Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON"

Transcription

1 UNE INTRODUCTION AU MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION Jérôme CAPIROSSI Août 2002 A l ère des Technologies de l Information, les Directions Informatiques prennent plus que souvent le nom de Directions des Systèmes d Information et de Communication. Ce libellé, tout en témoignant d une volonté d affirmation de soi, dessine d emblée un périmètre et une vision de leur mission. Afin de mieux saisir le rôle tenu par les DSIC au sein de l entreprise, il est intéressant de revenir sur les notions de système d information, d information, de système informatique et de management des systèmes d information. I. LE SYSTEME D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Trouver une définition simple de l entreprise relève du défi tant la Théorie de la Firme est riche sur ce sujet. La définition classique qui présente la firme comme un agent économique à comportement rationnel mettant en œuvre une fonction de production qui combine des facteurs dans le but de maximiser son profit ne reflète pas assez la réalité opérationnelle pour introduire une discussion autour des systèmes d information. Les définitions de R COASE, de H DEMSETZ, et de O. WILLIAMSON, sont plus intéressantes car elles sont basées sur le rôle de la firme dans le cadre de transactions économiques ou sur la firme comme nœud contractuel entre différents acteurs. Elles font apparaître l importance du rôle de l information dans le fonctionnement de l entreprise. Par exemple, le système de prix est une information essentielle que la Firme se doit de comprendre, d utiliser, et également de produire. De même, les contrats concernant les transactions d achat et de vente ou ceux concernant les facteurs de production doivent être formalisés et mis en œuvre. Mais la Firme n est pas une entité abstraite, c est une organisation, une «coordination dirigée» (R.H. COASE). Si l on se réfère au paradigme systémique pour catégoriser les fonctions de la Firme et éviter ainsi de rentrer dans le dédale analytique des cas particuliers, on se rend compte immédiatement de l importance de la coordination entre les différents groupes de fonctions, et par conséquent du rôle de l information. Figure 1 système finalisé (niveau 9) JL LE MOIGNE Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 1/7

2 D ailleurs, on remarque que la notion de système d information apparaît naturellement comme étant un lien indispensable entre un «système opérant» et un «système de décision». On retrouve la même idée chez H.A SIMON dans la pyramide de la décision. Figure 2 Pyramide de la décision H.A SIMON La vocation du système d information est "d'assurer le couplage entre le système d'opération et le système de pilotage : il instrumente la production des informations génériques (ou primaires) par lesquelles l'entreprise se représente ses activités physiques, sa fonction est de produire et de mémoriser les informations, représentation de l'activité du système physique puis de les mettre à disposition du système de pilotage" (JL LEMOIGNE). II. DE QUELLE NATURE EST L INFORMATION QUI CIRCULE ET ALIMENTE LE SYSTEME D INFORMATION DE L ENTREPRISE? L information est un concept moderne que la philosophie, davantage intéressée par la conscience et la connaissance, a peu exploré de telle sorte que les sciences de la communication, les sciences cognitives, la statistique et les sciences économiques ont occupé l espace resté libre et bâti des concepts opératoires adaptés à leurs domaines respectifs. Pour les économistes, l'information est une vision plus ou moins fine des différents états que peut prendre la nature dans le futur. Plus l information est fine, plus elle permet, dès aujourd hui, de prendre des décisions adaptées aux situations futures. Pour les statisticiens, l information dérive des séries de données qui, lorsqu elles montrent une proximité régulière de la moyenne (variance), sont réputées contenir davantage d information. Pour les cogniticiens, l information surgit du simple fait de la communication entre deux êtres. Basée sur des signes physiques, l information est un objet qui transforme une connaissance représentée (la sémantique), qui constitue le modèle mental du receveur. Pour les hommes de communication, l'information provient d'une organisation des signaux échangés entre un émetteur et un récepteur (negentropie) à travers un canal de communication. Cette théorie développée par C. SHANNON a permis en outre de mettre en valeur le rôle du canal qui, affectant la forme physique du message, a un impact sur sa signification et son interprétation. Figure 3 Schéma du canal de communication Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 2/7

3 Malgré tout, l information reste un concept complexe à saisir. Le philosophe A LAGACHE déclare qu «il n y a pas d information sans représentation», mettant en lumière le caractère subjectif du phénomène. Pour G BATESON, l information est le moteur de l évolution, elle «est une différence qui engendre une différence». JL LEMOIGNE voit l information surgir du processus entre «signifiant» et «signifié» qui interagissent récursivement l un sur l autre. Cela est en accord avec l expérience que l on en fait. En effet, l information peut prendre la forme d un signal, d un stimulus, d un signe, d une donnée, ou d un message. Elle peut être brute ou dérivée. Lorsqu'elle est dérivée, elle peut être le résultat de dérivations successives après des opérations d enrichissement, de stockage, de croisements, de contrôles, de restitutions. L information peut adopter différents modes : sons, images ou texte. Elle peut être fiable, complète, incomplète, ou redondante. Elle peut être informelle ou structurée et avoir des durées de vie variées. Cela est également en accord avec l expérience qu en font les entreprises. En effet, on constate que chaque secteur d activité, voire chaque entreprise possède ses représentations propres. Par exemple, bien que les entreprises aient peu ou prou les même clients, elles en ont toutes une vision différente selon qu elles vendent des voitures, des voyages, ou des services à domiciles. La même chose se produit entre deux entreprises d un même secteur d activité. Par exemple, une entreprise qui vend des voitures de très haut de gamme n a pas les même représentations de ses clients qu une autre qui vend des voitures utilitaires. A l intérieur d une même entreprise, on note également différentes représentations d une même information. Par exemple, le service de production et la comptabilité n ont parfois pas la même conception du chiffre d affaire. Ainsi, l information n est pas un concept clos. Sa complexité la rend saisissable uniquement au travers de représentations, telle les ombres de la grotte de Platon éclairée par le monde des idées. Bien que les théories actuelles soient puissantes, le champ du futur reste ouvert à l imagination des chercheurs pour découvrir de nouvelles représentations opératoires qui auront probablement un impact significatif sur les technologies de traitement de l information. III. SYSTEME D INFORMATION ET SYSTEME INFORMATIQUE Depuis les années 60, suivant l usage américain, les informaticiens utilisent le vocable «système d information» pour désigner les systèmes automatisés de traitements de l information. Le périmètre de ces systèmes ne porte que sur un sous-ensemble des informations de l entreprise, caractérisé comme : «l'ensemble des informations formalisables circulant dans l'entreprise et caractérisées par des liens de dépendance, ainsi que des procédures et des moyens nécessaires pour les définir, les rechercher, les formaliser, les conserver, les distribuer». (M VOLLE). Les moyens de traitements sont appelés système d informatique, et comprennent les systèmes informatiques et les systèmes de communication. Cela va du téléphone, en passant par la vidéo, et, bien-sur, comprenant les systèmes à base d ordinateurs. Chaque système est composé d une partie Hardware, l électronique, et d une partie Software, les programmes et les données qui sont constituées des représentations des informations. Les fonctions du système d information sont : Le codage et le décodage des informations. Il s appuie pour cela sur un référentiel qui contient les règles syntaxiques pour bâtir les représentations de l information. Le stockage et la restitution des représentations. Il s agit des méthodes d accès, des procédures de persistance et de maintenance des représentations. Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 3/7

4 Figure 4. Fonctions générales du SI Initialement, on ne parlait pas de système d information, mais d applications. Chaque application, dédiée à une fonction de l entreprise, assiste les utilisateurs dans l exécution des tâches relevant de cette fonction. Il en résulte que chaque utilisateur doit connaître l ensemble des applications relatives aux fonctions que recouvre sa mission. Aujourd hui les concepts d urbanisme et les technologies permettant de distribuer les traitements sur un réseau de postes de travail, font émerger une vision unifiée du système d information de l entreprise. En reprenant le modèle des couches, on peut décrire les composants du système d information de la manière suivante (M VOLLE) : Les postes de travail L urbanisme et les modèles Les systèmes de communication Les applications Les plates-formes Les référentiels Le système d information se construit autour des processus de l entreprise. De la notion de travail assisté par ordinateur, centrée sur les besoins de l utilisateur, on passe à la vision de l organisation assistée par ordinateur, alignée sur la stratégie de l entreprise. Outre les avancées proprement techniques, susceptibles d améliorer leurs performances, l évolution des systèmes d information va suivre les voies suivantes : L'automatisation des traitements et des contrôles de l'information. Les systèmes d informations cherchent à traiter plus efficacement les informations non structurées ainsi que les modalités audio et vidéo. Avec la capacité de traitement de nouvelles formes d informations, vont apparaître de nouveaux modèles qui vont produire de nouveaux concepts d urbanisme. Enfin, les nouvelles informations permettront d améliorer les interfaces hommes/machine, et de coupler davantage les systèmes et les organisations. La déduction et l'analyse Les avancées de la statistiques et de théorie de la décision vont produire des méthodes qui permettront de déduire davantage d informations de meilleure qualité, à partir des données brutes. La capacité des systèmes informatiques va permettre d accroître le nombre des données traitées. De nouvelles méthodes d organisation des données et de nouveaux algorithmes d analyse vont apparaître et accroître l efficacité du Datamining IV QU'EST-CE QUE LE MANAGEMENT DU SYSTEME D'INFORMATION? L art du management est le talent d organiser et de conduire les ressources internes et externes de la Firme afin de réaliser les objectifs qu elle s est fixés. Initialement, la théorie classique définissait ces résultats comme la réalisation du profit maximum. Bien qu être profitable soit une condition très favorable, la théorie actuelle considère Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 4/7

5 que l objectif ultime du management doit être la survie de l entreprise. «Tout ce qui concerne de près ou de loin les performances de l entreprise fait partie du domaine du management» (P DRUCKER). Le management des systèmes d information doit se donner comme objectif de fournir à chaque instant une fonction système d information permettant à la Firme de mener sa stratégie. C est le concept d alignement stratégique. Facile à formuler, ce concept rencontre énormément de résistance lors de sa mise en œuvre, et pas uniquement s agissant des systèmes d information. En effet, les divisions des entreprises ont plutôt tendance à bâtir des stratégies visant à accroître leur effectif ou leur budget. Qui doit manager le système d information? Peu d entreprises ont suivi l analyse de SOLOW en ne misant pas sur les systèmes d information pour garantir leur compétitivité. L informatique a pénétré toutes les fonctions de l entreprise et s est identifiée à son système nerveux central. Le système d information de la Firme est basé sur l informatique. Une fonction aussi vitale doit être gérée au niveau de décision le plus haut, la direction générale. Le rôle des Directions des Systèmes d Information et de Communication est le management délégué d une partie du système d information, notamment pour ce qui touche aux systèmes techniques plutôt qu aux procédures et aux informations. Le problème central à résoudre. Les entreprises ont réalisé d énormes investissements pour bâtir leurs systèmes d information. La réflexion de SOLOW appelle une interrogation sur le niveau des gains de productivité obtenus. Celle-ci fait écho à la désillusion qui a suivi le chant des sirènes promettant que les réseaux favoriseraient l émergence d une nouvelle forme d intelligence, appliquant à l entreprise la vis ion de TEILHARD DE CHARDIN sur la biosphère et la noosphère. Après la phase d investissement, les entreprises doivent montrer qu elle savent tirer le meilleur parti de ces nouvelles technologies. L enjeu central concerne le savoir-faire à utiliser l informatique de la manière la plus efficiente. Les nouvelles technologies ont abaissé le coût des communications et ont permis le développement de l entreprise en réseau, ainsi que l émergence des réseaux d entreprises. Comment valoriser ces nouveaux types d organisation? Ce défi doit être relevé par l ensemble de la Firme et concerne l ensemble du système d information. Comment? D abord en réussissant la gestion des travailleurs du savoir que sont les informaticiens. Les résultats du travail du savoir se mesurent mal par des quantités. L opportunité d avoir la bonne compétence au bon moment pour débloquer une situation, ou pour faciliter la mise en place d un nouveau système informatique est difficilement mesurable, mais diablement utile. C est l objet du management par objectifs (P DRUCKER). D autre part, le savoir étant périssable, une partie de plus en plus importante de ces travailleurs du savoir interviennent comme soustraitants, ils ne font donc pas partie du personnel de l entreprise. Les DSIC doivent adapter leur management des ressources à cet état de fait. Il est nécessaire que l entreprise ne reste pas au stade de la simple évaluation des coûts informatiques, mais sache évaluer la valeur que lui apporte son système d information. Aujourd hui, les entreprises butent sur l évaluation précise de l emploi de l informatique. Aucun des systèmes actuels n est satisfaisants, soit par trop imprécis (les coûts standards), soit par trop limités (le TCO). Cet état de fait a favorisé l outsourcing qui consiste à échanger les coûts de contractualisation contre la visibilité sur les coûts opérationnels. Les DSIC doivent franchir l obstacle, et se centrer sur l évaluation de la valeur du système d information. Le fond du management c est d acquérir et de garder le client (P DRUCKER). Les clients des DSIC sont les utilisateurs internes, les clients et les fournisseurs, ce que l on appelle les partenaires dans le cadre de la vision étendue de l entreprise. La DSIC doit connaître ses clients, leurs métiers et leurs enjeux. C est cette connaissance qui mène à la conception et à la fourniture d un service efficace et efficient. Pourtant, sous la pression budgétaire, Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 5/7

6 les DSIC se cantonnent souvent à un rôle essentiellement de gestionnaire technique, et restreignent leur mission au rôle de management du système informatique. Les DSIC doivent savoir gérer l accès aux différents Marchés, les Marchés du travail, les Marchés des fournisseurs de services et de solutions. Le savoir étant une denrée hautement périssable, la gestion du savoir ne peut se faire qu avec des partenaires, en réseau. Les partenaires apportent des informations et des savoirs au sujet des différents Marchés et améliorent l efficacité des DSIC à se fournir. Apprendre à créer et à gérer un réseau de partenaires donne davantage d opportunités d avoir accès aux meilleures compétences, au meilleur coût et au meilleur moment. La DSIC doit maîtriser le processus de projet et la gestion des portefeuilles de projet. C est traditionnellement un point fort des DSIC sur lequel elles doivent s appuyer pour prendre le leadership. En effet, la principale caractéristique des stratégies d entreprise étant la gestion du changement en continu, celle-ci affecte directement les DSIC par le biais de l alignement stratégique. Le moteur du changement, c est le processus de projet. En excellent dans ce domaine, les DSIC se place au cœur des stratégies des entreprises et deviennent des acteurs incontournables. Quelle organisation? La direction générale doit présider un comité de pilotage des systèmes d information constitué de représentants de chaque direction afin de prendre les décision importantes. Chaque direction doit être engagée dans la gestion des sous-ensembles du système d information qui la concerne. Elle doit être impliquée bien évidemment pour les projets d acquisition et de renouvellement, mais également pour la maintenance et le suivi des performances. Est-ce que le niveau d engagement des directions doit aller jusqu au pilotage des projets? Cela rejoint le débat au sujet de la fonction de Maîtrise d Ouvrage. La Maîtrise d Ouvrage est une réponse organisationnelle à la question du management des systèmes d information. Elle implique une formalisation importante de la relation contractuelle avec les Maîtrises d œuvre. Cette organisation a prouvé son efficacité lors de grands projets de développement d applications centralisées, pour lesquelles les études informatiques travaillaient à proximité des services de production. Aujourd hui la production informatique concerne moins des plates-formes centralisées, mais un système complexe composé de réseaux et de plates-formes distribuées. D autre part, l amélioration des méthodes de gestion de la production informatique aboutissent à une banalisation de cette activité qui a vocation à devenir un fournisseur de service utilitaire, voire à être pour partie «outsourcé». Ceci force les études informatiques à contractualiser avec les services de Production. Dans cette organisation, les projets subissent un double effort de contractualisation, avec la Maîtrise d Ouvrage d une part et avec la production informatique d autre part. Les Maîtrises d Ouvrage doivent évoluer vers une optimisation de l effort de contractualisation, et se rapprocher des études informatiques. En conclusion Le management des système d information doit être au cœur du management des entreprises sous la responsabilité de la Direction Générale. La DSIC en tant qu organe de management déléguée doit en assurer le leadership en fournissant aux directions l assistance nécessaire à exercer leur pouvoir de décision, en maîtrisant le processus de projet qui permet la mise en œuvre réussie du changement. REFERENCES G BATESON Vers une écologie de l'esprit, Ed. du Seuil, 1990 R COASE la Firme, le Marche et le Droit Diderot Editeur 1988 H. DEMSETZ The Economics of the Business Firm :Seven Critical Commentaries, Cambridge University Press 1995 P DRUCKER L'avenir du management Village Mondial, 1999 A LAGACHE Echos du sensible, Atelier Alpha Bleue Publisher, Paris 1988 JL LEMOIGNE La modélisation des systèmes complexes, Dunod 1990 Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 6/7

7 H A SIMON Sciences des systèmes Sciences de l artificiel Dunod 1991 R SOLOW ``Technical Change and the Aggregate Production Function'', Review of Economics and Statistics 39, , 1957 TEILHART DE CHARDIN Oeuvres. I. Le phénomène humain. Éditions du Seuil, Paris M VOLLE, Président de l association des maîtres d ouvrage O WILLIAMSON The Economic Institutions of Capitalism. Firm, Markets, Relational Contracting. S-Petersburg DOSSIERS Dossier les échos Dossier the economist (next society P DRUCKER) ItGovernance Une introduction au management des systèmes d information Jérôme CAPIROSSI 7/7

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh Professeur : Jacques Naymark Etudiante : CHEN Shengyuan PLAN 1. Introduction 2. L apport des Nouvelles Technologies

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Réussir son projet Centre d Appels Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Introduction Aujourd hui, les entreprises se focalisent sur une approche transactionnelle

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 1.1

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI

FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 1 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS DÉFINITION ET ORGANISATION DE LA FONCTION SI Chapitre 1 Trois questions se posent dès le départ : Qu'est-ce qu'un système? Qu'est-ce

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Centre d Excellence Sur l Architecture, le Management & l Economie des Systèmes

Centre d Excellence Sur l Architecture, le Management & l Economie des Systèmes Centre d Excellence Sur l Architecture, le Management & l Economie des Systèmes Présentation du Groupe de travail «Gouvernance et Architecture des données de l entreprise» SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Pourquoi gouverner

Plus en détail

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE Gouvernance du Système d Information Comment bien démarrer? Page 1 Soirée «Gouverner son informatique et sa sécurité : le défi des entreprises» CLUSIS / ISACA

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Gérez vos coûts de projet intelligemment

Gérez vos coûts de projet intelligemment Gérez vos coûts de projet intelligemment À propos de De nos jours, les projets en immobilisation sont de plus en plus gros, de plus en plus complexes. Sans une analyse exhaustive de la valeur acquise,

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on?

Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on? Pourquoi intégrer le Big Data à son organisa3on? Yvan Robert, VP Affaires Stratégiques Emmanuel Faug, Resp. pra>que BI Colloque 2014 Big Data Agenda Qui sommes nous? L importance de l information Méthodes

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France

Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France Malgré la crise, Le décisionnel en croissance en France 11 juin 2009 www.idc.com Cyril Meunier IDC France Consulting Manager Copyright 2009 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM

Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM Question à l étude : Les outils d aide à la décision permettent d étendre la valeur des solutions PLM La maturité des solutions PLM mettent en évidence les données analytiques Tech-Clarity, Inc. 2009 Table

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Attendu d ici la fin de l année 2006, Microsoft Office system 2007 inclut des applications, serveurs et services innovants et perfectionnés. Il a été conçu

Plus en détail

Gestion electronique de document

Gestion electronique de document Gestion electronique de document Gestion electronique de document (GED) Introduction La gestion électronique de documents (GED) permet de remplacer des "documents papier" par leur forme "électroniques".

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

À PROPOS DE TALEND...

À PROPOS DE TALEND... WHITE PAPER Table des matières Résultats de l enquête... 4 Stratégie d entreprise Big Data... 5 Intégration des Big Data... 8 Les défis liés à la mise en œuvre des Big Data... 10 Les technologies pour

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

ICT-Manager. avec diplôme fédéral

ICT-Manager. avec diplôme fédéral ICT-Manager avec diplôme fédéral Introduction L examen du diplôme fédéral d ICT-Manager fait partie de la formation professionnelle supérieure et permet d acquérir des qualifications en vue d exercer des

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place En partenariat avec : Tout savoir sur le marketing à la performance Intervenants Hugo Loriot Directeur media technologie, Fifty Five Yann Gabay - Directeur général, Netbooster Fabien Magalon Directeur

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0 Des données fiables pour de meilleurs résultats Les entreprises génèrent et collectent chaque jour une multitude de données : informations sur les comptes,

Plus en détail

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence

AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence AXIAD Conseil pour décider en toute intelligence Gestion de la Performance, Business Intelligence, Big Data Domaine d expertise «Business Intelligence» Un accompagnement adapté à votre métier dans toutes

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Concepts et définitions

Concepts et définitions Division des industries de service Enquête annuelle sur le développement de logiciels et les services informatiques, 2002 Concepts et définitions English on reverse Les définitions qui suivent portent

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

D AIDE À L EXPLOITATION

D AIDE À L EXPLOITATION SYSTÈMES D AIDE À L EXPLOITATION P.MARSAUD Juin 2011 UN PEU DE VOCABULAIRE.. L Informatique Industrielle à développé au fil des années de son existence son propre vocabulaire issu de ses métiers et fonctions

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Cours 20410D Examen 70-410

Cours 20410D Examen 70-410 FORMATION PROFESSIONNELLE Cours 20410D Examen 70-410 Installing and Configuring Windows Server 2012 Durée : 01 Mois en cours du soir 18h/21h CURSUS COMPLET MCSA Windows Server 2012 Solutions Associate

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION Licence Professionnelle Management des Organisations Spécialité Ressources Humaines et Conduite de Projets Formation initiale/ Contrat

Plus en détail

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance

White Paper ADVANTYS. Workflow et Gestion de la Performance White Paper Workflow et Gestion de la Performance Présentation L automatisation des process combinée à l informatique décisionnelle (Business Intelligence) offre une nouvelle plateforme de gestion pour

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Janvier 2011 UNCTAD Trust Fund on Trade Facilitation Negotiations 1 Technical Note No. 12 Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Contexte Une caractéristique du travail des douanes est le volume

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus

Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus Portail collaboratif Intranet documentaire Dématérialisation de processus 2 Le groupe Divalto, Solutions de gestion Catalyseur de performance Créé en 1982, le groupe Divalto propose des solutions de gestion

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Des données à la connaissance client. A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox

Des données à la connaissance client. A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox Des données à la connaissance client A la découverte de la plateforme de connaissance client knowlbox Livre blanc mai 2013 A l heure du Big Data, les entreprises s interrogent davantage sur leurs données.

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Solutions EMC Documentum pour les assurances

Solutions EMC Documentum pour les assurances Caractéristiques d EMC Documentum La famille de produits EMC Documentum aide les compagnies d assurance à gérer tous les types de contenu de plusieurs départements au sein d un seul référentiel. Grâce

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

BIG DATA Comment exploiter les données pour maximiser vos investissements en ligne

BIG DATA Comment exploiter les données pour maximiser vos investissements en ligne @comscorefr BIG DATA Comment exploiter les données pour maximiser vos investissements en ligne One-to-One ecommerce Monaco 11 mars 2013 Delphine Gatignol, comscore avec la participation de Julie Wengler

Plus en détail