CAISSE DE PENSIONS: PILOTAGE À VUE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAISSE DE PENSIONS: PILOTAGE À VUE?"

Transcription

1 CONFÉRENCE-DÉBAT CAISSE DE PENSIONS: PILOTAGE À VUE? Mercredi 7 SEPTEMBRE h45-12h15 Salle 209 de l Extranef HEC - Lausanne ALM: ENVERS ET CONTRE TOUT? Illustration: Hélène Becquelin La pertinence de L'ALM est controversée. Certains la jugent inutile, d'autres la suivent aveuglément. Fiabilité? Alternatives? Parlons-en. VULNÉRABILITÉ DES ÉTATS: OUTILS DE MESURE ET PRÉVISIBILITÉ La vulnérabilité des états face aux crises est un facteur avec lequel il faudra compter un long moment encore. Quelles leçons tirer du passé et quel instrumentaire intégrer dans son tableau de bord? CHRONIQUE LIVE DE PASCAL BERNHEIM, ANIMATEUR À LA RSR

2 LA CONGRUENCE ACTIFS-PASSIFS (ALM) ENVERS ET CONTRE-TOUT?

3 QUESTIONNEMENTS. Q1. Qu'est ce qu'une analyse ALM à la base? Q2. L'interprétation de l'allocation stratégique qui en découle est- elle justifiée? Q3. Améliorations? Alternatives? Ou tout simplement passer à des politiques d'investissement court terme? Q4. D où provient cette incompréhension face aux résultats de performance de ces dernières années? 2 Think Tank

4 3 Q1. QU EST CE QU UNE ANALYSE ALM À LA BASE?

5 HYPOTHÈSES ACTUARIELLES - Choix de la table actuarielle pour les probabilités démographiques (EVK, VZ, LPP) - Provisions pour le risque de longévité (et autres selon le profil de la caisse ) - Détermination des probabilités d'entrée et de sortie des salariés HYPOTHÈSES FINANCIÈRES - Taux d'intérêt technique/courbe des taux - Taux de croissance du salaire - Taux de contribution - Performance et risque moyen des classes d'actifs sur 10 ans - Inflation PASSIFS - Estimation des flux de trésorerie pour chaque année sur la base des cotisations, rentes et autres sorties d'argent attendues tel que le libre passage - Calcul des valeurs actuelles des avoirs cumulés des assurés actifs et des pensionnés pour chaque année sur la base d'un scenario économique moyen attendu, - Calcul des réserves mathématiques pour l'invalidité et le décès sauf en cas de réassurance, pour laquelle les primes futures seraient à calculer ACTIFS - Optimisation moyenne-variance (modèle de Markowitz) basée sur les hypothèses de performance et risque moyen sur 10 ans des classes d'actifs --Choix de portfolios dans la fourchette de performance /risque désirée SIMULATION Diverses scénarios économiques sont simulées à l'aide de la Méthode de Monte Carlo et de divers modèles économétriques CALCUL DES TAUX DE COUVERTURE Recalcul des actifs ET des passifs pour chaque scenario, suivi d'une analyse des probabilités de sous couverture sur la base des résultats obtenus avec chaque scenario. 4 Think Tank

6 Q2. L INTERPRÉTATION DE L ALLOCATION STRATÉGIQUE QUI EN DÉCOULE EST ELLE JUSTIFIÉE? 5

7 DES HYPOTHÈSES TRÈS OPTIMISTES Asset Categories Return Standard Deviation Cash 1.50% 0.20% Bonds CHF 2.80% 2.90% Foreign Bonds CHF 3.30% 3.30% Mortgages 3.80% 2.90% Bonds FOREX 4.40% 10.20% Equity CHF 7.30% 16.90% Equity World 7.30% 20.70% Real estate CHF 4.50% 4.00% Swiss real estate fdp 5.30% 7.10% Foreign real estate fdp 5.50% 18.80% Hedge funds 4.80% 13.00% Commodities 0.60% 20 Other 4.80% 13.00% Hypothèses de performance et risque moyens des classes d'actifs sur 10 ans (rapport d'une ALM datant de 2008) VS. L'ASIP a publié ces résultats de performance 6 suivants pour les principales catégories de placement durant les 10 dernières années (par an). Les chiffres sont à fin juin Think Tank

8 Performance UNE OPTIMISATION "ASSET-ONLY" Le risque économique est seulement identifié par rapport aux actifs Performance Rendement du portefeuille p Risque n n Variance du min portefeuille xi i 1 j No short sale constraints OPP2 Constraints Arbitrary Constraints 0.01 xx i j ij Risk Frontières efficientes sous différentes contraintes. Une optimisation qui prendrait en compte les actifs aussi bien que les passifs ferait de telle sorte que l'équilibre soit maintenu au mieux en cas de hausse OU de baisse des taux. 7 Think Tank

9 LES SCÉNARIOS EXTRÊMES ÉCARTÉS Un rendement moyen de 10% attendu pour une variable sur 10 ans ne permet pas à celle-ci d'avoir des valeurs négatives extrêmes dans le court terme. Les scénarios de crises sont donc rarement représentées d'une part parce qu'ils seraient inconsistants avec les hypothèses d'optimisation et d'autre part parce que l'inclusion des crises dans le contexte de l'alm est encore au niveau expérimental. 8 Think Tank

10 RÉCAPITULATIF : AU BOUT D'UNE DÉMARCHE ALM COURANTE Optimisation du rendement basée sur des hypothèses peu réalistes de performance et de risque moyenne sur 10 ans Définition du risque dans l'optimisation par rapport aux actifs Tests sur la base de scénarios qui n'incorporent pas de grands chocs au risque de remettre en question les hypothèses de performance sur les 10 ans ALLOCATION STRATÉGIQUE La "congruence" des actifs et des passifs se manifeste dans le choix d'un portefeuille entrainant une probabilité de sous couverture tolérable pour la caisse de pensions 9 Think Tank

11 L'INTERPRÉTATION DE L'ALLOCATION STRATÉGIQUE QUI DÉCOULE DE L'ALM EST- ELLE JUSTIFIÉE? Tant que les hypothèses restent assez réalistes, l'allocation stratégique n'est pas parfaite - risque économique des passifs - mais elle tient. Une allocation basée sur des hypothèses "conservatifs" mais pas testée sur des scénarios de crises n'aurait aussi pas été la solution optimale pour la caisse de pensions. Avec des hypothèses fausses, elle n'a aucun sens, aussi robuste que la modélisation puisse être. S'en tenir à une allocation stratégique déterminée de cette manière, et cela envers et contre tout, n'est pas justifiée. 10 Think Tank

12 11 Q3. AMÉLIORATIONS? ALTERNATIVES? OU TOUT SIMPLEMENT PASSER À DES POLITIQUES D'INVESTISSEMENT COURT TERME?

13 LE RÔLE DES HYPOTHÈSES La détermination des hypothèses est une étape cruciale de l'analyse ALM. Toute démarche structurée à caractère prévisionnel est vivement recommandée. 12 Think Tank

14 L'OPTIMISATION DU SURPLUS Elle tient aussi bien compte des passifs que des actifs Performance Rendement du portefeuille p Risque 1 min n xi ij x j ilxi x R i, j f0 i Variance du portefeuille Degré de couverture Covariance des actifs et des passifs 13 Think Tank

15 L'OPTIMISATION DU SURPLUS RÉSULTATS Toute la différence se trouve dans la composition du portefeuille. 14 Think Tank

16 L'OPTIMISATION DU SURPLUS L'APPROCHE LDI ALLOCATION STRATÉGIQUE LHP PSP DECOMPOSITION Portefeuille qui couvre les passifs (LHP) Portefeuille qui génère la performance (PSP) Séparation du LHP et du PSP en utilisant le théorème de séparation dans l'optimisation du surplus [Construction manuelle du LHP avec les catégories d'actifs imitant au mieux les passifs et du PSP avec les actifs risqués] 15 Think Tank

17 INCLUSION DE SCÉNARIOS DE CRISE Méthodes visant l'inclusion de crises financières décrites dans des recherches académiques récentes. Exprimer la relation entre les variables de distribution différentes à l aide d une copule, qui permet d avoir une forte probabilité pour les valeurs extrêmes. Combiner des processus d autorégression vectorielles(var) modélisant les situations économiques normales ainsi que celles des crises. 16 Think Tank

18 RÉCAPITULATIF : AU BOUT DE LA DÉMARCHE ALM REVISITÉE Optimisation du rendement basé sur des hypothèses informées et acceptées de tous Définition du risque dans l'optimisation par rapport aux actifs et aux passifs Tests sur la base de scénarios qui incluent les crises financières et économiques ALLOCATION STRATÉGIQUE à deux niveaux La "congruence" des actifs et des passifs se manifeste dans la prise en compte de la structure des engagements dans l'optimisation et sur la base d'une anticipation de la stratégie d'investissement par rapport aux divers scenarios économiques 17 Think Tank

19 PISTES DE RÉFLEXION. Une allocation stratégique à deux, voir trois niveaux: - dans un modèle d'optimisation de surplus - avec des contraintes qui recadreraient l'allocation dans les limites de la disponibilité des instruments de placement et refléterait le profil d'investissement le plus conservateur désiré par la caisse. Plus de flexibilité en gardant une vision longterme. Une vision globale du risque même avec un portefeuille de base qui ne réplique que partiellement les passifs 18 Think Tank

20 19 Q4. D OÙ PROVIENT CETTE INCOMPRÉHENSION FACE AUX RÉSULTATS DE PERFORMANCE DE CES DERNIÈRES ANNÉES?

21 Les caisses de pensions ont-elles fait un effort de compréhension de la méthodologie, ou ont-elles plutôt préféré déléguer les tâches, et avec celles ci la responsabilité? Les ALMs ont elles été "survendues"? 20 Think Tank

22 L'ALM, UN OUTIL DE GOUVERNANCE Les Actuaires Le Conseil de fondation Les ressources humaines de la compagnie sponsor Les gérants La commission de placement. - Une vision d'ensemble inégalable -L'opportunité de tester de nouvelles stratégies avant de les mettre en place - Garder un œil sur les actifs et les passifs en tandem au delà des bilans annuels 21 Think Tank

23 22 CONCLUSION

24 TROIS AXES DE RÉFLEXION SUR L ALM o S autoriser de la flexibilité: Dynamisation de l allocation stratégique Renouvellement des méthodologies en quête de robustesse ou de rapprochement à la réalité de la caisse o Appliquer la gouvernance: Responsabilité définie et partagée entre tous les acteurs intervenant dans le cadre de l ALM o Rechercher une meilleure compréhension de l environnement économique pas seulement de manière ex post mais aussi de manière causale 23 Think Tank

25 RÉFÉRENCES Résultats de performance ASIP (2011). Comparaison de performance Juin e-document disponible sur le site web: http: //www.asip.ch (lu en ligne le ) Inclure les crises économiques dans la simulation de scénarios Masselink B. (2009). Pension Funds and Economic Crisis. Master of science thesis in Finance. University of Rotterdam Van der Lans M. (2011). Pension funds, Prepare for Crisis!. Master of science thesis in Finance. University of Rotterdam Equation d'optimisation de surplus Sharpe, W. F. and Tint L. G. (1990). Liabilities: A New Approach. Journal of Portfolio Management, Vol 16, No 2, pp (Voir le rapport de mémoire de stage pour autres réfèrences sur le contenu) 24 Think Tank

26 LA CONGRUENCE ACTIFS- PASSIFS (ALM) ENVERS ET CONTRE TOUT? 25 Aminata Diara Wane Analyste, Synopsis Asset Management Compte rendu du mémoire de stage Conférence-Débat 07 Sept Avec la supervision de: Pr. François Dufresne Directeur du Département de Sciences Actuarielles, HEC Lausanne M. Jacques-André Monnier CEO, Synopsis Asset Management M. Jacques Raemy CIO, Synopsis Asset Management

27 Caisses de Pensions: pilotage à vue? VULNERABILITE DES ETATS outils de mesure et prévisibilité Auteurs M. Rockinger J. Raemy J.A. Monnier T.K. Kim Conférence-Débat du 7 septembre 2011 Dans le cadre du partenariat entre Synopsis Asset Management & Institut de Banque et Finance

28 Agenda VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

29 AGENDA VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité INTRODUCTION 4 Historique des crises financières Objectif de l étude Instrumentaire à disposition METHODOLOGIE 8 Méthodologie en 3 étapes Implémentation du modèle économétrique Mise en forme cartographique RESULTATS 12 Carte de vulnérabilité financière Exemple Pertinence des résultats Impact des indicateurs avancés sur la vulnérabilité financière COMPREHENSION 16 Clef de lecture Cas pratique Comparaison CONCLUSION 22 Quid L essentiel en résumé Introduction du site web SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

30 Introduction VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

31 INTRODUCTION Historique Objectif Instrumentaire VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité 1 Asian Tulip 9 Financial 1636 Bubble 9Crisis BLACK 7 19 MONDAY October Global 2008 Financial Crisis CRASH. com CRISIS OIL crisis Great Depression BRettOnWoODS SYsteM ABandoN 5 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

32 INTRODUCTION Historique Objectif Instrumentaire VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité ENVIRONNEMENT MACRO-FINANCIER AU CŒUR DU PROCESSUS D INVESTISSEMENT Environnement macro-financier Besoins, attentes et contraintes du client Analyse de Congruence Allocation Stratégique Benchmark OBJECTIF COMPREHENSION DE L ENVIRONNEMENT MACRO-FINANCIER DIALOGUE ENTRE STRATEGIQUE ET TACTIQUE GOUVERNANCE D INVESTISSEMENT Allocation Tactique Approche Total Return Construction de Portefeuilles Approche Cœur - Satellite Reporting Risk Management 6 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

33 INTRODUCTION Historique Objectif Instrumentaire VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité GUIDES DE VOYAGE OUTILS MACRO-PRUDENTIELS CRISES DE CHANGE CRISES BANCAIRES HEAT MAPS CONTEMPORAINES HEAT MAPS DE VULNERABILITE FINANCIERE Utilité : Identifier les crises déjà survenues et fournir un marqueur historique pour d éventuelles comparaisons Méthode : Définition et indice de pression de change Utilité : Flasher les pays dont la probabilité de crise - dans l année qui suit le flash - est élevée et donc fournir des signaux d alerte en période de turbulences Méthode : Modèle économétrique Logit-Probit HEAT MAPS DE MARCHES FINANCIERS Utilité : Informer sur l évolution des marchés financiers Méthode : Comparaison avec le 1 er et 2 ème moment statistique 7 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

34 Méthodologie VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

35 METHODOLOGIE Etapes Implémentation Mise en forme VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité METHODOLOGIE EN TROIS ETAPES Etape 1 DEFINIR L ECHANTILLON 45 pays étudiés In the sample data du 1970 au 1999 Out of sample data du 2000 au 2010 Etape 2 DEFINIR LA VARIABLE A EXPLIQUER Crises de change: indice de pression de change Crises bancaires: définition qualitative Etape 3 DEFINIR LES INDICATEURS AVANCES QUI INFLUENCENT LA VARIABLE A EXPLIQUER Equity price M2 to reserves Exports to GDP Imports growth rate GDP growth rate Foreign direct investment Current account to GDP Inflation 9 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

36 METHODOLOGIE Etapes Implémentation Mise en forme VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité Régression Estimation = = + + Nous ne pouvons pas utiliser une simple estimation OLS Pourquoi? Observed values 1.2 Probability higher than 1 Y We seek to minimize these vertical distances Observations Y = a + bx + e Y Observations Y = a + bx + e OLS estimation X Probability lower than X Solution Modèle Logit-Probit 1 Predicted mean response Linear function of predictors = = + + = = = + + Logit Probit 10 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

37 METHODOLOGIE Etapes Implémentation Mise en forme VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité COMMENT DETERMINER LES DEGRES DE VULNERABILITE? EXEMPLE Vulnérabilité financière des Etats-Unis face aux crises de change 4 degrés de vulnérabilité déterminés à partir de plusieurs seuils 0.16 UnitedStates: Probability of occurence of a currency crisis Très forte vulnérabilité Forte vulnérabilité Faible vulnérabilité Très faible vulnérabilité Ceci va permettre de déterminer les couleurs des heat maps SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

38 Résultats VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

39 RESULTATS Exemple de carte Pertinence des résultats Indicateurs avancés VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité METRIQUE DE VULNERABILITE FINANCIERE SIMPLICITE & EFFICACITE Résultats empiriques sous forme graphique et intuitive RETOUR DANS LE TEMPS. FIN 2007: quelles étaient vos perspectives? VULNERABILITE FINANCIERE EN 2007 Crises de change MAUVAIS PRESAGE POUR SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

40 RESULTATS Exemple de carte Pertinence des résultats Indicateurs avancés VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité GRANDE DEPRESSION DE 2008 ALERTE OU PAS? QUELQUES STATISTIQUES Probabilités Formules Crises de change Crises bancaires Probabilité inconditionnelle de crise = 71% 40% Probabilité de crise, conditionnelle à un signal = 74% 57% + Meilleure valeur prédictive des crises de change que des crises bancaires.? Probabilité d un signal, conditionnelle à une crise = 81% 67% + Ratio du signal sur bruit = / + / + Difficulté à définir quantitativement une crise bancaire Crise Pas de crise Signal* A B Pas de signal* C D * 4 trimestres avant une crise 14 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

41 RESULTATS Exemple de carte Pertinence des résultats Indicateurs avancés VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité IMPACT DES INDICATEURS AVANCES sur la vulnérabilité financière des Etats EQUITY PRICE + Les marchés ne peuvent pas être en hausse indéfiniment : une forte hausse est en général suivie d une forte correction (.com bubble, real estate bubble ) M2 TO RESERVES + Financer les déficits budgétaires peuvent causer la baisse des réserves. EXPORTS TO GDP - Les exportations reflètent la santé d une économie, notamment sa compétitivité. Une baisse des exportations peut être expliquée par un problème structurel ou une sur-évaluation de la monnaie. IMPORTS GROWTH RATE + Si une hausse des importations est expliquée par par une monnaie sur-évaluée, alors cette hausse peut être associée à un facteur de déclenchement d une crise : une hausse de la masse monétaire implique une dépréciation. GDP GROWTH RATE + Lorsqu un Etat est dans la phase de croissance d un cycle économique, il est fort probable que, tôt ou tard, il aura tendance à souffrir d un ralentissement économique. FOREIGN DIRECT INVESTMENT / Impact ambigu. CURRENT ACCOUNT TO GDP - Un compte courant en surplus et croissant permet de soutenir la monnaie domestique et de générer des réserves. INFLATION + Une hausse anticipée du niveau général des prix déprécie la valeur des portefeuilles des investisseurs. 15 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

42 Compréhension VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

43 COMPREHENSION Clef de lecture Cas pratique Comparaison VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité P PRUDENCE LA FINANCE N EST PAS UNE SCIENCE EXACTE Les résultats ne sont pas fiables à 100% Les résultats sont utilisés, en particulier, pour stimuler la réflexion de l utilisateur car, l essentiel est non pas de savoir où investir et ne pas investir, mais plutôt pourquoi investir là et pas là-bas. CLEF DE LECTURE 17 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

44 COMPREHENSION Clef de lecture Cas pratique Comparaison VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité 3 ANGLES DE LECTURE Environnement macroéconomique Les fondamentaux macro-économiques restent à l origine de tous les processus clés d un système financier: de faibles fondamentaux attisent les interventions publiques et l intérêt des investisseurs. Interventions publiques La route de l enfer est pavée de bonnes intentions Industrie bancaire La défaillance d un système bancaire national (crise de liquidité) est source de pression sur la liquidité d autres systèmes bancaires. Si une crise de liquidité est combinée à un run (course aux guichets), la panique elle-même peut être contagieuse.. 18 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

45 COMPREHENSION Clef de lecture Cas pratique Comparaison VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité VULNERABILITE FINANCIERE EN 2010 Crises de change VULNERABILITE FINANCIERE EN 2010 Crises bancaires MAUVAIS PRESAGE POUR 2011 Pays émergents ciblés 19 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

46 COMPREHENSION Clef de lecture Cas pratique Comparaison VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité SIGNAUX D ALERTE Purchasing Managers'Indices WHAT IS HAPPENING? Faiblesse fondamentale USA Allemagne UK Chine Politique Budgétaire pour stimuler l économie Politique Monétaire Impact des surprises économiques Crise de la dette souveraine Contagion financière Ralentissement Hausse du prix des commodités Inflation Surprises économiques (gauche) S&P 500 YoY (droite) 20 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

47 COMPREHENSION Clef de lecture Cas pratique Comparaison VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité EVOLUTION DE L IMPACT DES INDICATEURS AVANCES DANS LE TEMPS Exemple Effet partiel du marché sur la vulnérabilité financière Partial effect at average - Equity Price CRISE Rallye des marchés Sortie de la crise 21 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

48 Conclusion VULNERABILITE DES ETATS: OUTILS DE MESURE ET PREVISIBILITE SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

49 CONCLUSION Quid L essentiel en résumé Introduction du site web VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité Une question à un million de dollars. «IS THIS TIME DIFFERENT?» Carmen M. Reinhart & Kenneth Rogoff Tous les bébés sont uniques, mais la manière de les concevoir reste la même. 23 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

50 CONCLUSION Quid L essentiel en résumé Introduction du site web VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité 1 LES CRISES SONT NON PREVISIBLES Nous échouons à les prévenir. Il est FAUX de dire 2 TOUTES LES CRISES SONT PREVISIBLES Certes nos résultats ne sont pas fiables à 100%, mais il est toujours préférable de s orienter avec une boussole que sans. 24 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

51 CONCLUSION Quid L essentiel en résumé Introduction du site web VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité Un petit tour d horizon. Page à consulter prochainement. 25 SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

52 CONTACTS VULNERABILITE DES ETATS Outils de mesure et prévisibilité SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT RUE CENTRALE LAUSANNE T F INSTITUTE OF BANKING AND FINANCE INTERNEF 1015 LAUSANNE T F SYNOPSIS ASSET MANAGEMENT & IBF

53 CONFÉRENCE-DÉBAT CAISSE DE PENSIONS: PILOTAGE À VUE? Mercredi 7 SEPTEMBRE h45-12h15 Salle 209 de l Extranef HEC - Lausanne ALM: ENVERS ET CONTRE TOUT? Illustration: Hélène Becquelin La pertinence de L'ALM est controversée. Certains la jugent inutile, d'autres la suivent aveuglément. Fiabilité? Alternatives? Parlons-en. VULNÉRABILITÉ DES ÉTATS: OUTILS DE MESURE ET PRÉVISIBILITÉ La vulnérabilité des états face aux crises est un facteur avec lequel il faudra compter un long moment encore. Quelles leçons tirer du passé et quel instrumentaire intégrer dans son tableau de bord? CHRONIQUE LIVE DE PASCAL BERNHEIM, ANIMATEUR À LA RSR

Think Tank 13. Pilotage de l allocation d actifs. Gabriele Farei-Campagna

Think Tank 13. Pilotage de l allocation d actifs. Gabriele Farei-Campagna Think Tank 13 Pilotage de l allocation d actifs Gabriele Farei-Campagna L histoire du Think Tank 2 211 ALM: ENVERS ET CONTRE- TOUT? " Une étude sur la pértinence de l ALM suite à la crise financière 212

Plus en détail

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012 Placements Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada Donald Raymond Le 28 septembre 2012 Programme 1. Mandat de l Office d Investissement du RPC (OIRPC)

Plus en détail

13! Think Tank. Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces. Gabriele Farei - Synopsis Asset Management SA

13! Think Tank. Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces. Gabriele Farei - Synopsis Asset Management SA 13! Think Tank Praticiens et Académiciens: Joignons nos forces Agenda 1 Vue synoptique 2 Profil de risque: éléments à retenir 3 L outil de pilotage 1. Analyse par scénario de l actif 2. Modèle de congruence

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT CERN/PFIC/21.6/Approuvé Original: anglais 10 Septembre 2013 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques

Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques Séance d information de l ASIP Actualité de la prévoyance professionnelle Pascal Frei, CFA, Associé PPCmetrics SA Financial

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015. La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale d actifs

Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015. La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale d actifs ASSET ET ALLOCATIONS LA LETTRE DE LA FRANÇAISE ALLOCATION GLOBALE D'ACTIFS Numéro 2 Achevée de rédiger le 22 10 2015 La pertinence d une couverture sur l exposition en actions dans une allocation globale

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Coninco Master Class 2-3 novembre 2009 A member of the Man Group Le présent document est publié par Man Investments. La

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Test de solvabilité pour institutions de prévoyance

Test de solvabilité pour institutions de prévoyance Test de solvabilité pour institutions de prévoyance Approche utile ou complication administrative supplémentaire? Cédric Regad 23 avril 2013 Sommaire 1. Introduction et cadre général 3 2. Quelques notions

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Bilan d activité 2012

Bilan d activité 2012 Bilan d activité 2012 UNE SOCIÉTÉ MAJEURE ET BIENTÔT VACCINÉE Bulletin N o 7 Mars 2013 Bulletin N o 7 Mars 2013 BILAN D ACTIVITÉ 2012 SYNOPSIS : UNE SOCIÉTÉ MAJEURE ET BIENTÔT VACCINÉE Moins de trois ans

Plus en détail

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Inform Informations générales pour les caisses de pension 1 er trimestre 2005 Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Dans le cadre de la gestion de placements

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Séminaire Copacapital

Séminaire Copacapital Séminaire Copacapital Etat des lieux de la prévoyance professionnelle Pascal Frei, CFA, Senior consultant PPCmetrics SA Financial Consulting, Controlling & Research Lausanne, le 13 octobre 2010 Sommaire

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Orientation financière Analyse de votre patrimoine

Orientation financière Analyse de votre patrimoine 22 janvier 2008 Orientation financière Analyse de votre patrimoine Dossier personnel à l'intention de Anne EXEMPLE Rue de l'exercice 32 1200 GENEVE Etat du patrimoine pris en compte Analyse par rapport

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

Caisse de prévoyance de l Etat du Valais. Règlement de placement 1er janvier 2015

Caisse de prévoyance de l Etat du Valais. Règlement de placement 1er janvier 2015 Caisse de prévoyance de l Etat du Valais Règlement de placement 1er janvier 2015 Table des matières 1. Objectifs et principes 1.1. Principe 1.2. Bases légales 1.3. Objectifs fondamentaux 1.4. Responsabilité

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Séminaire Wegelin. Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé. Lausanne, le 11 octobre 2011

Séminaire Wegelin. Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé. Lausanne, le 11 octobre 2011 Séminaire Wegelin Quelle gestion tactique de l'allocation d'actifs? PPCmetrics SA Pascal Frei, CFA, Associé Lausanne, le 11 octobre 2011 Agenda Introduction Gestion de l allocation et exemple d approches

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Si vous ne pouvez pas donner de réponse précise à certaines questions, vous pouvez nous communiquer une valeur estimative.

Si vous ne pouvez pas donner de réponse précise à certaines questions, vous pouvez nous communiquer une valeur estimative. Il faut compter 30 minutes pour remplir le questionnaire. Si vous ne pouvez pas donner de réponse précise à certaines questions, vous pouvez nous communiquer une valeur estimative. Si vous avez des questions,

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Aperçu du rôle des conseillers en gestion de placements

Aperçu du rôle des conseillers en gestion de placements Aperçu du rôle des conseillers en gestion de placements 17 mars 2015 Préparé par Conseils en gestion de placements Sébastien Roy, M.Sc., CFA Chez depuis février 2014 Baccalauréat en administration des

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Route du Lac 2 1094 Paudex. RAPPORT de GESTION

Route du Lac 2 1094 Paudex. RAPPORT de GESTION Route du Lac 2 1094 Paudex RAPPORT de GESTION 2009 TABLE DES MATIERES Pages Chiffres clés 1 Editorial 2 Rapport annuel 3 Bilan 9 Compte d exploitation 10 Rapport de vérification de l organe de contrôle

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Mesures de performance

Mesures de performance Mesures de performance Présenter les mesures de performance d'un portefeuille. Analyser la performance implique de : indiquer la rentabilité réalisée (performance «absolue») tenir compte des objectifs

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur

Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur Zurich/St-Gall, décembre 2011 Table des matières 1. Enoncé du problème et corpus

Plus en détail

Optimiser sa prévoyance

Optimiser sa prévoyance Optimiser sa prévoyance Une solution individualisée dans le 2 e pilier Fribourg, le 12 février 2015 Sommaire Introduction: 1. La banque privée Notenstein Première partie: 1. Helvetia 2. Situation juridique

Plus en détail

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Qu est ce que la gestion active? Définition de Wikipédia La «gestion d'actifs», sous entendu d'actifs financiers (aussi

Plus en détail

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ?

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? Les recherches présentées dans cet article, qui couvrent dix pays, suggèrent que la maturité du marché de l'immobilier titrisé

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Matinale recherche Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Intervenante : Adina GRIGORIU, Directrice de recherche, AAAiC,

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Règlement de placement de la Caisse de pension d ISS Suisse, Zurich

Règlement de placement de la Caisse de pension d ISS Suisse, Zurich Règlement de placement de la Caisse de pension d ISS Suisse, Zurich Valable à partir du er janvier 04 (Traduction) Règlement de placement, valable à partir du er janvier 04 SOMMAIRE. But. Objectifs et

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché:

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: En général, le calcul de la prime d'un produit tel qu'une action se calcule par la formule du modèle Black-Sholes.

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Investissements illiquides et stratégies de placement Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Actifs illiquides Introduction et définition Les actifs illiquides sont des actifs dont le volume d échange est

Plus en détail

Énoncé de politique de placement. Préparé pour. Mario Tremblay et Karoline Labelle. Table des matières

Énoncé de politique de placement. Préparé pour. Mario Tremblay et Karoline Labelle. Table des matières Table des matières L'utilité d'un énoncé de politique de placement Votre énoncé de politique de placement Votre bilan personnel Répartition des actifs actuelle Frontière efficient Rendements historiques

Plus en détail

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque

La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience turque La 28e Conférence internationale annuelle d'icgfm Innovations de la GFP La modernisation du cadre d'analyse de la viabilité de la dette pour de meilleures évaluations de politiques Notes tirées de l'expérience

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Jean Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO

Jean Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO Est ce que la conjoncture économique et financière des cinq dernières années doit nous inciter à changer nos hypothèses pour les projections économiques à long terme? Jean Pierre Aubry, économiste et fellow

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

règlement de placements

règlement de placements règlement de placements en vigueur dès le 1 er janvier 2015 édition 2015 1 ciepp règlement de placements table des matières introduction 3 i. bases légales et réglementaires 3 Article 1 3 Article 2 3 ii.

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

BCGE. Profession de foi de la BCGE

BCGE. Profession de foi de la BCGE L investissement en entreprise Profession de foi de la BCGE Septembre 2012 Sommaire 1. La BCGE est bien placée pour connaître les entreprises 2. La performance est produite par l économie réelle et ses

Plus en détail

POWERBEL Commentaires de gestion 2014. Une nouvelle stratégie sera introduite à partir de 2015, que nous aborderons par la suite.

POWERBEL Commentaires de gestion 2014. Une nouvelle stratégie sera introduite à partir de 2015, que nous aborderons par la suite. POWERBEL Commentaires de gestion 2014 I. Introduction Chaque affilié à Powerbel a choisi une stratégie d affectation de ses primes entre deux compartiments, l un dénommé «Growth» (ex High Risk), investi

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010 Swiss Life Asset Management Portrait Paris & Zurich, 2010 Présentation de Swiss Life AM Cinq valeurs Philosophie d investissement Nos expertises Un positionnement axé sur l Europe Sommaire 1ere Partie

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Caisse de pension du Credit Suisse Group (Suisse) Rapport annuel 2011 Version brève

Caisse de pension du Credit Suisse Group (Suisse) Rapport annuel 2011 Version brève Caisse de pension du Credit Suisse Group (Suisse) Rapport annuel 2011 Version brève Editorial Chères collaboratrices, Chers collaborateurs, Chers bénéficiaires de rentes, La crise de l euro et les incertitudes

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 NoventusCollect Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 Édition 2004 Placements en pool de type K Table des matières A Généralités 3 Art. 1 Objectifs de la politique de placement

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Prime de risque et répartition optimale de l'actif

Prime de risque et répartition optimale de l'actif Prime de risque et répartition optimale de l'actif Richard Guay Premier vice-président Gestion du risque et Gestion des comptes des déposants Plan de la présentation! Estimation de la prime de risque :!

Plus en détail