MATHEMATIQUES Option Economique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MATHEMATIQUES Option Economique"

Transcription

1 Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires MATHEMATIQUES Option Economique La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour une part importante dans l'appréciation des copies. Les candidats sont invités à encadrer, dans la mesure du possible, les résultats de leurs calculs. Ils ne doivent faire usage d'aucun document ; seule l'utilisation d'une règle graduée est autorisée. L'utilisation de toute calculatrice et de tout matériel électronique est interdite. Exercice Dans cet exercice, on considère la fonction f définie comme suit : x f () =, et pour tout x non nul de ], [, f (x) = ( x)ln( x) ) Montrer que f est continue sur ], [. ) a) Déterminer le développement limité de ln ( x) à l ordre lorsque x est au voisinage de. b) En déduire que f est dérivable en, puis vérifier que f () =. 3) a) Montrer que f est dérivable sur ], [ et sur ], [, puis calculer f (x) pour tout réel x élément de ], [ ], [. b) Déterminer le signe de la quantité ln( x) + x, lorsque x appartient à ], [, puis en déduire les variations de f. c) Déterminer les limites de f aux bornes de son domaine de définition, puis dresser son tableau de variation. 4) a) Établir que, pour tout n de IN *, il existe un seul réel de [, [, noté u n, tel que f (u n ) = n et donner la valeur de u. b) Montrer que la suite (u n ) converge et que lim u n =. n + Exercice Dans cet exercice, p désigne un réel de ], [ et on note q = p. On considère deux variables aléatoires X et Y définies sur le même espace probabilisé ( Ω, A, P ), indépendantes et suivant toutes deux la même loi géométrique de paramètre p.

2 ) On pose Z = Inf (X, Y) et on admet que Z est une variable aléatoire, elle aussi définie sur l espace probabilisé ( Ω, A, P ). On rappelle que, pour tout entier naturel k, on a l égalité : (Z > k) = (X > k) (Y > k). a) Pour tout entier naturel k, calculer P(Z > k). b) Établir que, pour tout entier naturel k supérieur ou égal à, on a : P(Z = k) = P(Z > k ) P(Z > k). c) En déduire que Z suit la loi géométrique de paramètre ( q ). ) On définit la variable aléatoire T de la façon suivante : X (ω) Pour tout ω de Ω tel que X(ω) est un entier naturel pair, on pose T(ω) =, et, pour tout ω de Ω + X ( ω) tel que X(ω) est un entier naturel impair, on pose T(ω) =. On admet que T est une variable aléatoire, elle aussi définie sur ( Ω, A, P ). a) Montrer que T prend des valeurs entières non nulles. b) Réciproquement, justifier que tout entier naturel k non nul est élément de T (Ω) et en déduire que T (Ω) = IN*. c) Exprimer l événement (T = k) en fonction de certains des événements (X = i) puis montrer que T suit la même loi que Z. 3) On rappelle que la fonction random renvoie de façon uniforme un réel aléatoire élément de [, [. Compléter le programme suivant pour que, d une part, il simule les lancers d une pièce donnant pile avec la probabilité p et calcule la valeur prise par la variable aléatoire X égale au rang du premier pile obtenu lors de ces lancers (X suit bien la loi géométrique de paramètre p), et pour que, d autre part, il calcule et affiche la valeur prise par T, la variable aléatoire T ayant été définie dans la deuxième question. Program edhec9 ; Var x, t, lancer : integer ; Begin Randomize ; x : = ; Repeat lancer : = random ; x : = ; until (lancer < = p) ; If (x mod = ) then else ; Writeln(t) ; End. Exercice 3 Dans tout l exercice, λ désigne un réel strictement positif. ) On considère la fonction h définie sur IR par : λx λ x e si x h (x) =. si x < a) En se référant éventuellement à une loi exponentielle, montrer la convergence de l intégrale h ( x) dx puis donner sa valeur. + b) Montrer que h peut être considérée comme la densité d une variable aléatoire X. c) Montrer la convergence de l intégrale x h( x) dx puis donner sa valeur. En déduire que X possède une espérance et la déterminer. +

3 ) Dans cette question, on considère une variable aléatoire Y de densité f, nulle sur ], [, continue sur [, + [ et strictement positive sur [, + [. On note alors F la fonction de répartition de Y. Justifier que, pour tout réel x, on a : F(x) >. On définit alors la fonction g par : g(x) = f ( x)ln( F( x)) si x < si x. 3) a) Montrer que g est positive sur IR. b) Montrer que g est continue sur ], [ et sur [, + [. c) En remarquant que, si l on pose u (x) = f (x), on peut choisir u(x) = F(x), montrer grâce à une intégration par parties, que g ( x) dx est une intégrale convergente et que g ( x) dx =. + d) Établir que g peut être considérée comme la densité d une variable aléatoire Z. e) Étude d un cas particulier. Vérifier qu une variable aléatoire Y suivant la loi exponentielle de paramètre λ (avec λ > ) vérifie les conditions imposées dans la deuxième question. Montrer alors que Z suit la même loi que X. Problème Les parties et sont indépendantes. Partie On note e, e et e les fonctions définies par : t IR, e (t) =, e (t) = t et e (t) = t. On rappelle que la famille (e, e, e ) est une base de l espace vectoriel E constitué des fonctions polynomiales de degré inférieur ou égal à. On considère l application f qui, à tout élément P de E, associe f (P) = P 5P + P, où P et P désignent respectivement les dérivées première et seconde de P. ) Montrer que f est un endomorphisme de E. ) Écrire la matrice A de f relativement à la base (e, e, e ). 3) a) Établir que f est un automorphisme de E. En déduire Ker f. b) Écrire la matrice de f relativement à la base (e, e, e ). 4) a) Déterminer la seule valeur propre λ de f. L endomorphisme f est-il diagonalisable? b) Préciser le sous-espace propre associé à la valeur propre λ. Partie On note F l espace vectoriel des fonctions de classe C sur IR et Id l endomorphisme identité de F. On considère l application g qui, à toute fonction u de F, associe g(u) = u 5 u + u, où u et u désignent respectivement les dérivées première et seconde de u. ) Montrer que g est un endomorphisme de F. ) Dans cette question, on se propose de déterminer Ker (g Id). On considère donc une fonction u élément de Ker (g Id). a) Montrer que la fonction j, définie pour tout réel x par j (x) = u (x) e 5x, est constante. b) En déduire que Ker (g Id) = vect(u, u ), où u est la fonction constante égale à et u la fonction définie pour tout réel x par u (x) = e 5x. +

4 On se propose, dans les trois questions suivantes de déterminer Ker g. On considère donc une fonction u élément de Ker g. 3) On pose v = u u. a) Montrer que v = 3 v. b) En déduire que la fonction h, définie pour tout réel x par h(x) = v(x) e 3x, est constante. c) Conclure qu il existe un réel α tel que : x IR, v(x) = α e 3x. 4) On pose w = u 3 u. a) Montrer que w = w. b) En déduire que la fonction k, définie pour tout réel x par k(x) = w(x) e x, est constante. c) Conclure qu il existe un réel β tel que : x IR, w(x) = β e x. 5) a) Montrer, en utilisant les deux questions précédentes, que Ker g = vect(u 3, u 4 ), où les fonctions u 3 et u 4 sont définies pour tout réel x par u 3 (x) = e 3x et u 4 (x) = e x. b) Montrer enfin que dim Ker g =.

5 EDHEC : projet Option ES Corrigé EDHEC 9 Exercice... ) Comme x <, on a x >, ce qui garantit que ln( x) existe. De plus, sur ], [ et sur ], [, on a : ( x) ln( x). Dès lors, la fonction f est continue sur ], [ et sur ], [ en tant que quotient à dénominateur non nul de fonctions continues sur ces intervalles. Il reste à étudier la continuité de f en. x Pour tout x non nul de ], [, on a f (x) = et on sait que ( x)ln( x) ln( + u) ln( x) lim =. On en déduit, en posant u = x, que lim =, d où en u u x x x inversant : lim x ln( x ) =. Comme lim ( x) =, on obtient finalement : lim f (x) =, ce qui est bien la x x valeur de f () proposée par l énoncé. La fonction f est bien continue en. Conclusion : f est continue sur ], [. u ) a) Ici aussi, le cours assure que ln ( + u) = u + o(u ). On peut remplacer u par x qui tend vers lorsque x tend vers, et on trouve : x ln ( x) = x + o(x ). b) Pour vérifier que f est dérivable en, on cherche la limite de lorsque x tend vers. f ( x) f () x

6 Corrigé x f ( x) f () ( x)ln( x) x ( x) ln( x) Ici, on a : = =. x x x( x) ln( x) En remplaçant ln ( x) par son développement limité au numérateur, on trouve : x x x ( x)( x + o( x )) x + + o( x ) f ( x) f () = =. x x( x) ln( x) x( x) ln( x) En simplifiant, on obtient : f ( x) f () x = x + o( x ) x( x) ln( x) x Lorsque x tend vers, le numérateur est équivalent à équivalent à x ( x) = x. On en conclut que : f ( x) f () x f ( x) f () x et le dénominateur est ~. tend donc vers lorsque x tend vers, ce qui prouve que : f est dérivable en et f () =. 3) a) La fonction f est dérivable sur ], [ et sur ], [ en tant que quotient à dénominateur non nul de fonctions dérivables sur ces intervalles et on a : ( x) ln( x) + x( ln( x) ) f (x) =. En regroupant les logarithmes, on ( x) (ln( x)) obtient : ln( x) + x x ], [ ], [, f (x) =. ( x) (ln( x)) b) Posons g(x) = ln ( x) + x. La fonction g est dérivable sur ], [ et on a : x g (x) = + =. x x Sur ], [, x est strictement positif donc g (x) est du signe de x. La fonction g est donc croissante sur ], ] et décroissante sur [, [. Comme g() =, on en déduit que g a pour maximum en, ce qui montre que la fonction g est négative. x ], [, ln ( x) + x.

7 g( x) Comme f (x) =, alors f (x) est du signe contraire de g(x) sur ( x) (ln( x)) ], [ et sur ], [, ceci prouve que f (x) est strictement positif (puisque g ne s annule qu en ). En se souvenant que f () >, on a finalement : x ], [, f (x) >. f est strictement croissante sur ], [. x c) On a f (x) =, donc, au voisinage de, f (x) ~ ( x)ln( x) Comme lim ln( x) = +, ceci montre que : x. ln( x) Par ailleurs, on sait que < x > u lim f (x) =. x lim u ln(u) = donc, en posant u = x, on trouve : lim ( x) ln( x) =. Comme lim ( x) =, on obtient finalement : < x lim f (x) = +. < x On a le tableau de variation suivant : x f (x) + ½ + + f 4) a) La fonction f est continue sur ], [ et strictement croissante, c est donc une bijection de ], [ vers ], + [. Ainsi, si n est un entier naturel non nul, donc élément de ], + [, l équation f (x) = n possède une seule solution, notée u n, élément de ], [. De plus, f () = et f (u n ) = n donc f () f (u n ) et, par croissance de f, on conclut que u n. Ceci prouve que, pour tout entier naturel n non nul, il existe un unique réel u n de [, [ tel que : f (u n ) = n. Par définition, on a f (u ) = et comme f () =, on conclut par unicité de u, que u =.

8 Corrigé b) On a f (u n+ ) = n + et f (u n ) = n donc f (u n+ ) > f (u n ). Par croissance de f, on conclut que : u n+ > u n. Ainsi, la suite (u n ) est croissante et, comme elle est majorée par, elle est convergente. On sait que lim f (x) = +, on a donc lim f (x) = et, en particulier, lim f (n) < x + n + x =. Comme u n = f (n), on en déduit donc : lim u n =. n + Exercice... ) a) L énoncé rappelle que : k IN, (Z > k) = (X > k) (Y > k) et, comme les variables X et Y sont indépendantes, on en déduit : k IN, P(Z > k) = P(X > k) P(Y > k). De plus, les variables aléatoires X et Y suivent toutes deux la loi géométrique de i paramètre p donc : P(X > k) = P(Y > k) = + q p. = + En posant j = i k, on obtient : P(X > k) = P(Y > k) = + q p = q k p + q, j = j = d où : P(X > k) = P(Y > k) = q k p = q k. q On pouvait obtenir plus rapidement ce résultat en modélisant la loi de X par un temps d attente du premier succès lors d épreuves indépendantes où la probabilité d obtenir le succès est égale à p. Dès lors, l événement (X > k) signifie que l on n obtient que des échecs pendant les k premières épreuves, ce qui donne le résultat par indépendance). On conclut alors : k IN *, P(Z > k) = q k. b) Par définition de, on a : k IN *, (Z k) = (Z > k) (Z = k). Les événements (Z > k) et (Z = k) étant incompatibles, on en déduit : k IN *, P(Z k) = P(Z > k) + P(Z = k). Comme Z est à valeurs entières, on a de plus : (Z k) = (Z > k ) et on peut alors écrire : k IN *, P(Z > k ) = P(Z > k) + P(Z = k). En conclusion, on a bien : k IN *, P(Z = k) = P(Z > k ) P(Z > k). c) En remplaçant P(Z > k) par q k et P(Z > k ) par q k, on a : k IN *, P(Z = k ) = q k q k = q k ( q ) = (q ) k ( q ). i k j + k j

9 On reconnaît que : Z suit la loi géométrique de paramètre ( q ). ) a) Soit X prend des valeurs paires, dans ce cas, elles sont supérieures ou égales à, et X prend ses valeurs dans IN *. Soit X prend des valeurs impaires, dans ce cas X + prend des valeurs + X paires supérieures ou égales à, et prend ses valeurs dans IN *. En conclusion : T( Ω ) IN *. b) Soit k un entier naturel non nul. T peut en effet prendre la valeur k : Soit lorsque X prend la valeur k, qui est paire et élément de X(Ω ) : dans ce cas, comme T = X, T prend bien la valeur k. Soit lorsque X prend la valeur k, qui est impaire et élément de X(Ω ) : dans + X ce cas, comme T =, T prend bien, ici aussi, la valeur k. On a donc : T( Ω ) = IN *. c) D après l étude ci-dessus, on peut écrire tout de suite : k IN *, (T = k) = (X = k) (X = k ). On connaît la loi de X donc on peut remplacer pour obtenir : k IN *, P(T = k) = q k p + q k p = q k p (q + ). Comme p (q + ) = ( q) ( + q) = q, on trouve : k IN *, P(T = k) = q k ( q ). Ceci montre effectivement que : T suit la même loi que Z. 3) L instruction lancer : = random ; simule le lancer de la pièce pour lequel (lancer < = p) simule l apparition d un pile, ce qui est exactement la définition de la variable aléatoire X. Le test (x mod = ) signifie que le reste de X dans la division par est nul, c està-dire que X est paire. On peut donc compléter ainsi le programme : Program edhec9 ; Var x, t, lancer : integer ;

10 Corrigé Begin Randomize ; x : = ; Repeat lancer : = random ; x : = x + ; until (lancer < = p) ; If (x mod = ) then t : = x div else t : = ( + x) div ; Writeln(t) ; End. Remarque : il y avait plus simple en évitant de déclarer la variable x. Program edhec_9 ; Var t, lancer : integer ; Begin Randomize ; t : = ; Repeat lancer : = random ; t : = t + ; until (lancer < = p) If (x mod = ) then t : = t div else t : = ( + t) div ; Writeln(t) ; End. Exercice 3... ) a) La fonction qui est nulle sur ], [ et qui, à tout x positif associe λ e λx est la densité d une variable aléatoire T suivant la loi exponentielle de paramètre λ. Par conséquent, Comme h (x) = x + λ λ x e λ x e dx converge car c est l espérance de T (qui vaut ). λ λx en multipliant par λ, on obtient :, on en conclut que + h ( x) dx converge également et, + h ( x) dx =. b) La fonction h est nulle sur ], [ et h (x) est un produit de réels tous positifs sur IR +, puisque λ >, x et e λx >. Par conséquent, h est positive sur IR. La fonction h est nulle sur ], [, elle est donc continue sur cet intervalle. De plus, h est un produit de fonctions continues sur IR +, elle est donc continue sur IR +. Par conséquent, h est continue sur IR, sauf peut-être en. Pour finir, h ( x) dx = et, comme, d après le résultat obtenu à la question a), on a + h ( x) dx =, la relation de Chasles permet d écrire + h ( x) dx =. Les trois points précédents prouvent que : h est une densité de probabilité.

11 c) Pour tout x positif, on a x h (x) = λ x e. Avec la même référence qu à la x question a), + λ λ x e dx = E(T ) = V(T) + (E(T)) = λ + λ = λ. On en conclut que + x h( x) dx converge également et, en multipliant par λ, on obtient : + λx x h( x) dx =. λ Comme de plus + x h( x) dx =, la relation de Chasles permet alors d écrire : xh ( x) dx =. Ceci prouve que X possède une espérance et l on a : λ E(X) = λ. ) Comme f est nulle sur ], [, F est également nulle sur ], [. Comme f est strictement positive sur IR +, alors F est strictement croissante sur IR + et on en conclut que, pour tout réel x positif, on a : F(x) <. On a donc : x IR, F(x) >. 3) a) D après ce qui précède, la fonction g est bien définie sur IR tout entier. Sur ], [, g est nulle donc positive. Sur [, + [, comme F(x) <, on en déduit que F(x) appartient à ],] et on a ainsi : ln( F(x) ). De plus f est une fonction densité donc f (x). Par produit, on obtient : g(x). Bilan : g est positive sur IR. b) Sur ], [, g est nulle donc continue. Sur [, + [, par hypothèse, f est continue sur [, + [, et comme F est une fonction de répartition, elle est continue sur IR, donc sur [, + [, et, par composition, il en est de même de la fonction qui à x associe ln( F(x)). Par produit, g est continue sur [, + [. Bilan : g est continue sur ], [ et sur [, + [. c) Pour tout A, A g( x) dx = f ( x)ln( F( x)) dx. On procède à une intégration par parties, en posant : u (x) = f (x) et v(x) = ln( F(x) ). A

12 Corrigé f ( x) On a alors v (x) = et, grâce au renseignement donné, u(x) = F(x). F( x) Les fonctions u et v sont bien de classe C sur [, A]. On obtient alors : A g( x) dx = [ ( F( x))ln( F( x)) ] A + A f ( x) dx. On a donc : g( x) dx = ( F( A))ln( F( A) ) ( F() ) ln( F() ) + A f ( x) dx. A Par propriété d une fonction de répartition, on sait que lim ( F(A) ) =. A + On en déduit : lim ( F(A) ) ln( F(A) ) = lim u ln u =. A + u De plus, comme f est nulle sur ], [, F() = d où : ( F() ) ln( F() ) =. Pour finir, l intégrale A f ( x) dx possède une limite finie puisque f est une densité et cette limite est + On sait alors que + f ( x) dx =. On obtient, après passage à la limite : g ( x) dx est une intégrale convergente. + g ( x) dx =. d) Comme la fonction g est nulle sur ], [, on a g ( x) dx = (sans problème de convergence). La relation de Chasles donne alors : + g ( x) dx = g ( x) dx + + g ( x) dx = + =. Pour conclure : La fonction g est positive, continue sur IR (sauf peut-être en ) et g ( x) dx =. Par conséquent : g peut être considérée comme la densité d une variable aléatoire Z. e) Dans cette question, Y suit la loi exponentielle de paramètre λ, on a donc : f (x) = λ e λ x si x et f (x) = si x <. La fonction f est donc bien nulle sur ], [, continue sur [, + [ et strictement positive sur [, + [. Ceci prouve, d après la question a) que : g est bien définie sur IR. +

13 si x < Par ailleurs, on sait que : F(x) = λ x. e si x On a alors : x, g(x) = f(x) ln ( F(x) ) = λ e λ x ( λx) = λ x e λ x Comme g est nulle sur ], [, on a g = h et on peut conclure : Z suit la même loi que X. Problème... Partie ) Soit P et Q deux polynômes de E et λ un réel. On a : f (λp + Q) = (λp + Q) 5(λP + Q) + (λp + Q). Par linéarité de la dérivation, on obtient : f (λp + Q) = λ P + Q 5λP 5Q + λp + Q. En regroupant : f (λp + Q) = λ (P 5P + P )+ (Q 5Q + Q). On reconnaît bien que : f (λp + Q) = λ f (P) + f (Q), ce qui prouve que f est linéaire. De plus, si P est un polynôme de degré inférieur ou égal à, alors P, 5P et P sont encore des polynômes de degré inférieur ou égal à (P étant de degré inférieur ou égal à, 5P étant de degré inférieur ou égal à et P étant de degré inférieur ou égal à ). La somme de polynômes de degré inférieur ou égal à est encore un polynôme de degré inférieur ou égal à. On peut donc conclure que f (P) est un polynôme de degré inférieur ou égal à f est un endomorphisme de E. ) t IR, e (t) = donc e (t) = et e (t) =. On en déduit : (f (e ))(t) = d où : f (e ) = e. t IR, e (t) = t donc e (t) = et e (t) =. On en déduit : (f (e ))(t) = 5 + t d où : f (e ) = 5 e + e. t IR, e (t) = t donc e (t) = t et e (t) =. On en déduit : (f(e ))(t) = t + t d où : f (e ) = e e + e.

14 Corrigé Les trois égalités précédentes prouvent que la matrice de f dans la base (e, e, e ) est : A = 5. 3) a) La matrice de f dans la base (e, e, e ) est triangulaire sans élément diagonal nul, ce qui prouve que f est bijectif. Ceci signifie bien que : f est un automorphisme de E. On en déduit, en particulier, que f est injectif, d où : Ker f = {}. b) D après le cours, on sait que la matrice de f dans la base (e, e, e ) est A. On peut utiliser la méthode du pivot de Gauss : A = 5 I = L 3L L 3 L 3L + 5L L L + 5L L 8 L, L 8 L, L 3 L3 / 5 /8 / 9 /8 3 5 / /

15 On a donc : / A = 5 / 3 / 9 /8 5 /8. / 4) a) La matrice A de f dans la base (e, e, e ) est triangulaire donc ses valeurs propres, qui sont aussi celles de f, sont ses éléments diagonaux. Dans le cas présent : La seule valeur propre de f est. Raisonnons par l absurde. Si f était diagonalisable, la matrice A serait semblable à la matrice D = = I. Il existerait donc une matrice R inversible telle que : A = R D R = R (I) R = RI R = RR = I. Ceci n étant pas le cas, on peut conclure : f n est pas diagonalisable. b) Cherchons le sous-espace propre E de f associé à la valeur propre en résolvant le système A X = X. x 5y + z = En posant X = y, ce système équivaut à, soit y = z =. z z = On en conclut que X = x, ce qui prouve que les vecteurs propres de f sont proportionnels à e. On a donc : E = vect(e ). Partie ) La linéarité de g se prouve de la même manière qu à la question ) de la première partie. D autre part, si u est une fonction de classe C sur IR, alors u et u sont aussi de classe C sur IR et par combinaison linéaire, g(u) aussi. g est un endomorphisme de F.

16 Corrigé ) a) La fonction j est définie, pour tout réel x, par j (x) = u (x) e 5x. La fonction j est donc dérivable sur IR et on a : x IR, j (x) = u (x) e 5x 5u (x) e 5x = ( u (x) 5u (x) ) e 5x. Comme la fonction u est élément de Ker (g Id), on a : g(u) u =, c est-àdire : u 5 u =. En remplaçant, on obtient : x IR, j (x) =. La fonction j est constante sur IR. b) D après ce qui précède, il existe une constante K telle que : x IR, j(x) = K. On en déduit que, pour tout x de IR, u (x) = K e 5x. On en déduit alors qu il existe une autre constante K telle que : x IR, u(x) = 5 K e 5x + K = K + K e 5x. Ceci prouve que la fonction u est combinaison linéaire des fonctions u et u définies par u (x) = et u (x) = e 5x. On vient de montrer que toute fonction u de Ker (g Id) est combinaison linéaire des fonctions u et u. Réciproquement, soit une fonction u combinaison linéaire de u et u. Alors u est définie pour tout réel x, par u(x) = a e 5x + b. On a alors u (x) = 5 a e 5x et u (x) = 5 a e 5x. On en déduit que : u (x) 5 u (x) = 5 a e 5x 5 a e 5x =. Ceci prouve donc que u appartient à Ker (g Id). On peut conclure maintenant : Ker (g Id) = vect(u, u ). 3) a) Comme v = u u, on a v = u u. D autre part, u est élément de Ker g donc u = 5u u. En remplaçant, on obtient : v = 5u u u = 3u u. On a bien : v = 3v. b) La fonction h étant définie pour tout réel x par h(x) = v(x) e 3x, h est dérivable sur IR et on a : x IR, h (x) = v (x) e 3x 3v(x) e 3x = ( v (x) 3v(x) ) e 3x. D après la question précédente, on sait que v 3v = donc : x IR, h (x) =. h est constante sur IR. c) Comme h est constante sur IR, il existe une constante α telle que, pour tout réel x, on a h(x) = α, ce qui s écrit : x IR, v(x) e 3x = α. En conclusion : x IR, v(x) = α e 3x.

17 4) a) Comme w = u 3u, on a w = u 3u. D autre part, u est élément de Ker g donc u = 5u u. En remplaçant, on obtient : w = 5u u 3u = u u. On a bien : w = w. b) La fonction k étant définie pour tout réel x par k(x) = w(x) e x, k est dérivable sur IR et on a : x IR, k (x) = w (x) e x w(x) e x = ( w (x) w(x) ) e x. D après la question précédente, on sait que w w = donc : x IR, k (x) =. k est constante sur IR. c) Comme k est constante sur IR, il existe une constante β telle que, pour tout réel x, on a k(x) = β, ce qui s écrit : x IR, w(x) e x = β. En conclusion : x IR, w(x) = β e x. 5) a) On a v = u u et w = u 3u, on en déduit, par soustraction que u = v w. D après tout ce qui précède, on a : x IR, u(x) = α e 3x β e x. Ceci prouve que la fonction u est combinaison linéaire des fonctions u 3 et u 4 définies par u 3 (x) = e 3x et u 4 (x) = e x. On vient de montrer que toute fonction u de Ker g est combinaison linéaire des fonctions u 3 et u 4. Réciproquement, soit une fonction u combinaison linéaire de u 3 et u 4. Alors u est définie pour tout réel x, par u(x) = a e 3x + b e x. On a alors u (x) = 3ae 3x + b e x et u (x) = 9a e 3x + 4b e x. On en déduit que : u (x) 5 u (x) + u(x) = 9a e 3x + 4b e x 5a e 3x b e x + a e 3x + b e x =. Ceci prouve donc que u appartient à Ker g. On peut conclure maintenant : Ker g = vect(u 3, u 4 ). b) Montrons que (u 3, u 4 ) est une famille libre. Par l absurde, si u 3 était proportionnelle à u 4, il existerait une constante α telle que, pour tout réel x : e 3x = α e x. En divisant par e x qui est différent de, on aurait alors : x IR, e x = α, ce qui est irrecevable puisque la fonction exponentielle n est pas constante. En conclusion, (u 3, u 4 ) est libre et comme (u 3, u 4 ) est génératrice de Ker g, c est une base de Ker g. Ceci prouve que : dim Ker g =.

18 Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires RAPPORT DE CORRECTION MATHEMATIQUES Option Economique Présentation de l'épreuve : L'épreuve comportait, comme d'habitude, trois exercices et un problème, ce qui permettait de juger les candidats sur la presque totalité des connaissances exigées en classe préparatoire. Le sujet balayait largement le programme des deux années et proposait dans chaque exercice des questions fines et difficiles qui ont permis aux très bons candidats de se mettre en valeur. Les correcteurs ont trouvé le sujet abordable (mis à part l exercice et la deuxième partie du problème) et sélectif : les bons et très bons candidats pouvaient facilement faire la différence, notamment en traitant les questions techniques de l exercice, l exercice et surtout le la deuxième partie du problème, tandis que les candidats de niveau moyen pouvaient tout de même tirer leur épingle du jeu en traitant, au moins en partie, les exercices et 3 ainsi que le début du problème, ce qui leur permettait de montrer qu ils avaient travaillé sérieusement les mathématiques. Quelques correcteurs signalent qu un nombre non négligeable de candidats ont eu le temps de traiter l essentiel. L'exercice avait pour objectif d étudier une fonction de IR dans IR, notée f, puis d étudier la suite (u n ) définie par f (u n ) = n. L'exercice se fixait pour but d étudier des variables aléatoires construites sur une variable aléatoire géométrique. L'exercice 3, où l on considérait une variable aléatoire X de densité f, nulle sur ], [, continue et strictement positive sur [, + [, se proposait de montrer que la fonction g définie f ( x)ln( F( x)) si x par g(x) = est aussi une fonction densité. si x < Le problème, portant sur le programme d algèbre linéaire, étudiait dans sa première partie l application f qui à toute fonction polynomiale P associe f (P) = P 5P + P, et, dans sa deuxième partie, l application g, qui à toute fonction réelle u de classe C associait la fonction définie par f (u) = u 5u + u.

19 Statistiques : Pour l ensemble des 33 candidats ayant composé, la moyenne (sur ) obtenue à cette épreuve est égale à 9,99 et l écart-type vaut 5, % des candidats ont une note strictement inférieure à 8 (43 % d entre eux ayant une note inférieure à 4). % des candidats ont une note comprise entre 8 et. 8 % des candidats ont une note supérieure ou égale à. Analyse des copies : Les correcteurs constatent encore une fois que les candidats semblent en majorité s être préparés sérieusement et tous les exercices sont abordés dans presque toutes les copies. Ils notent que les candidats ont des connaissances mais que la rigueur fait souvent défaut dans la rédaction de leurs démonstrations (notamment en oubliant de citer les hypothèses permettant d appliquer un théorème ou une propriété du cours). Il semble que l écriture négligée ait gêné (voire agacé) de nombreux correcteurs, sans parler de l orthographe qui est bien loin de s améliorer. Dans l ensemble, on observe une nette baisse de la qualité de présentation et de rédaction : les futurs candidats doivent y faire attention sous peine de sanctions. Les copies sont, pour la plus grande part honnêtes (une majorité de candidats précisent clairement qu ils admettent le résultat d une question non traitée), mais les correcteurs ont constaté (comme d habitude) que lorsque les résultats sont donnés par l énoncé, de trop nombreux candidats trichent en essayant de faire croire qu ils ont prouvé le résultat demandé : qu ils sachent que ceci est vite repéré et sévèrement sanctionné. Le nombre de copies faibles (note inférieure à 8) est en augmentation de 7 % par rapport à l année dernière. L exercice montre que beaucoup de candidats maîtrisent, et c est tant mieux, les notions de base en analyse, bien qu un nombre non négligeable d entre eux se trompent en dérivant une fonction somme toute classique, en établissant des limites pourtant faciles et, bien sûr, en voulant établir la dérivabilité de cette fonction en à l aide d un développement limité. L exercice a, dans l ensemble, été très mal traité par presque tous les candidats à la grande surprise des correcteurs qui pensaient que le calcul de P(X > k) lorsque X suit la loi géométrique de paramètre p devait être à la portée d une majorité de candidats, ce qui n a pas été le cas. L exercice 3, relativement bien réussi, a tout de même révélé certaines failles sérieuses dans les connaissances de nombreux candidats sur les intégrales impropres. Le problème a montré que trop peu de candidats sont capables de manipuler les notions d algèbre linéaire dans un cadre un peu différent de ce qui se pratique d habitude. Voici une liste des quelques fautes, omissions et imprécisions les plus fréquentes (chacune d entre elles a été trouvée sur un nombre significatif de copies) commises cette année:

20 Exercice Rappelons qu on n écrit pas «la fonction f (x)» mais «la fonction f». Il est bon de vérifier qu un dénominateur est non nul plutôt que de l affirmer sans preuve. x La perle de l année : «d après le cours, lim =». x ln( x ) Un nombre incroyable de candidats n ont même pas vu qu il fallait étudier la continuité en de la fonction. Il manque souvent l hypothèse de continuité dans l énoncé du théorème de la bijection. Exercice Trop de candidats ont confondu la valeur de P(X = k) avec celle de P(X > k). Certains candidats pensent que P(X > k) = + P ( X = i). De nombreux candidats écrivent des intersections de probabilités. i= k Exercice 3 Trop peu de candidats justifient la convergence et la valeur de λ dx en citant + λx xe l espérance d une variable aléatoire suivant une loi exponentielle. Les intégrations par parties sont très souvent mal justifiées, et même, pratiquées sur des intégrales impropres. Il faut absolument éviter d affirmer qu une fonction de répartition est strictement comprise entre et. Problème Une faute classique toujours très répandue : «la matrice A ne possède qu une valeur propre et elle est d ordre 3 donc elle n est pas diagonalisable». Quelque candidats étaient un peu à l envers cette année : «Ker f = {} donc est la seule valeur propre de f». Beaucoup de candidats semblent confondre inversibilité et diagonalisabilité. Trop de candidats oublient l hypothèse d une question (par exemple «u appartient à Kerg»), ce qui ne facilite guère la résolution de la dite question. Parmi les quelques candidats encore présents à la fin du problème, trop pensent que si l on a α u + β v =, avec u et v des fonctions positives alors les réels α et β sont nuls. Conclusion : Le niveau moyen reste stable bien qu en légère baisse par rapport à l année dernière. Comme d habitude, nous conseillons aux futurs candidats de travailler les mathématiques en ne perdant jamais de vue que la recherche d une solution doit être argumentée, rigoureuse et honnête : faire semblant d avoir trouvé ne trompe aucun correcteur.

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006

CONCOURS D ADMISSION. Option économique MATHEMATIQUES III. Année 2006 ESSEC M B A CONCOURS D ADMISSION Option économique MATHEMATIQUES III Année 2006 La présentation, la lisibilité, l orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option économique Mardi 9 mai 2006 de 8h à 12h

MATHEMATIQUES Option économique Mardi 9 mai 2006 de 8h à 12h ECOLE DE HAUTES ETUDES COMMERCIALES DU NORD Concours d'admission sur classes préparatoires MATHEMATIQUES Option économique Mardi 9 mai 6 de 8h à h La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNÉE 2006 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte (dans l énoncé d origine, pas

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève 30-1- 2013 J.F.C. p. 1 F 1 F 2 F 3 Assez simple ou proche du cours. Demande du travail. Délicat. EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005 Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 X est une variable aléatoire de

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé Baccalauréat ES Centres étrangers 1 juin 14 - Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points Commun à tous les candidats 1. On prend un candidat au hasard et on note : l évènement «le candidat a un dossier

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Les astuces de Maths. par Isabelle Blejean C OLLECTION LES MÉMENTOS DE L INSEEC MÉMENTO N 9

Les astuces de Maths. par Isabelle Blejean C OLLECTION LES MÉMENTOS DE L INSEEC MÉMENTO N 9 C OLLECTION LES MÉMENTOS DE L INSEEC CAHIERS MÉTHODOLOGIQUES POUR LES CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES DE COMMERCE Les astuces de Maths par Isabelle Blejean MÉMENTO N 9 Les Mémentos de l INSEEC

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés VUIBERT MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES MATHS ECE 2 e année Tout le programme Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

Plus en détail

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon Oral HEC 2007 Question de cours : Dé nition d un estimateur ; dé nitions du biais et du risque quadratique d un estimateur. On considère n (n > 2) variables aléatoires réelles indépendantes X 1,..., X

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Corrigés des épreuve de mathématiques s voies scientifique et

Corrigés des épreuve de mathématiques s voies scientifique et Mathématiques voies S et E Corrigés des épreuve de mathématiques s voies scientifique et François Delaplace (voie E), Pierre Girard (voie S) Professeurs de mathématiques en classes préparatoires économiques

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx

ECRICOME 2004. Voie Eco. 1 1 + x. f (x) dx n N, u n = 1. 0 xn f (x) dx ECRICOME 2004 Voie Eco 1 EXERCICE 1 EXERCICE Soient f la fonction numérique de la variable réelle définie par : x R, f (x = 1 2 et (u n la suite de nombres réels déterminée par : { u 0 = 1 f (x dx 0 n

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

EMLyon 2011 - Corrigé

EMLyon 2011 - Corrigé EMLyon - Corrigé Partie I. Soit X une variable aléatoire suivant la loi E() ; une densité de X est : f(x) = { si x < e x si x et E(X) = et V (X) =.. (a) Soit n N ; n E(S n ) = E(X k ) = n par linéarité

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Exercices : VAR discrètes

Exercices : VAR discrètes Exercices : VAR discrètes Exercice 1: Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires. On tire les boules une à une sans les remettre jusqu à ce qu il ne reste que des boules d une seule couleur

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011

Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011 Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011 Christian CYRILLE A quoi servent les mathématiques? : C est pour l honneur de l esprit humain? Jacobi 1 Exercice 1-5 points - Commun à tous les candidats

Plus en détail

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie

CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2. Première partie CENTRALE PC 2000 ÉPREUVE DE MATH 2 Première partie I. A. 1. La fonction x px kx 2 = x(p kx) présente un maximum pour toute valeur de p au point d abscisse x = p p2 et il vaut 2k 2k. Conclusion : J(f) =

Plus en détail

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que :

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que : Il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie lors de l évaluation finale. Les élèves n ayant pas la spécialité mathématique traiteront les exercices 1, 2,3 et 4, les élèves ayant

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 24 juin 2015

Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 24 juin 2015 Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 2 juin 2015 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats Aucune justification n était demandée dans cet exercice. 1. La fonction f définie sur R par f (x)= x 3 + 6x

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : densité de probabilité Exercice 2 : loi exponentielle de paramètre

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE POITIERS

UNIVERSITÉ DE POITIERS UNIVERSITÉ DE POITIERS Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées Mathématiques PREMIÈRE ANNEE DE LA LICENCE DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES UE L «algèbre linéaire» Plan du cours Exercices Enoncés des

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail