l Anatomopathologie à la Biothérapie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Anatomopathologie à la Biothérapie"

Transcription

1 Les Assises de la cancérologie publique 29 & 30 mars 2012 Les Thérapies ciblées : de l Anatomopathologie à la Biothérapie Prénom Nom Fonction Etablissement Joël CUCHEROUSSET Pathologiste GHI le RAINCY MONTFERMEIL

2 Préambule : Anatomo-Cyto-Pathologie Anatomie et Cytologie Pathologiques gq ( CNOM) Anatomo-Cyto-Pathologiste -«Anapath» Pathologiste C est une spécialité médicale au carrefour de la clinique, de la chirurgie, de l imagerie, de la biologie et de la recherche. Axée sur le diagnostic lésionnel morphologique. Nombreux superlatifs +++ -«spécialité incontournable» Plan cancer «maillon central de la prise en charge des patients» - «rôle pivot de la chaîne des soins» ET POURTANT.. 2

3 Anatomo-Cyto-Pathologie Discipline i en difficulté (1) 1 Spécialité méconnue (Grand public, instances, certains cliniciens.) 2 - Souvent confondue avec la biologie : Interprétation non automatisable compétences médicales 1- Macroscopie 2- Lecture lames au microscope optique (examen morphologique ) Seules techniques de préparation des lames sont automatisables: Permet : reproductibilité, standardisation di ti 3

4 Anatomo-Cyto-Pathologie Discipline i en difficulté (2) 3 - Non revalorisation des actes depuis 30 ans ( CCAMV2 en attente) Augmentation de la charge de travail due : - Evolutions scientifiques biologie moléculaire Progrès majeurs dans la classification des lésions (IHC -HIS) Meilleure prise en charge du traitement des cancers (patients ) - Complexité des protocoles de prise en charge du cancer - Transmission des données, rôle épidémiologique, recherche 4 Déficit démographique préoccupant (50 % ont plus de 50 ans) 6 - Contraintes sanitaires : - Risque chimique : Formol - Risque bactériologique - Accréditation 4

5 5

6 Evolution de l Anatomopathologie 6

7 Missions de l ACP 1 - Dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses 2 Rôle diagnostiques et classification des maladies 3 Etude des critères évolutifs d une tumeur (stade ptnm) 4 - Evaluation des facteurs pronostics 5 - Etude des facteurs prédictifs de traitement Thérapies ciblées 6 - Evaluation de l efficacité des traitements 7

8 Evolution rôle du Pathologiste 1- Diagnostic types histologiques des cancers 2- Histopronostic 3- Stade évolutif classification ptnm (Taille tumorale, atteinte ganglionnaire, métastase) «Gold standard» prise en charge et traitement des cancer 4-Révolution de l ACP Implication dans le traitement t Rôle essentiel dans les thérapies ciblées «médecine personnalisée» Diagnostic histologique : - Examen morphologique : microscopie optique - Examens complémentaires : IHC, HIS Base du choix des tests prédictifs de traitement «Test Théranostics» Sélection patients éligibles pour un traitement par thérapie ciblée 8

9 Mécanismes de la cancérogenèse Cancer deux grand type d anomalies génétiques : Activation d oncogènes Inactivation / délétion gènes suppresseurs de tumeur Entraîne anomalies de 5 voies intracellulaires principales : Prolifération cellulaire Différenciation Apoptose (inhibition immortalité cellulaire) Migration (invasion tumorale, métastase) Angiogenèse Autres facteurs : - Instabilité des microsatellites - Prédispositions génétiques - Facteurs environnementaux C 9

10 Principaux mécanismes de la cancérogenèse voies de signalisation de la multiplication cellulaire : transduction du signal R R RAS RAF PTEN PI3-K AKT py K py STAT K SOS py GRB2 MEK MAPK DNA P Transcription génique Progression du cycle cellulaire PP Myc Cycline D1 Jun Fos Myc Cycline D1 Proliferation/ maturation Survie/ apoptose Angiogénèse Metastasis 10

11 Thérapies ciblées : définition Molécule agissant spécifiquement sur une cible cellulaire (en général protéique) d une cellule tumorale, impliquée dans une voie de signalisation jouant un rôle prépondérant dans la carcinogenèse d un tpe type histologique de cancer déterminé. Mise en évidence de la cible cellulaire se fait à partir du tissu tumoral fixés et incluant paraffine (bloc de paraffine) ) dans la majorité des cas. (98 %) plus rarement à partir de tissus congelés. Prise en charge Tissu tumoral responsabilité du pathologiste 11

12 Thérapies ciblées : types Fonction de la cible thérapeutique EGFR (Epidermal Growth Factor Receptor-1) HER2 (Human Epidermal growth factor Receptor-2) ou ERBB-2 BRAF (Serine/threonine kinase) CKIT (Récepteur à tyrosine kinase) ALK (Anaplastic Lymphoma Kinase) Fonction de la nature de la molécule Anticorps monoclonaux (-mab) [Rituximab, Bévasizumab ] Inhibiteurs des tyrosine kinases (-tinib) ib) [Imatinib, ib Géfintinib ib ] 12

13 Pathologiste et Phase pré-analytique Ensemble d étapes indispensables Conditionne la fiabilité de toutes les techniques ultérieures Phase de prélèvement Réception Fixation Macroscopie sélection du matériel Imprégnation Déshydratation ti Inclusion Bloc de paraffine 13

14 Phase de prélèvement Phase pré-analytique Dépend préleveur sous la responsabilité de l ACP Nécessité d un dialogue entre préleveur et pathologiste thl it Deux impératifs : 1- Quantité de matériel 2- Fixation immédiate 14

15 Phase de Prélèvement 15

16 Phase de prélèvement Phase pré-analytique 1- Quantité de matériel : Pièce opératoire : en général pas de problèmes 16

17 Phase de prélèvement 1- Quantité de matériel : Phase pré-analytique Matériel de plus en plus exigu +++ Progrès techniques de prélèvement - Biopsies - Microbiopsies (ponction sous écho-endoscopie) - Liquide id de ponction Facteurs limitant pour les techniques ultérieures +++ Nécessité d augmenter nombre de biopsies 17

18 Phase pré-analytique Fixation : Etape primordiale +++ Dépend du type de fixateur - FORMOL «Moins mauvais fixateur actuel» - Précaution classé CMR1 en France uniquement - Surveiller sa qualité son PH - Test assurance qualité AFAQAP Durée de fixation Fixe 1 mm de tissu /heure Minimum 6 H biopsie 24 à 48 H pièces opératoire Ne pas surfixer (> 78 H) peut permettre BM (DNASE; chauffage) Par contre sous-fixation irrattrapable

19 Phase pré-analytique Toutes les autres phases se font dans le service d ACP Fixation Nécessaire conservation protéines cellulaires l +++ (ADN, ARN, protéines) 19

20 Fixation Phase critique 20

21 Phase pré-analytique Macroscopie : a- Etape importante sélection tissu tumoral +++ b - Mis en cassettes nombre de blocs final (de 3 à 20.) 21

22 Phase pré-analytique Imprégnation Déshydratation - Permet de stabiliser les protéines tissulaires - Automates cycle de 12 H Inclusion Bloc de paraffine Bloc de paraffine Matériel de base des tests prédictifs ( 98 %) 22

23 Ensemble des Phases Pré-analytiques Analytiques Post-analytiques 23

24 Étapes Pré-analytiques en ACP 24

25 Techniques prédictives de thérapie ciblée Qui effectue les test Théranostics Fonction de la cible recherchée 1 - Services de Pathologie Hybridation in situ Rares structures réalisent extraction ADN et certains tests (Kras, EGFR) 2 - Plates formes de Biologie Moléculaires 28 Plates Formes labellisées INCa en France Chartre des Plates Formes de BM ( biologistes moléculaire pathologistes Oncologues) 25

26 Techniques prédictives de TC en ACP Ex. le plus ancien : Adénocarcinome mammaire : 1 - Etude des récepteurs hormonaux en IHC 1 Immunohistochimie : Anticorps anti-œstrogènes Forte positivité 90 % de cellules marquées Intensité +++ Indication hormonothérapie 26

27 Techniques prédictives de TC en ACP Adénocarcinome mammaire : 2 - Etude de la surexpression de HER2 (modèle de TC en ACP) corrélation 98 % : amplification gène /surexpression RHER2 Immunohistochimie avec AC anti-her2 en 1 ère intention si score 2+ contrôle HIS Surexpression membranaire Intense en IHC : score 3+ Amplification gène her2 en IHS Score 3+ en IHC ou Score 2+ avec Amplification en HIS Indication Traitement par anti-her2 Herceptin 27

28 Techniques prédictives de TC en ACP Adénocarcinome mammaire : Etude de la surexpression de HER2 28

29 Techniques prédictives en ACP Techniques FISH (HIS) dans l adénocarconome pulmonaire en ACP Recherche gène fusion ALK-EML4 (crizotinib ) Adénocarcinome pulmonaire (3% à 7 % CBNPC) - Etudes pour effectuer le test en IHC avec anticorps anti-alk 29

30 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire Lymphomes B : 1 -Pathologie hématologique - Lymphomes Dans les lymphomes B, l AC anti-20 en IHC met en évidence la protéine CD20 présente à la surface des cellules tumorales. Le Rituximab (MabThera ), AC chimérique humains humanisé anti-cd 20 est prescrit dans : - les lymphomes folliculaires de stade III-IV - les lymphomes agressifs diffus à grandes cellules B (souvent associé à la chimiothérapie [R-CHOP]) Hématologie a été une spécialité pionnière en matière de biologie moléculaire, Qui a permet une classification des maladies Développement de molécules ciblées depuis longtemps (ex. GLIVEC dans LMC) 30

31 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire Lymphomes B : 1 -Pathologie hématologique - Lymphomes 31

32 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 1 -Pathologie hématologique - Lymphomes Lymphomes B : Lymphome B diffis à grandes cellules (DLBCL) CD20 32

33 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire Lymphomes B : 1 -Pathologie hématologique - Lymphomes 33

34 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 1 -Pathologie hématologique - Lymphomes Lymphomes B : Lymphome lymphocytique B - LLCB CD20 CD5 CD3 CD23 34

35 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 2 - Adénocarcinome colorectal : Recherche mutation du gène Kras Etudes préclinique in vivo et in vitro Blocage de l EGFR inhibe la croissance des cellules tumorales dans l adénocarcinome colique Diagnostic histologique confirmé Thérapies ciblées anti-egfr (1 er Ex de thérapie ciblée) AMM dans les formes métastatique (2004) si le gène Kras n est pas muté (Wild type) (Erbitux ) Cétuximab et (Vectibix ) Panitumumab

36 Objectif de la thérapie anti-egfr Cetuximab Panitumumab Bloquer le signal en neutralisant le récepteur à l aide d anticorps monoclonaux Mutation du gène Kras Contre indication à la prescription des anti-egfr 36

37 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 1 - Adénocarcinome colorectal : Recherche mutation du gène Kras Indispensable Sélection patients Recherche mutation Gène Kras Absence de mutation (Wild type) Thérapies ciblées anti-egfr

38 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire Adénocarcinome colorectal : Recherche mutation du gène Kras Etude de la survie globale ; Patients Kras non muté / Kras non muté : 22.9% 2. Cunningham D, Humblet Y, Siena S, et al. Cetuximab. Monotherapy and cetuximabplus irinotecan in irinotecan-refractory metastatic colorectal cancer. N Engl J Med 2004;351:

39 ADK colorectal Gène Kras et autres voies de cancérogenèse 40 % patients non mutés (Wild type) thérapie ciblée anti-egfr Molécules se fixent sur le récepteur de l EGFR (HER1), à activité TK* 60 % patients présentent mutation activatrice rendant inefficaces l inactivation de l EGFR. 50 % patients non mutés résistance aux anti-egfr Autres mutations pourraient expliquer cette résistance - BRAF -PI3KCA - PTEN Mutation de BRAF, mutuellement exclusive de Kras, facteur de résistance 90 % des mutations aux niveau du 15éme exon en position 600 (V600E) 39

40 ADK colorectal Gène Kras et autres voies de cancérogenèse 40

41 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 2 - Adénocarcinome colorectal : Recherche mutation du gène Kras 1- Diagnostic pré-thérapeutique biopsie tumeur colorectale sous coloscopie Indispensable pour établir le diagnostic avant traitement RCP 1- Chirurgie 2-Chimio néo-adjuvante 3 -Etude Kras (K rectum) 41

42 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 2 - Adénocarcinome colorectal : Recherche mutation du gène Kras Prélèvement utilisé pour la recherche de mutation 1 Tumeur primitive sur pièce opératoire (1) ou métastase (2) 1 - Tumeur primitive Examen macroscopique Sélection tissu tumoral Non nécrosé Privilégier lésion métastatique (contingent le plus agressif) 2 Métastase hépatique 42

43 Test de mutation du gène KRAS Rôles de la Pathologie et de la Biologie Moléculaire Pièce de macroscopie Fixation et inclusion en paraffine Coloration H&E Extraction ADN génomique Amplification par PCR Génotypage KRAS Diagnostic anatomopathologique Diagnostic moléculaire 43

44 Etapes de carcinogènes du cancer colorectal 44

45 Thérapie ciblée anti-egfr dans l ADK colorectal Cas particulier Adénocarcinome du rectum Régression histologique i complète dans certains cas Après traitement chimio et radiothérapie néoadjuvante sur la pièce opératoire Dans ces cas impossible de faire Une recherche de mutation Kras Sur la pièce opératoire Prévoir nombre et taille de biopsies suffisante sa avant traitement

46 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 3 - CARCINOME NON A PETITES CELLULES DU POUMON RECHERCHE DE MUTATION DU GENE EGFR Rôle de pathologiste diagnostic 1 Etablir le diagnostic de Carcinome à grandes cellules (CNPC) - Carcinome épidermoïdes - Adénocarcinome primitif ( en forte ) 2 Eliminer le diagnostic de Carcinome à petites cellules l (CPC) 3 Eliminer les diagnostics différentiels ou d autres diagnostics 1 Métastases t : - Adénocarcinomes - Sarcomes - Mélanomes 2- Lymphomes (LBCL etc) 3 - Mésothéliomes 46

47 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 47

48 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 3 CARCINOME NON A PETITES CELLULES DU POUMON RECHERCHE DE MUTATION DU GENE EGFR 48

49 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 3 CARCINOME NON A PETITES CELLULES DU POUMON RECHERCHE DE MUTATION DU GENE EGFR 49

50 Rôles du Pathologiste en Biologie Moléculaire 3 CARCINOME NON A PETITES CELLULES DU POUMON RECHERCHE DE MUTATION DU GENE EGFR 50

51 Relation Pathologiste et Plate forme de BM Envoi du matériel aux plates formes de BM Phase - prénalytique 1- Pathologiste indique le type de test demandé 2 Rl Relecture des lames Choix du bloc Désarchivage 3 Expertise : sélection zone la plus riche en cellules tumorales 4 - Indique le % de cellules tumorales / surface 51

52 Relation Pathologiste et Plate forme de BM Envoi du matériel aux plates formes de BM 2 Relecture des lames Choix du bloc Désarchivage GHI Le Raincy Montfermeil 52

53 Relation Pathologiste et Plate forme de BM 3 -Sélection du matériel 53

54 Relation Pathologiste et Plate forme de BM Envoi du matériel aux plates formes de BM 1 Tube copeaux de 5 à 7 µ 2 lames blanches coupes à 5 à 10 µ repérage delazone tumorale estimation du % de cellules tumorales 54

55 Réception résultat mutation Kras Résultat inclus dans les Compte Rendu ACP

56 Rôles du Pathologiste et Biologie Moléculaire 56

57 Perspectives Réflexion Autres payes européens BM au sein des structures d ACP (Allemagne, Suisse ect) Avis d un biologiste og suisse sse travaillant dans une structure u d ACP GHI Le Raincy Montfermeil 57

58 Conclusion Pathologiste et thérapies ciblées (1) Son rôle est indispensable tests réalisés à partir du tissu tumoral 1 - Responsables de la phase pré-analytique fiabilité des techniques 2 Archivage et traçabilité du matériel tumoral 3- Diagnostic base de la prescription du test prédictifs 4- Expertise dans la sélection des cellules tumorales 5 Envoi aux plates-formes de biologie moléculaire 6 Intégration résultat dans CR ACP - Participations aux RCP 7 Rôle indispensable à la recherche

59 Conclusion Perspectives Pathologiste et thérapiesciblées (2) BM des compétences des Pathologiste dans la classification des tumeurs L émergence des TC à contribué à l évolution de la qualité en ACP : notamment phase pré-analytique Biologie moléculaires va permettre la mise au point De nouveau anticorps en IHC (ex. AC RH, anti-alk dans ADK poumon) De nouvelles sondes pour l HIS Techniques plus simples, plus rapides, moins couteuses et plus faciles à mettre en œuvre Progrès des technologie automatisation des techniques de BM simplification des techniques peuvent devenir des examens complémentaires comme le fut l IHC il y a 30 ans (Ex. des Récepteurs hormonaux en IHC)

60 Conclusion Perspectives Pathologiste et thérapiesciblées (3) Formation des Pathologistes aux techniques de BM fait partie du cursus actuel Implication de plus en plus importante dans ces nouvelles techniques Augmentation du nombre de nouvelles molécules - Les compétences de l ACP (classification des tumeurs pré-analytique) - associé à l acquisition et la maitrise de techniques de BM double compétence de morphologie et de pathologiste moléculaire Intégration des techniques de BM en ACP Optimisation des tests prédictifs - Qualité synergies es des compétences ces : coopération o ACP BM - Diminuer les délais - Permettre de dégager du temps pour les PF : tests complexes et recherche.

61 Bibliographie 1 - Rossell and col, N Eng J Med 2009 [**] Kinzler KW, Vogelstein B. Lessons from hereditary colorectal cancer. Cell 1996;87: [Medline] 70 Fearon ER, Vogelstein B. A genetic model for colorectal tumorigenesis. Cell 1990;61: [Medline] 2. Cunningham D, Humblet Y, Siena S, et al. Cetuximab monotherapy and cetuximabplus irinotecan in irinotecan-refractory metastatic colorectal cancer. N Engl J Med 2004;351: Young Lim Choi and col,. EML4-ALK Mutations in Lung Cancer That Confer Resistance to ALK Inhibitors. N Engl J Med 2010; Saltz LB, Meropol NJ, Loeh Lynch TJ, N Eng J Med 2004 Icihara S and col, Int J cancer 2007 Do H and col, BMC Cancer

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Micrométastases, ganglion sentinelle

Micrométastases, ganglion sentinelle Micrométastases, ganglion sentinelle 3- Marqueurs spécifiques d organes, utiles si métastases inaugurales Carcinome métastatique d origine inconnue biopsie du site métastatique (os, poumon, foie, ) ex.

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie

Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Les Biomarqueurs moléculaires en Oncologie Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Pr Jean-Louis Merlin Définition Un biomarqueur est une

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES

MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES MODÈLE DE COMPTE RENDU DE GÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE POUR LA RECHERCHE DE MUTATIONS SOMATIQUES DANS LES TUMEURS SOLIDES Octobre 2012 Mesure 21 : Garantir un accès égal aux traitements et aux innovations Ce

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire

Plan du cours 29/03/2013. Schéma général transduction signal. Introduction Le cancer est une pathologie cellulaire UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applications des techniques du génie génétique à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranostique Plan du cours Introduction

Plus en détail

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Classification histologique- voies de cancérogénèse. Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Classification histologique- voies de cancérogénèse Marie-Aude Le Frère-Belda Anatomopathologiste Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Cancers de l endomètre Epidémiologie Cancer gynécologique le plus

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE

RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE 7 Novembre 2014 RECOMMANDATIONS ET ASSURANCE QUALITE POUR L EVALUATION DU STATUT Cerb-2 DANS LE CANCER GASTRIQUE Armor Pathologie Docteurs Agathe Coeugnet Fernanda Garcia Pimenta Pierre Marie Girardot

Plus en détail

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC

CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Faculté de Médecine CANCER BRONCHIQUE AVEC TRANSLOCATION ALK CIBLES ET DIAGNOSTIC Florian CABILLIC Laboratoire Cytogénétique RÉCEPTEURS À TYROSINE KINASE Domaine TK 90 tyrosine kinases 58 récepteurs, répartis

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE LES ENJEUX DE L AVENIR DES PLATEFORMES DE GENOMIQUE DR OLIVIER VIRE MÉDECIN ANATOMOPATHOLOGISTE LIBÉRAL SYNDICAT DES MÉDECINS

Plus en détail

ATELIER 3 : GENECAN Prise en charge des tests moléculaires sur la plateforme GENECAN

ATELIER 3 : GENECAN Prise en charge des tests moléculaires sur la plateforme GENECAN ATELIER 3 : GENECAN Prise en charge des tests moléculaires sur la plateforme GENECAN J. Bonneau (plateforme d extraction) N. Richard (Service de génétique CHU) D. Vaur (Laboratoire de biologie et de génétique

Plus en détail

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.

Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des. Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse. Plateforme hospitalière de génétique moléculaire des cancers de Midi-Pyrénées Pr Eric Delabesse Laboratoire d Hématologie CHU Purpan delabesse.e@chu-toulouse.fr Plateformes de diagnostic moléculaire des

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves

Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1 INFORMATION SUR L ORGANISATION REGIONALE DES TESTS MOLECULAIRES INDIQUES EN PRATIQUE CLINIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX 24 septembre 2008 Rédacteurs : R. Guimbaud et J. Selves 1.

Plus en détail

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive

Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Place de la biologie moléculaire en cancérologie digestive Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin Deux voies de cancérogenèse

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale

Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription. Christine Rebischung, oncologie médicale Thérapeutiques ciblées en cancérologie: du criblage à la prescription Christine Rebischung, oncologie médicale Mécanisme d action de la chimiothérapie -Action sur les mécanismes de division de la cellule

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs

MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS. Biomarqueurs moléculaires prédictifs MARQUEURS & TESTS COMPAGNONS Biomarqueurs moléculaires prédictifs Jean Paul Brouillet, La Grande Motte 2 octobre 2015 Définitions (Guide Méthodologique : Test compagnon associé à une thérapie ciblée, HAS

Plus en détail

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans?

Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 10 ans? Détermination du statut de HER2 dans les cancers du sein : qu avons-nous appris en 1 ans? Anne Vincent-Salomon Département de Biologie des Tumeurs et INSERM U83 Institut Curie Paris 1 PLAN Qu est-ce qu

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

Histoire naturelle des cancers de l ovaire

Histoire naturelle des cancers de l ovaire Histoire naturelle des cancers de l ovaire A Rafii E Mery Journée Régionale de Cancérologie Gynécologique et Sénologique 08/06/07 Tissu normal Prédisposition génétique Facteurs environnementaux PREVENTION

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 RECHERCHE DÉCEMBRE 2012 Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en 2012 C O L L E C T I O N Bilans d activité & d évaluation LES TESTS PRÉDICTIFS DANS LES PLATEFORMES DE GÉNÉTIQUE

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE Audelaure JUNCA (Poitiers) Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses

SOINS ET VIE DES MALADES. www.e-cancer.fr JUIN 2010. C O L L E C T I O N Rapports & synthèses Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES JUIN 2010 Programme INCa pour la détection prospective des biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome : une nouvelle approche

Plus en détail

Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides)

Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides) Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides) M. Danjoux, pathologiste Purpan/IUC 3ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive localisation

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

La contribution du diagnostic in vitro dans la médecine personnalisée en oncologie

La contribution du diagnostic in vitro dans la médecine personnalisée en oncologie La contribution du diagnostic in vitro dans la médecine personnalisée en oncologie Dr Frédéric Eberlé Responsable médical Roche Diagnostics Toulouse, CNBH, mercredi 24 septembre 2012 ACNBH Agrément FMC

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Thérapies ciblées en oncologie

Thérapies ciblées en oncologie Thérapies ciblées en oncologie Quelle place dans l arsenal thérapeutique en 2015? Angers, 5 mars 2015, Journées FMC Médecine Générale De la biologie à la thérapie Comprendre pour traiter Hanahan, Cell,

Plus en détail

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire

Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Le point de vue du biologiste : L activité des plateformes de génétique moléculaire Institut de Cancérologie de Lorraine Service de Biopathologie CNRS UMR7039 CRAN Université de Lorraine Jean-Louis Merlin

Plus en détail

Tumorothèques Organisation en Région PACA Réunion Régionale de Cancérologie ONCOPACA 3C

Tumorothèques Organisation en Région PACA Réunion Régionale de Cancérologie ONCOPACA 3C Tumorothèques Organisation en Région PACA Réunion Régionale de Cancérologie ONCOPACA 3C Pr. Christian Chabannon Directeur Cancéropôle PACA Lundi 19 septembre 2011 Place croissante de la biologie dans la

Plus en détail

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM

Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Médicaments prescrits en Oncologie Cas cliniques et QCM Dr Florence BANNIE, Pharmacien Dr Laure Kaluzinski, Oncologue Centre Hospitalier Public du Cotentin ARKM 17éme Rencontre Médicale 29 novembre 2014,

Plus en détail

Plan du cours 05/03/15. UE09s Méthodes d étude et analyse du génome

Plan du cours 05/03/15. UE09s Méthodes d étude et analyse du génome UE09s Méthodes d étude et analyse du génome Applica:ons des techniques du génie géné:que au diagnos:c moléculaire et à la thérapie des maladies acquises Exemples en cancérologie Thérapie ciblée Théranos:que

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Projet régional BIOMOL. Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer

Projet régional BIOMOL. Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer Projet régional BIOMOL Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer Réseau Régional de Cancérologie Mise en application des Plans Cancer Agences Régionales de Santé 3C ONCOPACA-Corse

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Actualités de l année en. oncologie

Actualités de l année en. oncologie Actualités de l année en Le cru 2015 oncologie Angers,, Jeudi 5 mars 2015, Journées FMC Médecins généralistes Actualités et nouveautés Biologie Prévention Diagnostic précoce Traitements Cancérogenèse Sport

Plus en détail

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur

Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur Oncogènes et gènes supresseurs de tumeur T. Molina, DES,2007 Oncogènes : allèle mutant entraînant un gain de fonction (mutation activatrice) Gènes suppresseurs de tumeur : les deux allèles ont des mutations

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

2. DOMAINE D APPLICATION

2. DOMAINE D APPLICATION Rédigé par : Marie-Cécile Nollevaux Page 1 sur 18 1. OBJET Le manuel de prélèvement contient toutes les informations relatives aux traitements des échantillons primaires (prélèvements) ainsi qu aux conditions

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale

Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Altérations génétiques au cours de l initiation et de la progression tumorale. Biologie de l angiogénèse tumorale Joseph ABECASSIS Laboratoire de Biologie Tumorale Centre Régional de Lutte contre le Cancer

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Plasticité cellulaire. et progression tumorale

Plasticité cellulaire. et progression tumorale Plasticité cellulaire et progression tumorale TEM TME Académie Nationale de Médecine 2 Février 2011 A. Puisieux Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon Cancérogenèse: un processus multi-étapes Epithélium

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Nouvelles mutations RAS

Nouvelles mutations RAS Nouvelles mutations RAS dans les cancers colo-rectaux Rappel RAS : interrupteur de plusieurs voies de signalisation ras MUTATION RAS /ras activé en permanence : signalisation continue de la prolifération

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015

Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Thérapies moléculaires ciblées en Oncologie en 2015 Dr Pierre COMBE, Oncologie médicale HEGP pierre.combe@egp.aphp.fr Introduction: Thérapie moléculaire ciblée Activité sur un mécanisme oncogénique Identification

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Pathologie moléculaire (2)

Pathologie moléculaire (2) Pathologie moléculaire (2) DES d anatomie pathologique Jean-François Emile, Service de pathologie & EA4340 Hôp. Ambroise Paré, APHP & Université de Versailles SQY Analyse de l ADN tumoral Circuit d un

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7. Biopathologie Tissulaire 2015

ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7. Biopathologie Tissulaire 2015 ENSEIGNEMENT DIRIGE N 7 Biopathologie Tissulaire 2015 Cas clinique n 1 Femme, 53 ans, consulte pour une hémoptysie survenue à 3 reprises Une radio du poumon révèle une lésion de 4,5 cm du lobe inférieur

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

thérapies ciblées collection comprendre et agir

thérapies ciblées collection comprendre et agir Dans le cadre de la prise en charge de votre cancer, votre oncologue vous propose ou vous a prescrit un traitement par thérapies ciblées. Vous vous interrogez sur ce qu elles sont? Comment agissent-elles?

Plus en détail

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique

Giens XXIV Table ronde N 4. Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Giens XXIV Table ronde N 4 Evaluation et validation des tests diagnostiques dans le cadre du ciblage thérapeutique Participants : Olivier Arnaud ; Frédéric Bibeau ; Dominic Cellier ; Jérôme d Enfert ;

Plus en détail

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen

Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Quelles perspectives d évolution des traitements à l heure du démembrement moléculaire? Frédéric Di Fiore CHU et CLCC, Rouen Introduction Evolution des traitements du cancer gastrique avancé à l heure

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011

Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 Mesure 21 SOINS ET VIE DES MALADES Les tests de génétique moléculaire pour l accès aux thérapies ciblées en France en 2011 COLLECTION Rapports & synthèses POUR UN ACCÈS AUX THÉRAPIES CIBLÉES : - LES PLATEFORMES

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 309 (ex item 159) Tumeurs du sein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Rappel d anatomie... 3 1.2. Rappel histologique... 3 2. Fréquence, épidémiologie...

Plus en détail

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE

DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS UNICITE DE LA MALADIE CANCEREUSE DIVERSITE DES CANCERS Dans les causes (génétiques, environnementales, comportementales) Dans le pronostic : certains sont presque toujours guéris

Plus en détail

D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2

D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2 D une médecine prédictive à une médecine personnalisée : l exemple de BRCA1 et BRCA2 Dr Carole CORSINI Département d oncogénétique CHRU Montpellier 24/09/15 Congrès ONCOLR Définition selon l OMS de la

Plus en détail

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R

Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R Vers des nouvelles classifications des cancers bronchiques? A M I E N S, L E 1 6 J U I N 2 0 1 0 E. M E Y E R I Classification histologique 1 ère classification OMS en 1967 (Kreyberg), révisée en 1981

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012

Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2011-2012 ED UE9s Mars 2012 QCM 1. La température de fusion (Tm) d une molécule d ADN : A. est mise en évidence par l augmentation

Plus en détail

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants Françoise Collin Les grands classiques Microbiopsie Biopsie chirurgicale Pièce opératoire Diagnostic AP classification OMS 2002 > 50 types

Plus en détail

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS

LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Pharmacologie n 10 Jeudi 16/12/10 10h30-12h30 Pr Fabien CALVO Ronéotypeuse: GOUVEIA Morgane Ronéolectrice : DESGURSE Margot LES THERAPIES CIBLEES DANS LES CANCERS Introduction I. Thérapies ciblées et cancer

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux

Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Oncogènes et anti-oncogenes C. Hourioux Définitions : Cancer Multiplication anarchique de cellules échappant aux mécanismes normaux de différenciation et de régulation de leur multiplication Capacité à

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012

«L assurance qualité, une obligation sanitaire» Institut National du Cancer 10 mai 2012 «L assurance qualité, une obligation sanitaire» Frédérique Nowak Frédérique Nowak Institut National du Cancer 10 mai 2012 Tests compagnons pour les thérapies ciblées Translocation BCR-ABL : Leucémie Myéloïde

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail