La performance économique du SI, un éternel dialogue de sourds?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La performance économique du SI, un éternel dialogue de sourds?"

Transcription

1 La performance économique du SI, un éternel dialogue de sourds? Synthèse de l étude Mars 2013 THE ART OF MOBILIZATION

2 » Sommaire PRÉAMBULE... 3 DÉMARCHE ET REMERCIEMENTS LES CONDITIONS RÉUNIES DU DIALOGUE DE SOURDS POURQUOI LE DIALOGUE STÉRILE PERDURE COMMENT SORTIR DE L IMPASSE CONCLUSION

3

4 Préambule L informatique coûte cher, et doit donc «rapporter» : simplicité incontestable et incontestée du propos, qui s explique par un réalisme économique des plus purs. Cependant, on peut s étonner que la démonstration de la performance économique du système d information soit depuis plusieurs décennies au cœur de la relation entre directions métiers et Direction des Systèmes d Information (DSI) et continue d alimenter depuis tout aussi longtemps, articles universitaires, ouvrages de références, projets et missions de conseil. Si les idées défendues sont généralement simples en théorie, leur concrétisation, leur mise en œuvre semblent dès lors beaucoup plus complexes. Au-delà des nécessaires solutions mécaniques, nous verrons à travers cette étude que l «économie» du système d information, la démonstration de sa valeur, la justification de ses coûts peuvent aussi et surtout devenir une histoire de posture ; que si la confiance se nourrit évidemment de la qualité de reporting irréprochables, elle y trouve rarement ses fondements. Dès lors, parvenir à construire un dialogue riche et fructueux quant à la performance du système d information nécessite sans doute d aller au-delà du simple chiffre et de réinterroger les rôles respectifs qui échoient à nos deux parties prenantes de manière à ce que l une et l autre entendent et comprennent les enjeux et contraintes respectives auxquels elles sont soumises. Ainsi, le «dialogue de sourds» qui s établit entre des métiers toujours plus critiques quant aux sommes engagées et une DSI chaque fois plus défensive et démonstrative dans l utilisation faite de son budget, pourrait être dépassé. 3

5

6 Démarche et remerciements Cette étude est le fruit d une enquête réalisée entre décembre 2012 et février 2013 auprès des représentants d une vingtaine de grandes Directions des Systèmes d Information. Les observations présentées dans ce document s appuient donc sur leurs témoignages et retours d expérience. Nous tenons à remercier particulièrement : Ahmed BENNOUR (Directeur des Services et des Systèmes d Information, AREVA), Rémy BERTHOU (Directeur Délégué au Système d Information de l Infrastructure, SNCF), Etienne BERTIN (Directeur des Systèmes d Information Groupe, REXEL), Pascal DUMESNIL (Directeur Adjoint de la Transformation des processus et des SI Groupe, Société Générale) et Bertrand ETENEAU et Eric GODARD (respectivement Group CIO et Group Application Director, FAURECIA) pour leur participation à l animation de la conférence. Ainsi que l ensemble des interlocuteurs ci-dessous pour leur disponibilité et la qualité de nos échanges : Gilles BEILVERT, Directeur des systèmes d information, SIEMENS Guillaume BLOT, Directeur de la mission SI-RH ministériel à la DRH du MINISTERE DE LA DEFENSE Serge BUISSON, Directeur des systèmes d information de la BU Clients, Habitat et Professionnels, GDF SUEZ Guy CAVELIUS, Directeur des systèmes d information Périmètre Finances, EDF Daniel DAMPENON, Directeur des systèmes d information Global Operations, SANOFI Michel DELATTRE, Directeur des systèmes d information, LA POSTE Daniel DUBREUIL, Directeur des systèmes d information Groupe, SAFRAN Christophe DUPRAT, Directeur des systèmes d information, AMAURY Franck GAREL, ESI Infrastructure & Operation Director à l International Production Center, ADP RH SERVICES Hervé LAMBERT, Directeur Etudes Supports et Référentiels, GENERALI Jean-Baptiste LE BRUN, Chef de service de la Délégation aux Systèmes d Information au Secrétariat Général des ministères économiques et financiers Christophe LERAY, Directeur des systèmes d information, PMU Gilles LEVEQUE, Directeur des systèmes d information, GEODIS Jacques MARZIN, Directeur interministériel et Administrateur général des finances publiques à la Direction interministérielle des systèmes d information et de communication de l État Pascal ROCHE, Directeur des systèmes d information Internet Client-Multicanal, FNAC Stéphane ROUSSEAU, Directeur des systèmes d information, VINCI AUTOROUTES Laurent ROUSSET, Directeur des systèmes d information, CELIO Jean-Christophe SAUTORY, Directeur des systèmes d information France, L OREAL Laurent SINGER, Directeur des systèmes d information Grands Magasins et Corporate, GALERIES LAFAYETTE Gilles SUC, Directeur des systèmes d information, SNOP François TAPIN, Directeur des systèmes d information, THELEM ASSURANCES 4

7

8 1 Les conditions réunies du dialogue de sourds Premier paradoxe assez éloquent de notre étude : alors que la réduction et l optimisation des coûts sont reconnues par bon nombre de DSI comme l une des attentes principales de leurs directions métiers, elles reconnaissent néanmoins pour 50 % d entre elles que ces mêmes directions métiers sont souvent très circonspectes quant à leur capacité à s acquitter efficacement de cette mission. Ainsi, non seulement la performance économique du système d information est reconnue comme centrale dans le dialogue qui lie métiers et DSI, mais semble de plus revêtir une complexité source, si ce n est de tension, tout au moins de forte incompréhension. On ne parle pas toujours des mêmes choses et rarement des mêmes «coûts» Quand il s agit de coûts SI, et des budgets afférents, il est intéressant de noter à quel point discussions, négociations et révisions se concentrent le plus souvent sur le volet «projet visible par les métiers» (optimisation de la gestion du back-office, amélioration de la performance commerciale, logique d automatisation ) et ce, au détriment notamment des budgets de maintenance bien que ceux-ci peuvent représenter de 60 à 70 % des coûts globaux. Les directions métiers sont, en effet, pour l essentiel attachées à cette idée d un système d information au «service immédiat» de leur performance opérationnelle et peuvent avoir plus de difficultés à appréhender et mesurer le bien fondé des autres coûts dont les bénéfices indirects ne leur sont pas toujours apparents. On pourrait même dans certains cas parler de «réticence» dans l approche des coûts globaux de la fonction SI par des directions métiers qui identifient mal le lien entre la dépense engagée et sans même parler à ce stade de retour sur investissement l usage concret qui en est fait. De plus, elles peuvent aussi avoir parfois le sentiment d une dépense qui dans sa globalité échappe «à tout contrôle». Si l informatique coûte cher, il semblerait aussi, qu intrinsèquement, elle soit dispendieuse ou tout du moins considérée comme telle.» 5

9

10 Sur le BUILD : la DSI, experte non reconnue L étude rapporte que la réussite de projets clés et la mise en place de modèles standardisés sont les deux autres grandes attentes des métiers (au-delà de la réduction et de l optimisation des coûts). Cependant, la DSI mesure de plus en plus un réel décalage entre les enjeux revendiqués d engagement et de responsabilité et une réalité plus prégnante : la tendance à la diminution (ou au gel) des budgets alloués aux projets alors que les demandes d évolution, liées au maintien en conditions opérationnelles (MCO), ne tarissent pas La surexposition de la DSI en cas d échec sur les projets fait ainsi naître des comportements prudentiels et adopter des modèles de gouvernance inhibant souvent toute prise de risque et qui peuvent parfois s avérer contre-productifs dans un contexte qui exige de l agilité. L alourdissement des processus organisationnels et de management, la multiplication des rôles et des niveaux de responsabilités, le lotissement des périmètres et donc le réalignement de la gestion budgétaire peuvent avoir pour conséquence d enfermer les équipes SI dans un système procédural : la voix de «l expert SI» a du mal à trouver écho chez ses partenaires et à s imposer comme structurante dans la prise de décision. De plus, l espace de communication avec les directions métiers tend à se limiter à des débats d expertise traitant du «comment faire?» ou encore à des arbitrages contractuels laborieux qui peuvent vite lasser les métiers. Sur le RUN : les métiers ne cherchent même pas à ouvrir la boîte noire Dans un autre registre, on relève que les principes de gestion et de facturation des coûts du RUN se complexifient pour s aligner sur des organisations métiers de plus en plus complexes également. Entre des modèles de pilotage reposant sur un millefeuille de sections et de clés de répartition analytiques ou encore une granularité extrêmement fine dans l application de modèles ABC/ABM, on observe souvent un risque de perdre les métiers dans l analyse des coûts qui leurs sont affectés. D autant plus lorsque les budgets sont orientés «technologie» ou qu ils s appuient sur des inducteurs de coûts externes à la DSI, qu elle-même n arrive pas à maîtriser (par exemple, l absence de maîtrise de coûts de licences d applications éditeurs ou de coûts d infogérance ). Il devient difficile dans ce cadre de montrer aux directions métiers la performance dégagée par la DSI. Enfin, pour des raisons diverses (d ordre politique, liées à des modes de gouvernance ou à une mauvaise gestion des processus d investissements), des enveloppes de maintenance «forfaitisées» sont reconduites chaque année sur des applications ou sur des services sans aucune remise en question du modèle et de mise en perspective du retour sur investissement métier. De là naît l incompréhension des coûts et le sentiment que le prix à payer est toujours plus élevé que le service rendu. Quels sont les principaux enjeux SI vus de la direction générale et des métiers? Réduire et optimiser les coûts 75 % Mettre en place un SI plus standardisé afin de permettre l interopérabilité au sein d un groupe Réussir des projets clés 56 % 56 % Délivrer le service selon les niveaux de service attendus Contribuer à améliorer les processus et l efficacité des métiers Garantir la sécurité et l intégrité du système 38 % 38 % 50 % Offrir un avantage compétitif (nouveaux produits ou nouveaux services) Assurer la conformité avec des normes réglementaires 19 % 25 % Piloter la performance du SI et des services 6 % 6

11

12 Une transversalité coûteuse? Nous pouvons noter que le positionnement transverse de la DSI complexifie aussi la compréhension par les métiers de la performance du système d information. En effet, si les équipes SI s attèlent de plus en plus à optimiser leurs coûts au travers notamment de la réutilisation ou de la mutualisation de solutions, les métiers, de leur côté, expriment une volonté toujours plus forte de verticalisation du système d information. De manière tacite, ils remettent en cause le surcoût de la synergie que doit opérer la DSI au regard de la valeur dont ils bénéficient, qu elle soit opérationnelle ou économique. En outre, c est aussi très souvent à la DSI, du fait de son positionnement, de procéder à des arbitrages en lieu et place des métiers, que ce soit dans la priorisation d un déploiement ou encore dans l ordonnancement de demandes d évolutions. Les «derniers servis» remettront d autant plus facilement en cause la valeur du service rendu au regard de ce que cela leur coûte. Le cercle vicieux de la justification La DSI, dans une logique de transparence la plus complète, peut parfois fournir des reporting détaillés au cours de ses différentes revues d activités avec les directions métiers (comités de pilotage, comités stratégiques ). Tout est passé au crible : du portefeuille de projets, dont la DSI finit par porter la dimension budgétaire, en passant par les évolutions des coûts sur le BUILD et le RUN, le tout mis en perspective par de multiples indicateurs de pilotage de la performance et des benchmarks actualisés chaque année. Au-delà du caractère parfois intrusif du niveau d information requis et donc fourni, on peut s interroger sur la pertinence de la démarche qui est : consommatrice en termes de charge pour réussir à produire des analyses croisées à plusieurs dimensions et qui sont rarement challengées et utilisées au final ; déresponsabilisante lorsqu il s agit de faire l inventaire systématique de ce que coûte le SI, de ce qu il apporte, de ce que la DSI consomme, et de ce qu elle facture. Au final, c est donc une communication bien «coûteuse» pour une DSI qui doit pouvoir répondre à tout moment aux challenges des métiers sur son optimisation des coûts et sur le bon fonctionnement de son activité et prouver en permanence qu elle reste compétitive. De plus, si cette posture de «justification» permet généralement d apaiser immédiatement les débats, elle peut devenir problématique sur le long terme : la DSI construisant davantage ses outils de pilotage économique de manière à être en mesure de répondre aux demandes de ses clients internes et moins en fonction des enjeux qui lui semblent prioritaires. Elle peut, dès lors, perdre la maîtrise sur «l histoire du SI» dont elle a la charge. Verbatim» - 5 % par an : c est juste ça le dialogue sur le RUN avec la DG»» 7

13

14 2 Pourquoi le dialogue stérile perdure Une vision stratégique à parachever L ouverture vers un vrai dialogue stratégique tient souvent dans le niveau de maturité des métiers : trop souvent, la discussion sur les chiffres compense un manque de discussion sur le fond, sur leurs besoins actuels et futurs au regard des enjeux stratégiques de l entreprise. Combien de DSI ont dû se justifier sur le ratio coût du SI sur chiffre d affaires, qui n a pas de sens en tant que tel, même en tant que base comparative avec d autres entreprises! La DSI est encore trop régulièrement assimilée à un centre de coûts redevable de toutes ses dépenses engagées et du respect de son budget. Ainsi, lorsqu il s agit des projets, qui sont pourtant le moteur des principaux leviers de performance pour l entreprise (contribution à l augmentation du chiffre d affaires, réduction des délais de traitement, amélioration de la qualité des produits et services, amélioration de la satisfaction des clients, optimisation des coûts de fonctionnement, etc.), le dialogue se résume souvent à la maîtrise de la charge plutôt qu au maintien des bénéfices prévus. Quant à la vision des bénéfices, lorsque celle-ci est prise en compte, elle enferme souvent la DSI dans une temporalité peu conciliable avec les attentes de la direction générale et des métiers, attentes exacerbées par un contexte de crise économique : générer des gains rapides (les fameux «quick wins») face à l inertie de projets SI pluriannuels, ne donnant des résultats tangibles qu à moyen terme! Certains projets d entreprise voient ainsi leur périmètre réduit pour délivrer ces résultats, au détriment d une vision globale de portefeuille et d un potentiel de gains bien plus important sur le long terme. Le débat doit donc s inverser pour laisser le temps à la DSI de mener les grands projets 8 de transformation, dès lors qu ils sont identifiés comme stratégiques, et utiliser l approche quick wins uniquement comme parade pour éviter tout «effet tunnel». L influence de l informatique personnelle S il ne s agit pas véritablement de systèmes d information, l informatique est désormais popularisée et au cœur de la vie des ménages. Ainsi, selon la dixième enquête annuelle de l ARCEP concernant la diffusion des technologies de l information et de la communication en France, 81 % des personnes interrogées sont désormais équipées d au moins un ordinateur à domicile (35 % en ont plusieurs) et 97 % d entre eux ont un accès à internet, l ordinateur n étant quasiment plus utilisé hors connexion. Chaque collaborateur tend ainsi de plus en plus à comparer les coûts de son matériel personnel (PC, réseau internet, téléphonie) avec ceux de de l entreprise. C est le benchmark de l individu contre l organisation, voué à l échec car rien n est comparable : niveaux de service, interopérabilité, sauvegarde, sécurité, etc.»

15

16 Quels sont les inducteurs de coûts SI les plus difficiles à faire comprendre aux métiers? La complexité technique qui peut se cacher derrière la simplicité fonctionnelle La réactivité des évolutions du SI par rapport à la demande L anticipation des obsolescences / montées de version 43 % 43 % 64 % Le niveau de service du SI 43 % Les coûts de gestion du SI Des besoins fonctionnels non stabilisés Les coûts d infrastructure sous-tendant la fourniture d un service 36 % 36 % 36 % L innovation portée par le SI La qualité de service du SI 21 % 21 % Les services mutualisés 14 % Les demandes d évolution «originales» Des inducteurs de coûts SI difficiles à faire accepter Autres Rien n est gratuit : ça peut paraître une évidence, sauf si les métiers ne font pas preuve d une certaine maturité sur les coûts SI. Ainsi, la réactivité du SI aux évolutions demandées, le maintien d un niveau de service élevé (pas toujours justifié d ailleurs), la prise en compte de besoins fonctionnels non stabilisés, coûtent forcément plus ; et sans une position forte de la DSI sur ces coûts indirects, les métiers ne vont pas naturellement comprendre leur part de responsabilité dans ces surcoûts, qui se retrouvent donc souvent imputés uniquement à la DSI. 7 % 7 % Les coûts cachés de la mutualisation Certaines idées reçues parfois ancrées au sein de la direction générale génèrent des attentes pouvant difficilement être satisfaites. Le recours à la mutualisation comme source de synergies et donc de réductions de coûts peut être in fine un mythe. En effet, s il est vrai que la mutualisation permet des gains à un niveau global d une entreprise ou d une administration, chaque métier la «subit» individuellement : des niveaux de service alignés sur le niveau le plus élevé (et donc le plus cher), des clés de répartition imposées mais pouvant Quelles sont les idées reçues alimentant également l incompréhension mutuelle sur la performance économique du SI? «Si le budget du projet est en dépassement, c est la faute de la DSI.» «Mutualisons! Et la DSI va nous dégager les économies SI automatiquement et sans contrepartie.» 43 % 64 % «Les coûts de RUN, de toute façon, on les subit.» «Si c est trop cher, on outsource / externalise.» «On veut des gains rapides (quick wins) sécurisant ainsi le lancement d un projet.» «Le coût d un projet SI? C est l estimation initiale x π!» «Le business case (incluant les gains métiers), c est la responsabilité de la DSI!» 14 % 29 % 29 % 36 % 36 % 9

17

18 être contestables (nombre d utilisateurs, chiffre d affaires de l entité, mètres carrés, etc.). La mécanique autour des coûts de RUN reste également parfois méconnue : le fait que tout projet entrainera in fine des coûts de fonctionnement ne semble pas être une évidence. Pourtant, une étude du Gartner a démontré que le coût d un projet pour mettre en production une application, qui sera possédée pendant quinze ans, ne représente que 8 % du coût total de possession. 92 % des coûts de cette application seront consacrés à la maintenance. Enfin, que dire de la perte d agilité globale du SI mutualisé, qui, sur le long terme, peut s avérer très coûteuse et dont la DSI risque de porter seule le fardeau. Verbatim Le chiffre ne doit pas combler une absence de dialogue stratégique»» Une empreinte historique forte Si les équipes SI n ont pas intrinsèquement une culture économique suffisante, nous constatons un fort progrès de leur part depuis ces dernières années, la DSI ayant naturellement travaillé à professionnaliser ses équipes sur la performance économique. Nous observons même que certaines équipes SI sont allées assez loin dans cette nouvelle posture : elles se posent désormais la question du retour sur investissement (RSI ou ROI Return On Investment) avant même de challenger le besoin! Au-delà donc de la culture ou des compétences des équipes SI, c est l histoire de l entreprise ou de l administration qui a une vraie influence sur la nature du dialogue sur la performance économique du SI. Force est de constater qu une DSI, par le passé riche et peu soumise au dialogue budgétaire, hérite de modes de fonctionnement pas forcément axés sur la performance économique : sous la pression de la crise, infléchir cette logique nécessite de revoir ces modes de fonctionnement, de requestionner le modèle économique, et prend donc du temps. Comment qualifieriez-vous la culture de la performance économique au sein de votre DSI? Excellente 7 % Conforme aux attentes 50 % A renforcer 29 % Inexistante 14 % Comment expliqueriez-vous le fait que la culture de la performance économique soit peut prégnante au sein d une DSI? Des budgets riches par le passé 56 % La logique de refacturation interne historique Pas de management et de responsabilisation sur le sujet 44 % 44 % Une propension à faire de la technique pour la technique 33 % Des prestataires majoritairement en régie Pas de formation ou sensibilisation 22 % 22 % Autres 10 % 10

19

20 3 Comment sortir de l impasse La DSI doit se fixer un double objectif : réapprendre aux métiers à reconnaître la valeur du SI dans toutes ses dimensions et développer de son côté une capacité à challenger davantage les besoins et usages des métiers. Mettre en place un langage commun L utilisation par la DSI de normes financières ou économiques génériques (Cost To Serve, Cost To Acquire, etc.) est une première étape pour parler le même langage, mais est rarement suffisante. Certaines DSI ont fait le choix de sensibiliser leurs directions métiers le temps d un séminaire aux problématiques quotidiennes du SI, et ne le regrettent pas. Présentation des basiques, réponses aux questions taboues : les invités saisissent sur le moment la complexité endémique du SI et ont l illustration que derrière un choix fonctionnel basique peut se cacher une réelle complexité technique. Des ateliers de mise en situation sont également très efficaces (d autant plus s ils sont basés sur des faits historiques réels) : les participants sont alors amenés à jouer sur quelques business cases pas si caricaturaux que cela, comme le montrent les quelques exemples ci-dessous : «Tant que ça marche ça marche» : calcul du coût d un Plan de Reprise d Activités (PRA ou DRP - Disaster Recovery Plan) versus le coût d une panne d application suite à un incendie dans la salle des serveurs applicatifs ; «Elle marche très bien cette vieille version, c est le principal» : calcul du coût d une montée de version versus le coût croissant de maintenance d une version obsolète ; «Dans le doute, partons sur du 24/7» : calcul du coût SI d un service au niveau premium type «gold SLA» (Service Level Agreement ou contrat de niveau de service) versus le coût d un service adapté aux réels besoins des métiers type «silver SLA».» 11

21

22 Mais attention! Sans de régulières piqûres de rappel, ce nouvel état d esprit se dissipe vite : avec le temps ou les changements de postes, le naturel revient au galop. Pour pérenniser l effet, certaines DSI ont industrialisé ces événements en organisant à tous les niveaux des organisations (DSI et métiers) des immersions croisées d une journée «dans la peau de» ou «vis ma vie», qui sont toujours accueillies avec intérêt et dont l expérience est souvent très marquante. Anticiper les craintes des donneurs d ordre «Le SI est trop cher» : un vrai travail amont est nécessaire pour éviter que cela ne soit pas un sujet de discussion. La DSI doit avant tout anticiper les discussions sur les chiffres, ne pas se contenter des exercices budgétaires obligatoires pour communiquer certains points et réduire le nombre de situations où elle doit se justifier a posteriori. Cela nécessite de mener dans la durée un certain lobbying auprès des donneurs d ordre les plus sensibles sur le sujet, et de viser le positionnement de l expert à qui l entreprise finit par faire confiance sur ses estimations techniques et économiques. Cette posture proactive a un double avantage : elle permet à la fois d adresser les sujets économiques sous le bon angle et de crédibiliser la DSI dans son pilotage économique. Clarifier les responsabilités autour du ROI Le ROI est la clé d une entente sur la performance économique d un SI : oui, mais surtout en théorie. Car si elle n est pas accompagnée d une répartition claire des responsabilités, elle ne sert quasiment à rien. Il est en effet courant de constater que les métiers s impliquent peu dans le calcul du ROI et que ce dernier n est pas un élément de pilotage une fois le projet lancé : hypothèses changeantes, planning prioritaire les raisons sont toujours très bonnes. Mais sans une solide gouvernance du ROI, la DSI s ampute d un atout formidable de démonstration de la valeur et donc in fine de la performance du SI. C est pourquoi, il faut forcer la responsabilité conjointe avec les métiers : dans la construction du business case : les métiers, tout comme la DSI, doivent prendre la responsabilité d identifier une partie des données de base (gains fonctionnels directs et indirects, coûts cachés, etc.) ; tout au long du projet, et même après le passage en RUN, le ROI doit être piloté avec la même attention que le planning ou la qualité du delivery, avec des responsabilités entre directions métiers et DSI claires et partagées. Quels seraient pour vous les leviers à actionner pour sortir efficacement de ce dialogue de sourds? Renforcer la maturité / capacité à challenger le métier Communiquer une offre de services basée sur un catalogue clair et intelligible (avec UO) Réaliser des benchmarks sur les coûts du SI et les partager avec les métiers Contribuer au développement d une culture SI au sein des métiers Redéfinir les responsabilités sur les coûts entre DSI et métiers / entre MOE et MOA Mener des actions de communication sur l adéquation coût / qualité de service Travailler en proximité avec les métiers sur la définition des clés de répartition des services Systématiser la mise en compétition afin de challenger la DSI sur ses coûts Avoir un ROI par programme / ligne stratégique (et non par projet) Accepter la logique d un budget propre au SI sur certaines thématiques (ex : l infrastructure) 7 % 7 % 14 % 29 % 36 % 36 % 43 % 57 % 57 % 65 % 12

23

24 Asseoir le modèle économique de la DSI Le modèle économique d une DSI n est pas toujours clair pour la direction générale ou les directions métiers : quel mode de refacturation? Quelle stratégie de majoration? Existe-t-il une différenciation en fonction des offres? La DSI doit être en mesure d apporter une réponse à ces questions en communiquant régulièrement sur son modèle économique qui doit par ailleurs être adapté à la maturité propre de la DSI. Cela nécessite de connaître et maîtriser ses coûts complets, d être en mesure de fixer le prix d une offre rapidement et avec fiabilité, d identifier et de communiquer des unités œuvre métiers, de proposer éventuellement un catalogue de services facile à comprendre pour les métiers (c est-à-dire orienté usages) et surtout de pouvoir définir et suivre une politique de sourcing précise, cette dernière contribuant grandement à la définition de la posture de la DSI au sein de l entreprise. L objectif de la DSI est donc de se donner les moyens de traduire rapidement et de manière lisible un besoin fonctionnel en coûts SI, pour factualiser les échanges et permettre de recentrer la discussion au bon endroit : sur le simple mais pertinent rapport qualité / prix. Challenger les usages et besoins SI des métiers Savoir dire «oui, mais» : c est faire preuve de maturité et donc de crédibilité. Les métiers ne sont pas toujours prêts à l entendre, mais c est pourtant un objectif que la DSI doit se fixer. Et cette dernière peut jouer ce rôle sur toute la chaîne de valeur : Verbatim» Challenger les métiers, c est difficile au début, mais le dialogue ne fait qu y gagner» sur l amont, en challengeant le besoin dès son expression initiale et en contrôlant l alignement d une application sur les enjeux stratégiques de l entreprise ; sur l aval en faisant le constat des usages : la simple lecture du taux de fréquence d utilisation d une application peut certaines fois permettre de conclure sur la nécessité d abandonner son maintien en conditions opérationnelles. Cette posture permettra à la DSI de gagner en crédibilité (sur le long terme) et par la même occasion, de sortir de la spirale infernale des projets non stratégiques qui génèrent des coûts de RUN sur lesquels la DSI finit par devoir rendre des comptes. Maîtriser les comparaisons Quoi de plus tentant que de se comparer aux autres pour démontrer sa valeur? Il faut cependant désacraliser le benchmark, qu il soit à l externe ou à l interne : il ne peut donner qu une tendance car les périmètres ne sont jamais vraiment les mêmes. La DSI voit souvent les métiers apporter des ratios ou des prix vus «ailleurs» : ces comparaisons imparfaites apportent souvent plus de doutes que de conclusions. Charge à la DSI, non seulement, d initier ses benchmarks, au moment opportun, en précisant le jeu d hypothèses et le niveau d incertitude associé, mais surtout de privilégier la comparaison des pratiques (modèle opérationnel, dispositif de gouvernance, processus ) plutôt que des chiffres. La mise en concurrence, quant à elle, reste un jeu dangereux : c est comparer des business models, par nature différents, et risquer de relancer un débat tout aussi éternel : la DSI doit-elle couvrir un périmètre de services qui peut s externaliser?» 13

25

26 Conclusion Ne nous y trompons pas : au final, tout le monde (acteurs métiers et SI) a conscience du coût du SI et peut-être même de ses grands inducteurs. La question de la performance économique du SI, et la manière dont elle va être abordée et partagée entre directions métiers et DSI, nous semble donc plus une question d ordre managérial qu à proprement parler «technique». En effet, si la transparence et la maîtrise de ses processus économiques sont des impératifs auxquels aucune DSI ne peut déroger (et qu elle doit même à cet égard faire preuve d une exemplarité réelle au sein de l entreprise), cela ne suffit malheureusement pas à l établissement d un dialogue constructif et serein avec ses partenaires internes. Plus que le choix ou la pertinence de «l indicateur» retenu, c est dans la manière d exprimer et de porter ses convictions vers ses partenaires métiers que la DSI pourra (re)bâtir une relation de confiance. Direction «experte» sur son domaine, elle doit repenser ses outils de pilotage et d arbitrage sans doute plus en fonction des grands enjeux qu elle pressent comme prioritaires et moins en réponse continuelle aux demandes dont elle fait l objet. Quitter cette posture défensive pourrait dès lors lui permettre de reprendre le lead sur «l histoire du SI» dont elle a la charge et rassurer dans la durée ses partenaires et clients internes de son bien-fondé. 14

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION Préparer le système d information à la transformation numérique POINT DE VUE Auteur: ArnaudPercieduSert Senior Manager au sein de la Direction de l Offre et

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Compte-rendu Atelier «Les difficultés d implantation d un outil de gestion de portefeuille de projets» du 9 novembre 2011

Compte-rendu Atelier «Les difficultés d implantation d un outil de gestion de portefeuille de projets» du 9 novembre 2011 7 sociétés représentées à l atelier : ALSTOM COFIDIS ERDF GMF PRESSTALIS SNCF STIME (Groupe des Mousquetaires) Animateur et organisateur : Christian Duchesne (PMO-Performance) A- Préambule : Je remercie

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

L apport d escm dans la mise en œuvre de Centres de Services Partagés (CSP) -

L apport d escm dans la mise en œuvre de Centres de Services Partagés (CSP) - Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. L apport d escm dans la mise en œuvre de Centres de Services Partagés (CSP) - Logica Business Consulting Benoît LEBOUCHER

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS

5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS 5 Clefs pour basculer dans le monde du SaaS Philippe Nicard, Directeur Opérations SaaS et Support Julien Galtier, Senior Manager consulting SIRH, ACT-ON Agenda L origine du SaaS Vers une démarche SaaS

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service Mars 2012 Sommaire Présentation OXIA Le déroulement d un projet d infogérance L organisation du centre de service La production dans un centre de service 2 Fournisseurs Technologies Banque & Finance Telecom

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Les Ressources Humaines : parents pauvres des DSI?

Les Ressources Humaines : parents pauvres des DSI? Les Ressources Humaines : parents pauvres des DSI? Rapport d étude 20 janvier 2011 THE ART OF MOBILIZATION Sommaire PREAMBULE... 3 La gestion des ressources humaines face aux nouvelles ambitions des DSI

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001

GUIDE DE TRANSITION. Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 GUIDE DE TRANSITION Révision des normes ISO 9001 et ISO 14001 L ESSENTIEL DES VERSIONS 2015 SOMMAIRE p.4 5 bonnes raisons de passer à la version 2015 p.5 Les impacts de la nouvelle version p.10 Engager

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Optimisez votre SIRH. HR Access Services Une nouvelle dimension de services. Business Consulting Services. Copyright IBM Corporation 2001

Optimisez votre SIRH. HR Access Services Une nouvelle dimension de services. Business Consulting Services. Copyright IBM Corporation 2001 Business Consulting Services Copyright IBM Corporation 2001 Compagnie IBM France Tour Descartes 2, avenue Gambetta La Défense 5 92066 Paris-La Défense cedex services/fr IBM, le logo IBM et le logo e-business

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013

Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 Association Française pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing escm. Modèle financier des prestations à engagement Restitution de la soirée thématique du 7 novembre 2013 12/12/2013 EXTRAIT de

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production Fiche Pratique ITIL Club des Responsables d Infrastructures et de Production Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques Les Opérations Informatiques sont sensibilisées depuis plusieurs années aux

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services > L infogérance l esprit libre Ou comment contribuer à la performance de l entreprise en externalisant ses systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services >> PERFORMANCE ET INFOGERANCE

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing

HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez. Outsourcing HR Access Outsourcing Inspirez, Expirez, Externalisez Outsourcing Pourquoi externaliser? [Externalisation] : n,f. Pour une entreprise, recourir à un prestataire externe pour la prise en charge partielle

Plus en détail

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Livre blanc Prodware 2013 Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Une offre de service mature pour un marché en pleine croissance 2 I/ Editorial II/ Nécessité et Gains de la

Plus en détail

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH I.Vous accompagner au pilotage métier de projet Le pilotage métier est le levier de sécurisation du projet de refonte SIRH. Avec Magn Ulteam, conjuguez

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Le contrat de services IT «Agile» Un Livre Blanc

Le contrat de services IT «Agile» Un Livre Blanc Le contrat de services IT «Agile» Un Livre Blanc Présenté par Alain GOIRAN, Administrateur itsmf France Martine OTTER, Adeli Pierre-Olivier PORTMANN, Sigma Consulting Prix et agilité 1 La génèse! Les filières

Plus en détail

Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES

Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES Cycle management des équipes Une offre totalement repensée : pour répondre aux nouveaux besoins des personnels en charge du management et de l encadrement pour

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Maîtrise et réduction des coûts SI Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Activer votre Performance - Augmenter vos Profits Rémi JANELLE Associé, fondateur, Auralor (France, 1965) rjanelle@auralor.com

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

ITIL : Une longue quête. Etienne TAROT Lactalis

ITIL : Une longue quête. Etienne TAROT Lactalis ITIL : Une longue quête Etienne TAROT Lactalis Historique De la veille 1ère réflexion autour d ITIL 2004 2008 2009 2011 Développement de la stratégie autour d ITIL Développement des process Première externalisation

Plus en détail

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines La DRH fait face à de nouveaux défis Quelle stratégie adopter pour que toutes les filiales acceptent de mettre en place un outil groupe? Comment

Plus en détail

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES SOLUTIONS & SERVICES PAIE/RH POUR RÉPONDRE AUX BESOINS SPÉCIFIQUES DE L HABITAT SOCIAL UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES 25 25 ANS D EXPÉRIENCE DES SOLUTIONS ET DES SERVICES SUR

Plus en détail

Mise en œuvre. Gestion de projet et conduite du changement. Denis MEINGAN Gilles BALMISSE. Préface de Alain CROZIER, Président de Microsoft France

Mise en œuvre. Gestion de projet et conduite du changement. Denis MEINGAN Gilles BALMISSE. Préface de Alain CROZIER, Président de Microsoft France Mise en œuvre d Office 365 Gestion de projet et conduite du changement Préface de Alain CROZIER, Président de Microsoft France Denis MEINGAN Gilles BALMISSE Table des matières 1 Préface Avant-propos Partie

Plus en détail

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations Accompagnement RH des projets de transformation des organisations La conduite d un projet de réorganisation : Un exercice complexe ET délicat! Confrontée à une dégradation continue de sa compétitivité,

Plus en détail

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE.

Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Guide pratique à l intention des décideurs avisés MIGRATION VERS WINDOWS 7 : UN RETOUR SUR INVESTISSEMENT RAPIDE ET TANGIBLE. Windows 7 : mal nécessaire ou réel avantage? Au cours des 24 prochains mois,

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

La gouvernance SI et l architecture d entreprise (AE) s épaulent pour assurer la réussite des projets

La gouvernance SI et l architecture d entreprise (AE) s épaulent pour assurer la réussite des projets Dossier : Management des projets SI La gouvernance SI et l architecture d entreprise (AE) s épaulent pour assurer la réussite des projets Éric Boulay Président Directeur Général d Arismore Jean-Louis Leignel

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

Ingénierie des Exigences

Ingénierie des Exigences Club Management des Systèmes d'information Ingénierie des Exigences Comment construire et maintenir un référentiel? 1 Qui suis-je? Stéphane BADREAU Consultant et formateur en ingénierie des exigences chez

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Medi Experts Conseil en Management des Organisations Stratégie, Capital Organisation Humain, Organisation, Ressources Humaines et Systèmes d information. Systèmes d Information

Plus en détail

Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages

Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages Une solution organisationnelle : le Centre de Services Partagés Le 7 novembre 2006 1 Sommaire Ineum consulting en quelques

Plus en détail

Notre métier: optimiser la gestion des activités administratives liées aux Ressources Humaines

Notre métier: optimiser la gestion des activités administratives liées aux Ressources Humaines Notre métier: optimiser la gestion des activités administratives liées aux Ressources Humaines Qui est HRTM? Notre Offre Notre Savoir Faire Nos engagements Action & décision Quel bénéfice pour votre entreprise?

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours)

Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours) QUALIPSO Formation Gérer le portefeuille de projets stratégiques de la DSI & Conduire le changement (5 + 1 jours) Formation-action de 6 jours + 3 mois d assistance à distance offerts Coaching individuel

Plus en détail

Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS

Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS Web-séminaire Bull-CA Technologies 25 Mars 2014 2014 CA. All rights reserved. Agenda Introduction : pourquoi la supervision unifiée? Pourquoi le SaaS?

Plus en détail

La formation. Un nouveau modèle pour accompagner les enjeux métier et réduire les coûts. *La haute performance. Réalisée.

La formation. Un nouveau modèle pour accompagner les enjeux métier et réduire les coûts. *La haute performance. Réalisée. La formation Un nouveau modèle pour accompagner les enjeux métier et réduire les coûts *La haute performance. Réalisée. éditorial Trans-formation(s) Une récente étude Expectra / TNS Sofres révèle que l'optimisation

Plus en détail

Présentation ORSYP. L Innovation au service de la Performance. Alexandra Sommer. Directeur Marketing ORSYP Labs

Présentation ORSYP. L Innovation au service de la Performance. Alexandra Sommer. Directeur Marketing ORSYP Labs Présentation ORSYP L Innovation au service de la Performance Alexandra Sommer Directeur Marketing ORSYP Labs 1 Le groupe ORSYP Au service de la Performance & de la Productivité des Opérations IT +25 ans

Plus en détail

GT ITIL et processus de Production

GT ITIL et processus de Production GT ITIL et processus de Production Eric BOUVET Responsable Operations & Service Management Lionel ROLLAND Responsable Incident & Change Management DS Infrastructures / Operations France CRiP Thématique

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

La DSI est-elle condamnée à rester une fonction support?

La DSI est-elle condamnée à rester une fonction support? DSI-Plat_portrait_R.pdf 1 7/2/12 17:39 La DSI est-elle condamnée à rester une fonction support? Synthèse de l'étude C M J CM MJ CJ CMJ N Février 212 THE ART OF MOBILIZATION Sommaire PREAMBULE... 3 DEMARCHE

Plus en détail

Déploiement d une solution GDT. Muriel Pinel Laurent Tabourot

Déploiement d une solution GDT. Muriel Pinel Laurent Tabourot Déploiement d une solution GDT Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le besoin Introduction Les 5 phases de la Gestion de Projet Analyser : Phase d exploration Phase de conception Développer : Phase

Plus en détail

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE

THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE THE NEW STYLE OF SERVICE DESK, ANYTIME, ANYWHERE MARDI 11 FÉVRIER, DOMINIQUE DUPUIS, DIRECTRICE DE LA RECHERCHE SOMMAIRE Les enquêtes du CXP SaaS / Cloud Mobilité Big Data Conclusion 2 SOMMAIRE Les enquêtes

Plus en détail

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Juillet 2008 Edito Suivre l évolution des organisations et des métiers de l entreprise, est un principe de base du management

Plus en détail

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité?

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? Introduction Laurent Tarazona, Directeur Commercial Profession Comptable ADP Micromégas ADP Micromégas ADP 60 ans d expertise paie et RH Un métier

Plus en détail

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI

Optimisez les coûts de possession de votre information et redonnez de la capacité d investissement au DSI CGI Dbox Dites oui à notre solution exclusive de décommissionnement et réduisez les coûts tout en conservant l intégrité de votre patrimoine informationnel Optimisez les coûts de possession de votre information

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

Une Démarche Sur Mesure. Pour une cible très standard. Les Best Practices du Marché. Gestion d une réorganisation au sein d une DSI.

Une Démarche Sur Mesure. Pour une cible très standard. Les Best Practices du Marché. Gestion d une réorganisation au sein d une DSI. Une Démarche Sur Mesure Pour une cible très standard Les Best Practices du Marché Activité EURL - Management de Transition et de Transformation IT - Conseil Stratégie et Performance du Système d Information

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Les tableaux de bord RH

Les tableaux de bord RH Joëlle IMBERT Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage, 2007 ISBN : 978-2-212-53910-3 4 Les sources d information La mise en place du système de pilotage RH

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Ateliers Cloud Computing / ADIJ Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Atelier

Plus en détail

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage Ressources humaines Joëlle Imbert Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage Sommaire Introduction... 1 I Les défis humains de l entreprise : génération de profit,

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail