CAPES Les deux problèmes de géométrie.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPES Les deux problèmes de géométrie."

Transcription

1 Ecrit CAPES 014. Les deux problèmes de géométrie. 1. Epreuve 1, problème 1 : le sujet Cette épreuve s intéresse aux applications bijectives du plan qui transforment une droite en une droite. Cette propriété caractérise-t-elle un certain tpe d applications du plan? Notations On désigne par ( R) GL l ensemble des matrices inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O;I;J). Les coordonnées dans ce repère des points de P sont notées sous forme de matrices colonnes éléments de M ( R),1 Définition. Soit f une application de P dans P. On dira que f vérifie la condition des droites si : 1. f est bijective.. Pour toute droite D de P, f ( D) est aussi une droite de P. Le but du problème est de trouver toutes les applications vérifiant la condition des droites. Partie A : conséquences de la condition des droites et exemples 1. Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites Soient M et N deux points distincts de P. Montrer que l image par f de la droite (MN) est la droite ( f ( M ) f ( N )). 1.. Soient D et D deux droites distinctes de P. Montrer que f ( D) f ( D' ) = f ( D D' ) 1.3. Montrer que les droites f ( D) et f ( D' ) sont parallèles si et seulement si les droites D et D sont parallèles Soient M, N, P trois points distincts de P. Montrer que M, N et P sont alignés si et seulement si f ( M ), f ( N ) et f ( P) sont alignés Soient M, N, P, Q quatre points distincts de P. Montrer que MNPQ est un parallélogramme si et seulement si ( M ) f ( N ) f ( P) f ( Q) f est un parallélogramme.. Soient A ( R) et ( R) GL M,1. On considère l application A X = associe le point A X +.1. Montrer que f A, est bijective et déterminer son application réciproque. f, de P dans P qui à tout point.. Soient M, N, P trois points distincts de P. Montrer que M, N et P sont alignés si et seulement si f ( M ) f ( N ) et f ( P) sont alignés..3. Montrer que f A, vérifie la condition des droites. 3. Soient O, I, J trois points non alignés de P. Montrer qu il existe A ( R) et ( R) tels que f A, ( O) = O', f A, ( I ) = I', f, ( J ) J ' A =. GL M,1, Partie. Endomorphisme de l anneau R Soit φ une application de R dans R telle que φ( 1 ) = 1et pour tous réels x et : φ φ ( x + ) = φ( x) + φ ( x ) = φ( x) φ G. Julia, 015 1

2 Ecrit 1. Montrer que : φ ( 0 ) = 0 et que pour tous réels x et : φ( x ) = φ( x) φ φ x. Montrer que pour tout nombre réel x et pour tout nombre réel non nul : φ = φ 3. Montrer que pour tout entier naturel n : φ ( n ) = n 4. Montrer que pour tout nombre rationnel r : φ ( r ) = r 5. Soient a et b deux nombres réels, tels que b b a = ( b a ) a. Montrer que ( a) φ( b) φ.on pourra utiliser l égalité 6. Soit x un nombre réel et soit ε un nombre réel strictement positif Montrer l existence de deux nombres rationnels x et x tels que x ε x' x x' ' x + ε x ε φ x x En déduire que ε 6.3. En déduire que φ = Id R Partie C. Un cas particulier Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites et telle que ( O) = O ; f ( I ) = I ; f ( J ) J f = 1. Justifier l existence de deux applications φ et ψ de R dans R, telles que pour tous nombres réels x et, les images par f des points de coordonnées 0 et φ( x) 0 sont respectivement et 0 ψ φ 0 =ψ 0 = et que φ ( 1 ) =ψ ( 1) = 1. Vérifier que Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient A ; ; C les points du plan de coordonnées A, 0 et C. Montrer que f ( O) f ( A) f ( C) f ( ) est un parallélogramme. 3.. En déduire que pour tous nombres réels x et l image du point de coordonnées est le point de φ( x) coordonnées. ψ 4. Soit x un nombre réel non nul. Soient A et les points de coordonnées A et 0. x f A f est parallèle à (IJ) Montrer que ( ) 4.. En déduire que pour tout nombre réel x : ( x) ψ ( x) φ =. 5. Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient, C les points du plan de coordonnées A, 1 et + C. 1 f O f A f C f est un parallélogramme Montrer que 5.. En déduire que En déduire que pour tous nombres réels x et : φ ( x ) = φ( x) + φ +. G. Julia, 015

3 Ecrit 6. Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient, C les points du plan de coordonnées A, 0 et C 0. x 6.1. Montrer que les droites (AC) et (I) sont parallèles. A f C I f sont parallèles. 6.. Montrer que les droites ( f ) et ( ) 6.3. En déduire que pour tous nombres réels x et : ( x ) φ( x) φ 7. Montrer que f = Id P φ =. Partie D. Cas général. Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites. 1. Montrer que f ( O) f ( I ), f ( J ), ne sont pas alignés.. Montrer qu il existe A ( R) et ( R) tels que f ( O) f ( O) ; f ( I ) = f ( I ) f ( J ) f ( J ) 1 GL 3. Montrer que f o f = Id P M,1 4. Donner toutes les applications vérifiant la condition des droites. A, = ; = G. Julia, 015 3

4 Ecrit. Eléments de correction Partie A. 1. Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites M et N étant deux points distincts de P, leurs images ( M ) f et f ( N ) est bijective. L image de (MN) est une droite, elle passe par les points distincts ( M ) droite ( f ( M ) f ( N )). sont des points distincts puisque f f et f ( N ), il s agit de la 1. et 1.3. L hpothèse importante est l injectivité de f. De façon tout à fait générale, l inclusion f ( D D' ) ( f ( D) f ( D' )) est en effet vérifiée quelle que soit l application f définie sur un ensemble donné et quelles que soient les parties D et D de cet ensemble. Voons l inclusion réciproque. Soit V un point de ( D) f ( D' ) que V = f ( U ) et un point U de D tel que V = f ( U ') point V a par f un unique antécédent : V f ( U ) = f ( U ') U = U ' D D'. Tout point de ( D) f ( D' ) ( f ( D) f ( D' )) f ( D D' ) Finalement f ( D) f ( D' ) = f ( D D' ) gj015 f. Il existe par hpothèse un point U de D tel. Mais f étant supposée bijective, elle est injective et le =. Donc, l antécédent de V appartient à f a pour antécédent par f un point de D D' : en raison de l injectivité de f. On sait que l intersection de deux droites du plan est ou bien une droite, ou bien un unique point, ou bien l ensemble vide. On sait aussi que dans le plan, une intersection de deux droites égale à l ensemble vide caractérise le parallélisme strict des susdites droites. Dès lors, si on considère les deux paires de droites : D et D d une part, f ( D) et f ( D' ) d autre part, de trois choses l une : Ou bien une des deux paires de droites est une paire de droites confondues. L autre paire aussi. Ou bien une des deux paires de droites est une paire de droites sécantes en un unique point. L autre paire aussi. Ou bien une des deux paires de droites est une paire de droites strictement parallèles, l autre aussi. Ainsi, D et D sont sécantes (respectivement, parallèles) si et seulement si f ( D) et ( D' ) f le sont Soient M, N, P trois points distincts de P. Les points M, N et P sont alignés si et seulement si les droites (MN) et (MP) sont confondues. D après ce qui précède (1.1 et la «première des trois choses»), cette M f N f M f P sont confondues, condition condition équivaut au fait que leurs droites images ( f ) et ( ) qui équivaut au fait que f ( M ), f ( N ) et ( P) f sont alignés. (Par contraposition, trois points sont non alignés si et seulement si leurs images par f sont trois points non alignés) Soient M, N, P, Q quatre points distincts de P. MNPQ est un parallélogramme (non aplati) si et seulement si les droites (MN) et (QP) d une part ainsi que les droites (NP) et (MQ) d autre part sont strictement parallèles. D après ce qui précède (1.1 et la «troisième des trois choses»), cette condition M f N Q f P f N f P et équivaut au fait que leurs droites images ( f ) et ( f ) d une part, ainsi que ( ) ( f ( M ) f ( Q) ) f ( M ) f ( N ) f ( P) f ( Q) est un parallélogramme (non aplati). d autre part, sont deux à deux strictement parallèles, condition qui équivaut au fait que. Soient A ( R) et ( R) GL X = associe le point A X +. M,1. On considère l application A f, de P dans P qui à tout point G. Julia, 015 4

5 Ecrit.1. Puisque A GL ( R) 1 M ( R), cette matrice est inversible et son inverse A appartient à ( R) GL tandis que A,1. Alors : Y = A X + X = A Y A ce qui montre à la fois que f A, est bijective et que son application réciproque est définie par :.. Soient M, N, P trois points distincts de P. 1 1 X a A X A. On note X N xm M N = N, X P xm, M M P = P et N xm xp xm, M U = X M, N X M, P = la matrice N M P M concaténée. N M N xm Alors, X f M f N = = A + A + A A,, et de même N M N M P xm X f M f P = A, de sorte que la matrice concaténée des deux vecteurs images gjulia015 P M V = ( X f ( M ), f ( N ) X f ( M ) f ( P) ) est la matrice V = AU et que : det ( V ) = det( A) det( U ), sachant en, outre que det 0 A puisque A est inversible. M, N et P sont alignés si et seulement si det ( U ) = 0, condition qui équivaut à det ( V ) = 0 que f ( M ), f ( N ) et f ( P) sont alignés. ou encore au fait.3. L application f A, est bijective d après.1. D autre part, soit D une droite et M et N deux points distincts de cette droite. Ils déterminent la droite D : D = ( MN ). Les images f ( M ) et f ( N ) de M et N sont des points distincts puisque f est injective. Un point P appartient à D si et seulement si M, N et P sont alignés ce qui équivaut au fait que f ( P) est aligné M N P f M f N avec f et f c'est-à-dire que f appartient à la droite A L image de ( MN ) f, est la droite f ( M ) f ( N ),. D = par A A,. En conséquence, l image de toute droite de P est aussi une droite de P. La «condition des droites» est vérifiée par f A,. 3. Un calcul direct démontre à la fois l existence et l unicité des matrices A et recherchées. Si on note : X O' O' =, X I ' O' I ' = et X J ' I ' J ' =, on est amené à rechercher A a c J ' = b d et α = de β a sorte que l on ait en même temps : A X O + = = X O ' ainsi que A X I + = + = X I ' b et que : c A X J + = + = X J ' d. Par simple identification, on obtient : O' = et I ' xo' xj ' xo' O' A =. I ' O' J ' O' De plus, dire que O, I, J sont non alignés revient à dire que O 'I' et O ' J ' sont indépendants, c'est-à-dire que det 0 GL R. A. La matrice A est bien dans Partie. φ 0 φ = φ 0 1. = donc : φ ( 0 ) = 0 Pour tout réel : 0 = φ( 0) = φ( ) = φ + φ( ) donc φ = φ Par suite pour tous réels x et : φ( x ) = φ( x) + φ( ) = φ( x) φ φ donc : φ = φ. Pour tout nombre réel non nul : 1 = ( 1) = φ = φ φ G. Julia, 015 5

6 Ecrit Par suite pour tout nombre réel x et pour tout nombre réel non nul : 1 1 φ ( x) φ φ x φ x φ = gj = = 015 φ 3. Par récurrence évidente. Et de plus la relation φ ( n ) = n est vérifiée non seulement pour n entier naturel mais aussi pour n entier relatif, ce qui va nous servir dans la question 4. En effet, si n est un entier relatif négatif : φ ( n ) = φ( n ) = φ ( n ) = n = n 4. Soit p q r = un rationnel, où p est entier relatif et q entier naturel non nul. φ fonction φ coïncide avec l identité sur l ensemble des rationnels. 5. φ ( b) φ( a) = φ( b a) = φ ( b a ) = ( φ( b a ) 0 6. On considère jusqu à 6.3 inclus un réel x donné Soit un réel strictement positif ε. Soit q un entier tel que : > ε Alors : p qx < p + 1 et par suite : p p + x 1 p <. Les nombres x ' = et q q q ( p) ( q) p φ p r = φ = = = r q. La φ q. La fonction φ est une fonction croissante. q et soit [ q x] p = (la partie entière). p + 1 x'' = sont deux rationnels et q 1 1 d un côté : 0 x x' < < ε donc x ε < x' x tandis que de l autre : 0 < x'' x < ε donc x < x' ' < x + ε. q q On a obtenu deux rationnels qui vérifient un petit peu plus que les inégalités demandées. 6.. Puisque la fonction φ est une fonction croissante : φ( x' ) φ( x) φ( x'' ) l identité sur l ensemble des rationnels : x' φ ( x) x' '. Ce qui implique : ε φ( x) x + ε indépendamment du choix de ε, aussi petit soit-il. et puisqu elle coïncide avec x et ceci 6.3. Nécessairement : φ ( x ) = x pour ce réel donné x, quel qu il soit. Si en effet il avait un écart, dans un ( x) x sens ou dans l autre, on pourrait trouver un réel ε (par exemple : ε = φ ) tel que : gj 015 φ x x ε, x + ε en contradiction avec l inégalité x ε φ( x) x + ε obtenue indépendamment du choix [ ] de ε. Ce qui établit que φ = Id R Partie C. un cas particulier. Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites et telle que ( O) = O ; f ( I ) = I ; f ( J ) J f = 1. D après A.1.1, les droites (OI) et (OJ), d équations cartésiennes respectives = 0 et x = 0 sont globalement invariantes. Pour tout M de (OI) [respectivement de (OJ)] de coordonnées [respectivement 0 ], son image M appartient aussi à (OI) [respectivement à (OJ)]. Il existe un réel x [respectivement ] tel que M ait pour coordonnées ' 0 [respectivement 0 ]. Il existe ainsi deux applications φ et ψ de R ' G. Julia, 015 6

7 Ecrit dans R définies respectivement par : x a φ( x) = x' et ψ = ' les images par f des points de coordonnées et. φ ( 0 ) =ψ ( 0) = 0 et ( 1 ) =ψ ( 1) = 1 a telles que pour tous nombres réels x et, 0 φ( x) sont respectivement 0 0 et ψ φ car les points O 0 I 1 et 0 J sont des points invariants par f Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient A ; ; C les points du plan de coordonnées A, 0 et C. Alors : OA = C, il s agit du vecteur de coordonnées. Puisque x et sont non nuls, ce vecteur n est pas colinéaire à O 0. Le quadrilatère OAC est un parallélogramme non aplati. D après A.1.5 f O f A f C f est aussi un parallélogramme non aplati. Il s ensuit que : φ( x) ( O) f ( A) = f ( C ) f f f C gjulia015 0 f C ψ 3.. L image du point de coordonnées φ( x) est le point de coordonnées ψ. Lorsque x = 0 ou bien lorsque = 0, le résultat vient de la définition même des deux fonctions φ et ψ. Lorsque x et sont tous deux non nuls, le résultat vient de l égalité vectorielle précédente : φ( x) C f ψ. = 0 x f C = et 4. Soit x un nombre réel non nul. Soient A et les points de coordonnées A et 0. x 4.1. Puisque x est non nul, A et sont des points distincts et le vecteur A est directeur de la droite x (A). Ce vecteur est colinéaire à IJ, donc (A) et (IJ) sont parallèles (strictement si x 1 et confondues si x =1 ). D après A.1.3, les images de ces droites parallèles sont des droites parallèles : ( f ( A) f ( ) ) est parallèle à (IJ). φ =. 4.. On a vu d abord que : ( 0) ψ ( 0) Si x est non nul, ce qui précède montre que le vecteur f ( A) f ( ) coordonnées égales. Pour tout nombre réel x : ( x) ψ ( x) φ =. φ ψ ( x) ( x) est colinéaire à 1 IJ et a donc des 1 5. Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient, C les points du plan de coordonnées A, 1 et + C. 1 G. Julia, 015 7

8 Ecrit 5.1. Alors : OA = C, il s agit du vecteur de coordonnées. Puisque x est non nul, ce vecteur n est pas colinéaire à O. Le quadrilatère OAC est un parallélogramme non aplati. D après A f ( O) f ( A) f ( C) f ( ) est aussi un parallélogramme non aplati. Il s ensuit que : ( O) f ( A) f ( ) f ( C) 5.. Pour tous nombres réels x et : φ ( x ) = φ( x) + φ f =. +. Cette relation est triviale si l un des réels x ou x f ( C ) x f ( ) = x f ( A) x f ( O) est nul. S ils sont tous deux non nuls, la question 5.1 prouve que : donc que f ( C ) f ( ) = f ( A) f ( O) φ x φ = φ x C x + A f ont pour abscisses ( + ) puisque f a pour abscisse φ tandis que f et respectives φ ( x) et φ et que O est invariant. 6. Soient x et deux nombres réels non nuls. Soient, C les points du plan de coordonnées A, 0 et C 0. x 6.1. et 6.. Le vecteur AC a pour coordonnées AC x et le vecteur I a pour coordonnées I 1 Ainsi : AC = x I. Ces deux vecteurs sont non nuls et dirigent respectivement (AC) et (I). Ils sont colinéaires, les droites (AC) et (I) sont parallèles. D après A.1.3 leurs droites images ( ( A) f ( C) ) ( I f ( ) ) le sont aussi Pour tous nombres réels x et : ( x ) φ( x) φ est nul, et s ils sont tous deux non nuls, le parallélisme des droites ( f ( A) f ( C) ) et ( f ( ) ) φ( x) 1 det( f ( A) f ( C), I f ( ) ) = = 0 donc que ψ ( x ) φ( x) ψ = 0 gj015 ψ ( x ) ψ fonctionnellement φ = ψ, on obtient le résultat. f et φ =. La relation est triviale si l un ou l autre des réels x ou I montre que. Vu d après 4. que 7. La fonction φ vérifie les hpothèses de la partie. Il s agit de l application identique de R dans R. Donc, f = Id P puisque chaque point du plan a pour image le point de mêmes coordonnées. Partie D. Cas général. Soit f une application de P dans P vérifiant la condition des droites. 1. D après A.1.4 (contraposée) puisque O, I, J ne sont pas alignés, leurs images f ( O) f ( I ), f ( J ) pas non plus., ne le sont. D après A.3, f ( O), f ( I ), f ( J ) n étant pas alignés, il existe A GL ( R) et M,1 ( R) que : f ( O) f ( O) ; f ( I ) = f ( I ) f ( J ) = f ( J ). = gjulia ; 015 tels 3. L ensemble des applications qui vérifient la condition des droites est clairement un groupe pour la loi de composition (dès lors qu il s agit d un ensemble de bijections qui «conservent» quelque chose ). Ainsi, 1 1 f vérifie la condition des droites de même que la composée o f. Mais cette dernière laisse invariant chacun des points O, I, J. Il s agit de l application du «cas particulier» de la partie C. Donc de f G. Julia, 015 8

9 Ecrit l identité du plan. Il s ensuit que images des trois points O, I, J. f f A, =, c'est-à-dire que f est entièrement déterminée par la donnée des 4. On aura reconnu dans f A, une application affine bijective du plan. Réciproquement, toute application affine bijective du plan est une application f A, déterminée par les images des points O, I, J. L ensemble des applications du plan qui vérifient la condition des droites est l ensemble des transformations affines du plan. G. Julia, 015 9

10 Ecrit 3. Epreuve, problème 3 Ce problème étudie les triangles dont certaines des droites remarquables (médiatrices, hauteurs ou médianes) sont perpendiculaires. 1. Triangles AC dont les médiatrices de [A] et de [AC] sont perpendiculaires et triangles AC dont les hauteurs issues de et de C sont perpendiculaires. Il est possible de raisonner en termes d angles de droites. On note A et AC les médiatrices des côtés [A] et [AC]. Les médiatrices des côtés [A] et [AC] d une part, et les côtés (A) et (AC) d autre part forment deux angles de droites à côtés deux à deux perpendiculaires :, =, A + AC + AC, π par la relation de Chasles A AC A AC π ( A, A ) = ( AC, AC ) = ( π ) Donc : ( A, AC ) = ( AC) ( π ) Ainsi, les médiatrices des côtés [A] et [AC] sont perpendiculaires si et seulement si les côtés (A) et (AC) du triangle sont perpendiculaires, c'est-à-dire si et seulement si AC est un triangle rectangle en A. Quant à la hauteur issue de, elle est parallèle à AC car ces deux droites sont l une et l autre perpendiculaires à une même troisième droite, (AC). De même, la hauteur issue de C est parallèle à Les hauteurs issues de et de C sont perpendiculaires si et seulement si qui ramène au point précédent. A et AC A. sont perpendiculaires ce. Il n existe pas de triangle dont deux bissectrices sont perpendiculaires On considère une bissectrice (intérieure ou extérieure) de l angle de sommet et une bissectrice (intérieure ou extérieure) de l angle de sommet C. La droite (A) a pour image (C) par la smétrie axiale d axe, et (C) a pour image (AC) par la smétrie axiale d axe. Donc (A) a pour image (AC) par la composée des deux smétries axiales r = s o s. Cette composée est une rotation (et non une translation puisque (A) et (AC) sont sécantes) d angle (, ' ) '. π Puisque AC n est pas aplati : ( A, AC) = (, ' ) 0 ( π ) et par conséquent : (, ' ) 0. En particulier, ces bissectrices ne peuvent pas être perpendiculaires. (Cette méthode de résolution prouve ainsi un peu plus que demandé : aucune bissectrice, intérieure ou extérieure, de l angle de sommet ne peut être perpendiculaire à une bissectrice, intérieure ou extérieure, de l angle de sommet C). 3. Triangles aant deux médianes perpendiculaires Soit I le milieu de [C]. C a Pour tout point M du plan : M + MC = MI + = MI + (théorème de la médiane). a a Si on considère le point A : c + b = A + AC = AI + = 18GI + (car AI = 3GI ), ce qui donne : b + c a GI = 36 Si les médianes issues de et de C sont perpendiculaires, le triangle GC est rectangle en G et G appartient a au cercle de diamètre [C] : GI = a b + c a a, b, c sont liés par la relation : = c'est-à-dire par la relation : b + c = 5a gjulia Réciproquement, soit AC est un triangle non aplati dont les mesures des côtés vérifient cette relation : G. Julia,

11 Ecrit Le point G n appartient pas à (C) puisque G est strictement entre I et A. GC est aussi un triangle non aplati. ( 5a ) a 9a a a C GI = = = et : GI = =. Le triangle GC est un triangle rectangle en G Les droites (G) et (GC) sont perpendiculaires. Soit et C sont deux points distincts du plan tels que C = a et soit I le milieu de [C]. Soit M un point du plan, n appartenant pas à (C). Les médianes issues de et de C du triangle MC sont perpendiculaires si et seulement si : a M + MC = 5a, c'est-à-dire si et seulement si : MI + = 5a ou encore si et seulement si : 9a MI =. 4 L ensemble des points M tels que les médianes issues de et de C du triangle MC sont perpendiculaires est le cercle de centre I et de raon 3a privé de ses intersections avec (C). 4. Construction du projeté A du sommet A sur la grande diagonale [H] du cube ACDEFGH Soit a la longueur d une arête du cube. Dans le cube, le triangle AH (entre autres triangles) a la propriété du 4.3 car : H = a 3 et AH = a, ce qui fait que : H + AH = 5A mais honnêtement je ne vois pas en quoi cela aide pour la construction de A. Procédons autrement AF = FC = CA = a : le triangle AFC est un triangle équilatéral. A = C = F = a et HA = HC = HF = a : les points et H sont tous deux équidistants des trois sommets du triangle AC. Ils appartiennent à son axe médiateur 1, qu ils déterminent. (H), en tant qu axe médiateur du triangle AC, est la droite orthogonale au plan (AC) passant par le centre A du cercle circonscrit à ce triangle. Tout point de (AC), et en particulier se projette orthogonalement en A sur (H). AC étant équilatéral, le point A est en même temps le centre de gravité du triangle. Une construction de A à la règle seule en découle : Le point d intersection I des diagonales (D) et (AC) du carré ACD est le milieu de [C]. La droite (FI) est une médiane du triangle AC. Incluse dans le plan (FH), elle est sécante avec (H) en A. 1 Dans l espace, l axe médiateur d un triangle non aplati est l ensemble des points équidistants des trois sommets. C est la droite d intersection des plans médiateurs des côtés de ce triangle. La droite d intersection des plans médiateurs de deux des côtés est en effet incluse dans le plan médiateur du troisième côté. G. Julia,

12 Ecrit Le logiciel permet une vérification de la construction en utilisant une autre propriété du point A. Si l espace est rapporté au repère ( C, F ),, les points C, F, H ont pour coordonnées respectives A ( 0,1,0 ) ; C ( 0,1,0 ) ; F ( 0,0,1) ; H ( 1,1,1 ). Le plan (AC) est le plan d équation x + + z = 1 tandis que la droite (H) a pour équations x = λ paramétriques : = λ, λ R. Le point z = λ d intersection A de (H) avec (AC) est le point A ',, de sorte que : H = 3A', relation qu atteste le logiciel. G. Julia, 015 1

I Rappels sur les symétries :

I Rappels sur les symétries : I Rappels sur les symétries : I. 1 Symétrie axiale : On note I le milieu de [ AB ]. On appelle médiatrice du segment [ AB ] la droite perpendiculaire en I à ( AB ). Propriétés : La médiatrice de [ AB ]

Plus en détail

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité.

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité. ❶ - Vecteurs I-- Définition d un vecteur Définition : Lorsqu on choisit deux points distincts M et N dans cet ordre, on définit : - une direction : celle des droites parallèles à (MN) ; - un sens : de

Plus en détail

Exercices supplémentaires : Produit scalaire dans l espace

Exercices supplémentaires : Produit scalaire dans l espace Exercices supplémentaires : Produit scalaire dans l espace Dans tous les exercices, sauf quand cela est précisé, on considère un repère orthonormal de l espace ; ; ;. Partie A : Repère et vecteurs coplanaires

Plus en détail

Vecteurs de l espace

Vecteurs de l espace Vecteurs de l espace Définitions règles de calcul On étend à l espace la notion de vecteur définie dans le plan, ainsi que les opérations associées : somme de vecteurs multiplication par un réel Définition-

Plus en détail

NOM : PRODUIT SCALAIRE 1ère S

NOM : PRODUIT SCALAIRE 1ère S Exercice 1 R D Q C Soit un carré ABCD. On construit un rectangle AP QR tel que : P et R sont sur les côtés [AB] et [AD] du carré ; AP = DR. Le problème a pour objet de montrer que les droites (CQ) et (P

Plus en détail

TRANSFORMATIONS DU PLAN

TRANSFORMATIONS DU PLAN 1 Généralités TRNSFRTINS DU PLN 1.1 Définitions Une transformation du plan est une application bijective du plan dans lui-même. utrement dit, c est un mécanisme qui associe à tout point du plan un point

Plus en détail

Exercices supplémentaires Géométrie plane

Exercices supplémentaires Géométrie plane Exercices supplémentaires Géométrie plane Partie A : Coordonnées de vecteurs, colinéarité Exercice 1 Dans un repère, on considère 6; 1, ; 1, 15; 4 et ; 2. 1) Les points, et sont-ils alignés? Justifier.

Plus en détail

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre

Plus en détail

Chapitre XII : Géométrie dans l espace

Chapitre XII : Géométrie dans l espace I - Positions relatives dans l espace 1) Positions relatives de droites et de plans Chapitre XII : Géométrie dans l espace Définition 1 : On dit que deux droites et de l espace sont coplanaires lorsqu

Plus en détail

P R O D U I T S C A L A I R E.

P R O D U I T S C A L A I R E. ère S 00/005 Produit scalaire J TAUZIEDE P R O D U I T S C A L A I R E I- DEFINITION ET PREMIERES PROPRIETES ) Produit scalaire de deux vecteurs colinéaires Définition Soit u et v deux vecteurs colinéaires

Plus en détail

GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES

GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES GEOMETRIE ANALYTIQUE EQUATIONS DE DROITES Géométrie analytique C est Descartes (1596-1650) qui a développé l idée de représenter les figures géométriques dans un repère, les points du plan étant définis

Plus en détail

Chapitre 1 Parabole ( ) ( )

Chapitre 1 Parabole ( ) ( ) Chapitre 1 Parabole Définition 1 (conique en général) Soit (D) une droite fixe, et F est un point n appartenant pas à (D) et e est un nombre réel positif non nul. On appelle conique de foer F, de directrice

Plus en détail

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE.

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. I- Droites et plans de l espace : Rappels des règles de base Par deux points distincts de l espace, passe une unique droite. Par trois points non alignés passe un

Plus en détail

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Géométrie BAC MATHS δmaths M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Nombres complexes * +. Si, alors il existe un unique couple tel que. est la forme algébrique du nombre complexe. : la partie réelle de. : la partie

Plus en détail

Géométrie transformation du plan.

Géométrie transformation du plan. Géométrie transformation du plan. I. Cercle 2 A. Définitions 2 B. Positions relatives d une droite et d un cercle 2 C. Positions relatives de deux cercles 2 II. 2 A. Construction à la règle et au compas

Plus en détail

Comment démontrer que deux droites sont parallèles

Comment démontrer que deux droites sont parallèles F1 Comment démontrer que deux droites sont parallèles P : Si deux droites sont parallèles, alors toute parallèle à l une est parallèle à l autre. P : Si deux droites sont perpendiculaires à une même troisième,

Plus en détail

Géométrie analytique dans l espace

Géométrie analytique dans l espace Généralités Points coplanaires Quatre points de l espace sont dits coplanaires s ils appartiennent à un même plan (rappel : 3 points d un plan sont dits alignés s ils appartiennent à une même droite) Vecteurs

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire. Définition ( voir animation ) Remarques ( voir animation ) Configurations fondamentales.

PRODUIT SCALAIRE. I Produit scalaire. Définition ( voir animation ) Remarques ( voir animation ) Configurations fondamentales. PRODUIT SCALAIRE I Produit scalaire Définition ( voir animation ) Soient et deux vecteurs du plan. On considère trois points O, A et tels que : OA = u et O =. On appelle produit scalaire du vecteur par

Plus en détail

Chapitre 1 - Repérage et configurations du plan

Chapitre 1 - Repérage et configurations du plan nde hapitre 1 - Repérage et configurations du plan 01-013 hapitre 1 - Repérage et configurations du plan ctivités d approche 1. (a) Deux points et ont pour abscisses 7 3 et. alculer la distance. et sur

Plus en détail

Produit scalaire. A) Définitions et propriétés.

Produit scalaire. A) Définitions et propriétés. Produit scalaire A) Définitions et propriétés Soient u et v sont deux vecteurs non nuls Les quatre définitions suivantes sont équivalentes, on pourrait donc choisir comme point de départ chacune d elle

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2012

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2012 UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL Géométrie et géométrie analytique Enoncés et solutions de l examen de première session 01 Enoncés On demandait de résoudre trois questions

Plus en détail

Définir précisément (tout énoncé inexact ou incomplet sera compté comme faux) ce qu est une homothétie (dans un plan euclidien).

Définir précisément (tout énoncé inexact ou incomplet sera compté comme faux) ce qu est une homothétie (dans un plan euclidien). L1 2016-2017 Géométrie en petite dimension orrigé du contrôle continu 2 Exercice 1 Énoncer précisément (tout énoncé inexact ou incomplet sera compté comme faux) les trois cas d égalité des triangles. Toutes

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2010

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2010 UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL Géométrie et géométrie analytique Enoncés et solutions de l examen de première session 010 Enoncés On demandait de résoudre trois questions

Plus en détail

A retenir : Chapitre 1

A retenir : Chapitre 1 A retenir : Chapitre 1 C1 * 1 et * 2 Définition de division euclidienne et vocabulaire Effectuer la DIVISION EUCLIDIENNE de D par d non nul, c est trouver le quotient q et le reste r tel que : D = d. q

Plus en détail

π π ; 2 π tel que z = 1 + e i θ.

π π ; 2 π tel que z = 1 + e i θ. EXERIE 1 (5 points) Dans le plan complexe muni d'un repère orthonormal (O ; u, v ) (unité graphique : cm), on considère les points, et d'affixes respectives a, b 1 i et c 1 + i. 1. a. Placer les points,

Plus en détail

HOMOTHÉTIES - TRANSLATIONS - ROTATIONS

HOMOTHÉTIES - TRANSLATIONS - ROTATIONS HOOTHÉTIES - TRASLATIOS - ROTATIOS I s - Propriétés On appelle translation de vecteur u, l'application qui à un point associe l'unique point tel que = u On la note souvent t u (ou simplement t lorsqu'il

Plus en détail

CHAPITRE I GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN EXERCICES

CHAPITRE I GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN EXERCICES CHAPITRE I GÉOÉTRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN EXERCICES 1) Le plan étant muni d un repère ( O, i, j ) 4 u 6 et v Calculez les coordonnées de : 1 2,4 a) AB d) u + v b) 2 CA c) BC, on donne A( 5; 7,3), ( 9;0)

Plus en détail

Droites et plans de l espace - Vecteurs

Droites et plans de l espace - Vecteurs Chapitre 8 Droites et plans de l espace - Vecteurs Objectifs du chapitre : item références auto évaluation étude de la position relative de droite(s) et de plan(s) vecteurs de l espace formules dans un

Plus en détail

Classe de première Du collège au lycée : Fiche de géométrie

Classe de première Du collège au lycée : Fiche de géométrie Classe de première Du collège au lycée : Fiche de géométrie Les outils collège : Tous les axiomes d Euclide, les résultats sur les angles ; les quadrilatères particuliers ; les triangles isocèles ; équilatéraux

Plus en détail

Similitudes directes du plan

Similitudes directes du plan Similitudes directes du plan I Transformations du plan - Déplacements Définition On dit qu'une application f du plan dans lui-même est une transformation si f est une bijection du plan dans lui-même, c'est-à-dire

Plus en détail

Ellipse déduite d un cercle par affinité orthogonale dans le plan. Applications (en particulier, projection orthogonale d un cercle sur un plan).

Ellipse déduite d un cercle par affinité orthogonale dans le plan. Applications (en particulier, projection orthogonale d un cercle sur un plan). DOCUMENT 19 Ellipse déduite d un cercle par affinité orthogonale dans le plan. Applications (en particulier, projection orthogonale d un cercle sur un plan). Dans ce document on va montrer que toute ellipse

Plus en détail

Transformations du plan et de l espace

Transformations du plan et de l espace [http://mp.cpgedupudelome.fr] édité le 24 septembre 2016 Enoncés 1 Montrer que si A et B sont des points fies de f alors la droite (AB) est invariante par f. Eercice 5 [ 0218 ] [Correction] Soient A, B,

Plus en détail

Seconde chap1 Géométrie plane 1/6 GEOMETRIE PLANE.

Seconde chap1 Géométrie plane 1/6 GEOMETRIE PLANE. Seconde chap Géométrie plane /6 GEOMETRIE PLNE. I. Repère et coordonnées. oordonnées. Si O, I et J sont trois points non alignés du plan, alors (O I J) est un repère du plan d origine O. Si (OI) et (OJ)

Plus en détail

Repérage dans le plan

Repérage dans le plan Repérage dans le plan I Les repères a) Définition Définition : Un repère du plan est défini par la donnée de trois points distincts non alignés O, I et J. Le repère est alors noté (O ; I ; J). Le point

Plus en détail

Première S 2 mai 2011

Première S 2 mai 2011 Première S mai 011 Exercices 11 1 Homothétie 1 Mathématiques Soit ABC un triangle, ( Γ ) son cercle circonscrit et O le centre de ( Γ ) Soit H le milieu de [BC] et D le point de ( Γ ) diamétralement opposé

Plus en détail

GEOMETRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN

GEOMETRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN WORKBOOK PCD -GEOMETRIE ANALYTIQUE DU PLAN 016 GEOMETRIE ANALYTIQUE DANS LE PLAN 1 Déterminer l'équation du cercle centré en C et de rayon r si : a) C (0; 0) et r = 1; b) C = (1; ) et r c) C (3; -4) et

Plus en détail

COMMENT DEMONTRER QUE DEUX DROITES SONT PARALLELES?

COMMENT DEMONTRER QUE DEUX DROITES SONT PARALLELES? 1 COMMENT DEMONTRER QUE DEUX DROITES SONT PARALLELES? 1) En utilisant les propriétés vues en 6 ème Si deux droites sont parallèles à une même droite alors elles sont parallèles entre elles On sait que

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session Première épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session Première épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAERPA) Session 2001 Première épreuve écrite Partie I : Une identité remarquable Dans cette partie, k désigne un corps commutatif. On note k l ensemble des éléments

Plus en détail

Université de Rennes Préparation au CAPES de mathématiques Feuille d exercices de géométrie

Université de Rennes Préparation au CAPES de mathématiques Feuille d exercices de géométrie Université de Rennes 1 2008-2009 Préparation au CAPES de mathématiques Feuille d exercices de géométrie Géométrie affine Exercice n 1 1) Montrer qu une partie non vide Γ d un espace affine réel X est un

Plus en détail

Exercices sur le barycentre

Exercices sur le barycentre Exercices sur le barycentre Exercice 1 : ABCD est un quadrilatère quelconque, I le milieu de [AD] et J celui de [BC]. 1) Ecrire IJ comme la somme de AB et de deux autres vecteurs que l on précisera. 2)

Plus en détail

EXERCICES SUR LE PRODUIT SCALAIRE. Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux.

EXERCICES SUR LE PRODUIT SCALAIRE. Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux. EXERIES SUR LE PRODUIT SLIRE Dans toute cette série d'exercices, les repères considérés sont tous orthonormaux. Exercice 1 Soit un carré D. On construit un rectangle PQR tel que : P et R sont sur les côtés

Plus en détail

( ) ( BIG ) est : Produit scalaire et espace La droite ( OA ) avec A( 2; 4; et le plan P. Exercice 1 - qcm

( ) ( BIG ) est : Produit scalaire et espace La droite ( OA ) avec A( 2; 4; et le plan P. Exercice 1 - qcm ENSM cours pi Marc Bizet 0-04 Exercice - qcm Produit scalaire et espace ABCDEFGH est un cube d arête de longueur et on EF considère les milieux I et J des arêtes [ EH ] et [ ] La longueur BI 5 5 vaut BG

Plus en détail

M : Zribi. 4 ème Maths Cour. Produit scalaire dans l espace : Définition:

M : Zribi. 4 ème Maths Cour. Produit scalaire dans l espace : Définition: Produit scalaire dans l espace : Définition: Soit A, B et C trois points, le produit scalaire des vecteurs AB et AC est le réel défini par : AB AC = si AB = 0 ou AC = 0 AB AC = si AB 0 et AC 0 Conséquence

Plus en détail

Cours de Terminale S /Produit scalaire et orthogonalité. E. Dostal

Cours de Terminale S /Produit scalaire et orthogonalité. E. Dostal Cours de Terminale S /Produit scalaire et orthogonalité E. Dostal Mars 2015 Table des matières 10 Produit scalaire et orthogonalité 2 10.1 Produit scalaire.......................................... 2 10.2

Plus en détail

TS 2016 Correction Exercices n 2 Ch10. Géométrie Espace B. Vecteurs de l espace, Vecteurs Colinéaires :

TS 2016 Correction Exercices n 2 Ch10. Géométrie Espace B. Vecteurs de l espace, Vecteurs Colinéaires : TS 016 orrection xercices n h10. éométrie space Vecteurs de l espace, Vecteurs olinéaires : xercice 1 : Soient,, et quatre points de l espace. 1. Soient I et J définis par I = 1 et J = 1. Montrer que IJ

Plus en détail

Similitudes planes. I Transformations du plan. Définition. Propriété (voir démonstration 01) Exemple. Exercice 01. Exercice 02. Exemple.

Similitudes planes. I Transformations du plan. Définition. Propriété (voir démonstration 01) Exemple. Exercice 01. Exercice 02. Exemple. Similitudes planes I Transformations du plan On dit qu'une application f du plan dans lui-même est une transformation si f est une bijection du plan dans lui-même, c'est-à-dire si pour tout point N du

Plus en détail

Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace

Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace GEOMETRIE ANALYTIQUE DANS L'ESPACE 35 Chapitre 4: Géométrie analytique dans l'espace Prérequis: Géom. vectorielle dans V 3, géom. analytique dans le plan Requis pour: Algèbre linéaire, examen de maturité.

Plus en détail

Géométrie du plan. 1 Questions de cours. 2 Applications du cours. 3 Exercices

Géométrie du plan. 1 Questions de cours. 2 Applications du cours. 3 Exercices Géométrie du plan 1 Questions de cours 1 Énoncer et démontrer l inégalité de Schwarz Énoncer et démontrer l inégalité triangulaire pour la norme euclidienne 3 Soit u un vecteur unitaire du plan Combien

Plus en détail

Cours : SIMILITUDES PLANES.

Cours : SIMILITUDES PLANES. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : définir une similitude plane à partir de la conservation des rapports des distances. en déduire la définition du rapport de similitude. faire le lien

Plus en détail

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3 MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES Table des matières I Mesures algébriques 2 1 Définition 2 2 Propriétés 2 II Barycentres 3 1 Barycentre d un système de deux points pondérés 3 1.1 Définitions.......................................................

Plus en détail

Equations cartésiennes. Fiche(1)

Equations cartésiennes. Fiche(1) Fiche(1) Le tableau suivant indique, dans la case située ligne l et colonne c, l altitude (exprimée en centaines de mètres) au point dont l abscisse est c et l ordonnée l : par exemple, l altitude du point

Plus en détail

TRANSFORMATIONS DU PLAN

TRANSFORMATIONS DU PLAN TRANSFORMATIONS DU PLAN On appelle transformation plane (ou transformation du plan) dans lui-même tout procédé qui, à partir de n importe quel point M du plan, permet de construire un point M du plan.

Plus en détail

Autour de l ellipse de Steiner

Autour de l ellipse de Steiner utour de l ellipse de Steiner Leçons 180, 181, 18 Salim Rostam 1 juillet 014 1 Existence et unicité de l ellipse de Steiner Le but de cette section est de démontrer le théorème suivant. Théorème. Tout

Plus en détail

I. Propriétés de géométrie analytique.

I. Propriétés de géométrie analytique. I. Propriétés de géométrie analytique. Activité 1 Dans un repère orthonormé (O ; I ; J), a. Distance entre deux points. Dans un repère orthonormée (O ; I ; J) on considère deux point A(2 ; 1) et B(5 ;

Plus en détail

Géométrie dans les espaces préhilbertiens

Géométrie dans les espaces préhilbertiens 13 Géométrie dans les espaces préhilbertiens Pour ce chapitre (E, ) est un espace préhilbertien et est la norme associée. 13.1 Mesures de l angle non orienté de deux vecteurs non nuls L inégalité de Cauchy-Schwarz

Plus en détail

Droites remarquables dans les triangles

Droites remarquables dans les triangles Droites remarquables dans les triangles F.Gaudon 16 février 2005 Table des matières 1 Différentes droites 2 1.1 Médiatrices............................ 2 1.2 Hauteurs.............................. 4 1.3

Plus en détail

Produit scalaire dans l espace

Produit scalaire dans l espace Chapitre G Produit scalaire dans l espace Contenus Capacités attendues Commentaires Produit scalaire Produit scalaire de deux vecteurs dans l espace : définition, propriétés. Vecteur normal à un plan.

Plus en détail

Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan

Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan EQUATIONS DE LA DROITE DANS LE PLAN 1 Chapitre 1 : Équations de la droite dans le plan 1.1 Introduction Exercice d introduction : On considère l équation vectorielle: x = 3 3 + k. y 2 2 Représenter, dans

Plus en détail

CHAPITRE II GEOMETRIE DANS L ESPACE

CHAPITRE II GEOMETRIE DANS L ESPACE CHAPITRE II GEOMETRIE DANS L ESPACE COURS 1) Définitions, notations et premières propriétés Les points dans l espace sont notés, comme ceux du plan, par des lettres majuscules : A, B, C,. Les droites dans

Plus en détail

Baccalauréat S Amérique du Sud Novembre 2010

Baccalauréat S Amérique du Sud Novembre 2010 Durée : 4 heures Baccalauréat S Amérique du Sud Novembre 21 Exercice 1 points On admet que si D et D sont deux droites non coplanaires, il existe une unique droite perpendiculaire à D et D. Si coupe D

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques Dans tout le problème, n est un entier supérieur ou égal à 2. On désigne par M n (IR) l algèbre des matrices carrées d ordre n à coefficients réels. Pour tout A de M n (IR), on note a ij le coefficient

Plus en détail

1 Théorème de l angle inscrit

1 Théorème de l angle inscrit Université Claude ernard Lon I CPES de Mathématiques : Oral nnée 2006 2007 Théorème de l angle inscrit, etc. 0 Prérequis On se place dans un plan affine orienté P. angles de vecteurs, de droites ; relation

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE GÉOMÉTRIE PLANE

ÉLÉMENTS DE GÉOMÉTRIE PLANE ÉLÉMENTS DE GÉOMÉTRIE PLANE I. DROITE ET SEGMENT 1. Généralités Il existe une droite et une seule passant par deux points A et B distincts donnés, on la note (AB). On peut dire que la droite passe par

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 07 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace Terminale S Ch.8 PARTIE Géométrie dans l'espace Ú La perspective cavalière C'est un ensemble de règles permettant de représenter un volume dans un plan; ce n'est pas ce que nous voyons dans la réalité.

Plus en détail

Chapitre 8 : Droites et plans de l espace - Vecteurs. Deux droites de l'espace sont soit coplanaires, soit non coplanaires. Elles ont un point commun.

Chapitre 8 : Droites et plans de l espace - Vecteurs. Deux droites de l'espace sont soit coplanaires, soit non coplanaires. Elles ont un point commun. Chapitre 8 : Droites et plans de l espace - Vecteurs I Positions relatives de droites et de plans Positions relatives de deux droites Deux droites de l'espace sont soit coplanaires, soit non coplanaires

Plus en détail

* Addition de deux vecteurs : 1) La relation de Chasles : 2) La règle du parallélogramme :

* Addition de deux vecteurs : 1) La relation de Chasles : 2) La règle du parallélogramme : I Rappels- Les vecteurs I-1 Généralités : * tout couple de points (,B dans un plan, est associé un vecteur B Soit u un représentant de B, alors u = B Lorsque = B,alors u = 0 * La norme du vecteur B est

Plus en détail

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace Géométrie dans l'espace 1. Rappels de géométrie dans l'espace 1.1. Positions relatives de droites et plans 1.1.1. Position relative de deux plans Définition : On dit que deux plans sont strictement parallèles

Plus en détail

Propriété Les 3 hauteurs d un triangle sont concourantes. Le point de concours s appelle l orthocentre du triangle.

Propriété Les 3 hauteurs d un triangle sont concourantes. Le point de concours s appelle l orthocentre du triangle. Géométrie Espace 2 nde 1 Géométrie dans l espace I. Rappels de collège A. Formumaire 1. Hauteurs Une hauteur est une droite passant par un sommet et perpendiculaire au côté opposé. Il y a donc 3 hauteurs

Plus en détail

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 I) Produit scalaire Dans tout ce paragraphe, on travaillera dans un repère orthonormé

Plus en détail

Barycentre. Table des matières

Barycentre. Table des matières 1 Barycentre Table des matières 1 Rappels sue les vecteurs 2 1.1 Définition................................. 2 1.2 Opérations sur les vecteurs....................... 2 1.2.1 Somme de deux vecteurs....................

Plus en détail

Géométrie de l espace

Géométrie de l espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Géométrie de l espace Notions communes Exercice [ 087 ] [Correction] À quelle(s) condition(s) simple(s) l intersection de trois plans de l

Plus en détail

Stéphane Guyon Correction Plan de Travail équations de droites - pnuméro de page/statistiques Lycée Bellevue

Stéphane Guyon Correction Plan de Travail équations de droites - pnuméro de page/statistiques Lycée Bellevue Correction Plan de travail équations de droites : Calcul du coefficient directeur d une droite Exercice 10: On considère (O; i ; j) un repère du plan. Déterminer, si possible, le coefficient directeur

Plus en détail

Trigonométrie. I] Cercle trigonométrique et radians

Trigonométrie. I] Cercle trigonométrique et radians I] Cercle trigonométrique et radians Dans le plan muni d un repère orthonormé, on appelle cercle trigonométrique le cercle de centre O et de rayon 1 sur lequel on définit un sens de parcours appelé sens

Plus en détail

Mathématiques Terminale C Calcul Vectoriel Résumé de cours

Mathématiques Terminale C Calcul Vectoriel Résumé de cours . arycentre I- arycentre de deux points pondérés I. 1. Définition 1: Soit (, ) et (, ) deux points pondérés tels que + 0, Il existe un point unique G tel que G G 0 ; le point G est appelé barycentre des

Plus en détail

SOMMAIRE. Fiche 2 : Démontrer que deux droites sont perpendiculaires. Fiche 6 : Démontrer qu un quadrilatère est un parallélogramme

SOMMAIRE. Fiche 2 : Démontrer que deux droites sont perpendiculaires. Fiche 6 : Démontrer qu un quadrilatère est un parallélogramme SOMMAIRE Fiche 1 : Démontrer que deux droites sont parallèles Fiche 2 : Démontrer que deux droites sont perpendiculaires Fiche 3 : Démontrer qu un triangle est équilatéral Fiche 4 : Démontrer qu un triangle

Plus en détail

Chapitre 2 : Distance point-droite et bissectrices

Chapitre 2 : Distance point-droite et bissectrices DISTANCE POINT-DROITE ET BISSECTRICES 17 Chapitre 2 : Distance point-droite et bissectrices 2.1 L équation normale d une droite Introduction : L équation normale d une droite nous permettra de calculer

Plus en détail

EXERCICES ET PROBLÈMES SUR LES APPLICATIONS AFFINES Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako EXERCICE 1

EXERCICES ET PROBLÈMES SUR LES APPLICATIONS AFFINES Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako EXERCICE 1 EXERCICES ET PROBLÈMES SUR LES APPLICATIONS AFFINES Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako EXERCICE Dans le plan muni d un repère orthonormal (O; i ; j), soit f l application de P dans P

Plus en détail

Produit scalaire dans le plan

Produit scalaire dans le plan ème année Maths Produit scalaire dans le plan Octobre 009 A LAATAOUI Exercice n 1 La figure ci-dessous représente un rectangle ABCD tel que : AB = 5 et BC = ; un triangle ABF équilatéral et un triangle

Plus en détail

Nom : VECTEURS 2nde. Exercice 1. ABCD est un parallélogramme de centre O. Donner l ensemble des égalités vectorielles possibles sur cette figure.

Nom : VECTEURS 2nde. Exercice 1. ABCD est un parallélogramme de centre O. Donner l ensemble des égalités vectorielles possibles sur cette figure. Exercice 1 ABCD est un parallélogramme de centre O. Donner l ensemble des égalités vectorielles possibles sur cette figure. Illustration D. Le Fur 1/?? Exercice 2 ABCD est un parallélogramme de centre

Plus en détail

Utiliser les propriétés des symétries axiale ou centrale.

Utiliser les propriétés des symétries axiale ou centrale. Chapitre 4 Éléments de Géométrie Ce que dit le programme CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Coordonnées d un point du plan Abscisse et ordonnée d un point dans le plan rapporté à un repère orthonormé.

Plus en détail

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite LEÇON N 21 : Définition vectorielle d une droite du plan, d une droite ou d un plan de l espace. Représentations paramétriques. Génération des demi-droites, des segments. Parallélisme. Pré-requis : Propriétés

Plus en détail

1. Déterminant d une matrice carrée

1. Déterminant d une matrice carrée Déterminants 2-1 Sommaire 1. Déterminant d une matrice carrée 1 1.1. Déterminant d une matrice carrée A.. 1 1.2. Interprétation en dimensions 2 et 3... 2 1.3. Propriétés élémentaires.......... 2 1.4. Déterminant

Plus en détail

Exercices Trigonométrie

Exercices Trigonométrie I Le cercle trigonométrique Savoir-faire 1 : Associer nombres réels et points du cercle trigonométrique Exercice 1 Tracer le cercle trigonométrique, puis placer les points A, B, C et D, images par enroulement

Plus en détail

Conséquence. Si deux triangles sont isométriques, alors ils ont leurs trois côtés égaux deux à deux. AB = MN BC = NP CA = PM A = M AB = MN AC = MP

Conséquence. Si deux triangles sont isométriques, alors ils ont leurs trois côtés égaux deux à deux. AB = MN BC = NP CA = PM A = M AB = MN AC = MP Seconde Triangles isométriques, triangles semblables I. Triangles isométriques. Définition. Deux triangles sont isométriques ou superposables, si l un est l image de l autre par une isométrie ou la composée

Plus en détail

Produit scalaire de deux vecteurs de l espace. 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan

Produit scalaire de deux vecteurs de l espace. 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan Produit scalaire de deux vecteurs de l espace 1 Rappels sur le produit scalaire de deux vecteurs du plan 1.1 Définition Soit u et v deux vecteurs du plan. Si u = 0 ou v = 0, alors u v = 0 (Attention! On

Plus en détail

Notations et présentation du sujet. Partie A : une majoration des modules des racines d un polynôme

Notations et présentation du sujet. Partie A : une majoration des modules des racines d un polynôme Notations et présentation du sujet Dans tout le problème n désigne un entier naturel non nul. Si a et b sont deux entiers naturels tels que a < b on note [a, b] l ensemble des entiers naturels k tels que

Plus en détail

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE.

DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. DROITES, PLANS ET VECTEURS DE L ESPACE. : la perspective cavalière Pour représenter un objet de l espace par une figure plane, on adopte un mode de représentation appelé «perspective cavalière» qui est

Plus en détail

Baccalauréat S Polynésie, correction

Baccalauréat S Polynésie, correction Baccalauréat S Polynésie, correction 0 juin 00 Exercice 5 points Commun à tous les candidats. Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct (O; u ; v). Partie A - Restitution organisée de

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques Énoncé Dans tout le problème, n est un entier supérieur ou égal à 2. On désigne par M n (IR) l algèbre des matrices carrées d ordre n à coefficients réels. Pour tout A de M n (IR), on note a ij le coefficient

Plus en détail

Translations et vecteurs

Translations et vecteurs Translations et vecteurs A) Translation. 1. Définition. Soient trois points A, B et M. L image du point M par la translation qui transforme A en B est le point M tel que ABM M, dans cet ordre, soit un

Plus en détail

Bac S Polynésie juin 2010

Bac S Polynésie juin 2010 Bac S Polynésie juin 2010 EXERCICE 1 (5 points) Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct O u v. Partie A - Restitution organisée de connaissances Prérequis Soit z un nombre complexe

Plus en détail

(donnés) a et b tels que : f : x où a est le coefficient directeur de f et b l ordonnée à l origine.

(donnés) a et b tels que : f : x où a est le coefficient directeur de f et b l ordonnée à l origine. ❶ - Fonctions affines I-1- Définitions et vocabulaire Définition 1: On dit que f est une fonction affine si pour tout réel, il eistent deu réels (donnés) a et b tels que : f : a + b où a est le coefficient

Plus en détail

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan I- Rappels et compléments sur les vecteurs 1) Vecteurs égaux La translation qui transforme en est appelée la translation de vecteur. Le point s appelle

Plus en détail

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2.

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Chapitre 3 Les angles 3.1 Angles orientés de vecteurs du plan 3.1.1 Groupe des rotations Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Définition 3.1 On appelle

Plus en détail

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages.

Extrait gratuit de document, le document original comporte 13 pages. Notations Dans ce problème, E est un espace euclidien de dimension n 1. On note (x y) le produit scalaire de deux vecteurs quelconques x, y de E. On note [x] ε la matrice-colonne des coordonnées d un vecteur

Plus en détail

Géométrie dans l'espace

Géométrie dans l'espace M- SE - ST Géométrie dans l'espace Exercice Dans l'espace muni du repère orthonormé O, i, j, k, on considère les points : A; ; -, B; ; C; -; 0. - Calculer les coordonnées des vecteurs AB, AC AB AC. Les

Plus en détail

(Isométrie et produit scalaire)

(Isométrie et produit scalaire) 1. Définitions et propriétés Définition (d une isométrie) Soit f une application du plan dans lui-même. On dit que f est une isométrie du plan si elle conserve la distance c est-à-dire pour tous points

Plus en détail

GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE

GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE GÉOMÉTRIE DANS L ESPACE On se place dans un repère orthonormal du plan ( O ; i, j, k ) I Équation de plan Exercice 1 : On considère le point A ( 0;1;4) et le vecteur n ( ;3; ) Déterminer une équation du

Plus en détail