(Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client»)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client»)"

Transcription

1 (Customer Relationship Management, «Gestion de la Relation Client») Les Banques et sociétés d assurance sont aujourd'hui confrontées à une concurrence de plus en plus vive et leur stratégie " clientèle " doit s'adapter aux nouvelles conditions du marché. Le coût engendré par l'acquisition de nouveaux clients est tel qu'il devient parfois plus rentable de fidéliser les anciens clients que de se consacrer à la " conquête " de nouveaux clients. Les démarches CRM ou GRC (Customer Relationship Management ou Gestion de la Relation Client) qui se développent de façon massive dans le secteur bancaire et de l assurance comme dans bien d'autres secteurs d'activité d'ailleurs ont pour finalité de mener les opérations de marketing nécessaires à la fidélisation de la clientèle. Cependant, ces démarches réclament la mobilisation d'une partie importante de l'information détenue par une Banque ou assureur sur ses clients. Pour pouvoir appréhender correctement et de façon prospective la décision de départ d'un client, il convient avant tout de rassembler et d'analyser l'ensemble des informations qui le concerne. Et là, ce sont bien des compétences statistiques qu'il faut utiliser. L'étude du phénomène d'attrition (risque de non fidélisation de la clientèle) a pour but non seulement de décrire et comprendre le comportement des clients susceptibles de quitter leur Banque mais aussi d'attribuer une probabilité que cet évènement survienne et si possible d'en apprécier le terme. Le score d'attrition va donc devoir répondre à ce triple objectif afin que la Banque ou l assureur puissent réagir à temps pour " contrarier " ce possible départ. En tenant compte de la valeur du score d'attrition, plusieurs opérations marketing pourront ensuite être conduites en direction de ces clients. L'actuaire est au coeur du métier d'assureur : il évalue les risques et examine les conséquences financières des comptes futurs. Il doit avoir une vision globale et prospective de l'activité des produits de sa société. Il se fonde sur ses chiffres et sa rigueur de scientifique. Il synthétise à lui seul les différents métiers d'une société d'assurance. C'est un expert qualifié et à ce titre n'a pas droit à l'erreur : rigueur et efficacité sont les maîtres mots. La modélisation de la gestion relation client du marché de l assurance vie devient une nécessité pour que méthodes et outils statistiques soient opérationnels. Aucune recherche pragmatique n est faite ce jour dans la filière de la banque et de l assurance. Par aillieurs, L actualité nous fait part de la volatilité financière et de l incertitude économique de la filière banque et assurance. En conséquence, je propose ce projet de recherche pour aider le statisticien dans ses investigations par des méthodes et outils appropriés en fonction de situations rencontées Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 1 / 11

2 !" 1. Contexte de cette recherche 2. Thème de la recherche 3. Axes de cette recherche 3.1. Le référentiel d analyse : les caractéristiques CRM du marché de l assurance vie 3.2. Le produit : les contrats d assurance vie La typologie des contrats assurance vie Les réponses à apporter au client 3.3 Méthode et Relations entre facteurs La démarche la régression logistique, score d appétence.l Les relations entre facteurs 3. 4 Pré Modélisation 3.5 Outils 4. La modélisation CRM 4.1 Les préalables La pyramide client Le plan factoriel d expérience ou plan CRM 4.2 La valeur client 4.3 Le modèle CRM La démarche stratégique 4.3.2: La mise en oeuvre des technologies de l information et de la communication la gestion du projet le pilotage du changement Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 2 / 11

3 1. Contexte de cette recherche Le marché de l assurance vie en France en est en augmentation régulière, il est passé de 84,2 Md à 186Md entre 2000 et 2006 d encours collectés (# #) ou chiffre d affaires des assureurs ou «banc assureurs». Bien qu il y ait un fléchissement à partir de 2008 de 11 %, l assurance vie reste le placement préféré des français en Les encours gérés (# #) dépassent en 2008 le cap de 1000 Md, Bien qu étant en augmentation de 10% en moyenne entre 2000 et 2007, comment vont donc évoluer à partir de 2008 ces encours collectés vue l incertitude des cours de la bourse et l environnement économique mondial. La percé du marché des banc assureurs (CNP,CAA, AXA, BNP, S Générale, mutuelles..) se confirme et s accélère au détriment des assureurs. Les fusions et acquisitions font émerger des grosses compagnies, filiales de banques et sont aujourd hui en ordre de marche «postfusion» pour s attaquer au marché de l assurance vie en France et en Europe ( ). 2. Thème de cette recherche Comment modéliser la gestion de la relation client (GRC ou CRM) du marché de l assurance vie des assureurs et des banc assureurs ente 2010 et 2015 en Europe Quels méthodes et outils employés sachant qu aucun modèle statistique n est présent à ce jour (cf. bibliographie CRM, Filière de l assurance vie..)dans le modèle on devrait expliquer les variations des variables résultats ou dépendantes que sont les encours collectés (# #), les encours gérés par an (# #$, le nombre de contrat gérés par an ($,le nombre de souscripteur par an ($ $, par les variations d autres variables dites explicatives ou facteurs ou variables indépendantes qui seraient pour les acteurs (Assurance et Banca Assurance) et pour les clients (souscripteurs) les facteurs de structures, de gestion, de démographie et déterminants socio économiques de ces territoires (Europe, Etats, région, agence) à partir des données de l INSEE (valeur ciblées %$ L explication permet donc de prédire les valeurs que prend la variable expliquée selon celle prise par les facteurs. La modélisation représente le comportement d une grandeur par une expression comportant une partie déterministe, fonction par exemple, et une partie aléatoire. Cette partie déterministe décrit le comportement moyen du phénomène et la partie aléatoire n est autre que le différentiel entre la vraie valeur de la variable étudiée et la partie déterministe. 3. Axes de la recherche 3.1. Le référentiel d analyse : les caractéristiques CRM du marché de l assurance vie La réponse à ses questions donne l analyse fonctionnelle du modèle, la définition des acteurs et de son environnement : le référentiel d analyse. Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 3 / 11

4 Environnement Economique Environnement Juridique Le Marché de l assurance des personnes Fonction Marketing : ( ( Gestion quantitative : les facteurs du référentiel ' du marché assurance vie en Europe (assureur et banco assureur) Les produits d assurance : Epargne vie Retraite, prévoyance Fonction Conception du Produit : Gestion qualitative : les relations entre facteurs Environnement Social Facteurs de : Gestion, Structure Organisation, Démographie et socio économique du Territoire (base données INSEE ) Environnement politique La modélisation trouve son intérêt dans l explication et la prédiction du phénomène temporel entre les variables de résultat (#&#& #&#&& &) et la batterie de ces facteurs caractérisant ces territoires issue de la base de données de l INSEE et autres sources. le modèle se caractérisera sur 2 plans : 1. Déterministe en essayant d ajuster une forme mathématique à la variation «en moyenne» du phénomène par 2 modèles de régression (MR) : A. modèle linéaire généralisé (GLM) B. modèle additif généralisé (GAM) 2. aléatoire en donnant une forme à la variabilité du phénomène autour de sa moyenne en donnant une forme au hasard Les caractéristiques des différents types de modèles : A. régression linéaire B. AR (autoregressive), MA (moving average), ARMA (autoregressive et moving average) C. ARIMA (auregressive integrated moving average) par la modélisation de BOX JENKINS Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 4 / 11

5 D. par lissage exponentiel de désaisonnalisation et Prévision par lissage exponentiel et autres E. à analyse multi varié, non linéarité et Mémoire longue seront définis avec leur contraintes et limites pour identifier les liaisons fonctionnelles du référentiel : les caractéristiques CRM du marché e l assurance vie Les étapes de la démarche seront : A. Analyse descriptive des séries variables résultats et facteurs nature des variables introduites dans le modèle. Les outils employés seront : 1. Auto corrélation partielle des résidus (PACF) 2. Observation du graphe des résidus 3. Critère d Akalie 4. Paramètre de dispersion 5. Effet partiel des facteurs sur la variable résultat B. Modélisation de la tendance, les variations saisonnières (les saisons et les mois). Les outils employés seront : 1. Analyse des sensibilités aux valeurs extrêmes 2. Traitement de la taille des fenêtres de lissage 3. Traitement des variables dépendantes et indépendantes 4. Choix et ajustement des variables résultats aux facteurs 5. Analyse de sensibilité 6. Gestion des autos corrélation persistantes et résiduelles C. Les relations paramétriques entre facteurs et variables résultats 1. Analyse des sensibilités aux valeurs extrêmes 2. Traitement de la taille des fenêtres de lissage 3. Traitement des variables dépendantes et indépendantes 4. Choix et ajustement des variables résultats aux facteurs 5. Analyse de sensibilité 6. Gestion des autos corrélation persistantes et résiduelles D. Détermination de la matrice CRM ou matrice des états en ligne les différents facteurs et en colonne les 4 variables résultats Les qualités et défauts des différents modèles Approche bayésienne. On peut estimer des paramètres à partir des données issues la matrice CRM. ON peut aussi d après BAYES prendre d autres informations provenant d autres sources (bibliographie, avis d expert.) pour inférer sur les estimations (variance, moyenne..). d»où cette information à priori. L estimation finale des paramètres et de leur distribution s appelle information à postiori. A l aide du critère d Akaite (AIC) on peut tester quel est le choix du meilleur modèle Outils : SAS, EViews et autres en fonction de ses spécificités lequel sera le plus performant 3.2. Le produit : les contrats d assurance vie Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 5 / 11

6 la typologie des contrats assurance vie A. Le contrat d'assurance vie en euros B. Le contrat d'assurance vie multi-supports C..Les contrats d'assurance vie DSK / NSK D. Les fonds à formule : Les réponses à apporter au client A. Le capital est-il garanti? on peut distinguer trois types de placements aux risques sensiblement différents : les fonds à promesse, les fonds assortis d une protection et les fonds à capital garanti. B. L argent est-il disponible? Oui, sur le papier. Mais toute sortie anticipée provoque la perte des garanties ou de la performance annoncée. C. Combien ça rapporte? Tout dépend du montage retenu et du comportement des places boursières sur la période jugée. D. Quelle est la règle fiscale E. Les atouts de la gestion «à coussin» A côté des fonds garantis classiques, les banques proposent des supports diversifiés pilotés avec une gestion «à coussin». Une partie de l épargne versée est toujours mobilisée pour reconstituer la mise à l échéance fixée mais, cette fois, le solde est géré activement, afin d exposer le portefeuille lorsque les marchés progressent ou de le sécuriser en cas de pépins. Au terme du contrat, la banque sert, par exemple, 100% de la valeur liquidative à la souscription ou 85% de la plus haute valeur liquidative atteinte par le fonds. Avantage de ce montage : la période de commercialisation est beaucoup plus longue que celle des fonds à formule. 3.3 Méthode et Relations entre facteurs La démarche la régression logistique, score d appétence. A. Estimation, principe de maximum de vraisemblance B. Evaluation du modèle C. Test de Wald, évaluation individuelle des coefficients D. Les odds ratios E. élaboration d un score d appétence F. Choix des variables du modèle Les relations entre facteurs A. Influence de l âge sur la détention de fond à formule B. Influence du sexe sur la détention de fond à formule C. Influence de la situation matrimoniale sur la détention de fonds à formules D. Influence de la catégorie socio professionnelle sur la détention de fonds à formules E. Influence du nombre de contrats par souscripteur sur la détention de fonds à formule F. Influence de la détention ou non d Unités de Compte sur la détention ou non de fonds à formules G. Influence de la détention d un contrat Prévoyance sur la détention de fonds à formules. H. Influence des clients avec des contrats «Fourgoussés» sur la détention ou non de fonds à Formule I. Influence de la répartition des produits détenus par les clients sur les fonds à formules J. Influence de la souscription du 1er contrat sur la détention d un fond à formule K. Influence de l encours cumulé sur la détention de fonds à formule Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 6 / 11

7 L. Influence de la détention de Fonds à Formules sur les produits M. Influence de l âge du premier Contrat sur la détention ou non de Fonds à Formule 3. 4 Pré Modélisation A. Apport des variables pour la modélisation des Fonds à Formules B. Sélection des variables C. Adéquation du modèle aux données D. Effets significatifs du modèle E. Ajout de l interaction «Détention de contrats Fourgoussés» et «Détention d unités de Comptes» F. Interprétations des coefficients estimés G. Interprétation des odds ratio H. Validation du pré modèle 3.5 Outils : SAS, SPAD et autres en fonction de ses spécificités lequel sera le plus performant 4. La modélisation CRM 4.1 Les préalables La pyramide client L établissement de la pyramide client est l élément clef dans la modélisation CRM : 1. Il faut classer et segmenter en produit haut de gamme (!)), produit intermédiaire (!*!*), produit grand public (!!!!) selon une valeur des stocks et des flux établie à partir de la pré modélisation et du score d appétence. 2. Il faut ensuite procéder à un classement décroissant en % des encours collectés (EC suivant Oy) et nombre de contrats gérés (suivant Ox. La logique est de trouver un optimum parétien suivant une loi 80/ 20 ou 90/ le classement résultant donnera alors : les bons clients ou clients fidèles contrats hauts de gamme (stocks et flux > valeur Sup (%( %() en K les clients standards (Stock et flux compris entre % +% +%() les petits clients (Stock et flux +% $ La pyramide client peut compléter par 1. prospect chaud : personnes prêtes à acheter ou souscrire un contrat et pour lesquelles vous faites partie des fournisseurs officiels retenus du marché de la banc assurance 2. prospect tièdes : personnes qui achèteront probablement à court terme (l année) et avec qui vous avez un espoir raisonnable de faire affaire et de souscrire un contrat. 3. Contacts : réponses à des opérations de marketing qui n ont pas encore été qualifiées et dont on ne sait pas à quel type de prospect elle correspondent. 4. les suspects : des personnes susceptibles d avoir besoin de vos produits ou service mais avec lesquels vous n ave pas encore été en relation. Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 7 / 11

8 La pyramide client définit les enjeux du CRM et de les rendre compréhensible par l ensemble des acteurs. Les objectifs à atteindre sont donc : 1. faire entrer des suspects dans la pyramide client 2. qualifier les prospects prometteurs 3. les transformer en client 4. les faire monter en haut de la pyramide La pyramide CRM est l outil fondamental pour définir le plan stratégique et les actions commerciales qui en découlent du plan marketing Le plan factoriel d expérience ou plan CRM Le systèmes du périmètre CRM sont complexes. Ils sont pilotés par de nombreux facteurs (X 1, X 2, X i, les valeurs INSEE ciblés %). Lors de l analyse d une solution, on cherche à vérifier la performance réalisée des variables résultats (EC, EG, CG, S) attendues selon une combinaison Yj à définir. Ainsi, le niveau d un critère Y j peut être exprimé en fonction d une sélection des facteurs (X 1, X 2, X i ),, -./01 2 &1 3 &1 $. L'objet des plans d expériences est de quantifier l'influence des paramètres sur la réponse à partir de résultats de la simulation CRM.qui donneront (' Il existe plusieurs stratégies d'action : 1. les plans CRM complets : cette stratégie consiste à tester toutes les combinaisons des paramètres sélectionnés 2. les plans CRM réduits : cette stratégie consiste à tester une partie de toutes les combinaisons des paramètres. 3. les plans CRM dit «Taguchi» : Génichi Taguchi a proposé une sélection de A partir d'une série de simulation du modèle CRM, la courbe de réponses doit pouvoir permettre d'obtenir : 1. La moyenne des mesures de la réponse 2. L'effet de chaque paramètre sur la réponse 3. L'interaction entre les paramètres Les plans CRM permettent d'obtenir n mesures d'un critère Yj pour différentes combinaisons des paramètres X i. Pour les plans CRM factoriel complet, les facteurs peuvent prendre deux (ou trois) niveaux. L'objet du plan complet est de tester toutes les combinaisons possibles. Ils permettent de quantifier l'influence de facteurs sur une caractéristique. Cependant le nombre d'essais peut vite devenir trop important lorsque le nombre de facteurs augmente. Les plans CRM réduits auront pour objectif d'obtenir les effets de plusieurs facteurs en faisant un minimum d'essais. 4.2 La valeur client Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 8 / 11

9 La valeur client sera le ration entre l espérance profit client (#!4 #!4$ $ (variation relative en % des encours gérés entre T-1 et T ) et les sacrifices (!4$!4$qu acceptera $ l entreprise pour l obtenir (les variations en % des sollicitations du plan CRM entre T-1 et T) %.#!4 5!4 Un client ne présente de la valeur que si le ratio est > 1. Ce ratio traduit bien les 2 enjeux de la modélisation CRM : 1. la mise en place d un véritable pilotage du capital client par agrégation des différents segments. 2. la modélisation CRM vise à diminuer les sacrifices de l entreprise en maîtrisant et valorisant l ensemble des coûts (coûts de recrutement, de transaction, de développement, de fidélisation, pertes d opportunités.) Un gestionnaire ou un chef d entreprise a ainsi une vision financière quantitative et qualitatives lui permettant de mettre en œuvre une politique d affectation et de pilotage des moyens à partir d une modélisation rigoureuse 4.3 Le modèle CRM La démarche stratégique #66*"*6*67 89#*6*8" cible étendue client moyen part de marché offre standard média de masse émission de messages #66*" 62!# 89#*6*8" segments rentables clients connus part de client offre personnalisée multicanal personnalisé interactivité La marche en avant : faire bien (T0), faire mieux (T1), faire 229 mieux que les autres (T3) 4.3.2: La mise en oeuvre des technologies de l information et de la communication Des relations animées par différentes foncions de l entreprises Une bataille avec distributeurs et partenaires pour la connaissance et la propriété du client Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 9 / 11

10 Un nombre croissant de technologies et de points d accès:médias, hors médias, Web, mobile, tv, pda, Comment animer en cohérence les relations de tous les canaux pour atteindre les objectifs marketing? MD :courriers, mails et appels E/S Demande d informations Etudes de marché Communication médias et hors médias Mesures de satisfaction Commercial : contacts, visites, contrats, Programmes de fidélisation.. Facturation Relance SAV Logistique Réclamations * Produits et services Logiciel + datawarehouse + architecture CRM à définir la gestion du projet 1) Détermination de segments rentables, à potentiels 2) Actions différenciées selon segments Stratégie multicanale adaptée à chaque segment - promotions ciblées - programmes de fidélisation (points, cartes, ) - suivi SAV - + Coordination des acteurs 3) Mesures de satisfaction système d information adapté aux organisations (inter + intra + extra net, data mining) et piloté 4) Piloter le changement Suite à la simulation du modèle : définition d un Pert cost 236 et d un Pert time Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 10 / 11

11 le pilotage du changement 1) Choisir un sous ensemble du CRM (un canal, une cible prioritaire, ) 2) Estimer le ROI 3) Faire participer management, acteurs et informaticiens 4) Modifier par étapes organisation, comportement et système d information 5) Généraliser les bonnes pratiques Bilan : le chef d entreprise a une vision claire de la stratégie à mettre en œuvre : les plans CRM, la valeur client ***** Claire SURRY- 17/12/2008- Projet de recherche Page 11 / 11

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Cycle: Licence professionnelle Filière: Technique banques et assurances LE MARKETING RELATIONNEL ET LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Réalisé par: Mlle Asmae AIT RAI Mlle Ghizlane JALIAD Mlle Hafida EL

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL. Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring. Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013

ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL. Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring. Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013 ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013 CONTEXTE Une bonne insertion professionnelle des étudiants passe par

Plus en détail

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II

L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II 15 novembre 2013 L olivier Assurances Licence 3 Econométrie Lyon II Pascal Gonzalvez 1 L olivier Assurances et le Groupe Admiral Segmentation et tarification en assurance auto Autres applications de la

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Agenda de la présentation

Agenda de la présentation Le Data Mining Techniques pour exploiter l information Dan Noël 1 Agenda de la présentation Concept de Data Mining ou qu est-ce que le Data Mining Déroulement d un projet de Data Mining Place du Data Mining

Plus en détail

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France.

Guide d accompagnement. Document réalisé par Softcomputing et Microsoft France. RESSOURCE PME Cahier des charges d un outil de gestion de la relation client (GRC) ou Customer Relationship Management (CRM) Guide d accompagnement. Ce document donne aux PME des clés pour mener à bien

Plus en détail

Big Data et Marketing : les competences attendues

Big Data et Marketing : les competences attendues Big Data et Marketing : les competences attendues Laurence Fiévet Responsable Marketing Corporate Oney Banque Accord LA DYNAMIQUE DU MARKETING Selon la définition de Kotler et Dubois, «Le marketing est

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise

La GRC ou comment mettre le client au coeur de l entreprise composantes Relation de la Relation relation 4 Les outils 4 Les 4-1 outils Les de bases la GRC de 4-1 données Les bases de données 4-2 Les logiciels et 5 Les de freins la GRC au La GRC ou comment mettre

Plus en détail

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle 842 - La segmentation de la clientèle 843 - Les actions personnalisées utilisation des procédures de consultation

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Xerox Au service du marketing d entreprise

Xerox Au service du marketing d entreprise Xerox Au service du marketing d entreprise Marketing Direct, 1 To 1, Transpromo Christophe Montané Xerox Global Services Page 1 ESC Lille 22 Octobre Seminaire Marketing Direct - Le Groupe Xerox en quelques

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise?

Livre blanc. CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Livre blanc CRM: Quels sont les bénéfices pour votre entreprise? Longtemps considéré comme un outil de luxe exclusivement réservé aux grands groupes, le CRM a su démontrer au fil du temps, que son efficacité

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Le data mining et l assurance Mai 2004. Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires

Le data mining et l assurance Mai 2004. Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires Le data mining et l assurance Mai 2004 Charles Dugas Président Marianne Lalonde Directrice, développement des affaires AGENDA Qu est-ce que le data mining? Le projet et les facteurs de réussite Les technologies

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE

LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE LA CONDUITE DE L ACTION COMMERCIALE Une fois les objectifs fixés pour son équipe, le manageur doit définir une stratégie et mettre en place un plan d actions. Outil de prévision et de planification, ce

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité Alexis DIRER LEO, Université d Orléans Co-écrit avec Rim Ennajar-Sayadi Journée

Plus en détail

Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment?

Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment? conseil organisation management Réussir ensemble Devenir une banque relationnelle de référence : pourquoi et comment? Conférence CCM Benchmark Banques sur Internet 2012-13 Mars 2012 csa consulting 80,

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels E1 RECRUTEMENT DES ASSISTANTS INGENIEURS DE RECHERCHE ET DE FORMATION...2 E1.1 Gestionnaire de base de données...2 E1.2 Développeur

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent www.coopami.org Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La bonne gestion financière d un système d assurance de soins de

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Surabondance d information

Surabondance d information Surabondance d information Comment le manager d'entreprise d'assurance peut-il en tirer profit pour définir les stratégies gagnantes de demain dans un marché toujours plus exigeant Petit-déjeuner du 25/09/2013

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité.

Plus en détail

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Le spécialiste du crédit à la consommation

Plus en détail

Conseil National des Assurances. Architecture & Urbanisme des Systèmes d Informations.

Conseil National des Assurances. Architecture & Urbanisme des Systèmes d Informations. Conseil National des Assurances Atelier du 21 février 2005 Architecture & Urbanisme des Systèmes d Informations. Guy ALRIC Expert MEDA Organisation et Systèmes d Informations Assurance guy.alric@wanadoo.fr

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Manipulation de données avec SAS Enterprise Guide et modélisation prédictive avec SAS Enterprise Miner

Manipulation de données avec SAS Enterprise Guide et modélisation prédictive avec SAS Enterprise Miner Le cas Orion Star Manipulation de données avec SAS Enterprise Guide et modélisation prédictive avec SAS Enterprise Miner Le cas Orion Star... 1 Manipulation de données avec SAS Enterprise Guide et modélisation

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente?

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Micro conférence Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Intervenants Georges Crampette Expert comptable Cabinet Crampette Sylvain Lherm Sonia Piasentin Direction

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale 2003 Asurances, soins, biens médicaux Une culture globale et entrepreneuriale orientée client Innovation et fonctionnement en réseau

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

La gestion opérationnelle de l information commerciale

La gestion opérationnelle de l information commerciale La gestion opérationnelle de l information commerciale La maîtrise du Process Commercial Du ciblage à la commande avec les solutions PREMIDATA PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56

Plus en détail

conseiller banque en ligne h/f

conseiller banque en ligne h/f FICHES DE POSTES conseiller banque en ligne h/f Conseiller Banque en Ligne H/F Vos missions Accueillir et orienter les clients et les prospects Assurer un appui commercial à la clientèle du réseau d agences

Plus en détail

Savoir fidéliser ses clients

Savoir fidéliser ses clients Savoir fidéliser ses clients le programme partie 1 Les enjeux de fidélisation partie 2 La relation client : un levier de fidélisation Partie 3 Gérer sa base de données clients Partie 4 Les outils pour

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT: CONCEPT ET MISE EN OEUVRE FATIHA BENARZI

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT: CONCEPT ET MISE EN OEUVRE FATIHA BENARZI LA GESTION DE LA RELATION CLIENT: CONCEPT ET MISE EN OEUVRE FATIHA BENARZI les concepts de la gestion relation clients La démarche Un changement de perspective et la vente dans tous ça? Les enjeux Les

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS Lorsque la conjoncture économique est plus dure, l'entreprise ne peut plus se permettre de gérer approximativement ses prospects et ses clients. Chaque dossier

Plus en détail

B/ La gestion des relations avec les clients

B/ La gestion des relations avec les clients Le CRM Le marketing one to one Le nouveau mix marketing Conclusion: du marketing de masse au marketing personnalisé CRM (Customer relationship management) e-crm Marketing one to one Marketing one to one

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Des données à la connaissance client. A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox

Des données à la connaissance client. A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox Des données à la connaissance client A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox Livre blanc mai 2013 A l heure du Big Data, les entreprises s interrogent davantage sur leurs données.

Plus en détail

SOCIETE GENERALE. Etude de la relation client. Elodie Mouillet. Elodie Mouillet

SOCIETE GENERALE. Etude de la relation client. Elodie Mouillet. Elodie Mouillet Techniques de Commercialisation Gestion de la relation client Mme LEFLOUR SOCIETE GENERALE Etude de la relation client Elodie Mouillet Elodie Mouillet Introduction I. De nombreux outils au service de la

Plus en détail

W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux

W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux W3MS Web, Marketeur, Manager de Médias sociaux Nouvelles modes de consommations des biens et des services, Nouvelles formes de communication dans le B2B, dans le B2C, dans le B2B2C, le C2C, Nouvelles compétences

Plus en détail

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales?

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Panorama de l offre Sage CRM Solutions CRM Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Soyez plus proches de vos clients Pour vous garantir une relation

Plus en détail

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one"

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing One to one La gestion de la relation client Introduction Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one" apparaît en France en 1997. Mais le concept est né au début des années 1990, pour

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

Premium Line. stratégie patrimoniale gagnante. Parce qu une. a besoin de solutions savantes

Premium Line. stratégie patrimoniale gagnante. Parce qu une. a besoin de solutions savantes Premium Line Parce qu une stratégie patrimoniale gagnante a besoin de solutions savantes Editorial C est parce qu une stratégie patrimoniale gagnante s obtient à partir de solutions savantes que nous vous

Plus en détail

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club

«Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Club Réunion des membres du 7 juin 2011 «Outils de gestion pour TPE CRM / ERP» Comment faciliter la gestion journalière d un commerce ou d une TPE par l utilisation d outils TIC? L adoption d outils TIC mais

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Partenaires bancaires

Partenaires bancaires Generali Patrimoine Partenaires bancaires Un partenariat à votre mesure Generali, un acteur de référence dans le monde Créé à Trieste en 1831, le Groupe s est développé dans toutes les branches de l assurance

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts

Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts Guide Pratique Gérez efficacement vos contacts SOMMAIRE Avant Propos 3 Faites un bilan de votre situation actuelle 4 Quelle est la différence entre un logiciel de gestion de contacts et mon organisation

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Solution globale et intégrée qui couvre l'ensemble des principaux aspects de la gestion des projets immobiliers. Depuis l'étude d'une

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0

MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 MICROSOFT DYNAMICS CRM 3.0 Face à l évolution rapide des marchés, les entreprises doivent continuellement reconsidérer leurs axes de développement et leurs stratégies commerciales. Les sollicitations permanentes

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS

LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS LES BONNES PRATIQUES DE LA RELATION CLIENTS 1. Améliorez votre efficacité commerciale pour augmenter le taux de réussite de vos devis 80% du temps d un commercial n est pas affecté à la vente (Proudfoot

Plus en détail

1. DÉFINITION DU MARKETING

1. DÉFINITION DU MARKETING 1. DÉFINITION DU MARKETING 1.1 DÉFINITIONS 1.2 PRÉDOMINANCE DU CLIENT 1.3 ÉLARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION 1.4 SATISFACTION DU CLIENT ET CRM 1 1.1 DÉFINITIONS 1. Marketing 2. Acteurs du marketing 3.

Plus en détail

Centre de relation client

Centre de relation client Centre de relation client Emission et réception d appels Etudes qualitatives et quantitatives Mesure de qualité de services Enquêtes en ligne - appels mystères Fidélisation clients Détection de projets

Plus en détail

L information et la technologie de l informationl

L information et la technologie de l informationl L information et la technologie de l informationl CRM & informatique décisionnelled CRM CRM & informatique décisionnelle. d 1 2 3 Les Les fondements managériaux managériaux du du CRM. CRM. Les Les fondements

Plus en détail

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER S SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER plus que jamais, un outil d actualité et de conquête Votre connaissance du et de vos clients est fondamentale pour assurer vos succès.

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

En partenariat avec. et sa solution e-mailing

En partenariat avec. et sa solution e-mailing En partenariat avec et sa solution e-mailing A quoi sert une campagne e-mailing? A quoi sert un e-mailing? Faites la distinction entre la communication de masse et la communication ciblée Notoriété Communication

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Optimisation des ressources des produits automobile première

Optimisation des ressources des produits automobile première EURIA EURo Optimisation produits automobile première Pauline PERROT promotion 2011 EURIA EURo 1 ère partie : contexte MMA (FFSA) MAAF (GEMA) SGAM : COVEA (AFA) GMF (GEMA) MMA : Plus 3 millions clients

Plus en détail