forms of interorganizational from the case of electronic catalogues François de Corbière Bénédicte Geffroy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "forms of interorganizational from the case of electronic catalogues François de Corbière Bénédicte Geffroy"

Transcription

1 Résumé La problématique de l intégration des données se développe dans les entreprises contemporaines pour en devenir un des concepts clés associés aux systèmes d information actuels. Fondées sur des stratégies différentes, plusieurs technologies ont été mobilisées dans les organisations pour permettre l intégration des données depuis le début des années 90. L ERP, le Datawarehouse ou l EAI en sont les principaux exemples. Selon que l on parle de construire un système d entreprise, de stocker et de mettre à disposition des utilisateurs une grande quantité d informations, ou de faire communiquer entre elles des bases de données diverses, la finalité n est pas la même mais repose sur le principe de l unicité de la valeur accordée à une donnée particulière pour l entreprise. Focalisées sur l intégration à l intérieur de l organisation, on peut se demander aujourd hui comment les caractéristiques de ces technologies sont étendues dans le domaine interorganisationnel et questionnent en retour l intégration intra-organisationnelle. Mots clefs : Intégration des données, technologies de l information, approche organisationnelle, approche interorganisationnelle. Des formes d intégration intra-organisationnelle aux formes d intégration interorganisationnelle : analyse du cas des catalogues électroniques From forms of organizational integration to forms of interorganizational integration: insights from the case of electronic catalogues François de Corbière Bénédicte Geffroy Abstract The question of data integration has always been understood to be an important area of research. The literature has presented several strategies for data integration since the beginning of the 90ies. ERP, EAI and datawarehouses are well-known examples of information technologies used by companies in order to integrate the data in their own organization. The objective pursued is not the same but stands on the fact that data are not re-entered and shared by several computerized applications. Our research question is about the extension of these technologies in an interorganizational context. We focus on electronic catalogues to integrate Product Information between manufacturers and retailers. Maîtres de conférence Chercheurs associés au LEMNA, Université de Nantes Ecole des Mines de Nantes Dpt Sciences Sociales et de Gestion La Chantrerie 4, rue Alfred Kastler. B.P NANTES Cedex 3. Key-words: Data integration, Information Technologies, organizational integration, interorganizational integration.

2 Introduction La problématique de l intégration des données est un enjeu important pour les entreprises contemporaines (Goodhue et al., 1992). Elle peut se concevoir de différentes manières. Fondées sur des caractéristiques différentes, plusieurs technologies sont utilisées dans les organisations pour permettre l intégration des données depuis le début des années 90 par leur fédération : l ERP (Enterprise Resource Planing), le Datawarehouse ou l EAI (Enterprise Application Integration) en sont les principaux exemples (Markus, 2000 ; Bidan, 2004). Face au déploiement de ces technologies focalisées sur l intégration à l intérieur de l organisation, nous posons la question de l extension de leurs caractéristiques aux frontières de l organisation, pour réaliser l intégration des données entre les organisations. En effet, suite au développement de l échange de données informatisées (EDI) au cours du siècle passé, l explosion de l utilisation d Internet offre de nouvelles perspectives quant à l intégration des données entre les organisations. L EDI, fondé sur un échange unidirectionnel de messages contenant des données structurées entre deux entreprises (Sandoval, 1990), reste avant tout un moyen d intégrer les données dans une relation bilatérale (Swatman et Swatman, 1991 ; Truman, 2000 ; Christansee et al., 2004). Internet, avec le développement de dispositifs technologiques tels que les places de marchés électroniques ou les catalogues électroniques, offre davantage de possibilités pour intégrer des données plus faiblement structurées, lors de communications multi-entreprises (Elgarah et al., 2005, Isaac et Volle, 2008). Ainsi notre question de recherche est : comment les formes d intégration intra-organisationnelle des données sont elles mobilisées et adaptées dans l intégration interorganisationnelle? Pour répondre à cette question de recherche, nous mènerons tout d abord une revue de la littérature sur les caractéristiques des technologies d intégration intraorganisationnelle majeures. Pour investir notre sujet, la deuxième partie explicitera les caractéristiques de l intégration interorganisationnelle dans les échanges entre industriels et distributeurs, en se focalisant sur l approche historique par EDI avant de nous concentrer sur une technologie interorganisationnelle particulière, les catalogues électroniques, définis comme des bases de données sur les produits. La partie méthodologique explicitera les modalités de collecte et d analyse des données pour caractériser l étude de cas menée dans le secteur de la grande distribution. Nous présenterons alors les résultats de cette étude de cas sectorielle, avant de discuter des enseignements que l on peut tirer de l analyse interorganisationnelle vis-à-vis de l intégration intraorganisationnelle. 1. Les caractéristiques des technologies d intégration intraorganisationnelle Dans un article discutant des différentes technologies permettant l intégration intra-organisationnelle, Markus (2000) retrace dans un tableau synthétique les principales caractéristiques de l ERP, l EAI et le Datawarehouse pour montrer leurs avantages et leurs inconvénients par rapport à l intégration traditionnelle. Surtout elle relie leurs caractéristiques aux principes d intégration qui les sous-tendent. Fondamentalement, ce qui unit ces différentes visions de l intégration, c est le partage de données : dans tous les cas, les données sont transférées, véhiculées, mais jamais ressaisies L intégration par interfaçage Originellement, l intégration entre deux systèmes consistait à mettre en place une interface, un pont entre deux programmes (figure 1), pour permettre aux données d un système d être automatiquement transférées à l autre système (Markus, 2000 ; Laudon et Laudon, 2006) Appli 1 Appli 2 BDD 1 BDD 2 Figure 1 : l intégration des données par interfaçage Cette forme d intégration renvoie principalement deux problèmes. Elle est adaptée à l intégration entre deux applications, mais quand les interfaces se multiplient entre plusieurs applications, la conception des interfaçages se complexifie et nécessite des arbitrages sur la définition des applications sources et destinataires. De plus, l interface reste dépendante des caractéristiques de chaque application et la maintenance de ces interfaces se pose comme une charge importante lors des évolutions de chaque application. Ainsi les organisations qui possèdent de nombreux systèmes ont cherché à mettre en œuvre des approches d intégration qui conviennent mieux à leur complexité (Bidan, 2004) L intégration par Datawarehouse Le principe du Datawarehouse est de construire une base de données globale (entrepôt) pour l entreprise, recensant différentes données issues des bases de données préexistantes (Lebraty, 1998 ; Cooper et al., 2000). C est donc la création d un référentiel commun à partir des référentiels existants qui fonde le concept associé au Datawarehouse (Markus, 2000). Son fonctionnement passe par l extraction des données depuis les bases existantes et leur diffusion vers l entrepôt de données pour traitement et analyse (figure 2).

3 Appli 1 BDD 1 Datawarehouse dleware. Pour communiquer, les applications font une requête à la plateforme EAI qui elle-même va faire une requête à la base de données concernée pour ensuite réaliser l interface et le transfert des données (Figure 4). Appli 2 BDD 2 Appli 1 Appli 2 Figure 2 : l intégration des données par Datawarehouse Il permet ainsi la structuration des données, leur organisation, leur historisation et leur mise à disposition des utilisateurs pour l aide à la décision (Bidan, 2004 ; March et Hevner, 2007). Devant la diversité et l hétérogénéité des processus métier censés voir leurs données intégrées dans un Datawarehouse, certaines entreprises ont fait le choix de mettre en œuvre plusieurs Datawarehouses, de plus petites tailles, spécialisés sur de métiers ou des tâches, que l on appelle Datamart (Cooper et al., 2000) 1.3. L intégration par ERP L ERP a souvent été présenté comme la technologie par excellence de l intégration des données dans l entreprise (Davenport, 1998). A ce titre, l ERP est généralement associé au concept de système d entreprises : le SI de l entreprise est repensé comme un tout, avec une base de données logique unique. De ce fait, la gestion des données et des processus est modifiée (Markus, 2000). En effet, les différentes applications du système d information se nourrissent de données partagées en temps réel (Bidan, 2004), données issues de la base de données unique de l ERP (figure 3). Appli 1 Appli 2 BDD de l ERP Figure 3 : l intégration des données par ERP La particularité de cette forme d'intégration réside dans sa manière de penser l'organisation sous le prisme de l'homogénéisation du réel. C'est notamment privilégier une approche globale au détriment du singulier (Gattiker et Goodhue, 2002) L intégration par EAI Le principe clé qui guide l intégration par EAI se conçoit dans l introduction d une couche intermédiaire de communication entre les applications existantes et les bases de données existantes (Lee et al., 2003). Il s agit de faire communiquer applications et bases de données par une structure commune en ré-architecturant les liens préexistants (Bidan, 2004) à travers une plateforme de type mid- Plateforme EAI BDD 1 BDD 2 Figure 4 : l intégration des données par EAI Penser cette forme d'intégration, c'est reconnaître le singulier et privilégier la vision locale. Elle constitue aussi une alternative pour contourner les limites des ERP (Themistocleous, 2004). Idéalement, cette approche permet à une application d être actualisée ou remplacée, sans toucher aux bases de données associées (Markus, 2000). Suite à cette succincte revue des différentes formes d intégration intra-organisationnelle des données et de leurs technologies associées, la partie suivante revient sur les formes d intégration interorganisationnelle des données. 2. L intégration interorganisationnelle Concernant l intégration interorganisationnelle, les SIIO (systèmes d information interorganisationnel) définis par Barret et Konsynski (1982) comme «des systèmes d information automatisés, partagés par deux ou plusieurs entreprises» (p.94) a historiquement été associé à l EDI. L EDI s est en effet présenté au cours des deux dernières décennies du siècle dernier comme la solution permettant à des partenaires commerciaux d échanger automatiquement des données. Aujourd hui, l appropriation d Internet par les entreprises s est accompagnée de l émergence de nouvelles opportunités pour intégrer des données entre les organisations L intégration par EDI L'EDI peut être défini par l échange, d ordinateur à ordinateur, de données concernant des transactions en utilisant des réseaux et des formats normalisés (Sandoval, 1990). Les informations issues du système d information de l émetteur transitent par l intermédiaire de réseaux vers le système d information du partenaire pour y être intégrées automatiquement (Figure 5). L EDI se présente donc comme l extension de l intégration intraorganisationnelle traditionnelle dans le domaine interor-

4 ganisationnel (cf figure 1), puisqu elle permet de réaliser l interface entre deux applications (Truman, 2000). Entreprise émettrice Application utilisateur Logiciel de traduction Logiciel de communication Transmission du message en langage commun par le réseau Entreprise réceptrice Application utilisateur Logiciel de traduction Logiciel de communication Figure 5 : L EDI, à partir de Sandoval (1990), Reix (2002), Romeyer et Hassairi (2002) L EDI a commencé à s imposer dans le monde interentreprises pour supporter les échanges de données au cours des années 80 (Baile et Trahand, 1999), notamment dans les grandes industries et le commerce. C est une forme particulière de SIIO avant tout destinée au support des transactions courantes (Reix, 2002). En effet, l EDI est adapté à la communication interorganisationnelle dès lors que les échanges sont suffisamment répétitifs pour justifier l automatisation (Romeyer et Hassairi, 2002). C est ainsi que l EDI a investi l intégration des messages courants, tels que les commandes, en se reposant sur le postulat logistique qu une intégration interorganisationnelle des données permet une meilleure coordination des flux physiques associés (Fabbe-Costes, 2000) L émergence de nouvelles opportunités d intégration Toutefois, comme l ont signalé Christiaanse, Van Diepen et Damsgaard (2004), «les SIIO décrits par Barret et Konsynski (1982) étaient basés sur des systèmes propriétaires, qui requièrent des investissement conséquents en spécificité des actifs» (p.161). Le développement de systèmes basés sur des standards ouverts (Zhu et al., 2006) remet en cause cette conception trop restrictive de la notion de SIIO et ouvre la voie à d autres formes d intégration que celle prônée par l EDI. En effet, avec le déploiement à grande échelle d Internet dans les entreprises, de nouvelles technologies sont apparues pour développer l intégration interorganisationnelle. C est par exemple l idée du partage des données et non de leur transfert qui a permis de développer des applications intégratives, telles que la GPA (Gestion partagée des approvisionnements) ou le CPFR (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment), elles aussi rattachés à la problématique de l organisation des flux physiques et des flux d informations associés. Mais d autres technologies, notamment issues de l émergence des places de marché électroniques (Bakos, 1991 ; Soh et Markus, 2002 ; Allal-Chérif et Favier, 2008), permettent de dématérialiser des échanges BtoB dans la recherche de partenaires et la négociation, comme les enchères électroniques ou les appels d offres électroniques (Timmers, 1998 ; Kaplan et Sawhney, 2000 ; Charki et Josserand, 2008). Fondamentalement, ce qui différencie les approches traditionnelles par EDI des approches des places de marché électroniques, c est la manière de concevoir le partage des données. L EDI se fonde sur un échange transactionnel point-à-point entre deux entreprises prédéfinies. L intégration se réfère ainsi à une coordination séquentielle entre deux entreprises (Kumar et van Dissel, 1996 ; Liu et Kumar, 2003). L approche par les places de marché électroniques offre la possibilité de passer à une coordination en pool (Kumar et van Dissel, 1996 ; Liu et Kumar, 2003), où un centre névralgique fédère et repartit les données depuis et vers les entreprises participantes. L intégration des données peut alors être multilatérale entre les entreprises (Markus et al., 2006 ; Zhu et al., 2006). Cela renvoie à des pratiques d intégration plus proches de celles exposées dans le Datawarehouse, l EAI ou l ERP, où un système fédérateur remplace l intégration point à point (cf figure 2, 3 et 4). L objectif de cette communication est de mobiliser ces nouvelles approches théoriques d intégration interorganisationnelle et les confrontant à un cas d étude empirique. 3. Méthodologie D un point de vue méthodologique, nous nous positionnons dans le courant épistémologique réaliste critique (Mingers, 2004), considérant que la réalité, l extension des caractéristiques d intégration intra-organisationnelle à l intégration interorganisationnelle, existe mais qu elle n est que partiellement accessible à travers les construits sociaux des acteurs Une étude de cas sectorielle C est dans cette posture épistémologique que nous avons décidé de mener une recherche qualitative fondée sur une étude de cas (Yin, 2003). En effet, devant l approche compréhensive (Weber, 1971) de la recherche, cette méthode est particulièrement bien adaptée pour investir des phénomènes contemporains dans leur contexte (Hlady- Rispal, 2002 ; Yin, 2003). Une étude de cas sectorielle a été menée en tenant compte des stratégies que les entreprises du secteur de la grande distribution défendent pour intégrer des données par l utilisation de catalogues électroniques. Fondé sur un cœur de métier Achat logistique, le secteur de la grande distribution est particulièrement intéressant quand on s intéresse aux SIIO car la coordi-

5 nation des échanges de données tient un rôle critique pour des entreprises qui achètent et revendent des produits sans les transformer. Les catalogues électroniques se définissent comme des bases de données recensant les caractéristiques des produits. Ils se présentent comme une technologie permettant l intégration des fiches produit, ensembles de données caractérisant les produits, par leur fédération dans le domaine interorganisationnel (de Corbière, 2006 ; Isaac et Volle, 2008) Échantillonnage Pour obtenir la représentation de l intégration interorganisationnelle à travers des catalogues électroniques dans le secteur, nous avons décidé de prendre l entreprise en unité d analyse et d avoir une vision large des pratiques d intégration en analysant un nombre important d entreprises. Pour notre recherche, nous nous sommes concentrés sur les grandes entreprises composant le secteur. Les PME ne sont pas les cibles premières de ce type de projet, qui passe par sa validation entre grands industriels et grands distributeurs. En effet, les investissements à réaliser pour l intégration des données nécessitent une grande quantité de produits et/ou un certain nombre de clients pour pouvoir les rentabiliser. En ce sens, et comme pour l intégration intra-organisationnelle où ce sont davantage les grandes entreprises qui initient de nouvelles technologies d intégration (Markus, 2000 ; Bidan, 2004), les PME agissent généralement en suiveurs dans le domaine de l intégration interorganisationnelle (Riggins et Mukhopadhyay, 1994 ; Subramani, 2004). Conformément aux critères de distinction proposés par Lepers (2003) ou Moati (2001), trois types d entreprises forment notre échantillon : les 7 centrales d achat nationales (Carrefour, Galec (Leclerc), Auchan, Casino, Intermarché, Système U et Provera) du côté des distributeurs ; 18 industriels, dont 10 multinationales telles que Unilever, Nestlé, l Oréal, Danone ou Coca-Cola et 8 nationales telles que Tipiak, Charal, Lavazza, Fleury Michon Collecte et analyse des données La collecte des données s est déroulée entre 2005 et 2007 dans ces 25 entreprises. Conformément aux prescriptions de Yin (2003), nous avons utilisé différentes sources de données qui permettent leur triangulation, préconisée pour accroître la validité des résultats (Eisenhardt 1989 ; Hlady Rispal, 2002). Les entretiens semi-directifs, d une moyenne de 2 heures environ, ont été réalisés avec des personnes ayant sous leur responsabilité tout ou partie du projet d implémentation de catalogues électroniques entre 2005 et Cette source de données primaire a été complétée par des documents, internes ou s, utilisés pour comprendre davantage le fonctionnement des échanges de données par catalogue électronique et confirmer les discours des acteurs. L analyse des données recueillies a consisté à extraire des 40 entretiens réalisés, enregistrés et retranscris intégralement, les items présentant l intégration des données et l utilisation de catalogues électroniques dans chaque entreprise. Suite à cette phase de codage descriptif assisté par le logiciel QSR N Vivo, une analyse thématique (Miles et Huberman, 2003) a été menée sur l interconnexion stratégique et opérationnelle des choix technologiques opérés par les entreprises. C est donc par agrégation lors de l analyse thématique qu émergent les résultats sur l intégration interorganisationnelle des données. 4. Résultats Dans cette partie, nous exposons dans un premier temps la GDS (Global Data Synchronization), projet qui a relancé la question de l intégration des données depuis le début des années 2000, suite à l échec relatif de l échange des fiches produit par EDI (Guilloux, 1995). Nous revenons ensuite sur les stratégies d implémentation des catalogues électroniques dans les entreprises étudiées Les fondements de la GDS : L ERP interorganisationnel? A partir de documents disponibles sur Internet et issus de GS1, organisme paritaire de standardisation des échanges dans le secteur étudié, une première analyse historique a été menée pour comprendre comment les catalogues électroniques ont d abord été pensés comme des outils d alimentation d une forme de système d interentreprise, où dans l interorganisation, chaque donnée serait unique et partagée entre toutes les entreprises concernées. Ce sont alors les droits d habilitation par entreprise qui permettent aux entreprises d accéder aux données qui lui sont propres ou destinées. C est l idée du GDSN (Global Data Synchronization Network) (Figure 6). IND A IND B IND C Interorganisation GDSN DIST A Figure 6 : le GDSN, forme d ERP interorganisationnel DIST B DIST C On retrouve ici le principe d un système d interentreprises, forme d ERP interorganisationnel, qui n est pas un module d un ERP organisationnel permettant l intégration interorganisationnelle des données tel que les modules Supply Chain Management proposés par certains éditeurs d ERP (Deixonne, 2002). En effet, le

6 GDSN est composé, dans l interorganisation, de différents modules, les catalogues électroniques, avec une base de données logique unique, le GS1 Global Registry, qui répertorie les emplacements des données et structure les communications entre les catalogues électroniques. Ainsi, dans sa conception originelle, le GDSN est assimilable à un progiciel interorganisationnel qui permet de repenser les échanges des données, notamment par le passage d une coordination dyadique de l échange à une coordination centralisée entre les entreprises. Toutefois, les résultats issus des données de terrain remettent en cause les fondements de l intégration des données de la fiche produit tels qu ils avaient été pensés par le GDSN. Il convient d expliquer comment chaque entreprise met en œuvre sa stratégie d intégration des données de la fiche produit avec ses partenaires pour vérifier la pertinence de ce dispositif technologique, et décrire les alternatives d intégration qui émergent des choix stratégiques et technologiques des partenaires La mise en œuvre par les industriels Dans le cas de la fiche produit, l industriel est la source des données. C est lui qui les crée et les publie dans l interentreprise. Il émerge de nos résultats que quatre formes d intégration co-existent chez les industriels pour échanger leurs données avec les distributeurs en faisant appel à des catalogues électroniques. La première forme d intégration consiste pour quatre industriels de notre échantillon, à mobiliser la GDS par le GDSN. Ce sont des entreprises qui choisissent dès le départ d utiliser un catalogue électronique, prestataire de service membre du réseau GDSN, par une connexion unique pour communiquer les fiches produit à l ensemble de leurs partenaires distributeurs, en stockant les données dans l interorganisation. L intégration des données est alors conforme à celle proposée par l ERP (cf figure 3). Toutefois, parmi les industriels qui s orientent vers la GDS dans notre échantillon, quatre s orientent vers une deuxième forme d intégration, puisqu ils utilisent le principe de la connexion unique par un catalogue membre du réseau, mais sans stockage des données sur celui-ci. Le catalogue prestataire sert ainsi uniquement de routeur pour diriger les données vers le distributeur destinataire. Dans ce cas, on est davantage dans une forme d intégration proche de l EAI, puisqu il n y a pas stockage dans l interorganisation : c est un interfaçage entre les entreprises qui permet l intégration interorganisationnelle des données, interfaçage réalisé non pas point à point entre deux entreprises, mais par une plateforme d intégration, comme dans l EAI (cf figure 4). Pour six industriels, le choix stratégique de conserver la maîtrise des données en interne s est traduit par le choix opérationnel d un outil PIM (Product Information Management), sorte de catalogue électronique interne. Le PIM propose une troisième forme d intégration, car il autorise l intégration sans faire appel à un catalogue. Dans ce cas, on est plus sur des formes d intégration traditionnelle de type EDI, point à point par interfaçage (cf figure 1 et 5), où l industriel met en place autant de connexions qu il a de partenaires. A la différence de l EDI, qui autorise l interfaçage entre applications, le PIM permet de stocker et de structurer les données de la fiche produit en interne, à la frontière du SI. Il est ainsi assimilable à une forme de Datamart, pour stocker les données de la fiche produit par extraction depuis les bases de données pré-existantes (cf figure 2). Enfin, la quatrième forme d intégration interorganisationnelle des données consiste à utiliser un catalogue hors réseau. Dans ce cas, l idée est d utiliser un prestataire pour mutualiser les données à l extérieur de l entreprise, mais en faisant appel à un catalogue qui ne fait pas partie du réseau GDSN. L entreprise externalise l intégration de type point-à-point, puisque c est le prestataire qui doit définir les modalités d intégration avec chacun des distributeurs. Cette forme d intégration des données, défendue par quatre industriels de notre échantillon, est à mettre en relief avec l intégration par interfaçage (cf figure 1 et 5), mais avec un stockage des données dans l interorganisation, données extraites du SI, ce qui la rapproche d une forme de Datamart externalisé (cf figure 2). Le tableau 1 synthétise les quatre formes d intégration interorganisationnelle répertoriées chez les industriels. Forme d intégration interorganisationnelle GDSN avec stockage des données dans le catalogue GDSN sans stockage des données dans le catalogue PIM sans catalogue catalogue hors GDSN Correspondance intraorganisationnelle ERP : stockage, partage et unicité des données dans l interorganisation EAI : mise en relation des différentes applications par une plateforme d intégration Datamart interne et interfaçage Datamart et interfaçage Industriels concernés Tableau 1 : les formes d intégration interorganisationnelle pour les industriels 4.3. La mise en œuvre par les distributeurs On retrouve du côté des distributeurs plusieurs stratégies et leurs mises en œuvre opérationnelles associées, mais de façon moins diversifiée. Pour cinq distributeurs, il s agit de profiter de la GDSN et des opportunités qu elle offre pour intégrer les données avec leurs milliers de fournisseurs. Tout comme pour les

7 industriels mobilisant cette forme d intégration, en mettant en place une connexion unique avec un catalogue du réseau, l intégration des données est similaire à celles proposées par l ERP ou l EAI. En effet, tout dépend de la stratégie de l industriel de stocker ou non les données dans son catalogue prestataire, puisque les distributeurs utilisent le leur uniquement comme routeur de données. Ils conçoivent de leur côté le réseau comme une plateforme d intégration. Pour trois distributeurs, puisqu un d entre eux a choisi de combiner les deux formes d intégration par catalogues électroniques, la stratégie consiste à utiliser leur PIM pour recevoir électroniquement les fiches produit depuis les catalogues électroniques de leurs fournisseurs. Cette forme d intégration est donc symétrique à celle mobilisée par les six industriels proposant d utiliser un PIM pour réaliser l intégration par interfaçage. Encore une fois, à la différence de l EDI, leur PIM permet de stocker les données avant de les diffuser dans leurs systèmes d information internes. Ainsi, puisque le PIM permet une analyse et un traitement des données, il se rapproche d une forme de Datamart qui intègre les données issues de différentes sources. Le tableau 2 retrace les caractéristiques de l intégration interorganisationnelle pour les distributeurs. Forme d intégration interorganisationnelle GDSN avec catalogue PIM sans catalogue Correspondance intra-organisationnelle ERP ou EAI Datamart interne et interfaçage Distributeurs concernés Tableau 2 : les formes d intégration interorganisationnelle pour les distributeurs Dans la partie suivante, nous discutons des formes d intégration interorganisationnelles qui résultent de l interconnexion des formes d intégration préconisées par les entreprises pour en tirer certaines conclusions vis-àvis de l intégration intra-organisationnelle des données. 5. Discussion et conclusion Il ressort de notre étude de cas que, de même que l EDI est l extension interorganisationnelle de l intégration traditionnelle par interfaçage, de nouvelles formes d intégration interorganisationnelle émergent par extension de celles proposant la fédération des données dans l organisation, telles que l EAI, l ERP ou le Datawarehouse. En s intéressant à une technologie flexible comme les catalogues électroniques et leurs dérivés qui proposent différentes formes d intégration, nous avons finalement davantage traité de la problématique de l intégration des données que d une technologie particulière. Ainsi, nous avons mis en évidence que l idée de départ d une forme d intégration de type ERP dans l interorganisation était remise en cause par les choix stratégiques des entreprises qui ouvrent des formes alternatives d intégration 5 3 des données, en combinant certaines caractéristiques des technologies d intégration intra-organisationnelle présentées dans la première partie. Ainsi, on retrouve dans l interorganisation le constat que la vision globale de départ par système d entreprise, théoriquement la plus efficace, ne correspond pas toujours à la vision locale de certaines fonctions ou agents dans l entreprise (Gattiker et Goodhue, 2004). En effet, la vision globale du GDSN, système d interentreprise, ne correspond pas toujours à la vision locale de certaines entreprises. A échelle différente, ce résultat est conforme à ceux de Volkoff, Strong et Elmes (2005). Par contre, ce qui est intéressant dans le cas des catalogues électroniques que nous avons décrit pour les échanges de fiches produit, c est que les alternatives d intégration au GDSN sont pensées dès le départ par les entreprises. En effet, lors de la prise de décision de la forme d intégration des données qu elles privilégient pour l émission ou la réception des données, les entreprises tiennent compte de l interopérabilité avec les systèmes de leurs partenaires qui proposent d autres formes d intégration. Dans l interorganisation, le SIIO n est pas soumis de la même manière à la question de l autorité légitime, au sens de Weber (1971). Dans le contexte interorganisationnel, celle-ci agit plus en vue de la structuration des relations que de l'homogénéisation du réel. Ainsi, la problématique des formes alternatives d intégration se pose plus tôt dans l interorganisationnel que dans l intra-organisationnel. Comme le souligne Gattiker et Goodhue (2005), penser intra-organisationnel revient souvent à considérer l'organisation (level system) comme l'unité d'analyse alors que penser inter-organisationnel, revient à considérer la relation comme l'unité d'analyse. Cette différence de perspectives mérite de retenir davantage l'attention des chercheurs et de s'appuyer davantage sur la relation comme instrument d'analyse. Dans les alternatives de formes d intégration proposées dans le secteur de la grande distribution, quels que soient les choix opérés par les entreprises en termes de mise en œuvre technologique, l intégration de données, d un point de vue technique, reste possible. Si l on décompose les phases d intégration en se référant aux travaux de Swatman et Swatman (1991) et Truman (2000) lors du flux de données depuis les référentiels des industriels jusqu à ceux des distributeurs, tous les choix technologiques pour échanger les fiches produit permettent l intégration interne et des données : l interconnexion entre les différentes formes d intégration proposées par les industriels et celles proposées par les distributeurs est techniquement envisageable, notamment car elle se fonde sur des standards d échange plus flexibles que ceux de l EDI (Nakatani et al., 2006), que ce soit en termes de modèle de données ou de protocole de communication (Zhu et al., 2006). Les réticences à s interconnecter avec certaines formes particulières proposées par ses partenaires viennent davantage pour chaque entreprise de considérations socio-économiques et

8 politiques : on retrouve donc dans l interorganisation les conclusions de Markus (1983) dans l organisation qui mettent en évidence l importance de ces dimensions dans les difficultés de mise en œuvre des systèmes d information. Les résultats et les discussions entamées sont aussi à mettre en relief avec certaines limites de la recherche. Tout d abord nos résultats sont issus d une étude de cas centrée sur l échange de fiches produits dans le secteur de la grande distribution. Des recherches complémentaires sur d autres domaines et une comparaison des résultats pourraient accroître la validité de la recherche et ouvrir de nouvelles pistes de discussion théorique sur les différentes formes d intégration interorganisationnelle des données. De plus, nous nous sommes concentrés sur des projets de SIIO en construction dans un secteur. Une recherche évaluant l intégration des données post implémentation pourrait apporter des enseignements complémentaires (Gattiker et Goodhue, 2005) en enrichissant cette perspective organisatrice par une perspective davantage centrée sur les pratiques. Références Allal-chérif O. et Favier M. (2008), Le modèle économique des places de marché électroniques. Du transactionnel au collaboratif, Revue française de Gestion, vol.34, n 181, pp Baile S. et Trahand J. (1999), Les systèmes d'information inter-organisationnels. Contributions et cadre des recherches, Systèmes d'information et Management, vol.4, n 2, pp Bakos Y. (1991), Information Links and Electronic Marketplaces: the Role of Interorganizational Information Systems in Vertical Markets, Journal of Management Information Systems, vol.8, n 2, pp Barret S. et Konsynski B. (1982), Inter-organization Information Sharing Systems, MIS Quarterly, vol.6, Special Issue, pp Bidan M. (2004)., Fédération et intégration des applications du système d Information de Gestion, Systèmes d Information et Management, vol. 9, n 2, pp Charki M.H. et Josserand E. (2008), Online Reverse Auctions and The Dynamics of Trust, Journal of Management Information System, vol.24, n 4, pp Christiaanse E., Van Diepen T. et Damsgaard J. (2004), Proprietary versus Internet Technologies and the Adoption and Impact of Electronic Marketplaces, The Journal of Strategic Information Systems, vol.13, pp Cooper B.L., Watson H.J., Wixom B.H. et Goodhue, D.L (2000), Data warehousing supports corporate strategy at First American, MIS Quarterly, vol.24, n 4, pp de Corbière F. (2006), Systèmes d'information interorganisationnels pour la transmission des informations produit : architectures dans le secteur de la grande distribution française, 11e colloque de l AIM, juin, Luxembourg. Davenport T. (1998), Putting the enterprise in the enterprise system, Havard Business Review, vol.76, pp Deixonne J-L. (2002), Positionnement des ERP par rapport aux nouveaux concepts et outils : Supply Chain Management, Customer Relationship Management, Revue Française de Gestion industrielle, vol.21, n 4, pp Eisenhardt K. (1989), Building theories from case study research, Academy of management Review, vol.14, n 4, pp Elgarah W., Falaleeva N., Saunders C., Llie V., Shim J.T. et Courtney J. (2005), Data Exchange in Interorganizational Relationships: Review through Multiple Conceptual Lenses, Database for Advances in Information Systems, vol.36, n 1, pp Fabbe-Costes N. (2000), Le rôle transformatif des SIC et TIC sur les interfaces multi-acteur de la distribution et de la logistique, in Fabbe-Costes N., Colin J. et Paché G., Faire de la recherche en logistique et distribution, Paris : Vuibert, pp Gattiker T. et Goodhue D. (2002), Software driven changes to business processes : an empirical study of impacts of enterprise resource planning systems at the local level, International Journal of Production Research, vol.40, pp Gattiker T. et Goodhue D. (2004), Understanding the local-level costs and benefits of ERP through organizational information processing theory, Information & Management, vol.41, n 4, pp Gattiker T. et Goodhue D. (2005), What happens after ERP implementation: understanding the impact of interdependence and differentiation on plant-level outcomes, MIS Quarterly, Vol. 29, n 3, pp Goodhue D., Wybo M. et Kirsch L. (1992), The Impact of Data Integration on the Costs and Benefits of Information Systems, MIS Quarterly, vol.16, n 3, pp Guilloux V. (1995), Développement de l EDI entre les fabricants et les distributeurs : impacts sur le schéma d organisation du dialogue industrie-distribution, 2ème colloque de l AIM (Association Information & Management), Nanur, Belgique. Hlady Rispal M. (2002), La méthode des cas, application à la recherche en gestion. Bruxelles : De Boeck université, 250 p. (Perspectives marketing). Isaac H. et Volle P. (2008). E-commerce - De la stratégie à la mise en oeuvre opérationnelle, Paris : Pearsons Education, 350p.

9 Kaplan S. et Sawhney M. (2000), E-hubs: the new B2B Marketplaces, Harvard Business Review, vol.78, n 3, pp Kumar K. et Van Dissel H.G. (1996), Sustainable Collaboration: Managing conflict and cooperation in interorganizational systems, MIS Quarterly, vol. 20, n 3, pp Laudon K.C. et Laudon J.P. (2006), Management information systems: managing the digital firm, 9th ed. Upper Saddle River, NJ: Pearson/Prentice Hall, 736p. Lebraty J.F. (1998), Technologies de l information et décision : l essor des Datawarehouses, Systèmes d'information et Management, vol.3, n 1, pp Lepers X. (2003), Les relations d échange entre la grande distribution et ses fournisseurs : le cas de l enseigne Auchan, Thèse de doctorat, Sciences de gestion, Université Paris Dauphine. Lee J., Siaou K. et Hong S. (2003), Enterprise Integration with ERP and EAI, Communications of the ACM, vol.43, n 2, pp Liu R. et Kumar A. (2003), Leveraging Information Sharing to Increase Supply Chain Configurability, in Proceedings of the 14 th International Conference on Information Systems, décembre, Seattle. March S. et Hevner, A. (2007), Integrated Decision Support Systems: A data warehousing perspective, Decision Support Systems, vol.43, n 3, pp Markus M.L. (1983), Power, Politics, and MIS Implementation, Communications of the ACM, vol.26, n 6, pp Markus M.L. (2000), Paradigm Shifts E-Business and Business/Systems Integration, Communications of the AIS, vol.4, n 10 Markus M.L., Steinfeld C., Wigand R. et Minton G. (2006), Industry-Wide Information Systems Standardization as Collective Action: the Case of the U.S. Residential Mortgage Industry, MIS Quarterly, vol.30, special issue, pp Miles M.B. et Huberman A.M. (2003), Analyse des données qualitatives. Trad. de la 2e éd. américaine, Paris : De Boeck, 626 p. Mingers J. (2004), Re-establishing the real: critical realism and information systems, in Mingers J. et Willcocks L. (Eds.) Social Theory and Philosophy for Information Systems Research, Chichester : Wiley, pp Moati P. (2001), L'avenir de la grande distribution, Paris : Odile Jacob, 392 p. Nakatani K., Chuang T.-T. et Zhou D. (2006), Data Synchronization Technology: Standards, Business Values and Implications, Communications of AIS, vol.17, pp Reix R. (2002), Systèmes d'information et management des organisations, (4e éd.), Paris: Vuibert, 443 p. Riggins F.J. et Mukhopadhyay T. (1994), Interdependent Benefits from Interorganizational Systems: Opportunities for Business Process Reengineering, Journal of Management Information Systems, vol.11, n 2, pp Romeyer C. et Hassairi A.F. (2002), L évaluation de l impact des technologies de l information (TI) sur la performance de la chaîne logistique : Le cas de l EDI, in Rowe F. (Dir.), Faire de la recherche en systèmes d information, Paris : Vuibert, pp Sandoval V. (1990), Technologie de l'edi, Paris : Hermès, 267 p. Soh C. et Markus M.L. (2002), B2B E-market places interconnection effects, strategic positioning, and performance, Systèmes d'information et Management, vol.7, n 1, pp Subramani M. (2004), How do suppliers benefit from information technology use in supply chain relationships?, MIS Quarterly, vol.28, n 1, pp Swatman P.M.C. et Swatman P.A. (1991), Integrating EDI into the Organisation: a Model of the Stages of Integration, in Proceedings of the 12th International Conference on Information Systems, décembre, New- York. Themistocleous M. (2004), Justifying the decisions for EAI implementations: a validated proposition of influential factors, The journal of Enterprise Information Management, Vol. 17, n 2, pp Timmers P. (1998), Business Models for Electronic Markets, Journal on Electronic Markets, vol.8, n 2, pp.3-8 Truman G.E. (2000), Integration in Electronic Exchange Environments, Journal of Management Information Systems, vol.17, n 1, pp Volkoff O., Strong D.M. et Elmes M.B. (2005), Understanding enterprise systems-enabled integration, European Journal of Information systems, vol.14, n 2, pp Weber M. (1971), Economie et société. Trad. de l allemand [1921 posthume]. Paris : Plon, 650p. Yin R.K. (2003), Case study research: design and methods, 3 rd ed., Thousand Oaks : Sage, 181 p. Zhu K., Kraemer K.L., Gurbaxani V. et Xu S. (2006), Migration to Open-Standard Interorganizational Systems: Network effects, Switching Costs and Path Dependency, MIS Quarterly, vol.30, Special issue, pp

Structures de SIIO : de l émergence des formes hybrides électroniques. Structures of IOSs: towards the emergence of electronic hybrids forms

Structures de SIIO : de l émergence des formes hybrides électroniques. Structures of IOSs: towards the emergence of electronic hybrids forms Structures de SIIO : de l émergence des formes hybrides électroniques Résumé A partir de travaux présentant des typologies de systèmes d information interorganisationnels, cette communication vient confronter

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

L instrumentation dans la collecte des données

L instrumentation dans la collecte des données L instrumentation dans la collecte des données L étude des documents écrits par la méthode des traceurs Danielle Paquette INTRODUCTION La méthode des traceurs est une méthode qualitative utilisée en sciences

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

e-management & stratégie

e-management & stratégie Plan de la session e-management & stratégie AIMS 6-6-22 Henri ISAAC Emmanuel JOSSERAND Michel KALIKA Université Paris Dauphine! L observatoire du e-management! Vers l entreprise numérique? (H. Isaac)!

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS White Paper «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS 11 juin 2012 Sommaire L ILNAS et le service de la confiance numérique NormaFi-IT : projet de recherche sur le thème de

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Atelier du 22 août 2012 «Comment améliorer la gestion interne de mon entreprise avec un ERP, une plateforme e-commerce ou les deux?

Atelier du 22 août 2012 «Comment améliorer la gestion interne de mon entreprise avec un ERP, une plateforme e-commerce ou les deux? Atelier du 22 août 2012 «Comment améliorer la gestion interne de mon entreprise avec un ERP, une plateforme e-commerce ou les deux?» Club Agenda de l atelier Introduction Retour d expérience : New Idea

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com

Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com La dématérialisation de la Fiche Produit Département B2B Groupe Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com Gestion administrative des Fournisseurs France Data Synchronisation

Plus en détail

Plan de cours. Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015

Plan de cours. Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015 Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Plan de cours Cours : INF 736 Modèle de connaissances et évolution en TI Trimestre : Hiver 2015 Professeurs : Richard Fontaine

Plus en détail

Syllabus Cours Système d information Année 2005-2006

Syllabus Cours Système d information Année 2005-2006 Syllabus Cours Système d Année 2005-2006 Responsable : Henri ISAAC Maître de conférences en sciences de gestion Dauphine Recherches en Management (CREPA) UMR CNRS n 7088 Isaac@dauphine.fr Bureau P 417.

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Anne-Marie Croteau, PhD Professeure agrégée en SI Chercheure associée au CEFRIO et au CETO Fellow, CIRANO anne-marie.croteau@concordia.ca Agenda Motivations

Plus en détail

IDEES , GOUVERNANCE. Idées. La Gouvernance d une entreprise numérique FEVRIER 2015

IDEES , GOUVERNANCE. Idées. La Gouvernance d une entreprise numérique FEVRIER 2015 Idées La Gouvernance d une entreprise numérique 2015 Nous avons le plaisir de vous transmettre nos réflexions en matière de Gouvernance d une entreprise numérique. Eric Pradel Lepage Dirigeant Exxing A

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

Intelligence Economique - Business Intelligence

Intelligence Economique - Business Intelligence Intelligence Economique - Business Intelligence Notion de Business Intelligence Dès qu'il y a une entreprise, il y a implicitement intelligence économique (tout comme il y a du marketing) : quelle produit

Plus en détail

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships

From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships From EDI to CPFR: new practices in customer-supplier relationships Xavier Perrin, CFPIM, CIRM, CSCP XP Consulting 2006 From EDI to CPFR > 1 Sommaire Rappels à propos de Supply-Chain Management Limites

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

Synthèse de son offre logicielle

Synthèse de son offre logicielle Connecting your business Synthèse de son offre logicielle Copyright 2006, toute reproduction ou diffusion non autorisée est interdite STREAM MIND Créateur de produits logiciels innovants dans le traitement

Plus en détail

Systèmes d Information pour la Production

Systèmes d Information pour la Production Systèmes d Information pour la Production Introduction générale E. Tranvouez (erwan.tranvouez@univ-amu.fr) Départ. Génie Industriel & Informatique Propos Liminaires Objectif du cours 3 Compréhension des

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Mise en oeuvre d'office 365 Gestion de projet et conduite du changement

Mise en oeuvre d'office 365 Gestion de projet et conduite du changement La transformation digitale 1. Introduction 13 2. La transformation digitale 13 2.1 Les premières analyses 13 2.2 Les analyses actuelles 18 2.3 Les perspectives 28 3. Présentation d Office 365 29 3.1 Présentation

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

PRESENTATION. MaPS SYSTEM Luxembourg Allemagne France - Suisse 04/12/2012

PRESENTATION. MaPS SYSTEM Luxembourg Allemagne France - Suisse 04/12/2012 PRESENTATION MaPS SYSTEM Luxembourg Allemagne France - Suisse 04/12/2012 Thierry MULLER PREMIUM Int. Copyright 2008 Histoire Chiffres Clés 2 Qui sommes-nous? Qui sommes-nous? > Historique 1999 Thierry

Plus en détail

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France n MILLET, SFIG/SDS Thierry JOUENNE, CNAM Paris Plan Un rendez-vous attendu L intérêt d un langage commun de la performance Visite guidée au cœur de la performance Comment utiliser les indicateurs Supply

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

Introduction au projet ebxml. Alain Dechamps

Introduction au projet ebxml. Alain Dechamps Introduction au projet ebxml Alain Dechamps 1 Introduction ebes Plan Le pourquoi de la réunion Contexte et projet ebxml Fonctionnement Avantages 2 Lexique Business process = processus métier Core component

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc.

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. DRS Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. Les documents les plus importants de votre entreprise sont issus

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH

GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH Guide d utilisation WebEDI IXPath Page 1 sur 20 GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH SOMMAIRE 1. Objet... 2 2. Introduction... 2 3. Processus d échange entre OCP et un fournisseur... 4 4. Exploitation WebEDI

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC?

Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC? Transformation IT de l entreprise LE PAAS EST-IL VRAIMENT L APANAGE DU CLOUD PUBLIC? D on Boulia, Vice Président chargé de la stratégie IBM WebSphere et privé, explique comment le concept ne doit pas être

Plus en détail

Intervention en entreprise

Intervention en entreprise Intervention en entreprise ADM-170 Séance 6 - Informatique Semaine du 16 juin 2008 Ordre du jour Les données et l information Distinction entre données et information L évaluation de la valeur de l information

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Rose LEVAST Responsable des Statistiques Professionnelles et Economie

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC cterrier.com 11/09/2007 1 / 7 BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction

Plus en détail

Echange des Documents Informatisés 2002

Echange des Documents Informatisés 2002 Ces dernières annèes, on a plus de plus Souvent recours aux moyens électroniques pour faciliter le commerce international. Les pertes subies par les entreprises en raison des retards aux frontières, des

Plus en détail

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness Plan Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? SPI+ 1 Définition Objectifs de Quelques prévisions : 1. L orientation stratégique 2. L orientation client 3. Renforcer l efficacité

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire I. Partie 1 : CRM : Customer

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

Les «BUSINESS DECISION MAKERS» l entreprise numérique. 14 février 2013

Les «BUSINESS DECISION MAKERS» l entreprise numérique. 14 février 2013 Les «BUSINESS DECISION MAKERS» & l entreprise numérique 14 février 2013 Nathalie Wright Directrice de la Division Grandes Entreprises & Alliances Microsoft France #MSTechdays @MicrosoftFrance Microsoft

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Fiche méthodologique Qu'est-ce que l'e-business? Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition de l'e-business 3 : Les moteurs de l'e-business 4 : Choix stratégique et la proposition de

Plus en détail

La puissance de la synchronisation de données

La puissance de la synchronisation de données La puissance de la synchronisation de données SHARE Chaque entreprise dispose d une base de données reprenant les informations sur les produits qu elle fabrique. Cette base de données fait office de catalogue

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business?

Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Fiche de l'awt Qu'est-ce que l'e-business? Que recouvre exactement la notion d'e-business? Les moteurs de l'e-business (gestion orientée client et TIC), proposition de valeur d'une stratégie e-business,

Plus en détail

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage intègre la gestion commerciale de Sage (ligne 30 et 100) et s appuie sur les données commerciales (ventes et achats) pour organiser la gestion de production.

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

EDI. Optez pour la plateforme EDI de référence

EDI. Optez pour la plateforme EDI de référence EDI Optez pour la plateforme EDI de référence Edito Toute entreprise tient compte de l importance de la rapidité et de la fiabilité de l échange d informations et de documents entre les partenaires commerciaux.

Plus en détail