Rapport d activité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activité 2008-2011"

Transcription

1 Rapport d activité Rapport d activité présenté au nom du Conseil confédéral par Philippe Louis, Secrétaire général

2

3 Rapport d activité Sommaire Composition des instances confédérales au 1 er juillet 2011 p. 12 Avant-propos p. 15 Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action p. 17 Agir sur les critères de représentativité p. 19 Chap. 1 - Gagner les élections professionnelles p. 19 L offre actuelle p. 19 La Plate-forme élections professionnelles p. 19 L offre en continu p. 20 Les guides des élections p. 20 Le parcours électoral p. 20 L offre réactive p. 21 L offre d outillage p. 21 L offre stratégique p. 22 L offre de formation p. 22 Les ateliers p. 22 Les formations des conseillers juridiques de proximité p. 23 Les dossiers traités p. 23 Le recensement des résultats électoraux p. 23 Les limites et les contraintes p. 24 Sommaire 3

4 Chap. 2 - Développer et amplifier l action de la p. 25 Un nouveau dispositif d accompagnement p. 25 Une expérimentation dans le Grand Ouest p. 26 La démarche en 3D : Démarche Dynamique de Développement p. 26 Penser le développement avant d agir p. 26 Structurer la démarche : une autre façon de penser le développement p. 27 Quand le développement s organise, se planifie, se structure p. 27 Ajuster la démarche de développement territorial à la nouvelle donne p. 27 TPE 2012 Les TPE : un nouveau territoire à conquérir p. 27 La pré-campagne TPE a commencé dans le Grand Ouest p. 28 Une communication opérationnelle plus efficace p. 28 Des guides juridiques p. 28 Des appuis à la négociation p. 29 Des guides pour accompagner les mandatés p. 29 D autres supports d information p. 30 Une communication promotionnelle p. 30 Chap. 3 - Mettre la section au cœur de l action syndicale p. 31 Des réseaux de mandatés mobilisés p. 31 Les missions et les besoins du CRR p. 32 Les actions d accompagnement des CRR en p. 32 Donner une légitimité aux CRR p. 32 Une position renforcée des CRR p. 32 Les outils mis à disposition : des avancées p. 32 Une meilleure information des CRR p. 33 Chap. 4 - Garantir la transparence financière de la p. 33 Des formations spécifiques p. 34 La certification des comptes p Agir sur les leviers de performance p. 35 Chap. 5 - Être en permanence tourné vers l action syndicale de terrain p. 35 La filière géographique p. 35 Une enquête via internet auprès de nos DS p. 35 Un audit auprès des structures géographiques p. 36 Un autodiagnostic des structures géographiques p. 36 Proposition de trois modèles organisationnels p. 36 Le modèle de continuité p. 36 Le modèle UR de syndicats p. 36 Le modèle hybride p. 37 Sommaire

5 Rapport d activité Chap. 6 - Des femmes et des hommes compétents p. 37 L ISF, une organisation adaptée aux enjeux p. 38 Une offre de formation complète et diversifiée p. 39 Le premier chantier : formation des DS, DP et élus CE p. 40 Le deuxième chantier : amplification de la formation des dirigeants de p. 40 structures Le troisième chantier : mobilisation-responsabilisation des acteurs p. 41 de la formation Des budgets adaptés à chaque besoin de formation p. 41 Des UR et des Fédérations partenaires p. 41 L IFCP- : un parcours de formation progressif et déconcentré p. 42 Inaform et internet p. 42 Une clarification des missions du RF p. 42 Un accompagnement pédagogique renforcé p. 43 Un bilan positif pour p. 43 Partie 2 : Mondialisation et environnement économique p. 45 Chap. 7 - Le rôle de l État face à la crise p. 46 Du plan de sauvetage des banques au plan de relance p. 46 Le grand emprunt p. 47 L austérité, une mauvaise idée pour lutter contre la pauvreté p. 48 L innovation et la recherche p. 48 Chap. 8 - Le développement durable p. 49 Les Grenelle de l Environnement p. 49 Le Grenelle de la Mer p. 50 La taxe carbone p. 50 Copenhague 2009 ou l échec de la Conférence internationale sur le climat p. 50 Le développement durable par rapport aux droits de l homme p. 51 Chap. 9 - La mondialisation p. 51 Le G20 : proposition de la et participation de l OIT p. 51 La CSI : mobilisation pour défendre le travail décent p. 52 La traçabilité sociale : proposition d un label p. 53 Le sommet France-Afrique p. 53 Chap La gouvernance p. 53 La négociation IRP : de la menace p. 54 à la recherche de nouveaux droits p. 55 Sommaire 5

6 Chap L Europe p. 56 Le Traité de Lisbonne p. 56 La Grèce en crise p. 56 Les déficits budgétaires dans UE p. 56 Le dialogue social européen p. 57 Chap L engagement syndical en France, en Europe et à l international p. 57 Fortifier la relation franco-allemande p. 57 Un engagement au sein d EZA p. 57 Un regard vers la Méditerranée p. 58 Les autres perspectives mondiales de la p. 58 Partie 3 : Des emplois de qualité assurant à tous une vie décente et des possibilités de progression professionnelle p. 59 Chap La Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) p. 60 La formation initiale différée p. 60 La Préparation opérationnelle à l emploi (POE) p. 61 La gouvernance p. 61 La réforme des OPCA p. 61 Le bilan d étape professionnel : la ne signe pas p. 62 Le Fonds d investissement social (Fiso) p. 62 La Convention de reclassement personnalisée (CRP) et le Contrat de transition p. 63 professionnelle (CTP) Chap L emploi et l activité p. 63 Les conséquences de la crise sur l emploi : la négociation Castera p. 63 Le statut de l auto-entrepreneur p. 64 Le portage salarial p. 65 Le temps partiel p. 65 La portabilité des droits (CIF, modernisation du marché du travail) p. 67 La portabilité des droits à couverture santé et prévoyance p. 67 La rupture conventionnelle p. 67 Chap La santé au travail p. 68 Une concertation sur la médecine du travail p. 68 L amélioration de la réparation des victimes du travail p Sommaire

7 Rapport d activité Les risques psycho-sociaux p. 69 La pénibilité au travail p. 69 La violence : stress et harcèlement p. 70 Chap L égalité hommes-femmes p. 71 L égalité salariale p. 71 La loi Copé-Zimmermann sur la parité p. 72 Chap Les séniors p. 72 Recruter des séniors p. 72 La retraite des séniors p. 73 Chap Les jeunes p. 73 Un groupe «Jeunes» p. 73 L apprentissage et les formations p. 74 Le lieu unique d accueil p. 74 Faciliter l accès des jeunes au marché du travail p. 75 Le logement des jeunes p. 76 Les contrats en alternance p. 77 Chap Le logement p. 78 Les dysfonctionnements de la politique du logement p. 78 La hausse des prix de l immobilier p. 78 La pénurie de logements sociaux p. 78 Les aides au logement en voie de disparition p. 78 Le lourd dossier du Dalo p. 79 Les propositions de la p. 79 Le passeport logement p. 80 Sauver Action Logement p. 80 Chap La conciliation des temps de vie p. 80 Vie familiale et professionnelle p. 80 Le travail du dimanche p. 81 Chap La fonction publique p. 82 Les missions et l emploi public p. 82 Les parcours professionnels p. 82 Le pouvoir d achat p. 83 Les contractuels p. 83 La santé et la sécurité au travail p. 83 Le dialogue social et la représentativité p. 83 Les retraites p. 84 Sommaire 7

8 Chap Le dialogue social p. 84 Les suites de la loi du 20 août 2008 : les réponses de la p. 84 La bataille juridique menée par la Confédération p. 84 L action de la se poursuit p. 85 Dialogue social dans les TPE : un enjeu majeur pour la p. 86 Les négociateurs de branche : un réseau efficace p. 86 Le paritarisme p. 87 Les suites de l accord étendu de 2001 avec mise en place p. 88 des commissions paritaires Chap La réforme des élections prud homales p. 88 Un taux de participation en chute p. 88 Des pistes de réforme p. 89 L engagement sans faille de la p. 89 Partie 4 : Les nouvelles solidarités p. 91 Chap Les retraites p. 92 La réforme de 2010 p. 92 Les retraites complémentaires p. 94 Chap Vers de nouvelles formes de solidarité p. 94 La dépendance : le cinquième risque p. 94 Le développement des services à la personne p. 95 Reconnaître un métier et le valoriser p. 95 L accès à la formation et à l évolution professionnelle p. 96 Pérenniser les emplois p. 96 Engager une nouvelle politique salariale et réduire la précarité p. 96 Améliorer la protection sociale et la retraite p. 96 Améliorer l information du particulier-employeur et du salarié p. 96 La politique familiale p. 97 Les activités de veille, de conseil et d impulsion p. 97 Les activités de conseil et l appui technique aux mandatés et p. 97 responsables politiques Les rencontres, réunions d information, formations p. 98 Chap L intensification des solidarités intrafamiliales p. 99 Haut Conseil à la Famille (HCF) - Amendement Marini, p. 99 rapport du Conseil d Orientation des Retraites (COR) 8 Sommaire

9 Rapport d activité Chap Le développement des solidarités p. 100 en matière d emploi L assurance chômage p. 100 Le chômage partiel p. 101 Les demandeurs d emploi en fin de droits p. 101 Pôle Emploi : une réforme au service de la solidarité? p. 102 Chap La santé : combattre les inégalités de santé p. 103 La finalisation de la loi HPST p. 103 La préparation d une nouvelle mandature pour les conseillers de la branche p. 104 maladie Chap Les nouveaux défis de l insertion sociale et p. 104 professionnelle Le Revenu de solidarité active (RSA) p. 104 Chap Les luttes contre les discriminations et la défense des droits de l homme p. 105 Le handicap p. 105 La Commission nationale consultative des droits de l homme (CNCDH) p. 106 Partie 5 : La communication institutionnelle p. 107 Chap Renforcer l identité de la et assurer sa lisibilité p. 108 Une identité visuelle forte p. 108 Après la forme, le fond p. 108 Incarner des principes forts p. 109 Chap Actualiser les outils existants suivant les besoins des utilisateurs p. 110 Ajuster les contenus à leurs destinataires p. 110 Développer la complémentarité entre les outils p. 111 Créer de nouveaux outils p. 111 Chap Valoriser les actions terrain par une information descendante et ascendante p. 112 Donner la parole au mouvement p. 112 Des outils personnalisables à disposition de chacun p. 113 Sommaire 9

10 Chap Apporter un soutien indirect aux actions terrain p. 114 Les relations avec la presse : une priorité p. 114 La professionnalisation du lobbying et le développement des relations p. 115 extérieures Des rencontres politiques p. 115 S ouvrir à de nouveaux publics p. 116 Chap Consolider les partenariats avec des offres sur-mesure p. 117 Maintenir les engagements financiers p. 117 Développer des partenariats politiques p. 117 Relever les défis à venir p Sommaire

11 Rapport d activité Ce rapport est dédié à tous les militants qui nous ont quittés ces trois dernières années, parmi lesquels : André ADELINE Gabriel BENJAMIN Dolorès BORREDA Andrée BOUVELLE Alphonse BREGOU Madeleine CAILLERET Pierre CAPOROSSI Charles DESLIERS Yves ÉTIENNE Théophane GERON Marie-Thérèse GUESDON André HENNEQUEZ Nicolas JEANSON Pierre LARRODE Georges LEBRETON Jean MOREL Charles VIVIEN Jacques WEISS Henri ZIBELLI 11

12 Composition des instances confédérales au 1 er juillet 2011 Composition du Bureau confédéral Présidents honoraires Alain DELEU Guy DRILLEAUD Vice-présidents honoraires Clovis-Gilles FAKI Robert GANDONNIÈRE Armel GOURMELON Secrétaire général adjoint honoraire Joannès PAGE Président Jacques VOISIN* Vice-présidents Gabrielle SIMON* Négociations, emploi, droit social Michel COQUILLION* Vice-président du CESE Jean-Louis DEROUSSEN* Famille, Président de la Cnaf Secrétaire général Philippe LOUIS* Secrétaires généraux adjoints Pascale COTON* Chargée de l intérim du Secrétaire général Protection sociale, discriminations Joseph THOUVENEL* Affaires économiques, Europe et international Trésorier Pierre MENCÈS* Chargé de la communication Trésorier adjoint Bernard SAGEZ* Organisation-développement Autres membres du Bureau Marcel BLONDEL Évènements Patrick ERTZ Réforme des structures, dialogue social Claire ÉTINEAU Développement durable Responsabilité sociale des entreprises Bernard IBAL Prospective, développement durable Bernard MERTEN Retraites Claude RAOUL Jeunes, projet éducatif * Membre de la Commission exécutive 12 Composition des instances confédérales au 1 er juillet 2011

13 Rapport d activité Composition du Conseil confédéral Élus Dominique BERTRAND Christian CAILLAU Jean-Michel CERDAN Pascal CHAUVIN Michel COQUILLION Antonio DA COSTA Pascale COTON Jean-Louis DEROUSSEN Jacky DINTINGER Claire ETINEAU Bernard IBAL Evelyne ISINGER Alain KAUFFMANN Corinne LEGRAND Isabelle LEPINGLE Philippe LOUIS Michel MOREAU Isabelle SANCERNI Gabrielle SIMON Jean-Michel TESSIER Joseph THOUVENEL Annie TOUDIC Bernard VIVIER Jacques VOISIN Désignés : titulaires et suppléants Daniel BATTENTIER José BERLY Marcel BLONDEL Christine BOUCHET-LEBEURRE Didier BRAULT Serge BRETTAR Jean-Philippe CATANZARO Joël CHIARONI Agnès COURTOUX Joseph CRESPO Yannick CRUSSON Gilles DEBIAIS Patrick DEL GRANDE Patrice DIOCHET Christine DIVAY Thierry DOUINE Jean-Pierre DROMBOIS Roland DUBEL Patrick ERTZ Michel FONTAINE Maryse FOURCADE Secrétaires confédéraux Dominique BERTRAND Mutualité, prévoyance Pierre-Jean COULON Europe, international Patrice DIOCHET Partenariats Pierre FOSSE Conflits Marie-Josèphe JACQUEMONT Jean-Michel LEBAS Marie-Paule MARSAL Alain MAZEAU Pierre MENCÈS Bernard MERTEN Claude NEGRI Patrick NERON Antonio OLIVA Jean-Pierre ONILLON Guy PATTI Patrick POIZAT Claude RAOUL Yves RAZZOLI Michel ROLLO Bernard SAGEZ Jean-Louis SCHIANO Brigitte STEIN Alain TRIBOULT Roland WAGNER Ghislain GUALA Congrès confédéral Patrick POIZAT Retraites Jean-Michel TESSIER Élections professionnelles Composition des instances confédérales au 1 er juillet

14 14

15 Rapport d activité Avant-propos Souvenons-nous! C était il y a trois ans, en octobre 2008 du haut de la tribune du Palais des Congrès de Strasbourg, devant un millier de délégués de la réunis en Congrès, Jacques Voisin profitait de son discours d ouverture pour demander à Nicolas Sarkozy de recevoir les dirigeants des principales organisations syndicales avant le G20 de Washington. La première vague de la crise des subprimes venait, en effet, de faire ses premières victimes outre-atlantique et allait bientôt déferler sur les côtes européennes. Il devenait urgent, pour les vingt plus grandes économies mondiales, de se mettre d accord sur une riposte coordonnée. Avant de partir pour la capitale américaine, le Président de la République consultait le patronat, les banquiers et des politiques pour les sonder. Il n était pas prévu de rencontrer les syndicats, alors que le monde du travail s apprêtait à payer un lourd tribut à la crise la plus grave depuis 1929, provoquée par l avidité d une minorité de spéculateurs qui ont tendance à considérer la planète comme leur cour de récréation et l économie comme un vaste jeu de Monopoly. D où la demande du président de la. Avant la fin de la soirée, un coup de fil de l Élysée informait le président de la que le chef de l État donnait une suite favorable à sa demande. Une semaine plus tard, Jacques Voisin et les numéros un des autres organisations syndicales étaient reçus par Nicolas Sarkozy : la première d une série de rencontres semestrielles. Ce petit rappel pour signifier que pendant trois ans, notre travail a été considérablement imprégné par la crise, ses développements et sa gestion. Entre 2008 et 2009, la forte baisse de l activité économique a pesé sur l emploi, le pouvoir d achat, le commerce extérieur, le budget de l État, les comptes de la Sécurité sociale Il a donc fallu se battre sur tous ces fronts à la fois. À l échelon national, la a ainsi influencé les négociations sur le chômage partiel pour maintenir les salariés dans l entreprise malgré les aléas, la formation professionnelle tout au long de la vie, la participation et la gouvernance des entreprises (bien que celle-ci n ait pas encore abouti)... Elle a été à l origine de la création du Fonds d investissement social (Fiso) destiné à financer la formation et la reconversion professionnelles des salariés. Elle a aussi marqué de son sceau le débat sur le plan de relance de l économie française et le grand emprunt, en réclamant une politique de relance keynésienne et une action sur l emploi à court, moyen et long termes, en partant du principe que la France ne sortirait de la crise que lorsque l emploi aura démarré. Si elle a été entendue sur le premier point, elle regrette de ne pas l avoir été sur le second. La s est également opposée à la politique d austérité budgétaire qui, certes peut à terme réduire les déficits, mais se traduit Avant-propos 15

16 concrètement, dans l immédiat, par une dégradation des services publics et une baisse de l activité. Une inquiétude qui est confirmée par ce qui se passe en Grèce. Lors des États généraux de l industrie, la a milité pour une vraie politique industrielle qui se traduit notamment par une défense des projets de long terme et une localisation des industries et de l emploi en France ou en Europe. Sur le plan international, la a proposé et obtenu que le directeur général de l Organisation internationale du travail (OIT) participe, au même titre que les dirigeants du Fonds monétaire international (FMI) ou de l Organisation mondiale du commerce (OMC), aux réunions du G20. La a également été très active sur le front du développement durable, en participant aux suites du Grenelle de l Environnement, aux travaux du Grenelle de la Mer, à la concertation sur les emplois «verts», à la conférence internationale sur le climat qui s est tenue à Copenhague en 2009 Elle s est opposée à la mise en place de la taxe carbone, estimant que les ménages et les entreprises pouvaient en subir les conséquences en termes de pouvoir d achat et d activité, donc d emplois. La tentation était grande, du fait de la crise, de délaisser les chantiers syndicaux traditionnels que sont la santé au travail, l égalité entre les hommes et les femmes, l emploi des jeunes et des séniors, la conciliation des temps de vie, la fonction publique, le dialogue social La crise a enjoint la, au contraire, à pousser sa réflexion, à trouver des réponses novatrices, à renforcer son action syndicale en étant toujours plus présente sur le terrain, à l écoute des préoccupations des salariés, des fonctionnaires, des demandeurs d emploi, des retraités et de leur famille. Avec toujours pour objectifs la qualité de l emploi et des conditions de vie décentes, et pour souci l accomplissement de la personne dans sa vie professionnelle, familiale et personnelle. Concernant les élections professionnelles, la Confédération a tout au long de ce mandat de trois ans, poursuivi la stratégie adoptée lors de la précédente mandature tout en l améliorant au contact des réalités. Et cette politique a porté des fruits. Dans de nombreuses entreprises, la a progressé. Dans d autres où elle n était pas présente, elle s est installée. Elle fait désormais partie du paysage syndical et est devenue un acteur incontournable du dialogue social. Grâce au travail accompli depuis 2008 par les dirigeants confédéraux, en faisant du lobbying et en accentuant notre politique de communication, et par les militants, en étant actifs dans les entreprises, la Confédération peut envisager l avenir avec confiance. Même si c est loin d être gagné et que beaucoup reste à faire (en témoignent les déconvenues enregistrées dans de grandes entreprises), nous sommes sur la bonne voie. En conclusion de ce bref avant-propos, je reprendrai le slogan qui fut le nôtre en novembre 2009, quand nous avons célébré le 90 ème anniversaire de la création de la : «Dans dix ans, la aura 100 ans!» Philippe Louis Secrétaire général 16 Avant-propos

17 Rapport d activité Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action 17

18 Pour rappel, la motion d orientation adoptée au Congrès de Strasbourg était toute entière tournée vers l enjeu et les conditions de représentativité de la tels que redéfinis par la loi du 20 août La partie IV visait à décliner ces enjeux sur le plan opérationnel. En d autres termes, il s agissait de définir les principaux axes d action que l ensemble du mouvement se devait d engager afin de positionner au plus tôt la sur les voies du succès. Désireuse de simplifier la lecture, la compréhension et l adhésion du mouvement à ces principaux axes d action, soucieuse de promouvoir et d obtenir la participation active des structures à leur mise en œuvre, l équipe confédérale a réalisé dans la foulée du Congrès de Strasbourg un support de vulgarisation de cette partie IV de la motion d orientation : le Késako. Distribué en masse à l ensemble des structures comme des militants (délégués syndicaux, élus, mandatés), le Késako résume et organise la motion d orientation en six chantiers qui se distinguent selon deux logiques : Les chantiers 1 à 4 ont en commun d agir directement sur les nouveaux critères de représentativité : «Gagner les élections professionnelles» pour le critère d audience, «Se développer» pour le critère des effectifs (branches et territoires), «Mettre la section au cœur de l action syndicale» pour le critère d influence et d expérience, «garantir notre transparence financière» pour le critère financier. Les chantiers 5 et 6 («Un siège confédéral, des structures et réseaux tournés vers l action syndicale de terrain» et «Des hommes et des femmes compétents») agissent indirectement sur ces nouveaux critères. Ils constituent des leviers de performance qu il appartient à toute structure d activer. 18 Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action

19 Rapport d activité Agir sur les critères de représentativité Chap. 1 - Gagner les élections professionnelles La Plate-forme Élections Professionnelles (PEP s) est une émanation directe et logique du Congrès de Strasbourg. Elle est la traduction de la volonté d armer les sections et les structures intermédiaires pour gagner les élections professionnelles. Elle est également l illustration de la professionnalisation du siège confédéral et de l adaptation aux enjeux électoraux. En effet, ce dispositif prend en compte l aspect «marketing» de l électoralisme imposé par la loi du 20 août 2008 : pour continuer à faire entendre notre voix, il faut convaincre, plaire et faire voter C est pourquoi l expression «satisfaction clients» est apparue, faisant référence à une «clientèle» interne, en attente de réponses précises, rapides et construites. C est une exigence vis-à-vis de l offre de «services» de la PEP s, une exigence à la hauteur de l enjeu de la représentativité. L offre actuelle La Plate-forme élections professionnelles Elle intervient en complément des structures de proximité : unions locales, départementales, régionales, syndicats et fédérations. La PEP s propose une offre de services multiples : Accueil téléphonique pour répondre à toutes les questions liées à la représentativité et aux élections professionnelles (droit, organisation, communication ) en temps réel ou dans les 48 heures selon la complexité de la question. Accompagnement privilégié sur demande pour anticiper et aborder au mieux la stratégie et la campagne électorale. Amélioration ou création sur mesure de supports de communication (profession de foi, tracts, affiches, supports électroniques ). Mise à disposition de guides pratiques, de documents types. Conseils sur tous les domaines de compétences. Formations pour les syndicats ou les unions géographiques. Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action 19

20 La PEP s agit sur 3 grands domaines de compétences : Organisation - Processus électoral - Conseil - Accompagnement - Documents types - Remontée des résultats L offre en continu Droit - Droit électoral - Représentativité - Prévention du contentieux - Conseil - Accompagnement - Protocole d accord préélectoral - Listes communes. Communication - Outillage (amélioration, adaptation, conseils, outils personnalisables ) - Aide au diagnostic - Stratégie électorale - Évènementiel - Conseil - Accompagnement Les guides des élections Ces fascicules permettent de connaître l essentiel de chaque sujet lié aux élections professionnelles : le droit, la théorie, mais aussi le plus, la stratégie et les conseils. Plusieurs fascicules ont déjà été publiés et diffusés : 2010 : «Élections professionnelles, ce qu il faut savoir» «Le protocole d accord préélectoral» «Listes communes» 2011 : «Le contentieux électoral» «Le jour J» «La campagne électorale» «Les outils de campagne» Le parcours électoral Partant du principe que les horaires, même larges, de la PEP s, ne peuvent convenir à tous les militants et que certaines questions nécessitent des réponses standardisées, la Plate-forme élections professionnelles a développé un outil accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. L objectif était d offrir un outil intuitif, simple d utilisation et complet, qui permettrait de recenser tout ce qui touche aux élections professionnelles, sans que la recherche prenne trop de temps. Le parcours électoral a donc été pensé comme un rétro-planning qui reprend les différentes étapes du processus électoral. Il comprend les éléments théoriques, les règles légales, les conseils pour gagner les élections, des outils méthodologiques pour préparer les échéances, des supports de communication standardisés (professions de foi, tracts), des documents personnalisables, des modèles... Le parcours électoral est accessible depuis l espace «Adhérents» du site 20 Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action

21 Rapport d activité L offre réactive La permanence de la PEP s est assurée chaque jour ouvrable de 8h30 à 18h30. La boîte mail Élections est relevée en continu. Sauf exception, les réponses sont données sous 48h. Certaines questions peuvent être traitées immédiatement, mais d autres nécessitent un travail de recherche ou de création. Typologie des demandes de renseignements 25 % 60 % 15 % Communication Stratégie organisation Juridique Les questions juridiques, si elles sont majoritaires, sont celles qui prennent souvent le moins de temps, à l exception des demandes complexes ou de type contentieux. L outillage, sauf pour l envoi simple de documents personnalisables, est très chronophage. Quant aux questions stratégiques, elles impliquent en majorité des rendez-vous avec des experts de la PEP s. L offre d outillage La PEP s met son expertise, en termes de communication et de supports, à la disposition des sections. Elle a créé des outils directement utilisables et elle peut en développer décliner sur demande, suivant les besoins des sections : professions de foi, tracts, affiches, voire sites internet. Les supports nouveaux réalisés pour une section sont proposés aux autres sections pour mutualiser au maximum les bonnes pratiques. En voici quelques exemples ci-dessous. Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action 21

22 À noter qu en termes d outillage, la PEP s a aussi réalisé le guide utilisateur des services aux adhérents, un outil important dans le cadre du développement de la. L offre stratégique La PEP s propose un coaching, c est-à-dire un accompagnement actif, des sections syndicales. Le mieux étant de s y prendre longtemps à l avance (1 an environ) et de passer en revue tous les aspects,afin identifier tous les besoins. La PEP s propose alors des outils méthodologiques et un accompagnement sur le diagnostic et la stratégie qui en découlent. Cela peut se concrétiser par de courtes rencontres (par exemple : Atos, le Bon Marché, Dalkia, Delfi, Fidelia, Adia, Natixis, Microsoft, Kiloutou, Mercedes Benz IDF, Décathlon, Eau de Paris ) ou de séminaires- formations pendant lesquels la PEP s intervient activement (par exemple : Pôle Emploi, Crédit Agricole SA, Sanofi Aventis, Geodis, Darty Rhône Alpes, France Telecom, Groupama, SPIE, Cap Gemini). L offre de formation Les ateliers La PEP s s adresse directement aux militants qui préparent des élections. Elle propose des ateliers sur des thèmes électoraux où ses experts apportent la théorie, répondent aux questions, conseillent et où les militants partagent leur expérience. Ces ateliers sont proposés gratuitement (hors frais de déplacement) sur Paris, mais aussi en province sur demande des régions ou des syndicats. Les experts de la PEP s sont ainsi amenés à se déplacer pour sensibiliser les militants à la question de la représentativité et leur donner des bases permettant de gagner leurs élections. Les places sont limitées à 12 personnes pour favoriser un meilleur échange : L atelier«protocole d accord préélectoral» L atelier «Jour J» 2011 : L atelier «Protocole d accord préélectoral» L atelier «Stratégie de campagne électorale» L atelier «Jour J» L atelier «Outils et supports électoraux» 22 Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action

23 Rapport d activité Les formations des conseillers juridiques de proximité Pour anticiper les écueils et répondre rapidement aux militants sur le terrain, la PEP s a sollicité le réseau des conseillers juridiques de proximité, notamment les militants qui font du renseignement juridique dans les structures géographiques. Elle les a conviés à plusieurs temps de formation, réunissant ainsi une trentaine de participants à chaque fois. Octobre 2009 : rencontre à Paris pour mettre les conseillers à jour des jurisprudences. Octobre 2010 : rencontre à Saint-Étienne sur le thème du contentieux. Décembre 2010 : rencontre à Paris pour apporter les bases de la loi. Les dossiers traités On entend par la dénomination «dossier» une entité entreprise ou structure géographique qui a fait appel à la PEP s ou lui a envoyé ses résultats. Ainsi, par exemple, une section qui a eu ses élections en 2008 et qui les a à nouveau en 2011 n aura qu un seul dossier. Ce qui permet un suivi approfondi. Certains de ces dossiers nécessitent quelques minutes, le temps de répondre à une question. D autres, qui impliquent un suivi ou dont les responsables posent de nombreuses questions, peuvent nécessiter plusieurs heures, notamment lorsque différents experts sont sollicités. Le logiciel de suivi des élections développé pour la PEP s permet un recensement des dossiers traités mais également un recensement des résultats obtenus. C est ce qui explique, en partie, la forte proportion de dossiers de sections issues de la Fédération des syndicats Commerce, services et force de vente (CSFV). Nombre de dossiers par Fédération Agriculture 23 Banques 24 Batimat TP CMTE FNACT 5 CSFV Commmmunication 23 FAE 8 FESEP 13 FGT Métallurgie Poste et Télécom 15 PSE Juridique au 04/05/2011 Recensement des dossiers au 04/05/2011 (depuis le 01/04/2010) Nombre de dossiers 823 Nombre d appels non militants ou non liés aux élections 210 Le recensement des résultats électoraux La PEP s recense les élections et leurs résultats grâce aux sections soutenues qui en font le retour et grâce à de nombreux procès verbaux qui remontent via les structures intermédiaires. Tous les chiffres disponibles sur internet ou auprès des organes officiels sont également centralisés. Ce travail est effectué depuis la mise en production de notre outil de gestion interne, c est-à-dire depuis avril Partie 1 : La section syndicale au cœur de notre action 23

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ!

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! 2 ÉLECTIONS TPE 2012 : un scrutin sur sigle aux enjeux forts Contexte et enjeux Les élections TPE sont la 3 ème étape de

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT 1 CONVENTION DE PARTENARIAT Entre : CONSTRUCTYS, OPCA de la construction, HAUTE NORMANDIE 18 rue Amiral Cécille 76100 ROUEN Représenté par Martine GOETHEYN, Présidente Et : L ASSOCIATION REGIONALE DES

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com L essentiel Sommaire : Bulletin d information de l Union Départementale de la CGT Oise n 67 du0 décembre 0 Page : Edito Page et : Plan de Formation UD et UL Page à 7 : Descriptifs des Formations Page 8:

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL 1 Les Partenaires sociaux ont adopté un projet de réforme d Action Logement qui sera mise en œuvre avant fin 2016. Objectifs poursuivis

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine.

FICHE DE PRESSE. En Lot-et-Garonne, la CARSAT s engage aux côtés de la préfecture en faveur des seniors au travail : une première en Aquitaine. FICHE DE PRESSE 6 décembre 2013 Déployer les contrats de génération, c est maintenir les seniors dans leur emploi et favoriser l insertion durable des jeunes sur le marché du travail. En Lot-et-Garonne,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN ACCORD SIGNE LE 12/09/2005 PAR LES SYNDICATS CFDT, CFTCAM CFTC, SNECA CGC, FNSF CGT, FO. ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN Entre les soussignés : La CAISSE

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise»

Plan d actions «Gérer la crise C est. anticiper la reprise» Plan d actions «Gérer la crise C est anticiper la reprise» 1 Préambule La décélération de l activité économique observée en 2008 s est approfondie en 2009, les principaux indicateurs sont au rouge. Chômage

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

la qualité de vie des salariés

la qualité de vie des salariés facilit Un service innovant pour améliorer la qualité de vie des salariés VIE FAMILIALE VIE PROFESSIONNELLE SANTÉ LOGEMENT Service gratuit réservé aux adhérents en Prévoyance de la mutuelle CHORUM S engager

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille ATELIER DE RETOUR D EXPÉRIENCES La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences L expérience du CHRU de Lille La définition de la GPMC Prévisionnelle : Prévoir,

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail