L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine"

Transcription

1 L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2013 Réalisés par Avec le soutien financier de

2 Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT entreprises artisanales supplémentaires dans les Hauts-de-Seine! En un an, le Répertoire des Métiers, géré par la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine a enregistré une hausse de entreprises supplémentaires. A l origine de cette augmentation se trouve une formidable poussée de nouvelles entreprises : immatriculations en 2012 avec 42 % des créateurs qui ont choisi le statut de Société à Responsabilité Limitée! Dans le contexte morose actuel, ce constat positif est un véritable encouragement pour nos métiers car il démontre une fois de plus que l artisanat alto-séquanais est un secteur porteur et dynamique. C est aussi un encouragement pour la CMA92 qui a développé avec le Conseil général des Hauts-de-Seine une véritable politique de soutien et d accompagnement des créateurs d entreprises. Le concours du Conseil général permet à la CMA92 de mener des actions concrètes favorisant la dynamique d entrepreunariat : aide à la commercialisation et communication, accompagnement à la transmission, soutien à étude d implantation, conseils en nouvelles technologies, actions liées au développement durable, recherche de solutions immobilières et financement à l export Je tiens à exprimer ma plus profonde reconnaissance au nom des chefs d entreprise artisanale et des salariés que nous représentons. Une entreprise accompagnée multiplie par deux ses chances de réussite. C est une bonne raison pour continuer d agir en faveur d un secteur qui entreprend et contribue à la qualité de vie de chacun d entre nous. Daniel Goupillat Président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine

3 Deux critères définissent l entreprise artisanale : La nature de son activité : l entreprise doit exercer l activité professionnelle de production, de réparation, de transformation ou de prestation de services. La dimension : elle doit employer moins de 10 salariés au moment de sa création. Le droit de suite lui permet, toutefois, de garder son rattachement au secteur des métiers au-delà du seuil de 10 salariés. La nomenclature d activités française de l Artisanat répertorie et classifie 250 activités artisanales qui peuvent être exercées aussi bien sous statut individuel (EIRL) qu en société (SARL, EURL, SA). L Artisanat dans les Hauts-de-Seine représente entreprises réparties sur 4 secteurs : Alimentation : 8% boulangers, pâtissiers, poissonniers, vente à emporter de plats cuisinés, etc. Fabrication : 11% fabricants de meubles, bijoutiers, fabricants de produits textiles, imprimeries et arts graphiques, prothésistes dentaires, etc. Bâtiment : 40% maçons, plombiers, électriciens, serruriers, etc. Services : 41% taxis, coiffeurs, fleuristes, réparateurs d automobiles et de cycles, réparateurs de matériel électroménager et informatique, cordonniers, blanchisseurs, teinturiers, nettoyeurs de locaux, etc.

4 Le département des Hauts-de-Seine compte entreprises artisanales Répartition des entreprises par secteur d activités 41% 8% 11% L ARTISANAT, une présence forte dans les Hauts-de-Seine! (Source RM 92 au 31/12/2012) 40% Alimentation Fabrication Bâtiment Services L artisanat emploie salariés et forme apprenti(e)s Répartition des salariés par secteur d activités Rueil-Malmaison 728 La Garenne- Colombes 357 Nanterre 1091 Suresnes 468 Bois-Colombes 306 Colombes 1024 Puteaux 472 Courbevoie 759 Neuilly-sur-Seine 568 Gennevilliers 496 Levallois 737 Clichy 788 Villeneuve-la-Garenne 231 Asnières-sur-Seine 1144 (Source URSSAF - ACOSS 31/12/2012) Les chefs d entreprise artisanale : ont la qualification d artisan et 105 le titre de maître-artisan. ont en moyenne 46 ans (Source RM 92 au 31/12/2012) 40% 16% 35% 10% Alimentation Fabrication Bâtiment Services Vaucresson 80 Garches 152 Marnes-la- Coquette 7 Ville d Avray 75 Chaville 170 Saint-Cloud 193 Sèvres 181 Meudon 397 Boulogne- Billancourt 1226 Clamart 743 Issy-les- Moulineaux 527 Plessis- Robinson 209 Châtenay-Malabry 259 Vanves 242 Sceaux 127 Malakoff 370 Châtillon 337 Bagneux 425 Fontenay-aux Roses 151 Antony 522 Montrouge 514 Bourg-la-Reine 182 Pyramide des âges des chefs d entreprise Nombre d entreprises artisanales RM92 au 31/12/ ans de 60 à 69 ans de 50 à 59 ans de 40 à 49 ans 2% de 30 à 39 ans <30 ans 8% 11% 23% 25% 31% > 730 de 500 à 730 de 310 à 500 de 190 à 310 < 190 (Source RM 92 au 31/12/2012)

5 Statistiques Statistiques 2012 CMA92 Un solde positif de entreprises DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES Le rythme de croissance de la population d entreprises ne flêchit pas. Tous les secteurs ont enregistré un solde positif. Avec 8% d augmentation en un an, le bâtiment arrive en tête du classement. Evolution du nombre d entreprises artisanales Nombre d entreprises Nombre d entreprises hors auto-entrepreneurs Variation annuelle ,7% 1,2% ,3% 1,5% ,3% 0,9% ,0% 7,3% ,5% Le nombre d entreprises toujours en augmentation malgré un contexte difficile. En constante augmentation depuis 2004, le nombre d entreprises artisanales a connu une forte accélération de sa croissance à partir de En 2012, le tissu artisanal alto-séquanais continue de progresser avec entreprises supplémentaires en un an. Cette évolution est légèrement moins prononcée que durant l année Le contexte économique défavorable n a pas constitué un frein à cette augmentation de la population d entreprises. Cette hausse n est pas exclusivement le fait du régime des autoentrepreneurs. En effet, hors auto-entrepreneurs, le nombre d entreprises est en hausse de 1,4%, la plus forte depuis Tous les secteurs, sauf le secteur de la fabrication où le nombre d entreprises (hors auto-entreprises) a diminué, ont enregistré une progression positive. Source RM 92 au 31/12 de chaque année STATISTIQUES > > Malgré un léger ralentissement par rapport à l année dernière, le nombre d entreprises poursuit sa forte progression comme lors des 2 dernières années. Hors auto-entrepreneurs la hausse a été de 1,4%, la plus forte depuis < Evolution du nombre d entreprises par secteur d activités Secteurs ALIMENTATION FABRICATION BATIMENT SERVICES ENSEMBLE Source RM 92 au 31/12 Evolution du nombre d entreprises Une composition qui évolue année après année. Cette évolution n est pas seulement quantitative, la composition même du tissu artisanal est en train d évoluer suite à des facteurs divers et variés : changement des modes de consommation, évolutions réglementaires, plus grande attractivité de certains métiers, évolution des filières de production, etc. Une analyse contrastée des évolutions observées ces dernières années permet de se rendre compte que la population d entreprises change. Dans le secteur alimentaire, la «vente à emporter des plats cuisinés» progresse de façon exponentielle. Partie d une petite base de 109 entreprises en 2009 leur nombre a plus que doublé en 4 ans. Si les produits les plus classiques, tel que la «pizza», ont atteint leur point de saturation, d autres concepts émergent pour proposer une offre toujours plus variée. Voir cartographie p l 3

6 DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES Evolution des secteurs les mieux représentés dans le département en 2012 Secteur à la hausse Source : RM 92 au 31/ Vente à emporter de plats cuisinés % Activité photographique % Habillement et fourrures % Soins de beauté % Construction de maisons individuelles % Serrurerie-aluminerie % Réparation de matériel informatique % Travaux de peinture % Atelier de retouches % Menuiserie % Travaux de couverture % Revêtement des sols % Electricité % Installation d'eau et de gaz % Nettoyage de locaux % Fabrication de matériel médico-chirurgical % Taxi % Cordonnerie % Travaux de maçonnerie générale % Finition de meubles % Construction de bâtiments à usage collectif % Secteurs stables Blanchisserie-teinturerie % Boulangerie-pâtisserie % Coiffure % Réparation automobile et motocycle % Boucherie-charcuterie % Plomberie % Fleuriste % Imprimerie % La nouvelle offre correspond à une demande en provenance de salariés de plus en plus contraints par le raccourcissement de la pause déjeuner. Dans l ensemble, le secteur de l alimentation en hausse de 4%, la boulangerie-pâtisserie (+2%) et la «vente à emporter de plats cuisinés» (+20%) sont les principaux responsables de cette évolution. Dans la fabrication, ce sont les métiers de petite production (objets uniques et petites séries) qui progressent le plus rapidement, les métiers traditionnellement les plus employeurs, mécanique industrielle et imprimerie étant confrontés à de fortes restructurations de leurs filières respectives. A ce titre, le secteur de l habillement (+17%) et la finition de meubles (3%), principalement les tapisseurs, font partie des activités ayant montré une évolution favorable. Le Bâtiment et les Services, les moteurs de l Artisanat. Le bâtiment est le moteur de l Artisanat depuis Sa part dans l Artisanat alto-séquanais n a pas cessé d augmenter depuis cette date. En 2012, c est encore le bâtiment qui a connu la plus forte croissance en nombre d entreprises : 8% de plus par rapport à La tendance dans le secteur est à l atomisation des structures qui allient leur savoir-faire et leurs spécialités selon les chantiers. Les entreprises sont d une taille plus réduite qu il y a quelques années : en 2005 les établissements du bâtiment employaient 1,9 salarié par structure contre 1,7 en En outre, le secteur, notamment la rénovation, est confronté à un environnement fiscal changeant : hausse de la TVA réduite et réduction de certains avantages fiscaux en matière d économie d énergies. Les services figurent juste après le bâtiment dans les secteurs à plus forte évolution. L ensemble des catégories a connu des évolutions favorables. Si le secteur de la réparation automobile connaît une période plutôt compliquée, les activités de réparation d articles domestiques (atelier de retouches, réparation d ordinateurs, etc.) ont pris le relais pour tirer cette catégorie vers le haut. Les activités photographiques (+18%), les soins de beauté (+15%) et le nettoyage de locaux (+7%), qui avaient déjà montré une forte vitalité les années précédentes, viennent compléter le tableau des activités les plus dynamiques dans le secteur des services.

7 Statistiques 2012 CMA92 DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES immatriculations par an dans le département Depuis 2010, le nombre d immatriculations a considérablement augmenté. Près de entreprises s immatriculent chaque année au Répertoire des Métiers des Hauts-de-Seine. 42% des immatriculations se font sous forme de SARL et 39% sous le régime des autoentrepreneurs. Nombre d immatriculations selon statut juridique Immatriculation % SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ LIMITÉE % SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE 180 6% AUTRES 5 0% PERSONNE MORALE % ENTREPRISE INDIVIDUELLE % RÉGIME AUTO-ENTREPRENEURS % PERSONNE PHYSIQUE % TOTAL Source : RM 92 au 01/01/13 Plus de SARL que d auto-entrepreneurs. Contrairement aux idées reçues, le régime autoentrepreneurs arrive en deuxième place après le statut de SARL (Société à Responsabilité Limitée). En effet, entreprises ont adopté le statut de société à responsabilité limité contre autoentrepreneurs. Les immatriculations des personnes physiques (hors auto-entrepreneurs) ont drastiquement diminué. En 2012, elles ne représentent que 12% des immatriculations. Cette diminution est en grande partie due à l arrivée du régime des auto-entrepreneurs. Les porteurs de projet qui auraient choisi de s immatriculer en entreprise individuelle ont, par prudence, opté pour ce régime qui leur donne une certaine souplesse pour tester leur activité pendant les premières années, quitte à envisager un changement de régime fiscal si l activité connait un bon développement. > Mouvements du Répertoire des Métiers du Immatriculation Radiation Source RM 92 au 31/12 de chaque année > Le nombre d immatriculations a très légèrement diminué (-1%) en 2012 après 2 années de montée fulgurante. Le niveau reste néanmoins très élevé avec près de immatriculations par an. < Taux d immatriculation Les immatriculations maintiennent le cap entreprises se sont immatriculées en 2012 au Répertoire des Métiers des Hauts-de-Seine, soit 22 de moins que l année précédente. Les différents secteurs d activité ont connu un sort inégal dans cette année L alimentation et les services ont vu respectivement une hausse du nombre d immatriculations de 11% et de 8%. Le bâtiment et la fabrication, qui en 2011 avaient été les secteurs privilégiés par les porteurs de projet, ont été confrontés à une diminution importante des immatriculations. Dans le bâtiment le nombre d immatriculations a diminué de 7%. Les catégories les plus affectées par cette baisse ont été les «travaux d électricité» (-19%), «les travaux de finition» (-13%), ainsi que la «couverture, plomberie, chauffage» (-13%). Dans le secteur de la fabrication, le Répertoire des Métiers du 92 a enregistré une baisse de 10%, même si en nombre absolu cela représente seulement 26 entreprises. Voir cartographie p l 5

8 EMPLOI ARTISANAL L emploi se maintient Après 2 années de hausse consécutive, le nombre de salariés a connu une stabilisation entre 2011 et Le bâtiment et l alimentation ont enregistré des résultats positifs. Evolution du nombre de salariés ,4% Variation annuelle Nombre de salariés 1,7% 1,4% Source URSSAF-ACOSS au 31/12 de chaque année ,9% > Le nombre d emploi a très légèrement diminué après 2 années de hausse consécutive. Cette légère diminution n est pas comparable avec la baisse de 2,5% enregistrée en 2009, au plus fort de la crise pour les activités artisanales < 1,6% ,4% -2,5% Des effectifs sensiblement identiques L emploi artisanal se maintient en Les effectifs sont sensiblement identiques par rapport à l année dernière, soit emplois. Une très légère diminution de 0,4% est néanmoins à signaler. Si l emploi n a pas connu la même progression que les deux années précédentes c est principalement parce que le secteur des services, principal secteur employeur, a connu une baisse de 1,3%. La catégorie «réparation» a perdu 4,2% de ses emplois en un an, les «transports» 6,5% et la «blanchisseries-soins à la personne» 0,5%. L autre «grand perdant» a été le secteur de la fabrication, et plus particulièrement les catégories «imprimerie, arts graphiques» (-12%), le «bois et l ameublement» (-7,6%) et la «fabrication d articles divers» (-4,8%). Les deux autres grands secteurs, l alimentation et le bâtiment, ont enregistré des résultats positifs même si la hausse des emplois est moins marquée que pour l année Le secteur alimentaire a très légèrement progressé : 0,6% contre 1,9% en Le bâtiment a également ralenti sa marche : de +3% en 2011, la hausse est passée à +1,6% en Certaines catégories du bâtiment ont même enregistré une baisse de leurs effectifs. En effet la catégorie «installations électriques» a perdu 3,6% de ses emplois (40 emplois au total) et «la menuiserieserrurerie» 2,4%. > Evolution du nombre de salariés par secteur Secteurs ALIMENTATION FABRICATION BATIMENT SERVICES ENSEMBLE Source : URSSAF-ACOSS au 31/12 de chaque année Evolution du nombre de salariés Voir Voir cartographie p. p Diminution du nombre d entreprises qui recrutent Malgré la hausse de la population d entreprises, le nombre d entreprises ayant recruté au moins un salarié en 2012 est en recul de 0,8%. C est principalement la fabrication qui a ressenti une chute nette des ses établissements employeurs. En effet, en 2012 les statistiques montrent une diminution de l ordre de 5,6% des établissements employeurs dans ce secteur. Les catégories «imprimerie et arts graphiques» (-8,8%) et le «bois et l ameublement» (-9,8%), suivi par les «réparations» (-3,7%) sont les principaux concernés par cette baisse des établissements employeurs. La part des établissements employeurs est en recul : en deux ans leur part est passée de 49% en 2010 à 44% en L arrivée des auto-entrepreneurs, qui en raison du seuil maximal du chiffre d affaires autorisé par ce régime, peuvent difficilement se permettre de recruter un salarié est en grande partie l explication de la diminution de la part des entreprises qui recrutent.

9 Baromètre 2012 CMA92 Baromètre Une enquête annuelle pour mieux connaître l Artisanat > Les artisans donnent leur avis : Depuis 2008, la CMA92 réalise chaque année une enquête d opinion auprès des chefs d entreprise artisanale. A travers cette enquête les chefs d entreprise nous livrent leur opinion sur leur secteur d activité et sur la situation de leur entreprise à un instant T. CONJONCTURE ECONOMIQUE BAROMETRE PERSPECTIVES POUR 2013 Selon vous, en 2012, la situation économique de votre secteur d activité était? Très bonne Bonne Plutôt bonne Plutôt mauvaise Mauvaise Très mauvaise 2% 2% 6% 9% 17% 14% 13% 24% 21% Au regard de la situation économique de votre secteur d activité, êtes-vous pour l année en cours optimiste ou pessimiste : 49% 34% 45% 24% 27% 27% 26% 28% % d optimistes % 40% 33% > Des dirigeants très partagés Les chefs d entreprise sont très partagés au moment de l évaluation de la situation économique de leur secteur d activités pour l année écoulée. 50% des dirigeants estiment que la conjoncture économique était «très bonne», «bonne» ou «plutôt bonne». Les dirigeants semblent légèrement moins satisfaits que pour l année 2011 où 54% avaient fait un constat plutôt positif de l année. Les résultats varient considérablement en fonction du secteur d activités. Les dirigeants du secteur alimentaire voient l année 2012 de façon plus positive, 66% étant plutôt satisfaits de l année écoulée. Dans le bâtiment et les services, ce pourcentage est respectivement de 49% et 50%. La ffabrication est le secteur qui connait le plus de difficultés économiques : seulement 36% des dirigeants trouvent qu en 2012, la conjoncture était propice. Les années précédentes % Opinion positive* 2012 > 50% 2011 > 54% 2010 > 54% 2009 > 48% 2008 > 65% * Somme de «très bonne», «bonne» et «plutôt bonne» Le pessimisme gagne du terrain Les chefs d entreprise sont très pessimistes par rapport à la situation économique de leur secteur d activités. Si en 2012, les optimistes représentaient 40% des opinions manifestées, en 2013, ils sont seulement 33% à garder cet état d esprit. C est dans le secteur du bâtiment que l on retrouve les dirigeants les plus optimistes, 40% étant de cet avis. Dans les autres secteurs, les résultats sont assez uniformes, un tiers étant optimiste. 6 l 7

10 CHIFFRE D AFFAIRES Evolution du chiffre d affaires Solde* % 38% 26% 36% 33% 31% 25% 26% 49% 21% 36% 43% 25% 30% 45% 21% 31% 48% Améliorée Maintenue Dégradée Un chiffre d affaires en baisse La situation économique de l Artisanat semble s être dégradée de nouveau en Davantage d entreprises déclarent que leur chiffre d affaires est en diminution. Le solde d opinions (% en hausse-% en baisse) est passé de -20 à 27. Le premier trimestre 2013 n a guère permis de redresser le chiffre d affaires. Seulement 11% ont constaté une amélioration contre 55% une dégradation. Néanmoins, 50% des dirigeants trouvent que le chiffre d affaires réalisé était supérieur ou plutôt proche des prévisions. Tous les secteurs d activités ne sont pas égaux face à cette diminution du chiffre d affaires. Le secteur alimentaire résiste beaucoup mieux que les autres secteurs d activités et s affirme une fois de plus comme un secteur solide et stable face aux aléas d une conjoncture économique difficile. Dans ce secteur d activités, un quart des chefs d entreprise estime que leur chiffre d affaires est en augmentation. mais des chefs d entreprise relativement satisfaits de leur chiffre d affaires Au premier trimestre 2013, votre chiffre d affaires est : 11% 55% 34% En augmentation Stable En diminution > Si l indicateur «évolution du chiffre d affaires» est dans le rouge, il convient de relativiser cette situation avec un deuxième indicateur qui est celui du «degré de satisfaction du dirigeant». 28% des chefs d entreprise déclarent que leur chiffre d affaires est satisfaisant, 20% plutôt satisfaisant et 2% très satisfaisant. Au total, 52% des entreprises ont un bon niveau de chiffre d affaires, malgré la diminution enregistrée ces dernières années. Ces résultats mettent en valeur la capacité de résistance des entreprises artisanales face à la crise économique. Les années précédentes Solde d opinion* 2013 > > > > -16 *solde = % en augmentation - % en diminution EMPLOI Pensez-vous que pour l année en cours votre effectif de salariés va : 76% 75% 17% 2% 5% 4% 12% 9% 2012 (prévisions) 2013 (prévisions) Augmenter Rester stable Diminuer Ne sait pas Légère amélioration des prévisions pour 2013 Après avoir subi une petite diminution (-0,4%) en 2012, les prévisions laissent penser une légère amélioration, ou du moins, le maintien de la situation actuelle pour Le solde d opinion connaît une hausse par rapport à Celui-ci progresse de -15 à -8 (différence entre les entreprises qui ont augmenté leur effectif et celles qui l ont diminué).

11 Baromètre 2012 CMA92 INVESTISSEMENTS TRESORERIE 48% Avez-vous investi? Quel type d investissement avez-vous réalisé en 2012? 17% Solde* 9% Mise aux normes de vos équipements 43% 50% 48% Renouvellement des machines, outillages, véhicules 23% Evolution de la trésorerie : 38% 33% Accroissement du nombre de machines, outillages, véhicules 23% Achat de matériel informatique/ bureautique 14% % Acquisition ou agencement de locaux % 13% 11% 11% 15% 14% 47% 55% 36% 32% 36% 39% 41% 50% 18% 45% 40% % Améliorée Maintenue Dégradée % d entreprises ayant investi Pensez-vous investir en 2013? 74% 12% > 14% Oui Non Ne sait pas 21% > 34% 40% 27% Les années précédentes % entreprises qui peuvent investir 2013 > 14% 2012 > 19% 2011 > 15% 2010 > 13% 14% Stratégie commerciale publicité, site internet, etc. 46% *solde = % en augmentation - % en diminution La part des entreprises investisseuses en baisse La part des entreprises qui ont investi en 2012 a sensiblement diminué. En 2012, 27% des entreprises ont investi, contre 34% en Cependant, le niveau est plus important qu en 2010, année pendant laquelle les entreprises ont joué la carte de la prudence après les fortes difficultés éprouvées en Les prévisions pour l année en cours indiquent également une réticence de la part des dirigeants à investir et à mettre en péril les finances de l entreprise ; la retenue semble le maître mot. Le secteur alimentaire est celui qui investi le plus. 40% des entreprises ont investi en A l opposé, le secteur des services est celui qui a le moins investi avec 24%. mais des investissements plus conséquents Même si les investissements sont moins fréquents, ceux-ci semblent plus conséquents. L accroissement du parc de machines, outils et véhicules est devenu plus fréquent : 38% des entreprises ayant investi ont financé ce poste d investissement contre seulement 23% l année précédente. Est-ce un signe qui indique qu en temps de crise, les entreprises les plus solides saisissent de nouvelles opportunités pour gagner des parts de marché? Le renforcement des moyens de production pourrait s expliquer par ce phénomène. Le reste des postes a conservé une stabilité relative, sauf, les «mises aux normes des équipements» qui ont diminué de 8 points et «l achat de matériel informatique et bureautique» qui diminue quant à lui de 10 points. La trésorerie : une carence constante Indépendamment de la situation économique, les entreprises sont confrontées à une dégradation chronique de leur niveau de trésorerie. La situation économique actuelle et la baisse d activité que ce dernier a engendré, n ont fait qu aggraver l état financier des entreprises. Le solde d opinions a de nouveau chuté en 2012, après avoir connu une amélioration en 2011, sans toutefois atteindre un niveau aussi bas qu en En 2012, le solde d opinions est de -32. Il était de -25 en 2011 et de -39 en Le premier trimestre 2013 n a pas permis de redresser cette situation. En effet, le bilan est moins bon que pour les résultats de l enquête précédente qui montraient un solde d opinions de -51 contre -32 début Une fois de plus, c est le secteur alimentaire qui s en sort le mieux. La dégradation de la trésorerie est moins importante que pour les autres activités. La fabrication, en revanche, décroche par rapport à l ensemble des secteurs. 8 l 9

12 TRESORERIE Origine des problèmes de trésorerie : 69% 68% Une diminution du niveau d activité de l entreprise 22% Des factures impayées 13% 20% 21% 43% Des niveaux de prix Un accroissement de vos produits/services du prix des trop faibles matières premières 34% 28% Un accroissement des délais de paiement clients % 17% 7% Une diminution des délais de paiement fournisseurs 60% des entreprises ont rencontré des problèmes de trésorerie Les entreprises ayant rencontré des problèmes de trésorerie sont plus nombreuses que les années précédentes y compris pour l année 2009 où leur part était montée jusqu à 54%. Plus que les années précédentes, la diminution de l activité semble la raison prédominante, la fréquence de tous les autres facteurs ayant diminué. Pour 68% des entreprises ayant connu des difficultés de trésorerie, la diminution de l activité était parmi les facteurs déclencheurs. L enchérissement des matières premières arrive en deuxième place, même si sa fréquence a diminué de 9 points. COMMUNICATION Les outils de communication des entreprises artisanales Carte de visite Annuaires divers Site internet Vitrine commerciale Communication par mail Presse et médias Prospectus Communication par téléphone Salons, événements Communication par courrier SMS, MMS Réseaux sociaux 9% 8% 7% 7% 13% 12% 12% 11% 17% 42% 58% 66% L internet et la téléphonie mobile séduisent les artisans Les entreprises artisanales allouent approximativement 4% de leur chiffre d affaires à la communication. Rares sont celles qui vont au-delà de ce pourcentage. Le budget est plus important lorsque la vente se réalise auprès d une clientèle de professionnels. Cette typologie de clientèle est souvent approchée dans les salons professionnels qui ont lieu en France ou à l étranger. Cela implique un budget plus important pour faire face aux dépenses de déplacements, aux frais d inscriptions des salons professionnels, documentations commerciales,... Se trouvent dans cette situation, beaucoup d entreprises du secteur de la fabrication : textile, bijoux, céramique, meubles, etc. Parmi les outils de communication le plus souvent utilisés par les entreprises artisanales se trouvent les cartes de visites et les annuaires divers (pages jaunes ou autres). Mais à côté de ces outils plus classiques, nous constatons l utilisation par les chefs d entreprise artisanale d outils qui relèvent de la communication internet et de la téléphonie. 42% des chefs d entreprises interrogés communiquent via leur site internet, 17% font des campagnes ing et enfin 7% utilisent la messagerie de téléphonie mobile (MMS et SMS) pour communiquer sur leur entreprise. Ces chiffres témoignent de l intérêt des dirigeants d entreprise artisanale pour les nouvelles technologies.

13 CARTOGRAPHIE Evolution du nombre d entreprises artisanales Taux d immatriculation Neuilly-sur-Seine 14% Asnières-sur-Seine 25% Vaucresson 13% Garches -6% Vaucresson 25% Garches 8% Vanves 15% Le Plessis-Robinson 17% Le Plessis-Robinson 26% Clamart 14% Evolution (Source RM 92 au 31/12) > 8% de 6 à 8% de 4 à 6% de 0 à 4% < 0% Nombre d immatriculations en 2012/entreprise existante fin 2011 (Source RM 92) > 23% de 16 à 19% de 19 à 23% < 16% Evolution du nombre de salariés dans l Artisanat Courbevoie 7% Neuilly-sur-Seine 14% Densité artisanale Asnières-sur-Seine 142 Saint-Cloud 68 Le Plessis-Robinson 9% Evolution (Source URSSAF/ACOSS au 31/12) > 5% de 1 à 5% de -1 à 1% de -5 à -1% < -5% Bagneux -9% Sceaux -14% Antony -9% Clamart 146 Nombre d établissements pour habitants (Source RM 92/INSEE) > 125 de 109 à 125 de 95 à 109 de 82 à 95 < 82 Fontenany-aux-Roses 67 Sceaux l 11

14 Les entreprises et l emploi salarié dans l Artisanat par commune Entreprises Emploi Commune Nbre Nbre Antony 522 6% 877-9% Asnières-sur-Seine % % Bagneux % 678-9% Bois-Colombes % 433-8% Boulogne-Billancourt % % Bourg-la-Reine 182 6% 305-1% Chatenay-Malabry 259 5% 284-5% Chatillon 337 7% 643-3% Chaville % 295 2% Clamart 743 2% % Clichy 788 8% % Colombes % % Courbevoie 759 6% % Fontenay-aux-Roses 151 9% 204-1% Garches 152-6% 194-8% Gennevilliers 496 4% % Issy-les-Moulineaux 527 6% 966-1% La Garenne-Colombes 357 8% 765-7% Le Plessis-Robinson % 323 9% Levallois 737 6% % Malakoff % 579 4% Marnes-la-Coquette 7-30% 2-88% Meudon 397 7% 554 7% Montrouge 514 6% 920 1% Nanterre % % Neuilly-sur-Seine % % Puteaux 472 6% 638 1% Rueil-Malmaison 728 7% % Saint-Cloud 193 8% 230 1% Sceaux 127 7% % Sèvres % 326-4% Suresnes 468 6% 965 4% Vanves 242 0% 476 2% Vaucresson 80 13% 124 5% Ville-d Avray 75 9% 106 3% Villeneuve-la-G % 256 2% Hauts-de-Seine % % Source RM 92 ET URSSAF-ACOSS au 31/12/2012

15 La CMA92 réalise une analyse personnalisée de la zone de chalandise de l établissement artisanal. Cette analyse est très appréciée des porteurs de projets mais également des communes qui, à travers cette étude bénéficient d une photographie précise et complète du potentiel de consommation d une zone d attractivité délimitée avec précision. Ces éléments sont particulièrement utiles dans le cadre de l installation d une activité artisanale de proximité. L étude proposée par la CMA92 comprend : la composition et le profil des ménages de la zone de chalandise, les dépenses commercialisables des ménages et l évolution de l offre artisanale. En complément de l analyse de potentialité, la CMA92 avec le soutien du Conseil Général des Hauts-de-Seine accompagne les chefs d entreprise artisanale dans leurs actions de création et développement. Accompagnement à la création d entreprise Dispositif de soutien aux Métiers de Bouche Technologie de l information et de la communication (TIC) Conseil en développement commercial et stratégie de communication VOTRE CONTACT : Xavier Iriondo Chargé des statistiques Tél. :

16 A Nanterre A Sceaux Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine 17 bis, rue des Venêts Nanterre Tél. : Antenne de la CMA92 Résidence Clémenceau 5, square Robinson Sceaux Tél. : Partenaire de l Artisanat 06/ Communication CMA92 - Création :

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2012 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT Présent dans les secteurs de l Alimentation, du Bâtiment,

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 354 - Avril 2011 Emploi L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris Au 1

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9 LEVallois au microscope vivre à levallois Les Levalloisiens s expriment N 9 Au quotidien, la Municipalité, élus et agents communaux, sont à l écoute des Levalloisiens, de leurs problèmes et de leurs aspirations.

Plus en détail

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Accueil des enfants handicapés de moins de 6 ans e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Ce document a été élaboré par la Commission départementale de l accueil des jeunes enfants en novembre 2006.

Plus en détail

Planification urbaine et Grand Paris

Planification urbaine et Grand Paris Planification urbaine et Grand Paris François Bertrand DRIEA/UT92-29 novembre 2012 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement Ile-de-France

Plus en détail

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour :

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour : Demande de titre de séjour Pour un séjour supérieur à trois mois, tous les chercheurs étrangers doivent demander un titre de séjour, sauf les ressortissants des 15 anciens de l Union Européenne, ceux des

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA Etaient présents : Monsieur Marie-Auguste GOUZEL, Président de l UDCCAS des

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Madame, Monsieur, SFR a publié en juin 2010 son offre d accès aux lignes de communications

Plus en détail

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE BOULOGNE- SUR-GESSE Canton de AURIGNAC MONTREJEAU SAINT-MARTORY SAINT-GAUDENS SALIES-DU- SALAT BARBAZAN Canton d'aspet de SAINT-BEAT COMMINGES 2010 Etude portant sur l Artisanat en zones d activités LUCHON

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ N 19#0 PERSONNE PHYSIQUE ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi?

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi? ÊTRE ARTISAN Pourquoi pas Moi? l rtisanat, c est quoi? Des Métiers créatifs qui permettent de s exprimer et d évoluer Des Métiers ouverts qui concernent les secteurs les plus divers Des Métiers porteurs

Plus en détail

REPRÉSENTER L ARTISANAT DÉFENDRE SES INTÉRÊTS. Ensemble, pour vous, avec vous! LA CMA92, TOUJOURS PLUS PROCHE!

REPRÉSENTER L ARTISANAT DÉFENDRE SES INTÉRÊTS. Ensemble, pour vous, avec vous! LA CMA92, TOUJOURS PLUS PROCHE! La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Ensemble, pour vous, avec vous! Agir au quotidien pour représenter et défendre les intérêts de notre secteur, un engagement fort qui se traduit

Plus en détail

P0 C M B N 50782#05 NOTICE DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE C OMMERCE MÉTIERS BATELLERIE PERSONNE PHYSIQUE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère obligatoire.

Plus en détail

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Heures Noires IDF Croissant Ouest T1 215 1 Avril 215 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri Défense 11 Définitions

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR

COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR Secrétariat général de l Assemblée départementale COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR N DES Administration Générale 13.251 CP Information sur les marchés et avenants attribués

Plus en détail

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012 Philippe PAYET MEFPIE Introduction... 3 L Entreprise et son dirigeant... 4 L entreprise et son marché... 6 L entreprise et son personnel... 9 Projets de recrutement... 11 En

Plus en détail

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées L artisanat en Midi- Atlas Edition 2015 L Observatoire de l Artisanat de Midi- www.artisanat-mp.fr Sources : Observatoire de l artisanat Midi-, répertoire des métiers au 31/12/2014 URSSAF Midi- «Mieux

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS

POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS Le guide du logement décent de la Caf et de l Adil des Hauts-de-Seine POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS DANS LES HAUTS-DE-SEINE SOMMAIRE page 4 page 6 Éditorial Avant-propos Évaluation de la décence page 8

Plus en détail

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce de proximité Carole Delaporte et Christine Tarquis

Plus en détail

BREVET DE MAITRISE. Inscrivez-vous sans tarder à la formation du : COMPÉTENCE - DÉPASSEMENT - EXCELLENCE

BREVET DE MAITRISE. Inscrivez-vous sans tarder à la formation du : COMPÉTENCE - DÉPASSEMENT - EXCELLENCE La lettre d information de l Artisanat N 127 - Septembre 2012 Edito Changement de direction mais pas de directions... 2012 marque le départ d Alain Ordas, Secrétaire général après de longues années au

Plus en détail

FONDS DES HYPOTHEQUES

FONDS DES HYPOTHEQUES FONDS DES HYPOTHEQUES REPERTOIRE METHODIQUE DE LA 3EME CONSERVATION DES HYPOTHEQUES DE LA SEINE An VII 1900 Inventaire établi par Marc Echasseriau sous la direction de Patrick Chamouard et Frédéric Douat

Plus en détail

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Mai 2012 Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais Juin 2012 1 Méthodologie La Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais a mis en place

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme de Courbevoie. Rapport de présentation (2.a - Première partie) 90

Plan Local d Urbanisme de Courbevoie. Rapport de présentation (2.a - Première partie) 90 Exposé du diagnostic Rapport de présentation (2.a - Première partie) 90 Rapport de présentation (2.a - Première partie) 110 1 - POPULATION ET HABITAT - POPULATION ACTIVE, EMPLOI ET TISSU ECONOMIQUE PREAMBULE

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Qui peut devenir auto- entrepreneur?...4

Qui peut devenir auto- entrepreneur?...4 S o m m a i r e Qui peut devenir auto- entrepreneur?...4 Qu apporte le régime de l auto-entrepreneur?...6 Pour le créateur d entreprise Pour l entrepreneur déjà en activité Quels sont les autres avantages

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 1 1 er janvier 2012 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 1 du 1 er janvier 2012 SOMMAIRE Arrêté Date CABINET

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Erwan Cornen 080609 Les Pavillons-sous-bois 1 Le SIPPEREC en quelques dates 1924 :

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

F.A.Q www.laboiteaservices.com

F.A.Q www.laboiteaservices.com F.A.Q www.laboiteaservices.com Innovation : Une nouvelle façon d acheter un service 1. Généralités... 1 2. Le statut auto-entrepreneur... 4 3. Salarié C.E.S.U... 6 4. Je suis sans emploi... 6 5. Je suis

Plus en détail

La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine

La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Hauts-de-Seine Daniel Goupillat, Président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine. www.cma92.fr La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine La formation, un incontournable!

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum.

Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum. Cerfa 13824-03 Mise à jour : 4 juin 2015 ERP entrés dans la démarche Ad ap avec le Cerfa 13824*03 Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum. Nom de l établissement

Plus en détail

Edito. Vous recherchez un(e) apprenti(e)? www.cma92.fr/apprentissage. disponibles et motivés, Lignes directes : 01 47 29 43 60 / 43 61 / 43 74

Edito. Vous recherchez un(e) apprenti(e)? www.cma92.fr/apprentissage. disponibles et motivés, Lignes directes : 01 47 29 43 60 / 43 61 / 43 74 La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Edito N 121 - Juillet 2011 L artisanat a créé 2 600 emplois dans les Hauts-de-Seine! Le baromètre et les statistiques réalisés par la Chambre de

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE IMPORTANT! Date limite de versement : Jeudi 28 février 2013

TAXE D APPRENTISSAGE IMPORTANT! Date limite de versement : Jeudi 28 février 2013 La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine N 129 - Janvier 2013 Edito En 2013 aussi... Vous avez toutes raisons de faire confiance à l Artisanat «première entreprise de France» et à ceux

Plus en détail

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises dxhnfjkmdqsjkfgvw Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises Paris, le 05 mai 2010 Pour la 3ème année consécutive, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites

Plus en détail

Vous voulez devenir apprenti(e)?

Vous voulez devenir apprenti(e)? Vous voulez devenir apprenti(e)? Plan 1. Comment fonctionne l apprentissage 2. Les CFA à Montpellier et environs 3. Les métiers porteurs 4. Les effectifs d apprentis 5. Et si vous ne trouvez pas d employeur?

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L Artisanat profite des nouvelles mesures pour l emploi pour interpeller les artisans

L Artisanat profite des nouvelles mesures pour l emploi pour interpeller les artisans L Artisanat profite des nouvelles mesures pour l emploi pour interpeller les artisans Sommaire Une campagne d information des artisans sur les nouveaux dispositifs d embauche... 1 Les nouvelles mesures

Plus en détail

Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun.

Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun. Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun. MCE Express 9, rue Frédéric Bastiat 75008 Paris Tel: 01 56 69 26 26 Fax: 01

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers Pour obtenir une information ou connaître l adresse

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie Depuis novembre 2011,

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES Direction : Personnes âgées et handicapées, santé DEPARTEMENT DES

Plus en détail

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE

ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE ACTUALISATION DU PANORAMA DE L OFFRE DE REPARATION EN FRANCE Synthèse Septembre 2010 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par ERNST & YOUNG (Contrat n 0902C0072) Coordination technique : Claire Boujard

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ AUTO-ENTREPRENEUR PERSONNE PHYSIQUE M G U I D B E F K T ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE reçue le 1 bis 6 VOUS NE BÉNÉFICIEZ DE CE RÉGIME

Plus en détail

bilan de la concertation avant enquête publique

bilan de la concertation avant enquête publique bilan de la concertation avant enquête publique DÉCEMbre 2014 sommaire Synthèse 04 Une concertation au plus près du terrain 07 préambule 09 Le projet en bref 10 Caractéristiques du projet et territoires

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr Zoom sur Partenaire des entreprises et du territoire libournais Actualisé le : 15/01/2015 Info juridique : L auto-entrepreneur n existe plus! Depuis la loi Artisanat, commerce et petite entreprise (dite

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L ARTISANAT. Vous êtes artisan et vous recherchez un local d activité adapté à votre métier?

L ARTISANAT. Vous êtes artisan et vous recherchez un local d activité adapté à votre métier? L ARTISANAT Vous êtes artisan et vous recherchez un local d activité adapté à votre métier? CBRE, le numéro un mondial en conseil immobilier d entreprise vous propose une sélection de locaux d activités

Plus en détail

CRÉER UNE ENTREPRISE

CRÉER UNE ENTREPRISE CRÉER UNE ENTREPRISE QUELLES SONT LES ACTIVITES QUI RELEVENT DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT? Les professions dans lesquelles sont exercées les activités suivantes font l objet d une inscription

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail