Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON"

Transcription

1 UNE INTRODUCTION AU MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION Jérôme CAPIROSSI Août 2002 A l ère des Technologies de l Information, les Directions Informatiques prennent plus que souvent le nom de Directions des Systèmes d Information et de Communication. Ce libellé, tout en témoignant d une volonté d affirmation de soi, dessine d emblée un périmètre et une vision de leur mission. Afin de mieux saisir le rôle tenu par les DSIC au sein de l entreprise, il est intéressant de revenir sur les notions de système d information, d information, de système informatique et de management des systèmes d information. I. LE SYSTEME D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Trouver une définition simple de l entreprise relève du défi tant la Théorie de la Firme est riche sur ce sujet. La définition classique qui présente la firme comme un agent économique à comportement rationnel mettant en œuvre une fonction de production qui combine des facteurs dans le but de maximiser son profit ne reflète pas assez la réalité opérationnelle pour introduire une discussion autour des systèmes d information. Les définitions de R COASE, de H DEMSETZ, et de O. WILLIAMSON, sont plus intéressantes car elles sont basées sur le rôle de la firme dans le cadre de transactions économiques ou sur la firme comme nœud contractuel entre différents acteurs. Elles font apparaître l importance du rôle de l information dans le fonctionnement de l entreprise. Par exemple, le système de prix est une information essentielle que la Firme se doit de comprendre, d utiliser, et également de produire. De même, les contrats concernant les transactions d achat et de vente ou ceux concernant les facteurs de production doivent être formalisés et mis en œuvre. Mais la Firme n est pas une entité abstraite, c est une organisation, une «coordination dirigée» (R.H. COASE). Si l on se réfère au paradigme systémique pour catégoriser les fonctions de la Firme et éviter ainsi de rentrer dans le dédale analytique des cas particuliers, on se rend compte immédiatement de l importance de la coordination entre les différents groupes de fonctions, et par conséquent du rôle de l information. Figure 1 système finalisé (niveau 9) JL LE MOIGNE Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 1/7

2 D ailleurs, on remarque que la notion de système d information apparaît naturellement comme étant un lien indispensable entre un «système opérant» et un «système de décision». On retrouve la même idée chez H.A SIMON dans la pyramide de la décision. Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON La vocation du système d information est "d'assurer le couplage entre le système d'opération et le système de pilotage : il instrumente la production des informations génériques (ou primaires) par lesquelles l'entreprise se représente ses activités physiques, sa fonction est de produire et de mémoriser les informations, représentation de l'activité du système physique puis de les mettre à disposition du système de pilotage" (JL LEMOIGNE). II. DE QUELLE NATURE EST L INFORMATION QUI CIRCULE ET ALIMENTE LE SYSTEME D INFORMATION DE L ENTREPRISE? L information est un concept moderne que la philosophie, davantage intéressée par la conscience et la connaissance, a peu exploré de telle sorte que les sciences de la communication, les sciences cognitives, la statistique et les sciences économiques ont occupé l espace resté libre et bâti des concepts opératoires adaptés à leurs domaines respectifs. Pour les économistes, l'information est une vision plus ou moins fine des différents états que peut prendre la nature dans le futur. Plus l information est fine, plus elle permet, dès aujourd hui, de prendre des décisions adaptées aux situations futures. Pour les statisticiens, l information dérive des séries de données qui, lorsqu elles montrent une proximité régulière de la moyenne (variance), sont réputées contenir davantage d information. Pour les cogniticiens, l information surgit du simple fait de la communication entre deux êtres. Basée sur des signes physiques, l information est un objet qui transforme une connaissance représentée (la sémantique), qui constitue le modèle mental du receveur. Pour les hommes de communication, l'information provient d'une organisation des signaux échangés entre un émetteur et un récepteur (negentropie) à travers un canal de communication. Cette théorie développée par C. SHANNON a permis en outre de mettre en valeur le rôle du canal qui, affectant la forme physique du message, a un impact sur sa signification et son interprétation. Figure 3 Schéma du canal de communication Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 2/7

3 Malgré tout, l information reste un concept complexe à saisir. Le philosophe A LAGACHE déclare qu «il n y a pas d information sans représentation», mettant en lumière le caractère subjectif du phénomène. Pour G BATESON, l information est le moteur de l évolution, elle «est une différence qui engendre une différence». JL LEMOIGNE voit l information surgir du processus entre «signifiant» et «signifié» qui interagissent récursivement l un sur l autre. Cela est en accord avec l expérience que l on en fait. En effet, l information peut prendre la forme d un signal, d un stimulus, d un signe, d une donnée, ou d un message. Elle peut être brute ou dérivée. Lorsqu'elle est dérivée, elle peut être le résultat de dérivations successives après des opérations d enrichissement, de stockage, de croisements, de contrôles, de restitutions. L information peut adopter différents modes : sons, images ou texte. Elle peut être fiable, complète, incomplète, ou redondante. Elle peut être informelle ou structurée et avoir des durées de vie variées. Cela est également en accord avec l expérience qu en font les entreprises. En effet, on constate que chaque secteur d activité, voire chaque entreprise possède ses représentations propres. Par exemple, bien que les entreprises aient peu ou prou les même clients, elles en ont toutes une vision différente selon qu elles vendent des voitures, des voyages, ou des services à domiciles. La même chose se produit entre deux entreprises d un même secteur d activité. Par exemple, une entreprise qui vend des voitures de très haut de gamme n a pas les même représentations de ses clients qu une autre qui vend des voitures utilitaires. A l intérieur d une même entreprise, on note également différentes représentations d une même information. Par exemple, le service de production et la comptabilité n ont parfois pas la même conception du chiffre d affaire. Ainsi, l information n est pas un concept clos. Sa complexité la rend saisissable uniquement au travers de représentations, telle les ombres de la grotte de Platon éclairée par le monde des idées. Bien que les théories actuelles soient puissantes, le champ du futur reste ouvert à l imagination des chercheurs pour découvrir de nouvelles représentations opératoires qui auront probablement un impact significatif sur les technologies de traitement de l information. III. SYSTEME D INFORMATION ET SYSTEME INFORMATIQUE Depuis les années 60, suivant l usage américain, les informaticiens utilisent le vocable «système d information» pour désigner les systèmes automatisés de traitements de l information. Le périmètre de ces systèmes ne porte que sur un sous-ensemble des informations de l entreprise, caractérisé comme : «l'ensemble des informations formalisables circulant dans l'entreprise et caractérisées par des liens de dépendance, ainsi que des procédures et des moyens nécessaires pour les définir, les rechercher, les formaliser, les conserver, les distribuer». (M VOLLE). Les moyens de traitements sont appelés système d informatique, et comprennent les systèmes informatiques et les systèmes de communication. Cela va du téléphone, en passant par la vidéo, et, bien-sur, comprenant les systèmes à base d ordinateurs. Chaque système est composé d une partie Hardware, l électronique, et d une partie Software, les programmes et les données qui sont constituées des représentations des informations. Les fonctions du système d information sont : Le codage et le décodage des informations. Il s appuie pour cela sur un référentiel qui contient les règles syntaxiques pour bâtir les représentations de l information. Le stockage et la restitution des représentations. Il s agit des méthodes d accès, des procédures de persistance et de maintenance des représentations. Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 3/7

4 Figure 4. Fonctions générales du SI Initialement, on ne parlait pas de système d information, mais d applications. Chaque application, dédiée à une fonction de l entreprise, assiste les utilisateurs dans l exécution des tâches relevant de cette fonction. Il en résulte que chaque utilisateur doit connaître l ensemble des applications relatives aux fonctions que recouvre sa mission. Aujourd hui les concepts d urbanisme et les technologies permettant de distribuer les traitements sur un réseau de postes de travail, font émerger une vision unifiée du système d information de l entreprise. En reprenant le modèle des couches, on peut décrire les composants du système d information de la manière suivante (M VOLLE) : Les postes de travail L urbanisme et les modèles Les systèmes de communication Les applications Les plates-formes Les référentiels Le système d information se construit autour des processus de l entreprise. De la notion de travail assisté par ordinateur, centrée sur les besoins de l utilisateur, on passe à la vision de l organisation assistée par ordinateur, alignée sur la stratégie de l entreprise. Outre les avancées proprement techniques, susceptibles d améliorer leurs performances, l évolution des systèmes d information va suivre les voies suivantes : L'automatisation des traitements et des contrôles de l'information. Les systèmes d informations cherchent à traiter plus efficacement les informations non structurées ainsi que les modalités audio et vidéo. Avec la capacité de traitement de nouvelles formes d informations, vont apparaître de nouveaux modèles qui vont produire de nouveaux concepts d urbanisme. Enfin, les nouvelles informations permettront d améliorer les interfaces hommes/machine, et de coupler davantage les systèmes et les organisations. La déduction et l'analyse Les avancées de la statistiques et de théorie de la décision vont produire des méthodes qui permettront de déduire davantage d informations de meilleure qualité, à partir des données brutes. La capacité des systèmes informatiques va permettre d accroître le nombre des données traitées. De nouvelles méthodes d organisation des données et de nouveaux algorithmes d analyse vont apparaître et accroître l efficacité du Datamining IV QU'EST-CE QUE LE MANAGEMENT DU SYSTEME D'INFORMATION? L art du management est le talent d organiser et de conduire les ressources internes et externes de la Firme afin de réaliser les objectifs qu elle s est fixés. Initialement, la théorie classique définissait ces résultats comme la réalisation du profit maximum. Bien qu être profitable soit une condition très favorable, la théorie actuelle considère Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 4/7

5 que l objectif ultime du management doit être la survie de l entreprise. «Tout ce qui concerne de près ou de loin les performances de l entreprise fait partie du domaine du management» (P DRUCKER). Le management des systèmes d information doit se donner comme objectif de fournir à chaque instant une fonction système d information permettant à la Firme de mener sa stratégie. C est le concept d alignement stratégique. Facile à formuler, ce concept rencontre énormément de résistance lors de sa mise en œuvre, et pas uniquement s agissant des systèmes d information. En effet, les divisions des entreprises ont plutôt tendance à bâtir des stratégies visant à accroître leur effectif ou leur budget. Qui doit manager le système d information? Peu d entreprises ont suivi l analyse de SOLOW en ne misant pas sur les systèmes d information pour garantir leur compétitivité. L informatique a pénétré toutes les fonctions de l entreprise et s est identifiée à son système nerveux central. Le système d information de la Firme est basé sur l informatique. Une fonction aussi vitale doit être gérée au niveau de décision le plus haut, la direction générale. Le rôle des Directions des Systèmes d Information et de Communication est le management délégué d une partie du système d information, notamment pour ce qui touche aux systèmes techniques plutôt qu aux procédures et aux informations. Le problème central à résoudre. Les entreprises ont réalisé d énormes investissements pour bâtir leurs systèmes d information. La réflexion de SOLOW appelle une interrogation sur le niveau des gains de productivité obtenus. Celle-ci fait écho à la désillusion qui a suivi le chant des sirènes promettant que les réseaux favoriseraient l émergence d une nouvelle forme d intelligence, appliquant à l entreprise la vis ion de TEILHARD DE CHARDIN sur la biosphère et la noosphère. Après la phase d investissement, les entreprises doivent montrer qu elle savent tirer le meilleur parti de ces nouvelles technologies. L enjeu central concerne le savoir-faire à utiliser l informatique de la manière la plus efficiente. Les nouvelles technologies ont abaissé le coût des communications et ont permis le développement de l entreprise en réseau, ainsi que l émergence des réseaux d entreprises. Comment valoriser ces nouveaux types d organisation? Ce défi doit être relevé par l ensemble de la Firme et concerne l ensemble du système d information. Comment? D abord en réussissant la gestion des travailleurs du savoir que sont les informaticiens. Les résultats du travail du savoir se mesurent mal par des quantités. L opportunité d avoir la bonne compétence au bon moment pour débloquer une situation, ou pour faciliter la mise en place d un nouveau système informatique est difficilement mesurable, mais diablement utile. C est l objet du management par objectifs (P DRUCKER). D autre part, le savoir étant périssable, une partie de plus en plus importante de ces travailleurs du savoir interviennent comme soustraitants, ils ne font donc pas partie du personnel de l entreprise. Les DSIC doivent adapter leur management des ressources à cet état de fait. Il est nécessaire que l entreprise ne reste pas au stade de la simple évaluation des coûts informatiques, mais sache évaluer la valeur que lui apporte son système d information. Aujourd hui, les entreprises butent sur l évaluation précise de l emploi de l informatique. Aucun des systèmes actuels n est satisfaisants, soit par trop imprécis (les coûts standards), soit par trop limités (le TCO). Cet état de fait a favorisé l outsourcing qui consiste à échanger les coûts de contractualisation contre la visibilité sur les coûts opérationnels. Les DSIC doivent franchir l obstacle, et se centrer sur l évaluation de la valeur du système d information. Le fond du management c est d acquérir et de garder le client (P DRUCKER). Les clients des DSIC sont les utilisateurs internes, les clients et les fournisseurs, ce que l on appelle les partenaires dans le cadre de la vision étendue de l entreprise. La DSIC doit connaître ses clients, leurs métiers et leurs enjeux. C est cette connaissance qui mène à la conception et à la fourniture d un service efficace et efficient. Pourtant, sous la pression budgétaire, Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 5/7

6 les DSIC se cantonnent souvent à un rôle essentiellement de gestionnaire technique, et restreignent leur mission au rôle de management du système informatique. Les DSIC doivent savoir gérer l accès aux différents Marchés, les Marchés du travail, les Marchés des fournisseurs de services et de solutions. Le savoir étant une denrée hautement périssable, la gestion du savoir ne peut se faire qu avec des partenaires, en réseau. Les partenaires apportent des informations et des savoirs au sujet des différents Marchés et améliorent l efficacité des DSIC à se fournir. Apprendre à créer et à gérer un réseau de partenaires donne davantage d opportunités d avoir accès aux meilleures compétences, au meilleur coût et au meilleur moment. La DSIC doit maîtriser le processus de projet et la gestion des portefeuilles de projet. C est traditionnellement un point fort des DSIC sur lequel elles doivent s appuyer pour prendre le leadership. En effet, la principale caractéristique des stratégies d entreprise étant la gestion du changement en continu, celle-ci affecte directement les DSIC par le biais de l alignement stratégique. Le moteur du changement, c est le processus de projet. En excellent dans ce domaine, les DSIC se place au cœur des stratégies des entreprises et deviennent des acteurs incontournables. Quelle organisation? La direction générale doit présider un comité de pilotage des systèmes d information constitué de représentants de chaque direction afin de prendre les décision importantes. Chaque direction doit être engagée dans la gestion des sous-ensembles du système d information qui la concerne. Elle doit être impliquée bien évidemment pour les projets d acquisition et de renouvellement, mais également pour la maintenance et le suivi des performances. Est-ce que le niveau d engagement des directions doit aller jusqu au pilotage des projets? Cela rejoint le débat au sujet de la fonction de Maîtrise d Ouvrage. La Maîtrise d Ouvrage est une réponse organisationnelle à la question du management des systèmes d information. Elle implique une formalisation importante de la relation contractuelle avec les Maîtrises d œuvre. Cette organisation a prouvé son efficacité lors de grands projets de développement d applications centralisées, pour lesquelles les études informatiques travaillaient à proximité des services de production. Aujourd hui la production informatique concerne moins des plates-formes centralisées, mais un système complexe composé de réseaux et de plates-formes distribuées. D autre part, l amélioration des méthodes de gestion de la production informatique aboutissent à une banalisation de cette activité qui a vocation à devenir un fournisseur de service utilitaire, voire à être pour partie «outsourcé». Ceci force les études informatiques à contractualiser avec les services de Production. Dans cette organisation, les projets subissent un double effort de contractualisation, avec la Maîtrise d Ouvrage d une part et avec la production informatique d autre part. Les Maîtrises d Ouvrage doivent évoluer vers une optimisation de l effort de contractualisation, et se rapprocher des études informatiques. En conclusion Le management des système d information doit être au cœur du management des entreprises sous la responsabilité de la Direction Générale. La DSIC en tant qu organe de management déléguée doit en assurer le leadership en fournissant aux directions l assistance nécessaire à exercer leur pouvoir de décision, en maîtrisant le processus de projet qui permet la mise en œuvre réussie du changement. REFERENCES G BATESON Vers une écologie de l'esprit, Ed. du Seuil, 1990 R COASE la Firme, le Marche et le Droit Diderot Editeur 1988 H. DEMSETZ The Economics of the Business Firm :Seven Critical Commentaries, Cambridge University Press 1995 P DRUCKER L'avenir du management Village Mondial, 1999 A LAGACHE Echos du sensible, Atelier Alpha Bleue Publisher, Paris 1988 JL LEMOIGNE La modélisation des systèmes complexes, Dunod 1990 Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 6/7

7 H A SIMON Sciences des systèmes Sciences de l artificiel Dunod 1991 R SOLOW ``Technical Change and the Aggregate Production Function'', Review of Economics and Statistics 39, , 1957 TEILHART DE CHARDIN Oeuvres. I. Le phénomène humain. Éditions du Seuil, Paris M VOLLE, Président de l association des maîtres d ouvrage O WILLIAMSON The Economic Institutions of Capitalism. Firm, Markets, Relational Contracting. S-Petersburg DOSSIERS Dossier les échos Dossier the economist (next society P DRUCKER) ItGovernance Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 7/7

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur

Concepts de base. du décisionnel. A. Quelques définitions. Décision. Remarque. Comment prendre de bonnes décisions. Le décideur Concepts de base I - du décisionnel I Quelques définitions 7 Les Phases de la Prise de décision 8 Aide à la décision 8 Le système d'information décisionnel 9 Références Bibliographiques 11 A. Quelques

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Leçon 4 : Typologie des SI

Leçon 4 : Typologie des SI Leçon 4 : Typologie des SI Typologie des SI Système formel Système informel Typologie des SI Chaque jour au sein d une organisation Le système d info stocke, traie ou restitue des quantités importantes

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Réussir son projet Centre d Appels Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Introduction Aujourd hui, les entreprises se focalisent sur une approche transactionnelle

Plus en détail

LES INTELLIGENCES MULTIPLES

LES INTELLIGENCES MULTIPLES LES INTELLIGENCES MULTIPLES Théorie de Howard Gardner, chercheur en psychologie Selon la théorie des intelligences multiples, les individus disposent d un répertoire de compétences pour résoudre différents

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh Professeur : Jacques Naymark Etudiante : CHEN Shengyuan PLAN 1. Introduction 2. L apport des Nouvelles Technologies

Plus en détail

Analyse de votre paie. Retour sur investissement maximum. Un guide FLEXYPAY

Analyse de votre paie. Retour sur investissement maximum. Un guide FLEXYPAY Analyse de votre paie Retour sur investissement maximum Un guide FLEXYPAY TABLE DES MATIÈRES Résumé. 3 Étape 1: Évaluer vos besoins 3 Étape 2: Déterminer le coût réel de l'externalisation de la paie...

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Management des systèmes d'information. Contexte et définitions. Glenn Rolland

Management des systèmes d'information. Contexte et définitions. Glenn Rolland Management des systèmes d'information Contexte et définitions Glenn Rolland Définitions Outils informatique, Application... Logiciel, Brique logicielle... Cloud Computing, Virtualisation, SaaS... Définition

Plus en détail

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 1 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI Chapitre 1 Trois questions se posent dès le départ : Qu'est-ce qu'un système? Qu'est-ce

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 1.1

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs

3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. acteur de. distributeurs Intelligence RH 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

Les indicateurs de Performance. François GUILLAUME, Chef de marché SIRH TALENTIA SOFTWARE

Les indicateurs de Performance. François GUILLAUME, Chef de marché SIRH TALENTIA SOFTWARE Les indicateurs de Performance François GUILLAUME, Chef de marché SIRH TALENTIA SOFTWARE La préoccupation des RH, Leur mission Pour débuter La «performance RH» est un des sujets favoris des DRH français

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Medi Experts Conseil en Management des Organisations Stratégie, Capital Organisation Humain, Organisation, Ressources Humaines et Systèmes d information. Systèmes d Information

Plus en détail

LA GESTION DE LA FONCTION MAINTENANCE. R. Principe, Y. Jacquemyns. Résumé

LA GESTION DE LA FONCTION MAINTENANCE. R. Principe, Y. Jacquemyns. Résumé LA GESTION DE LA FONCTION MAINTENANCE R. Principe, Y. Jacquemyns Résumé Le présent article a pour objet d analyser la fonction maintenance au sein de la division ST. Seront d abord évoqués, les principaux

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Annexe 1. Tableau 1 : Contenu indicatif des modules de la formation

Annexe 1. Tableau 1 : Contenu indicatif des modules de la formation Annexe 1 Tableau 1 : Contenu indicatif des modules de la formation 1 Modules Objectifs Contenu indicatif du module Module 1 : veille stratégique et intelligence des Territoires Acquérir des techniques

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois

1. Référentiel des emplois. 2. Fiches emplois Ce document référence contient les descriptifs d emplois repères et les descriptifs des compétences crées dans le cadre de l identification des compétences pour l Etablissement public de la Caisse des

Plus en détail

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012

Modeli catalogue de formation intra-entreprise 2012 catalogue de formation intra-entreprise 2012 2 - catalogue de formations Fondé en 2008, le cabinet de conseil accompagne ses clients dans les projets de transformation de leurs organisations. La complémentarité

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on?

Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on? Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on? Yvan Robert, VP Affaires Stratégiques Emmanuel Faug, Resp. pra>que BI Colloque 2014 Big Data Agenda Qui sommes nous? L importance de l information Méthodes

Plus en détail

Travail sous le thème :

Travail sous le thème : Travail sous le thème : Avant d entamer directement le sujet, il faudra d abord commencer par une définition et une présentation d un ERP pour comprendre les limites qui ont conduit à l adoption d un ERP

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique WWW.ANACT.FR OUTILS DE SIMULATION : Logigramme d activité Utilisation du logigramme d activité dans

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez Outsourcing Pourquoi externaliser? [Externalisation] : n,f. Pour une entreprise, recourir à un prestataire externe pour la prise en charge partielle

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Département Sécurité Économique Le Département Sécurité Économique de l INHESJ dispense des formations de haut niveau sur les thèmes liés à la protection (sécurité/sûreté)

Plus en détail

Qu est ce qu un Système d Information

Qu est ce qu un Système d Information Introduction Qu est ce qu un Système d Information Système = ensemble auto-réglable et interagissant avec l environnement qui fonctionne en vue d un objectif précis environnement entrées sorties régulation

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001 Atelier Euro-Med sur les Stratégies de simplification administrative pour les entreprises: De meilleurs services publics pour des entreprises compétitives Bruxelles 30 novembre 1 er décembre 2011 Que dit

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances Hervé Khider, Doctorant LARGEPA Paris II La question de la transmission des

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Gérez vos coûts de projet intelligemment

Gérez vos coûts de projet intelligemment Gérez vos coûts de projet intelligemment À propos de De nos jours, les projets en immobilisation sont de plus en plus gros, de plus en plus complexes. Sans une analyse exhaustive de la valeur acquise,

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 03/09/2015. Fiche formation BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen - N : 16012 - Mise à jour : 24/07/2015

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

D AIDE À L EXPLOITATION

D AIDE À L EXPLOITATION SYSTÈMES D AIDE À L EXPLOITATION P.MARSAUD Juin 2011 UN PEU DE VOCABULAIRE.. L Informatique Industrielle à développé au fil des années de son existence son propre vocabulaire issu de ses métiers et fonctions

Plus en détail

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion :

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : Plan : Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : 1-maitrise de gestion, coordination des actions

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information.

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information. Le contrôle de gestion et les systèmes d information. 1. Définition. On entend ici par système d information toute organisation s appuyant sur des moyens humains et informatiques dont la finalité est de

Plus en détail

Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM

Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM La maturité des solutions PLM mettent en évidence les données analytiques Tech-Clarity, Inc. 2009 Table

Plus en détail

Votre animateur. Edouard Kodsi ekodsi@globalliance-solutions.com 06.45.63.61.53 www.globalliance-solutions.com

Votre animateur. Edouard Kodsi ekodsi@globalliance-solutions.com 06.45.63.61.53 www.globalliance-solutions.com Formation Qualigram Votre animateur Edouard Kodsi ekodsi@globalliance-solutions.com 06.45.63.61.53 www.globalliance-solutions.com Déroulement de la formation A Formalisation des savoir-faire B Techniques

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales Introduction Le constat Le constat est unanime : «Les élèves ne connaissent plus

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers

INSIGHT. L évolution des configurations organisationnelles et leur impact sur l évolution des plateformes applicatives métiers NGR Service line ERP sélection et implémentation de solutions bancaires La collection Insight publiée par NGR Consulting vise à apporter au travers de documents analytiques courts un point de vue sur les

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la. solution Project EPM

Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la. solution Project EPM Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la solution Project EPM Project EPM 2007 est la solution de gestion de projets collaborative de Microsoft. Issue d une longue expérience dans le

Plus en détail

Solutions EMC Documentum pour les assurances

Solutions EMC Documentum pour les assurances Caractéristiques d EMC Documentum La famille de produits EMC Documentum aide les compagnies d assurance à gérer tous les types de contenu de plusieurs départements au sein d un seul référentiel. Grâce

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Copyright 2015 Polytech Annecy-Chambéry

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs Informations générales sur le document Type de document Stratégie Standard Document de référence Exigence d application Obligatoire Recommandé Domaine

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance White Paper Workflow et Gestion de la Performance Présentation L automatisation des process combinée à l informatique décisionnelle (Business Intelligence) offre une nouvelle plateforme de gestion pour

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP

ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP ETHIK, LA SOLUTION DE GESTION ET OPTIMISATION DE VOTRE MISSION HANDICAP DOETH! Plaquette mise aux normes d'accessibilité RGAA ETHIK : AU CŒUR DE VOTRE STRATÉGIE D ENTREPRISE LA MISSION HANDICAP REFLÈTE

Plus en détail