Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html"

Transcription

1 Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013

2

3 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1 Propriétés des réels Rappels sur les nombres réels Partie entière d un nombre réel Valeurs absolues Exercices Suites numériques limites de suites Définitions de suites, de limite de suite Propriétés Quelques exemples de suites Exercices Théorèmes de base sur la convergence Suite croissante et majorée Suites adjacentes Suites extraites Exercices Borne supérieure - Borne inférieure Maximum, Minimum Majorant, Minorant Borne supérieure - Borne inférieure Exercices Chapitre II. Fonctions réelles - Limites et continuité 15 1 Généralités sur les fonctions Limites de fonctions Définitions Propriétés Exercices Continuité Définitions et propriétés Prolongement par continuité Image d un intervalle par une fonction continue Exercices Chapitre III. Fonctions réelles - Dérivées 25 1 Dérivabilité Dérivée en un point Propriétés Dérivées d ordre supérieur Exercices

4 2 Fonctions réciproques Définition Dérivées des fonctions réciproques Fonctions réciproques des fonctions usuelles Exercices Extrema locaux et théorème de Rolle Points critiques et extrema locaux Théorème de Rolle et règle de L Hôpital Exercice Théorème des accroissements finis Théorème des accroissements finis Exercice On rappelle qu en utilisant les cours et les exemples traités en cours, les étudiants devraient savoir faire les exercices en TD. Les enseignants pourront éventuellement donner des indications, sans toutefois corriger intégralement les exercices.

5 1 Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1. Propriétés des réels 1.1. Rappels sur les nombres réels Il existe des nombres (réels), qui ne sont pas rationnels. Par exemple un nombre dont le carré est 2 ; le périmètre d un cercle de rayon 1. R représente l ensemble des nombres réels ; intuitivement, on peut identifier R à une droite sans trou. Exemple 1.1. (i) Montrer que 2 est un irrationnel. (ii) Montrer que si a est un irrationnel, a est aussi un irrationnel. Exemple 1.2. Soient a et b deux rationnels positifs tels que a ou b soit irrationnel. Montrer que a + b est irrationnel. Remarque 1.1. La construction mathématique de R n est pas au programme de cette unité. On sait que (i) L ensemble des réels R est muni des opérations usuelles d addition et de multiplication. (ii) Il y a une relation d ordre dans R. Il est clair que (R, ) est totalement ordonné, c est-à-dire que : x x (refléxive) ; x y et y x = x = y (antisymétrique) ; x y, y z = x = y (transitive). On a les propriétés suivantes : Soit x, y, z et t des réels. Si x y et z t, alors x + z y + t. Si x y et z 0, alors xz yz et xz yz Partie entière d un nombre réel Proposition 1.1. (admis) (i) R est Archimédien, c est-à-dire que x R, n N; tel que n > x. (ii) Soit x R, alors il existe un unique k Z tel que k x < k + 1. Définition 1.1. L unique entier k de la proposition précédente est appelé la partie entière de x, qu on note E(x) ou [x]. E(x) est donc le plus grand entier x. Pour tout x R, on a E(x) x < E(x) + 1. Exemple 1.3. Calculer E( 1 x ) pour x 1. Pour x > 0, calculer E( x) en fonction de E(x).

6 2 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES 1.3. Valeurs absolues Soit x R, la Valeur absolue de x, qu on note x, est { x si x 0, x = x si x < 0. Propriétés. Soit x et y des réels. On a (i) x 0 ; et x = 0 SSI x = 0. (ii) xy = x y. (iii) x + y x + y (inégalité triangulaire). (iv) x y x y. Remarque 1.2. x et y étant des réels, on a (a) x 2 = x. (b) x y = x y (si y 0). (c) x y représente géométriquement, la distance entre deux points d abscisses respectifs x et y. Définition 1.2. Soit I une partie non vide de R. I est un intervalle si pour tout a, b I, avec a < b, [a, b] I. I est un intervalle ouvert si I est du type : ]a, b[ ou ]a, + [ ou ], a[ (a et b étant des réels avec a < b). Si I est un intervalle ouvert, alors pour tout x I, il existe un intervalle ouvert centré en x contenu dans I. Théorème 1.1. (admis) Tout intervalle ouvert contient une infinité de rationnels et une infinité d irrationnels. (Q est dense dans R.) Rappelons quelques formules : c a+b = c a c b et (c a ) b = c ab pour tout a, b R et c > 0 ; ln a b = b ln a, ln(ab) = ln a+ln b et ln a b = ln a ln b pour tout a > 0, b > Exercices On rappelle qu en utilisant les cours et les exemples traités en cours, les étudiants devraient savoir faire les exercices en TD. Les enseignants pourront éventuellement donner des indications, sans toutefois corriger intégralement les exercices. Exercice I.1. Montrer que ln 3 ln 2 est irrationnel.

7 2. SUITES NUMÉRIQUES LIMITES DE SUITES 3 2. Suites numériques limites de suites 2.1. Définitions de suites, de limite de suite On rappelle les définitions concernants les suites réelles. Suite. Une suite réelle est une application u : N R. La suite u est notée (u n ) n 0 ou simplement (u n ). u n est appelé le terme général de la suite. Il arrive que la suite ne soit définie qu à partir d un certain entier n 0, on notera dans ce cas (u n ) n n0 ou (u n ). Suite majorée, minorée, bornée. Une suite (u n ) n n0 est majorée si M R, n n 0, u n M. Une suite (u n )) n n0 est minorée si m R, n n 0, u n m. Une suite (u n ) n n0 est bornée si elle est majorée et minorée c.à.d m, M, n n 0, m u n M ; ou M > 0, n n 0, u n M. Suite monotone. Une suite (u n ) n n0 est croissante (resp. strictement croissante) si n n 0, u n+1 u n (resp. u n+1 > u n ). Une suite (u n ) n n0 est décroissante (resp. strictement décroissante) si n n 0, u n+1 u n (resp. u n+1 < u n ). Une suite (u n ) n n0 est monotone (resp. strictement monotone) si elle est croissante ou décroissante (resp. strictement croissante ou strictement décroissante). Définition 2.1. (Définition de la limite lim u n = l) n + On rappelle la définition de la limite finie d une suite réelle vue en terminale : Soit (u n ) une suite réelle. Soit l un réel. On dit que u n tend vers l (ou que la suite (u n ) a pour limite l) quand n tend vers l infini, si tout intervalle ouvert contenant l contient tous les u n à partir d un certain rang. Or tout intervalle ouvert contenant l contient un intervalle ouvert de la forme ]l ɛ, l + ɛ[, avec ɛ > 0, la définition est équivalente à la suivante : pour tout ɛ > 0, il existe un rang N N, tel que, pour tout n N, u n ]l ɛ, l + ɛ[. Ceci est la même chose que pour tout ɛ > 0, il existe un rang N N, tel que, pour tout n N, u n l < ɛ. On le note en abrégé : lim u n = l si ɛ > 0, N N, tel que n N, u n l < ɛ. n + Si u n tend vers l, on note Exemple 2.1. u n = 1 n 2. v n = 2n+2 2n+3. lim u n = l ou simplement lim u n = l. n +

8 4 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES De même, on rappelle la limite infinie d une suite réelle : On dit que u n tend vers + quand n tend vers l infini et on note lim u n = + n + ou simplement lim u n = + si tout intervalle ouvert de type ]A, + [ contient tous les u n à partir d un certain rang. Ceci se traduit aussi en si A > 0, N N, tel que n N, u n > A. On dit que u n tend vers quand n tend vers l infini et on note A < 0, N N, tel que n N, u n < A. lim u n = n + Définition 2.2. (Convergence) On dit que (u n ) est une suite convergente si elle admet une limite finie quand n tend vers l infini. Dans le cas contraire (c.à.d si elle n admet pas de limite ou elle admet une limite infinie), on dit qu elle est divergente Propriétés Proposition 2.1. Si (u n ) admet une limite quand n tend vers l infini, alors cette limite est unique. Proposition 2.2. Toute suite convergente est bornée. Proposition 2.3. On a les propriétés suivantes (l et l étant des réels). (i) Si (ii) Si (iii) Si (iv) Si lim u n = l, alors lim u n = l. n + n + lim u n = l et lim v n = l, alors n + n + lim (u n + v n ) = l + l et lim u nv n = ll n + n + lim u n = l et l 0, et n + lim u n = +, alors n + lim v n = l, alors n + lim n + 1 u n = 0. v n lim = l n + u n l Formes indéterminées. + ; 0 ; ; 0 0 ; 1 ; 0 ; 0. Exemple n 2 + n 1 (a) Calculer lim n 3n 2 2n + 5. (b) Calculer lim n ( n 2 + n n 2 n).

9 2. SUITES NUMÉRIQUES LIMITES DE SUITES 5 Proposition 2.4. (i) Soit (u n ) et (v n ) deux suites telles que u n v n, n n 0, (n 0 étant un entier). Si ces deux suites sont convergentes, alors lim u n lim v n. n + n + Si lim u n = +, alors lim v n = +. n + n + (ii) (Principe d encadrement) Soit (u n ), (v n ) et (w n ) des suites telles que u n v n w n, n n 1 (n 1 étant un entier). Si les suites (u n ) et (w n ) sont convergentes et (v n ) est convergente et lim n + v n = l. Exemple 2.3. (a) Calculer lim n sin n n. (b) Calculer lim n u n où u n = n k=1 n n 2 + k Quelques exemples de suites lim u n = lim w n = l, alors n + n + (1) Suite géométrique réelle. C est une suite (u n ) n 0 définie par u n = a n, où a R. On a : Si a = 1, u n = 1 pour tout n 0. Si a < 1, lim n u n = 0. Si a > 1 ou a = 1, (u n ) diverge. (2) Somme géométrique. C est une suite (u n ) n 0 définie par u n = 1 + a + a a n, (a R). On a : Si a = 1, u n = n, donc (u n ) diverge. Si a 1, u n = 1 an+1 1 a donc si a < 1, lim u n = 1 n 1 a ; si a > 1 ou a = 1, (u n ) diverge. Exemple 2.4. On considère la suite définie par : x 0 = 1 et x n+1 = 2x n + 1. (a) Montrer que x n 1, pour tout n 0. (b) Montrer que si (x n ) converge, sa limite l vérifie : l = 2l + 1. (c) Montrer qu il existe k ]0, 1[ tel que x n l k x n 1 l? En déduire que x n l k n x 0 l et conclure. (3) Suite comparable à une suite géométrique. Théorème 2.1. Soit (u n ) une suite telle que u n 0 à partir d un certain rang. On suppose que ( u n+1 u n ) converge et on pose lim u n+1 = l (l R + ). n u n Si l < 1, alors (u n ) converge et lim u n = 0. n

10 6 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES Si l > 1, alors lim u n = +, donc (u n ) diverge. n Si l = 1, on ne peut rien dire. On a les mêmes résultats si on remplace dans l énoncé la suite ( u n+1 u n ) par la suite ( n u n ). 1 2 n Exemple 2.5. u n = 1 4 (3n 2). v n = an. n 3 (4) Approximation d un réel par des rationnels. Théorème 2.2. Soit α un réel et (u n ) la suite définie par u n = E(α10n ) 10 n, alors u n Q et lim n u n = α.

11 2. SUITES NUMÉRIQUES LIMITES DE SUITES Exercices On rappelle qu en utilisant les cours et les exemples traités en cours, les étudiants devraient savoir faire les exercices en TD. Les enseignants pourront éventuellement donner des indications, sans toutefois corriger intégralement les exercices. Exercice I.2. Calculer les limites des suites définies par : u n = n 2 + 4n + 1 n ; n u n = k=1 u n = ( 1)n n ; u n = cos n n ; u n = e n sin( 1 n ). 1 k(k + 1) (remarquer que 1 k(k+1) = 1 k 1 k+1 ) ; n 1 u n = k=1 n 2 + 2k ; u n 2 1 n = k=1 n 2 + 2k (pour les deux dernières suites, encadrer u n ). Exercice I.3. Etudier la convergence des suites définies par : u n = an b n a n + b n, a, b > 0 ; u n = n 2 n ; u 0 R, u n+1 = u n + k n, k R (exprimer u n en fonction de n). Exercice I.4. En utilisant le critère de comparaison avec les suites géométriques, étudier la convergence des suites définies par : 1 2 n u n = 1 4 (3n 2) ; u n = n! n n. (Indication : pour la seconde, on admettra que lim n (1+ 1 n )n existe et on minorera cette limite à l aide de la formule du binôme de Newton). Exercice I.5. Trouver sous la forme p q décimaux périodiques sont donnés par : 0, 99 9 ; 3, ; 3, des rationnels x dont les dévelopements Exercice I.6. Soit (u n ) une suite telle que lim nu n = 0 (resp. lim nu n = 1, n n lim n nu n = + ). Que peut-on dire de (u n )? Exercice I.7. Soit la suite donnée par u 0 = 0, u n+1 = un+2 3u n Montrer que la suite est bien définie. 2. Déterminer les solutions de l équation x = x+2 3x Montrer que pour l une des solutions l de l équation ci-dessus, il existe k ]0, 1[ tel que n 0, u n+1 l k u n l. 4. Démontrer que u n l k n u 0 l pour tout n 0. Conclure. Exercice I.8. En utilisant la même méthode, étudier la convergence des suites définies par : u 0 = 3, u n+1 = 4+3un 3+2u n, n 0.

12 8 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES 3. Théorèmes de base sur la convergence Suite croissante et majorée On rappelle le résultat suivant déjà vu en terminal. Ce résultat est admis pour démontrer d autres résultats fondamentaux d Analyse. Convergence de suite croissante majorée (admis) : Toute suite réelle croissante et majorée est convergente. (De même, toute suite réelle décroissante et minorée est convergente.) Exemple 3.1. Montrer que toute suite monotone admet une limite (finie ou infinie). Exemple 3.2. Etudier la convergence des suites définies par : u 0 > 0, u n+1 = 1+u2 n 2u n, n 0. Exemple 3.3. Etudier la convergence de la suite (u n ) définie par u n = (1 + 1 n )n pour n Suites adjacentes Définition 3.1. Soit (u n ) n n0 et (v n ) n n0 deux suites. On dit qu elles sont adjacentes si (i) (u n ) est croissante et (v n ) est décroissante. (ii) n n 0, u n v n. (iii) lim (v n u n ) = 0. n + Théorème 3.1. Soit (u n ) et (v n ) deux suites adjacentes, alors elles convergent et admettent la même limite. Exemple 3.4. On considère les deux suites : u n = ! n!, n N; v n = u n + 1 n!, n N. Montrer que (u n ) et (v n ) sont adjacentes. En déduire qu elles convergent vers une même limite. Montrer que cette limite est un élément de R\Q Suites extraites Définition 3.2. Soit (u n ) une suite. Une suite extraite (ou une sous-suite) de (u n ) est une suite de la forme (u φ(n) ), où φ : N N est une application strictement croissante. Théorème 3.2. Soit (u n ) une suite convergente de limite l quand n tend vers l infini, alors toute suite extraite est convergente et a la même limite.

13 3. THÉORÈMES DE BASE SUR LA CONVERGENCE. 9 Corollaire 3.1. Soit (u n ) une suite. Si (v n ) et (w n ) sont des suites extraites qui divergent ou qui n admettent pas la même limite, alors (u n ) diverge. Exemple 3.5. u n = ( 1) n Théorème 3.3. Soit (u n ) une suite. Si les suites (u 2n ) et (u 2n+1 ) convergent et admettent la même limite l, alors la suite (u n ) converge et admet l comme limite. Exemple 3.6. Soit (u n ) une suite telle que les suites extraites (u 2n ), (u 2n+1 ) et (u 3n ) convergent. Montrer que (u n ) est convergente. Théorème 3.4. (Bolzano - Weierstrass) (preuve par dichotomie). De toute suite bornée on peut extraire une suite convergente.

14 10 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES 3.4. Exercices Exercice I.9. Montrer que la suite (u n ) définie par u n = ( 1) n + 1, n 1, n est n pas convergente. Exercice I.10. On considère la suite (u n ) définie par u 0 = 3 et pour tout n N : u n = u n 1+2n 2 2 n Montrer que pour tout n N, u n Montrer que la suite (u n ) est décroissante. 3. Montrer que la suite (u n ) est convergente et calculer sa limite. Exercice I.11. On souhaite étudier la suite (u n ) dfinie par u 0 = 0 et n N, u n+1 = 3u n Établir que la suite (u n ) est croissante. 2. En déduire que la suite (u n ) converge, et déterminer sa limite. Exercice I.12. On donne la suite (u n ) définie par : u 1 = 2 et u n = 2 u n 1. En étudiant les suites (u 2n ) et (u 2n+1 ), montrer que la suite (u n ) est convergente. Exercice I.13. Etudier la convergence des suites définies par : v 0 > 1, v n+1 = 1 1+v n, n 0 w 0 [0, 1], w n+1 = 1 w 2 n, n 0. Exercice I.14. On considère les suites (u n ) et (v n ) définies par : pour tout entier naturel strictement positif n, u n = n k=1 1 et v k 2 n = u n + 2 n 1. n 2 1. Montrer que la suite (v n ) est décroissante. 2. Montrer que les suites (u n ) et (v n ) sont adjacentes. 3. Calculer u 4 et v 4. En déduire un encadrement de la limite commune l de (u n ) et (v n ). Exercice I.15. (1) Soient (v n ) n 1 et (w n ) n 1 les suites définies par : v n = k=2n k=1 ( 1) k+1 k = n et w n = v n + 1 2n + 1. Montrer que les deux suites (v n ) et (w n ) sont adjacentes. On notera l leur limite. Donner un rationnel r tel que 0 < l r <

15 3. THÉORÈMES DE BASE SUR LA CONVERGENCE. 11 (2) Soit (u n ) n 1 la suite définie par : u n = k=n k=1 ( 1) k+1 k = ( 1)n+1. n En remarquant que les suites (v n ) et (w n ) sont des suites extraites de la suite (u n ), montrer que (u n ) est convergente. Exercice I Soient a, b > 0. Montrer que ab a+b Montrer les inégalités suivantes (b a > 0) : a a + b 2 b et a ab b. 3. Soient u 0 et v 0 des réels strictement positifs avec u 0 < v 0. On définit deux suites (u n ) et (v n ) de la façon suivante : u n+1 = u n v n et v n+1 = u n + v n. 2 Montrer que (u n ) et (v n ) sont adjacentes. Exercice I.17. En justifiant la réponse, dire si les énoncés suivants, sont vrais ou faux. 1. Si une suite est croissante et minorée, alors elle converge. (vrai ou faux) 2. Si une suite est non majorée, alors elle tend vers +. (vrai ou faux) 3. Si une suite à termes positifs tend vers 0, alors elle est décroissante à partir d un certain rang. (vrai ou faux) 4. Si une suite a une limite strictement positive, tous ses termes sont strictement positifs à partir d un certain rang. (vrai ou faux) 5. Si une suite d entiers converge, elle est stationnaire. (vrai ou faux) 6. Si une suite a un nombre fini de valeurs, elle converge si et seulement si elle est stationnaire. (vrai ou faux) 7. Une suite est convergente si et seulement si elle est bornée. (vrai ou faux) 8. Si une suite n est pas majorée, elle est minorée. (vrai ou faux) 9. Il existe une suite (u n ) avec u n = v n w n (resp. u n = v n + w n ) convergente telle que l une au moins des suites (v n ) et (w n ) diverge. (vrai ou faux) 10. Il existe une suite (u n ) divergente telle que (u n+1 u n ) tend vers 0. (vrai ou faux)

16 12 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES 4. Borne supérieure - Borne inférieure 4.1. Maximum, Minimum Majorant, Minorant Définition 4.1. Soit A une partie de R et α un élément de A. On dit que α est un plus petit (resp. plus grand) élément de A si x A, α x (resp. x A, x α). Remarque 4.1. Si un plus petit (resp. plus grand) élément de A existe, il est unique ; on l appelle l élément minimum (resp. maximum) de A, on le note min(a) (resp. max(a)). Un ensemble peut ne pas avoir d élément minimum ou maximum. Par exemple A = ]0, 1[. Définition 4.2. Soit A une partie de R. Soit M R. On dit que M est un majorant de A si x A, x M. A est dite majorée si elle admet un majorant. Soit m R. On dit que m est un minorant de A si x A, m x. A est dite minorée si elle admet un minorant Borne supérieure - Borne inférieure Définition 4.3. Soit A une partie de R. Soit α R. (i) On dit que α est la borne supérieure de A si α est un majorant de A et α est le plus petit des majorants de A. Si la borne supérieure de A existe on la note sup(a) ou sup(x) ou sup x A (x) ou sup A. x A (ii) On dit que α est la borne inférieure de A si α est un minorant de A et α est le plus grand des minorants de A. Si la borne inférieure de A existe on la note inf(a) ou inf x A (x) ou inf (x) ou inf A. x A Caractérisation de la borne supérieure dans R : α = sup(a) SSI (i) x A, x α. (α est un majorant de A) (ii) α < α, x A, α < x. (Tous nombre plus petit que α n est pas un majorant de A) Le deuxième point est équivalente à (ii) ɛ > 0, x ɛ A, α ɛ < x ɛ. Exemple 4.1. Etudier le minimum, maximum, borne inférieure et borne supérieure de l ensemble A = { 1 n : n N }. Théorème 4.1. (Propriété de la borne sup) Dans R, toute partie non vide et majorée admet une borne supérieure. (De même toute partie non vide et minorée admet une borne inférieure).

17 4. BORNE SUPÉRIEURE - BORNE INFÉRIEURE 13 Corollaire 4.1. Soit A une partie de R. Alors α = sup(a) si et seulement si α est un majorant de A et il existe une suite (u n ) dans A telle que u n converge vers α. α = inf(a) si et seulement si α est un minorant de A et il existe une suite (u n ) dans A telle que u n converge vers α. Exemple 4.2. Soit A = [ 1, 3[ Q. Etudier max(a), min(a), sup(a), inf(a). De même pour B = {3n : n N} et C = {1 1 n : n N }. Exemple 4.3. Etudier le minimum, maximum, borne inférieure et borne supérieure de l ensemble A = { 2n+( 1)n n+1 : n N}. Exemple 4.4. Soit A et B deux parties non vides et bornées de R. Etablir les assertions suivantes : 1. Si A B, alors sup A sup B. 2. inf(a B) = min(inf A, inf B) 3. sup(a + B) sup A + sup B, où A + B = {a + b; a A, b B}.

18 14 CHAPITRE I. LES NOMBRES RÉELS ET LES SUITES NUMÉRIQUES 4.3. Exercices Exercice I.18. Donner une caractérisation de la borne inférieure. Exercice I.19. Etant donné un ensemble A R, écrire avec des quantificateurs les propriétés suivantes : est un majorant de A, 2. m est un minorant de A, 3. P n est pas un majorant de A, 4. A est majoré, 5. A n est pas minoré, 6. A est borné, 7. A n est pas borné. Exercice I.20. Déterminer (s ils existent) : les majorants, les minorants, la borne supérieure, la borne inférieure, le plus grand élément, le plus petit élément des ensembles suivants : [0, 1] Q, ]0, 1[ Q, N, {( 1) n + 1n } : n N. Exercice I.21. On considère l ensemble des nombres rationnels de la forme n 1/n n+1/n où n décrit l ensemble des entiers strictement positifs. Cet ensemble est-il majoré? Minoré? A-t-il un plus petit élément? Un plus grand élément? Justifier vos réponses. Exercice I.22. Soit A et B deux parties non vides et bornées de R. Etablir les assertions suivantes : 1. Si A B, alors sup A sup B et inf A inf B. 2. sup(a B) = max(sup A, sup B) et inf(a B) = min(inf A, inf B) 3. sup(a + B) sup A + sup B, où A + B = {a + b; a A, b B}. 4. sup( A) = inf A, où A = { a; a A}. 5. sup A + inf B sup(a + B), où A + B = {a + b; a A, b B}.

19 15 Chapitre II. Fonctions réelles - Limites et continuité 1. Généralités sur les fonctions Définition 1.1. Une Fonction de la variable réelle à valeurs réelles est une application f : U R, où U est une partie de R. En général, U est un intervalle ou une réunion d intervalles de R. On appelle U le domaine de définition de f et on le note D f. On appelle image de f notée Im(f) ou f(d f ), l ensemble {y x, y = f(x)} ou {f(x) x D f }. Définition 1.2. Fonctions monotones. Soit f : U R une fonction. f est croissante (resp. strictement croissante) sur U si x U, y U, (x y) (f(x) f(y)) (resp. x U, y U, (x > y) (f(x) > f(y))). f est décroissante (resp. strictement décroissante) sur U si x U, y U, (x y) (f(x) f(y)) (resp. x U, y U, (x > y) (f(x) < f(y))). f est monotone (resp. strictement monotone) sur U si f est croissante sur U ou si f est décroissante sur U (resp. strictement croissante sur U ou strictement décroissante sur U). Définition 1.3. Fonctions majorées, minorées, bornées. Soit f : U R une fonction. f est majorée sur U si M R, x U, f(x) M. f est minorée sur U si m R, x U, f(x) m. f est bornée sur U si f est majorée et minorée ou M > 0 tel que x U, f(x) M. Définition 1.4. Fonctions paires, impaires. Soit f : I R une fonction, où I est un intervalle centré en 0 de R, on dit que f est paire (resp. impaire) si f( x) = f(x) (resp. f( x) = f(x)) pour tout x I. Définition 1.5. Fonctions périodiques. Soit f : R R une fonction, on dit que f est périodique de période T (T étant un réel > 0) si x R, f(x + T ) = f(x). Définition 1.6. Opérations sur les fonctions. Soit f : U R et g : U R deux fonctions. La somme de f et g est la fonction f + g : U R définie par (f + g)(x) = f(x) + g(x). La multiplication de la fonction f par un réel λ est la fonction λf : U R définie par (λf)(x) = λf(x). Le produit des fonctions f et g est la fonction fg : U R définie par (fg)(x) = f(x)g(x).

20 16 CHAPITRE II. FONCTIONS RÉELLES - LIMITES ET CONTINUITÉ Définition 1.7. La composée de deux fonctions : Soit f : I R, g : J R. On suppose que Im(f) J. Alors la composée de f et g est la focntion : I R, x g(f(x)). On la note g f. Donc g f(x) = g(f(x)). Graphes des fonctions Les graphes des fonctions E(x) ou [x] la partie entière, x. Exemple 1.1. Tracer le graphe de la fonction f définie sur R par f(x) = x 1 2 x + 1. Rappels des graphes des fonction e x, ln x, sin x, cos x. Exemple 1.2. Tracer le graphe de la fonction tan x = sin x cos x.

21 2. LIMITES DE FONCTIONS Limites de fonctions 2.1. Définitions Définition 2.1. Limite en un point fini. Soit a R, U un intervalle contenant a et f une fonction définie sur U\{a}. (i) Soit l un réel. On dit que f(x) tend vers l (ou f a pour limite l) quand x tend vers a et on note lim x a f(x) = l si f(x) est aussi proche que l on veut de l, pourvu que x soit suffisamment proche de a. Autrement dit, pour tout intervalle ouvert J contenant l, il existe un intervalle ouvert I (qui dépend de J) contenant a, tel que si x appartient à I U alors f(x) appartient à J. Ceci est équivalent à : pour tout intervalle ouvert J centré en l, il existe un intervalle ouvert I (qui dépend de J) centré en a tel que si x appartient à I U alors f(x) appartient à J. Ceci s écrit : ɛ > 0, δ ɛ > 0, x U, (0 < x a < δ ɛ ) ( f(x) l < ɛ). Exemple. lim x 2 = 1. x 1 (ii) On dit que f a pour limite + quand x tend vers a et on note lim x a f(x) = + si f(x) est aussi grand que l on veut, pourvu que x soit suffisamment proche de a. C.à.d que pour tout intervalle du type J =]A, + [ (A étant un réel qui peut être considéré > 0), il existe un intervalle I (qui dépend de J) centré en a, tel que si x appartient à I U alors f(x) appartient à J. Ceci s écrit : A > 0, α A > 0, x U, (0 < x a < α A ) (f(x) > A). (iii) On dit que f a pour limite quand x tend vers a et on note lim x a f(x) = si pour tout intervalle du type J =], A[ (A étant un réel qui peut être considéré < 0), il existe un intervalle I (qui dépend de J) centré en a, tel que si x appartient à I U alors f(x) appartient à J. Ceci s écrit : A < 0, α A > 0, x I, (0 < x a < α A ) (f(x) < A). Définition 2.2. Limite à gauche et à droite. Soit a R, I un intervalle ouvert contenant a et f une fonction définie, sur I\{a}. Soit l un réel. On dit que f a pour limite l quand x tend vers a à gauche et on note lim f(x) = l si x a ɛ > 0, α ɛ > 0, x I, (a α ɛ < x < a) ( f(x) l < ɛ). Soit l un réel. On dit que f a pour limite l quand x tend vers a à droite et on note lim x a + f(x) = l si ɛ > 0, α ɛ > 0, x I, (a < x < a + α ɛ ) ( f(x) l < ɛ).

22 18 CHAPITRE II. FONCTIONS RÉELLES - LIMITES ET CONTINUITÉ Proposition 2.1. Une fonction f admet une limite en a si et seulement si elle admet une limite à gauche et une limite à droite en a et lim f(x) = lim f(x). x a x a + Exercices. Ecrire la définition de lim f(x) = + et lim f(x) =. x a x a + Définition 2.3. Limite en +. Soit I =]x 0, + [, x 0 étant un réel et f une fonction définie sur I. Soit l un réel. On dit que f a pour limite l quand x tend vers + et on note lim x + f(x) = l si ɛ > 0, A ɛ > 0, x I, (x > A ɛ ) ( f(x) l < ɛ). On dit que f a pour limite + quand x tend vers + et on note lim x + f(x) = + si A > 0, B A > 0, x I, (x > B A ) (f(x) > A). Exemple 2.1. lim x + 1 x 2 = 0, et lim x + ln x = +. Définition 2.4. Limite en. Soit I =], a[, a étant un réel et f une fonction définie sur I. Soit l un réel. On dit que f a pour limite l quand x tend vers et on note lim x f(x) = l si ɛ > 0, A ɛ < 0, x I, (x < A ɛ ) ( f(x) l < ɛ). On dit que f a pour limite + quand x tend vers et on note lim x f(x) = + si A > 0, B A < 0, x I, (x < B A ) (f(x) > A). Exercices. Ecrire la définition de lim x + f(x) = et lim x f(x) = Propriétés Proposition 2.2. (Unicité de la limite) Si f admet une limite (finie ou infinie) en un point (fini ou infini), alors cette limite est unique. Proposition 2.3. (Opérations sur les limites) Soient a R := R {, + }, l, l R et f, g des fonctions réelles. (Somme, produit) Si lim f(x) = l et lim g(x) = l, alors x a x a lim (f + g)(x) = l + x a l et lim(fg)(x) = ll x a Si lim f(x) = l, avec l > 0 et lim g(x) = +, alors lim(fg)(x) = +. x a x a x a (Quotient) Si lim f(x) = l et lim g(x) = l, l f(x) 0, alors lim x a x a x a g(x) = l l. Si lim f(x) = ±, alors lim x a f(x) = 0. (Composée) Si lim f(x) = l et lim g(x) = l, alors lim g f(x) = l. x a x l x a x a 1

23 2. LIMITES DE FONCTIONS 19 Formes indéterminées. + ; 0 ; ; 0 0 ; 1 ; 0 ; 0. Exemple 2.2. Calculer les limites x lim 2 2x+3 x 0 2x 3 +x 5, lim x + ( x 2 x + 1 x), lim x ( x 2 x x). lim x 2x2 +x 2 3x 2 +2x+2, lim x + sin 1 x, lim x ( x 2 x + 1 x), Proposition 2.4. (Passage à la limite dans des inégalités) Soient a R et l, l R. Soient f et g deux fonctions telles que f g au voisinage de a. Si lim f(x) = l et lim g(x) = l, alors l l. x a x a Si lim f(x) = +, alors lim g(x) = +. x a x a Si lim g(x) =, alors lim f(x) =. x a x a Proposition 2.5. (Principe d encadrement) Soit l et a deux éléments de R. Soit f, g et h des fonctions telles que f g h au voisinage de a et lim f(x) = lim h(x) = l, alors lim g(x) = l. x a x a x a Exemple 2.3. lim x 0 sin x x = 1. Exemple 2.4. Calculer la limite lim x 0 1 cos x x 2. Exemple 2.5. lim x 0 x sin 1 x ; lim x 0(e x 1) cos 1 x. Exemple 2.6. Calculer la limite lim x 0 + xe( 1 x ), où E(a) est la partie entière de a. Théorème 2.1. Soit a R, I un intervalle contenant a et f une fonction définie sur I\{a}. Alors lim f(x) = l existe SSI pour toute suite (u n ) I\{a} telle que x a lim n u n = a, on a lim n f(u n ) = l. Exemple 2.7. sin 1 x n a pas de limite en 0.

24 20 CHAPITRE II. FONCTIONS RÉELLES - LIMITES ET CONTINUITÉ 2.3. Exercices Exercice II Montrer que pour tout 0 < ε < 1 et pour x R, on a : x 1 < ε 4 = x2 + x 2 < ε. 2. En déduire (en utilisant la définition d une limite) : lim x 1 (x2 + x 1) et lim(x 2 + x 2) cos x. x 1 Exercice II.2. Calculer lorsqu elles existent les limites suivantes a) lim x 0 x x x sin 2 x d) lim x π 1 + cos x x x b) lim x x e) lim x 2 x 2 4 x 2 3 x + 2 c) lim x x 1 + x 2 f) lim x + ( x + 5 x 3) x g) lim x x 2 1 x + x + x x 2 h) lim (x ln(chx)) i) lim. x + x + x + 1 Exercice II.3. Calculer les limites suivantes : 1 sin 2x a) lim x sin x b) lim x 0 + x 0 sin 3x x sin x c) lim x 0 1 cos x e) lim x 0 x tan x cos 2 x 1 sin x 1 2 sin 2x d) lim x 0 x 3 f) lim x 0 tan x sin x sin 3 ( x 2 ) Exercice II.4. Calculer les limites suivantes : a) lim x 0 + xe( 1 x ) ; b) lim x + xe( 1 x ) ; c) lim x 0 + xe( 1 x ).

25 3. CONTINUITÉ Continuité 3.1. Définitions et propriétés Définition 3.1. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle ouvert I. Soit a I. On dit que f est continue en a si lim x a f(x) = f(a). On dit que f est continue sur I si f est continue en tout point de I. Si f n est pas continue en un point a de I, on dit qu elle est discontinue en a. Proposition 3.1. Soit f : I R une fonction continue en un point a I, I étant un intervalle ouvert de R, telle que f(a) 0, alors il existe un intervalle ouvert V contenant a tel que f(x) 0, x V. Proposition 3.2. (Somme, produit, inverse) Soit f : I R et g : I R deux fonctions continues en un point a d un intervalle I. Alors, (i) les fonctions f + g, fg sont continues en a ; (ii) si g(a) 0, 1 g est continue en a. Proposition 3.3. (Composée) Soit I un intervalle et a I. Soit f : I R et g : J R deux fonctions telles que f(i) J. Si f est continue en a et g est continue en f(a), alors g f est continue en a. Exemple 3.1. Soit a, b deux nombres réels. On consière la fonction f définie sur R par sin 2 x si x < 0; x f(x) = ax + b si 0 x 2; 2a sin( π x) si x > 2. 4 Déterminer les valeurs de a et b telles que f soit continue sur R Prolongement par continuité Soit a R, I un intervalle contenant a, et f : I\{a} R une fonction. On dit que f admet un prolongement par continuité en a si lim x a f(x) est finie. On suppose que lim x a f(x) = l (l R). Soit la fonction f définie par { f(x) si x I\{a} f(x) = l si x = a Alors, f est continue en a. La fonction f est appelée le prolongement par continuité de f en a. Exemple 3.2. f(x) = x sin 1 x pour x 0.

26 22 CHAPITRE II. FONCTIONS RÉELLES - LIMITES ET CONTINUITÉ 3.3. Image d un intervalle par une fonction continue Théorème 3.1. Soit f : [a, b] R une fonction continue ([a, b] étant un intervalle fermé borné). Alors, f est bornée et atteint dans [a, b] sa borne supérieure et inférieure. C est-à-dire qu il existe deux réels m et M tel que (i) m f(x) M pour tout x [a, b] ; (ii) il existe c 1 [a, b], c 2 [a, b] tels que f(c 1 ) = m et f(c 2 ) = M. Théorème 3.2. (Théorème des valeurs intermédiaires) Soit f : [a, b] R une fonction continue et α un réel compris entre f(a) et f(b). Alors, il existe c [a, b] tel que f(c) = α. Corollaire 3.1. Soit f : [a, b] R une fonction continue. Si f(a)f(b) < 0, alors il existe c ]a, b[ tel que f(c) = 0. Exemple 3.3. Soit P un polynôme à coefficients réels de degré impair. Montrer que P admet au moins une racine réelle. Corollaire 3.2. Soit I un intervalle et f : I R une fonction. Si f est continue sur I, alors f(i) est un intervalle. Corollaire 3.3. Soit f : [a, b] R une fonction continue. Alors f([a, b]) est un segment (c.à.d un intervalle fermé borné). Exemple 3.4. Montrer que la fonction f(x) = x 8 + 3x s annule deux fois sur [ 2, 2]. Exemple 3.5. Montrer que la fonction f(x) = e x sin x + cos x s annule une infinité de fois sur R.

27 3. CONTINUITÉ Exercices Exercice II.5. Déterminer les domaines de définition et de continuité des fonctions suivantes : 2+3 x f(x) = 5 2 x ; g(x) = x 2 2 x 5; h(x) = ln (4 x + 3) ; j(x) = 1 1 x 2. 1 x 2 Exercice II.6. Etudier la continuité sur R des fonctions suivantes : 1. f 1 (x) = x 2 cos 1 x si x 0, et f 1(0) = 0 ; 2. f 2 (x) = sin x sin 1 x si x 0, et f 2(0) = 0 ; 3. f 3 (x) = xe(x) ; 4. f 4 (x) = E(x) sin(πx). Exercice II.7. Soit f : R R continue en 0 telle que Montrer que f est constante. x R, f(x) = f(2x). Exercice II.8. Soient f et g continues sur [0, 1] telles que x [0, 1] f(x) < g(x). Montrer qu il existe m > 0 tel que x [0, 1], f(x) + m < g(x). Exercice II.9. Soit f(x) = x 5 3x 1, g(x) = x2 x Montrer que f(x) = 0 admet une solution sur [1, 2]. 2. Montrer que g(x) = 0 admet une solution sur [0, 1]. 3. Montrer que f(x) = g(x) admet une solution sur ]0, 2]. Exercice II.10. Soit f : x R f(x) = cos x 1 + x 2. Montrer que f est majorée sur R, minorée sur R. Déterminer sup f(x). x R Exercice II.11. Soit f : R + R continue admettant une limite finie en +. Montrer que f est bornée. Atteint-elle ses bornes? Exercice II.12. Soit f : R R une fonction continue telle que lim f(x) = x et lim f(x) = +. Montrer que f s annule au moins une fois sur R. Appliquer x + ceci aux polynômes de degré impair. Exercice II.13. Soit f : [a, b] R continue sur [a, b]. Montrer que si p et q sont deux réels strictement positifs, alors : 1. Il existe c [a, b] tel que pf(a) + qf(b) = (p + q)f(c). 2. Si f est monotone, il existe c ]a, b[ tel que pf(a) + qf(b) = (p + q)f(c).

28 24 CHAPITRE II. FONCTIONS RÉELLES - LIMITES ET CONTINUITÉ Exercices supplémentaires Exercice II.14. En utilisant la définition d une limite, montrer que : a) lim(2x + 1) = 5 ; x 2 c) lim (3x + 2) sin x 2 3 e) lim x e 1 x ( 1 3x + 2 ) b) lim(x 2 1) = 0. x 1 1 = 0 ; d) lim = 0. x + x = 2 ; f) lim x ex2 = +. (Indication : Pour les deux dernières limites, utiliser les croissances comparées) Exercice II.15. (a) Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de limite en +. (b) Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une limite finie en +. Exercice II Soit la fonction réelle définie par f(x) = 1 si x Q et f(x) = 0 sinon. Montrer que f n admet pas de limite en tout point de R. 2. Soit la fonction réelle définie par f(x) = x si x Q et f(x) = 1 x sinon. En quels points de R f est elle continue? Exercice II.17. Soit f la fonction réelle à valeurs réelles, définie par x si x < 1 f(x) = x 2 si 1 x 4 8 x si x > 4 1. Tracer le graphe de f. 2. f est elle continue? 3. Montrer que f définit une bijection de R sur R et déterminer f 1.

29 25 Chapitre III. Fonctions réelles - Dérivées 1. Dérivabilité 1.1. Dérivée en un point Définition 1.1. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle ouvert I. f(x) f(x 0 ) (i) Soit x 0 I, on dit que f est dérivable en x 0 si lim est finie. x x 0 x x 0 Dans ce cas, ce réel est appelé la dérivée de f en x 0, qu on note f (x 0 ) ou df dx (x 0). (ii) On dit que f est dérivable sur I si f est dérivable en tout point de I. Dans ce cas, on appelle dérivée de f la fonction qui à tout point x de I associe f (x), cette fonction est notée f ou df dx. Exemple 1.1. f(x) = x 2. f(x) = sin x. Interprétation géométrique. Soit C le graphe de f et M 0 et M deux points de C de coordonnées (x 0, f(x 0 )) et (x, f(x)) respectivement. La droite (M 0 M) a pour pente f(x) f(x 0) x x 0. Alors, f est dérivable en x 0 et la dérivée de f en x 0 est l (l R) ssi quand x tend vers x 0 la droite (M 0 M) a pour position limite la droite passant par M 0 et de pente l. Cette droite est appelée la tangente à C en M 0. Si f est dérivable en x 0, l équation de la tangente à C en M 0 est y = f(x 0 ) + f (x 0 )(x x 0 ). Autres écritures de la dérivée. f(x 0 + h) f(x 0 ) (i) f est dérivable en x 0 SSI lim est finie. h 0 h (ii) f est dérivable en x 0 s il existe l R et une fonction ɛ tels que f(x) = f(x 0 ) + (x x 0 )l + (x x 0 )ɛ(x), pour tout x appartenant à un voisinage de x 0, où ɛ(x) est une fonction qui vérifie lim ɛ(x) = 0. x x 0 Proposition 1.1. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle ouvert I et x 0 un point de I. Si f est dérivable en x 0, alors f est continue en x 0. La réciproque est fausse. Dérivée à gauche et à droite Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle I et x 0 un point de I. On dit que f est dérivable à gauche (resp. à droite) en x 0 si f est définie à gauche (resp. à droite) de x 0 et lim x x 0 f(x) f(x 0 ) x x 0 (resp. lim x x + 0 cas ce réel est noté f g(x 0 ) (resp. f d (x 0)). f(x) f(x 0 ) ) est finie. Dans ce x x 0

30 26 CHAPITRE III. FONCTIONS RÉELLES - DÉRIVÉES Proposition 1.2. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle I et x 0 un point de I. Alors f est dérivable en x 0 si et seulement si f est dérivable à gauche et à droite, et f g(x 0 ) = f d (x 0) Propriétés Proposition 1.3. (Dérivée d une somme, d un produit par un réel et d un produit) Soit f et g deux fonctions dérivables en un point x 0 et λ R. Alors, les fonctions f + g, λf et fg sont dérivables en x 0 et on a : (f + g) (x 0 ) = f (x 0 ) + g (x 0 ), (λf) (x 0 ) = λf (x 0 ), (fg) (x 0 ) = f (x 0 )g(x 0 ) + f(x 0 )g (x 0 ). Proposition 1.4. (Dérivée de l inverse d une fonction) Soit f une fonction dérivable en un point x 0. On suppose que f(x 0 ) 0. Alors, la fonction 1 f est dérivable en x 0 et ( 1 f ) (x 0 ) = f (x 0 ) (f(x 0 )) 2. Corollaire 1.1. Soit f et g deux fonctions dérivables en un point x 0. On suppose que g(x 0 ) 0. Alors, la fonction f g est dérivable en x 0 et ( f g ) (x 0 ) = f (x 0 )g(x 0 ) f(x 0 )g (x 0 ) (g(x 0 )) 2. Proposition 1.5. (Dérivée de la composée de deux fonctions) Soit f : I R et g : J R deux fonctions telles que f(i) J. On suppose que f est dérivable en un point x 0 I et que g est dérivable en f(x 0 ). Alors, g f est dérivable en x 0 et (g f) (x 0 ) = g (f(x 0 ))f (x 0 ). Dérivées des fonctions usuelles (x α ) = αx α 1, α R, (e x ) = e x (ln x ) = 1 x, (sin x) = cos x, (cos x) = sin x, (tan x) = 1 cos 2 x, (chx) = shx = ex e x, (shx) = chx = ex + e x. 2 2 Définition 1.2. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle I. On dit que f est de classe C 1 sur I si f est dérivable sur I et la fonction dérivée x f (x) est continue sur I. Exemple 1.2. f(x) = e 1 x 2 pour x 0 et f(0) = 0. Exemple 1.3. f(x) = x 3 sin 1 x pour x 0 et f(0) = 0.

31 1. DÉRIVABILITÉ Dérivées d ordre supérieur Définition 1.3. Soit f : I R une fonction définie sur un intervalle I. (i) On suppose que f est dérivable sur I et soit f : I R sa fonction dérivée. Si la fonction f est dérivable sur I, on notera sa fonction dérivée f ou f (2), qu on appellera la dérivée seconde de f, etc. Ces dérivées successives (si elles existent) se notent f, f, f (3),, f (n),... ou df dx, d2 f,..., dn f dx 2 dx, La fonction n f (n) est appelée dérivée n ième de f. (ii) On dit que f est n fois dérivable sur I si elle admet une dérivée n ième sur I. (iii) On dit que f est de classe C n sur I si f admet une dérivée n ième sur I et si cette dérivée n ième est continue sur I. (iv) On dit que f est de classe C sur I si f est indéfiniment dérivable sur I (f est de classe C n sur I pour tout entier n). Formule de Leibniz. Soit f et g deux fonctions n fois dérivables sur un intervalle I (n étant un entier 1). Alors, la fonction fg est n fois dérivable sur I et on a n (fg) (n) = Cnf k (k) g (n k), avec la convention f (0) = f. k=0 Exemple 1.4. Calculer les fonctions dérivées d ordre n des fonctions f(x) = sin 2 x et g(x) = x 2 e x.

32 28 CHAPITRE III. FONCTIONS RÉELLES - DÉRIVÉES 1.4. Exercices Exercice III.1. Calculer, lorsqu elles existent, les dérivées des fonctions : x 1 + x 2 sin 2 x, x exp(1/x) + 1 exp(1/x) 1, x log( 1 + sin(x) 1 sin(x) ), x (x(x 2))1/3, ( ) x sin e x ln(x + 1), x (2x + 3) cos(5x+2). Exercice III.2. Etudier la dérivabilité des fonctions suivantes : (a) f 1 (x) = x 2 cos 1 x si x 0, f 1(0) = 0; (b) f 2 (x) = sin x sin 1 x si x 0, f 2(0) = 0; (c) f 3 (x) = x x 2 2x + 1 x 1 si x 1, f 3 (1) = 1. Exercice III.3. Etudier la dérivabilité sur R des applications suivantes : f : x x x, g : x x 1 + x, h : x x. Exercice III.4. Prolonger par continuité en 0 et étudier la dérivabilité de f(x) = x ln x et g(x) = ex 1 x. Exercice III.5. Déterminer a, b R de manière à ce que la fonction f définie sur R + par : f(x) = x, si 0 x 1 et f(x) = ax 2 + bx + 1, sinon soit dérivable sur R +. Exercice III.6. Soit f : R R définie par f(x) = x 2 cos 1. Montrer que f est x prolongeable par continuité en 0 ; on note encore f la fonction prolongée. Montrer que f est dérivable sur R mais que f n est pas continue en 0. Exercice III.7. Soit f : R R une fonction dérivable sur R et f la dérivée de f. Montrer que : 1. f est paire si et seulement si f est impaire. 2. f est impaire si et seulement si f est paire et f(0) = 0. Exercice III.8. Soient f : [0, 1] R une fonction dérivable sur [0, 1], telle que f(0) = f(1). On considère la fonction g définie par : { f(2x), si x [0, 1 g(x) = 2 ] f(2x 1), si x [ 1 2, 1] Montrer que g est continue sur [0, 1]. A quelle condition g est dérivable sur [0, 1]?

33 1. DÉRIVABILITÉ 29 Exercice III.9. Calculer la fonction dérivée d ordre n des fonctions f, g, h définies par : f(x) = sin x ; g(x) = sin 2 x ; h(x) = sin 3 x + cos 3 x. Exercice III.10. Calculer les dérivées successives des fonctions : x x 2 e x ; x x 2 (1 + x) n ; x x2 + 1 (x + 1) 2 ; x x n 1 ln x. Exercice III Soient a < b deux réels et f(x) = (x a) n (x b) n. Calculer f (n) et en déduire n (Cn) k 2. k=0 2. Montrer que f (n) est un polynôme de degré n dont les racines sont réelles, simples et appartiennent à [a, b].

34 30 CHAPITRE III. FONCTIONS RÉELLES - DÉRIVÉES 2. Fonctions réciproques 2.1. Définition Définition 2.1. Soit f : E F (E et F étant des parties de R) une fonction. Injection : f est injective si x E, x E, (f(x) = f(x )) (x = x ). Surjection : f est surjective si f(e) = F, c.à.d y F, x E; tel que y = f(x). (Attention à l importance de l ordre des quantificateurs!) Bijection : f est bijective si f est à la fois injective et surjective. Ceci revient à dire que pour tout élément y de F il existe un unique élément x de E tel que y = f(x). Définition 2.2. Soit f : I J. On dit que f admet une fonction réciproque s il existe g : J I telle que f g = Id J et g f = Id I. On dit alors que g est la fonction réciproque de f et on note g = f 1. Proposition 2.1. Soit f une fonction définie sur I, soit J = f(i). Alors f admet une réciproque si et seulement si f est bijective. Théorème 2.1. Si f est strictement monotone sur I, alors f réalise une bijection de I sur f(i). Dans ce cas la fonction réciproque f 1 de f est l application de J dans I qui à un élément y de J associe l unique élément x de I vérifiant y = f(x). Exemple ) f(x) = ax + b (a 0). f : R R. 2) f(x) = x 2. Remarque 2.1. Soit G (resp. G ) le graphe de f (resp. de f 1 ) dans un repère normé, alors les deux graphes sont symétriques par rapport à la 1ère bissectrice. Proposition 2.2. Soit f : E F et g : F G deux fonctions réelles. Si g f est injective (resp. surjective), alors f est injective (resp. g est surjective). Proposition 2.3. Soit f : E F et g : F G deux fonctions réelles. Alors, Si f et g sont injectives (resp. surjectives), g f est injective (resp. surjective). Théorème 2.2. (Continuité des Fonctions réciproques) Soit I un intervalle et f : I R une fonction continue et strictement monotone sur I. Alors, f établit une bijection de I sur l intervalle J = f(i) et l application réciproque notée f 1 de J dans I est continue et admet la même monotonie que f Dérivées des fonctions réciproques Théorème 2.3. Soit f : I J, continue, bijective. (Alors f 1 est continue sur J). Soit a I, alors b = f(a) J. Si f est dérivable en a et f (a) 0, alors f 1 est dérivable en b et (f 1 ) (b) = 1 f (a).

35 2. FONCTIONS RÉCIPROQUES Fonctions réciproques des fonctions usuelles (a) Fonction exponentielle. f(x) = ln x : ]0, + [ R, strictement croissante, f 1 = exp. (f 1 ) (y) = e y. On a y = ln x x = e y et e y est stricetement croissante sur R. (b) Fonction arcsinus. f(x) = sin x, monotone sur [ π 2, π 2 ]. On note f 1 = arcsin définie sur [ 1, 1] d image [ π 2, π 2 ]. f (x) = cos x 0 sur ] π 2, π 2 [, donc arcsin est dérivable sur ] 1, 1[ et arcsin (x) = 1. 1 x 2 (c) Fonction arccosinus. f(x) = cos x, monotone sur [0, π]. On note f 1 = arccos, définie sur [ 1, 1] d image [0, π], dérivable sur ] 1, 1[ et arccos (x) = 1. 1 x 2 (d) Fonction arctangente. f(x) = tan x, bijective de ] π 2, π 2 [ sur R strictement croissante. On note f 1 = arctan : R ] π 2, π 2 [, dérivable sur R et arctan (x) = 1. 1+x 2 (e) Fonction racine nième. Soit n un entier 1. La fonction x x n est définie et continue sur R. Si n est pair, elle est strictement croissante sur [0, + [ ; donc bijective de [0, + [ sur [0, + [, elle admet une fonction réciproque appelée racine n-ıème et notée x n x, définie et continue sur [0, + [, dérivable sur ]0, + [ avec ( n x) = 1 n x 1 n 1. si n est impair (n 1), elle est strictement croissante sur R. Elle admet donc une fonction réciproque appelée racine n-ıème et notée x n x, définie et continue sur R, dérivable sur R, avec ( n x) = 1 n x 1 n 1. (f) Fonction sinus hyperbolique. f(x) = shx. f (x) = chx > 0 sur R, f est strictement croissante sur R, donc bijective de R sur R. f admet une fonction réciproque que l on note f 1 = argsh : R R. Elle est dérivable sur R. Si x = shy, alors argsh (x) = 1 f (y) = 1 chy, donc argsh (x) = 1. x 2 +1 Pour x R, on peut aussi montrer que argsh(x) = ln(x + x 2 + 1). (g) Fonction cosinus hyperbolique. f(x) = chx. f (x) = shx est positive sur [0, + [ et négative sur ], 0]. Donc f est strictement croissantesur [0, + [, et bijective de [0, + [ sur [1, + [. On note f 1 = argch la fonction réciproque. Elle est définie sur [1, + [ d image [0, + [. Elle dérivalbe sur ]1, + [ et on a argch (x) = 1. x 2 1 Pour x 1, on a argch(x) = ln(x + x 2 1). (h) Fonction tangente hyperbolique. f(x) = th x = shx chx = ex e x e x +e x, bijective de R sur ] 1, 1[ strictement croissante. On note f 1 = argth, dérivable sur ] 1, 1[ et argth (x) = 1 1 x 2. Pour x ] 1, 1[, argth x = 1 2 ln 1+x 1 x. Exemple 2.2. Tracer la courbe représentative de la fonction x f(x) = arcsin(cos x). Exemple 2.3. Tracer la courbe représentative de la fonction f(x) = ln(arccos 1 x ).

36 32 CHAPITRE III. FONCTIONS RÉELLES - DÉRIVÉES 2.4. Exercices Exercice III.12. Ecrire sous forme d expression algébrique sin(arccos x), cos(arcsin x), cos(arctan x), sin(arctan x). Exercice III.13. Vérifier arcsin x + arccos x = π 2, arctan x + arctan 1 x = sign(x)π 2. Exercice III.14. Soient les fonctions f : x arcsin(sin x) et g : x arctan 1. Simplifier les expressions de f(x) et g(x). 2. Construire les graphes de f et g. 1 cos x 1 + cos x. Exercice III.15. Tracer les courbes représentatives des fonctions x f(x) = sin(arcsin x), x f(x) = arcsin(cos x), x f(x) = arctan( 1 x ). Exercice III.16. Résoudre les équations suivantes : 1. arctan(2x) + arctan x = π arcsin(2x) arcsin(x 3) = arcsin(x). 3. arctan(x) + arctan( 3x) = 7π 12.

37 3. EXTREMA LOCAUX ET THÉORÈME DE ROLLE Extrema locaux et théorème de Rolle 3.1. Points critiques et extrema locaux Définition 3.1. Point critique : Soit f une fonction définie sur un intervalle I et x 0 I. On dit que x 0 est un point critique de f si f (x 0 ) = 0. minimum ou maximum local : Soit f une fonction définie sur un intervalle I et x 0 I. On dit que x 0 est un point minimum (resp. maximum) local s il exite δ > 0 tel que f(x 0 ) soit le mimimum (resp. maximum) de f sur ]x 0 δ, x 0 + δ[. extremum local : minimum ou maximum local. Théorème 3.1. Soit f une fonction définie sur un intervalle I, x 0 I et il exite δ > 0 tel que ]x 0 δ, x 0 + δ[ I. Si f admet un extremum en x 0, alors f (x 0 ) = 0. Remarque 3.1. Pour déterminer le maximum et le minimum d un fonction continue sur un intervalle [a, b] (fermé et borné), on détermine les points critiques et on compare les valeurs en ces points avec les valeurs f(a), f(b). Exemple 3.1. Soit P (x) = (x 2 + x 2) 3. Calculer P (x). Sans calculer P, montrer que P a au moins deux racines dans l intervalle ] 2, 1[. Déterminer min P (x). x [ 2,1] 3.2. Théorème de Rolle et règle de L Hôpital Théorème 3.2. (Théorème de Rolle) Soit a < b des réels et f : [a, b] R une fonction. On suppose que : f est continue sur [a, b], f est dérivable sur ]a, b[, f(a) = f(b). Alors c ]a, b[ tel que f (c) = 0. Interprétation géométrique. Soit C le graphe de f. Sous les hypothèses du théorème, il existe un réel c ]a, b[ tel que la tangente à C au point (c, f(c)) est horizontale. Corollaire 3.1. (Règle de L Hôpital) Soit f et g deux fonctions dérivables sur un intervalle I et soit x 0 un point de I. On suppose que f(x 0 ) = g(x 0 ) = 0, et pour tout x I\{x 0 }, g(x) 0 et g (x) 0. f (x) f(x) Si lim x x 0 g = l, (l R), alors lim (x) x x 0 g(x) = l. Remarque 3.2. La règle de l Hôpital est valable aussi pour x 0 = ± et les formes indéterminées 0 0,. Exemple 3.2. Calculer lim x 0 arcsin x x x 3.

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités Pascal Floquet Xuân Meyer Première Année à Distance Septembre 006 Jean-Claude Satge Table des matières

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples.

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Introduction : On suppose connues les notions d injectivité, surjectivité,

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

CH1 : Langages de la continuité Limites

CH1 : Langages de la continuité Limites CH : Langages de la continuité Limites I. Continuité- Théorème des valeurs intermédiaires. Définition : Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R. Lorsque la courbe représentative de f ne présente

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie Finance et Gestion L1-S1 : MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Notes de cours : Chapitre II : Limites Notations

Plus en détail

Fonctions hyperboliques et applications réciproques

Fonctions hyperboliques et applications réciproques Chapitre III Fonctions hyperboliques et applications réciproques A Fonctions hyperboliques directes A. Sinus hyperbolique et cosinus hyperbolique On va définir de nouvelles fonctions inspirées notamment

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Dunod, Paris, 009 ISBN

Plus en détail

Fiche de révisions de première année pour une rentrée en PSI en toute sérénité!

Fiche de révisions de première année pour une rentrée en PSI en toute sérénité! PSI Septembre 0 MATHEMATIQUES Fiche de révisions de première année pour une rentrée en PSI en toute sérénité! Table des matières Nombres complexes 3. Cours...................................... 3. Exercices

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Terminale S3 Année 2009-2010 Table des matières I Les fonctions. 4 1 Les limites (suite du cours) 5 IV Limites par comparaison....................................... 5 V Fonctions

Plus en détail

La fonction logarithme népérien

La fonction logarithme népérien La fonction logarithme népérien La fonction exponentielle est continue strictement croissante sur R à valeurs dans ]0; + [. Elle définit donc une bijection de R sur ]0; + [, c est-à-dire que quel que soit

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Table des matières partie 1. Récurrence et suites 1 Chapitre 1. Raisonnement par récurrence

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles ENIHP1 mathématiques continuité et dérivabilité p 1/10 Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles Le cours sera illustré à l'aide du logiciel de calcul formel gratuit Maima. Les commandes

Plus en détail

MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET. Le Formulaire MPSI

MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET. Le Formulaire MPSI MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET Le Formulaire MPSI Conception et création de couverture : Atelier 3+ Collaboration technique : Thomas Fredon, ingénieur Télécom Bretagne

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Fonction d une variable réelle

Fonction d une variable réelle Fonction d une variable réelle 1 Fonction d une variable réelle : généralités Définitions Fonctions et opérations Fonctions et ordre Propriétés particulières Monotonie Limites Limites et opérations Limites

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

COURS L1 PREPA AGRO VETO 2012. Claire CHRISTOPHE

COURS L1 PREPA AGRO VETO 2012. Claire CHRISTOPHE COURS L PREPA AGRO VETO 202 Claire CHRISTOPHE 8 avril 203 2 Table des matières I ANALYSE 5 Fonctions numériques de la variable réelle 7. Complément sur l étude des fonctions..................................

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3 Alexandre VIDAL Dernière modification : 11 janvier 2011 Table des matières I Généralités et rappels sur les fonctions 1 I.1 Définition....................................

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Fonctions circulaires et applications réciproques

Fonctions circulaires et applications réciproques Chapitre II Fonctions circulaires et applications réciproques A Fonctions circulaires A Rappels de trigonométrie Radians et cercle trigonométrique Le radian est une unité de mesure d angle (orienté) définie

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

Compléments de trigonométrie

Compléments de trigonométrie IUT Orsay Mesures Physiques Cours du er semestre Compléments de trigonométrie A. Les outils A-I. Notion de bijection, bijection réciproque Une application de E vers F est une bijection lorsque : tout élément

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Cahier de textes Mathématiques

Cahier de textes Mathématiques Cahier de textes Mathématiques Mercredi 6 janvier : cours 2h Début du chapitre 12 - Convergence de suites réelles : 12.1 Convergence de suites : suites convergentes, limites de suites convergentes, unicité

Plus en détail

FONCTIONS : Limites Continuité Dérivée Trigonométrie

FONCTIONS : Limites Continuité Dérivée Trigonométrie FONCTIONS : Limites Continuité Dérivée Trigonométrie I) PRELIMINAIRES Voir activité II) LIMITE D UNE FONCTION EN + et ) Limite infinie en + et Soit f une fonction définie sur un intervalle de la forme

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-2 4... I-2 5... I-2 6... I-2 7... I-3 8... I-3 9... I-4

I Exercices I-1 1... I-1 2... I-1 3... I-2 4... I-2 5... I-2 6... I-2 7... I-3 8... I-3 9... I-4 Chapitre Convexité TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre Convexité Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Techniques fondamentales de calcul

Techniques fondamentales de calcul Chapitre Techniques fondamentales de calcul. Inégalités dans R On rappelle que (R, +,, ) est un corps totalement ordonné, d où : x, y R, x y ou y x, x, y, z R, x y = x + z y + z, x, y R, x 0ety 0 = xy

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Fonctions Numériques :

Fonctions Numériques : Fonctions Numériques : Limites et continuité. 1. Notion de limites Dénitions, opérations et Exemples. 2. Fonctions monotones. (a) Dénitions. (b) Limites des fonctions monotones. 3. Fonctions continues.

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle L expression «croissance exponentielle» est passée dans le langage courant et désigne sans distinction toute variation «hyper rapide» d un phénomène. Ce vocabulaire est cependant

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique

Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique CHAPITRE 4 DÉRIVATION ET PRIMITIVATION Nombre dérivé, interprétations géométrique et cinématique 08. Nombre dérivé Soit f une fonction numérique, définie sur un intervalle ou une réunion d intervalles,

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail