Lancer une plate-forme d approvisionnement local pour la restauration collective.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lancer une plate-forme d approvisionnement local pour la restauration collective."

Transcription

1 Lancer une plate-forme d approvisionnement local pour la restauration collective Trucs, astuces et bonnes recettes du Périgord, des Pyrénées, et d ailleurs.

2 Avertissement Ce guide est-il fait pour vous? Ce guide de Bonnes Pratiques s inscrit dans le cadre du programme d action «Sentinelle» soutenu par le Ministère de l Agriculture à travers des crédits CasDAR (Compte d Affectation Spécial Développement Agricole et Rural). Il s adresse aux agents de développement en charge d animer le lancement opérationnel d un dispositif de distribution en circuits courts pour l approvisionnement de la restauration collective. Concret et pratique, ce guide témoigne, à travers 10 fiches synthétiques, des étapes clefs à franchir et des points critiques à surveiller. Il se fonde sur une approche systémique de 17 plates-formes existantes. Seules les plates-formes dites «physiques» sont traitées et non les systèmes dits «virtuels». Ce guide n a pas l ambition d exposer des modèles d intervention tant il a été vérifié que chaque démarche doit s adapter à son contexte spécifique et se positionner dans des logiques de développement durable, ce qui exclut tous schémas types. Enfin, ce guide ne décrit pas les phases préalables d état des lieux et de concertation élargie qui constituent un préalable incontournable à tout projet sérieux. Sur ce champ, de nombreuses ressources techniques existent déjà. Vous pouvez consulter les sites suivants : Ressources générales : Ressources sur le statut SCIC : Nous vous invitons à retrouver les ressources produites par le partenariat Sentinelle ainsi qu une sélection de ces documents en téléchargement sur les sites suivants : Vous pouvez aussi contacter les deux personnes suivantes qui vous orienteront en fonction de vos besoins : - Chambre agriculture Dordogne : Laurent MAGOT : Chambre agriculture Ariège : Philippe Beaufort :

3 Au Menu 1. Jamais le bon moment pour se lancer : niveaux de maturité des gouvernances alimentaires locales 2. Caler très tôt et ensemble les qualités attendues : parler de la même chose 3. Choisir une structuration juridique : une personnalité morale 4. Equilibrer le compte de résultat : s armer de patience 5. Décider pour la logistique, c est définir la prise de risque 6. Formaliser une offre de produits adaptées pour la RHD et optimiser la commercialisation : des procédures commerciales à inventer 7. Marchés publics et approvisionnement local : une difficile équation 8. Communiquer c est compliqué : composer entre éthique et action commerciale 9. Se faire aider : quels soutiens attendre? 10. Nouvelles compétences et nouveaux métiers

4 1 Jamais le bon moment pour se lancer... Niveaux de maturité des gouvernances alimentaires locales A quel moment peut-on réellement déterminer qu il est opportun et pertinent de mettre en oeuvre une plate-forme de distribution? Peut-on identifier une série de faits déclencheurs bien identifiés? INGRÉDIENTS A la lumière des diagnostics réalisés, il ressort que les raisons du «passage à l acte», du stade de l expérimentation localisée à une démarche opérationnelle et durable de commercialisation (de type plate-forme physique), sont très différentes d une expérience à l autre. On dénombre cependant un certain nombre d indicateurs attestant d un niveau de maturité suffisante de la démarche pour passer au stade opérationnel. PROGRESSION Des paramètres décisifs : 1. Des collectivités locales volontaires et pro-actives Le premier critère à remplir est, dans chaque cas étudié, une mobilisation claire des collectivités et leur volonté exprimée de développer un approvisionnement durable, dépassant les opérations ponctuelles, souvent peu pérennes. Les modes d intervention sont divers (aides aux établissements sur le budget alimentaire, subventions versées directement aux plates-formes, appuis aux structures de développement local ou agricoles pour des mesures d accompagnement). A noter que l engagement «ferme» d au moins une collectivité donneuse d ordre sur des volumes massifs d approvisionnement local (type collèges ou lycées) apparaît comme un vrai gage de réussite. L équilibre économique d une plate-forme suggère en effet l atteinte de chiffres d affaires importants (CF. fiche n 4). 2. Un maître d ouvrage «déclaré» pour porter l idée au stade de projet opérationnel Des collectivités locales qui s engagent sur une nouvelle gouvernance alimentaire pour la restauration collective, une offre locale potentiellement apte à répondre, des structures d accompagnement qui s impliquent dans l appui aux professionnels agricoles ou de la restauration : autant d éléments indispensables mais non suffisants pour qu une dynamique de création d un outil de type plate-forme physique se mette en place. En l occurrence, il est essentiel qu un maître d ouvrage se déclare clairement et s engage à porter l animation du collectif en émergence autour du projet de plate-forme. Parmi les initiatives étudiées, on a distingué 2 grands cas de figure en matière de leadership (en phase d émergence) : existante ou à un collectif en voie de structuration, chargé de préfigurer et de monter une plate-forme, - des organismes de développement agricole (souvent des Chambres départementales d agriculture ou des structures de soutien à l AB) s emparent du projet et trouvent une légitimité. On a noté aussi que dans tous les cas, l existence d un «noyau dur» motivé et qui s implique autour du «leader-maître d ouvrage» était un facteur clé de réussite. Dans une majorité de cas, le secteur de la production est prédominant dans ce noyau dur. 3. S appuyer sur des établissements pionniers qui commandent régulièrement, dès le démarrage Dès son lancement, au-delà des questions d équilibres économiques à atteindre, la plate-forme doit mettre au point très rapidement ses procédures de distribution et régler progressivement tous les paramètres de son fonctionnement. Le fait que des collectivités engagent fermement leurs personnels sur des règles d approvisionnement local, les forment à la compréhension des contraintes spécifiques liées à ce type de produits de sorte que des commandes régulières soient passées, apparaît aussi comme un élément important pour une montée en puissance réussie. 4. Un périmètre suffisant pour, à terme, équilibrer le fonctionnement du projet Logiquement, la question du périmètre d intervention de la plate-forme ne se pose pas dans de nombreux cas de figure, tant elle est dépendante du niveau d intervention de la structure qui a pris le leadership du projet. Encouragée par une Région, la plate forme distribue souvent à une échelle régionale (ex : Auvergne Bio distribution ou self Bio Centre). Portée par un organisme départemental, le périmètre devient départemental Conseils généraux et régionaux donnent le signal en allouant des moyens financiers à une structure

5 1 Jamais le bon moment pour se lancer... Niveaux de maturité des gouvernances alimentaires locales Au demeurant, cette question de la zone d intervention mérite d être abordée très tôt dans les discussions. On constate en effet que la recherche d efficience et d une réelle capacité à structurer durablement le marché local de la restauration collective laisse peu de place aux micro platesformes hyper locales. Il faut naturellement tenir compte de la densité de population : plus de 60 collèges dans les Bouches-du-Rhône, 12 en Ariège! Mais il faut surtout réaliser qu une plate-forme physique, avec un investissement matériel réduit au strict minimum, doit pouvoir réaliser un CA d environ /an pour s équilibrer. Sur cette base, la pertinence d un périmètre d intervention sera appréciée à partir du nombre de rationnaires présents dans ce périmètre. Ce nombre devra être croisé avec 2 facteurs : le taux de substitution escompté (ex : 20% des achats en produits locaux) et l objectif de part de marché (2 établissements sur 5 commandent à terme régulièrement). On obtient ainsi un objectif en termes de volume d affaires (ou autrement dit la surface commerciale nécessaire), exprimé en nombre de repas sur lesquels la plate-forme doit pouvoir potentiellement intervenir. (CF. fiche n 4 pour des exemples). En confrontant cet objectif avec le marché de la restauration collective sur le territoire, on pourra évaluer utilement les limites d un périmètre opérationnel. 5. Des moyens disponibles pour un accompagnement technique du projet (en termes d animation de la production et de mobilisation des acteurs du territoire) Si l on considère que l outil plate-forme doit avoir une fonction de structuration de l offre comme de la demande, il est essentiel d environner très tôt le projet d un accompagnement technique, en complément de la logique de distribution commerciale. Sur toutes les plates-formes étudiées, il ressort que les moyens affectés à cet accompagnement sont en moyenne équivalents à 1 ETP minimum pendant la phase de mobilisation et de constitution de la plate-forme. En phase de lancement opérationnel, les situations sont plus variables mais on constate globalement que cet effort d accompagnement reste massif et au moins du même niveau durant les 2 premières années. Trucs et astuces Plus la plate-forme spécialise son offre (par ex. uniquement en SIQO), plus elle concentre ses cibles, plus son périmètre d intervention sera à élargir. 4.

6 2 Caler très tôt et ensemble les qualités attendues : parler de la même chose La règle qui veut que la clarification en amont des objectifs constitue une phase essentielle dans le montage d un projet collectif se vérifie pleinement en phase de démarrage d une plate-forme. En l occurrence, le positionnement qualitatif de la démarche est très souvent épineux. Il doit être abordé tôt et en profondeur. Même en ayant réglé la question de la qualité des produits en optant pour une offre uniquement certifiée (ex : 100 % SIQO, 100 % Bio), d autres critères qualitatifs transversaux ou spécifiques aux types de produits sont à décider. INGRÉDIENTS - Un noyau dur composé de représentants suffisamment divers pour que tous les points de vue s expriment et qu un consensus réel puisse être obtenu. - Des collectivités qui affirment clairement leur soutien à la démarche. - Un accompagnement technique et une animation dans la durée. - Des procédures pour communiquer et être transparent sur les échanges et les décisions prises. PROGRESSION 1ère étape : être en capacité de présenter précisément l offre disponible aux décideurs La connaissance assez fine des produits et des volumes qui seront réellement disponibles et commercialisables au lancement est indispensable à ce stade. On gagnera à disposer le plus rapidement possible d un maximum de données pour chaque famille de produits, de façon à pouvoir entrer dans le détail lorsqu il faudra déterminer les niveaux de qualités exigées. Partant de ces éléments, les porteurs du projet devront, par étapes successives, mettre au clair le positionnement du dispositif quant à ses exigences en matière de qualité. 2 ème étape : s accorder sur les valeurs et les principes avec le «noyau dur» Pour passer du stade de l idée au montage effectif du projet et pour pouvoir mobiliser, il faut avancer dans la définition des grands principes de fonctionnement de la plate-forme en émergence et des valeurs qu elle portera. Faute d avoir des instances représentatives et formellement décisionnelles, ce premier travail porte le plus souvent sur des critères essentiels. Dans la plupart des cas, il est mené par le noyau dur initiateur. Ces critères essentiels, car très stratégiques, vont «planter le décor», à savoir : fermiers, artisanaux? La réponse à ces questions n est pas forcément sous contrôle du groupe, le positionnement de la plate-forme pouvant être défini par les financeurs. - Statut des fournisseurs : La plate-forme n achète qu à ses souscripteurs/adhérents? Des exceptions sont possibles? - Origine des matières premières : Intra-départementale, départementale, régionale? Exceptions pour des produits essentiels mais manquants dans l immédiat (ex. : légumes frais) ou des compléments de gamme (ex. : fruits exotiques) pour ne pas être exclu des marchés publics, qui exigent le plus souvent des réponses sur des lots complets? Quels niveaux d exigence pour les exceptions? - Localisation de la transformation Les animaux doivent-ils être nés, élevés et abattus dans un périmètre précis? Des exceptions (pour les poussins, les canetons par ex.)? 3 ème étape : formaliser progressivement les détails avec des commissions «Produits» Pour mobiliser et être en mesure de lancer la constitution de la plate-forme, les règles générales transversales ci-dessus, devront être complétées par des règles spécifiques à chaque famille de produits. On constate que la définition de ces règles spécifiques nécessite souvent de constituer des commissions de fournisseurs, par famille de produits, aptes à traiter des spécificités propres à leurs productions respectives. - Positionnement de la gamme - niveau(x) de garantie : Plate-forme uniquement Bio ou SIQO? Produits locaux, 5.

7 2 Caler très tôt et ensemble les qualités attendues : parler de la même chose Un plus sera de pouvoir capitaliser sur des coopérations antérieures avec des collectivités, qui auront permis de «débroussailler» les niveaux de qualité et/ou d origine attendus. Certifier les qualités revendiquées par la plateforme : quelle décision? Parmi les cas étudiés, 2 stratégies «Qualité» ressortent : - Les structures les plus anciennes (à partir de 2000) sont quasi exclusivement en 100 % Bio (probablement en lien avec une plus grande réactivité des organisations professionnelles AB et un besoin supérieur de débouchés). Dans ce cas de figure, un organisme tiers certifie le respect de cahiers des charges Bio. - Des structures plus récentes (à partir de 2009), impulsées par des collectivités et des organisations professionnelles agricoles type Chambre d agriculture, qui mettent d abord en avant l origine locale de leur gamme (avec des produits non certifiés) et proposent toutes des produits sous Signes d Identification de la Qualité et de l Origine (SIQO) à condition qu ils soient considérés comme «locaux». Dans ce cas de figure, la question de mettre en place des cahiers des charges pour les produits hors SIQO se pose. Certifier le local? Ce point est particulièrement clivant pendant la phase de montage de la plate-forme. Si la mise au clair des valeurs éthiques qui seront revendiquées fait souvent rapidement l objet d un consensus, la question de certifier les produits hors SIQO est beaucoup plus épineuse. Deux aspects fondamentaux sont à traiter sur ce champ : - Portée des cahiers des charges : qualité intrinsèque des produits? mode de production? En approfondissant ce sujet, il apparaît rapidement que l exercice consiste à «réinventer» les SIQO type label rouge ou IGP, par ailleurs présents le plus souvent dans l offre commerciale de la plate-forme. - Modalités de contrôle : auto-contrôle ou contrôle tiers? Fréquence des contrôles? Prise en charge du coût du contrôle? En approfondissant, on mesurera la difficulté à imposer d emblée un coût supplémentaire aux fournisseurs de la plate-forme. Au final, on constate que des cahiers des charges par famille de produits sont le plus souvent établis, sans qu il soit prévu un système de contrôle extérieur, réalisé régulièrement et inopinément. C est essentiellement une qualité territoriale fondée sur des modes de production citoyen et une responsabilisation de chacun des acteurs du dispositif qui est mise en avant par les plates-formes proposant des produits locaux. Trucs et astuces On gagnera à évoquer et décider au plus tôt des exceptions éventuelles, des règles transitoires qui peuvent être nécessaires pendant la phase de montée en puissance. 6.

8 3 Choisir une structuration juridique : une personne morale? En phase de construction du dispositif, l anticipation doit être très forte quant à la structuration juridique du collectif. En effet, prendre son élan est crucial dans la mesure où les prises de décision sont engageantes et nécessitent un temps long d explication et d échange et parce que des délais administratifs incompressibles et propres à la constitution de toute société s imposent. Nous ne traitons ici que des plates-formes physiques. INGRÉDIENTS - Des avancées préalables suffisantes (Orientations stratégiques et positionnement Qualité définis). - Un collectif d une taille suffisante pour porter la dynamique dans la durée. - Des moyens et du temps pour mobiliser et recueillir les adhésions/souscriptions de parts sociales. - Un soutien juridique (variable selon les formules juridiques choisies et la taille du collectif mobilisé). En résumé, ce choix déclenche 3 niveaux d action : 1. Constituer une société anonyme, qui devra réunir un capital minimum de euros répartis sous forme de parts sociales. (Ce montant est spécifique à la SCIC SA). 2. Adopter les principes d une société coopérative s agissant de l administration et de la gestion de la société anonyme (installation de collèges de souscripteurs et d un conseil d administration). PROGRESSION Deux cas de figure ont été mis en évidence : Se constituer en association Cette forme juridique porte l avantage d être rapide à constituer, peu exigeante en termes de formalisme à la création. Elle constitue souvent une phase transitoire pour les 1 ères années d exploitation. A cet égard, les associations peuvent se transformer en SCIC sans création d une personnalité morale nouvelle. Pour autant, elle a une limite forte en termes de responsabilité de son président (puisqu elle est étendue à ses biens propres). On constate enfin que cette forme juridique est quelquefois aussi choisie comme un moyen de limiter, souvent temporairement, l ouverture du collectif à d autres acteurs. Se constituer en Société Coopérative d Intérêt Collectif (avec une base en société anonyme) L avantage majeur de la forme SCIC réside dans la possibilité d intégrer des collectivités dans la gouvernance. 3. Etre reconnue coopérative et d intérêt collectif par l Etat français (demande à formuler en Préfecture, dans chacun des départements devant être approvisionnés). Le guide «Entreprendre en SCIC» édité par l union régionale des SCOP et SCIC Poitou-Charentes est très complet et constitue une ressource documentaire essentielle. NB : la structuration juridique oblige à des formalisations consommatrices de temps : organisation des conseils d administration, des AG, rédaction des PV, etc., à prévoir. Trucs et astuces Les établissements consulaires sont soumis à des plafonds de prise d intérêt dans les sociétés commerciales dont les SCIC font partie. Le coût des expertises juridiques, des frais d enregistrement de la société sont à engager avant la constitution effective, et à se faire rembourser dans un second temps. 7.

9 4 Equilibrer le compte de résultat : s armer de patience Apprécier la faisabilité économique d une démarche de type plate-forme est un exercice complexe : Le marché de la restauration collective en circuits courts est volatile, difficile à cerner : déterminer un rythme de progression en termes de parts de marché est relativement hasardeux. Néanmoins, on aura intérêt à estimer le plus tôt possible le point d équilibre économique en fonction du niveau de charges qui aura été prévu. Les charges à couvrir sont essentiellement des charges fixes et contrairement aux recettes, elles sont parfaitement connues. Cela permettra aux décideurs de mesurer le challenge à relever en termes de niveau d activité à atteindre pour équilibrer. Au demeurant, si les investissements sont réduits au maximum ( fonctions «stockage et logistique» sous-traitées par exemple), la prise de risque financière (stricto sensu) est réduite. Les enjeux sont ailleurs, dans le champ du développement local et des dynamiques agricoles et territoriales. INGRÉDIENTS - Des variables de gestion suffisamment stabilisées pour engager des simulations économiques valables. - Des tableaux de bord établis et analysés très régulièrement. - Une grande polyvalence du premier salarié qui devra assurer toutes les fonctions dans la plate-forme. - De la pédagogie avec les fournisseurs pour expliciter les coûts de fonctionnement et la marge nécessaire. - S habituer «aux grands nombres». La restauration scolaire (partie de la restauration collective), sur un département très rural représente un total annuel de repas! PROGRESSION L approche de l équilibre économique requiert la définition de 4 variables essentielles : - Marge commerciale. - Charges de structures et besoins en personnel. - Parts de marché visées. - Taux de substitution par des produits locaux. Question n 1 : quel chiffre d affaires pour équilibrer économiquement la plate-forme? Marge commerciale La marge commerciale correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat des marchandises. On constate que les plate-formes étudiées ont opté pour une marge située entre 15 et 20 %. Charges de structures et besoins en personnel Dans un fonctionnement classique, le recrutement d un agent à temps plein est incontournable. Le poste doit être entièrement dédié à la gestion au quotidien de la plate-forme (pour les fonctions administratives, commerciales et logistiques). Compter /an en moyenne pour le salarié de la plate-forme. Les autres charges de structure (en écartant des cas atypiques) se situent entre et L activité doit donc réussir à couvrir 50 à /an dans les systèmes les plus «sobres». Connaissant ces 2 variables, on pourra alors apprécier le chiffre d affaires à atteindre pour couvrir ce niveau de charges : Marge * sur 11 mois d activité CA pour couvrir de charges / an CA pour couvrir de charges / an 15 % % % Question n 2 : le territoire est-il capable de porter à terme l équilibre économique de la plate-forme? Pour répondre, on rapprochera l objectif de chiffre d affaires du potentiel du marché local. 2 variables sont à cerner: Parts de marché visées Tous les prospects ne s engageront pas au même rythme. Il faudra essayer de déterminer quels sont les établissements qui réagiront le plus positivement par des commandes dès le lancement. On considère qu 1/4 du marché local fidélisé après 3 exercices est un objectif raisonnable (au terme de la phase de démarrage). Taux de substitution par des produits locaux Un taux de substitution est à estimer. On gagnera à l étudier par famille de produits pour avoir une approche suffisamment fine. Par ex. : la capacité à fournir en légumes frais est souvent faible au démarrage alors que sur volailles et fruits, la situation est souvent meilleure. L hypothèse d une substitution de 20 % constitue une bonne base de réflexion. 8.

10 4 Equilibrer le compte de résultat : s armer de patience Ainsi, par tranche de de repas en restauration collective : si on fournit 25 % du marché RHD, soit de repas (coût matière moyen de 1,70 /repas), une substitution à 20 % génère (arithmétiquement) un chiffre d affaires en produits locaux de Tonnages moyens par tranche de CA Des cas étudiés, il ressort que le tonnage livré se situe entre 4 et 6 tonnes de marchandises par tranche de de CA. Cette valeur est à prendre en compte dans l estimation des surfaces nécessaires pour réceptionner les produits et les stocker temporairement avant leur expédition. Remarque sur le coût des livraisons Attention aux coûts de livraison pendant la période de montée en puissance. Ils sont souvent supérieurs aux prévisions pour 2 raisons principales : - Une majorité de clients de petite taille. - Des premières commandes orientées sur des produits peu fragiles pour tester la plate-forme : typiquement des pommes de terre, produit lourds et bon marché (= petit chiffre d affaire couvrant à peine le coût de livraison). 9.

11 5 Décider pour la logistique, c est définir la prise de risque Définition : «la logistique de distribution intègre l administration des ventes (réception des commandes client, engagement sur les délais et planification des livraisons), la tenue des stocks, la préparation des commandes (prélèvement, mise en palette), l expédition et enfin la gestion des outils de distribution (groupage et dégroupage)». Le sujet de la logistique n est donc pas mince. Les choix faits dans ce domaine conditionnent grandement la prise de risque financière pour le dispositif et le collectif qui le porte. INGRÉDIENTS - Des clients, des fournisseurs, des volumes identifiés permettront d établir et d ajuster un plan de livraison et un plan de ramasse des produits. - Des solutions évaluées pour le stockage et le transport (secs et réfrigérés). - Une étude économique pour analyser l impact des options possibles en termes de logistique. projet : Comment rationaliser le stockage et le transport? Comment optimiser le groupage et dégroupage et la productivité des personnels? Pour essayer de répondre, au regard des diagnostics réalisés et de la complexité du sujet, on décomposera d abord les préconisations en reprenant les différents maillons de la chaîne logistique : 1 er maillon : en amont de la plate-forme : approvisionner les produits commandés (massification). 10. PROGRESSION Le marché de la restauration collective est exigeant en terme de positionnement tarifaire de ses fournisseurs. On assiste à une lente «révolution culturelle» dans les cuisines, qui amène les donneurs d ordre et les agents techniques et administratifs à une meilleure écoute quant à la valeur des produits qu ils achètent, à réorganiser leurs méthodes de travail pour accéder à un approvisionnement local plus régulier. Mais le prix reste très majoritairement un des principaux critères d appréciation des offres. Ainsi, les prix pratiqués par les plates-formes doivent rester sur un registre tarifaire «demi gros». (Ordre d idée : - 20 % par rapport aux prix de détail). Cet état de fait implique d une part que les fournisseurs adaptent leurs politiques tarifaires (rarement facile auprès de ceux qui ne pratiquaient préalablement que la vente directe) et d autre part que les principes de rationalisation des flux, propres au marché de demi gros, soient globalement intégrés dans le fonctionnement de la plate-forme. En effet, avec des prix relativement bas et des marges commerciales volontairement les plus faibles possibles, le paramétrage rigoureux de la chaîne logistique constitue un levier essentiel pour prétendre, à terme, atteindre un équilibre (même dans un modèle économique d intérêt collectif), en «mutualisant au maximum» les charges fixes. Ainsi, le rôle clé de la plate-forme doit être de «massifier» les fluxs pour contenir les charges principalement mais aussi pour permettre un réel contrôle Qualité (agréage, CF. fiche n 6). La massification peut être réalisée en amont, en affectant aux véhicules d'approvisionnement des fonctions de ramassage. La massification doit surtout être réalisée en aval pour préparer les livraisons du «dernier kilomètre». Partant de là, de nombreuses questions se posent en phase de Sur ce plan, les formules retenues sont très variables d une plate-forme à l autre. Néanmoins, des traits communs ressortent. Ainsi, en phase de démarrage, on retiendra que la livraison des produits par les fournisseurs à la plate-forme est le plus souvent à leur charge. La plate-forme ne prenant le relais qu après la livraison sur son quai. On constate souvent aussi que les fournisseurs s entendent individuellement ou collectivement entre eux ou avec le transporteur de la plate-forme pour le ramassage de leurs produits, sans que la plate-forme intervienne. On met aussi en évidence que ce sont les plates-formes les plus anciennes qui assurent le ramassage ; ce service n étant pas à la portée des dispositifs en phase de lancement, faute de moyens humains suffisants pour en assurer la gestion. 2 ème maillon : à partir de la plate forme : éclatement et mise en tournée Le passage des produits par la plate-forme ne nécessite pas la constitution d'un stock. Le passage à quai consiste à décharger des marchandises collectées, à les éclater rapidement entre les différentes commandes, et à les recharger quasi immédiatement sur les véhicules de livraisons en fonction de leurs tournées. Les surfaces nécessaires au stockage (et les durées d entreposage) sont donc relativement réduites. En matière d investissements matériels dans les équipements logistiques, 2 cas de figure principaux ressortent : Cas général La sous-traitance est complète en phase de démarrage : recours à un ou des transporteurs locaux pré existants et location d un local de stockage équipé dans leurs murs le plus souvent, ou sur plusieurs sites intermédiaires de stockage lorsque le périmètre d intervention de la plate-forme est large, régional par ex.).

12 5 Décider pour la logistique, c est définir la prise de risque Cas particulier Faute de solutions locales préexistantes ou adaptées, certaines plates-formes se sont dotées d un véhicule léger réfrigéré et assurent elles-mêmes la livraison tout en étant hébergées pour le stockage. Ce cas de figure se rencontre soit en phase de démarrage, soit lorsque le rythme de croisière est atteint en complément de transports encore sous-traités, pour pouvoir augmenter sa flexibilité dans les livraisons (dépannage, dernière minute...). Points clefs pour le volet transport : Franco de port : il sera impérativement à définir et représente un volume de commande (kg) minimum ou un montant plancher de commande pour que le coût de la livraison soit compris dans le prix. Si les clients commandent en dessous de ces seuils, le coût de la livraison leur sera facturé. Les franco sont majoritairement exprimés en montant minimum de commandes (entre 150 et 250 ). NB : cette disposition n exclut pas que des «gestes commerciaux» soient possibles. Un exemple pour mieux comprendre : Livraison de 180 kg de légumes. Montant de la commande : 200. Le franco s applique. Les frais de livraisons ne seront pas ajoutés au prix de la commande. Marge commerciale de 15 % : 30 Coût de la livraison : 180 kg x 0,20 = 36 (+ autres frais éventuels) La marge commerciale dégagée ne suffit pas à couvrir les frais de livraisons qui seront facturés par le transporteur à la plateforme. Cette livraison engendre une perte nette de 6 pour la plate-forme. Coût du transport Prenons l exemple de l Ariège : au-delà de 150 de commande (limite du franco de port), le coût du transport oscille entre 15 et 20 pour 100 Kg livrés (ou 0,15 à 0,20 /kg). Enfin, si le nombre de palettes livrées le même jour excède 3 palettes, le coût du transport est évalué à la palette (environ 25 à 35 par palette livrée). Organisation/règles des livraisons Un guide pour les fournisseurs précisant les modalités générales pour les commandes et les livraisons des produits à la plate-forme doit être établi. Les produits devront respecter et répondre aux exigences établies en amont (fiches techniques, calibrage, type de conditionnement, hygiène ). Pour cela, un agréage des produits à l arrivée sur le lieu de stockage est pratiqué. Livraison directe : possible ou non? Dans le cas où il est envisagé de laisser les fournisseurs livrer directement certains clients, il est recommandé que la plateforme conserve à sa charge la gestion commerciale (prise de commande, facturation ). Cela permettra de maintenir un minimum de maîtrise des flux, sachant qu en amont, il conviendra de bien s assurer que les fournisseurs ont signé une clause de non concurrence. Attention, dans ce cas de figure, la plate-forme ne procédera plus à l agréage des produits. Site logistique unique ou multi sites : Le principe d une simplification maximum des flux, en phase de montée en puissance est retenu dans tous les cas étudiés. Les aspects logistiques relèvent très régulièrement du casse-tête : gérer les délais de commande aux fournisseurs en adéquation avec les dates de livraison promises aux clients, croiser ces délais avec les tournées pré-établies du(es) transporteur(s), sachant que les acheteurs sont très «sourcilleux» sur le respect des dates de livraison, alors que le salarié de la plate-forme doit faire tous les métiers en même temps. Cette réalité conduit à privilégier un site unique permettant un agréage réellement systématique, une efficacité maximale dans la gestion de la rupture de charge sur la plateforme : le dégroupage est simplifié, la mise en tournée optimisée et le dispositif sécurisé. Cependant, sur des périmètres supra départementaux ou régionaux, l organisation en multi sites est naturellement courante compte tenu des distances à gérer. On vérifie alors que cela complexifie l agréage des produits «sensibles», à savoir les légumes et fruits ultra frais et les produits transformés, à courte date D.L.C. 11.

13 6 Formaliser une offre de produits adaptés pour la RHD et optimiser la commercialisation : des procédures commerciales à inventer La mise en place progressive d une nouvelle gouvernance alimentaire locale en matière de restauration collective n est pas le gage d une adhésion massive et rapide des personnels techniques en charge de la commande publique et de la confection des repas. L écart est souvent important entre les orientations politiques affirmées, les moyens affectés et les consignes données. Il est donc essentiel d élaborer des plan de prospection et d actions commerciales adaptés aux 2 principales cibles : responsables de la cuisine et gestionnaires de l achat public. INGRÉDIENTS - Un poste à temps plein consacré à l animation des fournisseurs et à la commercialisation. - Une base de données clients à mettre à jour en continu et un plan de prospection qui s adapte. - Des commissions fournisseurs par famille de produits, interlocutrices pour être en mesure de réviser l offre au fil de l eau. (CF. fiche n 2), surtout durant les 12 premiers mois - Une gestion commerciale structurée et outillée (les logiciels sont relativement coûteux). - Une palette d outils et d actions commerciales spécifiques à chaque public visé. PROGRESSION Les procédures pour chaque étape doivent être mises au point. Le «tronc commun» est le suivant : - Prospection et démarchage : bons de commande. - Traitement des commandes (ventilation entre producteurs/fournisseurs) : bons de livraison. - Agréage : Enregistrements de traçabilité et d hygiène - Palettisation : bons de livraison. - Expédition : bons de transport. Sur un périmètre resserré, la stratégie adoptée concernant le choix des fournisseurs représente surtout un choix politique. Mais il doit se réfléchir aussi à partir des points suivants : - Pour les produits bruts non transformés (viandes fraîches, légumes frais, fruits, œufs ), le recours à plusieurs fournisseurs s impose majoritairement, pour des questions de volumes et de disponibilités, sans pour autant que le client en soit informé au préalable. - Pour les produits transformés (typés par le savoir faire de leurs producteurs, ex. : yaourts, fromages affinés, pâtes, gâteaux ), l approvisionnement est généralement multiple avec affichage du nom commercial et/ou du producteur/transformateur (avec des prix différents). On prendra la mesure des tensions éventuelles que cela peut générer entre le commercial et les fournisseurs (le producteur de yaourt A suspectant la plate-forme de vendre préférentiellement les yaourts de B). On prendra aussi en compte les concurrences internes que cela peut potentiellement engendrer de la part de fournisseurs «indélicats» (pour fonctionner en direct, la cantine appelle directement le producteur B qui répond favorablement). Agréage des produits : comment s y prendre? 12. Finaliser les règles d approvisionnement et liste de fournisseurs par famille de produit. Deux «partis pris» différenciés se distinguent : - Se limiter à un fournisseur unique pour chaque produit référencé dans l offre alimentaire de la plate-forme (avec une forme d exclusivité pour les premiers fournisseurs s étant impliqués dans la plate-forme). - Référencer plusieurs fournisseurs pour un produit équivalent : dans ce cas de figure, cela implique une transparence ou tout au moins des règles précises dans la politique d achat (ex : mise en place d un tour de rôle). On observe logiquement que dans le cas de figure d une plate-forme d envergure régionale, le recours à plusieurs fournisseurs pour un produit équivalent est fréquent, dans la plupart des cas, incontournable pour pouvoir amortir les distances importantes de livraison ou disposer des volumes suffisants. Le contrôle des produits est essentiel pour garantir le respect des réglementations en vigueur et les caractéristiques exigées par la plate-forme. Pour mettre en place cet agréage, il est conseillé d élaborer un référentiel de critères de contrôle avec les fournisseurs (calibrage, conditionnement, étiquetage, DLC, DLUO, traçabilité, chaîne du froid, aspect des produits ). Les services de l Etat seront aussi à solliciter. Ces données alimenteront par ailleurs les fiches techniques demandées pour répondre aux marchés publics. Une attention toute particulière doit être portée sur les produits «fragiles» qui nécessitent une traçabilité et des enregistrements approfondis, notamment au niveau du suivi des dates limites de conservation (DLC) et du respect de la chaîne du froid. On peut citer œufs, viandes et produits laitiers concernés par ce point.

14 6 Formaliser une offre de produits adaptés pour la RHD et optimiser la commercialisation : des procédures commerciales à inventer Marge commerciale : différenciée ou marge unique? Deux orientations sont possibles : dans le premier cas, l application d une «marge différenciée» facilite le travail de la/du commercial(e), permettant ainsi l équilibre de la marge commerciale sur une durée donnée selon l état du marché, les clients fidélisés Ce fonctionnement est difficile à mettre en cohérence avec les principes coopératifs de transparence portés par une SCIC. Dans le second cas, une marge unique est fixée de manière collective, impliquant une équité de traitement entre les associés fournisseurs de la plate-forme. La fixation des prix de vente Il est conseillé de travailler avec des prix fixes sur une période de 3 mois ou 6 mois et d établir des principes de décision lorsque des augmentations de tarifs sont à appliquer. Pour certains produits, il est préférable de les commercialiser avec des prix variables selon les cours des produits. Les légumes sont les plus concernés. Le suivi et les mises à jour tarifaires sont réalisés à partir de références régionales ou nationales. A voir : site du Réseau des Nouvelles des Marchés (RNM) de FranceAgriMer, qui recense les prix des produits agricoles (fruits, légumes, poissons, viandes) sur les principaux marchés français. Besoin d un Agrément CEE dans le cas d une plate-forme? Que l on s appuie sur les services d un professionnel du transport et du stockage ou que l on prenne l entière responsabilité de ces postes, il est indispensable de déposer une demande d agrément CEE auprès des services de la DDCSPP de votre département (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations). L avantage de travailler avec un prestataire de transport et de stockage réside dans la possibilité d ajouter son activité de distribution au dossier d agrément existant chez celui-ci. 13.

15 7 Marchés publics et approvisionnement local : une difficile équation Il faut le dire clairement : les marchés publics lancés par la restauration collective aujourd hui sont, très majoritairement, totalement inadaptés à un développement de l approvisionnement de proximité. Et ce, pour deux raisons essentielles : 1. La structuration actuelle des lots composant les appels d offre les rend inaccessibles : un appel d offre classique compte entre 20 et 30 lots. Un allotissement permettant à l offre de proximité de prendre pleinement part à la concurrence doit en compter au moins le double! Sur ce plan, la culture professionnelle des gestionnaires et les habitudes prises en matière d appels d offre pour la fourniture de produits alimentaires évoluent lentement : les besoins ou attentes en formation sont réels. 2. Les critères de jugement des offres : la domination du critère prix est très forte. Le défi consiste à faire valoir et reconnaître d autres performances portées par les produits de la plate-forme. INGRÉDIENTS - Une mobilisation des acheteurs (donneurs d ordre élus et techniciens) pour adapter leurs marchés publics. A encourager si besoin. - Des compétences et des outils pour être en mesure de répondre aux appels d offre. - Un système de veille à organiser pour être informé des appels d offre lancés. PROGRESSION Etre retenu dans le cadre de marchés publics représente un enjeu très important pour une plate-forme : cela garantit pour une période donnée (de 1 à 3 années) des commandes régulières et programmées. Dans ce cadre, les points clés à maîtriser sont les suivants : - Des produits qui respectent les saisons. - Une organisation logistique qui contribue aux économies d énergies. - La récupération et le recyclage des emballages / conditionnement. Le calendrier annuel des marchés publics doit être maîtrisé : SEPTEMBRE ET OCTOBRE 1. Information des collectivités en phase de pré-écriture de leurs marchés pour N Rédaction des appels d offre par les collectivités. OCTOBRE cibles de communication sont à prendre en compte - Elus des collectivités locales qui sont les décideurs en termes d orientation des achats. - Le binôme gestionnaire de l achat public et responsable de cuisine. Des actions spécifiques à chaque cible sont à coordonner. Donner à comprendre la VALEUR des produits locaux : Même si le prix demeure un critère important de jugement des offres, la valeur des produits locaux, en termes de performances techniques et environnementales, prend progressivement une place croissante. Performances techniques d une offre de proximité Voici des exemples d avantages à mettre en avant : - la fraîcheur des produits, - le nombre d intermédiaires entre l offre et la demande qui est très réduit, - le lien avec la production à travers la possibilité de rencontres avec les producteurs ou de visites d ateliers ou d exploitations. Performances environnementales d une offre de proximité - L origine locale qui permet le maintien d une agriculture diversifiée et porteuse de nombreuses aménités (paysages, cadre de vie, attractivité touristique et de loisirs, etc.). Veille informatique pour détecter les nouveaux appels d offre (de nombreux sites Internet spécialisés recensent les marchés publics déposés). NOVEMBRE ET DÉCEMBRE Réponse de la plate-forme aux appels d offre. FIN DÉCEMBRE Résultats des appels d offre. JANVIER Début des livraisons dans les établissements de restauration. Printemps Formation et sensibilisation des collectivités en s appuyant sur les performances techniques et environnementales de la plate-forme. Les outils et actions pour sensibiliser/mobiliser sont à démultiplier - Sensibiliser les élus grâce à des réunions d information en partenariat avec les territoires (communautés de communes, pays ). - Elaborer des guides pratiques présentant les nouvelles dispositions à prendre dans les marchés publics pour que l offre alimentaire locale puisse participer à la mise en concurrence. Cet outil sera mis à disposition des gestionnaires de l achat et des élus du territoire. - Proposer des formations sur les marchés publics aux gestionnaires de cantines.

16 8 Communiquer c est compliqué : composer entre éthique et action commerciale Organiser le lancement d une plate-forme implique la mise en œuvre d un plan de communication ambitieux si l on vise un démarrage rapide des commandes. Le caractère très récent de ce type d initiatives impose d être très didactique dans la présentation des enjeux comme du fonctionnement pratique d un tel outil. Les catégories d intervenants sont nombreuses et constituent autant de cibles de communication. Enfin, le discours doit être bien dosé pour simultanément exprimer l intérêt collectif tout en assurant la nécessaire animation des ventes. INGRÉDIENTS - Des valeurs et des principes bien établis et partagés, une gamme de produits constituée et tarifée. - Des argumentaires et des outils bâtis pour chaque cible de communication en interne et en externe. - Des compétences et des moyens en communication disponibles. - Des relais institutionnels et opérationnels sur les territoires (qu ils soient parties prenantes ou prospects.) - Beaucoup de patience et de la suite dans les idées! PROGRESSION Le terme communication est ici à entendre dans son acception la plus large : au lancement de la plate-forme et pendant la phase de montée en puissance, un mix d actions de vulgarisation, d information et de communication commerciale doit être mis en œuvre. 4 grandes cibles de communication sont à prendre en compte : - les fournisseurs ( agriculteurs, artisans, transformateurs ). - Les agents de la restauration collective en distinguant personnels en cuisine et gestionnaires / intendants. - Les donneurs d ordre (communes pour le primaire, départements pour les collèges et certains lycées, régions pour les lycées). - Les prescripteurs, en distinguant les structures de développement agricole ou territorial et les parents d élèves. Les outils les plus fréquemment développés par les plates-formes : - Documents génériques de présentation de la plate-forme (papier et web). Des clips video sont aussi diffusés. - Liste descriptive de produits ou grille tarifaire (1 cas sur 2 étudiés ne rend pas ses tarifs publics). La fréquence de mises à jour est élevée pendant les douze premiers mois (se garder de faire des impressions massives au début). - Lettre d informations adressée régulièrement. Démarches de communication En interne, les conseils d administration et les AG ne suffisent pas pour assurer une bonne circulation de l information au sein des souscripteurs de la SCIC. Les commissions par familles de produits, si elles existent, constituent une caisse de résonance à exploiter. Blog ou site dédié, pages web hébergées sur un site existant constituent un bon complément. En externe, au-delà des classiques publipostages à intervalle régulier, l organisation de réunions locales d information (cible 1= élus) et de «workshop» ou forum (rencontre ciblant producteurs/cuisiniers/intendants ) donnent des résultats intéressants. Des exemples d actions et d outils de communication? Ils sont en ligne sur les sites et Trucs et astuces Les principes et les valeurs portées par les SCIC laissent peu de place pour des opérations de promotion des ventes telles qu on les conçoit dans le commerce classique (ex. : promotions tarifaires, remises ponctuelles ). En revanche, proposer aux acheteurs la dégustation des produits commercialisés avec rencontre de producteurs est très souvent un bon moyen d animer les ventes. 15.

17 9 Se faire aider : quels soutiens attendre? Subvention à l investissement ou aide au fonctionnement? Participation au capital de la SA? Incitations financières versées aux établissements de restauration collective? A quoi s attendre? INGRÉDIENTS Nota bene : les SCIC sont des sociétés régies par le code du commerce. La plupart des financeurs, considérant ce caractère commercial (nonobstant leur utilité sociale) positionne les SCIC dans les régimes d aides aux entreprises privées. Cela implique des difficultés pour faire reconnaître la nature «non marchande» d une partie de l activité. Les soutiens publics directs pour les actions d animation locale, de professionnalisation des fournisseurs, de vulgarisation auprès des personnels de la restauration collective sont, de fait, extrêmement rares. PROGRESSION Soutiens pour l animation en phase préparatoire En règle générale, la plate-forme ne disposant pas à ce stade de personnalité morale, c est la structure animatrice du projet ou leader au sein du collectif porteur qui mobilise des fonds propres et le cas échéant reçoit des soutiens pour déployer l ingénierie nécessaire à la création de la structure mais aussi pour les mesures d accompagnement. Leur statut public ou para public leur permet un accès facilité aux aides prévues sur ce registre. Soutiens en création et post création 1. Aide à l investissement Si le choix a été fait de ne pas investir dans les équipements de stockage et de transport, les investissements matériels à réaliser sont relativement modestes. On citera par exemple le logiciel de gestion commerciale et de comptabilité, équipement en bureautique, petits matériels de mesure (thermomètre). Concernant les investissements immatériels, la plupart des dépenses se concentrent sur le recours à des expertises extérieures (conseil juridique ou commercial ) et sur l édition des premiers outils de communication. 2. Aide directe au fonctionnement Les aides directes au fonctionnement de la plate-forme font exception au sein du panel de 17 plate-formes. A ce titre, on constate que ce sont 2 Conseils régionaux qui ont aidé directement 2 plates-formes, via une aide forfaitaire sur 2 ans dans le premier cas, via une avance de trésorerie pour le second. Au demeurant, le principe consistant à verser des aides incitatives directement aux établissements scolaires peut être considéré comme équivalent à une aide au fonctionnement. Ce type de dispositif a l inconvénient de consolider l idée que l approvisionnement local est forcément plus onéreux qu un approvisionnement standard. 3. Soutiens pour les mesures d accompagnement A nouveau, le statut commercial des plates-formes freine beaucoup de financeurs. Ce statut l emporte sur l utilité sociale et collective et rend inéligible le plus souvent les demandes formulées directement par les SCIC. Trucs et astuces Les premières années, certaines SCIC partagent avec l initiateur du projet (association, collectivités, consulaires) le salaire de l agent recruté pour animer la plate-forme, en affectant d une part un volume de journées à des actions commerciales (pris en charge par la SCIC) et d autre part le solde de journées aux actions de mobilisation et de vulgarisation. A charge de chacune des parties de mobiliser si besoin des financements publics. 16.

18 10 Nouvelles compétences et nouveaux métiers La création de plate-forme d approvisionnement local de la restauration hors domicile (et par extension la distribution en demi gros de produits locaux), met en lumière l émergence d un nouveau métier: animateur de plate-forme territorialisée. Mais quelles sont les compétences nécessaires à ce personnel et donc de quelles formations complémentaires a-t-il besoin? Il ressort que les compétences nécessaires recouvrent en fait deux métiers bien différenciés mais en interaction : - un métier commercial de type attaché(e) commercial(e), - un métier en logistique à rapprocher d un profil responsable de plate-forme ou approvisionneur. En phase de lancement, il s agit souvent pour l animateur(rice) recruté d exercer ces 2 métiers en simultané, ce qui suggère une charge de travail importante, sachant que se rajoutent très souvent des temps de manutention (réception éclatement sur palettes - expédition). En progressant et en sécurisant leur fonctionnement, on constate que les plates-formes sous traitent logiquement dès que possible les travaux de manutention et qu au terme de 4 à 5 années, le recrutement d un second salarié à la plate-forme est réalisé. Ce sont alors les missions logistiques qui lui sont confiées préférentiellement, la mission commerciale, plus stratégique, demeurant à la charge du 1 er salarié recruté (capitalisant son expérience et sa connaissance des clients). Il s agira aussi pour l animateur de la plate-forme d assurer le retour d information aux relais techniques en charge d animer l offre alimentaire locale. En synthèse, sont présentées en pages suivantes un exemple de fiche de poste ainsi que des repères en termes de profil (compétences et aptitudes personnelles). D autre part, les CFPPA de Dordogne et d Ariège ont produit un référentiel de compétences des acteurs en lien avec les plates formes d approvisionnement local ainsi que des proposition d actions de professionnalisation. (CF. : carnet d adresses en fin de guide). 17.

19 Fiche descriptive de poste Intitulé du poste Animateur de plate-forme pour l approvisionnement local de la restauration collective Autres appellations Responsable commercial, attaché commercial, gestionnaire plate-forme Finalité Rendre accessible à l offre alimentaire locale les débouchés de proximité en restauration collective (demi gros). Mission logistique: être le garant de la productivité et de la qualité de l ensemble des prestations réception-expédition. Gérer les approvisionnements par un suivi des fournisseurs, des commandes, des flux et des stocks au quotidien. Missions générales Mission commerciale : dans une posture d attaché commercial, développer et entretenir un portefeuille de clients en restauration collective. Relation hiérarchiques Directeur Général de la SCIC. Ou Président / directeur d Association Internes Relations étroites avec les intervenants en charge du développement agricole et local. Contacts réguliers avec les représentants élus dans les instances de la plate-forme (Conseil d Administration, Assemblée générale). Relations avec les stockeurs/transporteurs. 18. Relations fonctionnelles Externes Fournisseurs de la plate forme.personnels des collectivités en charge de la restauration (acheteurs, gestionnaires, cuisiniers). Echanges réguliers avec des structures agricoles et para agricoles. Relations avec les services vétérinaires, ceux de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

20 ACTIVITES RESPONSABILITES Mission commerciale Définition et identification des cibles commerciales Définir, en lien avec la direction, les clientèles prioritaires à développer commercialement. Assurer une veille concurrentielle afin d identifier les forces et les faiblesses de la plate forme par rapport au marché. Identifier les clients potentiels. Participer à la définition des moyens à mettre en œuvre pour rendre l approche commerciale efficace : prospection téléphonique, envois de documentation commerciale, mailings Activité de prospection commerciale Mettre en oeuvre la prospection commerciale : prise decontact et suivi des prospects. Identifier les circuits de décision au sein des entreprises/établissements ciblés. Présenter et adapter l offre commerciale aux besoins exprimés par les prospects. Négocier avec les clients, en accord avec le supérieur hiérarchique, les prix, les délais et les quantités. Signer et faire signer les documents commerciaux. Suivi et développement commercial de clientèles Veiller au respect des clauses du contrat et s assurer de la satisfaction des clients. Répondre à toute demande commerciale émanant des clients ou prospects. Assurer des visites ou des mailings réguliers pour entretenir le contact avec les clients, développer le chiffre d affaires avec les clients acquis. Mission logistique Assurer le retour d information L attaché commercial doit également faire remonter l information collectée auprès des clients vers la direction de la plate forme. Il contribue ainsi à améliorer l offre, aussi bien dans son contenu (évolution des produits) que dans sa forme (positionnement des produits, approche commerciale et marketing). Assurer le respect des cahiers des charges Veiller au respect de l approvisionnement conformément aux conditions négociées. Vérifier le respect des standards/cahiers des charges et procédures qualité. Prendre en charge les échanges et le suivi quotidien des fournisseurs et sous-traitants. Élaborer les plannings et assurer leur respect Effectuer le calcul des volumes de produits nécessaires par rapport aux capacités des fournisseurs et des stocks. Réaliser les plannings d approvisionnement et les transmettre aux fournisseurs. Assurer le respect des dates de livraisons des produits auprès des clients. 19. Être à l interface de la production et du développement Réaliser les retours sur les états de l approvisionnement et des capacités des fournisseurs. Informer le développement et la production. Suivre les prévisions de la production afin d assurer les livraisons et la disponibilité des produits.

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts Création d une plate-forme de distribution des produits locaux Approvisionnement en produits locaux en Ariège: Quelles orientations

Plus en détail

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 Une 1ère expérimentation locale Dynamique engagée par l antenne de la Chambre d agriculture en Périgord Noir avec la communauté de communes de

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement SOMMAIRE Tout projet doit être mûrement réfléchi pour juger de sa pertinence, de sa faisabilité et des enjeux économiques qui en résultent, de ses coûts et finalement de sa rentabilité. La constitution

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS REFERENTIEL D ACTIVITES FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Fiche - projet Comité de programmation 25 mars 2010. Projet présenté pour programmation

Fiche - projet Comité de programmation 25 mars 2010. Projet présenté pour programmation Fiche - projet Comité de programmation 25 mars 2010 Date de rédaction de la fiche 08/03/2010 Maître d'ouvrage : Fiche-action : Numéro Osiris 41309G070000023 Postes de dépenses Recettes Montant Engagement

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Organiser et réaliser la formation en interne

Organiser et réaliser la formation en interne Vous voulez favoriser le transfert de savoir-faire maison au sein de vos équipes. Certaines compétences sont spécifiques à votre entreprise et détenues par des salariés experts. Vous ne trouvez par sur

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison,

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison, CHAUFFEUR- LIVREUR H/F N offre : 1138 En tant que chauffeur / livreur au sein de la société, plusieurs missions vous seront attribuées : - Charger le camion : assurer la propreté et le contrôle de la température

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT»

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» 1 ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT DEFINITION DU METIER L assistant commercial import export contribue au développement international durable

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services»

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» PROGRAMME LEADER 2007-2013 2013 LEADER 2007-2013 : une terre d accueil, des montagnes de services 1 Présentation

Plus en détail

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE ANNEXE I A LA CONVENTION COLLECTIVE REGLEMENTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE REMUNERATION DES SALARIES ET APPRENTIS DES ETABLISSEMENTS PRODUCTEURS DE GRAINES DE SEMENCES POTAGERES ET FLORALES DE MAINE

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Présentation du dispositif Agrilocal

Présentation du dispositif Agrilocal Présentation du dispositif Agrilocal Présentation - Le Département d Indre-et-Loire - Attentes de la collectivité - Présentation du dispositif Agrilocal - Les produits - Calendrier Le département d Indre

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

CUISINIER. Organiser le travail et la production au sein de la cuisine dans le respect des règles en vigueur :

CUISINIER. Organiser le travail et la production au sein de la cuisine dans le respect des règles en vigueur : CUISINIER Missions du poste : Réaliser, valoriser et distribuer des préparations culinaires. Gérer les approvisionnements et stockages des produits et denrées. Organiser le travail et la production au

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Appel à projets Oenotourisme. co-financé par le FEADER. Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon

Appel à projets Oenotourisme. co-financé par le FEADER. Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon Appel à projets Oenotourisme co-financé par le FEADER Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon 5 mars au 11 mai 2012 Sommaire Sommaire.... 2 1- Le contexte et les objectifs de l

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATIONS D INTÉRÊT «INNOVATION DANS L EURORÉGION PYRÉNÉES-MÉDITÉRRANÉE» *******

APPEL À MANIFESTATIONS D INTÉRÊT «INNOVATION DANS L EURORÉGION PYRÉNÉES-MÉDITÉRRANÉE» ******* APPEL À MANIFESTATIONS D INTÉRÊT «INNOVATION DANS L EURORÉGION PYRÉNÉES-MÉDITÉRRANÉE» ******* AIDE AU MONTAGE DE PROJETS EURORÉGIONAUX DANS LES SECTEURS DE L E-SANTÉ, L EAU ET L AGROALIMENTAIRE CONTEXTE

Plus en détail

GUIDE DE L ANALYSE DES BESOINS ET DU CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL POUR UNE PLATEFORME LOGISTIQUE ALIMENTAIRE

GUIDE DE L ANALYSE DES BESOINS ET DU CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL POUR UNE PLATEFORME LOGISTIQUE ALIMENTAIRE GUIDE DE L ANALYSE DES BESOINS ET DU CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL POUR UNE PLATEFORME LOGISTIQUE ALIMENTAIRE Guide d utilisation du cahier des charges fonctionnel pour une plateforme d approvisionnement

Plus en détail

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution 20% d économie sur les coûts logistiques et 25% de réduction des émissions de CO 2, voilà ce que promet

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

Supply Chain agroalimentaire mondiale

Supply Chain agroalimentaire mondiale Supply Chain agroalimentaire mondiale Pilotage d une Supply Chain agroalimentaire mondiale Hervé Ledru Directeur Supply Chain International 06 84 48 59 32 - ledru.herve@free.fr Agenda 1. Contexte et défis

Plus en détail