COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE JEUDI 15 FEVRIER 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE JEUDI 15 FEVRIER 2007"

Transcription

1 COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 15 FEVRIER 2007 Le nombre de Conseillers Municipaux en exercice est de 35 Le Conseil Municipal de la Commune de VILLIERS SUR MARNE Légalement convoqué le 9 février 2007 sous la Présidence de Monsieur Jacques Alain BENISTI, Député-Maire, à la Grande Salle de «L ESCALE» Etaient présents : Messieurs BENISTI Jacques-Alain (Député-Maire), CRETTE Jean-Claude, BEGAT Jean Philippe, Madame HESSE Danièle, Messieurs DOUSSET Didier, BUCHER Michel, REIMAN Michel, Madame CREPIN Joëlle, Monsieur THIBAULT Philippe (arrivé à la délibération N )(Adjoints au Maire), Mesdames DONIAS Lydia, LOONES Marie-Thérèse, Monsieur ABADIA André, Mesdames GOHIN Michèle, IANCO Nicole, CHETARD Catherine, SALGADO Naïr, ANTOINE Dominique, Monsieur PRADES Rémi (arrivé à la délibération N et reparti à la délibération N ), Madame ABRAHAM THISSE Simonne, Messieurs OUDINET Michel, NORGUEZ Marc, Madame SAUVAGE Josette, Monsieur GISSINGER Daniel, Mesdames TESSON Lyliane, MAGRE Marie-Thérèse. Absent(s) ayant donné un pouvoir : Monsieur DUGEON Daniel a donné pouvoir à Monsieur BEGAT Jean Philippe Madame PICHOT Yvonne a donné pouvoir à Monsieur CRETTE Jean Claude Madame BIGAYON Geneviève a donné pouvoir à Madame HESSE Danièle Madame SALACROUP Christine a donné pouvoir à Monsieur OUDINET Michel Monsieur MONJO Haouari a donné pouvoir à Monsieur BENISTI Jacques Alain Absent(s) n ayant pas donné de pouvoir : Monsieur LEMAIRE Yves, Madame MARTI Christiane, Messieurs BOUVIER Ludovic, CHASSERAY Pierre, Madame PIPERNO Sandrine Monsieur PRADES Rémi pour l approbation du PV du 25 février 2007 et à compter de la délibération N Monsieur THIBAULT Philippe pour l approbation du PV du 25 février 2007 Madame DONIAS Lydia pour l approbation du PV du 25 février 2007 Secrétaire de séance : Madame CREPIN Joëlle est désignée secrétaire de séance Le QUORUM est atteint et la séance est ouverte à 20 heures 40 Objet : APPROBATION DU PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL 1

2 DU 25 JANVIER 2007 Pour : Contre: 7 Abst : 0 Le Conseil Municipal, a approuvé, à la MAJORITE des membres présents, le procès verbal de la séance du Conseil Municipal du 25 janvier Ont voté CONTRE : Madame ABRAHAM-THISSE Simonne, Monsieur OUDINET Michel (plus pouvoir de Madame SALACROUP Christine), Monsieur NORGUEZ Marc, Madame SAUVAGE Josette, Monsieur GISSINGER, Madame TESSON Lyliane. ERRATUM Monsieur GISSINGER, Conseiller Municipal, souligne une erreur dans le PV du 25 janvier 2007 Monsieur GISSINGER était bien absent à cette séance mais n a pas donné de pouvoir à Madame TESSON. Projets de DELIBERATION adoptés lors de la séance du 15 FEVRIER 2007 ARRIVEE de Messieurs Philippe THIBAULT et Rémi PRADES et de Madame DONIAS Lydia N & Objet : DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE Exercice 2007 DONT ACTE Rapporteur : Monsieur BENISTI Le débat d orientation budgétaire 2007 sera un moment, au sein de ce Conseil municipal, qui permettra un échange que je souhaite fructueux car c est l occasion de rappeler certaines références juridiques, certains «fondamentaux comptables», mais aussi est-ce l occasion d évoquer nos grandes perspectives budgétaires. L exercice reste difficile, quand bien même le pratique t-on annuellement depuis la loi «Administration Territoriale de la République» de février 1992 ; il s agit en effet d être didactique, pédagogique, vulgarisateur sans être manichéen. Tels sont les défis que je m impose volontiers ce soir. Rappelons, dans un premier temps, les textes qui concourent à la structuration de ce «DOB» ; je le disais en liminaire, la loi dite «ATR» de 1992 en est l élément fondateur, je rappellerai aussi que ce DOB, dans sa constitution générale, doit nécessairement être enrichi d un volet permettant de dresser un état des lieux relatifs à notre Zone Urbaine Sensible (volet 2) conformément à la loi du 1 er août 2003 portant «Orientation et programmation pour la ville et la rénovation urbaine». Nous aborderons cette obligation légale récente au terme de mon propos. 2

3 Dans un second temps, il m apparaît important de rappeler comme je le disais plus haut - quelques «fondamentaux économiques» qui ne manqueront pas d impacter notre collectivité et plus particulièrement notre exercice budgétaire A cet égard, la lecture de la loi de finances 2007 est riche d enseignements. Je l ai déjà dit, quel que soit le gouvernement en place, je le redis malheureusement ce soir, la Dotation Générale de Fonctionnement augmentera pour 2007 de 2.5 % par rapport à 2006, contre 2.73 % entre 2005 et C est notoirement insuffisant pour affirmer que l Etat joue positivement son rôle de soutien à l égard des collectivités territoriales comme la nôtre! Cette DGF 2007 progresse donc moins que par le passé et, de plus, son évolution servira de référence, comme chaque année, aux différentes composantes de la dotation forfaitaire ainsi que celle de diverses dotations satellites de la DGF (comme la Dotation Générale de Décentralisation par exemple). Dans ce «chapitre» des nouvelles que l on peut qualifier de discutables, voire de mauvaises, il convient de mentionner la réforme importante de la Caisse d Allocations Familiales. Cette réforme concerne essentiellement les prestations du service enfance. Non seulement le financement des actions ne sera plus automatique mais, de plus, seront-elles plafonnées à 55 % de leur coûts contre 70 % par le passé. De surcroît, ces nouveaux modes de financement, revus à la baisse, sont conditionnés à une règle de fréquentation minimum à hauteur de 70 % des capacités d accueil des structures concernées. Dans le cadre de la loi de finances pour 2007, le coefficient de revalorisation des valeurs locatives est fixé à 1,018 comme en 2006 et La fiscalité qui s applique au financement du service public local connaît cette année, je vais insister ici, une réforme dont l impact doit être appréhendé de la manière la plus anticipée qui soit. Le principal changement dans le domaine fiscal viendra cette année de la réforme de la Taxe professionnelle. Afin de limiter la pression fiscale sur les entreprises, l Etat a décidé de limiter le montant de taxe professionnelle versé à 3,5 % de leur valeur ajoutée. Seront ainsi plafonnées les entreprises qui versent plus de 3,5 % de leur valeur ajoutée. Ce dispositif concernera donc environ entreprises qui se situent essentiellement dans les domaines de l énergie et de l industrie. Ainsi à première vue, il semblerait que les bases d imposition de la commune de Villiers sur Marne ne soit pas touchées trop durement par cette mesure. Il faudra cependant attendre courant février pour le savoir de façon certaine, période pendant laquelle les services fiscaux devraient nous transmettre la liste des entreprises plafonnées. Concrètement, le supplément de taxe professionnelle versé par les entreprises devra leur être restitué. Ce remboursement qui constituera une charge pour les administrations publiques, sera partagé entre l Etat et les collectivités territoriales. Ce partage se fera selon la règle de calcul suivante : - Il s agira tout d abord de déterminer un taux de taxe professionnelle de référence correspondant au plus bas des deux taux suivants : taux 2004 augmenté de 5,5% ou taux

4 - Il s agit ensuite de déterminer la taxe professionnelle que verserait l entreprise avec ce taux de référence et de le comparer à 3,5% de sa valeur ajoutée. Si l entreprise verse plus de 3,5% de sa valeur ajoutée, l Etat rembourse alors la différence. - Ensuite il faut regarder la décision fiscale de la commune : Soit celle-ci vote en 2007 un taux inférieur au taux de référence, ce qui ne correspondra à la majorité des cas, alors elle subira la baisse de rentrée fiscale qu elle aura pleinement décidée. Soit celle-ci vote en 2007 un taux égal au taux de référence, auquel cas ses rentrées fiscale en matière de taxe professionnelle ne bougeront pas. Elle n aura alors rien à rembourser aux entreprises plafonnées, et c est l Etat qui supportera le coût du plafonnement. Soit celle-ci vote en 2007 un taux supérieur au taux de référence, et là les choses deviennent plus compliquées si il y a des entreprises plafonnées sur le territoire de la commune. L Etat rembourse toujours la différence entre la taxe professionnelle acquittée avec le taux de référence et 3,5% de la valeur ajoutée, mais cette fois-ci, la commune versera la différence entre la taxe professionnelle acquittée avec le taux qu elle aura votée en 2007 et celle qui serait acquittée avec le taux de référence. Au final la commune n a guère d autre solution que de voter en 2007 un taux de taxe professionnelle équivalent au taux de référence, c est à dire 22,81 % soit le taux appliqué en 2005, ou encore un taux inférieur au taux de référence. (les tableaux annexés au présent DOB schématisent les explications données ci-avant) voir ANNEXE I au présent PV) La loi de finances 2006 prévoyait elle la mise en place du bouclier fiscal qui entre en vigueur au 01 janvier Le principe du bouclier fiscal est défini à l article 1 du Code général des impôts (CGI) qui dispose que «les impôts directs payés par un contribuable ne peuvent être supérieurs à 60% de ses revenus». Le CGI entend par «impôts» ; l impôt sur le revenu, l impôt de solidarité sur la fortune, les impôts sur les plus values ainsi que les taxes d habitation et foncière de la résidence principale et il entend par «revenus» ; les salaires et pensions, les bénéfices industriels et commerciaux, les loyers nets et les gains sur placements. Si le montant des impôts directs excède 60% des revenus du contribuable, et si ce dernier en fait la demande, alors l administration fiscale sera tenu de le rembourser du «trop-versé» Dans cette perspective si elle était avérée pour tel ou tel contribuable la mairie de Villiers serait amenée à rembourser l impôt «trop-perçu»... Comme nous pouvons le constater cette réforme fiscale importante, mue par une volonté d appliquer avec rigueur le principe de justice fiscale nécessitera de prendre cette année comme les années précédentes d ailleurs les «bonnes décisions» en matière de fiscalité locale. Cette dernière notion - la fiscalité locale - constituera la transition nécessaire afin de rentrer dans ce que vous me permettrez d appeler «le vif du sujet» : notre exécution budgétaire. Conformément à une tradition désormais ancienne en mairie, il m apparaît important, avant d aborder la prospective, nos projets, de présenter dans quel contexte d exécution budgétaire achevé ceux-ci vont prochainement prendre place. 4

5 ENVIRONNEMENT LOCAL DE LA COMMUNE Analyse rétrospective DEPENSES chap LIBELLE évol évol évol évol. Charges à caractère 011 gal ,46% ,17% ,35% ,99% 012 Charges de personnel ,46% ,66% ,12% ,89% 65 Charges de gestion ,05% ,26% ,40% ,19% 66 Charges financières ,36% ,35% ,39% ,10% dont intêret dette ,52% ,79% ,48% ,72% Charges 221,57 67 exceptionnelles ,51% ,59% % ,35% 68 Dotations aux amort ,51% ,63% ,65% ,98% TOTAL ,75% ,82% ,72% ,14% RECETTES chap LIBELLE évol évol évol évol. 002 Excédent reporté ,59% ,88% ,29% ,24% Atténuation de 013 charges ,13% ,89% ,86% ,45% 70 Produits des services ,64% ,04% ,23% ,83% 72 Travaux en régie - - 0,00% Impôts et taxes ,68% ,77% ,85% ,30% Dotations subv. et 74 part ,71% ,02% ,17% ,84% 75 Autres produits ,51% 704 0,72% 697-0,99% 747 7,17% 76 Produits financiers Produits 173,60 77 exceptionnels ,94% ,64% % ,91% 78 Reprises sur provisions ,00% ,00 % - 100,00 % 79 Transferts de charges ,67% ,09% ,77 % TOTAL ,03% ,03% ,99% ,56% RESULTAT BRUT En ce qui concerne les dépenses de gestion, l on constate une augmentation de la masse salariale due notamment à la municipalisation des activités du centre socioculturel, à l ouverture de l E.S.C.A.L.E. en avril Par ailleurs, et pour les mêmes raisons, l on constate une baisse du poste «charges de gestion» En effet ce poste retrace les subventions aux associations à caractère local et comprenait notamment la subvention versée au centre social (sous sa forme associative loi 1901) 5

6 L effort de gestion consenti ces dernières années perdure en Les recettes globales sont en baisse de 0,56% et les dépenses en baisse de 1,14% ce qui rétablit une évolution favorable à notre situation financière et redonne quelques marges de manœuvre. Ainsi le résultat brut dégagé par le compte administratif provisoire de l exercice 2006 permet non seulement de rembourser le capital de la dette sur fonds propres mais aussi de dégager un excédent net supérieur à euros. Cet excédent pourrait être repris dès le vote du Budget Primitif EVOLUTION DU RESULTAT DE CLOTURE estimé Résultat brut , , , , ,28 autofinancement , , , , ,00 Résultat net , , , , ,28 L évolution de l annuité de la dette reflète la volonté de gérer au mieux l emprunt contracté pour financer les investissements évol évol évol évol. ANNUITE DETTE ,59% ,60% ,74% ,82% RATIO DETTE / RRF 18,67% 16,15% 15,78% 15,87% 13,63% Section de fonctionnement L exercice 2007 sera impacté par des frais de fonctionnement supplémentaires compte tenu de la gestion d équipements nouveaux sur une année pleine (E.S.C.A.L.E, extension des écoles Jean Jaurès et Renon). Cependant, une analyse rétrospective des dépenses de fluides sur l intégralité des équipements communaux dont le volume et la surface sont allés croissants depuis 1999 mettrait aisément en avant nos efforts de maîtrise des coûts d énergie, je ne peux que m en féliciter. En 2007, les coûts de personnel feront l objet d un suivi drastique par la mise en place de nouvelles procédures de gestion. Malgré tout la masse salariale sera fortement impactée par : Le reclassement des catégories C avec effet rétroactif au 1 er novembre 2006 Une augmentation des salaires de 0,8% a compter du 1 er février 2007 La rémunération des agents pour assurer les quatre tours d élections (Présidentielles et Législatives). Pour la deuxième année consécutive, la ville s engage dans les dispositifs d insertion (emplois aidés). L annuité de la dette 2007 sera de soit une augmentation de 4.76 % par rapport à Cependant, je tiens à préciser que de récents réaménagements d emprunt opérés par la ville ont permis d atteindre ce profil de dette très acceptable pour cet exercice budgétaire qui débute, et qui 6

7 permet de placer notre ratio de dette sur les recettes réelles de fonctionnement à 13.9 %..(il s agit bien sûr d une estimation puisqu à ce jour la totalité des recettes de fonctionnement n est pas complètement connue.) Ce ratio qui a été validé par la CRC lors de notre dernier contrôle de gestion qu elle a opéré sur nos comptes - permet de mesurer la part de recettes de fonctionnement qui est affectée au remboursement de notre annuité. Comme d habitude, et je m en félicite, celui-ci est inférieur à 15 %. En ce qui concerne, justement, les recettes de fonctionnement, elles seront nécessairement impactées par le contexte national que j évoquais plus haut : le contexte international pouvant lui aussi et à tout moment engendrer les tensions sur les marchés monétaires (ou/et) de fourniture d énergie, ce qui ne manquerait pas aussi d entraîner une situation financière extrêmement fragile. Retenons cependant que les recettes de fonctionnement, leur évolution, obéira au principe que nous déclinons régulièrement désormais : si augmentation il devait y avoir sur telle ou telle prestation, elle se ferait en veillant à ne surtout pas annihiler le lien social que nous souhaitons maintenir entre tous et surtout au profit des plus démunis, des plus humbles. Au vu des estimations de nos principales bases d imposition, les bases de taxes professionnelles subissent une baisse sensible : leur notification interviendra probablement tardivement en raison de la réforme de la taxe professionnelle ; c est pourquoi l hypothèse qui reste cependant à confirmer mais qui doit être posée aujourd hui de voter le BP 2007 entre le 31 mars et le 15 avril 2007 doit être à ce point précis de notre débat, posé ici. Section d investissement L exercice 2007 sera marqué notamment par le début de l opération de restructuration de la cité des Hautes Noues, la poursuite du contrat Régional, la fin du pôle multimodal de la gare. Le lancement de l opération de restructuration de la cité des hautes noues se traduit dans le budget 2007 par la poursuite des acquisitions des propriétés situés dans la zone du projet. Ces acquisitions se poursuivront en 2008 et seront pré-financés par la ville puis revendues à l aménageur. Pour ce faire, il est envisagé un portage financier à court terme permettant la jonction entre le décaissement et l encaissement des montants. La maîtrise d œuvre pour la réalisation de la reconstruction de l école Charles Péguy sera inscrite au budget Il peut s avérer intéressant de lister quelques grands projets qui seront finalisés ou qui seront lancés à l occasion de cet exercice budgétaire. ESTIMATION Le Contrat Régional comprendra: L aménagement du cimetière La réalisation des tribunes du stade O. Lapize Enfin le pôle multimodal de la gare s achèvera avec la réalisation du parvis sud Les autres opérations principales d investissement sur les bâtiments concerneront : Les travaux confortatifs dans les écoles

8 L installation de la climatisation à l E.S.C.A.L.E La démolition et reconstruction des vestiaires de Jules Rimet Changement du chauffage étage du gymnase Géo André Extension atelier sculpture et poterie Réfection d un self Herriot primaire Les opérations de voirie comprendront : Les enfouissements de réseaux Un programme de réalisation de bandes de freinage d urgence va être lancé aux abords des écoles Le marché de voirie (voies concernées) Domaine FEREAL ,00 Parking Combault /quirin ,00 Raccordement EU-EP Plateforme Cmat 5 000,00 rue du gros chêne (entre lac et combault) ,00 trottoir Bishop (entre friedberg et allée des alpes) ,00 Rue Entrocamento (parking+bout de clôture) ,00 Aristide Briand (solution 1) : remplt stabilisé+esp. Vert ,00 Rue des Perroquets - chemin des Perroquets (tranche 2) ,00 rue de Paris ,00 rue des châtaigniers (entre chêne et chênaie) ,00 rue de bernau (chaussée bus) ,00 impasse guignegagne ,00 Beauregard entre A. Rouy et rue de l'union (tranche 1) ,00 Avenue Montrichard (avt le carrefour de Noisy) ,00 rue des chapelles (chaussée) ,00 Raccordement EP Maison de la Famille 3 000,00 Parking Dauer ,00 Parking Lenoir/Bellevues ,00 VOLET 2 8

9 Abordons enfin le dernier volet de ce DOB 2007 tel que la loi du 1 er août 2003 nous l impose : la situation rétrospective et prospective de notre ZUS dite des Hautes Noues et qui a pour périmètre le boulevard de Friedberg/Route de Bry/ Bld Bishop s Stortford. Cette ZUS a été créée par décret N du 26 décembre 1996 fixant les ZUS (JO du 29 décembre 1996) et le décret N du 26 décembre fixant la lite des zones de redynamisation urbaine des communes de France métropolitaine (JO du 28 décembre 1996) Lors du DOB 2006, j avais volontiers saisi la proposition des services de l Etat - de la Direction interministérielle à la Ville précisément en insérant alors un certain nombre d indicateurs socioéconomiques relatif à cette cité, à ses habitants. Je déplore qu à ce jour ces références et leur insertion à ce DOB 2007 ne soit que pure et inutile répétition puisque le site de la DIV, sur ce sujet précis, n a pas à ce jour été actualisé. Cependant, à la lisière de cette ZUS, a été ouvert en mai dernier l ESCALE qui se veut être non seulement un élément l élément essentiel de la redynamisation de ce quartier mais aussi cet équipement a t il vocation à favoriser l émergence, la consolidation pérenne de notions essentielles à la République : le lien social et la mixité sociale. Aussi, m a t-il semblé que la question «l Escale, 10 mois après?» revêtait-elle, ici, à mon sens toute sa pertinence :car c est prioritairement pour les administrés de cette ZUS que cet équipement a été créé. Rappelons d abord que : 2 mai 2006 : ouverture de l'escale uniquement avec le transfert du Centre social des Hautes Noues municipalisé depuis le 1 er avril 06 sans interruption des prestations et ouverture du secteur jeunesse. 1 er juin : installation de l'espace EMPLOI 27 juin : ouverture de la LUDOTHEQUE 7 septembre : installation des CLES DE L'AVENIR avec les APP et la PLATEFORME RMI, mise en place de l'ensemble des permanences associatives, de la Plate-forme de services publics et ouverture de la salle sportive, de la salle danse et du studio de musique. 15 septembre : installation de l'antenne de la MISSION LOCALE de Villiers. 18 octobre : inauguration de l'escale par Jean-Louis BORLOO. Je ne peux que me féliciter des 85 h d'ouverture hebdomadaire au profit des utilisateurs de l ESCALE, personnes en moyenne fréquentent L'ESCALE du lundi au dimanche. Il m apparaît également important de vous présenter un premier bilan des actions du centre socioculturel municipal LE CENTRE SOCIOCULTUREL Secteur enfance (6-12 ans) : Soutien scolaire (collègiens-lycéens) : 296 inscrits à l'année 35 inscrits 9

10 Secteur jeunesse (12/17 ans) : Ludothèque : Point Information Jeunesse : Alpha : Couture : Studio musique : Famille et parentalité : 86 inscrits à l'année 61 inscrits à l'année 93 enfants/semaine dans le cadre AEPS à l'année 250 enfants maternelles et primaires pendant le temps scolaire chaque semaine, toute l'année passages depuis l'ouverture 70 inscrits à l'année 24 inscrits à l'année 25 utilisateurs à l'année 250 adultes accompagnent leurs enfants, sur des actions ponctuelles dans l'année. L ESPACE EMPLOI FORMATION Je veux mettre en exergue aussi l activité importante de l espace emploi formation au sein duquel une moyenne de 280 personnes sont reçues chaque mois et où une centaine d entretiens en vue de prérecrutements sont menés mensuellement. De plus, l espace formation dispense heures de cours chaque mois. Force est de constater que l ESCALE, à travers ses différentes actions pluridisciplinaires, constitue au sein de cette ZUS une plate-forme de services publics personnalisés qui intéressent tous les administrés de Villiers sur Marne. A ce titre, le lien entre les habitants des différents quartiers est probablement avéré. De façon prospective le quartier des Hautes Noues va connaître ses prochaines transformations avec la concrétisation de notre projet ANRU. Je passerai devant le Comité national de l ANRU le 8 mars prochain afin d expliquer à l Agence nationale de renouvellement urbain la philosophie générale de ce projet qui je le rappelle s articulera de 2008 à 2015 autour d axes importants et complémentaires : une restructuration viaire importante, la démolition-reconstruction des écoles du premier degré, une politique de construction de logements favorisant l accession à la propriété. Tels sont, Mesdames, Messieurs, les perspectives pleines d espoir qui nous mobiliserons ces prochains mois. Après présentation de ce débat à la commission des finances réunie le 12 février 2007 Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré ARTICLE UNIQUE PREND ACTE du DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE exercice 2007 Départ de Monsieur PRADES Rémi 10

11 N & Objet : RESTRUCTURATION URBAINE DU QUARTIER DES HAUTES NOUES AVIS DU CONSEIL MUNICIPAL sur le dossier de mise en compatibilité du POS/sur le rapport et les conclusions du commissaire enquêteur/sur le PV d examen conjoint Pour : 22 Contre : 7 Abst : 0 Rapporteur Monsieur CRETTE Le contexte juridique L article L du Code de l Urbanisme prévoit une articulation entre la déclaration d utilité publique d un projet et le Plan d Occupation des Sols : «la déclaration d utilité publique d une opération qui n est pas compatible avec les dispositions d un plan local d urbanisme ne peut intervenir que si : a) L enquête publique concernant cette opération a porté à la fois sur l utilité publique ou l intérêt général de l opération et sur la mise en compatibilité du plan qui en est la conséquence ; b) L acte déclaratif d utilité publique est pris après que les dispositions proposées pour assurer la mise en compatibilité du plan ont fait l objet d un examen conjoint de l Etat, de la région, du département et des organismes mentionnés à l article L et après avis du conseil municipal. La déclaration d utilité publique emporte approbation des nouvelles dispositions du plan.» Le déroulement de la procédure Par délibération n du 21 septembre 2005, le conseil municipal a décidé de recourir à la procédure d expropriation pour cause d utilité publique. Le dossier soumis à enquête publique conformément au code de l expropriation portait à la fois sur l utilité publique de l opération et la mise en compatibilité du Plan d Occupation des Sols. L enquête s est déroulée du 18 septembre au 13 octobre Le commissaire-enquêteur a remis son rapport et ses conclusions au Préfet du Val-de-Marne le 20 novembre Le Préfet a transmis ces documents à M. le Maire de Villiers-sur-Marne le 21 décembre 2006, pour avis du Conseil Municipal. La mise en compatibilité du Plan d Occupation des Sols Le dossier de mise en compatibilité du POS soumis à enquête publique a fait l objet de propositions et de remarques formulées par le commissaire-enquêteur et le Conseil Général du Val-de-Marne. Le rapport et les conclusion du commissaire-enquêteur Les observations du commissaires-enquêteur concernant la mise en compatibilité du POS sont favorables. Elles lui dictent un «avis favorable sur les propositions de mise en compatibilité des documents d urbanisme de la commune, accompagné d une proposition de complément pour trois des nouveaux articles». 11

12 Il considère en effet que les rédactions proposées pour les articles UBru 4, UBru 7 et UBru 11 méritent d être complétées afin de reprendre intégralement les rédactions des articles originels de la zone UB. Ainsi, l article UBru 4, qui avait été simplifié dans le but d une meilleure clarté, est complété par : «les eaux claires (eaux provenant du drainage, des nappes souterraines, des sources, des pompes à chaleur ) ne doivent en aucun cas être déversées dans les réseaux se raccordant à une station d épuration. L évacuation des eaux ménagères et des effluents non traités est interdite dans les fossés, les réseaux d eau pluviale et les cours d eau.» Ensuite, l article UBru 7 est complété par : «En cas de retrait (marge) sauf convention résultant d un contrat de cour commune, celui-ci devra être égal - à au moins 8,00m., si la façade comprend des vues directes - à au moins 2,50m. dans le cas contraire.» Enfin, l article UBru 11 est étoffé selon la rédaction de l article UB 11. Le procès-verbal La réunion d examen conjoint s est tenue en Préfecture le 5 septembre Elle a fait l objet d un procès-verbal dont le conseil municipal doit prendre connaissance. Le procès-verbal reprend l état des présences et l intégralité des discussions qui n ont appelé à aucune modification du projet. Les remarques formulées par le Conseil Général Seul le Conseil Général a formulé des remarques écrites, relatives, d une part aux transports et déplacements, d autre part aux espaces verts. Les remarques relatives aux déplacements n appellent aucune modification du projet de POS. Il s agit de rappels concernant des aménagements déjà prévus dans le projet : intégration des circulations douces, prise en compte des transports en commun et des voiries existantes. Une attention particulière sera bien évidemment portée à ces éléments au moment de la phase opérationnelle. En revanche, les remarques relatives aux espaces verts peuvent être prises en compte dans le dossier de mise en compatibilité. En effet, elles nous invitent à affiner notre zonage afin de protéger les espaces verts prévus dans le projet : Ainsi, il est procédé aux changements suivants : - Le parc linéaire est classé en zone UNru, zone dédiée notamment aux activités sportives, de plein air, de détente ou de loisirs. - Le jardin public «friedberg» et le mail planté sont classés dans une zone uniquement destinée aux espaces verts : il s agit là d éviter toute construction dans l espace vert. Toutefois, pour la dernière remarque du Conseil Général, l opportunité de créer des emplacements réservés sur l emprise des squares de proximité n est pas démontrée. De telles servitudes sont inutiles, voire incohérentes avec la démarche entreprise. Le foncier est maîtrisé dans le cadre de l opération d aménagement : les rétrocessions foncières ne peuvent être remises en cause, chacun s étant engagé. Il ne s agit pas de s enfermer dans des procédures plus contraignantes. 12

13 Des modifications complémentaires destinées à réduire les droits à construire Il n avait pas été fixé de COS dans la zone UBru, les possibilités de construction résultant de l ensemble des autres règles. Toutefois, vu l importance des nouveaux programmes de logement, il a été décidé de réduire les droits à construire afin de limiter la densification des secteurs à urbaniser, selon le caractère de chacun. Il est notamment créé une zone UDru où les règles de constructibilité sont plus limitées. Le Conseil Municipal est désormais sollicité afin d émettre un avis sur le dossier de mise en compatibilité du POS, le rapport et les conclusions du commissaire-enquêteur ainsi que le procèsverbal de la réunion d examen conjoint. La déclaration d utilité publique pourra ensuite être prononcée par le Préfet. Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, à la MAJORITE des membres présents Vu le code de l Urbanisme, et notamment ses articles L et R ; Vu le code de l expropriation, et notamment ses articles R.11-3 II, R.11-4 à R ; Vu la délibération n du 21 septembre 2005 par laquelle le conseil municipal décidait de recourir à la procédure d expropriation pour cause d utilité publique ; Vu le courrier de Monsieur le Maire de Villiers-sur-Marne en date du 11 janvier 2006 demandant à Monsieur le Préfet du Val-de-Marne l ouverture d une enquête préalable à une Déclaration d Utilité Publique ; Vu l arrêté préfectoral n 2006/2789 du 13 juillet 2006 prescrivant l ouverture d une enquête publique portant à la fois sur l utilité publique du projet de renouvellement urbain du quartier des Hautes Noues et sur la mise en compatibilité du Plan d Occupation des Sols de la commune de Villiers-sur- Marne ; Vu le dossier soumis à enquête publique relatif à la DUP et à la mise en compatibilité du POS ; Vu l enquête publique qui s est déroulée du 18 septembre au 13 octobre 2006 ; Vu le courrier de la Préfecture du Val de Marne en date du 21 décembre 2006 nous transmettant le rapport et les conclusions du Commissaire-enquêteur ; Vu le rapport et les conclusions du Commissaire-enquêteur en date du 20 novembre 2006 ; Vu le Procès-verbal de la réunion d examen conjoint qui s est tenue le 5 septembre 2006 ; Vu le courrier du Conseil Général du Val-de-Marne en date du 10 octobre 2006 formulant ses remarques relatives au projet de mise en compatibilité du POS ; Vu le dossier de mise en compatibilité du POS modifié ; Considérant que le commissaire-enquêteur a fait une proposition dont il a été tenu compte, Considérant que le Conseil Général, en tant que personne publique associée, a formulé quelques remarques dont il a été tenu compte ; Considérant que l état d avancement du projet permet désormais d affiner les possibilité de construire, et notamment de les réduire pour limiter les nouveaux programmes de logements tels que prévus au dossier soumis à l ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) ; Considérant que le dossier de mise en compatibilité du POS, le rapport et les conclusions du commissaire-enquêteur ainsi que le procès-verbal de la réunion d examen conjoint sont soumis pour avis par le Préfet au conseil municipal ; Vu l avis rendu par la Commission de l Aménagement du territoire réunie le 12 février 2007 ; 13

14 ARTICLE 1 PREND ACTE des modifications apportées au dossier de mise en compatibilité du Plan d Occupation des Sols. ARTICLE 2 EMET un avis FAVORABLE: au dossier de mise en compatibilité du Plan d Occupation des Sols, au rapport et aux conclusions du commissaire-enquêteur au procès-verbal de la réunion d examen conjoint. Ont voté CONTRE : Madame ABRAHAM-THISSE Simonne, Messieurs OUDINET Michel (pour pouvoir de Madame SALACROUP Christine), NORGUEZ Marc, Madame SAUVAGE Josette, Monsieur GISSINGER Daniel, Madame TESSON Lyliane Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 N & Objet : AUTORISATION SPECIALE D OUVERTURE DE CREDITS N 2 Budget principal Exercice 2007 Rapporteur : Monsieur BENISTI L article L du Code des Collectivités Territoriales permet au Maire, sur autorisation du Conseil Municipal, d engager, liquider et mandater des dépenses d investissement en attendant l adoption du budget primitif, dans la limite du quart des crédits inscrits au budget de l exercice précédent non compris les crédits afférents au remboursement de la dette. L autorisation doit préciser le montant et l affectation des crédits. Afin de permettre la continuité des principales opérations d investissement, et de reprendre des opérations budgétées en 2006 mais non engagées au 31 décembre, il est nécessaire d ouvrir les crédits en permettant le paiement. Ces crédits seront inscrits à la section d investissement du budget primitif de l exercice Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, à l UNANIMITE des membres présents Vu l article L du Code des Collectivités Territoriales, Vu le montant des crédits ouverts en section d investissement au budget de l exercice 2006, Vu l avis de la commission des finances en date du 12 février 2007 ARTICLE 1 : AUTORISE l ouverture des crédits sur le budget principal permettant à Monsieur le Maire d engager, liquider et mandater à hauteur de dans l attente de l adoption du budget primitif de l exercice 2007, selon l affectation précisée dans le tableau ci-annexé. (voir ANNEXE II au présent PV) ARTICLE 2 : DIT que ces crédits seront inscrits en section d investissement du budget primitif de l exercice 2007 du budget principal. 14

15 N & Objet : ATTRIBUTION D UNE INDEMNITE DE CONSEIL aux agents du centre des impôts de Nogent sur Marne Année 2006 Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 Rapporteur : Madame GOHIN La direction des services Fiscaux a transmis à la commune de Villiers sur Marne les indemnités de conseil aux agents des services fiscaux du Val de Marne pour l année Il est demandé à l assemblée délibérante de se prononcer sur cette attribution. Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, à l UNANIMITE des membres présents Vu l article 97 de la loi du 2 mars 1982 modifiée, relative aux droits et libertés des Communes, des Départements et des régions ; Vu le décret N du 19 novembre 1982 précisant les conditions d octroi d indemnité par les collectivités territoriales aux agents des services extérieurs de l Etat ou des établissements publics d Etat ; Considérant que les agents du Centre des impôts de Nogent sur Marne bénéficient d une indemnité de conseil versée par la commune de Villiers-sur-Marne au titre des prestations pour réception au public en Mairie instituée par le Conseil Municipal par délibération du 24 Octobre 1969 ; Considérant que le montant individuel des indemnités versées ne peut excéder par an, ce montant évoluant dans les mêmes conditions que la valeur annuelle du traitement afférent à l indice 100 majoré de la fonction publique ; Considérant le montant total de ladite indemnité : ARTICLE 1 DIT que le montant total de l indemnité annuelle versée, au titre de 2006, par la commune aux agents des contributions directes, d un montant de 2 287, sera attribuée au service des impôts qui le répartira entre ses agents. ARTICLE 2 - PRECISE que la dépense sera prélevée sur les crédits ouverts au budget N & Objet : INDEMNITE REPRESENTATIVE DE LOGEMENT DES INSTITUTEURS Fixation du taux de base année 2006 Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 Rapporteur : Monsieur BENISTI Le logement des instituteurs constitue une dépense obligatoire pour les communes qui sont donc tenues de procurer un logement à chaque instituteurs dès lors qu il en fait la demande ou, à défaut, de lui verser une indemnité représentative. Face à cette obligation, une compensation financière de l Etat est prévue selon deux modalités : - la Dotation Spéciale Instituteurs (DSI) allouée directement à la commune en fonction du nombre d instituteurs logés, 15

16 - l indemnité représentative de logement (IRL) attribuée au CNFPT qui reverse, au nom de la Commune, chaque indemnité sur la base d un montant fixé par le Préfet du Département. Lorsque le montant de cette indemnité est supérieur au montant unitaire de la Dotation Spéciale Instituteurs, la commune verse directement la différence à l instituteur concerné. Conformément aux dispositions du décret N du 2 mai 1983, il appartient au préfet de fixer le montant de l indemnité représentative de logement des instituteurs, après avis du Conseil municipal et du Conseil Départemental de l Education Nationale, Seules les majorations individuelles restent à la charge de la Commune. Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, l UNANIMITE des membres présents Vu le décret N du 02 mai 1983 modifié relatif à l indemnité de logements due au instituteurs ; Vu la proposition de Monsieur le Préfet du Val de Marne en date du 22 janvier 2007 ; ARTICLE 1 DONNE un avis FAVORABLE à la proposition de Monsieur le Préfet du Val du Marne de revaloriser l indemnité mensuelle représentative de logement des instituteurs, versée par le CNFPT, à 216,50 au titre de l année 2006 ARTICLE 2 PRECISE que le complément communal correspondant aux majorations individuelles, à la charge de la commune sera prélevé sur le budget municipal. N & Objet : DEMANDE DE SUBVENTION Centre des Loisirs «Jean Jaurès» et «Jean Renon» Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 Rapporteur : Madame CHETARD Dans le cadre de sa politique générale d aménagement la Ville a pris l option de mettre en place des locaux périscolaires à chaque nouvelle construction d école. Ainsi, concernant l école Jean JAURES la construction d une classe et d une bibliothèque a été complétée par un centre de loisirs primaire et un accueil périscolaire maternel. Concernant l école Jean RENON, le quartier se rajeunissant, la population scolaire a augmentée et il a fallu reconstruire 5 classes et des locaux annexes. Aussi, la ville a de nouveau souhaité construire un centre de loisirs. Il convient de solliciter les subventions correspondantes à ces deux équipements à hauteur de 40 % soit environ et Une demande de subvention a été effectuée en juin 2004 pour Jean JAURES et en avril 2006 pour Jean RENON auprès des différents financeurs potentiels. Afin de finaliser ces demandes, il convient aujourd hui d autoriser Monsieur le Maire à solliciter auprès de ceux-ci les subventions d investissements pour ces deux équipements, 16

17 Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, l UNANIMITE des membres présents Vu la délibération n attribuant le marché de construction du centre de loisirs Jean JAURES en date du 19 janvier 2006, Vu la délibération n a.01 attribuant le marché de construction du centre de loisirs Jean RENON en date du 4 février 2006, Considérant la demande de subvention effectuée en juin 2004 pour Jean JAURES et en avril 2006 pour Jean RENON auprès des différents financeurs potentiels, ARTICLE 1 AUTORISE Monsieur le Maire à solliciter auprès des différents partenaires les subventions d investissements pour ces deux équipements, ARTICLE 2 DIT que les recettes sont prévues au budget 2007 de la commune. Pour : 22 Contre : 5 Abst : 2 N & Objet : RESIDENCE POUR PERSONNES AGEES Révision des LOYERS Rapporteur : Monsieur BUCHER Par délibération du 28 mars 2006 le conseil municipal a adopté le nouveau contrat d engagement de location de la Résidence pour Personnes Agées. Dans ce contrat (B. CHARGES ET LOCATION) il est précisé qu une réévaluation est opérée au 1 er janvier de chaque année et ce conformément au taux fixé par le dernier arrêté ministériel en application de l article L du Code de l action sociale. Ce taux maximum de réévaluation est fixé à 2,4 % pour l année 2007 Il est proposé à l assemblée délibérante de se prononcer sur une majoration de 1 % à compter du 1 er mars 2007 : Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, à la MAJORITE des membres présents Vu la délibération N b-09 en date du 28 mars 2006 ayant pour objet la réactualisation de l acte d engagement de location à la résidence des personnes âgées. Vu la délibération N b-10 en date du 28 mars 2006 portant révision des loyers de la résidence des personnes âgées. Vu le Code de l Action Sociale et des familles ; ARTICLE 1 FIXE, à compter du 1 er mars 2007, le montant des loyers de la Résidence pour Personnes Agées ainsi qu il suit : TYPE DE LOGEMENT Nouveau montant (+1%) STUDIO F ARTICLE 2 DIT que les recettes sont inscrites au budget de la Ville. Ont voté CONTRE : Madame ABRAHAM-THISSE Simonne, Monsieur NORGUEZ Marc, Madame SAUVAGE Josette, Monsieur GISSINGER Daniel, Madame TESSON Lyliane Se sont ABSTENUS : Monsieur OUDINET Michel (plus pouvoir de Madame SALACROUP Christine), 17

18 Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 N & Objet : COMITE DE LIAISON POUR LA PROMOTIION DES MIGRANTS ET DES PUBLICS EN DIFFICULTE D INSERVATION (CLP) adhésion de la commune Rapporteur Monsieur BEGAT Dans le cadre des actions menées au centre socioculturel de l ESCALE - notamment les activités d alphabétisation et les cours de français - la ville de Villiers sur Marne souhaite adhérer au Comité de Liaison pour la Promotion des migrants et des publics en difficulté d insertion (C.L.P.), Le «C.L.P» est une association (Loi 1901) qui regroupe en son sein des acteurs locaux, publics ou privés, qui interviennent dans le champ de la formation et de l insertion sociale et professionnelle en direction des publics peu qualifiés, salariés ou demandeurs d emploi, jeunes et adultes, La ville de Villiers sur Marne souhaite s engager dans une démarche de développement de la qualité des interventions dans le domaine de l apprentissage de la langue française et de formation de ses intervenants. La cotisation annuelle pour une adhésion au «C.L.P.» est forfaitaire et s élève pour l année 2007 à 152,50. Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, l UNANIMITE des membres présents ARTICLE 1 : DECIDE d adhérer au Comité de Liaison pour la Promotion des migrants et des publics en difficulté d insertion (C.L.P.), à compter du 1 er Mars ARTICLE 2 : DIT que cette adhésion est valable 1 an et devra être renouvelée chaque année. ARTICLE 3 : PRECISE que les crédits nécessaires sont inscrits au budget de la commune. N & Objet : TRAVAUX D AMENAGEMENT DU PARVIS SUD DE LA GARE Appel d offres ouvert Autorisation de signature du marché ( ) Pour : 29 Contre : 0 Abst : 0 Rapporteur : Monsieur BENISTI Dans le cadre de la poursuite des aménagements du pôle de la gare de Villiers-sur-Marne, il convient aujourd hui de réaliser les travaux d aménagement du parvis sud de la gare. C est pourquoi, un avis d appel public à la concurrence a été lancé le 11 décembre 2006 sous la forme d un appel d offres ouvert à 3 lots pour les travaux ci-après : - lot n 1 : travaux d enfouissement des réseaux et travaux d éclairage public - lot n 2 : travaux d aménagement de voirie et création d une piste cyclable bi-directionnelle - Lot n 3 : travaux d espaces verts Il est rappelé que ces travaux sont financés par l Etat et la Région Ile-de-France à hauteur de 75% du montant estimé en phase APS. 18

19 38 entreprises ont retiré un dossier de consultation des entreprises. 16 entreprises ont remis une offre, à savoir : lot n 1: entreprises SOBECA, CICO Lot n 2 : Entreprises VTMTP, COLAS IDFN, SCREG, EIFFAGE, TERAF, SNTPP (en groupement solidaire avec l entreprises SACER), CICO Lot n 3 : Entreprises FRASNIER PARCS & JARDINS, VERT LIMOUSIN, PINSON PAYSAGE, DUFAY MANDRE, LELIEVRE, SN FALLEAU (en groupement conjoint avec l entreprise d arrosage intégré A.E.S.), UNIVERSAL PAYSAGE Réunie le 19 janvier 2007, la commission d appel d offres a procédé à l agrément des candidatures et à l ouverture et l enregistrement des offres. Après analyse technique des offres enregistrées, la commission d appel d offres a, lors de sa séance du 2 février 2007 décidé d attribuer les marchés à : - lot n 1 - travaux d enfouissement des réseaux et travaux d éclairage public sur le parvis nord de la gare : Entreprise CICO SNC pour un montant hors taxes de ,00, soit ,01 TTC - lot n 2 - travaux d aménagement de voirie et création d une piste cyclable bi-directionnelle : Entreprise SNTPP (en groupement solidaire avec SACER)pour un montant hors taxes de ,70, soit ,67 TTC - lot n 3 - Travaux espaces verts: Entreprise SN FALLEAU SA (en groupement conjoint avec A.E.S.) pour un montant hors taxes de ,99, soit ,52 TTC Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Vu le Code des Marchés Publics, Vu la procédure de marché pour les travaux d aménagement du parvis sud de la gare, passée sous la forme d un appel d offres ouvert à 3 lots, traités par marchés séparés, Vu le procès-verbal de la commission d appel d offres du 19 janvier 2007, Vu le procès-verbal de la commission d appel d offres du 2 février 2007, Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, l UNANIMITE des membres présents ARTICLE 1 : Prend acte du choix effectué par la commission d appel d offres réunie le 2 février 2007 attribuant le marché n relatif au travaux d aménagement du parvis sud de la gare à Villiers-sur-Marne, comme suit : - lot n 1- Travaux d enfouissement des réseaux et travaux d éclairage public : Entreprise CICO SNC, domiciliée 104, avenue Georges Clemenceau Bry-sur-Marne cedex pour un montant hors taxes de ,00, soit ,01 TTC - lot n 2 - Travaux d aménagement de voirie et création d une piste cyclable bi-directionnelle Entreprise S.N.T.P.P, mandataire du groupement solidaire SNTPP/SACER, domiciliée 2, rue de la 19

20 Corneille BP Fontenay-sous-Bois cedex pour un montant HT de ,70, soit ,67 TTC - lot n 3 - Travaux espaces verts Entreprise S.N.FALLEAU SA, mandataire du groupement conjoint FALLEAU/AES, domiciliée 14, rue des Perdrix Mandres-les-Roses pour un montant HT de ,99, soit ,52 TTC ARTICLE 2 : AUTORISE Monsieur le Maire ou son représentant à signer toutes les pièces relatives à ces marchés. ARTICLE 3 : PRECISE que les dépenses en résultant seront prélevées sur les crédits inscrits à cet effet au budget de la Ville. N & Objet : ACQUISITION EN VEFA de deux emplacements de parking (projet immobilier résidence «Villaris» 5 rue du Général Galliéni) Pour : 22 Contre : 7 Abst : 0 Rapporteur : Monsieur BEGAT L Immobilière d Ile de France a déposé un permis de construire le 3 novembre 2005, accordé le 2 mars 2006 en vue de la construction d un ensemble immobilier comportant 66 logements collectifs sur un terrain sis 5, rue du Général Galliéni, avec en sous-sol des emplacements de parking. Par ailleurs, la commune envisage le transfert de la Police Municipale, actuellement en sous-sol de la Salle des Fêtes, dans le pavillon situé à proximité de l ensemble immobilier sis 5, rue du Gal Galliéni.(anciennement JANREGUY). La collectivité a sollicité le promoteur afin d acquérir deux places de stationnement en sous-sol de l ensemble immobilier en construction qui seront réservées aux agents de la police municipale. Cette vente sera réalisée en état futur d achèvement (VEFA). Pour ce faire, un contrat préliminaire ainsi qu un contrat définitif doivent être signés entre le réservant (immobilière d Ile de France) et le réservataire (Commune). L acquisition se fera au prix de Le CONSEIL MUNICIPAL, après en avoir délibéré, la MAJORITE des membres présents ARTICLE 1 : AUTORISE Monsieur le Maire à signer le contrat préliminaire ainsi que le contrat définitif relatif à l acquisition en V.E.F.A., auprès de l Immobilière d Ile de France, de deux places de stationnement dans le programme immobilier en construction sis 5, rue du Général Galliéni, au prix de ARTICLE 2 - : DIT que les frais notariés seront à la charge de la Collectivité. ARTICLE 3 - DIT que la dépense sera imputée sur le budget Ont voté CONTRE : Madame ABRAHAM-THISSE Simonne, Monsieur OUDINET Michel (plus pouvoir de Madame SALACROUP Christine), Monsieur NORGUEZ Marc, Madame SAUVAGE Josette, Monsieur GISSINGER Daniel, Madame TESSON Lyliane 20

COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE

COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU Samedi 04 FEVRIER 2006 Le nombre de Conseillers Municipaux en exercice est de 35 Le Conseil Municipal de la Commune de VILLIERS

Plus en détail

Absent(s) n ayant pas donné de pouvoir : Monsieur PHILIPPS jusqu à son arrivée à la délibération n 2012-10-05.

Absent(s) n ayant pas donné de pouvoir : Monsieur PHILIPPS jusqu à son arrivée à la délibération n 2012-10-05. COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 octobre 2012 Le nombre de Conseillers Municipaux en exercice est de 35 Le Conseil Municipal de la Commune de VILLIERS SUR MARNE Légalement

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE JEUDI 26 AVRIL 2007

COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE JEUDI 26 AVRIL 2007 COMMUNE DE VILLIERS SUR MARNE PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 26 AVRIL 2007 Le nombre de Conseillers Municipaux en exercice est de 35 Le Conseil Municipal de la Commune de VILLIERS

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE

DEPARTEMENT DE L ESSONNE 2010/034 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL CANTON DE EPINAY S/ SENART MAIRIE DE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 2010/034 PRESENTS : 21 VOTANTS : 24 AMMAR CEAUX BEGASSAT Mesdames OTTIN DELPIAS OBJET : Reprise anticipée du résultat 2009 Monsieur PERRIMOND L instruction comptable M14 prévoit que les résultats de l

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU JEUDI 29 MARS 2012

DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU JEUDI 29 MARS 2012 DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SÉANCE DU JEUDI 29 MARS 2012 Au cours de la séance, il est retiré de l ordre du jour le projet de délibération n 6 par l assemblée délibérante, à savoir : - FINANCES LOCALES

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion ordinaire du conseil municipal du 25 mars 2013

Compte-rendu de la réunion ordinaire du conseil municipal du 25 mars 2013 Compte-rendu de la réunion ordinaire du conseil municipal du 25 mars 2013 Membres présents : KUNTZMANN Philippe, HALTER Christian, MATHIEU Jean-Yves, MAECHEL Jean-Charles, KAES Jean-Philippe, GROSS Henri,

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02)

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02) RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PÉAULT Compte- rendu du 20 janvier 2015 Date de la convocation : 15 janvier 2015. PRÉSENTS : Mme Lisiane Moreau, M. Gérard Commarieu, Mme Roselyne Le Du, MM. Thibaud Renaudeau,

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 MARS 2010

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 MARS 2010 PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 MARS 2010 L an deux mil dix, le 23 mars à 20 h 00, Le Conseil Municipal légalement convoqué s est réuni en séance publique sous la présidence de Monsieur Gérald

Plus en détail

Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009

Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009 MAIRIE DE BOURDEILLES Dordogne 24310 BOURDEILLES Tél. 05 53 03 73 13 Fax. 05 53 54 56 27 Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009 Etaient présents : MM. CHABREYROU O, DESPORT G, Mmes BLARDAT

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

Ville de Cerny Essonne

Ville de Cerny Essonne Ville de Cerny Essonne Procès-verbal du Conseil Municipal Séance du 23 mars 2006 L an deux mille six le 23 mars à 20 h 30, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au lieu ordinaire de ses

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

COMPTE RENDU SUCCINCT DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 NOVEMBRE 2014

COMPTE RENDU SUCCINCT DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 NOVEMBRE 2014 COMPTE RENDU SUCCINCT DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 19 NOVEMBRE 2014 I- APPEL NOMINAL ET NOMINATION D UN SECRETAIRE DE SEANCE L an deux mil quatorze, le dix-neuf novembre à 19h00, le Conseil Municipal

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 Présents : M. d ANGLADE / M. RABANIER / M. DION / M. BARATTINI / Mme PEREZ- ZIJLMANS /M. OUDENOT / Mme DUVAL / Mme DORET / M. ROUSSEAU / M.

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 AVRIL 2014

PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 AVRIL 2014 PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 AVRIL 2014 Nombre de Membres : Afférents au Conseil Municipal : 15 / En exercice : 15 / Ayant pris part à la délibération ou représentés :

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012

PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012 PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012 Le treize avril deux mille douze, à dix-neuf heures, le Conseil municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie sous la présidence de Monsieur Francis ELU,

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL du 01 mars 2014

CONSEIL MUNICIPAL du 01 mars 2014 CONSEIL MUNICIPAL du 01 mars 2014 Le premier mars deux mille quatorze, à neuf heures trente, le Conseil Municipal légalement convoqué, s est réuni à la Mairie en séance publique sous la présidence de Monsieur

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006

APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006 APPROBATION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2006 Délibération n 2007.05 Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L.1612-12, L.2121-14, L.2121-31, L.2122-21, L.2343-1 et 2, Siégeant

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 NOVEMBRE 2011

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 NOVEMBRE 2011 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 NOVEMBRE 2011 NB : Il est rappelé que les Conseils municipaux sont libres de la rédaction de leurs délibérations (Conseil d Etat 3 mars 1905 Sieur Lebon). En outre,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Sous la présidence de M. Roland SALLERIN, Maire. Secrétaire de séance : Monsieur Alain BISVAL.

Sous la présidence de M. Roland SALLERIN, Maire. Secrétaire de séance : Monsieur Alain BISVAL. RÉPUBLIQUE FRANCAISE DÉPARTEMENT DE LA MOSELLE COMMUNE de SAINT-HUBERT PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 12 AVRIL 2013 L an deux mil treize, le douze avril à vingt heures, les membres du Conseil Municipal

Plus en détail

MAIRIE DE MONTMAIN. Séance du Conseil Municipal du 30/08/2013

MAIRIE DE MONTMAIN. Séance du Conseil Municipal du 30/08/2013 MAIRIE DE MONTMAIN Séance du Conseil Municipal du 30/08/2013 L an deux mil treize, le 30 août à 19 heures, le conseil municipal, légalement convoqué s est réuni, salle de la Mairie, sous la présidence

Plus en détail

ordre du jour ci-après :

ordre du jour ci-après : COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 MARS 2013 Séance ordinaire du 28 mars 2013 à 18 heures Sous la Présidence de Monsieur SCHWEIZER Christian, Maire Présents : MM. SCHWEIZER, LEONARD, HENRY, STIBLING,

Plus en détail

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013)

Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) STATUTS Fondation MAAF Assurances Fondation d entreprise (mis à jour du conseil d administration du 13 novembre 2013) Les FONDATEURS soussignés : MAAF Assurances Société d'assurance mutuelle à cotisations

Plus en détail

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE BAGNEUX (Hauts-de-Seine) ------- Exécution de l'article 56 de la Loi du 05 avril 1884 AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal légalement convoqué le : VENDREDI 4 DECEMBRE 2015

Plus en détail

Sous la présidence de Monsieur Fabrice HERDÉ, Maire

Sous la présidence de Monsieur Fabrice HERDÉ, Maire Séance ordinaire du 20 NOVEMBRE 2014 Sous la présidence de Monsieur, Présents : M., Indemnité de Conseil au Trésorier de la Commune ----------------------------------------------------------------- VU

Plus en détail

Etaient présents : Ont donné pouvoir : Etait excusée :

Etaient présents : Ont donné pouvoir : Etait excusée : Etaient présents : Mme BELLOCQ Chantal BERGES Isabelle CANDAU Valérie CLAVIER Hélène LAHOURATATE Nicole MOURTEROT Josiane MM AUSSANT Claude CARRIORBE Arnaud CASAUBON Jean-Paul 6 ESQUER Philippe - HARCAUT

Plus en détail

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY N 2014-11-01 Patrimoine communal mise à disposition gratuite de la parcelle ZB n 32 à Lille Métropole Communauté Urbaine dans le cadre de sa compétence «valorisation du patrimoine naturel et paysager espace

Plus en détail

SEANCE DU 22 JANVIER 2014

SEANCE DU 22 JANVIER 2014 SEANCE DU 22 JANVIER 2014 L an deux mille quatorze, le vingt-deux janvier, à vingt heures trente, le Conseil Municipal de la Commune de NOHANENT dûment convoqué, s est réuni en session ordinaire, à la

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l'action Foncière 2013 DU 15 Acquisition des parties communes générales dans l'ensemble immobilier en copropriété avec la Ville de Paris au 28-28 bis, rue du

Plus en détail

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR :

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR : PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 20 SEPTEMBRE 2007 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 14 septembre 2007, conformément

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 31 JANVIER 2011

APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 31 JANVIER 2011 L an deux mille onze, le quatorze du mois de mars à dix-neuf heures, le Conseil Municipal, dûment convoqué par le Maire, s est réuni dans le lieu ordinaire des séances, sous la présidence de Monsieur Michel

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Réunion du Conseil Municipal du 17 mars 2014

Réunion du Conseil Municipal du 17 mars 2014 Réunion du Conseil Municipal du 17 mars 2014 Compte rendu de séance Le dix sept mars deux mil quatorze, salle de la Mairie à 20 heures 30, s'est réuni le Conseil Municipal de la Commune sous la présidence

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

SEANCE DU 10 avril 2015

SEANCE DU 10 avril 2015 SEANCE DU 10 avril 2015 Le Conseil Municipal de Berneuil en Bray dûment convoqué le 03 avril 2015 s est réuni en séance ordinaire le vendredi 10 avril 2015 à vingt heures trente sous la Présidence de Monsieur

Plus en détail

N 3/2015 Demande de modification du PLU : projet de construction rue Emile BASLY

N 3/2015 Demande de modification du PLU : projet de construction rue Emile BASLY EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------------------------ LE VINGT QUATRE MARS 2015 ------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE BEAUREVOIR

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE BEAUREVOIR COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE BEAUREVOIR Séance du lundi 20 avril 2015 *********** L an deux mille quinze, le vingt avril à dix-neuf heures, le Conseil Municipal de Beaurevoir, dûment

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction des assemblées, et des affaires générales et juridiques Service Travaux des assemblées/courrier NM/SV ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er JUILLET 2015 20h30 salle des séances 12 rue Louis

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE VILLE DE BRUNOY CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 mars 2011 20 H 30 Salle des Fêtes C O M P T E R E N D U LE CONSEIL, 11.22/DH DEMANDE DE SUBVENTION AU

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

PROCES-VERBAL REUNION CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 18 MAI

PROCES-VERBAL REUNION CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 18 MAI PROCES-VERBAL REUNION CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 18 MAI 2015 (Convocation du 12 mai 2015) Ordre du jour : - Compte-rendu de décisions - Attribution du lot n 5 Lotissement communal Le Tronquet - Centre

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010 Présents : Monsieur MICHOUX Eric, Maire, Mesdames BENEDET Ghislaine, BONNOT Anne-Marie, JOBERT Bernadette, SCHNEIDER Annie, Messieurs

Plus en détail

2008/8914 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008

2008/8914 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 2008/8914 Direction de l'enfance PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 Commission Education - Petite Enfance du 31 janvier 2008 Objet : Attribution d'une subvention de fonctionnement

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Considérant la régularité des opérations,

Considérant la régularité des opérations, SEANCE DU 14 FEVRIER 2011 L an DEUX MIL ONZE, le QUATORZE FEVRIER à 20 h, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni en séance publique à la Mairie sous la présidence de M. René REGNAULT, Maire,

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT-JULIEN-MONTDENIS COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 13 MARS 2012

COMMUNE DE SAINT-JULIEN-MONTDENIS COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 13 MARS 2012 Membres présents : TOURNABIEN Marc, maire, LESIEUR Evelyne, RAVIER Marc, BOCHET Marcel, THIAFFEY Jean-François, CHOMAZ Josiane adjoints, BOIS Yves, BUFFAZ Bernadette, CHARVIN Denis, COLLOMBET Corinne,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014 40/2014 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014 Présents Mesdames DUREN, et TOUJAS, Messieurs BIROU, CHAMBORD, ESCOFET, GRACY, HAGET, LADEBESE, MERCEUR, PEREIRA

Plus en détail

PROCES VERBAL DE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 10 Avril 2015

PROCES VERBAL DE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 10 Avril 2015 République Française Département du GARD Commune de MIALET Date de convocation : 31.03.2015 Membres : En exercice : 15 Présents : 13 Votants : 14 (13 pour les votes des comptes administratifs) PROCES VERBAL

Plus en détail

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL La séance ouverte à 19h00 est présidée par Madame Véronique SAUBLET SAINT MARS Conseil Municipal Séance du 15

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN 2008

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN 2008 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DU BAS-RHIN C O M M U N E DE D A C H S T E I N 21, rue Principale - 67 120 DACHSTEIN Tél. 03 88 47 90 60 Fax 03 88 47 90 61 E-mail : mairie@dachstein.fr SEANCE DU CONSEIL

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE 7/02 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE-ET-MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 7 Finances DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL N 7/02 OBJET : Convention

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 PRESENTS : M. X. MADELAINE, Maire ; L.AUGUSTE, L.PARDOEN, E.DELAUNAY, R.FOLTETE, B.LEDRU, P.GOUPIL, C.LECHARPENTIER, B.NUYTEN, N.DUPUIS,

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-106

DELIBERATION N 2014-106 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 4 NOVEMBRE 2014 L an deux mille quatorze, le quatre novembre à vingt heures trente, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni en séance publique

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 MAI 2015

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 MAI 2015 Commune de CLERMONT HAUTE-SAVOIE COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 MAI 2015 Présents : C. VERMELLE, M.LIARD, R. ARIIS, D.THEVENET, G.CLAVIOZ, E. BONNOT, S. VIRET, C. ORNSTEIN, P.MONOD

Plus en détail

COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014

COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014 COMPTE-RENDU du CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 14 Avril 2014 Etaient présents : PUISSAT L. GAUTHIER M. GOUTTENOIRE M. - TASSAN C. TEINTURIER A. BARAGATTI D. CARRIERE RIGARD-CERISON S. FOURCADE P. THOMAS M.

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 13 décembre 2011 à 9h00, présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 8 DECEMBRE 2011 NOMBRE

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL du 5 aout 2014 à 20 H 30

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL du 5 aout 2014 à 20 H 30 PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL du 5 aout 2014 à 20 H 30 Le conseil municipal est réuni sous la présidence de : BONNEAUD Didier, Maire A été convoqué le : 31/07/2014 PRESENTS: ALIBERT N. AVISSE F. COMBIN

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 L an deux mille six, le jeudi 23 novembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 17 novembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015

PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015 République Française Département du Gard Commune de CORBES PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015 L an deux mille quinze le quatorze avril, le conseil municipal dument convoqué s est

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

MAIRIE DE LE VERNET EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

MAIRIE DE LE VERNET EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL MAIRIE DE LE VERNET EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Nombre de Conseillers : en exercice 11 L'an deux mil onze présents 08 le : 11 Juin à 18 h 30 votants 08 le Conseil Municipal

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 NOVEMBRE 2014

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 NOVEMBRE 2014 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 NOVEMBRE 2014 L ordre du jour de la séance du Conseil Municipal du 3 novembre 2014 a été transmis aux conseillers municipaux le 27 octobre 2014, publié

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 L an deux mille cinq, le jeudi 15 décembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 9 décembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014 L'an deux mil quatorze, le vingt-neuf juillet à 20 heures 30 minutes, Le conseil municipal de la Commune de Dolmayrac, dûment convoqué, s'est réuni

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008

2008/8930 PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 2008/8930 Direction de l'enfance PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 FEVRIER 2008 Commission Education - Petite Enfance du 31 janvier 2008 Objet : Attribution d'une subvention d'investissement

Plus en détail

Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE

Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE Département : Indre-et-Loire Arrondissement : CHINON Liberté Egalité - Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE Lignières de Touraine CONSEIL MUNICIPAL DU 19 AVRIL 2013 Par suite d'une convocation en date du 15

Plus en détail

SEANCE DU 26 MARS 2009

SEANCE DU 26 MARS 2009 SEANCE DU 26 MARS 2009 Le vingt six mars deux mil neuf, à dix huit heures trente minutes, les Membres du Conseil Municipal, légalement convoqués se sont réunis en séance publique à la Mairie sous la présidence

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 L an deux mille treize, le cinq décembre à vingt heures, le Conseil municipal de la commune de Saint Pierre Quiberon (Morbihan) dûment convoqué, s

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 26 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 26 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 26 novembre 2012 L an deux mil douze, le vingt-six novembre à vingt heures trente minutes, le Conseil Municipal de la commune de Vasselin, légalement

Plus en détail