-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques"

Transcription

1 -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés Biologiques

2 Historique et Cheminement Yves Saint-Vincent En Agriculture depuis 1958 Élevage pur sang Vache Veau (125), vache laitière (55) et Parquet d engraissement (1200) Implication dans différentes organisations : Exposition agricole, Salon de l Agriculture ainsi que dans plusieurs Comités et Associations Au tournant de 1990, dans l'élevage et façon de faire, départ en agriculture biologique, ce qui nous a conduits dans la mise en marché des viandes biologiques produites sur la Ferme. Maintenant Éleveur de bovins charolais et d animaux de basse-cour telle que dinde blanche, dinde sauvage, pintade, caille, oie et canard ainsi que lapin tous certifiés biologiques! Élaboration de la mise en marché par un commerce de détail, Marché Atwater et 7 ans plus tard un deuxième commerces au Marché Jean-Talon Collaboration avec d autres producteurs dont les élevages et fermes sont certifiés biologiques, pour compléter notre demande, notre gamme de viandes biologiques transformées

3 Nos Commerces de détail Marché Jean-Talon Montréal Local # C20 Marché Atwater Montréal Étal # 12

4 Notre Ferme et nos élevages sont -Animal Welfare Approved Certifié Bien-être Animal aussi certifiés : -Aliments du Québec Bientôt Grassfed Approved (Nourrit à l herbe)

5 Le Marché Actuel Des Viandes Biologiques Saint-vincent Marché de détail sur Montréal ( Les deux seules boucheries certifiées biologiques à Montréal! ) -Marché Drive site web/volet transactionnel/application mobile Marché H.R.I. (hôtel, restaurant, institution) Marché du magasin de détail (pré-emballé congelé) Bilan Nos Forces : - Notre clientèle est fidèle - Notre pensée et attitude biologique de la famille et de notre équipe - Formation obligatoire de notre équipe, de Bouchers et Charcutiers - Nous avons développé l habileté à grandir avec la demande par l offre régulière, mais aussi la variété disponible et l évolution de recettes et produits selon le moment de l année. - Le respect de la pensée biologique, du Cahier des normes Biologiques et de la traçabilité, un point majeur. Bilan Nos Faiblesses : - Manque de qualité continue dans la chaîne des viandes (rendement, poids égal) - Manque de disponibilité dans les coupes et types de viande tout au long de l'année

6 Forces: Le Marché Futur Des viandes biologiques Saint-vincent Croissance de la demande pour le secteur des viandes biologiques et des produits transformés (marinade, saucisse, charcuterie et prêt-à-manger) Intérêt du consommateur à se documenter et la disponibilité de l information pour le consommateur et pour les éleveurs/producteurs (CETAB/BIOpress/CRAAQ/Filière bio/équiterre) La Visibilité médiatique de différent sujet: l agriculture/élevage bio, l écologique, l achat responsable, l achat local, l intérêt de connaître le producteur/transformateur derrière un produit, les produits équitables La force de notre cahier de charges, notre contrôle qualité, de notre Traçabilité! Bref la certitude pour notre clientèle que nous sommes une famille impliquée et intègre et que le produit étiqueté sous un logo de certification reconnu est Biologique! La force de l appellation contrôlée! *Raison d achat : 1-santé 2-qualité 3-sain/frais 4-environnement 5-bon éthique et 6-trop souvent une valeur refuge suite aux frasques du conventionnel

7 Faiblesses : Le Marché Futur Des viandes biologiques Saint-vincent -L écart de prix avec le marché conventionnel -Contrainte de certaine technique en production et transformation ainsi que plusieurs obstacles, ce qui implique recherche d ingrédient et plusieurs manipulations à adapter. Donc recherche et développement à l interne = coût, investissement de temps et perte (crédit d impôt, organisme régional Accord) -Éducation du consommateur, ciblé la clientèle et adapté notre discours et notre visibilité médiatique en conséquence (manque de budget, aide non disponible) donc beaucoup de recherche marketing encore à mettre en place -Formation du personnel sur le mode biologique (agriculture/transformation) -Peu d évènement, de référence et de soutien technique présent (agronome) en élevage bio et transformation biologique -Aucun répertoire ou référence pour comptabiliser distributeur/transformateur/producteur avec un horaire d approvisionnement

8 Volet Élevage : Bilan Des Viandes Biologiques Saint-Vincent Augmenter la biodiversité de sa ferme en élevage, diversifier ses productions (espèces) en relation avec la demande du consommateur (ciblé sa clientèle, déterminer leur demande, organiser sont système de commande, développer sont drive (plan de commande) et finir en beauté par le retour au client, le service après-vente pour créer une communauté avec sa clientèle qui participe à votre réussite par plusieurs médias sociaux/blogue) Élaborer une logistique interne telle que des fiches technicoéconomiques de ses élevages (comptabiliser nourriture, litière, heure de chauffage, main-d œuvre ) déterminer ses coûts de production précis. Également inclure des étapes de contrôle interne par des pesées par exemple des oiseaux, veaux ou autres à différents stades d élevage. Recherche et développement en élevage, mais aussi en transformation, développé la mise en marché des produits transformés (tout d abord le volet détail; kiosque de ferme et web, ensuite boutique de détail, HRI, traiteur/transformateur)

9 Bilan Des Viandes Biologiques Saint-Vincent Volet Transformation/Distribution : Savoir établir l expertise selon la classification de l animal (coût de revient, coût de production marge nécessaire selon les coûts fixes) Établir sa rotation, perte lors du vieillissement, perte après découpe et tout gérer les pertes pour mieux rentabiliser le reste de la carcasse Élaborer la gamme de charcuterie pour optimiser l utilisation de toutes les coupes Recherche et développement de produits transformés Savoir gérer les contraintes en transformation telle que le manque de certains ingrédients, aucun agent de conservation, aucun liant ou colorant travailler à trouver continuellement des solutions pour rendre le produit plus beau et meilleur au goût en gardant les exigences du client Formation continuelle du personnel pour promouvoir la vente-conseil qui consiste à encadrer le client lorsqu un produit n est pas disponible, mais qu un autre peut être conseillé (ex Équiterre, Forfait recette/produit)

10 Exemple de barème Poids\prix : Critères : couverture gras, gras intramusculaire, qualité et couleur gras, classement, poids carcasse et rendement découpe) Bouvillon classement A et AA -30 mois bouvillons 700 a 800 lbs, femelle 650 a 750 lbs, veau 280 a 325 lbs, agneau 40 a 55 lbs, porc 180 a 190 lbs et poulet 2 a 2,5 Kg Le poids carcasse doit être établit après la perte en humidité environ 5 a 10% boeuf, 3 a 5 % veau, 2 a 4% agneau et 3 a 4 % porc Exiger d avoir les abats et les étiquettes de traçabilités = Rentabilité, revenu Nous recherchons toujours d autres producteurs/éleveurs de bovins et volailles! Bilan Des Viandes Biologiques Saint-Vincent

11 Conclusion Les Viandes Saint-Vincent 1- L élevage : biodiversité, fiche technique et suivit d élevage et développé son marché à la ferme (kiosque, site web) 2- La transformation/distribution : diversité dans la gamme de produits offerts, recherche et développement, formation continue du personnel (IMPORTANT) 3-Implication dans le secteur des viandes biologiques : regroupement, répertoire et échange d information entre les différents intervenants sur le marché *Référence européenne : 5 points à retenir pour développer un marketing écologique efficace : 1-compétence 2-coopération 3-engagement commun, implication 4-cohérence, logique 5-Se montrer pour mieux se vendre

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LE PORC BIO, 27 OCTOBRE 2015 BÉNÉDICTE HENROTTE QUELQUES CHIFFRES La France : deuxième producteur de porc en Europe après le Danemark 212.854 porcs

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

Le projet Garderie bio

Le projet Garderie bio Le projet Garderie bio Un projet de maillage et de sensibilisation entre des centres de la petite enfance (CPE) et des fermes maraîchères bio locales en Agriculture soutenue par la communauté (ASC) Nadine

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable!

La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! La chaîne de valeur: un modèle d affaires innovant et rentable! Josée Vincelette, M.Sc. (Marketing) Conseillère en chaînes de valeur Consultium services-conseils 1 Quoi Une définition de la chaîne de valeur

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

- 1 - TYPE DE FERME principale source de revenu brut, qui doit représenter plus de 50% des recettes agricoles brutes totales

- 1 - TYPE DE FERME principale source de revenu brut, qui doit représenter plus de 50% des recettes agricoles brutes totales - - TYPE DE FERME principale source de revenu brut, qui doit représenter plus de 0% des recettes agricoles brutes totales O Récoltes marchandes O Laitier O Boeuf O Porcs O Aviculture O Moutons 8 O Productions

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Nom: Labels alimentaires suisses

Nom: Labels alimentaires suisses Certains produits alimentaires suisses sont estampillés avec des labels de qualité signalant qu ils dépassent les exigences minimales légales en matière de qualité, de protection des animaux, de protection

Plus en détail

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 DU 24 AU 28 JANVIER 2015 Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 STAND «LA FILIERE VIANDE ET VOUS» HALL 2.2, ALLEE J, STAND 116 STAND «LES VIANDES BIO» HALL 2.2, ALLEE L, STAND 100 INTERBEV AU PLUS

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Page 1 sur 5 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaires en Gestion de la Santé et de

Plus en détail

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS REEL VALORISATION DE VIANDE ET DES PRODUITS TRANSFORMES A BASE DE PORCS Découpe pour la vente directe Sud de France Montagne Elevage FICHES TECHNIQUES Transformation de produits Cas illustratif réalisé

Plus en détail

Une nouvelle épicerie à Fourquevaux. Un projet associatif

Une nouvelle épicerie à Fourquevaux. Un projet associatif Une nouvelle épicerie à Fourquevaux Un projet associatif L épicerie dans l histoire de Fourquevaux Henri Jusqu à la fin des années 50 4 épiceries 2 boulangeries 1 boucherie 1 café restaurant Fermeture

Plus en détail

Commission européenne/agricultural Markets Task force

Commission européenne/agricultural Markets Task force Commission européenne/agricultural Markets Task force La contractualisation dans les filières animales en France 24 mai Bruxelles Thèmes abordés Les particularités des produits animaux Des filières sous

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire

Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage. CIWF Agroalimentaire Travailler ensemble pour une meilleure alimentation, éthique et plus respectueuse des animaux d élevage CIWF Agroalimentaire L Équipe Agroalimentaire Depuis sa création en 2007, l équipe agroalimentaire

Plus en détail

Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux

Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux Présentation de la problématique globale et Marketing des produits de créneaux par Stéphane Maisonnas, Ph.D., professeur Chercheur principal de la Chaire Philippe-Pariseault en commercialisation des marchés

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

UNE HISTOIRE D HOMMES ET DE PRODUITS

UNE HISTOIRE D HOMMES ET DE PRODUITS UNE HISTOIRE D HOMMES ET DE PRODUITS DOSSIER DE PRESSE FÉVRIER/MARS 2014 Salon de l agriculture de Paris Cette année, Auchan partage un stand commun avec ses partenaires éleveurs. Ce stand témoigne d une

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

ANNEXE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé)

ANNEXE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé) ANNEXE 1 Profil de projet d'investissement (Résumé) Titre du projet: Volailles Du Mali (V.D.M) Projet No. 1. Résumé du projet: Dans sa stratégie, Volailles du Mali ambitionne de mettre en place une unité

Plus en détail

Production, distribution, consommation des aliments et sécurité alimentaire: Le système agroalimentaire québécois en questionnement

Production, distribution, consommation des aliments et sécurité alimentaire: Le système agroalimentaire québécois en questionnement Production, distribution, consommation des aliments et sécurité alimentaire: Le système agroalimentaire québécois en questionnement Par Maxime Laplante, agr Président de l Union paysanne Les buts de l

Plus en détail

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme!

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme! SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL ÉCONOMIE ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION Comparez votre ferme! Pour une quatrième année consécutive, la FPPQ publie son étude sur les coûts de production.

Plus en détail

Le bien-être animal : fiction ou réalité?

Le bien-être animal : fiction ou réalité? Le bien-être animal : fiction ou réalité? Par Daniel-Mercier Gouin Coll. Denis Beaudoin Définition Plan de la présentation Le point sur la réglementation ici et ailleurs Les implications opérationnelles

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter ID-SC-190 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES 10/02/2014 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter Références règlementaires :

Plus en détail

Contraintes actuelles Formation Diversiferm Horaires très soutenus Savoir réagir à court terme. Améliorations

Contraintes actuelles Formation Diversiferm Horaires très soutenus Savoir réagir à court terme. Améliorations Contraintes de départ Se faire connaître Pas d aide ISA, ni pour la ferme Vie de famille mise de côté Savoir tenir un horaire Savoir se poser les bonnes questions au bon moment (remise en question) Coût

Plus en détail

Viande ou poisson : Est-ce seulement une question de prix? Cécile Guillot Marion Fischer 28 février 2012 SIA - Paris

Viande ou poisson : Est-ce seulement une question de prix? Cécile Guillot Marion Fischer 28 février 2012 SIA - Paris Viande ou poisson : Est-ce seulement une question de prix? Cécile Guillot Marion Fischer 28 février 2012 SIA - Paris AGENDA - La consommation des Français de viande et de poisson - La perception des Français

Plus en détail

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional

Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional Création d une structure/chaîne/filière pour l approvisionnement alimentaire local/régional et ainsi créer de l emploi Développer l agriculture à taille humaine et durable Développer la production alimentaire

Plus en détail

Votre président Grégoire DUPONT.

Votre président Grégoire DUPONT. Le premier semestre se termine avec à la clef de nombreux projets qui ont déjà abouti. Tout d abord, l assemblée générale, moment important dans la vie de notre association, nous a apporté des pistes pour

Plus en détail

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur Chaque seconde, ce sont 320 baguettes de pain qui sont consommées et produites en France, soit 10 milliards par an. Chaque Français consomme 160 gr. de pain par jour. A savoir que sur 32 ans, de 1975 à

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements www.sodexo.com SOMMAIRE 1. Notre organisation 2. Nos produits 3. Nos fournisseurs 4. La qualité de nos approvisionnements 1. Notre organisation Notre vision des achats La Direction des Achats de Sodexo

Plus en détail

19 - Analyses économiques- Considérations économiques et comptables

19 - Analyses économiques- Considérations économiques et comptables Le PENSE-BÊTE de l agrotourisme Auteurs : Jean-François Drouin, Jean-Marie Dubois et Patrick Chalifour Conseil agrotouristique des Cantons-de-l Est, Sherbrooke (Québec) Collaboration spéciale : Lynn Bourassa,

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest Agriculture biologique en Bulgarie et Roumanie Christophe MANSON, 1 2 3 4 5 6 SOMMAIRE Réglementation Production Consommation Commerce extérieur Politique du Gouvernement Conclusions Bulgarie Réglementation

Plus en détail

Les consommateurs et la viande de lapin

Les consommateurs et la viande de lapin Les consommateurs et la viande de lapin Les consommateurs et la viande de lapin Juillet 2011 Etude réalisée avec le soutien de la Wallonie Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Perception de la viande

Plus en détail

Les circuits courts en restauration collective

Les circuits courts en restauration collective Les circuits courts en restauration collective Anne Gauthier, chargée des marchés publics à la Chambre d Agriculture du Doubs-Territoire de Belfort et l EIE. Rappel des seuils de procédure-marchés de fournitures

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Coordination verticale : démystifier les concepts pour mieux comprendre les phénomènes en cours au Québec et ailleurs.

Coordination verticale : démystifier les concepts pour mieux comprendre les phénomènes en cours au Québec et ailleurs. Coordination verticale : démystifier les concepts pour mieux comprendre les phénomènes en cours au Québec et ailleurs Annie Royer Professeure Département d économie agroalimentaire et des sciences de la

Plus en détail

Turquie. Filière bovine française : Ouverture des frontières turques, une réalité durable? sous quelle forme? pour quels produits?

Turquie. Filière bovine française : Ouverture des frontières turques, une réalité durable? sous quelle forme? pour quels produits? Filière bovine française : Ouverture des frontières turques, une réalité durable? sous quelle forme? pour quels produits? M. Hamza BOZADA Chef de secteur Agriculture Affaires européennes et multilatérales

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

INPACQ L accès à la grande distribution. Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval

INPACQ L accès à la grande distribution. Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval INPACQ L accès à la grande distribution Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval Trois façons d entrer dans la grande distribution 1) Proposition et négociation directes par le fournisseur auprès du grossiste

Plus en détail

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008 Nom du projet De la terre à la table volet mise en marché FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection Territoire du projet MRC de Coaticook Région touristique des Cantons de l Est Durée 3 ans

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Activité de maillage et de réflexion 3 avril 2008 Yves Dubois, consultant Ce projet a été réalisé grâce à un appui financier du Ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

T E r r O i r s A r i è g E P y r é n é E s Plate-forme de distribution de produits locaux. Origine et Historique du projet

T E r r O i r s A r i è g E P y r é n é E s Plate-forme de distribution de produits locaux. Origine et Historique du projet DisTribuTEur DE PrODuiTs DE PrOximiTé T E r r O i r s A r i è g E P y r é n é E s Plate-forme de distribution de produits locaux En avril 2011, près de 100 souscripteurs ont concrétisé l ambition commune

Plus en détail

CegidBusinessSuiteRestaurant

CegidBusinessSuiteRestaurant CegidBusinessSuiteRestaurant Cegid Business Suite Restaurant Gérer efficacement tous les aspects de votre métier Avec Cegid Business Suite Restaurant, dotez-vous d un véritable système d information spécialisé

Plus en détail

Date limite d inscription : 4 mai 2012

Date limite d inscription : 4 mai 2012 MISSION COMMERCIALE OUEST CANADIEN DÉTAIL & HRI CALGARY & VANCOUVER 29-31 MAI 2012 Le Groupe Export agroalimentaire Québec-Canada, Transaq, le Bureau du Québec à Toronto ainsi que son antenne de Vancouver,

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition?

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Martine Padilla IAMM/MOISA Le consommateur: vulnérable et captif Un consommateur

Plus en détail

Avez vous pensé à votre mise en marché?

Avez vous pensé à votre mise en marché? Avez vous pensé à votre mise en marché? Plan de la présentation Mise en marché? Potentiel et contexte régional Les options en Outaouais Frais vs transformation Stratégie de prix Planification et stratégie

Plus en détail

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014

LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 LE BIEN-ÊTRE BOVIN C EST QUOI? Février et mars 2014 PROGRAMME D APPUI À L IMPLANTATION DE SYSTÈMES DE SALUBRITÉ ALIMENTAIRE, BIOSÉCURITÉ, TRAÇABILITÉ ET SANTÉ ET BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Présentation du dispositif Agrilocal

Présentation du dispositif Agrilocal Présentation du dispositif Agrilocal Présentation - Le Département d Indre-et-Loire - Attentes de la collectivité - Présentation du dispositif Agrilocal - Les produits - Calendrier Le département d Indre

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

Le BourgEon dessus, dedans

Le BourgEon dessus, dedans Le BourgEon dessus, bio dedans Le Bourgeon Les deux tiers des consommatrices et consommateurs suisses mangent régulièrement bio. Et ils sont de plus en plus nombreux à apprécier le naturel, la saveur authentique

Plus en détail

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 Révisé le 03 janvier 2013 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DU PLAN DIRECTEUR... 3 MISSION... 4 VISION... 4 VALEURS... 5 ORIENTATIONS

Plus en détail

LA MISE EN MARCHÉ. LOUIS FLEURENT Février 2015

LA MISE EN MARCHÉ. LOUIS FLEURENT Février 2015 LA MISE EN MARCHÉ LOUIS FLEURENT Février 2015 INTRODUCTION Les raisons de la fondation de la Fromagerie l Ancêtre inc. (volonté des actionnaires) : Transformer la production des 10 fermes laitières des

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur Mise à jour : Septembre 201 2 Références réglementaires et infra réglementaires : Directive 2000/1 3/CE du 20 mars 2000 modifiée relative au rapprochement

Plus en détail

CUMA de transformation du Séronais

CUMA de transformation du Séronais CUMA de transformation du Séronais Transformation charcutière fermière Présentation générale de l atelier www.villorama.com La CUMA de découpe et transformation du Séronais est située à La Bastide de Sérou,

Plus en détail

Structuration et développement. de la mise en marché des viandes bio au Québec

Structuration et développement. de la mise en marché des viandes bio au Québec Structuration et développement de la mise en marché des viandes bio au Québec par Geneviève Lemire secrétaire Réalisé grâce à l appui financier du Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

CANARDS DU LAC BROME. Le bonheur des becs fins depuis 1912!

CANARDS DU LAC BROME. Le bonheur des becs fins depuis 1912! CANARDS DU LAC BROME Le bonheur des becs fins depuis 1912! Notre histoire Fondée en 1912 par Henri Bates, un fermier qui fut impressionné par le canard de Pékin lors d une visite à une foire agricole à

Plus en détail

Les 10 meilleurs trucs pour avoir un kiosque rentable!

Les 10 meilleurs trucs pour avoir un kiosque rentable! Les 10 meilleurs trucs pour avoir un kiosque rentable! Par: ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller régional r en horticulture Direction régionale r de la Chaudière re-appalaches Le 28 janvier 2012

Plus en détail

dossier de presse, 5 avril 2011

dossier de presse, 5 avril 2011 Le groupe Casino a choisi le Cantal pour lancer la démarche Terre et Saveur, pour sa gamme viande de veau et sa gamme viande de bœuf Salers en partenariat avec les groupes Sicarev et Altitude, au travers

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Canaux de distribution des produits alimentaires

Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Avril 2007 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Critères de choix d un magasin alimentaire 4. Evolution

Plus en détail

FORMATIONS en production caprine 2013-2014

FORMATIONS en production caprine 2013-2014 FORMATIONS en production caprine 2013- Titre du cours Durée Lieu Alimentation des petits ruminants : moutons et chèvres Élevage de chevreaux de boucherie Gérer la traite et la qualité du lait en production

Plus en détail

Stratégie e-commerce : Devenir e-commerçant!

Stratégie e-commerce : Devenir e-commerçant! Page 1 sur 5 28 bd Poissonnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 contact@ecommerce-academy.fr http://www.ecommerce-academy.fr/ Stratégie e-commerce : Devenir e-commerçant! Vous rêvez de vous lancer

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA

Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France. 2 mars 2010 SIA Les achats de produits carnés en restauration hors foyer en France 2 mars 2010 SIA Méthodologie Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie Phase 1 : Analyse sectorielle du

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

«Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque -

«Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque - «Relation éleveurs - prestataires» Diagnostic besoin / offre de prestation et sélection - EPL de La Roque - Le choix de l abattoir et/ou du prestataire est une étape importante dans la mise en place d

Plus en détail

Stratégie commerciale

Stratégie commerciale Stratégie commerciale Plan Le groupe Ferrero Présentation du produit Le marché de la pâte à tartiner Segmentation Cible Positionnement Marketing Mix : les 4P Conclusion Historique Ferrero 1946 : élaboration

Plus en détail

Le développement Commercial

Le développement Commercial Le développement Commercial Mardi LE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL Pour toutes les entreprises... structurées commercialement ou non... ayant ou non une équipe de vendeurs POUR QUI? POUR QUOI? vous désirez:

Plus en détail

Construire un projet BIO en Restauration Collective

Construire un projet BIO en Restauration Collective Atelier : Construire un projet BIO en Restauration Collective 1 Introduire des produits biologiques en restauration collective : comment faire? Une démarche en 7 étapes : 1. Un projet global 2. Se renseigner

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

Betty SANTONNAT Directrice du Développement

Betty SANTONNAT Directrice du Développement Betty SANTONNAT Directrice du Développement Chiffres clés du marché des cosmétiques naturels et Bio Résultats de l'étude de notoriété é du label BIO menée par IPSOS COSMEBIO: Qui sommes nous? Association

Plus en détail

Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect?

Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect? Colloque Agriculture biologique et changement climatique 17 et 18 avril 2008 Choix de consommation, quel impact sur l effet de serre? Food habits, what impact on the greenhouse effect? Barbara Redlingshöfer

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan Des assises solides pour des actions efficaces Rencontre de réflexion sur l action régionale en matière de sécurité alimentaire 12 mars 2014 Marie-Josée Riel, M.Ss Répondante régionale - sécurité alimentaire

Plus en détail