Proposition d un cadre conceptuel et systémique des Systèmes de Production Lean

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d un cadre conceptuel et systémique des Systèmes de Production Lean"

Transcription

1 Proposition d un cadre conceptuel et systémique des s de Production Lean Zahir Messaoudene 1, José Gramdi 2 1 Laboratoire de Productique et Méthodes Industrielles, ECAM, 40 Montée Saint Barthélemy, Lyon Cedex 2 Pôle s d'information, Management des Connaissances et Communication, Université de Technologie de Troyes, 12, Rue Marie Curie, Troyes Cedex De nombreuses entreprises du secteur automobile ont transformé leurs systèmes de production par le déploiement du lean management. De plus en plus d entreprises d autres secteurs se lancent dans cette transformation. L objectif de cet article est de justifier que les systèmes de production Lean possèdent des propriétés systémiques développées par la Théorie du Général. Les systèmes de production Lean sont des modèles systémiques composés d un système de pilotage structuré (système de finalisation, systèmes d intelligence, de conception, de décision et de sélection) et d un système d information qui permettent de piloter le système physique de production avec la meilleure qualité le coût le plus bas les délais les plus courts la meilleure sécurité et le plus haut moral du personnel. MOTS-CLÉS : Modélisation et Simulation des s de Production, Modèle Systémique, Théorie du Général, Lean Management 1. Introduction Les entreprises les plus compétitives consacrent des investissements importants en temps et argent pour faire évoluer les compétences de leur personnel et pour transformer leurs systèmes de management et leurs modes d organisation afin de s adapter à l évolution du contexte industriel. Le développement et la pérennité des entreprises dépendront en grande partie de la réactivité et de l agilité d adaptation de leurs organisations. Une des clés de la réussite sera d avoir su créer une nouvelle culture et des valeurs de l entreprise autour des concepts de «changement continu» et de «progrès permanent». Le Lean Management repose sur une culture d intelligence collective de l amélioration continue afin de satisfaire les clients, les actionnaires et le personnel. L exemple le plus abouti du Lean Management est celui de Toyota. Le constructeur automobile japonais est un précurseur et le modèle de mise en œuvre de cette démarche qui irrigue maintenant la culture et les valeurs de l entreprise, est totalement partagé par son personnel. Les résultats sont spectaculaires. Toyota s est hissée au premier rang mondial des constructeurs automobiles. En effet, l application du Lean Management a permis à Toyota de faire des profits et de satisfaire ses clients avec la qualité la plus élevée possible au plus bas coût dans le délai d'obtention le plus court, tout en développant les talents et les compétences de la main d'œuvre. Cette dernière s appuie sur des routines d'amélioration continue et des démarches rigoureuses de résolution des problèmes par la standardisation et l élimination des gaspillages dans tous les processus de l entreprise. Dans un premier temps, nous discutons de l organisation des systèmes de pilotage et de l équilibration des systèmes complexes afin de proposer une définition génétique des systèmes de production en activité. Dans un deuxième temps, nous décrivons les systèmes de production Lean. Pour finir, nous proposons un cadre conceptuel et systémique des systèmes

2 de production Lean afin de justifier que ces systèmes possèdent les caractéristiques d un modèle systémique pour l organisation du pilotage des systèmes de production. 2. L organisation du système de pilotage des systèmes complexes Modéliser un système complexe c est d abord modéliser un système d actions. J.L. Lemoigne propose une présentation du Général en 9 niveaux de complexité croissante et montre comment on peut passer par l Action d un niveau à l autre. De passif au niveau 1, le système devient actif au niveau 2. Au niveau 3, il est capable d une certaine régulation en recyclant une partie des extrants en intrants. Le niveau 4 permet de reconnaître un processeur spécifique chargé de l information du système. Le niveau 5 est celui de l émergence de la décision au sein du système qui décide de son activité au moyen de projets. Le niveau 6 est celui de l émergence de la mémoire, pour enregistrer la chronique des événements antérieurs, garder la trace des activités du système et la restituer par des moyens d accès appropriés. Le niveau 7 est celui de la coordination à l intérieur des sous systèmes et entre eux. Le niveau 8 est celui de l imagination et de l auto-organisation. Enfin le niveau 9 est le niveau de l autofinalisation. Le concept d organisation est une des propriétés des systèmes complexes. L organisation est active, s auto-organise et est dépendante et solidaire de l environnement. Pour représenter l organisation, J.L. Lemoigne propose un modèle constitué d un système de décisions, d un système d informations et d un système opérant. L information permet à l organisation d adapter son comportement à chaque instant par régulation, transformation et rééquilibre. Donc, l information donne lieu à un processus d ajustement permanent de l organisation. Le huitième niveau est celui de l émergence de l imagination et donc de la capacité d autoorganisation du système. A ce niveau le système possède une aptitude à générer de l information symbolique qui engendre de nouveaux comportements des systèmes : autrement dit par l apparition de facultés auto-organisatrices au sein du modèle du système. Les traces que ces chroniques d événements internes laisseront dans la mémoire du système pourront éventuellement s y agencer selon des séquences interprétables par un processeur décisionnel, ce qui permettra d interpréter conjointement les phénomènes d apprentissage au sein du système. La modélisation de ce niveau marque l émergence de l intelligence. La figure 1 représente le modèle du système général de 8 ième niveau. Figure 1. MODELE DU SYSTEME GENERAL DE 8 IEME NIVEAU

3 Les processus de décision en modélisation systémique sont essentiels. H.A. Simon montre que le processus de décision est un système de traitement de l information (STI) séquentiel et projectif (qui a des projets). J.L. Lemoigne reprend les hypothèses de H.A. Simon : - La décision est conception : la décision permet d élaborer des projets (plans) permettant d atteindre des familles d objectifs - La décision est intelligente : la compréhension projective d une situation se désigne par les objectifs qui rendent intelligibles les descriptions d une situation perçue complexe. C est à partir de ces hypothèses que le modèle de la décision a été élaboré. Ses éléments sont: - Le système d intelligence. L'intelligence est le processus par lequel le problème décisionnel est construit. C'est un exercice de formulation de problèmes par repérages non satisfaisants qui permettra de les comprendre. - Le système de conception. C'est le processus par lequel le système élabore (ou conçoit) les plans d'actions intentionnels ou les stratégies possibles par lesquels il projette de résoudre les problèmes formulés dans le processus de l'intelligence décisionnelle. - Le système de sélection. C'est le processus par lequel le système compare l'évaluation des plans d'actions élaborés lors du processus de conception. Le neuvième niveau est celui de la finalisation. Il nous faut non seulement modéliser le système complexe doté de projets, il faut aussi être en mesure de rendre compte de l aptitude du système à engendrer lui-même ses projets. La figure 2 représente le modèle du système général de 9 ième niveau. Nous n avons pas représenté les interrelations entre les sous-systèmes pour ne pas alourdir la figure 2. Figure 2. MODELE DU SYSTEME GENERAL DE 9 IEME NIVEAU Selon J. Thompson, un système de finalisation (ou système de valeurs, ou système de normes) s articule en général entre un supremum : les finalités, et des processeurs de symboles euxmêmes habituellement différenciés en projets (ou systèmes d objectifs, parfois aussi missions ou stratégies). Chaque projet s articule ensuite de façon généralement hiérarchisable en buts opérationnels. On s efforce habituellement d associer à chaque but un critère évaluable. La théorie du Général affecte au système de pilotage la charge de supporter cette ultime émergence. Selon J. Mélèse, les finalités d un système ne peuvent se comprendre et a fortiori se construire que par rapport à ses relations avec l extérieur. Le système se caractérise comme l interface entre une volonté finalisatrice (évolution de ses projets) et

4 l environnement. La partie suivante expose le principe d équilibration des systèmes complexes géré par le système de pilotage en fonction de son environnement et de ses projets. 3. L équilibration des systèmes complexes La théorie du Général propose un référentiel de l équilibration des systèmes complexes qui caractérise les relations entre le système, ses projets et son environnement (tableau 1). Relation du Général Ses projets (finalités) avec Permanentes Changeantes Son Permanentes Phase 1 : régulation Phase 3 : adaptation environnement structurelle Changeantes Phase 2 : adaptation par programme Phase 4 : évolution structurelle Tableau 1. L EQUILIBRATION DES SYSTEMES COMPLEXES La phase 1 est celle où le système affirme son identité par quelque projet tenu pour permanent, en ayant reconnu son environnement et en ayant élaboré les programmes qui lui permettent la satisfaction de ses projets. Le maintien de cette régularité n affecte pas l organisation du système : sa structure et ses programmes sont tenus pour invariants dans l horizon considéré. Seuls sont modifiés les paramètres de la structure sur lesquels le système de pilotage interviendra par des décisions de commande. La phase 2 est celle où, tout en maintenant l intégrité des projets, le Général rencontre des relations avec son environnement qu il n avait pas programmé et dont il considère pourtant qu elles concernent ses projets. J. Mélèse introduit le concept d adaptation fonctionnelle en lui associant le principe d apprentissage. L apprentissage constitue en effet une des modalités les plus riches de développement des adaptations par programme : sa représentation implique que l on ait modélisé le système de mémorisation du Général. A. Wilden considère que l apprentissage est le processus d élaboration des projets. J. March et H.A. Simon caractérisent l apprentissage comme des occasions de résolution de problèmes. L examen du processus de résolution de problème lui-même nous renvoie à l évaluation de la capacité imaginative du système. La systémique suppose que l adaptation et l évolution structurelle (phase 3 et 4) ont été décidées par le système de finalisation. Cette hypothèse impose explicitement que nous reconnaissions le système comme ouvert. Le pilotage de ce changement de projets va alors requérir une nouvelle forme de mobilisation des processeurs du système. L adaptation aux nouvelles finalités ne peut plus se faire par programme. Il faut représenter quelques transformations structurelles au sein du système pour pouvoir rendre compte des nouveaux types de stabilités que l on anticipe ou que l on observe dans le comportement du système. Le système passe d une adaptation par programme (ou adaptation fonctionnelle) à une adaptation structurelle. Le système ne peut plus puiser sur les réserves de sa structure établie pour satisfaire les projets antérieurs, ni sur les réserves de programmes que lui livrait son aptitude à l apprentissage. Il lui faut importer de nouvelles ressources et générer de nouveaux programmes. La partie suivante traite des systèmes de production en activité dont les projets évoluent et qui fonctionnent dans un environnement industriel compétitif et concurrentiel.

5 4. Définition génétique du système de production en activité Selon une approche systémique, le système de production peut être défini par un ensemble fini d éléments interagissant à la fois avec le système et avec l environnement. La structure interne du système de production est composée d un système de planification et de pilotage (encore appelé système de gestion de production) activant un système opérant (encore appelé système physique de production) via un système d information. Le système d information est en relation avec d autres fonctions internes à l entreprise comme la conception ou la vente et avec des entités économiques externes comme les fournisseurs ou les clients. Les travaux issus de la modélisation des systèmes de production ont mis en œuvre un modèle systémique sous la forme suivante (figure 3). Fournisseurs Entreprise Client 1 de production 8 7 de planification et de pilotage Vendre d information 5 6 Domaine de la gestion physique de production 9 Figure 3. MODELE SYSTEMIQUE DU SYSTEME DE PRODUCTION DE NIVEAU 7 La finalité du système de gestion de production, regroupant les sous-systèmes de décision et d information, est de planifier les activités de production et piloter le système physique de production. L environnement des entreprises industrielles évolue sous la pression de nombreux facteurs, dont deux principaux : le changement des habitudes de consommation et la mondialisation. Cette évolution s accélère et amplifie son impact sur la compétitivité et la profitabilité des entreprises. Les entreprises les plus compétitives consacrent des investissements importants en temps et argent pour faire évoluer les compétences de leur personnel et pour transformer leur système de management et leurs modes d organisation afin de s adapter à ces nouvelles données. Le développement et la pérennité des entreprises dépendront en grande partie de la réactivité et de la flexibilité (agilité) d adaptation de leurs organisations. La finalité des projets des entreprises est d accroître la rentabilité des capitaux investis, autrement dit : - Faire la chasse aux gaspillages et aux dysfonctionnements pour réduire le temps de cycle - Augmenter le profit en accélérant le débit du système de production - Réduire les temps de mise sur le marché des nouveaux produits - Accroître la valeur perçue par le client - Augmenter la quantité de valeur ajoutée générée par unité de temps Par conséquent, les relations des systèmes de production avec leur environnement et leur finalité sont changeantes. Pour rester compétitives et devenir pérennes, les entreprises ont besoin de faire évoluer la structure de leurs systèmes de production. Pour savoir définir et

6 déployer au pied levé les projets d adaptation issus de l évolution de ses objectifs stratégiques, le nouveau système de production devra s être doté de la structure et des compétences adaptées à ces exigences de flexibilité. Nous proposons le modèle suivant pour caractériser les nouveaux systèmes de production. Il s agit d une définition génétique du système de production en activité (figure 4). de pilotage de finalisation Environnement économique concurrentiel et compétitif intelligence conception décision sélection Fournisseurs Clients d information physique de production Figure 4. MODELE SYSTEMIQUE DU SYSTEME DE PRODUCTION DE NIVEAU 9 Une des clés de la réussite sera d avoir su créer un système de finalisation caractérisé par une nouvelle culture et des valeurs autour des concepts de «changement continu» et de «progrès permanent». Le système d intelligence des nouveaux systèmes de production doit avoir comme but de formuler les problèmes de production par repérages non satisfaisants qui permettra de les comprendre. Les repérages non satisfaisants pourront être mis en œuvre à l aide d un système d information capable d identifier les problèmes de production et de piloter le système physique de production avec la qualité la meilleure le coût le plus bas les délais les plus courts la meilleure sécurité et le plus haut moral du personnel. Le système de conception doit élaborer (ou concevoir) les plans d'actions intentionnels ou les stratégies possibles par lesquels il projette de résoudre les problèmes de production formulés. Le système de sélection doit comparer l'évaluation des plans d'actions élaborés lors du processus de conception afin de choisir les solutions adaptées par rapport aux objectifs d amélioration continue de la performance industrielle. Nous proposons maintenant de décrire les systèmes de production qui adoptent les valeurs de l amélioration continue que les industriels appellent système de production Lean. 5. Définition des systèmes de production Lean Le Lean Management est une culture d intelligence collective de l amélioration continue des systèmes de production. Cette culture s appuie sur des routines d'amélioration continue et des démarches rigoureuses d identification, d analyse et de résolution des problèmes par la standardisation, l élimination des gaspillages, des variations et l augmentation de la flexibilité dans tous les processus du système de production. Les gaspillages recouvrent tout ce qui ajoute des coûts et n apporte pas de valeur pour le client. Traditionnellement, on distingue 7 types de gaspillages : la surproduction, les temps d attente, les transports, les opérations

7 inutiles, les stocks, les déplacements inutiles et les reprises générées par les défauts. La variabilité correspond à tout écart dans la qualité d un service, d une activité ou d un produit par rapport à des standards. Le manque de flexibilité désigne tout obstacle qui empêche de répondre aux évolutions de la demande des clients Structure intégrée des systèmes de production Lean J. Liker propose de modéliser les systèmes de production Lean de la manière suivante (figure 5). La qualité la meilleure coût le plus bas délai le plus court la meilleure sécurité le plus haut moral à travers l accélération des flux en éliminant les sources les gaspillages et de variabilité Juste à temps Jidoka de management Piliers & ciment opérationnel opérationnel Culture de l amélioration continue de management opérationnel opérationnel Piliers & ciment Production lissée, flexibilisée et fractionnée Processus stabilisé et standardisé Amélioration continue Fondations Management visuel Figure 5. MODELE DES SYSTEMES DE PRODUCTION LEAN L objectif du Jidoka est de rendre visible les problèmes de qualité. L objectif du Juste à temps est de livrer aux clients les quantités voulues, juste à l instant prévu en consommant le minimum de ressources. Le opérationnel Lean caractérise la façon dont les actifs et ressources sont organisés, pour apporter la valeur au client avec le minimum de déperdition tout au long de la chaîne de valeur. Le de management Lean représente les processus de l entreprise nécessaires au bon fonctionnement du système opérationnel. La Culture Lean représente les façons de penser et d agir à tous les niveaux de l entreprise nécessaires au bon fonctionnement des systèmes opérationnels et de management opérationnel Lean La finalité du système opérationnel est de créer la valeur ajoutée pour le client avec le maximum de flexibilité, le minimum de variabilité et de gaspillage tout au long de la chaîne de valeur. J. Drew résume le système opérationnel sous forme de grands principes suivants: - P1 : créer des chaînes de valeur en regroupant des produits ou des services similaires - P2 : assurer un flux ininterrompu d un bout à l autre de la chaîne de valeur - P3 : «tirer» le flux lorsque la chaîne de valeur doit être interrompue - P4 : flexibiliser les opérations pour mieux répondre aux demandes des clients - P5 : introduire les informations sur les besoins clients en un point unique et le plus tard possible dans le processus de production - P6 : standardiser les activités pour créer les bases de la flexibilité - P7 : détecter et résoudre les dysfonctionnements dès leur apparition Le système opérationnel est représenté par les piliers Jidoka et Juste à temps. Le tableau suivant expose les principes conceptuels, techniques, méthodologiques et organisationnels des 2 piliers (tableau 2).

8 Piliers Principes conceptuels Principes techniques, méthodologiques et organisationnels Arrêt automatique des machines Autonomation Séparation homme machine Chaku Chaku Jidoka Contrôle à la source et contrôle informatif Poka yoke( 1 ), Bac rouge( 1 ), Andon( 1 ) Résolution des causes de problèmes sur le terrain formatelier, A3 report, PDCA, outils d analyse : 5P, Ichikawa, Pareto Flux équilibré selon la demande des clients Takt time Juste à Flux continu Mise en ligne & Cellule en U temps Flux tiré Kanban à lot fixe( 2 ), séquenceur : Heijunka( 2 ) Changement de séries rapide SMED Prélèvement cadencé Petits trains, Petits contenants, Pitch Tableau 2. LES PILIERS JIDOKA ET JUSTE A TEMPS 5.3. de management Lean La finalité du système de management Lean est de soutenir le système opérationnel pour favoriser un niveau de performance élevé. Le système de management Lean peut être décrit par un ensemble de sous systèmes et de leurs propriétés (tableau 3). de management Lean Sous systèmes Sous s d organisation des équipes terrain Sous système de gestion et de suivi de la performance Sous système d amélioration continue Sous système de développement des compétences Sous système de gestion des fonctions et processus de support aux opérations Propriétés des sous systèmes Dimension des équipes terrain Rôle des teams leaders Périmètres des responsabilités Niveau hiérarchique Architecture du système d indicateurs Déclinaison des indicateurs Mesure des indicateurs Responsabilité de présentation des résultats à la hiérarchie Cycle dynamique d évaluation de la performance Suivi au quotidien des activités Evaluation de la performance industrielle de motivation et d implication Définition des objectifs individuels Gestion des performances individuelles Vision et méthodologie cohérente pour l ensemble de l organisation Développement des capacités du personnel Soutien à la mise en œuvre des actions d amélioration Définition des grilles de compétences Structuration des programmes de développement des compétences Formation sur le terrain Définition des rôles des services de maintenance, qualité, méthodes, achat, logistique et ressources humaines Tableau 3. LE SYSTEME DE MANAGEMENT LEAN J. Drew résume le système de management sous forme de grands principes suivants: - P1 : soutenir le système opérationnel - P2 : motiver et permettre de développer les capacités du personnel en accord avec les objectifs de l entreprise - P3 : créer les conditions nécessaires pour assurer la pérennité des actions d amélioration - P4 : identifier et codifier les compétences nécessaires pour piloter les activités - P5 : déterminer la meilleure option pour organiser les ressources fonctionnelles 5.4. Culture lean La finalité de la culture Lean est de favoriser et de développer une culture de l amélioration continue pour soutenir le système de management et le système opérationnel. 1 Ces principes sont des systèmes d information permettant d identifier les problèmes de qualité 2 Ces principes sont des systèmes de pilotage et d information de la production permettant d identifier les problèmes de délai (retard de production).

9 Elle comprend l état d esprit et les comportements lean. J. Drew résume l état d esprit et le comportement Lean sous forme de grands principes: Etat d esprit lean : - P1 : la flexibilité est plus importante que les économies d échelle - P2 : la valeur se crée au niveau des équipes terrain - P3 : chacun doit comprendre le rapport entre ce qu il fait et les objectifs de l entreprise - P4 : il faut traiter les causes profondes des problèmes, pas simplement les symptômes - P5 : un problème qui est mis à jour représente une opportunité d amélioration Comportement lean : - P1 : les décisions d investissement découlent d une perspective d ensemble à long terme - P2 : l équipe de direction maintient un contact direct avec la réalité quotidienne du terrain - P3 : les équipes terrain participent à de vraies activités d amélioration - P4 : les managers s efforcent de résoudre les problèmes d ensemble - P5 : il existe un vrai dialogue entre les différents niveaux hiérarchiques 6. Proposition d un cadre conceptuel et systémique des systèmes de production Lean Le tableau 4 expose le cadre conceptuel et systémique des systèmes de production Lean. Culture Etat d esprit lean de Lean Comportement lean Finalisation d organisation des équipes de terrain de de gestion et de suivi de la performance intelligence Management d amélioration continue conception Lean de développement des compétences décision de gestion supports aux opérations sélection de production Lean Opérationnel Lean de management visuel Heijunka Jidoka Juste à temps Flux équilibré selon la demande des clients Flux continu Flux tiré Changement de séries rapide Prélèvement cadencé par petits trains Séquenceur s d alerte Arrêt automatique des machines Séparation homme machine Contrôle à la source et contrôle informatif d information physique de production Résolution des causes de problèmes sur le terrain Tableau 4. CADRE CONCEPTUEL ET SYSTEMIQUE DES SYSTEMES DE PRODUCTION LEAN Modèle systémique des systèmes de production Le système de finalisation des systèmes de production Lean est un système de valeur axé sur la culture de l amélioration continue de la performance. Le système de management analyse les problèmes en gérant le suivi de la performance du système physique de production par management visuel et standardisation du travail et résout les problèmes sur le terrain en organisant les équipes terrain, en développant les compétences de résolution des problèmes, en créant un travail d équipes avec les différents supports à la production. C est pourquoi le système de management Lean joue le rôle du système de pilotage (systèmes

10 d intelligence/conception et décision/sélection) qui analyse et résout les problèmes sur le terrain. Les systèmes de management visuel, Heijunka, Jidoka et Juste à temps représentent des systèmes d information permettant respectivement de suivre la performance du système physique de production, de le piloter, et d identifier les problèmes de production (qualité, délai). Le système physique de production est configuré à l aide des principes techniques, méthodologiques et organisationnels cités dans le tableau Conclusion Ce rapprochement systémique permet de justifier que les systèmes de production Lean possèdent les caractéristiques des modèles systémiques des systèmes de production qui s autofinalisent : un système de finalisation qui est représenté par une culture d entreprise, un système de pilotage qui permet d analyser et de résoudre les problèmes sous forme de système de management, un système d information qui permet d identifier les problèmes et de piloter le système physique de production configuré pour créer la valeur ajoutée pour le client. Si, bien sûr, les aspects techniques sont essentiels au succès de la démarche, la dimension culturelle d une telle transformation doit impérativement être prise en compte. L état d esprit et les comportements des hommes font en effet la différence entre les entreprises utilisant avec succès le lean management et les autres. Un premier retour d'expérience sur ces initiatives issu de l enquête de G. Beauvallet et T. Houy nous conduit à observer un cruel constat : les démarches lean sont bien trop souvent abordées par le déploiement ponctuel d'outils opérationnels d'améliorations locales avec une absence totale de vision, d'objectifs et de contribution partagés par tous les acteurs. Elles se traduisent ainsi généralement par des réussites à demi teintes ou à des échecs mais pire par une perte irrémédiable de crédibilité envers ces outils. Pour réussir cette transformation de façon pérenne, les entreprises doivent considérer le lean management comme une approche d analyse et de conception systémique. C est pourquoi pour réussir ce projet à long terme, elles devront se poser les questions suivantes : Comment élaborer et faire partager le système de finalisation Lean? Comment concevoir et implanter le système d intelligence/conception/décision/sélection Lean? Comment configurer et organiser le système d information Lean et le système physique de production Lean?. Nos perspectives de recherche s orienteront vers des réponses scientifiques pertinentes à ces interrogations pour constituer les facteurs clés de résultats stables et durables dans le temps. 8. Références bibliographiques Beauvallet. G., Houy. T., (2006) «L adoption des principes Lean dans les entreprises industrielles françaises», Lean Enterprise Executive Forum Drew. J., (2005) «Objectif Lean», Editions d Organisation Lemoigne. J.L, (1990) «La modélisation des systèmes complexes», Edition Dunod Liker. J., (2006) «The Toyota Way», McGraw-Hill March. J, Simon. H.A., (1991) «Décisions et organisations», Editions d Organisation Mélèse. J., (1979) «Approches systémiques des organisations. Vers l entreprise à complexité humaine», Edition Hommes et Techniques Simon. H.A., (1991) «Science des systèmes, sciences de l artificiel», Edition Dunod Thompson. J., (1967) «Organizations in action social science bases of administrative theory», McGraw-Hill Wilden. A., (1972) «System and structure, essays in communication and exchange», Tavistock Publications

INTERVENTION LEAN JUIN 2015

INTERVENTION LEAN JUIN 2015 INTERVENTION LEAN JUIN 2015 163, Rue de Kiem L 8030 Strassen Tél : +352 26 00 87 01 Fax : +352 26 00 87 02 21 Avenue le Corbusier CS 30028 F 59042 Lille Cedex Tél. : +33 (0) 3 20 12 52 50 Fax : +33 (0)

Plus en détail

Les quatre chantiers :

Les quatre chantiers : Tweet Voir aussi : Les programmes de performance, La méthode Kaizen, Le Lean en 10 points. Le Lean est une démarche systématique dont l'objectif est d'éliminer toutes les sources de gaspillages dans les

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

LES FORCES DE L APPROCHE LEAN SIX SIGMA MTE MELIOR

LES FORCES DE L APPROCHE LEAN SIX SIGMA MTE MELIOR LES FORCES DE L APPROCHE LEAN SIX SIGMA MTE MELIOR P 1 FACTEURS QUI FONT LA FORCE DE LEAN SIX SIGMA 1. L intégration de Lean et de Six sigma 2. Des rôles et responsabilités bien définis 3. Un géré MTE

Plus en détail

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel

Séance 3. et Lean Manufacturing. JAT et LM. Séance 3 - Juste à Temps et Total Quality Management. Corine Bardel Séance 3 Juste-à-Temps et Lean Manufacturing Magement industriel et Gestion de projet C. BARDEL@2007 1 Juste-à-temps & Lean Manufacturing Juste-à-temps et le Lean Manufacturing sont le cœur du système

Plus en détail

Le Management Lean. Michael Ballé. Excellence Systems Group Consultants 1

Le Management Lean. Michael Ballé. Excellence Systems Group Consultants 1 Le Management Lean Michael Ballé 1 Le «Gold Mine» Freddy a découvert Toyota en 1975 J étudie les programmes d amélioration depuis 15 ans Beaucoup essayent, peu réussissent, ceux qui réussissent le font

Plus en détail

La 1ère plateforme d'auto-formation. d'autoen ligne au Lean Manufacturing en français.

La 1ère plateforme d'auto-formation. d'autoen ligne au Lean Manufacturing en français. La 1ère plateforme d'auto-formation d'autoen ligne au Lean Manufacturing en français. "Lean Immersion vous propose une formation en ligne au Lean Manufacturing simple, illustrée et 100% francophone qui

Plus en détail

Devenir un expert du Lean durable

Devenir un expert du Lean durable Devenir un expert du Lean durable 21 jours (7 x 3 jours) 9650 HT Piloter une démarche Lean durable en maîtrisant les outils du Lean et en intégrant les aspects culturels et de conditions de travail. Maîtrisez

Plus en détail

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management

STRATEGIE LEAN. Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management STRATEGIE LEAN Partie 6 : Initiation à une stratégie complétaire au supply chain management Concept 2 Idée simple : retranscrire partout les contraintes liées à la satisfaction du client! Et ce à la plus

Plus en détail

Pistes de réflexion sur le LEAN : qu est-ce que la Valeur Ajoutée? B. JACQUIER ( bertrand.jacquier@secafi.com )

Pistes de réflexion sur le LEAN : qu est-ce que la Valeur Ajoutée? B. JACQUIER ( bertrand.jacquier@secafi.com ) Pistes de réflexion sur le LEAN : qu est-ce que la Valeur Ajoutée? B. JACQUIER ( bertrand.jacquier@secafi.com ) Le lean / Les leans des outils «terrain» Une tentative de définition du lean : > «un système

Plus en détail

Le Lean Management Chasser les gaspillages & augmentez votre création de valeur

Le Lean Management Chasser les gaspillages & augmentez votre création de valeur Le Lean Management Chasser les gaspillages & augmentez votre création de valeur Logo Client Nadine Laplénie (06.10.61.56.81) Norbert Audéoud (06.07.52.76.57) Eric Dien 40, Bd Edgar Quinet - 75014 Paris

Plus en détail

Introduction au LEAN. 17/02/2010 Page: 1

Introduction au LEAN. 17/02/2010 Page: 1 Introduction au LEAN 17/02/2010 Page: 1 Évolution du contexte industriel Les trentes glorieuses (1945-1975) Demande supérieure à l offre Prix de revient, productivité Contrôle de gestion L équilibre (1975-1990)

Plus en détail

ORGANISATION INDUSTRIELLE

ORGANISATION INDUSTRIELLE ORGANISATION INDUSTRIELLE LEAN Comprendre et intégrer les fondamentaux du lean management Optimiser sa gestion des stocks et approvisionnements Améliorer les méthodes de fabrication et fiabiliser l ordonnancement

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

1. GENERALITES SUR LA FORMATION LP LPI

1. GENERALITES SUR LA FORMATION LP LPI 1. GENERALITES SUR LA FORMATION LP LPI OBJECTIF DE LA FORMATION Dans le contexte économique actuel, où la concurrence est de plus en plus vive, la Logistique et l amélioration de la Performance Industrielle

Plus en détail

LA FONCTION QUALITE & LE LEAN MANUFACTURING 6 MARS 2009. François Liotard Directeur Développement Industriel Directeur Ressources Humaines

LA FONCTION QUALITE & LE LEAN MANUFACTURING 6 MARS 2009. François Liotard Directeur Développement Industriel Directeur Ressources Humaines LA FONCTION QUALITE & LE LEAN MANUFACTURING 6 MARS 2009 François Liotard Directeur Développement Industriel Directeur Ressources Humaines QUALITE ET LEAN MANUFACTURING SOMMAIRE INTRODUCTION SUR LE LEAN

Plus en détail

INTRODUCTION AU LEAN SIGMA

INTRODUCTION AU LEAN SIGMA INTRODUCTION AU LEAN SIGMA Présentation générale Gilles Panczer OBJECTIFS Sigma? Quelle approche pour ma société? Lean-Sigma, 15 ans déjà et après? Gilles Panczer 2 LEAN SIGMA: HISTORIQUE Six Sigma L approche

Plus en détail

Démarche, philosophie et concepts Lean

Démarche, philosophie et concepts Lean Introduction Démarche, philosophie et concepts Lean Le 07 juin 2012, Coca-Cola HBC Suisse SA David Méneur, ARIAQ Consultant senior en industrialisation & amélioration continue 2012 ARIAQ SA / DAM / SAQ

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production

Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production Gagner en performances grâce au pilotage des flux de production Page 1 / Gagner en performances grâce au pilotage des flux / 2010 Détecter une problématique «flux» Si ces constats sont courants dans votre

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean?

Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Philippe COURTY, CFPIM Dirigeant de CJP-Conseils www.cjp-conseils.com 1 Comment Utiliser son ERP pour Soutenir le Déploiement du Lean? Les

Plus en détail

Management Industriel et Logistique

Management Industriel et Logistique Plan : Introduction (Historique du secteur industriel). I-La fonction Industrielle et Logistique dans l entreprise et concepts fondamentaux. II- La gestion de la capacité. II- La gestion des flux. III-

Plus en détail

Excellence industrielle. Professeur Mohamed Reghioui

Excellence industrielle. Professeur Mohamed Reghioui Excellence industrielle Professeur Mohamed Reghioui Version 1 P2011 M.Reghioui-EI -P2011 1 Partie I : Six Sigma 5M AMDEC Plans d expériences Maîtrise statistique des procédés M.Reghioui -EI -P2011 2 Partie

Plus en détail

LEAN MANUFACTURING. 18h10 18h40 : Le Lean Manufacturing : les origines, les objectifs. Description du système et des outils Lean.

LEAN MANUFACTURING. 18h10 18h40 : Le Lean Manufacturing : les origines, les objectifs. Description du système et des outils Lean. LEAN MANUFACTURING 18h00-18h10 : Ouverture de M.THOS 18h10 18h40 : Le Lean Manufacturing : les origines, les objectifs. Description du système et des outils Lean. 18h40-19h20 : Godefroy Beauvallet «Le

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

John Drew, Blair McCallum, Stefan Roggenhofer Objectif Lean Réussir l entreprise au plus juste : Enjeux techniques et culturels

John Drew, Blair McCallum, Stefan Roggenhofer Objectif Lean Réussir l entreprise au plus juste : Enjeux techniques et culturels John Drew, Blair McCallum, Stefan Roggenhofer Objectif Lean Réussir l entreprise au plus juste : Enjeux techniques et culturels Editions d Organisation --------- Note de lecture --------- Ludovic Belz

Plus en détail

Introduction au lean management. Recommandations organisationnelles. Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire

Introduction au lean management. Recommandations organisationnelles. Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Pour approfondir la réflexion Introduction au lean management Mai 2013 Le document source de cette synthèse

Plus en détail

CHAP 7 : DU JUSTE-A-TEMPS (JAT) AU LEAN MANAGEMENT (LM) PARTIE I : LE JUSTE-A-TEMPS : JAT

CHAP 7 : DU JUSTE-A-TEMPS (JAT) AU LEAN MANAGEMENT (LM) PARTIE I : LE JUSTE-A-TEMPS : JAT CHAP 7 : DU JUSTE-A-TEMPS (JAT) AU LEAN MANAGEMENT (LM) Introduction PARTIE I : LE JUSTE-A-TEMPS : JAT L origine du JAT procède des modifications fondamentales dans l environnement économique mondial.

Plus en détail

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869

SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA INTRACOMMUNAUTAIRE : FR 804253391 ORGANISME DE FORMATION AGREE 82691349869 ECAM Expert SASU au capital de 150 000 euros 40, montée Saint Barthélemy, FR-69321 Lyon Cedex 05 Tél. : +33 (0)4 72 77 06 44 - Fax : +33 (0)4 72 77 06 11 www.ecam.fr SIRET : 804253391 00010 RCS LYON TVA

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014. http://www.universite-lean6sigma.com

RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014. http://www.universite-lean6sigma.com RENCONTRE DE L UNIVERSITÉ LEAN 6 SIGMA DU 3 AVRIL 2014 http://www.universite-lean6sigma.com 1 L OBJET DE L UNIVERSITÉ : Promouvoir les démarches d amélioration des performances Lean et Six Sigma, Valider

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Démarche Lean management

Démarche Lean management Démarche Lean management Vers une ville INTELLIGENTE au sein d un Service de loisirs 10 octobre 2013 Objectifs de la présentation 1) Partager l expérience du Lean management au sein de l administration

Plus en détail

Le Lean en tant qu approche pour améliorer les soins de santé

Le Lean en tant qu approche pour améliorer les soins de santé Le Lean en tant qu approche pour améliorer les soins de santé Christiane Mayer, pharmacienne Certifiée Lean Master 2012 Présidente de Crescendo Pharma Pierre Madore, pharmacien CHUS - Fleurimont Plan de

Plus en détail

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants

Lean. Historique et Principes La réalité terrain La complémentarité Lean-MES. Francis MOUREY SPC consultants Lean Historique et Principes Francis MOUREY SPC consultants C. R. Allen, 1919 TWI, 1940 Jidoka Jidoka T. Ohno JIT Kaizen S. Shingo TPS House,, Cho, 70 s Méthodes japonaises J. Womack & D. Jones K. Ishikawa,

Plus en détail

Présentation de CIM. Un outil de notre temps l Éco-Lean. pour réussir le virage vert de votre institution

Présentation de CIM. Un outil de notre temps l Éco-Lean. pour réussir le virage vert de votre institution Présentation de CIM Un outil de notre temps l Éco-Lean pour réussir le virage vert de votre institution 5 octobre 2011 1 Ordre du jour 1 2 3 4 Gestion des parcs immobiliers défis environnementaux Historique

Plus en détail

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur.

Prendre la bonne décision, au bon moment, sur le bon sujet, sur la base des meilleures analyses, pour agir sur le bon indicateur. 2 Toute entreprise dispose d un capital informationnel qui, s il est efficacement géré, contribue à sa valeur et à sa performance. La société RHeport, propose une solution logicielle : RH&View, innovante,

Plus en détail

Préface à l édition française

Préface à l édition française Table des matières Préface à l édition française III Chapitre 1 La compétitivité des opérations 1 1. Qu est-ce qu un processus? 3 1.1. Les processus imbriqués 4 2. Qu est-ce que le management des opérations?

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Gestion de production

Gestion de production Maurice Pillet Chantal Martin-Bonnefous Pascal Bonnefous Alain Courtois Les fondamentaux et les bonnes pratiques Cinquième édition, 1989, 1994, 1995, 2003, 2011 ISBN : 978-2-212-54977-5 Sommaire Remerciements...

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

RESPONSABLE LOGISTIQUE

RESPONSABLE LOGISTIQUE RESPONSABLE LOGISTIQUE Programme de formation et planning Du 16 octobre 2015 au 15 octobre 2017 (dates prévisionnelles) 988 HEURES EN CENTRE Titre certifié de niveau II (BAC + 4) enregistré au RNCP : Arrêté

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Identification des incontournables à la démarche Lean

Identification des incontournables à la démarche Lean Identification des incontournables à la démarche Lean Analyse des résultats 7/09/2010 Barbara Lyonnet, Laboratoire SYMME, Université de Savoie barbara.lyonnet@univ-savoie.fr 1. Introduction Toute entreprise

Plus en détail

Le Lean Management appliqué aux services administratifs

Le Lean Management appliqué aux services administratifs www.avlconsulting.fr Le Lean Management appliqué aux services administratifs Michel BALDELLON 1er avril 2015 Un petit exercice de contrôle de gestion préparatoire (1/2) Une comptabilité fournisseur d un

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

Macroscope Transformer l organisation pour réaliser la valeur d affaires. LEAN Amélioration continue: accroître l efficience et générer de la valeur

Macroscope Transformer l organisation pour réaliser la valeur d affaires. LEAN Amélioration continue: accroître l efficience et générer de la valeur Macroscope Transformer l organisation pour réaliser la valeur d affaires LEAN Amélioration continue: accroître l efficience et générer de la valeur Avis Pour toute autre fin que l évaluation de l offre

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE

INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE INGÉNIERIE Process INVENTONS LE FUTUR ENSEMBLE Assistance à maîtrise d ouvrage (AMOA et/ou AMOE) L assistance à la maîtrise d ouvrage et/ou l assistance à maîtrise d œuvre vous aide à définir, piloter

Plus en détail

«Relation Constructeur/Fournisseurs : vers une évolution des rôles?»

«Relation Constructeur/Fournisseurs : vers une évolution des rôles?» Dossier du mois Octobre 2005 «Relation Constructeur/Fournisseurs : vers une évolution des rôles?» Thierry Koscielniak Chef de Projet Logistique 1 - Les changements significatifs que l on peut observer

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

Logistique et Performance Industrielles

Logistique et Performance Industrielles DESCRIPTIF DE LA FORMATION IHAQ-LPI-R32-GD102 Indice de version : 01 Département Qualité, Logistique Industrielle et Organisation Contact : secrétariat QLIO - Tél : 03 88 05 34 41 - Fax : 03 88 05 34 40

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Les épreuves professionnelles du BTS Communication

Les épreuves professionnelles du BTS Communication Les épreuves professionnelles du BTS Communication EPREUVE E4 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E6 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E5 COEFFICIENT 4 Ecrit EPREUVES

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

La genèse d une ambition régionale

La genèse d une ambition régionale 1 La genèse d une ambition régionale Un besoin régional En France, de nombreuses initiatives ont vu le jour ces dernières années grâce à l appui des pouvoirs publics. L un des objectifs communs est de

Plus en détail

Introduction Lean Six Sigma. Présentation. Sylvia Gilbert, ing.,cssbb, associée. Association des Actuaires I.A.R.D. 24 mai

Introduction Lean Six Sigma. Présentation. Sylvia Gilbert, ing.,cssbb, associée. Association des Actuaires I.A.R.D. 24 mai Introduction Lean Six Sigma Association des Actuaires I.A.R.D. 24 mai Présentation Sylvia Gilbert, ing.,cssbb, associée Compte plus de 12 années d expérience en amélioration continue; Black Belt spécialisée

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges Classe de situation (3) Clas.1.1. Conduite d'un projet de F1 Mise en œuvre et suivi de projets de (3 classes de situations / 10 situations / 12 compétences) Situations (4+2+4) Compétences (6+2+4) Compétences

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014

emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014 emoveo pour le programme «Usine du Futur» en Midi-Pyrénées novembre 2014 Notre positionnement Aider les dirigeants à construire leur vision stratégique, à mener leurs projets de transformation, à améliorer

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Conseil, stratégie, organisation,

Conseil, stratégie, organisation, Le pôle Ingénierie des flux Notre vocation : Vous faire bénéficier de notre expertise afin d améliorer la performance de vos organisations pour accroitre la satisfaction de vos clients tout en optimisant

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS EETTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LL II EEGEE Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION

CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION CONSEIL ET ASSISTANCE EN CONDUITE DU CHANGEMENT, PILOTAGE DE PROJETS ET GESTION DE PRODUCTION Siège social : 23, rue du Départ / 75014 PARIS Tél. : +33 (0) 1 40 64 70 25 Fax : +33 (0) 1 40 64 74 63 contact@exid.fr

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

Mince, c est du lean!

Mince, c est du lean! Mince, c est du lean! B. JACQUIER b.jacquier@isast.fr 94 rue Servient / 69003 Lyon Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr Une galaxie de méthodes d organisation du travail 1 Lean

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle. Copyright 2006 Apriso Corporation 1

Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle. Copyright 2006 Apriso Corporation 1 Operation Execution System (OES) Plateforme Stratégique Pour la performance Industrielle 1 Anciens Processus vs. Nouveaux Processus Ancien Nouveau InitiativesStratégiques 80% REBUT vs. 20% VALEUR 80% VALEUR

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation Démarche diagnostic Planification et organisation Processus de planification et de gestion de la demande Approvisionnement Niveau d inventaire Visite Organisation du travail Analyse de la chaîne de valeur

Plus en détail

LE LEAN SUPPLY CHAIN DANS L AUTOMOBILE

LE LEAN SUPPLY CHAIN DANS L AUTOMOBILE EN PARTENARIAT EXCLUSIF AVEC G5 LE LEAN SUPPLY CHAIN DANS L AUTOMOBILE AMPHITHÉATRE GÉLIS ESCP-EAP 79, AVENUE DE LA RÉPUBLIQUE 75011 PARIS INTRODUCTION Jean-Philippe GUILLAUME / Directeur des Rédactions

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail