Structure et Codag e

Plus en détail

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e Aménager Développer Anticiper Yann Arthus-Bertrand / Altitude. , u n a c t e u r m a j e u r d e l aménagement Le g r o u p e SOFIREL, f o rt d e la réalisation

Plus en détail

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE?

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE? 5èmes Rencontres parlementaires sur la Société de l information et l Internet «La s o c ié té d e l in fo rm at io n e u ro p é e n n e e xige d è s au jo u rd 'h u i : - Un e gran d e am b itio n p o

Plus en détail

My World. Anywhere, Anytime, Anyhow

My World. Anywhere, Anytime, Anyhow My World. Anywhere, Anytime, Anyhow 1 Domaines d activité Nos domaines d activité 1. Recherche & Développement et commercialisation 1. Recherche & Développement et commercialisation de solutions et services

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne

L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne Directeur Général : Pr Gilles Brücker Nantes 9 novembre 2007 www.invs.sante.fr Institut de Veille sanitaire (InVS) www.invs.sante.fr Création :

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Niveau quatrième : Confort et domotique

Niveau quatrième : Confort et domotique Niv iè : Cofo dooi L L yè d d ff P 2 L io iv P 3 P d'gi li ff P 4 Co i? P 5 Coiio d' yè P 6 Ex d' yè P 7 15 Pocd d ff P 16 21 Él d ff P 22 L viio bio P 23 Viio logi L io iv Q'-c ' io iv? l'ogiio d io ol

Plus en détail

architects nicolas desmazieres a n o u k legendre

architects nicolas desmazieres a n o u k legendre nicolas desmazieres a n o u k legendre P R E S E N T A T I O N agence d architecture et d urbanisme anouk legendre / co-gérante, architecte dplg associée, urbaniste, dea d aménagement, enseignante nicolas

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales Analyse des données relatives à la dose aux patients Etudes de dose triennales Dosimétrie des patients Directives de l AFCN La DE MED 97 impose l optimisation des expositions fins médicales à des fins

Plus en détail

La puissance des Etats-Unis d Amérique

La puissance des Etats-Unis d Amérique La puissance des Etats-Unis d Amérique Sur quoi est fondée la réussite de la première puissance mondiale et comment le pays parvient-il à surmonter les difficultés et les agressions extérieures? Sommaire

Plus en détail

AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES

AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES I t o ctio Le Novembre 0, un Décret et un Arrêté imposent la réalisation d audits énergétiques pour près de 000 nouvelles entreprises en France. Ils viennent

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF LE PROJET PEDAGOGIQUE LA PRATIQUE SPORTIVE LA VIE ASSOCIATIVE

LE PROJET EDUCATIF LE PROJET PEDAGOGIQUE LA PRATIQUE SPORTIVE LA VIE ASSOCIATIVE LE PROJET EDUCATIF LE PROJET PEDAGOGIQUE LA PRATIQUE SPORTIVE LA VIE ASSOCIATIVE Il s articule autour de 3 grands points: 1 / Accueillir, s esprit sélectif, tous les jeunes joueurs, dès l âge de 6, désirant

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

ESTIMATIONS DES CHARGES D UN PROJET DE SYSTEME D INFORMATIONS. 05/09/2007 V1.0 Gestion projets - Estimation charges 1

ESTIMATIONS DES CHARGES D UN PROJET DE SYSTEME D INFORMATIONS. 05/09/2007 V1.0 Gestion projets - Estimation charges 1 ESTIMATIONS DES CHARGES D UN PROJET DE SYSTEME D INFORMATIONS 05/09/2007 V1.0 Gestion projets - Estimation charges 1 - Risques projets Sommaire: - Estimation des charges - Méthodes d Estimation 05/09/2007

Plus en détail

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 1 2 Sommaire 1 P ré se n ta tio n d u G ro u p e S o c ié té G é n é ra le 4 2 P ro fi l d e la S o c ié té G é n é ra le d e B a n q u e s a u B é n in 5 3 L e s D irig e a

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

3 d i s t r i b u t i o n. 4 l h i s t o i r e. 7/11 l é q u i p e

3 d i s t r i b u t i o n. 4 l h i s t o i r e. 7/11 l é q u i p e 3 d i s t r i b u t i o n 4 l h i s t o i r e 5 u n e c o m m a n d e d é c r i t u r e 6 i n t e n t i o n s d e m i s e e n s c è n e 7/11 l é q u i p e 11 l e T h é â t r e d u P h a r e 12 P a r t

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E)

d e a u : S im u la t io n s à é c h e lle r é d u it e (C ETU P ô le V E) S y s t è m e s f ix e s d a s p e r s io n d e a u : S im u la t io n s n u m é r iq u e s e t e x p é r im e n t a t io n à é c h e lle r é d u it e X. P o n t ic q (C ETU P ô le V E) L e s é t u d e

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr i & V : SA E b i i 1 3 2 0 1 Ai 0800 9 h P i iè P i i i i S j C i Si E ) i Ti (i ib i Q,. bq i, FA V k, Pi b h iè i Si b, D Z, P E q Si-i SAV ET RÉPARATION S hiq : E q SSII VAR, i hiq Jh i h 0800 910 231.

Plus en détail

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi.

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi. PLATEFORME DE VENTE EN LIGNE Cette plateforme de vente par Internet est une solution intégrant de nombreuses fonctionnalités indispensables à la mise en place d'un site e-commerce. Elle peut fonctionner

Plus en détail

Kaseya 2. Guide de démarrage rapide. pour VSA 6,0

Kaseya 2. Guide de démarrage rapide. pour VSA 6,0 Kaseya 2 Mise en route Guide de démarrage rapide pour VSA 6,0 June 10, 2010 About Kaseya Kaseya is a global provider of IT automation software for IT Solution Providers and Public and Private Sector IT

Plus en détail

Le PLS. montage et mise en place

Le PLS. montage et mise en place Le PLS montage et mise en place Caractéristiques du PLS 2 Prêt réglementé nécessitant une Décision Favorable d Agrément de la DDE et la signature d une convention APL d une durée de 15 ans minimum à 30

Plus en détail

Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique

Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique Concevoir une chèvrerie Evolutive et économique Chèvrerie 90 places avec fromagerie annexe Chèvrerie 200 places évolutive DOSSIER réalisé par Chambre d Agriculture des Deux Sèvres Maison de l'agriculture

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Mise en place de liaisons «Online» dans le domaine de la police

Mise en place de liaisons «Online» dans le domaine de la police Mise en place de liaisons «Online» dans le domaine de la police Rapport de la Commission de gestion du Conseil des Etats du 19 novembre 1998 5200 1999-4445 Rapport 1 Introduction 11 Problématique Le phénomène

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples Plan Notions de programmation de base Classes et Objets Les fonctions amies La surdéfinition d op ateu s Les patrons de fonctions

Plus en détail

Association Départementale O.C.C.E de Loire-Atlantique 47 boulevard Jean MOULIN, 44 100 NANTES

Association Départementale O.C.C.E de Loire-Atlantique 47 boulevard Jean MOULIN, 44 100 NANTES Office Central de la Coopération à l Ecole Association 1901 reconnue d utilité publique Association Départementale O.C.C.E de Loire-Atlantique 47 boulevard Jean MOULIN, 44 100 NANTES Tel: 02 40 46 93 93

Plus en détail

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01)

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01) (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 886 760 A1 (43) Date de publication: 13.02.2008 Bulletin 2008/07 (21) Numéro de dépôt: 0711197.6 (1) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L

Plus en détail

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 J a p p a rtie n s à u n e g é n é ra tio n q u i a a im é la b a g n o le. Ju sq u à la d é ra iso n. À d ix -h u it a n s, j a c h e - ta is u n e

Plus en détail

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006.

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006. (19) TEPZZ 89_867A_T (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 08.07.1 Bulletin 1/28 (1) Int Cl.: G01F 1/07 (06.01) F24D 19/ (06.01) (21) Numéro de dépôt: 110089.9

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par Présentation réalisée par ACT Energy F. ZOTTO Ir. électromécanique-énergétique Audits, Consultance, Formation Techniques Spéciales et Energie Séminaire organisé par Copyright ACT Energy 1 /30 Domaine d

Plus en détail

Les conséquences de la crise économique à Madrid : une amplification des contestations politiques et sociales

Les conséquences de la crise économique à Madrid : une amplification des contestations politiques et sociales Les conséquences de la crise économique à Madrid : une amplification des contestations politiques et sociales Johan LE NABAT Doctorant à l'institut Français de Géopolitique Journée d'études : «L'Espagne

Plus en détail

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design Communiquez simplement en révélant vos... Goûts continuez Esp a c e sup p or t s solutions Fabrication/marketing Devis sur simple demande P r e st a t i o ns Supports La uc str e tur GOUET COULEURS est

Plus en détail

MAILLY LE CHÂTEAU Le bulletin

MAILLY LE CHÂTEAU Le bulletin MAILLY LE CHÂTEAU Le bulletin Mai 2010 Numéro 21 Le mot du Maire La grippe A n a pas frappé, mais l hiver a été rigoureux. Dur! Dur! Pour les habitants qui devaient aller travailler. Le printemps est là,

Plus en détail

REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE

REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE Maintenance industrielle Niveau IV CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES COPIE.EMPM.ADN. Equivalence FOR1 DSC

LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES COPIE.EMPM.ADN. Equivalence FOR1 DSC LE FORMATEUR, ANIMATEUR DE SEANCES PEDAGOGIQUES Equivalence FOR1 DSC «Le référentiel pédagogique du formateur» Références : Documents techniques «cellule pédagogique EMPM». Dossiers pédagogiques «CIN St

Plus en détail

Tourisme Lanaudière. BILAN ÉTÉ 2014, de mai à septembre 2014. Taux d'occupation Lanaudière TAUX D OCCUPATION DES LIEUX D HÉBERGEMENT

Tourisme Lanaudière. BILAN ÉTÉ 2014, de mai à septembre 2014. Taux d'occupation Lanaudière TAUX D OCCUPATION DES LIEUX D HÉBERGEMENT Tourisme Lanaudière BILAN ÉTÉ 2014, de mai à septembre 2014 Tourisme Lanaudière dresse un bilan positif de la période estivale 2014. Principaux signaux de cette belle remontée : une augmentation marquée

Plus en détail

NCTS INFORMATION QUANT AUX NOUVEAUTES POUR 2010

NCTS INFORMATION QUANT AUX NOUVEAUTES POUR 2010 NCTS INFORMATION QUANT AUX NOUVEAUTES POUR 2010 Sur pied des nouveaux articles 365, paragraphe 4 (NCTS) et 455bis, paragraphe 4 (NCTS-TIR) du Code Communautaire d'application 1, le principal obligé doit

Plus en détail

FICHE DE LOT PHASE 1 DE LA TRANCHE 1: Lot I E

FICHE DE LOT PHASE 1 DE LA TRANCHE 1: Lot I E : Lot I E 1 1. ETAT EXISTANT 2. LOCALISATION DES LOTS 3. REGLE D IMPLANTATION / PLAN D AMENAGEMENT 4. REFERENTIEL DE QUALITE ENVIRONNEMENTALE 5. TABLEAU RESUME DES CONSTRUCTIBILITES 2 1. ETAT EXISTANT

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

S ém ina ire E -A dm inis tra tion

S ém ina ire E -A dm inis tra tion S ém ina ire E -A dm inis tra tion U n pro c es s us g lo ba l de dém a téria lis a tio n C a s de l A P A à do m ic ile (A llo c a tio n P ers o nna lis ée d a uto no m ie) 17 ja nvier 2011 C o ntex te

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Okavango, cabinet de conseil en efficacité énergétique pour l industrie

Okavango, cabinet de conseil en efficacité énergétique pour l industrie Okavango a développer les méthodes Leanergy TM et Kaizen Leanergy TM pour assister les industriels dans l optimisation de leurs coûts énergétiques et de leur émissions de CO 2. Où trouver les plus grands

Plus en détail

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement Délégation à l animation Direction de l éducation, de la jeunesse et du sport Pôle éducation et sport At te nt ion : Pour déposer une demande de bourse scolaire départementale, il est impératif d avoir

Plus en détail

L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue

L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue L EQUIPE ÉTUDES ENQUÊTES: Georgeta BOARESCU psychologue coordonateur études enquêtes Florin CIOTEA sociologue EuPA EDUCATION EUROPÉENNE EN ADMINISTRATION PUBLIQUE EuPA EDUCATION EUROPÉENNE EN ADMINISTRATION

Plus en détail

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r

E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r 04/09/08 E T U D E E n q u ê t e s u r l a c t i v i t é 2 0 0 7 d e s d e s i g n e r s e t a r c h i t e c t e s d ' i n t é r i e u r R é s u l t a t s S om maire 1 Pr é se nt atio n d e l ét ud e...

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE

OPHTALMOLOGIE ET SPORT M. MAILLE OPHTALMOLOGIE ET SPORT. M. MAILLE R A P P E L A N A T O M IQ U E S E G M E N T P O S T E R IE U R c o r p s v itr Ž uvž e r Ž tin e m a c u la p a p ille o p tiq u e S E G M E N T A N T E R IE U R cornž

Plus en détail

Synoptique de la gamme serrures à mortaiser

Synoptique de la gamme serrures à mortaiser Synoptique de la gae serrures à mortaiser Serrures Multipoints 8161 8151 Logements collectifs d acquisition et locatifs (Portes palières) 81 std Serrures Monopoints Série 900 Série 800 Série 7 Série 745

Plus en détail

DEDICATED MARKETING. Révéler, valoriser, développer et consolider votre capital-client. Secteur : Services et conseils aux entreprises

DEDICATED MARKETING. Révéler, valoriser, développer et consolider votre capital-client. Secteur : Services et conseils aux entreprises Comparaison sectorielle Secteur : Services et conseils aux entreprises Efficacité des campagnes de-mailing en B to B Typologies de campagnes : Acquisition, Information, Fidélisation et Evènementiel www.cabestan.com

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 Canopé : Création Accompagnement Nouvelle Offre Pédagogique

Plus en détail

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah UNIVERSITE MOULAY ISMAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES MEKNES Master AISA Préparé par: Cherkani sami Encadré par le Professeur: Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir

Plus en détail

TEPZZ 8_4 68A_T EP 2 814 268 A1 (19) (11) EP 2 814 268 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

TEPZZ 8_4 68A_T EP 2 814 268 A1 (19) (11) EP 2 814 268 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (19) TEPZZ 8_4 68A_T (11) EP 2 814 268 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.12.14 Bulletin 14/1 (21) Numéro de dépôt: 13794.3 (1) Int Cl.: H04W 4/00 (09.01) H04W 8/08 (09.01)

Plus en détail