La personnalité des marques des compagnies d assurance de dommages au Québec

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La personnalité des marques des compagnies d assurance de dommages au Québec"

Transcription

1 La personnalité des marques des compagnies d assurance de dommages au Québec Par David Lizotte Essai dans le cadre du MBA Marketing Présenté à Christèle Boulaire (directrice) Suzanne Michaud (lectrice) Université Laval Avril 2007

2 Remerciements Merci à Christèle Boulaire pour sa disponibilité, ses précieux conseils, sa confiance accordée depuis le baccalauréat; merci d avo ir accepté de diriger mon essai. Merci à Mme Suzanne Michaud qui a accepté d être la lectrice de cet essai, et à son équipe au marketing et communication clientèle de l Industrielle Alliance, Assurance auto et habitation pour leur intérêt envers mon étude et leur aide pour faire avancer celleci. Merci à l Institut d Assurance du Canada (IAC) et à la Chaire d assurance et de services financiers L Industrielle-Alliance pour leur intérêt et leur support témoignés. Un merci tout spécial à mes parents, ma sœur et ma conjointe pour leurs encouragements, leur confiance et leur foi en moi, qui ont su me garder motivé tout au long de mon essai et qui m ont permis de poursuivre mes études jusqu à ce stade. David Lizotte - 2

3 Sommaire exécutif Cet essai s intéresse à la personnalité des marques des assureurs de dommages au Québec. De par l étude d informations collectées grâce à un sondage et à des techniques projectives et associatives, les conclusions suivantes ont été posées : La communication marketing a un impact sur la personnalité des marques sous certaines conditions : elle doit être cohérente et continue dans le temps. La personnalité associée par un consommateur à une marque n est pas plus élaborée lorsque celle-ci utilise une appellation nominale plutôt qu une désignation constituée d un sigle. Par contre, le nom de marque a lui aussi un effet sur la personnalité perçue par les consommateurs. L outil de mesure développé par Aaker pour mesurer la personnalité des marques n est pas universel et demande des ajustements en fonction de l industrie étudiée. Des traits négatifs et en rapport avec la classe sociale devraient être ajoutés à l outil. Une révision des dimensions «sophistication» et «rudesse» devrait être faite. Les dimensions qui décrivent le mieux les compagnies d assurance de dommages en général sont la «compétence», la «sincérité» et l «excitation». Au Québec, malgré les sommes investies en marketing, seule Desjardins Assurances générales semble avoir réussi à pleinement établir la personnalité de sa marque. Bélair Direct et SSQ Assurances générales démontrent aussi une personnalité plus définie que les autres compagnies étudiées. David Lizotte - 3

4 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE CONTEXTE DU PROBLÈME ÉNONCÉ DE LA PROBLÉMATIQUE Problématique marketing et de recherche COMPOSANTES SPÉCIFIQUES PLAN DE L ÉTUDE CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL LÉGAL SITUATION CONCURRENTIELLE RESSOURCES DES COMPAGNIES REVUE DE LITTÉRATURE DÉFINITION DU CONCEPT DE PERSONNALITÉ DE LA MARQUE Des concepts différents Des concepts liés Un concept extensible LES ANTÉCÉDENTS À LA PERSONNALITÉ DE LA MARQUE Communication marketing Nom de marque LES EFFETS DE LA PERSONNALITÉ DE LA MARQUE Fournier et la loyauté à la marque Chang et Chieng et les revenus COMMENT MESURER LA PERSONNALITÉ DE LA MARQUE Aaker Différences culturelles et différences selon les biens de consommation LE CADRE CONCEPTUEL QUESTIONS DE RECHERCHE HYPOTHÈSES DE RECHERCHE SPÉCIFICATIONS DE L INFORMATION NÉCESSAIRE DESIGN DE LA RECHERCHE TYPE DE DESIGN RETENU Méthodes de recherches...55 David Lizotte - 4

5 6.2 ÉCHELLES DE MESURE QUESTIONNAIRE ÉCHANTILLONNAGE OPÉRATIONNALISATION DU DESIGN DE RECHERCHE MÉTHODES DE RECHERCHE UTILISÉES Sondage Techniques projectives et associatives Entrevue d expertes ÉCHELLES UTILISÉES Sondage : outil de mesure d Aaker Autres questions DÉVELOPPEMENT DU QUESTIONNAIRE ET PRÉ-TEST Questionnaire phase quantitative Questionnaire phase qualitative ÉCHANTILLONNAGE L échantillon COLLECTE ANALYSE DES RÉSULTATS PERSONNALITÉ DES MARQUES Sondage Techniques projectives et associatives EFFET DE LA COMMUNICATION Vérification du lien entre la personnalité et la communication des marques par le sondage Vérification du lien entre la personnalité et la communication des marques par les entrevues H1 n est pas pleinement vérifiée L INFLUENCE DU TYPE D APPELLATION L influence selon le sondage L influence selon les entrevues L UNIVERSALITÉ DE L OUTIL DE MESURE DÉVELOPPÉ PAR AAKER Comparaison des résultats d Aaker et des entrevues DISCUSSIONS LA PERSONNALITÉ ET LA COMMUNICATION Les aspects relatifs à la communication David Lizotte - 5

6 9.1.2 Les aspects extérieur à la communication Les limites de la différenciation L INFLUENCE DU NOM DE MARQUE L UNIVERSALITÉ DE L OUTIL DE MESURE D AAKER LIMITES DE LA RECHER CHE RECHERCHE EXPLORATOIRE SONDAGE GRILLE D AAKER ENTREVUES PISTES FUTURES DE RECHERCHE RELATION ENTRE LES TRAITS L EFFET DES EXPÉRIENCES PASSÉES MEILLEURE COMPRÉHENSION DES SIGLES L HEURE DE LA MÉTA-ANALYSE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE 1 : PARTS DE MARCHÉ AU QUÉBEC EN ASSURANCE DE DOMMAGES ANNEXE 2 : QUESTIONNAIRE ÉLECTRONIQUE (PHASE QUANTITATIVE) ANNEXE 3 : QUESTIONNAIRE UTILISANT DES TECHNIQUES PROJECT IVES ET ASSOCIATIVES (PHASE QUALITATIVE) ANNEXE 4 : ENTREVUE D EXPERTES ANNEXE 5 : PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE DES DÉTENTEURS DE PERMIS DE CONDUIRE AU QUÉBEC SELON LA SAAQ ANNEXE 6 : ANOVA ONEWAY ANNEXE 7 : TESTS EN T Desjardins Assurances générales SSQ Assurances générales ING Assurance Bélair Direct La Capitale assurances générales TD Assurances Habitation et auto Industrielle Alliance, Assurance auto et habitation ANNEXE 8 : VERBATIM DES ENTREVUES David Lizotte - 6

7 Association de mots Portraits chinois avec représentation humaine Phrase à compléter ANNEXE 9 : TESTS EN T POUR H Tests en t pour H2 sans Desjardins Assurances générales et TD Assurance David Lizotte - 7

8 Table des figures FIGURE 1 : PART DE MARCHÉ DES ASSUREURS DE DOMMAGES AU QUÉBEC (VERSION ABRÉGÉE)...19 FIGURE 2 : LES COMPOSANTES DE L'IMAGE DE MARQUE...23 FIGURE 3 : LE GECKO DE GEI CO...28 FIGURE 4 : ANNONCES DANS LES PAGES JAUNES DE BÉLAIR DIRECT ET DE DESJARDINS ASSURANCES GÉNÉRALES...30 FIGURE 5 : MATRICE LOYAUTÉ - PERSONNALITÉ...40 FIGURE 6 : CADRE CONCEPTUEL # FIGURE 7 : CADRE CONCEPTUEL # FIGURE 8 : CADRE CONCEPTUEL #2 AVEC LA TRADUCTION FRANÇAISE DU MODÈLE D'AAKER...51 FIGURE 9 : ÉCHELLE RÉDUITE DE ZAICHKOWSKY...68 FIGURE 10 : SEXE DES RÉPONDANTS...76 FIGURE 11: RÉGION ADMINISTRATIVE DES RÉPONDANTS...77 FIGURE 12 : ÂGE DES RÉPONDANTS...78 FIGURE 13 : DEGRÉ DE SCOLARITÉ ATTEINT PAR LES RÉPONDANTS...79 FIGURE 14 : IMPLICATION DES RÉPONDANTS...79 FIGURE 15 : GRAPHIQUE DE LA DIMENSION «SINCÉRITÉ»...93 FIGURE 16 : GRAPHIQUE DE LA DIMENSION «EXCITATION»...94 FIGURE 17 : GRAPHIQUE DE LA DIMENSION «COMPÉTENCE»...95 FIGURE 18 : GRAPHIQUE DE LA DIMENSION «SOPHISTICATION»...96 FIGURE 19 : GRAPHIQUE DE LA DIMENSION «RUDESSE»...97 FIGURE 20 : PART DE MARCHÉ DES ASSUREURS DE DOMMAGES AU QUÉBEC (VERSION COMPLÈTE) FIGURE 21 : QUESTIONNAIRE ÉLECTRONIQUE David Lizotte - 8

9 Table des tableaux TABLEAU 1 : COMPAGNIES QUÉBÉCOISES QUI UTILISENT UNE APPELLATION COMMERCIALE ÉTANT UN SIGLE...32 TABLEAU 2 : SIGNIFICATIONS DES PHONÈMES...37 TABLEAU 3 : TRADUCTION DES TRAITS D AAKER...44 TABLEAU 4 : DIMENSIONS DE LA PERSONNALITÉ DE LA MARQUE SELON DIFFÉRENTS CONTEXTES...49 TABLEAU 5 : DIFFÉRENTES TECHNIQUES PROJECTIVES ET ASSOCIATIVES...57 TABLEAU 6: COMPAGNIES À ÉTUDIER...60 TABLEAU 7: RÉPARTITION DE LA POP ULATION PAR ÂGE...61 TABLEAU 8 : RÉPARTITION DE LA POP ULATION PAR RÉGION ADMINISTRATIVE...61 TABLEAU 9 : ADAPTATION DE D'ASTOUS...64 TABLEAU 10 : ÉCHELLE FRANCISÉE ET ADAPTÉE AU CINÉMA PAR D ASTOUS (D ASTOUS, 2006)...69 TABLEAU 11 : POIDS ACCORDÉ AUX RÉPONDANTS DE CHAQUE GROUPE D'ÂGE POUR LA PONDÉRATION DES RÉSULTATS...78 TABLEAU 12 : RÉPARTION DES PERSONNES INTERVIEWÉES PAR GROUPE D ÂGE...80 TABLEAU 13 : SCORES DESCRIPTIFS DES TRAITS ET DES DIMENSIONS...83 TABLEAU 14 : TABLEAU RÉSUMÉ - DESJARDINS ASSURANCES GÉNÉRALES...86 TABLEAU 15 : TABLEAU RÉSUMÉ SSQ ASSURANCES GÉNÉRALES...87 TABLEAU 16 : TABLEAU RÉSUMÉ ING ASSURANCE...88 TABLEAU 17 : TABLEAU RÉSUMÉ - BÉLAIR DIRECT...89 TABLEAU 18 : SIMILITUDES ENTRE LA CAPITALE ASSURANCES GÉNÉRALES ET LES ASSUREURS EN GÉNÉRAL...90 TABLEAU 19 : TABLEAU RÉSUMÉ - LA CAPITALE ASSURANCES GÉNÉRALES...91 TABLEAU 20 : TD ASSURANCE : TABLEAU RÉSUMÉ...91 TABLEAU 21 : TABLEAU RÉSUMÉ - INDUSTRIELLE ALLIANCE, ASSURANCE AUTO ET HABITATION...92 TABLEAU 22 : TRAITS ÉVOQUÉS LORS DE L ASSOCIATION DE MOTS...98 TABLEAU 23 : TABLEAU RÉSUMÉ DE LA PERSONNALITÉ EXPRIMÉE PAR LA PUBLICITÉ SELON LES EXPERTES INTERVIEWÉES TABLEAU 24 : COMPARATIF DES COMMUNICATIONS ET DES ENTREVUES TABLEAU 25 : TRAITS POUR LESQUELS DES DIFFÉRENCES DE MOYENNES SIGNIFICATIVES EXISTENT ENTRE LE S COMPAGNIES À APPELLATION NOMINALE ET CELLES AUX NOMS CONSTIT UÉS D UN SIGLE TABLEAU 26 : TRAITS DÉCRIVANT LES COMPAGNIES SELON LE TYPE D APPELLATION TABLEAU 27 : TRAITS POUR LESQUELS DES DIFFÉRENCES DE MOYENNES SIGNIFICATIVES EXISTENT ENTRE LES COMPAGNIES À APPELLATION NOMINALE ET CELLES AUX NOMS CONSTITUÉS D UN SIGLE (SANS DESJARDINS ET TD) David Lizotte - 9

10 TABLEAU 28 : TRAITS DÉCRIVANT LES COMPAGNIES SELON LE TYPE D APPELLATION (SANS DESJARDINS ET TD) TABLEAU 29 : COMPARATIF DES RÉSULTATS FOURNIS PAR L'OUTIL DE MESURE D'AAKER ET PAR LES ENTREVUES TABLEAU 30 : NOMBRE DE TITULAIRES DE PERMIS DE CONDUIRE SELON LE SEXE DE 2000 À TABLEAU 31 : NOMBRE DE TITULAIRES DE PERMIS DE CONDUIRE EN 2005 SELON LA RÉGION DE RÉSIDENCE David Lizotte - 10

11 1 INTRODUCTION Les assureurs, toujours le dernier bastion à mettre en pratique les nouveautés en marketing? Au grand désarroi des livres de référence qui devront se trouver un nouveau souffre-douleur, il semble que cela ne soit plus le cas dans le domaine de l assurance de dommages, où la forte compétition venue de toutes parts a sonné le réveil de nombreux joueurs. Il semble donc intéressant d étudier ce domaine dans un sujet de l heure en marketing : la personnalité des marques. Depuis qu Aaker a dévoilé son modèle des «Big Five» en 1997, plusieurs études ont été faites sur le sujet. Par contre, beaucoup de travail reste à faire afin d augmenter les connaissances relatives à ce champ de recherche. La présente étude vise à accroître la connaissance sur la personnalité des marques, en apportant notamment des informations supplémentaires pour participer à des débats déjà en cours dans la littérature. De plus, cette étude s intéresse enfin à une autre dimension que les forces de vente dans le domaine des assurances. David Lizotte - 11

12 2 DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE 2.1 Contexte du problème Une véritable guerre marketing semble s être installée dans l industrie de l assurance IARD au Québec. Les montants investis en publicité ont suivi une augmentation importante au cours des dernières années. En fait, «un nombre important d assureurs ont [maintenant] recours à divers médias de communication de masse» (Houde, 2006). Selon François Houde, consultant principal de la Division recherche marketing de ISA- Conseil en gestion et en informatisation, les plus importantes hausses de part de marché relevées chez des assureurs directs du Québec se retrouvent chez des compagnies ayant adopté une «stratégie de communication agressive». Un examen du Rapport annuel sur les assurances 2005 de l Autorité des marchés financiers nous démontre en effet que des compagnies comme Desjardins Assurances générales, La Capitale assurances générales et SSQ Assurances générales ont augmenté leur part de marché en 2005 comparativement à Par contre, certains assureurs comme Bélair Direct et Wawanesa ont stagné et même reculé entre 2004 et 2005, et ce, malgré des investissements importants en publicité. Wawanesa avait d ailleurs effectué en 2005 un «retour télévisé après plusieurs années d absence» (Varin, 2005). Il faut dire que les marques présentes sur le marché ont dû composer avec la volonté des banques de se diversifier et d occuper une place importante dans le do maine de l assurance de dommages. En fait, Assurance Banque Nationale est présente sur le marché depuis environ dix ans (Lafleur, 2006) alors que TD Assurance n est véritablement arrivée sur ce marché qu en 1999, par l acquisition de Canada Trust (qui avait elle-même fait l achat de Meloche Monnex en 1997). La Banque TD a augmenté sa présence depuis grâce à l acquisition de la Canada-Vie, compagnie d assurances générales (melochemonnex.com, 2007). Rapidement, et malgré le fait que la majorité de celles-ci ait opté pour des noms de commerce impersonnels, les banques ont fait sentir leur présence. Assurances Banque Nationale a obtenu la plus grande croissance (en pourcentage) en assurance automobile au Québec entre 1999 et 2005 (Houde, 2006), David Lizotte - 12

13 alors que RBC Assurances prétend se classer «parmi les compagnies d'assurance enregistrant la plus forte croissance au Canada» (rbcassurances.com, 2007). En fait, les assureurs faisant affaire au Québec semblent être tentés de suivre la recette instaurée par Geico et Progressive Corp. aux États-Unis afin d obtenir une «croissance accélérée». Ces deux assureurs, grâce à des sommes impressionnantes investies en publicité, ont réussi à occuper les troisième et cinquième places en assurance auto chez les Américains (Green, 2004). 2.2 Énoncé de la problématique Malgré les sommes investies en communication marketing au Québec, il semble que certaines compagnies n aient pas réussi à attirer les consommateurs (Bélair Direct et Wawanesa dans la dernière année). Cela nous amène à nous poser la question suivante : quelle est l efficacité des moyens marketing utilisés par les différentes compagnies d assurance de dommages au Québec? Problématique marketing et de recherche Plus spécifiquement, en termes de problématique marketing, l objectif sera de déterminer si les millions dépensés en publicité ont vraiment permis d établir une différence da ns les personnalités des marques ou si les consommateurs perçoivent toujours les différentes compagnies comme un groupe indifférencié. L étude portera donc sur la personnalité des marques des assureurs de dommage s au Québec. Un second volet de la problématique marketing concerne l utilisation de sigles par différentes compagnies comme marque de commerce. C est notamment le cas de SSQ Assurances générales, de TD Assurance, de RBC Assurances et de ING Assurance. Comme nous en avons fait état précédemment, plusieurs nouveaux joueurs, et même certains présents depuis bien longtemps, utilisent des appellations peu évocatrices. La présente étude tentera de déterminer si l utilisation de sigles a un impact sur l octroi de personnalités aux marques par les consommateurs. David Lizotte - 13

14 Enfin, un troisième volet composera cette étude. La personnalité de la marque semble être le sujet de l heure dans les différentes théories en lien avec la marque. En fait, un nombre impressionnant de recherche s a été publié sur le sujet au cours des deux dernières années. Plusieurs d entre elles ont eu recours à un outil décrit comme étant universel, s appliquant à l ensemble des biens/services de consommation à travers les différentes cultures. Cette étude cherchera à vérifier la capacité de cet outil à représenter les personnalités des marques des assureurs de dommage s au Québec. De la problématique marketing découle donc une problématique de recherche. Cet essai aura comme objectif d éclaircir le questionnement quant au caractère universel de l outil le plus populaire développé pour mesurer la personnalité de la marque. Il apparaît aussi intéressant et d actualité d étudier la personnalité des marques dans le domaine des assurances compte tenu du besoin de sécurité qui est de plus en plus présent dans le quotidien des Québécois. Ce besoin, identifié par Maslow comme faisant partie des cinq grands besoins de sa hiérarchie, est devenu une priorité depuis les attentats du 11 septembre Les agences de sécurité peinent à recruter des agents, les forces armées doivent «faire grimper les enchères pour éviter de perdre des membres», les constructions de protection physique augmentent autour des édifices publiques (Gaudreault, 2006). Ainsi, il est pertinent d étudier la personnalité de l une des industries qui se trouvent au centre d un besoin prenant de plus en plus d ampleur. 2.3 Composantes spécifiques Voici les trois composantes spécifiques, les trois aspects clés de la recherche tels que présentés par les problématiques marketing : 1) Mesurer les personnalités des marques des assureurs de dommages au Québec et étudier les liens avec leurs campagnes de communication; 2) Comparer la personnalité des marques des assureurs ayant des appellations nominales à celle des assureurs utilisant plutôt des sigles comme nom de marque; 3) Vérifier l universalité des outils/grilles de mesure de la personnalité des marques. David Lizotte - 14

15 2.4 Plan de l étude La personnalité des marques des assureurs de dommages au Québec Plus d informations sur le contexte dans lequel se situe cette problématique seront regroupées dans la prochaine section sur le contexte environnemental. Par la suite, une revue de littérature viendra apporter les premiers éclaircissements relatifs à la problématique. De cette revue de littérature sera constitué un cadre conceptuel, lequel viendra montrer de possibles liens entre les variables qui auront été ressorties de la revue de littérature. Après les explications des hypothèses concernant des liens entre les variables illustrés par le cadre conceptuel, la méthodologie de la recherche sera présentée. Viendra ensuite la section opérationnalisation, laquelle présentera en profondeur la méthodologie suivie, en prenant soin d indiquer si celle qui était prévue initialement a pu être respectée. Une analyse des données recueillies suivra et une discussion sur les résultats permettra d enrichir la connaissance sur la problématique de départ. Seront ensuite exposées les limites de la recherche et les pistes futures de recherche. Enfin, une conclusion et des recommandations viendront clore la réflexion entreprise dans cet essai. David Lizotte - 15

16 3 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Avant d entreprendre l étude des personnalités des marques dans le domaine de l assurance, il apparaît important de situer le contexte de celui-ci. 3.1 Légal Tout d abord, il convient d identifier le contexte légal avec lequel les assureurs de dommages doivent composer. La Loi sur les assurances et la Loi sur l assurance automobile imposent de nombreuses restrictions aux assureurs voulant faire des affaires au Québec. Ceux-ci doivent en effet utiliser un contrat d assurance automobile uniforme déterminé par ces lois. Bien que les assureurs puissent rédiger le contrat qu ils envoient aux consommateurs, ils doivent faire autoriser celui-ci par l Autorité des marchés financiers. On peut donc comprendre du précédent paragraphe que les compagnies doivent obligatoirement utiliser un moule standard pour leur offre en assurance automobile. La distinction par les produits est donc grandement réduite. L Autorité des marchés financiers ne se contente pas de définir le contrat ou les règles entre les assureurs et les assurés. Elle impose aux assureurs de dévoiler leurs «manuels de tarifs», ce qui fait que chaque compagnie peut connaître la segmentation tarifaire utilisée par ses compétiteurs, réduisant encore une fois les possibilités de différenciation. En fait, une diminution de prix est rapidement connue et peut être copiée aisément par la compétition. Cet organisme doit aussi faire un rapport au ministre des finances à chaque année sur le monde des assurances. Cela veut donc dire que l Autorité n étudie pas seulement des données relatives à l assurance automobile, mais divulgue aussi de l information (les parts de marché par exemple) sur l assurance de dommages en général (Autorité des marchés financiers, 2007). Pour se différencier au point de vue des produits, les assureurs ont relativement peu de possibilités, ne serait-ce que proposer des produits complémentaires à l assurance. David Lizotte - 16

17 Certains proposent d ailleurs des produits d assistance complémentaires à l assurance automobile ou habitation. Par exemple, La Capitale assurances générales propose de l assistance routière et juridique tandis que l Union Canadienne va même jusqu à offrir une aide ménagère ou des soins infirmiers. Par contre, L Union Canadienne fait figure d exception et la majorité des assureurs offrant de l assistance se limitent aux produits offerts par La Capitale (lacapitale.com, unioncanadienne.com, 2007). Quant au prix, il apparaît ici comme un facteur clé de succès essentiel à posséder pour survivre dans l industrie plutôt qu un outil de différenciation à long terme. Les assureurs sont donc limités dans leur s possibilités d offrir une large gamme d assistance. Cela vient expliquer l offre limitée d assistance, à l exception du programme Aladin précédemment décrit. Enfin, l arrivée des banques dans la vente d assurances au Canada ne signifie pourtant pas la vente dans les succursales bancaires des produits d assurance de dommages. En effet, les lois fédérales sur les banques empêchent ces dernières de vendre ce type de produit, ou même uniquement d en faire la promotion dans leurs succursales (Norris, 2006). Les banques doivent ainsi recourir aux formes traditionnelles (direct ou par courtage) pour vendre leurs produits d assurance. Ces joueurs récents sur le marché devront donc utiliser un autre moyen que la distribution pour se différencier. À la lecture des précédents paragraphes, il semble que le fait d établir une personnalité à leur marque pourrait être la planche de salut des assureurs afin d arriver à se différencier de la compétition. 3.2 Situation concurrentielle Le leader au Canada, ING, malgré 11 acquisitions en 20 ans (Thompson s, mars 2006), ne possède toujours que 12,6 % du marché. Selon le président et chef de direction de ING Canada, Claude Dussault, l organisation désirerait avoir entre 20 % et 25 % «pour être un vrai leader» (Vallière, 2005). D ailleurs, ING Assurance ne souhaite toujours pas étendre son offre de produit, mais espère toujours croître par les assurances de dommages. L option de pénétration de marché étant toujours attirante pour ING, la consolidation du secteur est donc toujours à faire (Thompson s, février 2006). En fait, «l industrie encore David Lizotte - 17

18 très fragmentée» compte plus de «200 sociétés d assurance de dommages» seulement au Québec (Théroux, 2005). Cette fragmentation vient s ajouter à la divulgation obligatoire des manuels de tarifs des assureurs, causant ainsi une menace encore plus importante d apparition de guerre de prix et rendant encore plus difficile une différenciation par le prix. En fait, des fréquents cycles de guerre de prix (avec des incidences importantes sur la rentabilité des assureurs), suivis d épisodes de redressement sont couramment observé s sur ce marché. Selon Dussault, «ces cycles encore trop prononcés dans l assurance IARD au Canada sont justement un symptôme de sa trop grande fragmentation» (Vallière, 2005). En plus de devoir composer avec une compétition féroce, les assureurs en place doivent faire face à de nouveaux entrants sur leur marché. Les assureurs traditionnels doivent faire face non pas seulement aux nouveaux joueurs issus du secteur banquier (la banque TD par exemple), mais aussi du secteur du commerce de détail. À ce sujet, la marque Le Choix du Président, qui a été conçue à la base pour représenter les produits alimentaires des chaînes d épicerie appartenant à Loblaw, propose maintenant de l assurance auto et habitation (presidentschoice.ca)! À ce propos, voici le tableau abrégé des parts de marché des assureurs de dommages au Québec (version complète en anne xe). David Lizotte - 18

19 Figure 1 : Part de marché des assureurs de dommages au Québec (version abrégée) Ressources des compagnies Il peut paraître surprenant de constater que certaines compagnies détiennent à peine 1% du marché de l assurance de dommages au Québec, mais participent tout de même à la guerre marketing. C est notamment le cas de SSQ Générales qui détient 1,293 % du marché et même de TD Assurance Habitation et Auto qui, avec seulement 0,38 % du marché, fait de la publicité télévisée. Il faut cependant être conscient que ces compagnies ont des liens de parenté avec des groupes très puissants qui sont à même de financer leur établissement. Plusieurs d entre elles sont des filiales de groupes bancaires ou encore, de géants de l assurance vie. C est 1 «Rapport sur les assurances 2005», Autorité des marchés financiers, juin 2006, p.23-24, disponible sur Internet à l adresse suivante : -annuels.fr.html. David Lizotte - 19

20 notamment le cas des deux compagnies précédemment citées : SSQ Générales est une filiale de SSQ Groupe Financier, cinquième plus important assureur vie au Québec (Autorité des marchés financiers, 2006), et TD Assurance appartient au Groupe financier Banque TD, qui a déclaré des profits de 4,6 milliards en 2006 (Friend, 2006). Les liens de parenté des différents assureurs de dommage s peuvent donc expliquer les ressources importantes dont ils disposent pour investir en communication marketing, et ce, malgré le fait que plusieurs ne détiennent qu une faible part de marché. Carole Bissonnette, directrice adjointe des communications clientèle à l Industrielle Alliance, Assurance auto et habitation, a révélé dans une entrevue réalisée dans le cadre de cette étude, qu il est clair que dans le cas de SSQ, les activités de la division assurance de dommages sont supportées par d autres branches de la compagnie. Il semble que les dirigeants aient fait un choix corporatif d investir en publicité «pour faire connaître la marque, être dans l ensemble évoqué des consommateur s et être reconnu plus tard» (Bissonnette, 2007). En fait, les dirigeants de plusieurs entreprises - Mme Bissonnette nomme particulièrement Desjardins Assurances générales, La Capitale assurances générales, SSQ Assurances générales et Bélair Direct - auraient décidé de faire fi de la «règle de pouce» en assurance de dommages. Selon cette règle, les assureurs devraient investir en publicité environ 1 % de la valeur de leurs primes souscrites. En fait, ces assureurs disposeraient d un budget marketing estimé par Mme Bissonnette entre 4,5 et 6 millions de dollars annuellement, ce qui leur permettrait d avoir une présence «13 mois par année» dans l ensemble des médias. Plusieurs assureurs de dommages semblent donc avoir les ressources nécessaires pour se livrer une véritable guerre au niveau de la communication marketing. David Lizotte - 20

21 4 REVUE DE LITTÉRATURE 4.1 Définition du concept de personnalité de la marque Il apparaît important de définir le concept de personnalité de la marque avant d expliquer ses effets. Ceci permettra d éclaircir le lien fait précédemment dans l énoncé de la problématique entre la personnalité de la marque et l efficacité de campagnes de publicité. Définir la personnalité de la marque est encore plus important compte tenu que plusieurs auteurs ne recourent pas à la même définition pour la désigner. Par exemple, Sung et Thinkham (2005) utilisent l expression «symbolic meaning» ou «signification symbolique» à titre de synonyme de la personnalité de la marque. Cette définition pourrait être tout aussi bien liée au concept de l image de marque qui s intéresse aussi à la nature symbolique des marques (Arnould, 2004). Quelques auteurs semblent ne pas faire de distinction entre image de marque et personnalité de la marque. Cette tendance est de moins en moins répandue depuis qu Aaker a proposé son «Big Five» ou les cinq dimensions de la personnalité des marques. Sa définition a été reprise par plusieurs par la suite. Voici d ailleurs celle-ci : «L ensemble des caractéristiques humaines associées à une marque» (Aaker, 1997). Fournier a établi que les marques seraient des partenaires actifs des consommateurs, ces dernières auraient alors développé une relation avec ceux-ci (Fournier, 1998). Ceci peut expliquer le fait que les consommateurs soient capables d octroyer une personnalité aux marques. La personnalité des marques serait donc les caractéristiques humaines, traits humains, que les consommateurs associent à une marque. La recherche en la matière a été beaucoup influencée par la recherche sur les traits humains, laquelle a établi que la personnalité humaine était organisée autour de cinq grandes dimensions, cinq grands traits. L idée d Aaker d établir le «Big Five», ou les cinq grandes dimensions de la personnalité des marques, découle du modèle des «Big Five» de la personnalité humaine (Aaker, 1997). Les cinq dimensions de cette dernière seraient l extraversion, l amabilité, la conscientisation, l intellect et le «neurotisme» (le contraire de la stabilité émotionnelle) (Goldberg, 1990). David Lizotte - 21

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Planificateur de campagne de publipostage

Planificateur de campagne de publipostage www.postescanada.ca Planificateur de campagne de publipostage Postes Canada 6-640 (11 04) Un guide par étapes pour vous aider à planifier et à créer votre prochaine campagne de publipostage Utilisez votre

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Le cahier d exercices

Le cahier d exercices 10 Le cahier d exercices 1. Introduction Le but du présent manuel est de venir en aide aux recruteurs de sociétés de transport par autocar qui ont recours au manuel Au Volant Un guide des meilleures pratiques

Plus en détail

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E.

PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. PROMOTION DES SERVICES DU C.P.E. Il est important pour le CPE de se différencier par une approche axée sur la valeur ajoutée. Vous découvrirez en lisant nos objectifs que notre approche marketing sera

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne Plus de 1,2 millions de noms

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. par Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques par Gilles Bernier 1 Il me fait plaisir de confirmer que la Chaire en assurance L Industrielle-Alliance de l Université Laval a répondu favorablement à l invitation

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE

JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE JANVIER 2014 RAPPORT D ENQUÊTE MINISTÈRE DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DE LA CULTURE TRANSMIS : AU PREMIER MINISTRE AU SOUS-MINISTRE AU PLAIGNANT DANS L AFFAIRE DE LA LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES DU

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Veuillez prendre note que pour obtenir ces documents des frais vous seront exigés.

Veuillez prendre note que pour obtenir ces documents des frais vous seront exigés. SERVICES PROFESSIONNELS D UN CABINET D EXPERTS- COMPTABLES POUR LA VÉRIFICATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY POUR LES TROIS ANNÉES FERMES 2015, 2016 ET 2017 SP-15-166 La Ville

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

I N F R A S T R U C T U R E T I S É C U R I S É E P O U R L E C O M M E R C E É L E C T R O N I Q U E

I N F R A S T R U C T U R E T I S É C U R I S É E P O U R L E C O M M E R C E É L E C T R O N I Q U E Résumé Le présent rapport de recherche décrit les composantes d une infrastructure TI sécurisée pour le commerce électronique. L objectif est de fournir une description exhaustive des enjeux liés à la

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE.

BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. BONJOUR À TOUS ET MERCI D ÊTRE PRÉSENTS POUR CE WEBINAR CONCERNANT LES INDICATEURS DE RÉSILIENCE. DANS UN PREMIER TEMPS, J AIMERAIS REMERCIER LE BUSINESS CONTINUITY INSTITUTE ET PLUS PARTICULIÈREMENT MONSIEUR

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail