Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne"

Transcription

1 G. VANZETTO, J. MACHECOURT, D. FAGRET Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne G. VANZETTO 1, J. MACHECOURT 1, D. FAGRET 2 1 Service Cardiologie et Urgences Cardiologiques - 2 Service de Médecine nucléaire - CHU - Grenoble 1,2 Laboratoire d Etudes de Radiopharmaceutiques - INSERM EMI Faculté de Médecine de Grenoble Malgré les progrès des méthodes de prévention, les maladies cardiovasculaires restent l une des principales causes, sinon la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. Le diagnostic de la maladie coronaire, son évaluation pronostique chez le coronarien avéré et le choix de la thérapeutique appropriée est un objectif fondamental du Cardiologue. La Médecine Nucléaire peut et doit avoir une place importante dans cette évaluation. Très souvent cependant cette place est sous-évaluée ; assez souvent aussi, son utilisation est inappropriée, entraînant alors des déceptions quant aux renseignements apportés. Notre but est de mieux préciser la place potentielle de la TSMP, dans la prise en charge des principaux problèmes posés par la maladie coronarienne. Nous avons choisi de proposer des arbres décisionnels, reposant d une part sur les données de la littérature et les recommandations des Sociétés Savantes, mais aussi d autre part sur notre interprétation de ces travaux, notamment en termes de faisabilité en pratique clinique quotidienne. Il s agit en quelque sorte d une synthèse entre le souhaitable - les recommandations des Sociétés Savantes - et le réalisable - la gestion au jour le jour du patient coronarien. 1. Stratégie d utilisation de la TSMP à visée diagnostique (1-5) Cette stratégie repose sur les lois de probabilité conditionnelle et l analyse Bayesienne séquentielle. La première étape consiste à évaluer la prévalence de la maladie chez les patients considérés à partir de l ensemble des éléments cliniques (âge, sexe, caractères de l angor, facteurs de risque associés...). (Figure 1) Chez les patients à basse prévalence de la maladie (< 20%) la TSMP ne doit pas être utilisée en première intention. En effet, une épreuve d effort maximale négative est suffisamment rassurante pour écarter l hypothèque coronarienne. Lorsque l épreuve d effort, réalisée dans les meilleures conditions est positive voire douteuse, la scintigraphie s impose en deuxième intention. En effet, ce patient appartient alors à une catégorie de probabilité "intermédiaire" de la maladie. Si cette TSMP est normale ou de bon pronostic, le diagnostic de maladie est écarté. Si elle est positive ou de mauvais pronostic, la maladie peut être affirmée et généralement une stratégie invasive (coronarographie plus ou moins revascularisation) s impose. Chez les patients à haute probabilité clinique a priori de la maladie, un raisonnement symétrique est applicable : une épreuve d effort positive confirme alors le diagnostic et impose généralement une stratégie invasive. Une épreuve d effort négative ou non diagnostique impose une TSMP de deuxième intention, rejoignant le cas précédent. Chez les patients de prévalence coronaire intermédiaire sur les données cliniques, il est raisonnable de demander d emblée à visée diagnostique l épreuve d effort couplée à la TSMP. En effet la puissance diagnostique de l épreuve d effort simple n est généralement alors pas suffisante pour écarter ou au contraire affirmer la maladie. 2. Stratégie d utilisation de la TSMP à visée pronostique (6-10) Comme pour l évaluation à visée diagnostique, cette stratégie varie en fonction de la prévalence de la maladie chez le patient considéré. C'est chez les patients à prévalence coronarienne intermédiaire que la valeur pronostique de la TSMP est maximale. (Figure 2) En cas de prévalence coronaire basse, une épreuve d effort maximale négative est suffisante pour affirmer le bon pronostic du patient. En cas de prévalence coronaire élevée, une épreuve d effort positive ou fortement positive affirme au contraire le mauvais pronostic du patient et justifie généralement une stratégie invasive. Cependant, même chez ces patients, la TSMP présente un intérêt pronostic additif, avec toutefois un moindre rapport coût/efficacité. En cas de prévalence coronaire intermédiaire - soit sur les données cliniques, soit après électrocardiogramme positif chez un patient à prévalence coronaire basse ou après un électrocardiogramme d effort négatif chez un patient à prévalence coronaire élevée - la TSMP amène une stratification pronostique complémentaire par rapport aux données 114 Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2

2 Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne - FIGURE FIGURE 2 - Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2 115

3 G. VANZETTO, J. MACHECOURT, D. FAGRET de l électrocardiogramme d effort : une scintigraphie myocardique normale, quelles que soient les données de l électrocardiogramme d effort, est un élément de bon pronostic. En cas de scintigraphie myocardique anormale, le pronostic sera fonction de l étendue de l anomalie perfusionnelle et/ou de la présence des autres critères de mauvais pronostic de la TSMP (Figure 3). 3. Paramètres pronostiques de la TSMP (11-15) Les quatre principaux éléments à considérer sont : 1. Existe-t-il une hypoperfusion myocardique? 2. Si oui, cette hypoperfusion myocardique dépasse-t-elle 30% du myocarde? 3. Le rapport activité pulmonaire/activité myocardique estil supérieur à 0,50? 4. Existe-t-il une dilatation ventriculaire gauche à l effort? Selon la présence et l association de ces paramètres, on peut distinguer sur la seule TSMP-Tl201: 1. des patients de bon pronostic cardiovasculaire (probabilité de décès cardiovasculaire en France < à 0,25% et par an) 2. des patients de pronostic cardiovasculaire altéré 3. des patients de mauvais, voire de très mauvais pronostic cardiovasculaire (probabilité annuelle de décès > à 6% par an. Le caractère fixe ou réversible de l hypoperfusion myocardique intervient moins en terme de valeur pronostique qu en terme d efficacité potentielle de la revascularisation pour améliorer le pronostic 4. Quel bénéfice peut-on espérer de la revascularisation myocardique en fonction des données coronarographiques et des données fonctionnelles notamment isotopiques? (16-19) Cette amélioration de survie dépend d une part de l étendue des lésions coronaires et d autre part du résultat des tests fonctionnels notamment de la TSMP. Selon les données fonctionnelles cliniques, de l épreuve d effort et de la TSMP, les patients peuvent être stratifiés entre - patients à bas risque, c est-à-dire avec probabilité de survie à 5 ans supérieure à 92 % - patients à risque intermédiaire, avec probabilité de survie à 5 ans entre 0,70 et 0,92 - patients à risque élevé de décès, avec probabilité de survie inférieure à 70%. Les patients à risque élevé bénéficient à visée pronostique de la revascularisation chirurgicale même en cas de lésions monotronculaires. Inversement, les patients à bas risque fonctionnel ne bénéficient de la revascularisation qu en cas de sténoses du tronc commun gauche. Chez les patients à risque fonctionnel intermédiaire, la revascularisation myocardique n est efficace à titre pronostic qu en cas de lésions du tronc commun gauche, de lésions tritronculaires ou encore de lésions bitronculaires intéressant l IVA proximale (Figure 4). 5. Intérêt pronostique de la TSMP au décours d un infarctus du myocarde 5.1. Infarctus limité d évolution simple (20-24) Cette TSMP peut être réalisée relativement précocement, dès la 48ème heure sous dipyridamole, dans de bonnes conditions de sécurité, ce qui la rend particulièrement utile chez les patients à évolution initiale simple. L absence d ischémie inductible, chez les patients thrombolysés ou non, correspond à une probabilité d événements à un an suffisamment faible pour ne pas imposer la réalisation d une coronarographie ou d une stratégie invasive. À l inverse, toute ischémie réversible sur le territoire de l infarctus, et a fortiori à distance de ce territoire, impose la réalisation de la coronarographie Infarctus transmural (25-29) Les patients présentant une évolution clinique initiale compliquée avec indicateur de mauvais pronostic justifient d une stratégie invasive rapide (La TSMP ne se justifiera secondairement que dans des cas particuliers : TSMP de repos pour trancher entre revascularisation myocardique et transplantation cardiaque après infarctus massif). Dans les autres situations d infarctus thrombolysé ou non, la réalisation systématique d une stratégie invasive (coronarographie ± revascularisation), même si elle est préconisée par beaucoup, n est pas recommandée. La TSMP est alors certainement le test fonctionnel le plus facile à réaliser dès la 48e heure d évolution pour stratifier les indications de stratégie invasive future ou de poursuite du traitement médical. A noter que pour apprécier à la fois le pronostic cardiovasculaire futur, la présence d une ischémie myocardique au-delà du territoire de l infarctus et la présence d une ischémie myocardique au sein du territoire infarci (zone hibernante), la TSMP sous effort ou dipyridamole associée à des images de redistribution et de réinjection avec analyse quantitative est la technique à choisir. 6. Place de la TSMP au décours d un angor instable ou d un infarctus sans onde Q (30-34) Dans le cadre des syndromes coronariens aigus, l infarctus sans onde Q se distingue de l angor instable du fait d une 116 Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2

4 Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne - FIGURE FIGURE 4 - Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2 117

5 G. VANZETTO, J. MACHECOURT, D. FAGRET augmentation significative des marqueurs myocardiques de l infarctus (MB-CK, troponine). Deux schémas décisionnels sont proposés chez ces patients (Figure 5) : Stratégie 1 : l observation stricte des recommandations et des résultats des études n imposent la réalisation d une stratégie invasive (coronarographie dans le but de réaliser une revascularisation myocardique chaque fois que possible) que s il persiste un angor résiduel, ou encore si le patient présente une ischémie myocardique inductible. Ainsi la TSMP doit-elle être réalisée systématiquement chez les patients à évolution initiale simple. Toutefois cette stratégie: - d une part prive des renseignements diagnostiques et pronostiques de la coronarographie (15 à 30% des "angors instables" ont en fait une coronarographie normale, 10 à 15% présentent une sténose du tronc commun gauche ou des lésions tritronculaires proximales) - et d autre part allonge la durée d hospitalisation des patients. Stratégie 2 : Cette stratégie alternative correspond à une approche clinique plus pragmatique : le surcoût de la coronarographie systématique est alors compensé par une sortie en moyenne plus précoce du patient, notamment en cas de coronarographie normale. Cette coronarographie "systématique" ne doit cependant pas conduire au classique réflexe "occulo-sténotique" : les patients mono- ou bitronculaires doivent être réévalués par TSMP avant de programmer ou non une revascularisation myocardique, essentiellement par angioplastie. À noter que la déthrombose systématique de l artère responsable de l infarctus est encore controversée. Cette tentative nous apparaît raisonnable, notamment en cas d atteinte proximale de l IVA, ou en cas d aspect anatomique favorable. 7. Viabilité myocardique, TSMP et pronostic (35-39) L objectif principal de la recherche de viabilité myocardique est la prédiction de l amélioration de la fonction ventriculaire gauche segmentaire ou globale après revascularisation, dans un contexte de myocardiopathie ischémique chronique avec altération de la fonction ventriculaire gauche ou après un infarctus transmural étendu. Ce critère fonctionnel ventriculaire gauche est utilisé en raison de l étroite corrélation entre fraction d éjection et mortalité. Il est alors postulé que la revascularisation d un patient "viable" est susceptible d améliorer son pronostic vital, alors qu elle est probablement inutile, voire délétère, chez un patient "non viable". En effet, les patients présentant une viabilité myocardique résiduelle bénéficient d une revascularisation, avec une diminution significative de la survenue d événements cardiaques futurs par rapport aux patients viables traités médicalement. Inversement, il n existe pas de différence de survie chez les patients "non viables" entre ceux traités médicalement ou et ceux traités par revascularisation. L intérêt pronostique de la scintigraphie quantifiée au Thallium-201-repos a été confirmée chez les patients pluritronculaires avec fraction d éjection < 40% revascularisés chirurgicalement : la présence de viabilité est prédictive de l évolution à 3 ans, avec un taux d événements majeurs (décès ou transplantation cardiaque) de 18% dans le groupe de patients viables contre 46% dans le groupe de patients non viables. En conclusion : les patients coronariens avec dysfonction ventriculaire gauche présentant une viabilité résiduelle bénéficient de la revascularisation, alors que celle-ci ne modifierait pas significativement le pronostic des patients sans viabilité myocardique résiduelle. Chez ces derniers, un traitement médical doit être entrepris, avec discussion de transplantation cardiaque en cas d insuffisance de celui-ci. Chez ces patients, le pronostic dépend à la fois de l étendue du myocarde ischémique à risque et de la présence de viabilité myocardique, et ce schéma décisionnel - adapté de Thomas H. Marwick (1998) peut être proposé (Figure 6). 8. Intérêt pronostic de la TSMP dans des populations et situations cliniques particulières 8.1. Recherche du risque cardiovasculaire chez le diabétique (40-44) A facteurs cliniques comparables, le diabétique présente un risque relatif de décès cardiovasculaire de 2,5 à 4 fois supérieures au non diabétique : pour fixer les idées, le pronostic cardiovasculaire d un diabétique asymptomatique d âge intermédiaire avec deux facteurs de risque est identique au pronostic cardiovasculaire d un non diabétique de même âge ayant déjà présenté un infarctus transmural d évolution initiale simple. De plus, la maladie coronaire est fréquemment silencieuse chez le diabétique. Il apparaît donc licite de rechercher de parti pris cette maladie coronarienne chez le diabétique de Type 2 présentant plus de deux des facteurs de risque conventionnel, ou encore des marqueurs de risque chez le diabétique (en particulier l existence d une micro-albuminurie). Chez de tels patients, l électrocardiogramme d effort doit être réalisé en première intention. Si cet électrocardiogramme d effort est maximal négatif, une surveillance avec maîtrise des facteurs de risque s impose. Si le test est sous maximal, impossible, ou encore positif, la TSMP doit être réalisée, permettant alors de stratifier les patients entre patients à pronostic cardiovasculaire satisfaisant (justifiant 118 Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2

6 Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne - FIGURE FIGURE 6 - Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2 119

7 G. VANZETTO, J. MACHECOURT, D. FAGRET d un traitement médical) et patients à haut risque cardiovasculaire (pouvant justifier d une stratégie invasive). Chez le diabétique symptomatique, la stratégie d évaluation est identique à celle du patient non diabétique à haute prévalence coronarienne Algorithme de recherche du risque cardiovasculaire avant chirurgie vasculaire réglée (45-49) La chirurgie vasculaire réglée, même sans clampage aortique correspond à une chirurgie particulièrement à risque d événements cardiovasculaires en péri-post opératoire ou dans l année qui suit cette chirurgie. Si l atteinte coronaire associée est fréquente chez ces patients, un tiers présente à la coronarographie des lésions tritronculaires et seuls 14% des patients présentent des lésions critiques pouvant bénéficier dans certains cas d une chirurgie coronaire préventive avant chirurgie vasculaire. Cette chirurgie coronaire préventive est toutefois grevée d une morbidité et mortalité significative chez le patient vasculaire et elle ne doit être envisagée que lorsqu on peut estimer qu elle réduira de manière significative le risque de la chirurgie vasculaire programmée. En pratique, avant chirurgie vasculaire les patients ne présentant pas de facteurs ou marqueurs de risque ne justifient pas d une recherche de l ischémie myocardique. Les principaux marqueurs de risque sont l âge avancé, la présence d un diabète, un antécédent coronarien ou des anomalies de l électrocardiogramme de repos. Lorsqu au moins deux de ces marqueurs sont présents, la TSMP (le plus souvent sous dipyridamole) est l examen à réaliser. En effet l électrocardiogramme d effort conventionnel apparaît peu performant chez ce type de patient. Une scintigraphie normale, subnormale, ou ne présentant qu une anomalie fixe, n impose pas la réalisation de la coronarographie. Inversement l existence d une anomalie réversible, et plus encore d une anomalie étendue, impose une stratégie invasive. Une telle stratégie, quand elle est appliquée à des patients préalablement présélectionnés, a fait la preuve de son efficacité. Références bibliographiques 1. Diamond GA, Forrester JS. Analysis of probability as an aid in the clinical diagnosis of coronary artery disease. N Engl J Med 1979 ; 300: Epstein SE. Implications of probability analysis on the strategy used for noninvasive detection of coronary artery disease. Role of single or combined use of exercise electrocardiographic testing, radionuclide cineangiography and myocardial perfusion imaging. Am J Cardiol 1980 ; 46 : Rifkin RD, Hood WB. Bayesian analysis of electrocardiographic exercice stress testing. N Engl J Med 1977 ; 297 : ESC Working Group on Exercise Physiology, Physiopathology and Electrocardiography. Guidelines for cardiac exercise testing. Eur Heart J 1993 ; 14 : Pina IL, Balady GJ, Hanson P et al. Guidelines for clinical exercise testing laboratories. A statement for healthcare professionals from the Committee on Exercise Cardiac Rehabilitation, American Heart Association. Circulation 1995 ; 91 : Bogaty P, Guimond J, Robitaille NM et al. A reappraisal of exercise electrocardiographic indexes of the severity of ischemic heart disease: angiographic and scintigraphic correlates. J Am Coll Cardiol 1997 ; 29 : Hachamovitch R, Berman DS, Kiat H et al. Exercise myocardial perfusion SPECT in patients without known coronary artery disease. Incremental prognostic value and use in risk stratification. Circulation 1996 ; 93 : Iskandrian A, Chae S, Hea J et al. Independant and incremental prognostic value of exercise in single photon emission tomography (SPECT).Thallium imaging in coronary artery disease. J Am Coll Cardiol 1993 ; 22 : Machecourt J, Vanzetto G, D. Fagret. Prognostic evaluation of CAD patients using perfusion imaging in : Marwick TH. Cardiac stress testing imaging. Churchill Livingstone, New York, 1996 : Fagan LF, Shaw L, Kong BA et al. Prognostic value of exercise Thallium scintigraphy in patients with good exercise tolerance and a normal or abnormal exercise electrocardiogram and suspected or confirmed coronary artery disease. Am J Cardiol 1992 ; 69 : Brown KA. Prognostic value of Thallium 201 myocardial perfusion imaging. A diagnostic tool comes of age. Circulation 1991 ; 83: Machecourt J, Longère Ph, Fagret D et al. Prognostic value of Thallium-2O1 single-photon emission computed tomographic myocardial perfusion imaging according to extent of myocardial defect. J Am Coll Cardiol 1994 ; 23 : 1O Hachamovitch R, Berman DS, Shaw LJ et al. Incremental prognostic value of myocardial perfusion single photon emission computed tomography for the prediction of cardiac death. Differential stratification for risk of cardiac death and myocardial infarction. Circulation 1998 ; 97 : Travin MI, Boucher CA, Newell JB et al. Variables associated with a poor prognosis in patients with an ischemic Thallium-2O1 exercise test. Am Heart J 1993 ; 125 : Lette J, Bertrand C, Gossard D et al. Long-term risk stratification with dipyridamole imaging. Am Heart J 1995 ; 129 : 88O Califf RM, Harrell FE, Lee KL et al. The Evolution of medical and surgical therapy for coronary artery disease. A 15-years perspective. JAMA 1989 ; 261 : Pavin D, Delona J, Siegenthaler M et al. Long term (10 years) prognostic value of anormal thallium-201 myocardial exercise scintigraphy in patients with coronary artery disease documented by angiography. Eur Heart J 1997 ; 18 : Brown KA, Rowen M. Prognostic value of a normal exercise myocardial perfusion imaging study in patients with angiographically significant coronary artery disease. Am J Cardiol 1993 ; 71 : Vanzetto G, Fagret D, Machecourt J et al. Long Term Additive Prognostic Value of Thallium-201 Myocardial Perfusion Imaging over Clinical and Exercise Stress Test in Low-to-Intermediate Risk Patients. Study in 1,137 Patients With 6 Year-Follow-up. Circulation 1999 ; Mahmarian JJ, Mahmarian AC, Marks GF et al. Role of adenosine Thallium-201 tomography for defining long-term risk in patients after acute myocardial infarction. J Am Coll Cardiol 1995 ; 25 : Wilson WW, Gibson RS, Nygaard TW et al. Acute myocardial infarction associated with single vessel coronary artery disease : An analysis of clinical outcome and the prognostic importance of vessel patency and residual ischemic myocardium. J Am Coll Cardiol 1998; 11 : Gibson RS, Watson DD. Value of planar 201TI imaging in risk stratification of patients recovering from acute myocardial infarction. Circulation, 84 : Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2

8 Tomoscintigraphie myocardique de perfusion (TSMP) et évaluation pronostique de la maladie coronarienne 23. Olona M, Candell-Riera J, Permanyer-Miralda G et al. (1995). Strategies for prognostic assessment of uncomplicated first myocardial infarction : 5-year follow-up study. J Am Coll Cardiol 1991 ; 25 : Dakik HA, Mahmarian JJ, Kimball KT et al. Prognostic value exercice 201 Tl tomography in patients treated with thrombolytic therapy during acute myocardial infarction. Circulation 1996 ; 94 : Ryan TJ, Anderson JL, Antman EM et al. ACC/AHA guidelines for the management of patients with acute myocardial infarction : a report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Pratice Guidelines (Committee on Management of Acute Myocardial Infarction). J Am Coll Cardiol 1996 ; 28: Yusuf S, Flather M, Pogue et al. Variations between countries in invasive cardiac procedures and outcomes in patients with suspected unstable angina or myocardial infarction without initial ST elevation. OASIS (Organisation to Assess Strategies for Ischaemic Syndromes) Registry Investigators. Lancet 1998 ; 352 : Kuntz KM, Tsevat J, Goldman L et al. Cost-effectiveness of routine coronary angiography after acute myocardial infarction. Circulation, 94 : Heller GV, Brown KA, Landin RJ et al. (1997). Safety of early intravenous dipyridamole technetium 99m sestamibi SPECT myocardial perfusion imaging after uncomplicated first myocardial infarction. Am Heart J 1996 ; 134 : Verani MS. Risk stratifying patients who survive an acute myocardial infarction. J Nucl Cardiol 1998 ; 5 : The TIMI IIIB investigators. Effects of tissue plasminogen activator and a comparison of early invasive and conservative strategies in unstable angina and non-q- wave myocardial infarction. Results of the TIMI B trial. Circulation 1994 ; 89 : Boden WE, O Rourke RA, Crawford MH et al. Outcomes in patients with acute non-q-wave myocardial infarction randomly assigned to an invasive as compared with a conservative management strategy. Veterans Affairs Non-Q-Wave Infarction Strategies in Hospital (VANQWISH) Trial Investigators. N Engl J Med 1998 ; 338 : Ritchie JL, Bateman TM, Bonow RO et al. ACC/AHA guideliines for clinical use of cardiac radionuclide imaging : report of the ACC/ AHA Task Force on Assessment of Diagnostic and Therapeutic Cardiovascular Procedures (Committee on Radionuclide imaging), developed in collaboration with the American Society of Nuclear Cardiology, J Am Coll Cardiol, 25 : Freeman MR, Chisholm RJ, Armstrong PW (1988). Usefulness of exercise electrocardiography and Thallium scintigraphy in unstable angina pectoris in predicting the extent and severity of coronary artery disease. Am J Cardiol, 6 : Brown KA. Prognostic value of Thallium-201 myocardial perfusion imaging in patients with unstable angina who respond to medical treatment. J Am Coll Cardiol 1991 ; 17 : Alfieri O, La Canna G, Guibbini R et al. Recovery of myocardial infarction. The ultimate target of coronary revascularization. Eur J Cardiothorac Surg 1993 ; 7 : Beller GA. Assessment of myocardial viability. Curr Opinion Cardiol 1997 ; 12 : Bonow RO, Dilsizian V, Cuocolo A et al. Identification of viable myocardium in patients with chronic coronary artery disease and left ventricular dysfunction. Comparison of thallium scintigraphy with reinjection and PET imaging with 18F-Fluorodeoxyglucose. Circulation 1991 ; 83 : Marwick TH. The viable myocardium : epidemiology, detection and clinical implications. New Engl J Med 1998 ; 351 : Pagley PR, Beller GA, Watson DA et al. Improved outcome after coronary bypass surgery in patients with ischemic cardiomyopathy and residual viability. Circulation 1997 ; 96 : Earle KA, Mishra M, Morocutti A et al. Microalbuminuria as a marker of silent ischaemia in IDDM patients. Diabetologica : Stamler J, Vaccaro O, Neaton J et al. Wentworth D, for the Multiple Risk Factor Intervention Trial Research Group. Diabetes, other risk factors and 12-year cardiovascular mortality for men screened in the multiple risk factor intervention trial. Diabetes Care 1993 ; 16 : Brown KA, Rimmer J, Haisch C et al. Non-invasive cardiac risk stratification of diabetic and non-diabetic uremic renal allograft candidates using dipyridamole-thallium-201 imaging and radionuclide ventriculography. Am J Cardiol 1989 ; 64 : Vanzetto G, Benhamou PY, Hammond T et al. Prediction of cardiovascular events in clinically selected high risk NIDDM patients: prognostic value of exercise stress test and thallium 201 single photon emission computed tomography. Diabetes Care 1999 ; 22 : Paillole C, Ruiz J, Juliard JM et al. Detection of coronary artery disease in diabetic patients. Diabetologica 1995 ; 38 : Hertzer NF, Beven EG, Young JR et al.. Coronary artery disease in peripheral vascular patients. A classification of 1000 coronary angiograms and results of surgical management. Ann Surg 1984 ; 199: Eagle KA, Singer DE, Brewster DC et al. Dipyridamole-thallium scanning in patients undergoing vascular surgery : optimizing preoperative evaluation of cardiac risk. JAMA 1987 ; 257 : Boucher CA, Brewster DC, Darling RC et al. Determination of cardiac risk by Dipyridamole-thallium imaging before peripheral vascular surgery. N Engl J Med 1985 ; 312 : Bartels C, Bechtel M, Hossman V et al. Cardiak risk stratification for high-risk vascular surgery. Circulation 1997 ; 95 : Vanzetto G, J Machecourt, Blendea D et al. Additive value of Thallium-201 single photon computed tomography myocardial imaging for prediction of perioperative events in clinically selected high cardiac risk patients having abdominal aortic surgery. Am.J. Cardiol ; 77 : Revue de l'acomen, 2000, vol.6, n 2 121

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

La mesure de la réserve coronaire

La mesure de la réserve coronaire Revues Générales Qu est-ce que la FFR? Comment l utiliser? réalités Cardiologiques # 291_Janvier/Février 2013 Résumé : La mesure de la réserve coronaire (FFR : Fractional Flow Reserve) s est imposée depuis

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION :

DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION : ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES UNITE DE SCINTIGRAPHIE MYOCARDIQUE DE PERFUSION : EXPERIENCE DES 30

Plus en détail

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables

Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Pertinence des actes d angioplasties chez des patients coronariens stables Programme de développement professionnel continu Rédacteur : Emilie Lesaine Relecteurs : Florence Saillour-Glenisson, Catherine

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.

Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy. Thierry Folliguet Service de chirurgie cardiovasculaire & transplantation CHU Brabois, Vandoeuvre les Nancy t.folliguet@chu-nancy.fr Congrès de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire du 12 au 15 juin

Plus en détail

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu

Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu Revascularisation coronaire : quoi de neuf depuis SYNTAX? Jacques Tomasi *, Jamil Hajj-Chahine, Christophe Jayle, Pierre Corbi, Paul Menu RÉSUMÉ Mots clés : athérosclérose coronaire, angioplastie, pontage

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Application de la fusion des images TEMP-TDM en cardiologie. RÉSUMÉ

Application de la fusion des images TEMP-TDM en cardiologie. RÉSUMÉ Application de la fusion des images TEMP-TDM en cardiologie. M. T. Bajén*, Y. Ricart*, A. Rodríguez-Gasén*, J. Mora*, M. E. Quintana**, A. Benítez*, A. Domènech*, A. Ruiz-Mayoral**, R. Puchal *, C. Pallarés

Plus en détail

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique

Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Intérêt des nouveaux paramètres échographiques: strain et 3D dans la cardiopathie ischémique Hélène Thibault Service des Exploration Fonctionnelles Cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel, LYON Disclosure:

Plus en détail

L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème

L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème Les soins périopératoires L évaluation cardiaque préopératoire le «cœur» du problème Patrick Bisson 1 M me Jay Lavision vous est envoyée par le service de chirurgie vasculaire pour évaluer son risque cardiovasculaire

Plus en détail

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O.

Angor stable. Quand faut-il faire des examens invasifs? Quintessence. Indication pronostique à un examen invasif. Introduction. Piero O. Angor stable Quand faut-il faire des examens invasifs? Piero O. Bonetti Abteilung für Kardiologie, Kantonsspital Graubünden, Chur Quintessence P L examen invasif par cathétérisme cardiaque gauche est l

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D.

Cardiologie. Présenté par: CHRIS PACKARD, Ph.D., DSC, ANDREW TONKIN, M.D. ST. MICHAEL S HOSPITAL UNIVERSITY OF TORONTO RAPPORT DE LA DIVISION DE CARDIOLOGIE ST. MICHAEL S HOSPITAL, UNIVERSITÉ DE TORONTO MC Le traitement hypolipidémiant et la prévention primaire et secondaire:

Plus en détail

Lorsque le défibrillateur implantable est apparu, en 1981, peu de médecins

Lorsque le défibrillateur implantable est apparu, en 1981, peu de médecins D O S S I E R Défibrillateur implantable X. COPIE, O. PIOT Centre Cardiologique du Nord, SAINT-DENIS. Combien d années de vie supplémentaires peut vous offrir votre défibrillateur? Statistiquement, dans

Plus en détail

GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie coronarienne stable

GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Maladie coronarienne stable GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie coronarienne stable Juillet 2014 GUIDE DU PARCOURS DE SOINSMALADIE CORONARIENNE STABLE Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur

Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur Docteur Christophe LARUELLE Cardiologue - revalidateur Contacts secrétariat planning : 081.20 96 61 secrétariat consultations : 081.20 90 96 christophe.laruelle@slbo.be Diplômes: Doctorat U.C.L. 1991 Diplôme

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE

2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE URGENCES CARDIOLOGIQUES : ALTERNATIVES A LA MEDICALISATION DES TRANSFERTS SECONDAIRES Valérie DEBIERRE *, Antoine ANDRE, Frédéric BERTHIER *, Denis BARON * * SAMU 44 - CHU, BP 1005, 44093 NANTES Cedex

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Courir: une affaire de coeur Prof. François Mach, médecin-chef du service de cardiologie Hôpitaux universitaires de Genève, Rue G. Perret-Gentil

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières?

Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Évaluation des soins et surveillance des maladies cardiovasculaires : Pouvons-nous faire confiance aux données médico-administratives hospitalières? Étude faite en collaboration entre l Institut national

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Les extrasystoles ventriculaires

Les extrasystoles ventriculaires ESV à l effort : mise au point Résumé : La valeur pronostique d ESV à l effort n est pas d évaluation aisée. L interprétation de la survenue d ESV d effort dépend de leurs caractéristiques propres mais

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES.

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. Groupes de Stimulation Cardiaque et de Rythmologie de la Société Française de Cardiologie. Michel

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service

Plus en détail

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary

Qualité de vie avant et 6 mois. par angioplastie coronaire transluminale percutanée. Travail original. Summary Kardiovaskuläre Medizin 2004;7:196 205 Sara Taddei a, Dogan Arcan a, Jean-Jacques Goy a, Jean-Blaise Wasserfallen b a Service de Cardiologie b Service de Médecine A Département de Médecine, Centre Hospitalier

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Cœur et travail 26 09 2103 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 INSERM UMR 1099 La vie post infarctus, quelle évolution! 15

Plus en détail

Savoir positiver toutes ces actions

Savoir positiver toutes ces actions Réadaptation post infarctus du sportif J.C. Verdier Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour le 11 /07/2010 OBJECTIFS DE LA READAPTATION Objectifs médicaux Objectifs psychologiques Capacité physique

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition?

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Réunion du CCSMB Chamonix 25 novembre 2013 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 - INSERM U 1099 Définitions Compétition : Participation

Plus en détail

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS

RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS RESTENOSES ENDOSTENTS: 51 PATIENTS A.N. Diop, L. Cassagnes, V. Vo Hoang, A.T. Alfidja, E. Dumousset, A. Ravel, P. Chabrot, L. Boyer. Service de Radiologie B CHU de Clermont-Ferrand INTRODUCTION L angioplastie

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré)

JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré) Contrôle Écho Doppler des angioplasties et des pontages artériels JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier (Pr. Isabelle Quéré) Contrôle Écho Doppler des angioplasties et des pontages artériels

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques?

Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Faut il dépister systématiquement l ischémie myocardique silencieuse des diabétiques? Philippe Moulin Fédération d endocrinologie Hopital cardiovasculaire Louis Pradel LYON HCL-UCBL- INSERM U870 Qui dépister?

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs

Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs Evaluation Clinique des Stents Actifs Place des Ballons Actifs D.Crochet, P.Guérin Inserm U915 l institut du thorax Euro-Pharmat 2011 Angioplastie Coronaire: le problème de la Resténose Résultat immédiat

Plus en détail

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015

Décisions. Avis ORDRE DU JOUR. Délibérations. 1. Procès-verbal de la séance du collège délibératif du 11 mars 2015 PROCES-VERBAL SÉANCE DU COLLÈGE DÉLIBÉRATIF MERCREDI 18 MARS 2015 Etaient présents : - M. le Professeur Jean-Luc Harousseau, Président - M. le Professeur Jacques Belghiti - M. Alain Cordier - M. le Professeur

Plus en détail

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf?

Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? réalités Cardiologiques # 287_Mai/Juin 12 Chirurgie cardiaque : quoi de neuf? D. Loisance Académie nationale de Médecine, PARIS. 11 a apporté des éléments de réponse à différentes L année questions, comme

Plus en détail

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau

La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM. TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau La thrombolyse préhospitalière en pra3que après STREAM TA Trung Hung SMUR- Réanima2on Centre Hospitalier de Longjumeau Mes conflits d intérêt : Merci à Frans Van de Werf pour ses diapos Jeudi 11 avril 2013

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Management des patients à risque cardiaque avant une intervention chirurgicale non cardiaque

Management des patients à risque cardiaque avant une intervention chirurgicale non cardiaque CABINET Forum Med Suisse N o 13 27 mars 2002 297 Management des patients à risque cardiaque avant une intervention chirurgicale non cardiaque M. Filipovic, K. Skarvan, M. D. Seeberger Departement Anästhesie,

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 04 mai 2010

COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 04 mai 2010 COMMISSION NATIONALE D ÉVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 04 mai 2010 Nom : CONCLUSIONS LIFEVEST WCD 3100, défibrillateur cardiaque externe portable

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Depuis la réalisation de la toute première intervention

Depuis la réalisation de la toute première intervention Page 34 Commentaire éditorial Evaluation des données pour la prise de décision d une intervention coronaire percutanée chez les patients présentant une maladie coronaire stable William E. Boden, MD «Donner

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COVERAM 5 mg / 5 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 802-5) B/90, (CIP : 385 806-0) B/100, (CIP : 572 845-6) COVERAM 5 mg / 10 mg, comprimé B/30, (CIP : 385 814-3) B/90, (CIP :

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDEMIES

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDEMIES Page 1 de 10 MODALITES DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDEMIES 1. DEFINITIONS ET CADRE GLOBAL Après discussion le groupe s est mis d accord pour se baser sur les recommandations américaines du National Cholesterol

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»?

Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? L athérosclérose coronarienne Nouveau patient coronarien au cabinet comment lui faire avaler la «pilule»? Serge Doucet 4 Vous suiviez Richard, un homme de 46 ans, depuis quelques années pour une hypertension

Plus en détail

L interet du diagnostique fonctionnel de l ischemie myocardique n est plus à démontrer FAME + FAME II. FFR méthode de référence

L interet du diagnostique fonctionnel de l ischemie myocardique n est plus à démontrer FAME + FAME II. FFR méthode de référence L interet du diagnostique fonctionnel de l ischemie myocardique n est plus à démontrer FAME + FAME II FFR méthode de référence Techniques Angio Echo Scinti TEP TDM IRM Anatomie Cavités +++ +++ ++ ++ ++++

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail